AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Sam 5 Nov - 13:28

J'étais étendu dans mon lit, les yeux rivés sur le plafond, il devait être dans les alentours de six ou sept heures du matin, vu que le soleil se levait tout juste. C'est un cauchemar qui m'avait réveillé en sursaut ce matin là, j'avais rêvé que je perdais Erin pour toujours, ce qui pour moi serait la pire des choses qui pourrait se passer. Déjà que nous vivions sous le même toit, oui car mon père s'était marié avec son premier amour qui s'avère être la mère d'Erin. Donc en clair la femme dont j'étais éperdument amoureux était donc devenue ma demi-sœur. Par conséquent, je ne pouvais plus l'embrasser, ni dormir avec et j'en passe. Cela nous déchirais tous les deux car nous nous aimions tellement, mais nous avons décidés de faire un break en attendant de pouvoir à nouveau être ensembles... Ce qui promet de ne pas être maintenant, je pris un oreiller à côté de moi pour le mettre sur ma tête et crier le plus fort possible dedans... Je finis alors par me lever d'un pas lourd tel un pachyderme, puis je filais vers la salle de bain pour me doucher et puis essayer de décontracter mes muscles qui étaient tous bander comme un arc. J'avais les yeux fermés, pensant alors qu'être sous le même toit qu'elle et ne pas pouvoir la toucher était le pire des supplices. C'est un peu comme quand vous faites un régime et que quelqu'un vous présente un bon gâteau au chocolat. L'envie est là mais vous savez pertinemment que vous ne pouvez pas y toucher... Bon comparaison pourrie mais qui reflète bien ce que je ressens. Ou alors c'est un peu comme un mec drogué qui se sèvre et qui est en manque de coc mais qui doit résister à l'idée d'en prendre... Enfin bref stop les comparaison débiles, je sortis de la douche drapé d'une serviette autour de la taille puis j'allais choisir comment me vêtir. J'optais alors pour un jean noir avec une chemise blanche que je laissais à moitié ouverte, puis je descendis dans la cuisine dans l'optique de me faire un petit déjeuner ainsi que celui d'Erin. Je préparais alors du café, du chocolat chaud, du jus d'orange maison, puis je me dépêchais d'aller chercher des croissants et des pains aux chocolats tout frais à la boulangerie. Je venais à peine de rentrer que j'entendis des pas descendre es escaliers, c'était la plus belles des femmes qui arrivait.

RAFAEL Bonjour toi, déjeuner prêt !

Je souriais de toutes mes dents puis je l'invitais à me rejoindre à table pour un déjeuner en tête à tête autant en profiter les parents n'étaient pas là.


Dernière édition par Rafael A. Adams-Hoopkins le Dim 13 Nov - 13:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ PAROLES : 318
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/08/2011

▐ AGE : 25 ans
▐ OCCUPATION : Infirmière
▐ LES SENTIMENTS : Compliqué...
▐ POINTS : 0
MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Sam 5 Nov - 22:41

Il était neuf heures, l'heure pour Erin de se lever, seulement l'envie lui manquait. Elle avait encore passé la nuit dernière à dessiner, elle qui est étudiante en art plastique a un véritable don, un don pour l'art plastique. La veille, la jeune femme avait trouvé refuge dans un de ses dessins, car dessiner lui permettait de mettre noir sur blanc ses sentiments, c'était sa façon de s'exprimer et dieu sait à quel point la jeune femme est réservée quand il s'agit de parler de ses sentiments, elle préfère de loin se mettre en retrait et faire comme si tout allait bien alors que son monde s'écroulait. A quel moment sa vie s'est effondrée ? Le jour ou sa mère a eu la charmante idée de se marier avec l'homme qui est le père de celui qu'elle aime. Ils étaient ensemble depuis un moment déjà, et jamais elle n'avait ressenti une telle passion, une passion qui la dévorait de l'intérieur, une passion qui la consumait et qui lui faisait perdre raison. Pour la première fois de sa vie, Erin était tombée amoureuse. Comment cela avait-il pu lui arriver ? Elle s'était battue toute sa vie contre ce genre de choses, contre l'amour parce qu'elle refusait de souffrir. L'amour est le pire des sentiments et elle l'a apprit à ses dépends, certes quand on le connait on est heureux, mais quand on le perd, une partie de vous se détruit et cette partie vous ne la reverrez jamais. Concernant Erin, une partie d'elle-même était déjà loin, car depuis quelques temps elle se renfermait sur elle-même, ne voyait plus ses amis et fuyait Rafael... Ah Rafael. Le voir lui faisait du mal et vivre sous le même toit sans pouvoir le toucher ni se blottir contre lui était une torture. Ils avaient tous deux décidé de faire un break puisque les choses étaient devenues complètement étrange même si d'un point de vue technique ils n'avaient aucun lien de sang, mais bon le fait était là, aujourd'hui ils étaient de la même famille.

Quoi qu'il en soit, la jeune femme était en train de regarder le portrait qu'elle avait dessiné la veille, il représentait l'homme à qui son coeur appartenait, elle ignorait comment et pourquoi, mais elle l'avait reproduit sur papier et son regard restait fixé sur ce dessin... Jusqu'à ce qu'elle soit prise par une folle envie de tout envoyer en l'air. Elle prit le croquis qui était posé sur son bureau, le déchira puis le mit à la poubelle, peut être devait-elle tourner la page. Pour le moment, il était l'heure pour elle d'aller travailler, elle y réfléchirait à un autre moment. Comme à son habitude, la jeune femme alla dans la salle de bain afin de se laver puis une fois ceci fait elle enfila un jean et un haut assez simple, car elle n'était pas du genre allumeuse, elle préférait les tenues contractées sauf quand elle est invitée a une soirée ou quand elle va en boite, là elle s'habille un peu plus classe. Peu importe, elle descendit les escaliers en trombe, en espérant ne croiser personne car elle n'était pas vraiment d'humeur et ce qui devait arriver arriva. Il venait de rentrer, à première vue de la boulangerie... À l'époque où ils étaient ensemble, il venait régulièrement lui apporter le petit-déjeuner au lit pour lui faire plaisir, il était très attentionné et particulièrement quand il s'agissait de Erin, c'était ce genre de choses qui lui manquaient, ses petites attentions, ses baisers, sa peau... Non, fallait qu'elle pense à autre chose. Bien entendu, elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire puisqu'elle était quand même contente de le voir même si elle évitait ces derniers temps histoire que tout s'éclaircisse dans sa petite tête.

Bonjour... Toujours le premier levé à ce que je vois. Tu as passé une bonne nuit ?

_________________

    "C'est une idée préconçue que la pensée positive mène à une vie plus heureuse, plus saine. Enfants, on nous dit de sourire, d'être joyeux et d'avoir une tête souriante. Adultes, on nous dit de voir le bon côté des choses, de faire de la citronnade et voir le verre à moitié plein. Parfois, la réalité s'immisce dans notre capacité à avoir l'air heureux toutefois. La santé peut se dégrader, les petits-amis vous trompent, les amis vous déçoivent. C'est dans ces moments que l'on veut être vrai, tomber le masque et être soi-même, effrayé et malheureux. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Dim 6 Nov - 12:08

Je m'étais donc levé de bien bonne heure ce matin, pas que je le voulais non loin de là... Juste que quand un cauchemar vous réveille c'est dur de se rendormir, d'autant plus quand vous avez peur de le refaire. Bref, j'avais donc décidé de me lever, je me douchais alors laissant l'eau couler sur moi pendant un long moment, je savais qu'il était très tôt et par conséquent il y avait de grande chance que je tombe sur la femme de mes rêves celle que j'aimais plus que tout. Seulement tout était si compliqué, vivre sous le même toit sans pouvoir la toucher est un supplice, enfin en ce moment je la voyait très peu. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'Erin devait me fuir, je savais que pour elle aussi c'était dur alors je ne lui en voulais pas. Bref, je devais essayer de penser à autre chose, j'allais donc me vêtir puis je finis par descendre dans la cuisine. Seulement il n'y avait strictement rien pour le déjeuner, j'allais donc à la boulangerie non loin de chez moi pour prendre de bon pains aux chocolats chauds avec des croissants... C'est alors que je me rappelais avec douleur que j'emmenais le petit déjeuner au lit à ma bien-aimée quand nous étions ensembles, avec elle j'étais romantique, doux, attentionnée... J'étais aux petits soins pour elle, mais maintenant je ne pouvais plus le faire. Ce que je pouvais haïr mon père par moment de s'être marié avec la mère d'Erin, oui il était heureux mais il m'avait "volé" mon bonheur à moi, s'en rendait-il au moins compte ? J'en suis pas si sûr ! Je rentrais alors hâtivement à la maison puis fit le petit déjeuner pour Erin qui devait encore dormir, j'espérais qu'elle ne me fuirait pas... A dire vrai je ne sais pas ce qui est le pire, qu'elle me file sans cesse entre les doigts comme une aiguille ou que l'on soit ensemble dans la même pièce sans que je puisse profiter d'elle dans tous les sens du terme. J'étais à peine entrer dans la cuisine que j'entendis des bruits de pas hâtifs dans les escaliers. Elle esquissa un sourire en me voyant je fis de même tout en l'invitant à me rejoindre autour de la table. Combien de fois j'avais imaginer goûter de nouveau à ses lèvres pendant que mon père et l'autre n'était pas là... Mais se ne serait peut-être pas bien, mais dans un sens j'avais envie de braver l'interdit de profiter d'elle dès que les parents n'étaient pas là, après tout il n'en saurait rien... Mais vivre une relation cachée était-ce mieux même si nous étions ensembles ? Erin me sortit alors de mes pensées.

RAFAEL Oh et bien on va dire que la nuit à été courte et... Cauchemardesque ! Et la tienne ?

Je sortis alors les pains aux chocolat ainsi que les croissants que je mis dans une petite panière à pain, tout en nous servant un verre de jus d'orange à tous les deux. Ensuite à elle de choisir si elle voulais du café ou du chocolat chaud pour se matin. J'avais tellement envie de me lever, d'aller l'embrasser, l'entourer de mes bras, profiter d'elle pendant leurs absences... Ce manque me rongeait c'est un peu comme si une partie de mon coeur avait disparut, je suffoquais sans elle c'est indéniable.

RAFAEL A quelle heure commences-tu ce matin ?

Moi je pensais peut-être aller faire quelque photo dehors, il faisait un temps radieux, cela m'occupera. Je l'observais avec mes yeux d'un bleu intense, me battant contre moi-même pour ne pas aller lui rouler une galoche. Je pris alors un pain au chocolat puis mordit énergiquement dedans.


Dernière édition par Rafael A. Adams-Hoopkins le Mer 9 Nov - 14:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ PAROLES : 318
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/08/2011

▐ AGE : 25 ans
▐ OCCUPATION : Infirmière
▐ LES SENTIMENTS : Compliqué...
▐ POINTS : 0
MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Dim 6 Nov - 18:44

La situation était à ce jour compliquée, ça ne faisait aucun doute, mais Erin savait qu’un jour viendrait ou ils pourraient de nouveau être ensemble, elle le voulait tellement qu’elle en devenait même parfois un petit peu « garce ». Qu’est-ce que cela signifie me direz vous ? Cela voulait dire que la jeune femme déployait assez d’effort pour casser le couple que formez sa mère et le père du jeune homme… Erin se souvient comme si c’était hier, elle avait supplié sa mère de ne pas se remarier, pas avec lui. Ce jour-là, des larmes ruisselaient sur son visage, peut être qu’elle dramatisait les choses, mais à ses yeux sortir avec son demi frère était assez glauques. Pourtant, elle sait pertinemment que si le jeune homme venait à refaire sa vie – après tout rien ne le retenait auprès d’elle – ce jour là... Vous me direz elle ne pouvait tout bonnement pas l’imaginer. Erin était une jeune femme de nature douce et gentille, mais quand il s’agissait de Rafael, elle perdait tous ses moyens et sa raison. Du coup, elle se comportait de façon exécrable envers sa mère et son beau-père, elle se disait que s’il en avait ras le bol d’elle, il s’en irait… Elle le souhaitait plus que tout, mais c’était égoïste et elle le savait. Sa mère avait également le droit d’être heureuse, après tout ce qu’elle avait traversé, elle le méritait. Seulement, la mort du père biologique de la jeune femme les a en quelques sortes éloignées et il y a depuis une certaine rivalité entre elles. Son bonheur engendrerait une fois de plus de la tristesse et du malheur dans la vie de sa mère et rien que pour ça, elle se maudissait d’espérait qu’ils se séparent. La séparation, elle connait très bien ce que cela représente, elle sait également la douleur que l’on peut ressentir et pour cause, elle a vécue pas mal d’épreuve dans la vie et sa pause avec Rafael en était une car elle était difficile à vivre, sans oublier qu’elle devait se coltiner la sœur de ce dernier…

Parlons-en de sa sœur, sa demi-sœur, comment s’appelle-t-elle déjà ? Riley… Cette fille, Erin ne peut pas la sentir, elles sont tout le temps en train de se chamailler pour un oui ou pour un non, elle fait des efforts pour Rafael, mais sinon elle l’enverrait balader à la moindre occasion. Enfin peu importe, la jeune femme fuyait le plus de gens possible dans cette maison c’est pour cette raison qu’elle était descendu à cette heure ci puisqu’en règle générale il n’y a plus personnes sauf que cette fois ci, il était là… Bien sur qu’il serait là, toujours le premier levé, toujours le premier préparé. Elle lui avait demandé s’il avait passé une bonne nuit et il disait que la sienne avait été courte et cauchemardesque. Erin se mit donc à se poser certaines questions, pourquoi avait-elle été courte ? Etait-il sorti la nuit dernière comme il en avait l’habitude autrefois ? Après tout, maintenant qu’ils n’étaient plus ensemble, il n’avait plus aucun compte à lui rendre, il était libre… Ce qui faisait peur à la jeune femme, mine de rien. Peut-être avait-il tourné la page sur leur histoire et peut-être devait-elle en faire de même. Cela dit, la nuit de la jeune femme avait également était agité, non pas par un cauchemar, mais seulement parce que depuis quelques jours, elle n’arrivait plus à fermer l’œil, tellement de choses se bousculaient dans sa tête, tellement de question et aucune réponse… Elle en était même arriver à douter de ses propres sentiments, que voulait-elle au fond ? C’était tellement confus.

La mienne ? J’en ai connue des mieux… Tu sais à l’époque où tout était plus simple… Erin savait qu’elle n’aurait pas du dire ça mais pourtant elle l’avait fait parce qu’ils n’avaient jamais réellement eu l’opportunité d’en discuter, la douleur était trop profonde et la jeune femme ne trouvait pas les mots pour s’exprimer. Pourquoi la tienne a été courte ? Tu es… sortie ?

La curiosité en disait long sur ce qu’elle pensait, elle voulait simplement savoir s’il avait fait des rencontres alors qu’elle avait un peu de mal à gérer la situation. Toutefois, elle essayait de jouer les filles indifférentes car elle avait sa fierté, sans doute le plus gros défaut de Erin, elle refusait de montrer ce qu’elle pouvait bien ressentir. Elle prononça donc sa dernière phrase en prenant un croissant, dont elle prit une bouchée. Puis, le jeune homme lui demanda gentiment à quelle heure elle commençait. Il s’agissait d’une conversation complètement banales, n’importe qui verrait la scène et écouteraient leur paroles, ne se douterait un instant qu’ils étaient dans une impasse et que la situation était plus qu’embarrassante, surtout qu’Erin ne voulait qu’être dans ses bras, mais peut-être que les choses étaient mieux ainsi, après tout ils étaient bien trop attaché l’un à l’autre.

Je commence à 11 heures, je pensais d’ailleurs que tu serais déjà parti à cette heure ci vu que j’ai un peu traînée…

_________________

    "C'est une idée préconçue que la pensée positive mène à une vie plus heureuse, plus saine. Enfants, on nous dit de sourire, d'être joyeux et d'avoir une tête souriante. Adultes, on nous dit de voir le bon côté des choses, de faire de la citronnade et voir le verre à moitié plein. Parfois, la réalité s'immisce dans notre capacité à avoir l'air heureux toutefois. La santé peut se dégrader, les petits-amis vous trompent, les amis vous déçoivent. C'est dans ces moments que l'on veut être vrai, tomber le masque et être soi-même, effrayé et malheureux. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Dim 6 Nov - 20:27

Tous les deux nous étions dans une impasse, impasse qui était d'ailleurs dur à vivre, tout les gens qui nous côtoient et ne connaissant pas notre histoire pense que nous sommes seulement demi-frère et demi-sœur... Seulement c'est plus fort que cela entre elle et moi, nous nous aimons tellement que vivre sous le même toit sans pouvoir nous toucher était le pire des supplices, j'avais l'impression qu'on m'arrachais le coeur puis qu'on le restaurait pour recommencer encore et encore. J'étais donc revenu de la boulangerie, j'étais désormais assis dans la cuisine, ma chère Erin en face de moi. Je crois que c'est la première fois depuis un long moment que j'arrive à la voir, j'ai l'impression qu'elle me fuit... Dans un sens je ne lui en voudrais pas c'est aussi dur pour elle que pour moi, je haïssais mon père pour ce qu'il me faisait... Oui il était heureux mais moi ... Que devais-je faire tirer un trait sur celle que je considérais comme la future femme de ma vie, je devais oublier Erin ? De toute manière se serait impossible elle hante mes nuits, mes esprits, elle est ancrée dans mon coeur. Un autre soucis en plus de celui-là, Erin et ma sœur que j'aimais plus que tout ne s'appréciaient pas vraiment, voire pas du tout mais je remercie Erin de tout faire pour qu'il n'y est pas de bagarre. Elle sait que je tient beaucoup à ma sœur, après tout c'est quasiment moi qui l'ai élevée mes parents étant rarement là pour nous, Riley est tout pour moi, c'est un peu ma seule famille car on peut pas dire qu'avec mon père se soit les grands amours... D'autant plus maintenant ! Erin m'avait alors demandé comment c'était passée ma nuit, je lui répondis qu'elle avait été courte ainsi qu'assez cauchemardesque. Je ne pensais pas qu'elle serait sur le qui-vive, rien qu'au ton de sa voix.

RAFAEL Oui quand tout était plus simple et qu'on pouvait dormir ensemble... Ne pas être séparé...

Je sais que j'aurais du me taire ne pas lui dire réellement ce que je ressentais car cela serait peut-être pire au final, je ne réalisais pas qu'à cet instant précis je caressais la paume de sa main, je retirais vivement la mienne ne sachant plus trop ou me mettre.

RAFAEL J'ai juste été boire un verre. Mais serais-tu jalouse ?

Je lui souriais d'un air taquin, je voulais juste essayer de détendre l'atmosphère, je savais pertinemment que la jeune femme était jalouse et je dois dire que j'aimais me sentir comme sa "propriété". Je comprend parfaitement qu'elle soit craintive, je le suis aussi rien que d'imaginer un autre homme poser ses mains sur elle ça me tue. Elle est à moi seule, je ne la laisserait à nulle autre homme, mais peut-être qu'elle a tournée la page après tout... Peut-être s'est-elle résignée sur le fait que le "nous deux" n'allait plus pouvoir exister.

RAFAEL Et la tienne pourquoi n'a-t-elle pas été bien ? Tu as fais des cauchemars ? Tu étais mal ?

Je sais que je devais sûrement l'étouffer avec toutes mes questions mais je n'y pouvais rien, je ressentais le besoin de la protéger, de veiller sur elle c'est ainsi. Je lui demandais alors à quel heure elle y allait. Elle me répondit qu'elle partit pour 11 heures cela nous laissait encore deux heures ensembles... Ou non.

RAFAEL J'ai un rendez-vous à l'agence que pour 14 heures, donc je vais passer la matinée à glander.


Dernière édition par Rafael A. Adams-Hoopkins le Ven 11 Nov - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ PAROLES : 318
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/08/2011

▐ AGE : 25 ans
▐ OCCUPATION : Infirmière
▐ LES SENTIMENTS : Compliqué...
▐ POINTS : 0
MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Lun 7 Nov - 14:29

Assise, prenant son petit déjeuner, tout semblait si normal alors que tout était compliqué. Une fois de plus, ils étaient sur la même longueur d'onde, tout était plus simple quand ils étaient ensemble et non séparé... Ils pensaient la même chose. Étais-ce aussi difficile pour lui que ça ne l'était pour elle ? Alors, pourquoi ne pas mettre un terme à cette mascarade ? Après tout, ils n'y avaient aucun lien de sang entre eux alors même si à première vu cela paraissait bizarre, ils avaient le droit d'être ensemble et de gouter au bonheur, qui aujourd'hui semblait si lointain... Seulement, aujourd'hui les choses avaient évolué pour Erin, elle désirait bien plus qu'une simple relation, elle arrivait à un âge où elle désirait fonder une famille, où elle se sentait prête à devenir maman, mais elle savait aussi que ce n'était pas le cas du jeune homme, bien au contraire. Ils s'aimaient, c'était une certitude, mais étais ce suffisant à ce jour ? Elle n'en était pas sûre, Erin n'en avait pas parlé au jeune homme, mais elle était tombée enceinte alors qu'ils étaient ensemble, peu de temps avant qu'ils ne se séparent, elle était bien entendue heureuse, mais cette nouvelle ne fut que de courtes durées puisqu'elle a perdu l'enfant qu'elle portait. C'est la raison pour laquelle, elle n'a jamais osée parler de cet enfant au jeune homme, elle avait traversé cette épreuve seule et elle en a beaucoup souffert, c'est l'une des raisons qui l'a poussé à s'éloigner du jeune homme. Comment pouvait-elle de nouveau le regarder ? En y réfléchissant, peut-être que c'était une bonne chose vue la situation, un bébé n'aurait fait qu'aggraver les choses. Seulement, Erin avait du mal à s'en remettre.

Elle avait mauvaise conscience et savait que tôt ou tard, elle devrait lui en parler, mais comment réagirait-il ? Elle l'ignorait et ne préférait pas lui en parler immédiatement, ils avaient d'autres choses à régler pour le moment. La main du jeune homme vint se poser sur la sienne et cela la sorti de ses pensées, il la retira aussitôt, mais Erin aurait tellement voulu qu'elle reste là où elle s'y était posée. Un frisson la parcouru et une fois de plus le monde semblait s'être arrêté sur eux, c'était une sensation incroyable, mais qui de toute façon n'avait plus aucune importance, mais pourtant... Erin prit la main du jeune homme somme si c'était la première fois qu'elle le faisait, sentir sa chaleur, sa peau contre la sienne, dieu sait qu'elle en avait besoin, sans pour autant en avoir le droit, ils s'étaient mit d'accord, aucun contact, c'était là son point faible, il l'avait touché et elle ne répondrait plus d'elle... Il fallait qu'ils aient une discussion. Elle baissa la tête et retira sa main, la rangea sous la table pour ne pas être de nouveau tenté. Cette situation avait tendance à la mettre mal à l'aise.

Ne pas être séparé... On a encore le choix, non ? Où est-ce trop tard ? Je veux dire est-ce que c'est la solution ? Et si on avait tort ? Je me pose énormément de questions, tu sais ? Est-ce que l'on doit tourner la page sur cette histoire ? Je ne sais pas en ce qui te concerne, mais moi, elle m'empêche d'avancer. Donne-moi des réponses, ici et maintenant.

Ses yeux croisèrent enfin ceux du jeune homme, elle avait débité toutes ces paroles en espérant y voir plus clair sur leur avenir, il s’agissait d’un aperçu de ce qu’elle avait sur le cœur. Ils n’avaient encore jamais eu cette discussion, enfin légèrement, mais il était temps de l’approfondir et elle avait juste besoin d’être rassurée, de se blottir contre lui, que tout sois comme avant alors que jamais plus les choses seraient comme avant. A la question qu’il lui posa par la suite, la réponse semblait évidente, bien entendu qu’elle crevait de jalousie, ça la rendait complètement folle, quelque part la jalousie montre un manque de confiance, concernant Erin, il s’agissait bien de cela, mais elle refusait surtout de le perdre définitivement, cette pensée lui était difficile, mais apparemment cela amusait le jeune homme.

C’est possible… Est-ce que ça t’amuse ?

Si elle avait été mal ? Bien sur, mais pas uniquement cette fois ci. Cela fait des mois qu’elle n’était pas bien, elle était rongé par un mal être qu’elle ne savait taire et elle été au bord de la dépression, mais bon elle gérait comme elle pouvait. Et bien entendu, il était hors de question qu’il le sache, elle avait sa fierté la petite. Elle se contentait de hausser les épaules en lui répondant de la façon la plus neutre possible.

Pas de cauchemars, juste des difficultés à trouver le sommeil, tu sais avec le travail et les cours, il ne me reste que peu de temps et je suis un peu sous pression.

En voilà un de beau mensonges, elle qui n’aimait pas ce genre de choses s’était résignée à mentir pour son bien, pour quoi elle passerait sinon ? Une jeune femme qui n’arrive pas à décrocher, pathétique ! Puis, il lui annonça que lui ne faisait rien jusqu’à 14 heures , ils auraient sans doute un peu de temps pour mettre les choses au claire et ressassez l’époque ou ils étaient ensemble.

Alors ça nous laisse du temps pour discuter.


_________________

    "C'est une idée préconçue que la pensée positive mène à une vie plus heureuse, plus saine. Enfants, on nous dit de sourire, d'être joyeux et d'avoir une tête souriante. Adultes, on nous dit de voir le bon côté des choses, de faire de la citronnade et voir le verre à moitié plein. Parfois, la réalité s'immisce dans notre capacité à avoir l'air heureux toutefois. La santé peut se dégrader, les petits-amis vous trompent, les amis vous déçoivent. C'est dans ces moments que l'on veut être vrai, tomber le masque et être soi-même, effrayé et malheureux. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Mer 9 Nov - 17:05

Nous étions donc là l'un devant l'autre sans rien pouvoir faire, cela me bouffais de l'intérieur de ne pas pouvoir être avec elle, de ne pas pouvoir la toucher et j'en passe, mais j'essayais tant bien que mal de rester fort essentiellement pour elle. Je ne souhaitais pas qu'elle soit encore plus mal car moi-même c'était pas la forme, alors je faisais tout pour continuer à sourire, je réservais mes larmes ou ma mauvaise humeur pour les autres... Je les plains dans un sens ! Mais alors que j'avais prévu de rester fort, je mis ma main sur la sienne caressant la paume de sa main, quand je m'en rendis compte je l'enlevais rapidement, je lui répondit alors que oui tout était plus simple du temps ou l'on pouvait se voir, dormir ensembles et faire pleins de choses avec l'être aimé. Elle reprit sa main dans la sienne, la chaleur de sa peau m'avait tant manqué seulement à mon grand regret elle enleva sa main trop vite à mon goût. C'est alors qu'elle m'annonça gravement qu’elle était pommée que tout cela l'empêchait d'avancer, elle se demandait si c'était une bonne chose ou non d'avoir fait un break. Oui elle a raison et si on avait tort, après tout qu'est ce qui nous empêchait d'être ensembles ? Techniquement rien puisque nous n’avions pas de liens de sang, si nous nous étions séparé c'est surtout parce que ça paraissait bizarre que des demi-frères et sœurs sortent ensembles tout simplement. Mais si on s'arrêtait sur l'avis des gens nous ne ferons rien de notre vie, puis nous étions pas prêt de nous remettre en couple... Car malheureusement mon père ne semble pas prêt à lâcher la mère d'Erin. Moi personnellement je ne voulais qu'une chose être avec elle, et si elle se sentait prête à se remettre avec moi malgré que des gens pourrait nous critiquer je dirais oui sans hésitation.

RAFAEL On a toujours eu le choix ma belle, c'est à nous de décider si oui ou non on veut vivre ensembles. Pour ma part je n'ai pas du tout envie de tourner la page, pour moi tu es la bonne je n'irais pas chercher ailleurs j'attendrais que tu sois prête à revenir vers moi, l'avis des autres je m'en bats les couilles, seule toi compte. Après je ne sais pas laquelle des décisions seraient la meilleures, mais je pense que l'on doit choisir notre propre voie avec notre coeur.

J'avais envie de la prendre dans mes bras car je sentais très bien qu'elle n'allait pas bien, qu'elle aurait besoin d'être rassurée... C'est alors qu'elle me demanda pourquoi ma soirée avait été courte, je lui répondit tout simplement que j'avais bu un verre dans un bar, je lui demandais alors si elle était jalouse simplement pour rigoler, elle déviait quelque peu la réponse me disant seulement c'est possible... Je fus un peu déçu mais je ne le montrais pas.

RAFAEL Je ne dis pas que ça m'amuse j'aime tout simplement savoir que je t'appartiens et qu'aucunes autres ne doit m'approcher. Est-ce mal ?

Nous en vînmes alors à parler de nos nuits respectives, apparemment la sienne n'avait pas été fameuse je lui demandais pourquoi mais encore une fois elle voulait donner l'impression d'être forte, je le voyais quand elle mentait. Je la connaissais par cœur, je me levais donc puis la tirais à moi.

RAFAEL Ne dis pas que ça va, je le sens quant tu es mal nous sommes en quelque sorte connectés.

Et je ne mentais pas quand elle allait mal mon moral était bas, nous avions tellement été fusionnelle pendant notre relation que cela est resté même après la séparation. Je la lâchais enfin normalement nous ne devions avoir aucuns contacts elle et moi... pour éviter que se soit encore plus dur. Oui nous aurions le temps de discuter étant donné que je ne reprenais qu'à 14 heures.

RAFAEL Oui nous devons discuter, je répondrais à toutes tes questions Erin !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ PAROLES : 318
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/08/2011

▐ AGE : 25 ans
▐ OCCUPATION : Infirmière
▐ LES SENTIMENTS : Compliqué...
▐ POINTS : 0
MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Jeu 10 Nov - 22:15

Avaient-ils toujours eu le choix ? L'époque où ils l'avaient eu, lui semblait tellement lointaine, aujourd'hui, elle avait l'impression qu'on le lui avait imposé. Elle ne pouvait pas être avec celui qu'elle aime parce qu'ils étaient en quelques sortes de la même famille, leur amour étaient interdit... Alors, pourquoi rêvait-elle encore de ses baisers, de ses caresses ou même de sa peau ? Elle voulait être à ses côtés, mais dans sa tête les choses étaient bien plus compliquées qu'une relation qu'entretiennent deux adolescents. Étant de la même famille, ils avaient du mettre un terme à leur relation, avaient-ils seulement le droit de s'aimer ? Avait-elle le droit de le désirer ? Pourquoi était-ce si difficile ? Et comment savoir si Rafael était celui qui était fait pour elle ? Qu'est-ce qui prouvait qu'il était son grand amour ? Après tout, elle n'avait que vingt-deux ans et toute la vie devant elle. La vérité c'est qu'elle saisissait cette occasion pour mettre une certaine distance entre eux. Pourquoi ? Elle était tout simplement amoureuse et cela lui faisait peu, elle se résignait au fait d’être dépendante d’une personne et surtout d’un homme, elle qui était de nature solitaire et qui jamais auparavant n’aurait cru aimer de cette façon, s’était finalement attaché à une personne et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agissait de la personne avec qui elle se disputait le plus souvent, pour tout ou pour rien.

Aujourd’hui, les choses étaient différentes et elle apprenait que l’amour était le sentiment le plus dangereux, bien pire que la haine à ses yeux, certes tous deux fait souffrir, mais quand on aime une personne et que cette dernière nous fait souffrir, la souffrance nous ronge de l’intérieur, longeant les veines comme un poison et à chaque fois que l’on croit que ça va aller mieux, la réalité nous rattrape. Quand irait –elle mieux ? C’était la question qu’elle se posait chaque jour, le temps l’aiderait certainement. Il n’avait donc pas tourné la page sur leur histoire. Soudainement, Erin sentit son cœur s’apaiser puisque cela voulait dire qu’il n’était pas passé à autre chose et qu’il l’attendait, peut-être.Elle cherchait des réponses afin de savoir où ils en étaient actuellement, histoire de faire le point, il essayait de la rassurer, mais au fond cela lui faisait encore plus de peines. C'est vrai, il disait l'attendre, elle devrait s'en réjouir, mais quelque part elle ne pouvait s'empêcher qu'elle était un frein pour que lui puisse avancer. C'était difficile, mais elle refusait de lui gâcher la vie, après tout, elle ne voulait que son bonheur et cela même si ça doit dire qu'elle ne peut pas l'être. Peu importe, ils avaient raison, ils ne verraient jamais ou cette histoire les mèneraient s'ils ne tentaient pas leur chance. Erin refusait avec des regrets, ni en se demandait ce qui aurait pu se passer, il fallait prendre des devants.

Je ne veux pas tourner la page, moi non plus, mais si on se trompait ? Est-ce que tu supporterais l'idée d'avoir gâcher ta vie dans une histoire qui n'avait aucune chance d'avoir un avenir ? Parce que moi ça ne me suffit plus, j'ai besoin d'avoir une relation stable tu comprends ? Une personne sur qui je peux compter... Est-ce que tu penses être cette personne ?

Erin avait du mal à faire confiance aux gens et elle en venait même à douter de Rafael. Après tout, leur histoire avait commencé sur les chapeaux de roues, le jeune homme avait un passé assez déroutant et jusqu’à aujourd’hui, elle avait fermé les yeux et elle l’avait accepté, mais il se pouvait qu’un jour sa véritable nature refasse surface, ce qu’elle serait incapable de supporter. Les fêtes, l’alcool, le sexe… Rien n’avoir avec la demoiselle. Certes, elle aussi aimait les fêtes et elle aussi avait un passé, mais pas aussi important que celui de Rafael, et elle ne savait pas comment mettre le sujet sur le tapis. Quoi qu’il en soit, il disait pour le moment qu’il aimait l’idée qu’il lui appartienne, mais étais-ce encore le cas ? Pouvait-elle avoir l’arrogance de penser qu’il lui appartienne ? Bien sur que non, la jalousie était un sentiment qu’elle ne contrôlait pas et qui était plus fort qu’elle, tout simplement.

Parce que tu m’appartiens ? Écoutes, la situation est compliquée alors si tu veux t’amuser, je ne t’en empêche pas, on n’est pas marié que je sache.

C’était elle tout craché, dire le contraire de ce qu’elle pensait afin de noyer le poisson. Elle préférait de loin se montrer arrogante et agressive plutôt que de montrer à quel point cette histoire la rongeait car il y avait trop de choses à prendre en compte. Sans qu’elle ne s’y attende le jeune homme tira la jeune femme vers lui, lui disant qu’ils étaient en quelques sortes connectés… Ils l’étaient du moins. Erin savait qu’il ignorait réellement ce qu’elle pensait, ce qu’elle éprouvait et ce qu’elle désirait. Il la connaissait plutôt bien, mais pas à ce point.

Je te dis que je vais bien.

_________________

    "C'est une idée préconçue que la pensée positive mène à une vie plus heureuse, plus saine. Enfants, on nous dit de sourire, d'être joyeux et d'avoir une tête souriante. Adultes, on nous dit de voir le bon côté des choses, de faire de la citronnade et voir le verre à moitié plein. Parfois, la réalité s'immisce dans notre capacité à avoir l'air heureux toutefois. La santé peut se dégrader, les petits-amis vous trompent, les amis vous déçoivent. C'est dans ces moments que l'on veut être vrai, tomber le masque et être soi-même, effrayé et malheureux. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Ven 11 Nov - 14:36

Elle voulait que nous parlions alors nous allions le faire. Elle me posa des tonnes de questions, enfin non c'est plutôt les questions qui hantaient son esprit dont elle me fit part. Je lui répondit alors que non je ne pouvais pas tourner la page pour la simple et bonne raison que pour moi c'était la bonne, je n'irais pas chercher ailleurs. Je l'attendrais, mais encore fallait-il que la jeune femme me croit, elle doutait si facilement des gens, ne donnant pas sa confiance comme ça. Et paf ! Comment mettre la pression à un mec, tout simplement en lui demandant s'il été sûr de ne pas se tromper dans sa décision. On ne pouvait pas être sûr à 100% de l'avenir, n'importe quoi pouvait arriver. Elle m'avoua qu'une simple relation ne lui suffisait plus, elle voulait quelque chose de stable donc sûrement avec mariage et enfants plus tard dans le temps. Ce n'est pas quelque chose ou je dirais non car je vais encore me répéter mais pour moi c'est la bonne, seulement je ne suis pas prêt à assumer des grandes charges de suite, mais oui j'aimerai qu'elle soit ma femme puis surtout la mère des mes enfants. Elle a réussi à me changer, à me sortir de ma mauvaise passe, même à faire que j'arrête de coucher à droite et à gauche... Donc c'est qu'elle est bien plus qu'une amourette pour moi !

RAFAEL Tu sais que tu as toujours pu compter sur moi Erin, puis tu sais que tu es la bonne pour moi. Je veux tout faire avec toi, avoir des enfants me marier seulement tu ne sembles pas en être certaine. Je ne sais pas réellement comment te convaincre, c'est comme si tu ne me faisais pas entièrement confiance, et c'est blessant. Je sais qu'avant je n'étais pas un exemple de vertu mais tu as su me changer en un autre homme.

Et encore une fois alors que je lui faisais limite des compliments, que je lui montrais que j'étais à elle et à personne d'autre, je me faisais limite envoyer bouler. J’eus très mal quand elle m'annonçait qu'après je pouvais très bien sortir, que nous n'étions pas marié donc qu'elle n'avait rien à dire. Je gardais néanmoins contenance face à elle mais je répliquais un peu plus sèchement que je ne l'aurais voulu.

RAFAEL Tient ça tombe bien ce soir je suis invité à une fête d'une amie.

Oui je suis sûrement salaud mais je voulais la faire réagir, car si elle continuait à me repousser de la sorte il finira par me perdre, et je suis certain que ce n'est pas ce qu'elle veut au fond d'elle... Quoique maintenant même moi je vais douter de ce qu’elle m'a dit quand nous étions encore ensembles. Mais je ne pouvais pas rester en colère longtemps avec elle, je la pris donc contre moi, lui révélant que je savais qu'elle allait mal car je le sentais nous étions connectés... Seulement encore une fois elle me repoussa cette fois-ci c'était de trop dans une journée.

RAFAEL Putain mais qu'est-ce qui va pas chez toi ! Je te prouve par mille et une façon que je t'aime qu'il n'y a que toi que je ne vis que pour toi et tu me remballes depuis toute à l'heure. C'est bon merde ! Tu veux quoi que je me barre pour de bon ? C'est ce que tu veux ? Après tout si je partais ça te ferais rien, car c'set vrai madame va bien !

Oui j'étais très dur mais là elle me blessait beaucoup, j'allais mal, je faisais tout pour ne pas le montrer, je faisais tout pour lui plaire, la charmer encore, prendre soin d'elle et je suis traité limite comme de la merde, franchement je ne suis pas maso non plus... Mon coeur se déchirait en lambeaux dans ma poitrine.


Dernière édition par Rafael A. Adams-Hoopkins le Dim 13 Nov - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ PAROLES : 318
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/08/2011

▐ AGE : 25 ans
▐ OCCUPATION : Infirmière
▐ LES SENTIMENTS : Compliqué...
▐ POINTS : 0
MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Sam 12 Nov - 21:08

Comme à son habitude, Rafael voulait rassurer la demoiselle sur ses intentions envers elle, sauf que cela ne fonctionnait pas. Elle en était arrivée à un stade où elle avait besoin de souffler, car elle préférait que les choses viennent d'elle-même, si aujourd'hui ils devaient être ensemble, un signe quelconque se manifesterait. Elle avait mûri et elle savait ce qu'elle voulait et ce qu'elle voulait c'était se reposer un instant, rien qu'un petit moment, quelques heures, s'évader et ne penser à rien. Les réponses aux questions dont elle se posait viendraient d'eux-même au moment où elle s'y attendrait le moins, c'était toujours comme ça, non ? En tout cas, elle refusait de se prendre la tête pour une histoire qui la faisait souffrir. La petite Erin d'autrefois n'aurait pas hésité un seul instant concernant ses sentiments, elle ne se serait posée aucune question et les auraient fui, être volage à parfois du bon. Oh elle savait qu'elle était en ce moment blessante, mais c'était sa façon de se protéger, en aucun cas elle désirait faire du mal au jeune homme. Erin était de loin la personne la plus douce et gentille qu'il soit, mais ces derniers temps elle était sur la défensive et il ne l'aidait pas beaucoup à aller mieux, elle avait juste besoin d'une personne à qui parler et malheureusement il n'était pas cette personne. Comment lui faire comprendre sans pour autant lui faire de mal ? Finalement, ce break était une bonne chose, le fait de lui parler en ce moment même lui en donnait conscience. C'est vrai, avant il n'était pas un modèle de vertu et il avait changé, Erin avait ce don, faire sortir le meilleur côté des personnes. Elle aimait croire qu'en chaque personne se cachait quelqu'un de bien. En plus, comment pouvait-il savoir qu'elle était la bonne à à peine 25 ans ? Il y aurait encore tellement d'années, tellement de souffrances et de déceptions, peut - être valait-il finir seul pour ne pas avoir à souffrir, mais parfois ça fait encore plus mal quand on ne sent plus rien, pas même la souffrance. Enfin bref, elle le regarda dans les yeux avec un air impassible.

Tu es prêt à fonder une famille ? Toi ? Arrête un peu, il est impossible de songer à une chose pareille dans notre situation, pour le moment on est juste dans une phase de doute. Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux mettre un terme à toute cette mascarade ? Je veux dire que cette situation devient invivable. T'en penses quoi de ton côté ?

Elle ne voulait pas le blesser davantage, mais autant aller franc jeu, non ? Elle avait peur et il ne semblait pas le comprendre. Erin avait l'impression qu'il ne se préoccupait que de lui et de lui seul, c'était légèrement égoïste parce qu'il ne se souciait pas de son bien être, il devait penser que tout se résoudrait en un claquement de doigts, difficile, hein. Quoi qu'il en soit, la suite de ses propos la fit sortir de ses gonds. Pour qui se prenait-il à lui parler de la sorte ? Elle avait besoin d'être réconfortée, pas d'être insultée. Oui, elle avait l'impression d'être insultée quand il parlait d'autres filles puisqu'il disait l'aimer, mais lui montrait le contraire. Ce n'était pas un peu se moquer du monde ? De toute façon, elle était forte et elle ne se laisserait pas démonter. Certes, il connaissait Erin, mais pas aussi bien qu'il le croyait, son passé n'était pas tout rose non plus. Certes, il essayait de tester sa jalousie, mais n'avaient-ils pas dépassé la phase test de leur relation ? Ce n'est pas lui qui parlait de confiance un peu plus tôt ? Dirait-il une chose tout en pensant son contraire ? Oh, la demoiselle n'avait pas dit son dernier mot. Quelle était cette amie ? Elle en n'avait aucune idée et elle s'en moquait.

Ah oui ? Et moi ce soir je vais faire les bars de la ville. Alors, n'oublie pas une chose, ce que tu feras ce soir, moi je le ferais en pire.

Et voilà qui était dit, en plus ce n'était pas du bluff. Avant, Erin avait pour habitude de trainer dans les bars, surtout quand elle n'était pas en forme, mais elle avait cessé de s'y rendre quand elle s'était mise en couple avec Rafael. Bon, elle y allait encore de temps en temps pour voir son meilleur ami, mais elle évitait parce qu'elle savait que le jeune homme n'appréciait pas son meilleur ami. Si monsieur voulait la faire réagir, il avait réussi. Elle pensait déjà à la tenue qu'elle mettrait, plutôt jupe ou jean ? Elle hésitait beaucoup, surtout qu'elle était officiellement célibataire et que quoi qu'elle fasse dans la soirée, elle n'aurait pas à s'en soucier, puisqu'elle n'a pas de compte à rendre à personne, être célibataire avait quand même de bons côtés. Il avait réussi, la jeune femme était hors d'elle, la façon dont il s'adressait à elle ne la laissait pas indifférente.

Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? Je te dis que je vais bien, que je me porte comme un charme, mais non monsieur insiste, il veut quoi le jeune homme ? Que je lui dise que j'ai mal ? Que cette relation me ronge de l'intérieur ? Et ben je lui dis également que je ne suis pas prête à retourner dans ses bras. C'est bon, tu te sens mieux, t'es content d'avoir joué au psy ? Bref, si tu n'y vois aucun inconvénient je m'en vais, tu m'as enlevé l'appétit.


Et voilà qui était dit, elle avait était un peu loin, mais au moins elle avait le coeur léger. Elle se leva prête à partir, prenant son sac à main et ses clefs de voiture, elle était bien trop fière pour le lui dire, mais lui aussi venait de la blesser alors s'il avait voulu la faire réagir, il avait réussi, désormais elle ne se sentait plus prête à retourner vers lui.

_________________

    "C'est une idée préconçue que la pensée positive mène à une vie plus heureuse, plus saine. Enfants, on nous dit de sourire, d'être joyeux et d'avoir une tête souriante. Adultes, on nous dit de voir le bon côté des choses, de faire de la citronnade et voir le verre à moitié plein. Parfois, la réalité s'immisce dans notre capacité à avoir l'air heureux toutefois. La santé peut se dégrader, les petits-amis vous trompent, les amis vous déçoivent. C'est dans ces moments que l'on veut être vrai, tomber le masque et être soi-même, effrayé et malheureux. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Dim 13 Nov - 13:02

Le ton montait de plus en plus entre eux, cette discution qui aurait du peut-être les réunir alors finir par les séparer pour de bon cette fois-ci, mais Rafael détestait qu'elle fasse comme si tout allait bien alors que ce n'était pas le cas, il le savait très bien. Pourquoi le vivrait-elle bien ? Pourquoi serait-elle ravie d'être dans cette situation ? Pour lui c'était tout bonnement impossible, mais peut-être qu'elle vivait très bien cette situation de célibataire... Car après tout lui comme elle le sont... Bon lui ne voulait pas mais visiblement elle n'était pas décidée à se que ça s'arrange, quand elle sortit le reste Rafale du se retenir pour ne pas montrer qu'il était blessé. Oui il l'était grandement, avait-elle vraiment envie de tout arrêter... Au final peut-être était-ce mieux pour elle pour qu'elle ne souffre plus, je me fichais pas mal de ma souffrance si cela peut faire qu'elle aille mieux.

RAFAEL Oui je suis prêt bien sûr il faudrait que notre situation s'arrange pour que nous puissions le faire. Oui elle est invivable mais vois-tu je continuais à me battre pour toi... Mais si tu souhaites tout arrêter je respecterais ton choix, je ne veux que ton bonheur et tant pis s'il est sans moi !

Je me tournais, lui faisant dos je ne pouvais pas lui montrer les larmes qui montaient en moi, de plus je ne suis pas ce genre de personne qui montre ce qu'elle ressent, je n'ai jamais été ainsi, mais je crois que là était le pire moment de ma vie, là ou j'avais souffert le plus, mais si elle souhaitait partir je n'allais pas la retenir comme prisonnière dans une cage aussi dorée soit-elle. Elle me lança alors que je pouvais faire ce que bon me semblait, que nous n'étions pas marié et donc que je n'avais aucuns compte à lui rendre, mais bordel se foutait-elle réellement de moi ? En colère et déçu je ne pus m'empêcher de sortir que ça tombais bien car ce soir j'avais une fête chez une amie, ce qui était réellement faux, il y avait toute les chances que j'aille me bourré dans un bar remplit d'ivrognes.

RAFAEL La vérité c'est que tu as peur et que tu refuses que je te serres dans mes bras que je te réconfortes, je fais tout pour toi j'ai changé pour toi, j'ai tout arrêté pour toi... Nous étions heureux avant, tu me laissais prendre soin de toi mais là tu es froide et arrogante, voulant faire comme si tout vas bien mais ce n'est pas le cas ! Je ne vis pas bien cette relation compliquée et toi non plus, arrête de vouloir tout supporter seule... Ça te détruiras.

Oui là je n'en pouvais plus sa façon d'être commençait légèrement à m'agacer, je crois que c'est la première fois que nous nous disputions aussi fort, et malheureusement ce n'est pas du bon qui en ressortira j'en suis sûr.

RAFAEL Tu te portes comme un charme fous toi de ma gueule va, se serait le cas tu ne m'éviteras pas depuis des jours !

Le reste me clouais sur place, alors finalement je la perdais, tenait-elle réellement à moi ? Ses sentiments avaient-ils changés à mon égard, visiblement oui... Je n'avais même plus la force de répondre à quoique se soit. Elle me lança alors qu'elle partit que l'appétit l'avait quitté, je repris alors mes esprits et lui lançais amèrement.

RAFAEL Pour quelqu'un qui disait m'aimer ben bravo. Si tu passe cette porte ne reviens plus jamais me voir !

Je savais que je la perdrais quoique je dise de toute manière, je restais le plus stoïque possible, mais mon coeur lui était en lambeaux dans ma poitrine et personne ne le réparera jamais.


Dernière édition par Rafael A. Adams-Hoopkins le Mer 16 Nov - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▐ PAROLES : 318
▐ DATE D'ARRIVEE : 08/08/2011

▐ AGE : 25 ans
▐ OCCUPATION : Infirmière
▐ LES SENTIMENTS : Compliqué...
▐ POINTS : 0
MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Dim 13 Nov - 17:15

Bien sur que non, elle n'avait pas du tout envie que tout cela s'arrête, mais il n'essayait pas d'arranger la situation, elle était blessée et la souffrance s'insinuait en elle un peu plus chaque jour. Seulement, quand elle le voyait réagir de cette façon, il lui rappelait le jeune homme qu'il était autre fois, rien à voir avec celui qu'elle aimait, bien au contraire, il représentait tout ce qu'elle détestait. Il disait être prêt à devenir père si elle, de son côté, était prête à faire en sorte que ça aille mieux entre eux, mais pour le moment tout ce que Erin voyait c'était un gamin capricieux qui désirait retrouver son jouet. N'était-ce pas lui qui, quelques minutes plus tôt, avait lourdement insinué qu'il pouvait très bien la remplacer ? Bien soit, ce n'était pas de cette façon qu'il allait la récupérer. Leur couple était en pleine crise. A vré dire, elle ignorait si elle avait envie de retourner vers lui, quelques minutes plus tôt la réponse était une évidence, mais là plus leur conversation avançait et plus leur relation en prenait un coup. Il disait vouloir son bonheur, mais était-il sincère ? Elle s'en moquait, elle leva juste les yeux au ciel parce qu'il commençait sérieusement à l'agacer, il s'enfonçait.

Écoute, t'es un grand garçon, non ? Alors, fais ce dont tu as envie, ne te préoccupe plus de moi, tu sais quoi, fait même comme si je n'avais jamais existé comme ça, ça te facilitera la tâche. De toute façon je ne crois pas au bonheur.

Il fallait dire que la vie lui montrait à maintes occasions que le bonheur n'existait pas, jusqu'à présent, elle avait du se battre dans la vie pour obtenir ce qu'elle désirait alors que lui de son côté il avait toujours eu tout ce dont il désirait, c'est facile quand on vient d'une famille riche, mais Erin ne provenait pas du même monde, la jeune femme était modeste, elle avait des principes et connaissait la valeur des choses alors bien sûr elle voulait profiter de la vie à fond pendant qu'elle le pouvait encore, ils n'avaient pas la même vision des choses et l'impulsivité de la jeune femme, lui jouait parfois de mauvais tour, mais au moins elle savait qui elle était et d'où elle venait et qui était-elle ? Une jeune femme qui avait un beau jour au conte de fées avant que la vie ne lui reprenne ce qu'elle lui avait donné alors non, quoi qu'il pouvait dire, quoi qu'il pouvait faire, rien ne lui ferait changer d'avis, le bonheur n'existait pas, pas pour une fille comme elle. Seulement, il ne semblait pas vouloir la comprendre et c'était la difficulté de la chose, quand deux être s'aiment, mais que tous les opposent, on finit par se poser des questions. Est-ce la bonne personne ? Ne devrais-je pas plutôt être avec une personne qui voit la vie à ma façon ? Il avait toutefois raison sur un point, elle était terrorisée, après tout ce n'était pas donné à tout le monde d'aimer une personne de cette façon, d'un amour qui semble même indestructible tant il est fort, elle avait peur de ses sentiments, d'autant plus maintenant que leur amour était interdit. Pouvait-elle encore rêver de ses bras ? De ses baisers ou de sa peau ? Cette époque lui semblait tellement lointaine. Il était sa faiblesse et elle refusait de craquer, pas tant que tout ce soit éclairci, la situation était compliquée et peut-être qu'elle devait rester ainsi, peut être qu'ils avaient été trop loin et qu'il était trop tard pour revenir en arrière, peut-être que leur relation était morte à jamais...

Tu ne comprends pas Rafael, il est déjà trop tard, cette relation m'a déjà détruite. La petite fille douce et gentille que j'étais est morte pour laisser place à cette jeune femme arrogante et qui ressemble à un iceberg. C'est toi qui l'a créé alors assume les conséquences.

La petite Erin qui se laissait marcher sur les pieds et qui était presque parfaite avait disparu pour toujours et il devait l'accepter. Cette relation l'avait rendu plus forte, elle avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui, mais en règle général, elle n'était pas si froide, si elle l'était en ce moment même, ce n'était uniquement parce qu'il disait la connaitre, qu'il disait savoir ce qu'elle voulait... Alors qu'il ne savait rien du tout et ça l'avait vraiment agacé. Ce n'était pas de cette manière que les choses allaient rentrer dans l'ordre. Puis, la jeune homme dit enfin quelque chose de pertinent, que si elle allait vraiment bien, elle ne s'amuserait pas à l'éviter alors elle soupira avant d'ajouter :

Ça ne t'est jamais venu à l'esprit que je pouvais t'éviter parce que j'avais besoin de me retrouver seule ?

Elle en avait tellement assez de ses bêtises qu'elle s'était levée, prête à partir. Mais au même moment, le jeune homme, contre toute attente, lui fit des menaces, si l'on peut dire cela ainsi. Si elle franchissait la porte, elle pouvait lui dire adieu pour toujours, son regard se figea un instant sur le jeune homme, son comportement l'écoeurait un peu. Erin était convaincue d'une chose pourtant, s'il tenait vraiment à elle, s'il l'aimait autant qu'il voulait le lui faire croire, alors il la laisserait revenir vers lui en temps voulu, si toutefois les choses se passaient comme elle le souhaitait.

J'y crois pas... Tu me déçois beaucoup, tu sais ? ... Si c'est ce que tu veux, je te dis au revoir.

Et sur ce la jeune femme prit la poignée de la porte, la tourna et disparu derrière la porte.

_________________

    "C'est une idée préconçue que la pensée positive mène à une vie plus heureuse, plus saine. Enfants, on nous dit de sourire, d'être joyeux et d'avoir une tête souriante. Adultes, on nous dit de voir le bon côté des choses, de faire de la citronnade et voir le verre à moitié plein. Parfois, la réalité s'immisce dans notre capacité à avoir l'air heureux toutefois. La santé peut se dégrader, les petits-amis vous trompent, les amis vous déçoivent. C'est dans ces moments que l'on veut être vrai, tomber le masque et être soi-même, effrayé et malheureux. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   Mer 16 Nov - 17:20

Et voilà ce qui devait être une discution pour essayer d'arranger la chose finissait en règlement de compte, je ne voulais pas la perdre seulement ça en prenait tout le chemin contraire, ce qui me blessais grandement. Je pensais qu'elle reviendrais vers moi mais elle me lança qu'elle était déjà détruite, elle et moi alors elle crois quoi que je sautais de joie à l'idée de vivre comme cela.

RAFAEL Je l'ai créé attend tu te fous de ma gueule ou quoi ?! Tu crois que j'ai demandé tout ça ? Je n'ai rien à assumer car c'est nous deux qui nous sommes mis d'accord pour arrêter cette relation, même si je n'étais pas vraiment pour du tout.

Mon sang bouillonnait à l'intérieur de mes veines, là plus que jamais je haïssais mon père à cause de lui il y avait de grandes chances que je perdre ma bien-aimée pour toujours car il s'est remis avec son amour de jeunesse. Oui j'étais plus que blesser par ces propos, c'est vrai que ce n'était plus ma Erin nous avions bien changé tous les deux, nous étions devenus de plus en plus distant, un fossé nous séparait désormais, et encore je suis généreux sur la description... Ça ressemblerait plutôt à un canyon.

RAFAEL Et tu ne t'ai jamais dis que j'aurais aimé que tu me dise pourquoi tu étais distante ? Tu sais je ne t'aurais pas couru après je t'aurais laissé le temps de réfléchir dans ton coin.

Je ne sais pas si des fois cette femme réfléchissait, du moins là je voyais que la colère prenait une tournure de mauvaise augure pour nous. Je lui annonçais alors que si elle partait il ne valait mieux pas qu'elle revienne vers moi ! Oui j'étais blessant en disant cela et j'en avais tout à fait conscience, mais là s'en était de trop me faire repousser ainsi j'en avais ma claque. J'ai un coeur merde, je ne suis pas un homme insensible.

RAFAEL Ouais c'est ça au revoir

Je n'ai pas eu le temps de finir ma phrase qu'elle était déjà partit, je bouillonnais mon poing s'abattit contre le mur qui s’effrita quelque peu, quand à moi j'ai eu le droit à un joli mal à la main mais ce n'était rien comparé à mon coeur qui hurlait de douleur dans ma poitrine.


HJ: désolé c'est nul et un peu court
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin   

Revenir en haut Aller en bas
 

T'aimer et ne pas pouvoir t'embrasser c'est l'horreur ♣ Erin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Aimer sans pouvoir le dire...(pv Ocean chérii :D)
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Les femmes noires au pouvoir ...
» HAITI POURQUI ET POURQUOI LES LUTTES POUR LE POUVOIR ?LES E
» HAITI: HISTOIRE, POUVOIR, CONSTITUTION
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-