AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JAX&EVA - Maybe I can't die alone.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Jeu 21 Juin - 17:02

Il osait dire que ce n’était rien. Il pesait que e n’avais vu sa grimace ? Hypocrite ! Ah monsieur le macho, s’il croyait que j’étais dupe, c’était mort. Enfin, j’avais ce que je voulais.. Je me doutais que lui non plus préférais ne pas être le mec qui subit, mais plus celui qui fait subir. Normal après tout. Et je préférais que l’homme soit acteur et non spectateur si l’on peut le dire ainsi. A l’aide de son bras il encercla mon corps et pivota à avec l’autre bras. Ses mains vinrent jouer sur ma peau, mes jambes en furent sublimées. Puis ses lèvres dévoraient mon cou, mon épaule et tout ce qui pouvait être embrassé.. « J’aimerais savoir oublier la douleur comme ça tiens.. » Autrement dit – ce qui ne sera évoqué évidemment – j’aurais aimé pouvoir oublier ce qui m’attendait. J’y pensais sans cesse, et je m’étonnais presque de pouvoir faire autre chose. Le pire étant que si je disparaissais, il trouverait ca dommage et puis il oublierait. N’y a-t-il pas plus dur que de s’imaginer qu’on peut nous oublier comme ça ? D’un claquement de doigt et personne ne penser à moi. Une boule dans l’estomac se forme à cette idée. Mourir seule. Mes parents, peut être, mais je n’avais plus tant que ça d’amis, je les avais tous fuit. Ses baisers furent si agréables que mon corps eut des soubresauts.. Il m’intima de profiter, sans faire grande importance des mots mentionnés. Ses doigts parcouraient mon être, tout en me rendant complètement réceptive à chacun de ses contacts. Pour me faire taire il m’embrassa, ca donnait envie de parler tiens. Il s’amusait à frôler mes lèvres, dans un ballet, je viens, je repars, je reviens.. Je riais.. J’étais bien.. Quand ce fut terminé j’étais si fatiguée que je m’endormais dans ses bras.

Au réveil j’étais seul sur le canapé… Je ne savais pas si j’étais ravie, ou si c’était censé être ainsi. Je ne m’y faisais pas tant que ça en réalité. Je n’étais pas sure que ce soit lié à lui, mais plus au fait de mourir seule. Je me levais, prit ma douche et me rendit chez mon médecin à l’hôpital. On devait parler de l’opération et d’autres détails. Une corvée, rien de plus, rien de moins. Je fus vite arrivée, je montais les marches, m’annonçais et une heure plus tard on me prit enfin. « Bonjour Eva. Comment tu vas ? » Je souris, c’était un bon médecin, surbooké, toujours en retard, mais doué et chaleureux. « Et ben, on va dire bien, malgré la situation.. J’ai des vertiges mais rien de très gênant. Comme je n’ai pas très faim je pense que c’est lié. » Il me sourit à son tour et m’installa sur la table d’auscultation. Il regardait mes yeux surtout, là où ca devait se détériorer avant d’attaquer le reste de mon corps. « Alors pour le moment, les yeux vont bien mais il va falloir prévoir large, ce serait embêtant d’opérer trop tard. Je vous avais dis qu’il serait dur de voir les deux trois jours suivants. Vous avez quelqu’un pour gérer ça ? » Honnêtement, j’avais pensé rester chez moi tranquille et n’embêter personne. Mais il fallait éviter de dire ça au médecin ou il me garderait ici. « Oui oui j’ai un ami qui se chargera de m’aider.. » Le médecin sembla regarder ailleurs. Mon regard le suivit, sauf que la personne qui venait de dépasser ma chambre était Jax.. Et je n’étais pas sure de ce qu’il avait pu entendre ou non et surtout je me demandais ce qu’il foutait là. « C’est votre ami ? » Demanda le médecin. Je ne répondis pas et sortis en trombe pour rattraper Jax, pas très dur il marchait aussi vite qu’un escargot. « Jax, qu’est ce que tu fais là ? Tu es venu pour quoi ? Tu as mal ? » J’envisageais que ce soit ça, ou qu’il vent faire des radios, j’en savais rien.. Tout pour éviter la suite.. Mais ma curiosité l’emporta.. « Tu as entendu quoi exactement.. ? » J’avais peur, parce que ce serait surement la dernière fois que je le verrais s’il savait. Et que ce soit lui ou un autre, je ne voulais pas être toute seule, parce que j’avais la trouille. L’opération pouvait rater, et me soigner, sans sauver ma vue..

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Ven 22 Juin - 15:56

Comme d'habitude Jackson avait fuit au petit matin. Il ne savait honnêtement pas se comporter avec une femme le lendemain. Il n'avait pas envie de parler, pas envie de partager. Et toutes ces histoires le faisait généralement plus chiez qu'autre chose. Et sur ce coup là Eva n'échappait pas à la règle. Elle était déjà assez à part comme ça pour qu'il ne reste pas en plus prendre le petit déjeuner. Le pire c'est que sur le coup il en avait presque eu envie. Il était bien installé, et la chaleur d'Eva contre lui lui faisait un bien fou. Mais c'était ridicule à imaginer. Alors il avait laissé tomber. C'était bien mieux comme ça. En rentrant chez lui il avait été pris d'une violente douleur à la cage thoracique. Il avait grimacer de douleur. Peut être qu'il avait effectivement trop fait le con. Il s'était rendu dans la salle de bain, pour prendre une douche et se rafraichir le visage en espérant que ça apaise ça douleur. Mais au moment ou il se baissa pour atteindre le robinet une quinte de toux le pris et il se retrouva à cracher du sang. Il resta un instant comme un con face au lavabo plein de sang. Il se rappela subitement ce que lui avait dit Eva pour plaisanter. « J’espère juste que si tu as des côtes pétées aucune n’ira perforer ton poumon.. Là je ne pourrais rien faire.. » Enfin il avait pris ça sur le ton de la plaisanterie en tout cas. Il se massa un instant le torse perdu dans ses pensées. C'était effectivement ridicule. S'il s'était transpercer quoique ce soit il le sentirait. Une nouvelle quinte de toux le pris et il fit une grimace. Il alla toquer à la porte de Catherine et finit par lui demander. « Tu fais quelques chose de particulier ? J'aurais bien besoin d'un coup de main pour aller à l'hôpital... » Sur le coup il avait l'air particulièrement pitoyable. Lui qui faisait le malin hier, semblait en payer le pris double.

Jackson finit par arriver à l'hôpital. C'était définitif il tirait la gueule. Il détestait ce genre d'endroit. Il toussa encore une fois et écopa de quelques tache de sang sur la main qu'il essuya négligemment sur son jean... Il laissa Catherine en disant que ça irait, il trouverait bien le chemin des urgences tout seul. Catherine était charmante, mais il n'avait pas trop envie qu'on le voit dans cet état là. Il marcha dans les couloirs avant d'entendre quelqu'un appeler Eva dans l'une des salles. C'était con de se retourner en entendant son prénom... Mais il n'avait rien pu faire pour éviter son mouvement et il se retrouva face à la salle ou Eva était entrain de discuter avec un médecin. Pourquoi était-il resté là comme un con à écouter ? Pourquoi n'avait-il pas continué son chemin... Après tout il n'avait pas à savoir quoique ce soit sur elle. Et puis il n'avait pas envie de la voir jubiler quand elle apprendrait qu'elle avait eu raison, et qu'il avait fait le con. A moins qu'elle ne s'inquiète ce qui ne serait franchement pas mieux. Il ne comprenait pas grand chose de ce qui se disait. Pourquoi le médecin parlait de ces yeux ? Et pourquoi une opération ? Elle les avait très beau ces yeux ce n'était pas la peine de les changer... Enfin ce n'était probablement pas ce qu'elle allait faire. Ca avait l'air plus grave. Il voulu se retourner vite. Il aurait l'air con si elle le voyait. Il serait obligé d'expliquer ce qu'il faisait là. Et peut être même de poser des questions. Seulement au moment même ou il se retourna pour fuir en direction des urgences Eva le rattrapa « Jax, qu’est ce que tu fais là ? Tu es venu pour quoi ? Tu as mal ? » Jackson se retourna brutalement ne sachant pas réellement quoi répondre. Il allait pas lui dire qu'il flippait grave et qu'il crachait du sang c'était pas franchement... Glamour. « Hein ? Euh... Quoi ? Non ! Ca va ! J'ai décidé d'être intelligent et de faire les choses biens » Alors mise à part le fiasco du début de la phrase totalement incohérent il disait une excuse qui allait certes bien mal avec le personnage, mais qui sonnait plutôt bien. Normalement s'il avait bien compris ce qu'il avait entendu, Eva avait d'autre problème en tête et ne l'embêterait probablement pas avec ces problèmes à deux balles. « Tu as entendu quoi exactement.. ? » oula... Il était censé dire quoi exactement ? Il sentait la question piège typiquement féminine à plein nez. Il fit une grimace avant de dire bêtement « Rien ! T'es pas enceinte j'espère... » Oh mais quel con. Il fallait vraiment qu'il arrête de la fréquenter. Il commençait à parler, et dès qu'il l'ouvrait c'était pour dire une atrocité. Normalement il était bien meilleur pour sortir des mensonges. Enfin là pour le coup la phrase allait parfaitement avec le personnage... Un parfait connard. Alors normalement il devrait être content... mais étonnement ca l'emmerdait plus qu'autre chose... Comme s'il voyait ses chances diminué à vue d'oeil avec la belle. Le pire dans tout ça c'est que tout ce qu'il avait entendu passait bien loin derrière l'inquiétude des répercussions de ses propres conneries. Quel con.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Mer 27 Juin - 22:31

Jax et son sens de la discussion aussi évoluée qu’un singe domestique.. Monsieur avait décidé d’être intelligent. Super, on allait aller loin. Moi j’étais morte de rire, et je le regardais comme on regard un martien. Si ca existait. Lui être intelligent ? Lui agir ? L’apocalypse était pour demain, sur et certain. Je lui fis un grand sourire à cette idée. « Waouh, t’as réfléchi pour une fois.. Et ça va rien de grave j’espère ? » Mais ta gueule la fille inquiète. C’est un PLAN CUL. Dur dur de me le mettre en tête pour le coup. J’essaye, j’aimerais, mais pas moyen. Je me fais violence, je me reprends. Et voilà qu’il répondait à ma question, mais au lieu de me soulager, c’était pire. Il avait rien compris, ou il faisait semblant, à choisir. Enceinte. Ok. Ce mec était carrément à côté de la plaque ! Je me protégeais ! Pas question d’être enceinte pour finir par mourir et laisser le gamin orphelin ! Ouais, j’allais trop loin dans ma réflexion là.. « Je ne suis pas enceinte non idiot et encore heureux t’imagine un gamin de toi ? » Ouais, je n’étais pas sympa, mais bon, côté stabilité ce n’était pas ça, et puis j’allais peut être y passer ca, lui il ne savait pas. Et plus je pensais, plus je me disais que foutu pour foutu, fallait que je le lance. Je savais qu’il allait fuir, et pourtant, je me lançais quand même dans l’inconnu. « Bon, il faut que je sois honnête avec toi. Je me fais pas d’illusion, je sais que tu compte te barrer encourant mais il faut que je le dise, parce que ca me rend folle.. Je suis malade, ca ne se voit pas et je compte me faire opérer avant, mais si la greffe ne prend pas ou que l’opération merde, je mourrais. J’étais en train de peaufiner l’opération.. Je ne compte pas te demander de sortir ou quoi ou de comprendre, ni même d’être là si je vais crever, mais j’ai juste envie de m’amuser, parce que peut être je pourrais plus. J’ai aussi des risques de finir aveugle, dans le meilleur des cas.. Voilà, tu sais tout.. » Et voilà que mon cœur fait un arrêt, mon sang se glace, ma gorge se noue et mes tripes se soulève. Parce que je le sais, je le sens, le perdre, j’en ai pas envie. Il m’aide à ne penser à rien, à prendre la vie à bas le corps, à m’amuser. « Stp, je n’ai pas envie que tu partes…et puis, on l’a jamais fait dans un hôpital… Jsuis sure que ce serait marrant..Non !? » J’aime le je vais crever mais viens on va baise. Autant dans ma logique, c’était normal, pour lui c’en était peut être tout autrement. Après tout je me faisais souvent des films… Je tentais le tout pour le tout et je caressais gentiment son bras, sa joue, posais mes lèvres sur les siennes et faisait m chaudasse.. Alors, serait-il plus pervers qu’intelligent ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Lun 2 Juil - 19:25

Fait chiez... Pourquoi avait-il fallu qu'il tombe sur Eva ? Maintenant qu'il avait fait son cake avec elle, il n'allait pas dévoilé quel con il était et à quel point il s'était fait dégommé. Enfin c'était ridicule non ? Enfin il était persuadé qu'elle était au courant de sa connerie... Mais tout de même il avait envie de maintenir l'illusion. Et puis c'était le genre des femmes de s'inquiété, de faire attention... Et ce n'était pas le sien... Et il n'aimait même pas ça. Enfin si... Lorsque c'était Savannah... Mais ce n'était plus le cas maintenant. « Waouh, t’as réfléchi pour une fois.. Et ça va rien de grave j’espère ? » Il n'avait pas envie de rire... Parce que ça lui ferait mal. Parce que ça le ferait toussé, et qu'il avait un peu peur de cracher ses poumons avec... Ou en tout cas une petite marque de sang... Et puis ça se voyait déjà elle allait s'inquiété... Qu'est ce que ça pouvait être relou les femmes. Elle ne pouvait pas être seulement un vagin de la même manière qu'eux les mecs savaient n'être que des bites ? Enfin de manière plus classe bien sûr. Il souffla avant de dire « Je suis incassable tu sais... » Pour peu il aura rajouter un clin d'oeil suggestif... Crétin va. Et faussement égocentrique d'ailleurs. C'était fou l'égo qu'il pouvait déballer lorsqu'il était face à une fille qui lui plaisait alors que généralement il se trouvait, et de loin, le mec le plus minable qui puisse exister. Le pire c'est qu'il trouvait aussi ça minable de penser ça... Là tout de suite vous sentez que le serpent se mords la queue. « Je ne suis pas enceinte non idiot et encore heureux t’imagine un gamin de toi ? » Le premier réflexe fut de se sentir soulager... Sérieusement qu'est ce qu'il ferait dans ce cas là ? Il aimait d'ailleurs à penser que si ça arrivait, la fille aurait la présence d'esprit de ne jamais lui en parler. Elle avait d'ailleurs raison il serait pitoyable comme père. La seconde pensée qui s'imposa à lui le surpris. Mais si elle est pas enceinte... Qu'est ce qu'elle fou là ? Enfin non en soit n'importe qui devrait se poser cette question. N'importe qui sauf Jackson qui devait en avoir rien à foutre. Limite la couleur de sa petite culotte l'intéressait nettement plus que de savoir ce qu'elle foutait là... Si elle n'était pas enceinte c'était le plus important non ? Enfin clairement dans ce cas là, le conditionnel est fait pour rester du conditionnel, parce que mentalement Jackson s'intéresse. Et mentalement Jackson commence à flipper du faite qu'il s'intéresse.

Mais avant même qu'il ne demande quoique ce soit. Ce qu'il n'aurait d'ailleurs pas fait, pour une question de fierté et de réputation de mec qui n'en a rien à branler. Eva se lança dans le déballage. Elle pensait vraiment qu'il allait écouter ? « Bon, il faut que je sois honnête avec toi. Je me fais pas d’illusion, je sais que tu compte te barrer encourant mais il faut que je le dise, parce que ca me rend folle.. Je suis malade, ca ne se voit pas et je compte me faire opérer avant, mais si la greffe ne prend pas ou que l’opération merde, je mourrais. J’étais en train de peaufiner l’opération.. Je ne compte pas te demander de sortir ou quoi ou de comprendre, ni même d’être là si je vais crever, mais j’ai juste envie de m’amuser, parce que peut être je pourrais plus. J’ai aussi des risques de finir aveugle, dans le meilleur des cas.. Voilà, tu sais tout.. » Merde il avait écouté. Bon certes il n'avait retenu que le plus important. A savoir en vrac. Crever, malade, aveugle, se barrer en courant, et illusion. Avec tout ça il n'était pas dans la merde... Elle attendait quoi de lui sérieusement ? A tout lui jeter à la figure de la sorte ? Qu'il prenne des responsabilités par rapport à elle ? Il ne fallait pas déconner... Il ne savait pas en prendre par rapport à lui ? Ou alors c'est une manière de le jeter sans laisser de marque rouge etc... Mais si c'était le cas c'était stupide... Enfin il y avait juste à le dire que c'était bon, mais qu'elle en avait ras le cul et Jackson se rabattrais sur des cibles plus fraiche... Genre pourquoi pas une petite infirmière qu'il pourrait draguer lorsqu'il se fera ausculté. Il ne trouva rien de mieux à faire que de rester silencieux, les visages suspendus dans l'infini de son ignorance. Genre ces situations arrivent à des gens normaux.. Ou alors c'est juste que les gens normaux savent réagir à ce genre de situation... Enfin non... Elle était un plan cul merde ! Enfin elle l'était, non ? Si c'était devenu autre chose il n'était diablement pas au courant, et il s'était fait baiser... Il ne voulait pas plus... Pas qu'il ne l'appréciait pas. Mais seulement il ne savait pas faire plus. Il l'avait fait une fois... et ce n'était jamais plus de deux mois par ans.. Pas grand chose en somme. Tu me diras si ça se trouve avec Eva ça durerait deux mois... Et puis pof dans la tombe... Non mais pourquoi il pensait ça ? Comment pouvait-il envisager de rester ? Pourquoi il faisait attention ? Pourquoi il avait l'air de s'inquiété. C'était con. Con et pas son genre. « Stp, je n’ai pas envie que tu partes…et puis, on l’a jamais fait dans un hôpital… Jsuis sure que ce serait marrant..Non !? » Et voilà qu'elle se mettait à le chauffer... Jackson ne savait pas si c'était à cause de ce qu'elle venait lui dire, ou si c'était parce qu'il crachait du sang, mais malgré le faite qu'elle soit absolument canon et très désirable, elle ne lui faisait à l'instant aucun effet. Le calme plat... C'était presque rageant pour lui en faite... Quoique... C'était probablement une bonne chose. Il la repoussa de manière pas très sympathique. « Tu m'excuseras mais tu m'as l'air tellement persuadé de crever que j'aurais l'impression de baiser un cadavre... » Abattez le ! Il fallait dire que dans sa tête ça sonnait mieux que de dire que de toute façon il n'était pas en état de jouer à ce petit jeu... Sinon c'était lui qui allait y passer... Alors il avait sortit la première chose qui lui était venu à la tête. Et en plus il avait mal, alors même son ton ne sonnais pas sympathique... Il se décala franchement d'elle. Il ne savait pas franchement ce qu'il fallait dire, ni faire. Il finit par dire exactement ce qu'il pensait... C'était peut être mieux que le silence. « Je comprend pas pourquoi tu me dis ça ? Qu'est ce que tu attends de moi ? » Non parce que là très franchement, tout était particulièrement obscure... Et lui avec.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Lun 2 Juil - 21:01

Le « Je suis incassable tu sais... » me fit doucement sourire.. Même quand il disait n’importe quoi il me faisait craquer, c’était vraiment spécial.. Entre nous il n’y aurait du y avoir seulement du sexe, rien que ça et pourtant, il n’en était pas question. J’avais ressenti ce que j’aurai du taire avant que ça ne me quitte plus. Chaque regard posé sur moi me rendait dingue et je détestais ça de tout mon être. Je savais, quelque part que tout dire le ferait fuir. Et dans un sens me rendrait service. Voyez vous je fais fuir la personne que je veux garder, presque exprès en espérant qu’il reste. Illusoire et naïf mais surtout désespéré. Si je continuais ainsi j’allais finir par faire de même avec Riley, et je serais fichue. Pourquoi avait il fallu que je tombe sur lui ? Pourquoi avait il fallu que je tombe amoureuse d’un imbécile.. Pourquoi fallait-il que je possède un cœur après tout. Il réfléchissait, et ce n’était pas bon, il fallait que je déballe et c’est ce que je fis, perturbé par les deux parties en moi luttant pour prendre le dessus. Celle qui aimerait ne rien dire et profiter et l’autre qui est incapable de ne pas le faire fuir.. Pour mon bien. Et sa réponse ne se fit pas attendre, mes larmes non plus. Je restais plantée là, essuyant mes larmes. La gifle retentit sur sa joue.. Reflexe primitif. Il m’avait blessée mais quelque part, j’avais cherché ce résultat. J’étais devenue masochiste c’est ça ? Je ne pipais mot pendant quelques secondes puis prenais mon courage à deux mains.. « C’est charmant dis moi.. Mais je me doutais que tu réagirais ainsi. Je ne suis pas idiote, sinon je l’aurais dis depuis un moment. Tu vois, tu n’es pas si con que ça, tu as fait ce que j’attendais de toi.. » Il était étrange, le type qui n’en avait rien à foutre, en avait soudainement quelque chose à faire. Perturbée et essuyant les larmes récalcitrante je lui expliquais calmement. « La vérité ? Je vais m’attacher, ou plutôt je m’attache. Je ne le désire pas, justement parce que je trouve ça cruel de débuter quelque chose qui ne risque pas de durer ou qui sera différent. Même si je ne meurs pas je peux perdre la vue, moins sexy tout à coup.. Avec toi jme sentais bien, c’était marrant jusqu’à ce que ça devienne plus, pour moi. Je ne te demande rien, rien du tout, tu es parfait comme tu es, cesse de te oser des questions, les gens qui t’aiment pas ne savent juste pas qui tu es. » Quelqu’un m’appelle derrière moi, je me retourne. Le médecin court presque vers moi. « Madame, j’ai reçu vos résultats de la dernière fois, ca risque de progresser, il va falloir vous opérer ce soi ou demain. Le plus tôt sera le mieux. Votre ami est là ? » Je réfléchi, puis je comprends qu’il parle de mon ex. « Heu il faut que je le joigne mais il ne pourra surement être là que demain. On pensait que ce ne serait pas de suite.. C’est si avancé que ça ? » Je tremblais comme une feuille, j’avais peur, trop peur peut être.. J’avais presque envie de sauter par la fenêtre, ou dans ses bras, à voir.. Le médecin prend une mine grave – sont doués pour vous faire flipper – et me répond. « En résumé, ca avance trop vite et si on attend, ce sera trop tard, on ne pourra peut être pas sauver vos yeux, ni même vous sauver tout court.. » Je n’ai pas besoin de plus pour sentir mes jambes manquer de me laisser tomber. Mes mains tremblent, mes larmes me brouillent la vue et tout ce qu’il me vient à l’esprit est..Que je ne veux pas être seule.. Je me tourne vers la salle d’attente, je m’assois sur le siège, ramène mes jambes vers moi, genoux pliés et je pose mes deux mains sur ceux-ci. Et si tout était fini ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Jeu 5 Juil - 18:51

Jackson s'est souvent demandé ce qu'on trouverait si d'aventure il se retrouvait ouvert en deux sur une table d'opération... Je vous l'accorde il avait ce genre de réflexion les jours ou il était stone et plus encore. Mais au fond il était persuadé que chacun des médecins dans la pièce se retrouverait parfaitement perplexe face au vide qui devait le remplir. Non parce qu'on ne peut pas être con à moins d'être parfaitement vide, non ? Ou alors c'est que la connerie à une matière... Ce qui en soit peut être assez intéressant à développer. Bref généralement tout le monde qualifiait Jackson de misérable con, et il était souvent le premier à le dire. Et s'il avait été à l'école et qu'il avait décidé d'apprendre une seconde langue... le Français par exemple... La chanson de Gainsbourg, le Requiem pour un con aurait probablement été son hymne. Malheureusement il lui arrivait d'être aussi stupide que ses pieds, ou du moins c'était ce qu'il pensait. Il se prit une giffle prévisible par la figure qui le réveilla de ses pensées stupides. Il releva les yeux vers elle et la regarda pleurer. Quel con ! « C’est charmant dis moi.. Mais je me doutais que tu réagirais ainsi. Je ne suis pas idiote, sinon je l’aurais dis depuis un moment. Tu vois, tu n’es pas si con que ça, tu as fait ce que j’attendais de toi.. » Bah voilà qu'il l'avait véxé... Et elle ne le trouvait pas con... C'était elle qui l'était pour le coup...« Mouai... C'est juste que je suis con et prévisible... » Dit il en marmonant. Il fallait qu'il lui ouvre les yeux ou je ne sais quoi... Elle avait l'air littéralement à coté de ses pompes la bonne femme... Ou alors c'est justement parce qu'elle n'y voyait plus rien et qu'elle était malade... Non parce que Jackson n'était même pas ingénieux dans sa connerie. C'était simplement de la débilité de bas étage... De la saloperie de bac à sable. Et le pire était peut être qu'il s'en prenait plus généralement à la gente féminine qui était des proies bien plus facile pour sa petite personne. Cependant les voir pleurer l'emmerdait plus qu'autre chose. Surtout parce qu'il ne savait pas comment réagir. Il n'allait pas vraiment se barrer la laissant les larmes aux yeux... Même pour lui ça serait vraiment bas. Et puis il sentait qu'il avait merdé sur ce coup là. Bien sûr il savait que de toute façon un jour ou l'autre il allait merdé et que bon autant le faire tant qu'elle ne s'attachait pas. Elle se calma presque brusquement ce qui permis à Jackson de respirer à nouveau correctement. « La vérité ? Je vais m’attacher, ou plutôt je m’attache. Je ne le désire pas, justement parce que je trouve ça cruel de débuter quelque chose qui ne risque pas de durer ou qui sera différent. Même si je ne meurs pas je peux perdre la vue, moins sexy tout à coup.. Avec toi jme sentais bien, c’était marrant jusqu’à ce que ça devienne plus, pour moi. Je ne te demande rien, rien du tout, tu es parfait comme tu es, cesse de te oser des questions, les gens qui t’aiment pas ne savent juste pas qui tu es. » Là elle cherchait à le foutre KO ? Il ne comprenait rien. Les mots rentraient sortaient à une vitesse incroyable. Elle n'était pas sérieuse ? Alors c'était ça une femme ? Si on couchait plusieurs fois avec elle, que l'on se montre le plus parfait des connards ou que l'on fasse celui qui s'intéresse, elles finissent toujours par craqué. Et c'était quoi cette manière de dire qu'il était parfait. Je veux dire il faut ouvrir les yeux... Personne n'est parfait, et Jackson encore moins. Et comme si ça ne suffisait pas il fallu que le médecin s'approche d'Eva pour lui donner ses résultats et dise qu'il fallait que ça soit aujourd'hui ou demain sinon ça serait trop tard... Trop tard. Il y avait trop de mots, trop fort qui se bousculait dans sa tête. Il ne savait pas si c'était la douleur de ses côtes ou son coeur qui le lançait à ce point mais c'était douloureux. Il se retourna vivement contre le mur pris d'une violente quinte de toux à laquelle il était trop habitué depuis ce matin. Il passa discrètement sa main contre son jean de manière à faire disparaître les potentiels marques de sang. Quand il se retourna Eva était tremblante assise sur un siège de la salle d'attente. Il resta planté comme un con au milieu du couloir, incapable d'avancer vers elle, ni même de partir à l'opposé. De toute façon elle était entre lui et les urgences alors à moins de rentrer chez lui... Il allait tout de même pas la prendre dans ses bras si ? Non de toute façon elle lui défoncerait le torse... Et puis franchement il aurait l'air d'un con et ne serait pas quoi faire d'une fille dans ses bras... Non et puis pourquoi il pensait à rester ? C'était débile... Une véritable connerie. La plus grosse qu'il pouvait faire... Il resta encore un instant à la regarder comme un con. Et il finit par avancer dans la direction d'Eva. Il hésita à lui accorder un regard, ne sachant pas bien ce que ses yeux pourraient dire. Et il finit par lâcher. « Il faut vraiment que j'aille au urgence... Tu n'as qu'à m'accompagner si tu veux... » De toute façon qu'est ce qu'il pouvait dire de plus... Si ça se trouve demain elle était morte... Et il ne savait même pas dans quoi il foutait les pieds... La tout de suite il préférait penser à lui et au faite qu'il fallait qu'il se fasse soigner que de penser comment il devait agir ou ne pas agir avec Eva... Au diable les filles de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Jeu 5 Juil - 22:43

Je ne relevais même pas la connerie qu’il venait de sortir. Pas la peine après tout il disait souvent n’importe quoi. Je restais là, prostrée, pas envie d’affronter ç a seule et pourtant, il allait falloir le faire. Pas le choix. Je détestais faire ainsi, je voulais juste rester là, ne plus penser, ne plus respirer et attendre. Mon cher ex serait là demain, mais ce n’était pas de lui que je voulais un soutien, certes il faisait un geste symbolique, un énorme truc, mais il restait celui qui m’avait fait mal, trop mal. Moi je voulais l’imbécile pas doué, là devant moi, rien d’autre. Et pourtant, c’était mon cœur qui le voulait, m raison, elle, elle hurlait au scandale. Je la voyais déjà se mettre en colère et me crier que c’était une erreur monumentale. Et pourtant, on ne choisissait pas les personnes dont on tombait amoureuse. J’étais bien lotie moi avec un mec pareil dans les pattes.. Tout à coup il fut devant moi. Mes yeux se tarirent et j’essuyais mes yeux rougis. Il parlait d’urgences ? Comment ça il devait aller aux urgences ? Le meilleur moyen d’oublier ses problèmes, c’est de penser à ceux des autres. Ce que j’étais en train de faire. Me voilà qui m’inquiétais de sa santé. « Comment ça les urgences ? Qu’est ce qui se passe ? Je.. Je viens. » La discussion ? Oubliée. Fuir ? Oublié. La seule chose à laquelle je pensais ? Sa santé. Il devait aller bien. Moi j’allais peut être ne pas me réveiller. Lui il devait, point barre. Il était hors de question qu’il aille mal. Voilà, mode petite amie alors qu’on était des plans cul. Je crois que ma raison se faisait la malle en même temps que ma santé. Je me levais et me mis tout de suite à côté de lui, puis je pris sa main naturellement et l’entraînais. « Allez viens, reste pas comme ça, tu vas finir par crache tes poumons. » J’émis un temps d’arrêt. Oui je l’avais vu vite fait tousser, mais je pensais qu’il avait attrapé un coup de froid. Après tout il serait fichu de se balader à poil chez lui et de prendre froid bêtement, c’était le genre ! Je l’embarquais vers les urgences et on nous fit assoir. Je regardais les gens défiler, puis je commençais à m’énerver. Il était là, crachait du sang et on nous demandait d’attendre.. Je me levais et allais vers l’infirmière la plus proche. « Je vous explique, mon ami ici présent a peut être des séquelles de ses côtes cassées, je dois rester avec lui et je suis à deux doigts de faire un malaise. Si vous ne me croyez pas, appelez mon médecin ici.. Donc ou vous le prenez de suite et tout va bien, ou vous aurez un patient de plus et un cas urgent ! » La fille ne pipa mot, vérifia mon nom et acquiesça. Ils prirent tout de suite en charge Jax. Evidemment, j’étais fatiguée mais pas à deux doigts du malaise, loin de là. Je restais assise sur la table d’auscultation me tournant littéralement les pouces. Je jetais des coups d’œil furtifs vers Jax. J’avais l’air con, mais alors à un point.. Quand le médecin arriva je lui pris la main puis la lâchais gênée.. « Alors on va examiner tout ça. Si j’appuie là, ca fait quel effet ? » – dit-il en appuyant sur le torse de Jax, moi les yeux affolés qu’il ait mal – puis il se mit à le tripoter et à chaque grimace je paraissais plus pale. Ce type était médecin ou adepte du sadomasochisme ? Plus sado d’ailleurs. « Bon, il semblerait qu’il ait une petite hémorragie qui à terme pourrait s’avérer grave. Ensuite il faudrait faire des radios.. » Je le regarde et me souviens de sa cheville. Ce n’est pas ce crétin qui y penserait j’en suis sure ! « Ya sa cheville aussi, jpense que c’est une entorse.. » Il me regarde genre de quoi je me mêle et allonge Jax pour tâter sa cheville. « Bon a priori c’est bien une entorse mais on va radiographier ça.. Vous avez marché jusqu’ici comme ça ? J’aurais pensé que ca vous ferait assez mal pour ne pas le faire.. Enfin. Vous me suivez ? » Et il apporta un fauteuil. Je me marrais d’avance devant la tête de Jax.. Certes ce n’était que pour faire des examens, mais il n’aimerait pas.. « A toute à l’heure Jax.. » Je pouvais pas aller avec lui et pourtant j’y serais bien allée moi, je savais qu’il détestait être là et que sans ce que j’avais dit – qu’il le reconnaisse ou non – il ne serait pas venu. Il revint plus tard et le médecin fit son bilan.

Ps : Jte laisse dire ce que le médecin a trouvé (a)

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Ven 6 Juil - 21:19

Stupide, stupide, stupide, stupide, stupide. Il lui fallait un mur, quelqu'un, peut importe un truc sur lequel il pourrait frapper. Elle était agaçante. Agaçante, agaçante. Elle allait lui foutre de l'urticaire, lui donner envie de ce jeter du haut d'une tour, se pendre, se droguer à nouveau et se cramer le cerveau... Même la prison lui semblait plus doux que cet instant précis. Le pire c'est que normalement dans ce genre de situation, pif paf pouf deux trois mots bien sentit, voir un silence de mort et Jackson avait déjà disparu de la circulation laissant la chieuse à son propre sort. Mais il ne savait pas. Il y avait quelque chose chez cette chieuse là qui... Bordel... Il ne pouvait pas être cuit ? Si ? Les femmes sont des démons. Pourquoi lui avait-elle proposé de le suivre ? Qu'il la laisse crever... Si ça se trouve demain elle ne ferait même plus partie de sa vie... Alors à quoi bon ? Peut être que c'était ça justement... Qu'il voulait profiter d'elle jusqu'à la fin... Mais débile... Il n'était même pas en état. Oh il ne se supportait pas. « Comment ça les urgences ? Qu’est ce qui se passe ? Je.. Je viens. » Oh mon dieu les femmes et leur manie de s'inquiété pour rien. Il regrettait déjà la décision qu'il venait de prendre... Enfin si on appelait ça une décision. Il était paumé... Il aurait été sous LSD ou coke qu'il aurait eu la même brume dans le cerveau... Enfin là il manquait les effets sympathique et plaisant tout de même. « Allez viens, reste pas comme ça, tu vas finir par crache tes poumons. » Et gnagnagna, il avait l'impression d'être materné comme un crétin... Tu me diras il avait surement besoin de l'être... S'il l'avait écouté hier on en serait peut être pas là... Il ne capta pas tout de suite qu'elle avait pris sa main et qu'il avait donc l'air d'un couple au yeux de tout l'hôpital. Avec ces yeux au beurre noir et tout on dirait la belle et la bête. Sur le coup il avait bêtement apprécié la chaleur de sa paume dans la sienne, et ses neurones avaient oublié de transmettre ce que ça voulait dire. Ses neurones étaient inexistant quand il avait besoin d'eux de toute façon. C'est en arrivant aux urgences qu'il se rendit compte de la gravité de la situation et retira brusquement sa main. Toussant dans sa main pour lui trouver une utilité. Et pour la décourager de penser à la reprendre après aussi tient... Ils s'installèrent pour attendre et s'il était ravis d'avoir un silence béni entre les deux, il ressentait son agacement et avait envie de la cogner jusqu'à ce qu'elle s'évanouisse et ne l'emmerde plus. C'était pas la peine de s'inquiété pour lui... C'était seulement un examen de routine. Elle se leva pour aller hurler sur l'infirmère et Jackson voulu disparaître sous terre. Il fallait l'avouer qu'elle était tout de même sacrément sexy lorsqu'elle était en colère. Et il n'était clairement pas insensible à son charme. Et elle était amusante à en faire des tonnes pour pas grand chose. Quoiqu'elle dramatisait probablement un peu trop. Il fallait qu'il se giffle. Il ne pouvait pas trouver ça adorable. Il ne pouvait pas avoir envie de la prendre dans ses bras et de la rassurer. De toute façon il ne savait pas faire.

Le pire c'était que sa technique marcha très bien et qu'en moins de deux secondes il se retrouva torse nu allongé sur une table d'auscultation avec un médecin crétin qui s'amuser à voir jusqu'à quand il pouvait faire le con sur le torse abîmé de Jackson avant de se prendre une beigne.« Alors on va examiner tout ça. Si j’appuie là, ca fait quel effet ? » Jackson grimaça, serrant les poings pour s'empêcher de lui en coller une. Cependant au énième coup sur le torse il finit par dire plus qu'agacer. « Bon ça suffit docteur maboul... C'est pas un jouet... Généralement cette couleur violet, verte, jaune, rouge.. Ca veut dire que ça fait mal... » Mais bien sûr il n'allait pas lui apprendre son métier... « Bon, il semblerait qu’il ait une petite hémorragie qui à terme pourrait s’avérer grave. Ensuite il faudrait faire des radios.. » Même Jackson aurait trouvé ça tout seul... Enfin pas la partie hémorragie... Mais il en avait tellement marre que c'était peut être aussi bien s'il crevait. Et voilà Eva qui rappelait la cheville... Bin tient il l'avait oublié celle là... C'est donc qu'elle allait bien. Il se retourna vers elle l'air de dire ta gueule bordel mais le médecin soupirait déjà avant de s'attaquer à sa pauvre cheville qui soudainement sous les mains du tortionnaire le faisait souffrir. « Bon a priori c’est bien une entorse mais on va radiographier ça.. Vous avez marché jusqu’ici comme ça ? J’aurais pensé que ca vous ferait assez mal pour ne pas le faire.. Enfin. Vous me suivez ? » Et il arriva deux secondes plus tard avec un fauteuil roulant. S'en était trop. Ils étaient tous con dans cet hôpital m'a parole. Il sauta par terre pour prouver au médecin qu'il allait bien. Retint une grimace parce qu'en vrai il n'allait pas si bien que ça. Et s'insurgea. « Non m'a ça ne va pas ? Si je suis venu jusqu'ici à pied je peux bien descendre jusqu'à la radio pareille... Et vous voulez aussi me couper la bite non ? On ne sait jamais que ça soulage l'hémorragie grave ? » crétin de médecin à deux balles. Voilà pourquoi il détestait les hôpitaux. « A toute à l’heure Jax.. » Il passa même devant le médecin se disant qu'il trouverait bien tout seul la radio. Il profita néanmoins du moment de calme pour dessiner mentalement et essayer de ne penser à rien d'autre. Il ne savait pas ce qu'il devait faire. Il ne savait jamais. Le problème c'était qu'il allait falloir faire quelque chose. Il allait pas la laissé poireauté comme ça indéfiniment.

Il finit par remonter, aucune réponse n'ayant été trouvé. Docteur Maboul se pointa alors avec une seringue et Jackson tendit le bras pensant que c'était pour une prise de sang... Genre de truc assez commun quand on fait toute une batterie d'examen finalement. Le médecin ajouta. « Bon, vos résultats ne sont pas catastrophique. L'hémorragie semble se résorber elle même, mais vous risquer de cracher du sang pendant quelques heures encore, un jour au grand maximum. Je vous ai injecter de la morphine pour que vous puissiez supporter la douleur...» Au mot morphine les yeux de Jackson se révulsèrent presque et ses yeux se braquèrent sur l'aiguille qui se vidait dans son bras. Il arracha brutalement la seringue et hurla à réveiller les morts. «Putain mais ça va pas de faire ça sans demander! On vous a jamais dit de ne pas donner de morphine à un ancien drogué. » Jackson s'était mis à trembler, et frottait compulsivement son bras. «Vous ne me l'aviez pas dit... » Se justifia bêtement le médecin. « Vous ne me l'aviez pas demandé... » répondit du tac au tac Jackson.. De toute façon si on voulait jouer au con Jackson gagnait à chaque fois. Il se leva énervé, et finit par dire. « On se casse Eva... Et vous, vous pouvez toujours crever pour que je vous paye... Avec le boulot que vous avez fait !» Pour le coup ça fut lui qui bêtement attrapa la main d'Eva pour la tirer vers lui complètement abrutit parce qui venait de ce passer. Alors qu'il sentait déjà la morphine agir, sa colère empirait et il finit par lâcher à l'attention d'Eva. « Je suis violent, impulsif, stupide, peu attentif, n'éprouve pas de compassion, ne connais pas l'empathie, infidèle... Et la liste des défauts est encore très longue... Alors excuse moi... Il n'y a rien chez moi pour que tu t'attaches... Mise à part le sexe qui peut être époustouflant je te l'accorde... » Ouch la morphine devait faire effet encore plus rapidement que prévu...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Sam 7 Juil - 22:08

Et voilà qu’il criserait. Je m’en doutais bien qu’il ‘accepterait. Ce mec était irrécupérable ! J’étais dingue de m’attacher à un type pareil on sang. Il se tapait toute santa Monica que ça ne m’étonnerait même pas ! Et moi pauvre cruche je me faisais des films toute seule. Il dit des propos dont j’eus honte.. Il pouvait surveiller son langage punaise.. Il suivit le médecin et s’en alla directement aux radios. Ce n’était « rien » a priori. Toute façon je n’avais pas envie d’argumenter avec lui. Il me cassait les pieds. Au moment où il parla de morphine et vu la tête que faisait Jax, il y avait un sérieux problème. Pourquoi était-il en colère ? Drogué ? Et merde, un ex junkie. Ajoutez ça à con.. Enfin bon, je devais m’en douter, sa tronche de déterré n’était pas « naturelle ». Il arracha la seringue d’un coup et se leva. Tout à coup il se leva et me dit qu’« ON » y allait. Ce mec me rendait chèvre. Depuis quand yavait un on déjà ? Avant que je n’ai répondu quoi que ce soit il attrapa ma main et m’entraina loi, du médecin. J’espérais qu’il paye tout de même ou on allait m’associer à lui et j’avais plus très envie de m faire opérer. Qui sait, ils me laisseraient peut être crever juste pour m’apprendre à amener un crétin pareil.. Oui je disais n’importe quoi. Et voilà qu’il se mettait aux tirades. Je le regardais blasée et soufflais. « Ta gueule.. Tu parles trop et c’est la seule chose qui a une sale tendance à me gonfler. Agis et tais-toi. » Un placard ! Le pied, il faut toujours avoir un placard à portée, qui sait juste pour s’assurer que l’imbécile dont vous êtes amoureuse puisse se faire violer dans les règles de l’art.. Je lui pris la main, ouvrit la porte, allumai la lumière et le poussai dedans tout en refermant avec le pied. A croire que j’avais fait ça toute ma vie. Une partie sans doute.. Il avait mal ? Il avait qu’à se faire soigner, dans ce cas précis pour ma part il n’avait rien vu qu’il refusait de l’admettre. Je ferais donc comme si ce n’était le cas. J’arrachais sa chemise, parcourais son torse de mes doigts, de mes lèvres puis j’enlevais mon bas, jetais ma culotte sur le côté et le poussais vers le fond, rejoignant de mes lèvres les siennes dans un empressement plus ardent que d’habitude. Une raison simple, demain je ne pourrais peut être plus profiter de tout ça.. Ou de cette vue.. Je caressais son visage, ses lèvres, ce nez, ces yeux.. Mes doigts parcouraient chaque parcelle de sa peau blanche.. Je finis par lui grimper dessus pour m’empaler sur lui.. « Si c’est ma dernière nuit, stp, fais que ce soit la meilleure.. » Et j’enlevais le haut, me retrouvant à présent en soutien gorge, puis nue, entièrement nue. Je l’avais déjà débarrassé de son pantalon et mes jambes jouaient autour de ses hanches.. Mes mains s’agrippaient à lui, mes ongles se plantaient dans sa peau.. Je ne savais pas si la morphine le rendait plus réceptif ou autre.. Mais une chose est sure, moi je ne serais peut être plus là pour en profiter du souvenir.. Je regarde ma montre et pour ne pas y penser je l’envoie valdinguer, je me blotti contre lui, collant ma poitrine conte lui. Je ne veux pas oublier, je ne veux pas mourir..Et je ne sais même pas ce qui me prend.. Je descends, me love dans ses bras et dis juste tout ce qu’il ne faut pas dire.. « Jax, jveux pas mourir.. » Une larme coule le long de ma joue.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   Dim 8 Juil - 20:04

Si tu as la tête qui s'endors, les vibrations de tes déambulations qui te monte à l'esprit, si ton coeur bat dans tout tes membres, si l'excitation, la peur, la colère se mélange à l'unisson, mon ami c'est que tu commences à être stone. Paisiblement Jackson descendait de lui même oubliant ce qu'il faisait dans un hôpital, faisant glisser de coté les problèmes illusoires qui seront peut être résolu demain. A ce qu'il aimait cette sensation qui coulait dans ses veines, l'engourdissement jouissif qui l'amènerait au septième ciel. D'ici quelques instants on pourrait le battre à mort qu'il ne sentirait rien. C'était probablement l'effet rechercher par le médecin de toute façon vu l'étendu de ses blessures. Mais pour une fois il n'arrivait pas à profiter pleinement de ce sentiment de planer. Il ressentait une douleur sourde et lourde qui pesait sous les brumes de la morphine. Celle du désastre de ces dernières années. Il ne planait plus, il plongeait dans des abysses de plus en plus sombre. Ceux desquels il ne savait plus remonter une fois tomber. Maudis médecin. Maudites Eva qui lui avait endormis l'esprit avec ces conneries. Elle le noyait de sentiment décapant et incompréhensible. Il avait envie de frapper dans tous les sens, de cogner, de hurler, mais il sentait que tout tomberait dans le vide, comme si ces jambes ne supporterait pas de soutenir cette violence. « Ta gueule.. Tu parles trop et c’est la seule chose qui a une sale tendance à me gonfler. Agis et tais-toi. » Jackson souleva un sourcil d'incompréhension. Il parlait trop ? C'était bien la première fois qu'on lui faisait remarqué. Normalement il fallait lui hurler dessus et dire mais bordel tu vas finir par dire quelque chose à la fin ? pour le secouer vraiment et lui tirer quelques mots. Comme seule réponse il retira violemment sa main de la sienne et faillit perdre l'équilibre. Il se noyait vraiment dans un verre d'eau là, il n'était vraiment plus habitué. Et comme pour réagir au mot gonfler, il emplit ces joues d'air pour faire le ballon et relâcha subitement la pression pour soupirer. C'était elle qui le gonflait. Elle s'attachait, il était parfait, elle le gonflait, il devait agir... Et lui comptait pour du beurre dans tout sa ? En plus elle ne voulait pas vraiment qu'il agisse. S'il agissait il se barrait. Il prenait ces jambes à son coup, il l'écrasait comme un vulgaire moustique et il la laissait dépérir. Alors heureusement pour elle, il était légèrement stone, il ne réfléchissait pas, il matait son cul, son dos, ses mains, ses cheveux ondulés, ses épaules. Il se mordait légèrement la lèvre de plaisir, l'esprit dans le vague, l'air d'un enfant des rues, paumé, trop heureux, et étrange. Subitement elle saisit de nouveau sa main et l'attira brutalement dans le placard. Il du prendre quelques secondes pour se ressaisir et récupéré son équilibre chancelant. C'était sa cheville qui allait prendre. Il était agacé et voilà que l'autre se jetait sur lui. Il fit un violent non de la tête avant de vouloir la repousser alors qu'elle arrachait sa chemise. Il grognait alors que ses caresses faisaient bouillir chaque parcelle de sa peau réveillé. Il manqua de lui donner un coup alors qu'elle embrassait sa peau mais soudainement elle se déshabilla elle même et Jackson ne put détacher son regard de sa plastique parfaite. Et voilà qu'il se retrouvait comme un con, n'ayant qu'une envie la jeter, mais voilà que le désir reprenait le dessus, il la voulait à lui, contre lui, rien que pour lui, sa peau, ses caresses, ses lèvres, pour toujours. Elle savait le rendre fou. Elle le poussa contre une étagère et l'embrassa. Il ne broncha pas alors que le coup aurait dur lui détruire les côtes déjà bien abîmées, et il l'embrassa en retour pressant l'une de ses mains contre sa cuisse, le long du galbe de ses fesses. Au fond il ne la supportait pas. Elle était contrôlante, elle le prenait pour un enfant et maîtrisait et prenait les devants même dans les choses qu'il faisait à la perfection. Bientôt il pourrait faire l'étoile de mer et elle ferait l'amour toute seule... Si il avait tendance à souvent prendre les femmes pour des objets il avait rarement ce sentiment d'être une poupée gonflable.. « Si c’est ma dernière nuit, stp, fais que ce soit la meilleure.. » Elle faisait chiez... Elle pouvait pas aller voir quelqu'un de pas casser pour ça ? Et puis merde, elle s'était presque débrouillé toute seule pour qu'il entre en elle, alors elle avait qu'à jouir toute seule aussi. Il voulait bouder, et la laissé tomber... Quoique dans la position ou ils étaient il aurait probablement encore plus mal qu'elle. Sur cette pensée douloureuse qui raviva un instant sa douleur à l'abdomen, il enserra son corps fortement son corps nue contre le sien et se retourna brutalement la cognant sans trop faire gaffe contre la même étagère qu'il avait heurté en entrant. Ses lèvres trouvèrent le chemin des siennes pour les embrassés avec passion, avidité, ses caresses se faisaient pressente, présente. Il y avait autant de désir brulant que d'agressivité franche dans ses geste. Il la voulait, il l'emmerdait. Sa respiration s'accélérait au fur à mesure qu'il la dévorait de plaisir. Son cerveau s'embrumait encore plus, il ne distinguait que de vague tache de couleur. Il avait tellement pris de morphine par le passé, parmi d'autre chose, qu'aujourd'hui il avait des effets spéciaux, ou alors c'était juste le vertige de la douleur trop forte qui pointait par dessus les effets évanescent. Elle redescendit, le soulageant tout de même d'un poids... Pas qu'elle était lourde. Plutôt qu'il avait des côtes fêlé, et une cheville double... Et alors qu'il reprenait son souffle, essayait de rassembler ses esprits, il sentit contre son torse une larme qui coulait le long de la joue d'Eva pendant qu'elle disait. « Jax, jveux pas mourir.. » Il avait retenu la leçon, elle ne voulait plus qu'il parle, qu'il agisse. Il saisit ses épaules de ses bras pour la dégager de lui et la lâcha dans le vide avant de renfiler son caleçon et pantalon à vitesse grand V, et de balancer un lapidaire «Bah ne crève pas ! » De toute façon qu'est ce qu'elle voulait qu'il dise ? Quelques secondes plus tard il était hors du placard, la chemise arraché qui dévoilait ses bleus et hématomes, il n'alla pas bien loin et s'effondra presque en face de la salle sur un siège. il se prit la tête dans les mains espérant que ses vertiges cesseraient. Il préférait encore souffrir le martyre et cracher du sang plutôt que retrouvé ces vielles sensations qu'il pensait avoir laissé en prison.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: JAX&EVA - Maybe I can't die alone.   

Revenir en haut Aller en bas
 

JAX&EVA - Maybe I can't die alone.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-