AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 AIDAN&JACKS - Don't piss me off

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Mar 4 Sep - 22:23


Don't piss me off

Jackson était quelqu'un de professionnel... La blague. Ce n'était clairement pas pour son professionnalisme que Thayer l'avait embauché... Parce que c'était sûr que Jackson avait plutôt tendance à n'en avoir aucun. Mais il savait faire des coktails... Même de très bon, et rapidement, et il avait la tête de l'emploi, et il attirait une certaine clientèle féminine prête à dépensé pas mal d'argent pour les sourires d'un barman. Et forcément ce n'était pas Jason qui allait draguer les clientes... Non pas qu'il soit gay hein... Quoique peut être... Mais plutôt qu'il était du genre droit dans ses bottes... Et puis vu qu'il sortait avec Ashleigh c'était même carrément mieux. Alors que Jason assurait la partie professionnel, Jackson faisait office de jolie coeur, de bête de foire, et de dragueur. Et généralement ça marchait plutôt bien. Enfin sauf lorsque les copains des filles n'appréciaient pas, et que ça tournait au vinaigre... Mais que dire... Ce sont les risques du métier ? Ou alors c'était surtout les risques d'être un crétin je m'en foutiste comme Jackson.

Il avait donc commencé son service à 19 heures... Comme tous les soirs. L'ambiance se faisait lourde avec Jason. Déjà qu'il n'avait jamais été de très bon pote, mais entre la mort d'Eva et le bordel avec Ash ce n'était vraiment pas beau à voir. Parce que Jason s'était montré aimable et civilisé en ce qui concerne Eva et ne lui avait pas démonté sa gueule, Jackson serrait les dents et s'abstenait de le faire en ce qui concerne Ash. Mais il n'en pensait pas moins. La jolie blonde ne lui dirait pas. De peur que Jackson n'aille ficher son poing dans les dents de son mec, ex ou je ne sais quoi... Mais il ne fallait pas le prendre pour un con non plus. Merde, il avait aimé cette nana comme personne, et elle pensait qu'il était pas capable de la comprendre un minimum ? Il n'était pas non plus une complète brute dénué de neurone... Bien que clairement il en est cramé la plus part... Il paraît que sa repousse ces bestioles là... Et puisque ça faisait un moment qu'il était clean... L'ambiance était donc carrément lourdingue. Ils n'avaient même pas coeur à jouer à leur petit jeu à la con de celui qui fera le meilleur cocktail... Pour dire. Ils travaillaient chacun de son coté du bar, se lançant tout de fois de temps en temps des regards pour voir ou l'autre en était. Ca allait être la fête ce soir. Jackson soupira, et sourit à la demoiselle qui se plantait devant lui. Non il ne la draguait pas. Oui c'était sa soeur. Savannah répondu doucement au sourire avant d'attraper les boissons que lui tendait son frère et d'aller les servir. Il soupira à nouveau. Rien ne pourrait jamais redevenir comme avant. C'était con... Mais il était franchement aller trop loin, et il avait vraiment casser quelque chose chez elle. Il était à baffer.

Jackson ne faisait pas vraiment attention à qui rentrait dans le bar, parce qu'il y avait trop de monde... Et puis que s'il venait au bar il finirait par les voir éventuellement et que surtout il en avait rien à foutre. Ashleigh ne passerait pas aujourd'hui. Probablement pas envie de croiser Jason. Et puis Decklan ne venait pas non plus. Peut être à réconforter sa soeur quelque part. Voilà une relation fraternel qui marchait. Il fallait dire que Decklan était peut être un peu à coté de ses pompes - sinon ils ne s'entendraient pas aussi bien- mais il n'était pas méchant, et déconnait rarement à plein tube comme Jackson savait le faire. Avec lui c'était presque un art. Un peu aléatoire et surtout un don un peu maudit... Mais de l'art tout de même. Pourtant il ne manqua absolument pas l'entrée d'Aidan. Sa mâchoire se contracta brutalement, il ferma les yeux, se répétant à lui même, ne va pas voir Savannah, ne vas pas voir Savannah, ne va pas voir Savannah. Il ne connaissait pas franchement le jeune homme. Et il ne l'aimait même pas du tout. Et l'idée de le voir encore une fois trainer à coté de sa soeur ne l'enchantait pas du tout. Surtout que clairement elle était raide dingue de lui (Byron, Aidan, Savannah avait toujours eu des gout de chiotte... Bon bon comme sur Byron, Jackson non plus ne l'avait pas vu venir. Enfin si... Mais c'est de Jackson dont on parle). Il s'acharna sur un pauvre cocktail, manquant de casser le verre entre ses doigts crispés de colère. Qu'on se mette d'accord il était hors de question qu'il perde son sang froid face à ce type, surtout alors que Savannah était quelque part dans la pièce et qu'à tous les coups ça serait lui qui aurait tord. L'amour. Chose stupide et virulente comme la peste. Si un jour il l'attrape il se tue. Alors que Jackson tournait le dos à la salle, cherchant des ingrédients pour un cocktail rarement demandé, Aidan s'installa lui tournant le dos au bar... Jackson ne mit pas longtemps à le reconnaître, et envisagea un instant de l'assommer discrètement sans que personne ne soupçonne rien... mais clairement si personne le soupçonnait, Savannah s'en chargerait. Il était trop prévisible à ce qu'il paraissait. Alors pour jouer la carte de l'imprévisibilité, il allait se montrer poli avec ce grand con. «Qu'est ce que je vous sers ? »Il était barman tout de même, son boulot c'était de servir les gens, pas de les embrasser et de faire la paix tout de même. Mine de rien il attendait avec impatience que ce grand con se retourne, pour voir la tête qu'il ferait quand il verrait la sienne. Un sourire impérisablement con sur le visage, comme toujours, un peu vicieux sur les bords.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Mer 5 Sep - 12:46

I spit on your grave
Jackson & Aidan

...



La Suite 700 n'était plus qu'un tas de cendre. Personne n'avait rien vu venir, c'était tout simplement horrible. Le dernier étage de l'immeuble avait prit feu et, très vite, les flammes avaient envahis le Pub, ravageant tout sur son passage. Les banquettes avaient brûlées en premier, puis les flammes c'étaient attaqués au mur. En quelques secondes, toute la partie VIP c'était embrassé dans une gerbe d'étincelle. Le pire arriva quand le feu se propagea vers le bar et que, dans la panique, une bouteille d'alcool se brisa. L'alcool décupla la source d'étincelle et le brasier prit de l'ampleur, forçant Aidan, se trouvant dans la remise à quitter les lieux. Il n'avait rien vu venir, il n'avait pas comprit comment une telle chose était arrivé. Heureusement, la soirée avait été tranquille et la plupart des clients avaient déjà quittés les lieux au moment du drame. Seul Aidan restait en retrait dans sa remise, tandis que l'un de ses employés servait encore une table ou deux. C'est les hurlements qui avaient sortit Aidan de sa rêverie. Il avait sortit la tête de sa planque au moment où les flammes léchaient les murs et que la fumée se propageait à une vitesse hallucinante dans la pièce. Il avait jeté un oeil à la salle et constaté que le peu de clients avaient déjà emprunté les escaliers pour fuir, l'ascenseur étant condamné. Devant un tel drame, ses jambes se tétanisèrent et sa respiration se fit haletante. Il ne pouvait pas abandonner son Pub, il ne pouvait pas s'enfouir et voir tout ce travail partir en fumée. Non, c'était impossible. Au loin, il entendait quelqu'un hurler son nom mais son corps refusa d'obtempérer. Il ne voyait plus rien tant la fumée avait rendu l'air irrespirable. Ce fut une voix dans sa tête qui le força à décamper, les pleurs de Julian. Il ne pouvait mourir ici, son fils avait besoin de lui. A toute vitesse, il sauta dans la cage d'escalier tandis qu'une légère explosion fumée quelques mètres au dessus de lui. Une fois en bas, il constata que les secours avaient déjà été prévenu et déjà, les pompiers s'aféraient à éteindre l'incendie. Quelques temps plus tard, le feu avait disparu, laissant place à une scène lugubre sentant le charbon. Aidan regarda son Pub partir en fumée, dans l'incapacité de changer quelque chose.

Ne plus travailler était devenu pesant. Aidan s'occupait du mieux qu'il pouvait mais sentait l'ennuie apparaître quelque fois, quand Julian dormait paisiblement, quand l'envie de boire un verre devenait trop forte. Alors il regardait au dehors et attendait patiemment que cette histoire se tourne même si il n'avait plus la foi pour ça. Ce soir là, Aidan tourné comme un lion en cage dans sa villa. Il n'en pouvait plus. Sans prévenir, il débarqua chez Billie, Julian sous le bras. « Désolé de te déranger mais ... Tu peux me garder Julian, pas longtemps promis. J'ai besoin de prendre l'air. Alors tu veux bien ? », demanda t'il avec son regard de chien mouillé. Billie n'était pas du genre à l'envoyer bouler pour ce genre de chose. Aidan lui rendait service et elle faisait de même. Elle était la seule personne en qui il pouvait vraiment avoir confiance pour confier son fils. Bien sur, il aurait put appeler Charlie qui demandait a revoir Julian mais c'était tout bonnement impossible, plutôt crever que de lui filer le gamin ! Billie sembla s'inquiéter de voir son frère si pressé de partir mais heureusement pour lui, River devint pénible et elle dut abandonner son intérogatoire pour le moment. Un dernier baiser sur le front de son fils et Aidan filait au volant de sa voiture, direction le Barking Spider. Il n'y allait jamais, pour deux raisons. Le premier, Savannah était l'une des gérants et Aidan avait encore du mal à la voir sans ressentir une douleur dans la poitrine. Elle lui manquait beaucoup trop pour devenir suicidaire en allant la-bas uniquement pour la voir. Seconde raison, Thayer en était le gérant principal. Bien que leur relation c'était amélioré depuis sa sortie du coma, Aidan se sentait toujours un peu étranger en sa présence. Mais il était le parrain de Julian, ce qui forçait Aidan à vouloir arranger les choses entre eux. Ce soir, il comptait l'inviter à passer chez lui, pour voir Julian et peut être pour discuter un peu.

Aidan poussa les portes du bar et une ambiance bien familière le fit sourire. Ce bar était à l'image de son propriétaire, mystérieux et sobre. Aidan devait reconnaître qu'il s'y sentait bien même si le fait d'être ici lui rappelait douloureusement la perte si soudaine de son emploi. Le lieu était blindé et Aidan dut se frayer un chemin jusqu'au bar où il prit place sur un tabouret vide. Le dos tourné au bar, il cherchait des yeux Thayer. Celui-çi devait se trouver dans le coin, ou peut être dans la remise, ce qui était assez agréable pour un gérant. Il chercha également Savannah mais celle-çi ne semblait pas travailler ou alors il ne la distinguait pas dans la foule. « Qu'est ce que je vous sers ? », demanda une voix dans son dos. Aidan sourcilla et se retourna ... Face à Jackson. En une fraction de seconde, son poing se crispa violemment contre sa cuisse, sa mâchoire se carra et son coeur s'accéléra brutalement. Thayer l'avait donc employé ici ... Car il ne pouvait s'agir de Savanah, du moins l’espérait-il. Elle n'aurait put engager son salaud de frère ici, surtout pour le voir chaque jour. « Jackson ... J'aimerai bien que tu me serve un verre mais il risquerait de s’écraser sur ta sale gueule .», dit-il en le fixant, une envie irépréhensible de meurtre coulant en lui.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Mer 5 Sep - 13:29


Don't piss me off

Honnêtement Jackson n'avait aucune idée de ce qui l'avait poussé en premier lieu à détester Aidan. Peut être sa tête de gosse de riche, sa bouille de faux looser coincé en prison. Peut être le regard qu'il avait déposé sur Savannah la première fois qu'elle était venue le voir. Parce que c'était de sa faute si Savannah avait rencontré Aidan. Si jamais il ne s'était jamais retrouvé dans ce trou, ils ne seraient jamais rencontré. Et Jackson ne l'aurait peut être jamais haït... Jamais connu non plus... Mais c'était pour le mieux. Aidan se croyait mieux que Jackson. Ca crevait le regard. Mais franchement en taule... Est ce qu'on pouvait se permettre de dire qu'un tel ou un tel était mieux que l'autre ? Certes il avait des rêves... Et alors ? Jackson rêvait de rendre Savannah heureuse... Ca ne pouvait pas suffire ? Peut être que si, s'il avait été en mesure de lui apporter. Peut être était-ce de la jalousie. La jalousie de voir Savannah tomber pour ce crétin, égocentrique qui ne porterait jamais aucun égard pour le grand frère paumé de sa dulcinée. Il avait vu l'amour dans le regard de sa soeur et il s'était senti disparaître. Elle ne l'avait pas fait exprès. Mais au fond en aimant Aidan elle avait tué une partie de l'espoir de Jackson de s'en sortir. Mais ce n'était pas de sa faute. Il ne pouvait pas en être autrement. Savannah devait dormir. Savannah ne pouvait pas tout le temps être sur le dos de son frère, à surveillé ses moindre fait et geste, à le relever alors que lui même n'en avait plus rien à foutre de tomber. Aidan à brisé Jackson en lui volant sa soeur, son morceau de paradis. Et il en a eu aucun remords. Jackson haïssait Aidan de tout son être. Et c'était parfaitement réciproque.

D'un coté leur rancune datait de quoi... Cinq ou six ans... Normalement elle aurait du être enterré depuis bien longtemps. Pourtant Jackson ne pouvait toujours pas entendre le nom d'Aidan sans sentir de la bille de rage lui remonter en travers de la gorge. Aidan était le grand méchant de toute ses séries de bandes dessinés. Décliner sous la forme de multiple personnage. Il l'avait personnifié en serpent dragueur, en sirène menteuse, en connard des bas fond. C'était plus fort que lui Aidan valait toute la misère du monde. Aujourd'hui il n'y avait même plus de raison particulière. Juste un sentiment. Les seuls sentiments que Jackson prenait bien la peine d'écouter.

Jackson essayait de se tenir à carreau. D'abord parce qu'au fond il n'en pouvait plus non plus d'être couvert de bleu et d'ecchymose, et qu'il savait bien qu'Ashleigh et Savannah avait raison... Il finirait par y rester. On ne pouvait pas toujours avoir de la chance, on ne pouvait pas toujours être plus fort... Surtout lorsqu'on s'appelle Jackson. Ensuite parce que c'était dans l'ordre des choses à ce qu'il paraissait. Grandir, s'assagir, avoir un avenir. Bien sûr il s'y prenait toujours comme un manche, mais ce n'était pas la question, il devait prouver qu'il essayait. Pour Savannah au moins. Au fond sans Savie, Aidan et Jackson ne se haïrait pas autant. Ensuite Jackson était de service, et aussi cool Thayer soit comme patron, il n'apprécierait probablement pas une énième dispute dans son bar. Savannah non plus d'ailleurs. Alors il prenait sur soit. Il tachait de ne pas provoquer l'italien, et de se montrer bon prince... Enfin bon barman. « Jackson ... J'aimerai bien que tu me serve un verre mais il risquerait de s’écraser sur ta sale gueule .» Ouai... Clairement Aidan n'était pas dans le même état d'esprit, et était au moins aussi content que Jackson de le revoir. Jackson échappa un rire cynique. Ses poings se crispèrent. Il n'était pas connu pour son sang froid. Alors le rital serait sympa d'arrêter de le pousser à bout, sinon ils n'allaient clairement pas être copain... Enfin ils n'avaient jamais été copain. Jackson inspira pour se retenir de cogner... lui qui n'y connaissait rien en remarque fracassante. Et il s'avança vers Jason. «Jason tu peux servir monsieur... Il a peur que je crache dans son verre, et j'aimerais éviter le poing dans la gueule.» Jackson avait parler à voix basse, mais probablement pas assez pour qu'Aidan n'entende rien. Jason ne répondit rien, faisant un regard bien compréhensible du genre pas possible un autre mec qui en a après ta gueule de con ? C'est sa petite soeur que tu as fracassé cette fois ? Ou sa meilleure amie ? Jackson leva les mains au dessus de sa tête en signe qu'il était innocent et répondit un peu fort «Ca va, c'est lui qui a baisé ma soeur» Hum très fin pour un mec qui devait se tenir à carreau. Il se releva brutalement pour voir si Savannah était bien suffisamment loin pour n'avoir rien entendu de cette connerie qui lui couterait la vie. Le mot baiser à coté de soeur donnait à Jackson des envies de meurtre... Il était un peu homme de cro-magnon sur les bords quand on en venait à Savannah. Pourtant il avait perdu le droit de la protéger depuis longtemps. Savannah avait mille fois plus d'estime pour Aidan que pour lui. Il serra les dents. Ce type était un petit crétin arrogant, et pourtant Jackson ne serait jamais à la hauteur. Il y avait tout à parier que s'ils en venaient au mains, Savannah en voudrait un temps à Aidan avant d'être toucher par l'amour qu'il éprouvait toujours pour elle... Ca crevait les yeux et le bide tellement c'était évident. Alors que Jackson ne s'en relèverait probablement pas. Elle en aurait marre. Une énième bataille. Pour ce calmer il servit un manhattan à une charmante demoiselle. Un sex on the beach de la part d'un mec à une autre demoiselle... Le mec allait devoir revoir ces techniques de drague. Six bières par là. Quatre par ici... Aidan n'avait pas bougé. Dommage. Et Jackson vint le voir. «Ecoute si tu veux me casser la gueule, tu fais la queue comme tout le monde. Et on avisera plus tard... Je travaille et je veux pas d'embrouille... Encore moins devant Savie... En plus je n'aimerais pas rendre à un gosse un papa à la gueule toute abîmé. Donc soit sympa prend commande auprès de Jason et fait ce que tu avais d'autre à faire. » C'était de la sagesse encore bien conne mais c'était un début. Et puis Jackson avait réussit à parler au lieu de cogner... Ca méritait tout de même un applaudissement. Clap. Merci.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Jeu 6 Sep - 14:25

I spit on your grave
Jackson & Aidan

...



Pourquoi le sort s'acharnait-il sur lui ainsi ? Qu'avait-il fait au bon Dieu pour se retrouver toujours dans des situations pareils ? Il avait beau réfléchir, il ne comprenait pas vraiment pourquoi la poisse s'acharnait contre lui. Jackson ... Une ordure de première, le genre de gars que l'on rêve de baffer, juste parce que sa gueule vous revient pas. Il avait tout de la tête à claque, de la tête d'abrutis fini qui méritait de finir accroché au dessus de votre cheminé. C'était peut être cruel comme image mais c'était exactement ce que pensait Aidan à chaque fois qu'il croisait cette tache. Jackson était l'être le plus détestable aux yeux d'Aidan, il passait même avant Enzo, c'est pour dire. Comment un être comme lui avait put venir au monde ? Une tache pareil, c'était à la limite de l'acceptable. La haine qui lui inspirait lui donné la nausée. Jackson était le stéréotype du parfait looser qui ne savait rien faire de ces dix doigts et qui passait son temps dans des coups foireux, beaucoup plus facile que d'avoir un vrai boulot et de travailler dur pour ça. Aidan n'avait jamais put le voir, même avant de sortir avec Savannah. Il avait tout de suite vu en lui le parfait crétin, l'être égoïste et profiteur qu'il était. Pourtant, Aidan n'était pas un enfant de coeur à l'époque de sa rencontre avec le jeune Monroe, c'était même tout l'inverse. Il c'était retrouvé dans la fosse au lion après un "homicide involontaire", d'après les termes exactes. Du jour au lendemain, il était propulsé dans une vie à des années lumière de la sienne, obligé de partager une cellule minuscule, de se plier aux règles du pénitencier et de fermer sa gueule, clairement. C'est là qu'il fit la rencontre de Jackson, dans cette atmosphère déjà bien pesante. Jackson paraissait s'y connaitre un minimum en prison puisqu'il était là avant lui et qu'il avait bien la tête de l'emploi. Le fayot, bien qu'Aidan apprit qu'il fallait l'être un minimum dans ce milieu, qui voulait jouer au dur alors que c'était un froussard fini.

Aidan se retrouvait devant Jackson, toujours séparé par quelque chose, heureusement pour lui. Subitement, trouver Thayer lui importait peu tellement la présence de Jackson lui pesait. Il n'avait toujours pas aperçut Savannah mais il était certainement préférable qu'elle soit absente ou trop occupé pour voir les deux hommes "discuter". « Jason tu peux servir monsieur... Il a peur que je crache dans son verre, et j'aimerais éviter le poing dans la gueule.» , l'entendit-il dire à son collègue. L'autre barman semblait agacer et Aidan était prêt à parier qu'il se l'était déjà mit à dos. Jackson avait toujours eut le don pour se faire des ennemis, et il n'était pas étonné de constater que ce détail n'avait pas changer. « T'as peur Monroe ? », demanda Aidan avec un sourire faussement dissimulé et légèrement cynique. Il espérait bien que oui. Aidan avait perdu depuis longtemps ce côté bagarreur, du moins c'est ce qu'il aimé pensé. Il avait arrêté de provoquer les gens constamment parce que cela ne l'avançait à rien. Il avait eut une période comme ça du temps où Reaver et lui formaient un duo inséparable. A eux seuls, ils avaient mis en fuite une bande de jeunes et terrorisé deux motards. Reaver avait toujours eut sur lui ce côté rebelle qu'il avait vite perdu en coupant les ponts avec lui. Il lui arrivait souvent de se rappeler cette époque avec une certaine nostalgie ... « Ca va, c'est lui qui a baisé ma soeur » , ragea Jackson à l'intention du dit Jason. Aidan manqua de s'étrangler devant une telle phrase. Pour qui se prenait-il au juste ? Il ne supportait pas qu'on parle de Savannah ainsi, tout comme il ne supportait pas qu'on dise du mal des femmes en général. Il avait toujours vu Savannah comme une déesse, le genre impossible à égaler. Parfaite, douce et belle à souhait, il n'y avait jamais rien eut à redire. « Tu parle de Savie comme ça ? Pas sur qu'elle accepte le terme baiser. Pour être plus exact, je lui faisais l'amour comme un Dieu. », railla Aidan en crispant la machoire. Cette dernière réplique sembla agacer Jackson qui s'éloigna servir d'autres commandes. Aidan, lui, ne bougeait pas. Il ne pouvait pas tout simplement quitter les lieux, pas maintenant qu'il tenait en joute le mec qui avait foutu sa vie en l'air. Il avait beau avoir changé sur certain point, il ne pouvait accepter de le laisser en paix, il avait trop à lui faire payer pour ça.

« Ecoute si tu veux me casser la gueule, tu fais la queue comme tout le monde. Et on avisera plus tard... Je travaille et je veux pas d'embrouille... Encore moins devant Savie... En plus je n'aimerais pas rendre à un gosse un papa à la gueule toute abîmé. Donc soit sympa prend commande auprès de Jason et fait ce que tu avais d'autre à faire. », revint lui dire Jackson après une longue série de coktails. Un lâche, comme toujours. Aidan n'était pas tellement étonné par la fuite orchestré de son ex compagnon de cellule. Aidan c'était rapproché, collant son buste au bar et se retrouvant qu'as seulement quelques centimètres de Jackson. Il sentait ses nerfs à vif et c'était étrangement revigorant. « Qui t'as dis que j'étais père ? », demanda t'il rapidement, désarçonné par la révélation de son adversaire. Savannah était-elle devenu assez proche de son abutis de frère pour lui déballer ce genre de chose ? Il ne voulait pas le croire, il serai forcément déçu si c'était le cas. « Tu crois que c'est si facile de fuir Jackson ?, poursuivit-il tout de même, Tu pense vraiment que je vais partir comme ça maintenant que je sais où tu te planque ? Allez soit raisonnable, sors avec moi, comme ça personne ne nous verra et encore moins Savannah. », dit-il en le fixant droit dans les yeux. Apparemment, elle devait se trouver dans le coin, sinon pourquoi insister sur elle. Aidan ne préférait pas la chercher des yeux, cela ne ferait que mettre un plus le bazar entre eux.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Jeu 6 Sep - 16:45


Don't piss me off

Jackson était trop con pour être lâche. La lâcheté venait avec la peur. La peur avec la conscience. Et Jackson n'avait pas conscience. Peut être ne reconnaîtrait-il même pas le coup fatal qu'on lui porterait si jamais celui-ci arrivait. De plus il avait tellement peu de considération pour lui même qu'il avait absolument rien à foutre de ce qui pouvait lui arriver. Qu'Ashleigh n'entende jamais ces pensées là, elle lui arracherait la tête, et s'occuperait personnellement de son cas. Au fond il était surement un peu suicidaire. De manière bien déguisée et pas forcément consciente, mais c'était ce qu'il faisait lorsqu'il se saoulait trop, se battait trop... Il se tuait à petit feu et n'en avait rien à foutre. De toute façon pour lui, chaque jour était un pas de plus vers la mort... Après que ça soit un pas de mini pouce ou de géant et bien... Voilà. La peur lui aurait peut être fait du bien. Il aurait peut être fait moins de connerie. Ne se serait peut être pas retrouver dans des situations pareils... N'aurait pas passé quatre ans en prison, n'aurait pas souffert de multiple côté brisé. Jackson aurait probablement mieux vécu s'il avait été un froussard. Mais au fond il était aussi courageux que Savannah. Il ne reculait devant rien, ne fuyait pas ses responsabilités. Se rétamait souvent, et finissait par se relever pour tomber de plus belle juste derrière. Il était un looser persévérant dans sa connerie. S'en était d'ailleurs franchement pitoyable et désespérant.

« T'as peur Monroe ? » La voix d'Aidan siffla à ses oreilles, alors qu'il se dirigeait vers Jason, à l'autre bout du bar. Sur le coup il aurait aimé pouvoir utiliser une vitesse supersonic et pouvoir se planter devant Aidan en un quart de seconde pour lui faire bouffer le bar, le sol en dessous de lui, et l'enfoncer tête la première jusque dans les égouts. Sauf que Jackson n'avait pas de pouvoir de super héros... Il avait seulement les capacités d'un super idiot. Il se retourna néanmoins et laissa échappé un pouffement mesquin. Il se croyait drôle le petit ? Il allait se taire. Il allait de nouveau lui tourner le dos et reprendre son travail. Mais... C'était plus fort que lui. Ce petit con le mettait dans une rage terrible. Il s'avança doucement vers lui, ses muscles tendus, à vif, luttant contre l'envie cuisante de le réduire en cendre. Il s'appuya contre le bar, fermant ses doigts contre ses paumes dans un craquement. « Je ne penses vraiment pas savoir ce que c'est Aidan... En revanche je soupçonne que toi tu l'as ressens souvent la peur... La peur de voir Savannah disparaître à nouveau, la peur de perdre ton bout de chou... Ou même... De voir sombrer ton petit bijou... Comment s'appelle-t-elle déjà ? Billie non ? Sexy... » Dumb ass ! Provoqué quelqu'un qui voulait déjà sa peau c'était typiquement le comportement débile que Jackson avait constamment. D'un coté il ne pouvait pas s'en empêcher. A croire que sans ces petites poussées d'adrénaline ressentit juste avant le point d'impact il n'arrivait pas vivre. Il faut dire que depuis qu'il était clean l'adrénaline était les seuls excès qu'il pouvait se permettre... Avec l'alcool.... Dont il abusait toujours trop. Il repartit aussi sec vers l'arrière du bar pour servir d'autre gens, et éviter le bordel au milieu même du bar... Et puis c'était tellement amusant de voir Aidan bouillonner derrière le comptoir. Quoique ça ne faisait nul doute que si Jackson continuait de le chercher à ce point il finirait par passer par dessus le bar pour envoyer Jackson voler parmi les bouteilles d'alcool. Chose qu'honnêtement le Monroe avait envie d'éviter. « Tu parle de Savie comme ça ? Pas sur qu'elle accepte le terme baiser. Pour être plus exact, je lui faisais l'amour comme un Dieu. » Ok, là image mental qui lui donnait envie de gerber. Techniquement il parlait de Savie comme il voulait. Après c'était Savie qui lui en collait une et ce n'était plus un problème. Mais que ce con se permette d'évoquer la vie sexuelle qu'il avait eu avec sa soeur lui donnait des envies de meurtre. Et Aidan devait bien s'en douter. Sur le coup Jason qui avait un minimum suivit l'échange le plus pitoyable du monde, fit un geste vers Jackson et lui ordonna de retourner à ces cocktails avant que ça dégénère. Jackson considéra son collègue de haut, serra les dents, les poings - on entendit presque le grincement de ses dents dans tous le bar- et s'acharna à réaliser un nombre de commande record. Il allait se le faire.

Recouvrant pour un instant ses esprits, il entreprit de faire un discours de paix. Probablement pas inspiré des génies en la matière, Gandhi et tout le bazar dont de toute façon il ne connaissait pas l'existence. Mais pour Jackson il fallait avouer que c'était un bel essai, qui marquait une preuve de sa nouvelle maturité généralement parfaitement existante. Bon il y avait aussi fort à parier qu'Aidan ne se montrerait pas aussi mature que lui pour le coup - et c'était presque jouissif pour le coup de sentir que l'on était le plus sage des deux... Ouai bon ça va... Ca ne lui arrive jamais à Jackson se genre d'occasion- « Qui t'as dis que j'étais père ? » Ah la question à dix mille dollars. C'était franchement magnifique de le voir perdre pied un instant. Jackson s'arrêta. Euh un sourire franchement laid et méchant. «Tu dois t'en douter non ? Au faite ça te fait quoi de savoir que si tu continues tu la feras bien plus souffrir que moi. Que ressentiras-tu quand tu seras le pire fléau de son existence ?» vociféra-t-il calmement, comme un petit serpent vicieux et bâtard. Pour une fois Jackson connaissait la réponse. Parce qu'il était le pire fléau de l'existence de sa soeur. Et que ça le brûlait vivant. Et si n'importe qui d'autre qu'Aidan était venu lui en coller une pour tout ce qu'il avait souffrir - non volontairement- à sa soeur, il se serait probablement laissé faire, battre à mort s'il le fallait, n'en ayant absolument rien à faire. Mais bon là c'était Aidan qui se pointait et honnêtement, il avait toujours rêvé de lui en coller une. « Tu crois que c'est si facile de fuir Jackson ? Tu pense vraiment que je vais partir comme ça maintenant que je sais où tu te planque ? Allez soit raisonnable, sors avec moi, comme ça personne ne nous verra et encore moins Savannah. » Fuir ? Bah c'était la meilleure. Il bossait comme barman dans l'un des bars le plus remplis de la ville, et il fuyait. Aidan ne voulait pas dire qu'il se planquait aussi ? Ah bah si justement. Une planque. Jackson fut vexer et le montra rapidement « C'est quand même pas ma faute si tu es assez con pour ne pas me trouver. » Cet idiot le rendait presque bavard. Comme si les poings ne suffisait pas à le foutre KO. Il pourrait toujours lui parler de Charlie aussi... Mais ça viendrait plus tard. Chaque chose en son temps. Il faisait vraiment chiez à être aussi impatient. Lui aussi voulait lui en foutre une. Mais il aurait aimer finir son service avant. Il regarda un instant la salle pour voir ou se trouvait Savannah. Et ne la voyant pas, il supposa qu'elle bossait sur les commandes des tables du fond et qu'elle ne reviendrait pas par là d'ici cinq voir dix bonne minute. Il chercha aussi des yeux Thayer, et ne le vit pas. Tant mieux. Il se tourna vers Jason avant de lui dire « Je sors cinq minutes... Histoire de réglé mon problème. » Il se retourna ensuite vers Aidan avant de lui dire. « Je te disais pas de partir ducon mais d'attendre la fin de mon service. Mais puisque tu n'as pas plus de patience que ton gosse, suis moi, ensuite tu me laisserais peut être bosser tranquillement. Et je te préviens... Tu payeras pour les heures de taff que tu m'empêche de faire. » oui bon il rêvait probablement, mais ça valait le coup d'essayer. Parce qu'a priori c'était pas Jackson qui était venu chercher la merde pour une fois. Quoiqu'il l'avait tout de même fortement provoqué. Il sortit par la porte du fond pour tomber dans une petite court. Petite court dans laquelle Savie l'avait amené la première fois que Jackson l'avait revu, et qu'il avait démonté la main d'un mec regardant de manière trop perverse sa soeur. Pas sa plus grande réussite non plus cette soirée là. Une fois sortit il écarta les bras, paume vers Aidan « Vas-y frappe moi. C'est ce que tu veux non ? Défiguré le frère de la femme pour laquelle tu crèves d'amour. Si chevaleresque de ta part.... » dit-il son sourire sarcastique déformant sa bouche. « Cela dit je doute qu'elle trouve ça romantique... Bon tu attends quoi, frappe! » Si Aidan mettait encore plus de deux secondes à faire venir son poing, nul doute que ça serait celui de Jackson qui partirait en premier, droit dans la mâchoire.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Jeu 6 Sep - 18:12

I spit on your grave
Jackson & Aidan

...



« Je ne penses vraiment pas savoir ce que c'est Aidan... En revanche je soupçonne que toi tu l'as ressens souvent la peur... La peur de voir Savannah disparaître à nouveau, la peur de perdre ton bout de chou... Ou même... De voir sombrer ton petit bijou... Comment s'appelle-t-elle déjà ? Billie non ? Sexy... », les paroles fusèrent et malgré l'atmosphère bruyante, l'intégralité de son discours lui parvint aux oreilles. Abjecte. Dégoulinant. De quoi pensait-il parler ? Bien sur qu'il avait peur parfois, c'était tout naturel. Bien sur que la peur l'habitait et il se sentait humain grâce à ça. Il n'avait jamais nié ne rien ressentir, se sentir en sécurité à tout moment. La naissance de son fils l'avait rendu fragile, en un sens. Il était devenu humain, avait découvert une part de lui même le jour où Julian fut déposé dans ses bras. Il avait presque pitié pour Jackson, lui qui ne connaissait rien de tel. Qu'avait-il d'aussi beau, lui ? C'était une épave, un pauvre type que la vie avait rendu plus que pitoyable. La seule chose auquel il avait tenu c'était détourné de lui, pour le plus grand bonheur d'Aidan. La peur faisait partie de son quotidien, oui, Jackson avait raison mais il ne s'excuserait pas pour ça. Il trouvait ça légitime de ressentir ce genre d'émotion. Au moins, lui, il pouvait avoir peur pour quelqu'un et il savait que certaines personnes avaient peur pour lui. Jackson ne pouvait certainement pas en dire autant. Savannah avait certainement cessé de s'inquiéter pour lui, lui qui était responsable de son exil, de sa mort orchestré. Aidan savait sur qui compter, à l'inverse de Jackson qui se retrouvait seul, comme toujours. « Tu ne parle pas de ça. Tu la ferme. Je te plain Jackson, parce que moi, au moins, j'ai des personnes qui se souçi de moi. Toi, t'es tout seul, t'es une merde. », conclu t'il comme si cela était la vérité la plus simple qui soit. Jackson ne valait pas bien mieux de toute façon.

« Tu dois t'en douter non ? Au faite ça te fait quoi de savoir que si tu continues tu la feras bien plus souffrir que moi. Que ressentiras-tu quand tu seras le pire fléau de son existence ? », déclara Jackson, un sourire triomphant sur les lèvres. Aidan retint ses poing, qui, étrangement, se crispaient de plus en plus à mesure que la voix de l'autre abruti résonnait à ses oreilles. C'est sur qu'en ce qui s'agissait de fléau humain, Jackson en savait quelque chose. Il était le pire qui soit, dans son genre. Longtemps, Aidan c'était demandé comment Savannah avait put supporter un frère comme ça aussi longtemps. Aidan lui même se traînait un frère comme boulet mais à la différence que celui-çi avait un brin de jugeote et qu'il avait de l'ambition. Jackson, lui, vivait au jour le jour et se soucié peu du reste. La terre pouvait cesser de tourner qu'il n'en serait même pas troublé. Il vivait dans un autre monde, dans celui des quémandeurs, des loosers quoi. Alors quand Jackson parlait de fléau, ça faisait doucement rire notre jeune italien. « Sans vouloir me la jouer prétentieux, ça ne risque pas d'arriver. Même en le faisant expré, j'arriverai jamais à la decevoir autant que toi. » et c'était pas peu dire ! Jackson avait fait souffrir sa soeur plus que de raison et rien de ce qu'Aidan pourrai faire changerai ça. Jackson se plantait complètement, il était dans le mur complet. Peut importé qu'elle en veuille à Aidan, peut importé qu'elle décide de le rayer de sa vie, cela ne ferait pas remonter Jackson dans son estime pour autant, c'était un fait. Aidan semblait connaitre Savannah mieux que son propre frère et c'était plutôt avantageux. « C'est quand même pas ma faute si tu es assez con pour ne pas me trouver. » , railla Jackson l'air m'en foutiste. La vérité, c'est qu'Aidan n'avait jamais vraiment cherché à le trouver. Il avait fallut qu'il accepte le fait que Savannah n'était pas morte, qu'il s'occupe de sa petite soeur, qu'il manque de mourir et qu'il devienne père, ce qui avait un peu compliqué sa vie. Pour tout dire, Jackson était passé en arrière plan bien qu'une colère sourde grondait toujours en lui. Si il avait voulu le trouver, cela n'aurait prit que quelques heures. Même si Los Angeles est une grande ville, elle ne manque pas de vous surprendre par son étroitesse. Ainsi, dans une même ville, Aidan avait retrouvé Savannah, Jackson, Juliett et bien d'autres. Mais le fait qu'il travail dans le même bar que son ex fiancée et son ami était nettement plus dur à encaisser. « Je te disais pas de partir ducon mais d'attendre la fin de mon service. Mais puisque tu n'as pas plus de patience que ton gosse, suis moi, ensuite tu me laisserais peut être bosser tranquillement. Et je te préviens... Tu payeras pour les heures de taff que tu m'empêche de faire. », quelle grosse blague ! Alors il était décidé ? Déjà dans le temps, Jackson avait cet air arrogant qui donné à certains prisonniers des démangeaisons dans les mains. Sa façon de parler était horripilante à souhait et Aidan voyait déjà sa main s’écraser durement contre son petit sourire de satisfaction. « Parle pas de mon fils j't'ai dit ! Et vas te faire foutre pour tes heures, tu me dois 4 ans de vie à moi, ok ? », la tension commençait nettement à monter. Autour d'eux, des visages se tournaient et certains avaient même abandonner leur discussion pour se concentrer sur eux. Il connaissait certains clients pour les avoir eut à la Suite du temps où elle tenait encore debout. Personne ne le connaissait sous l'effet des nerfs et c'était mieux ainsi. Il avait traversé différentes phases en deux ans. Durant un temps, certaines personnes l'avaient même évités car il était devenu très agressif et sa barbe de six jours n'avait rien arrangé à son côté bourru. Aidan se leva d'un pas vif et suivit Jackson sous les yeux de certains curieux. Il se retrouva vite dans une petite cour étriqué, loin de l'agitation qui régnait à l'intérieur. Thayer ou Savannah pouvaient débouler à n'importe quel moment ... Comment réagirait son ami si il le voyait se battre avec son employé ? Cela ne serait certainement pas bon mais Aidan se foutait bien des convenances dans un moment pareil. « Vas-y frappe moi. C'est ce que tu veux non ? Défiguré le frère de la femme pour laquelle tu crèves d'amour. Si chevaleresque de ta part.... Cela dit je doute qu'elle trouve ça romantique... Bon tu attends quoi, frappe! », gueula t'il. Jackson se tenait devant lui, attendant la sanction. Il ne semblait pas terrorisé, il avait même l'air cet instant depuis un moment. Aidan bouillonnait. Il avait attendu ce moment depuis tellement longtemps ... Il avait rêvé de ça quand la douleur devenait trop forte, quand son seul exutoire revenait à détruire Jackson de la même façon que celui-çi avait détruit sa vie. Seulement voilà, il pensait que cela serait différent. Jackson attendait le coup au lieu de se jeter sur lui. « Romantique ? Que ce que tu en connais toi du romantisme ? Ta toujours été tout seul, tu m'as toujours haïs parce que je te prenais la seule femme qui te portait un tant soit peu d’intérêt. Tu sais pas ce que c'est d'aimer Jackson, par contre, quand il s'agit de briser des ménages, t'es le champion. », dit-il, les dents rongeant sa chaire. Jackson avait brisé sa vie. Il avait réduit à néant ses espoirs, ses rêves, tout. Sans qu'il le sente venir, son poing vint percuter la mâchoire de Jackson et le bruit résonna durant quelques secondes dans l'arène.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Jeu 6 Sep - 19:28


Don't piss me off

Jackson se détestait. Il fallait être un crétin fini pour ne pas s'en apercevoir - et Aidan était un crétin finit-. Il survivait dans sa connerie seulement parce qu'il n'était pas capable de faire mieux. C'était absolument pathétique. Mais il avait appris à accepté ce que le destin lui avait donné. C'est à dire rien. Il était d'un pessimisme sans borne, défaitiste plus que raison, et cynique à se rendre fou. Pourtant passé un temps il avait essayé. Et il essayait toujours. Mais plus pour la forme que par véritable croyance. Il le savait, il merderait à nouveau. Ce n'était qu'une question de temps. D'ailleurs lorsqu'il avait vu Aidan entrer dans le bar il avait immédiatement vu la fin de la scène. Deux cons couvert de bleu, peut être lui plus amoché que l'autre... Parce qu'au fond il savait qu'il méritait la dérouiller, et qu'il se laisserait probablement faire. Bien sûr, parce qu'il bossait, parce qu'il y avait Savannah il avait voulu se la jouer au plus fin... Mais il savait qu'il craquerait. Il savait que la tête de con d'Aidan l'empêcherait de se retenir bien longtemps. Il était faible. « Tu ne parle pas de ça. Tu la ferme. Je te plain Jackson, parce que moi, au moins, j'ai des personnes qui se souçi de moi. Toi, t'es tout seul, t'es une merde. » Ouloulou... Un Aidan en colère... Peut être qu'il était aller trop loin. Peut être qu'il avait exagérer un poil. Un jour peut être qu'il faudrait qu'il arrête de faire le dur. De faire croire qu'il en avait rien à foutre de l'opinion des autres, que rien de l'atteignait alors que chaque témoignage de son incapacité se plantait comme un poignard dans son coeur pourri. Il était tout seul, il était une merde. Enfin il y avait Ashleigh... Peut être que c'était pour elle qu'il était encore debout... Enfin pour ça et pour se faire pardonner de Savannah. Il était minable. « Moi j'ai rien à perdre nuance. Toi en revanche... Tu ferais vraiment mieux de ne pas te battre. » Pour une fois que Jackson disait quelque chose de sensé. Ce n'était même pas pour l'agacer. C'était juste la vérité. Il avait des personnes qui se souciait de lui. Et il braderait tout pour coller son poing dans la figure de Jackson ? C'était puéril, con et franchement inconsidéré de la part d'Aidan. Et si ça tournait mal ? Et si Jackson frappait trop fort ? Et si Aidan tombait mal ? Jackson ne verrait qu'une nouvelle fois sa vie se casser la gueule. Ca ne le changerait pas. Aidan lui avait tout à perdre.

Aidan s'enfonçait auprès de Savannah. Bien sûr il ne sombrait pas de la manière dont Jackson avait sombré dans son estime. C'était impossible. Mais là dernière fois, en prison, lorsqu'il avait eu l'audace de lui parler d'Aidan, il avait bien vu... Bien vu à quel point elle souffrait, à quel point elle en bavait. Bien sûr cette souffrance ne l'empêchait pas de placer l'italien sur un pied d'estale. Et ça donnait la gerbe à Jackson. Qu'il soit si haut placé, alors qu'il lui faisait tellement de mal. Rien que pour ça, il lui ferait avaler son poing si jamais il osait le frapper... Ce qui honnêtement ne devrait plus beaucoup tarder. « Sans vouloir me la jouer prétentieux, ça ne risque pas d'arriver. Même en le faisant exprès, j'arriverai jamais à la decevoir autant que toi. » Si ça le faisait rire, Jackson se jurait de lui briser toutes les dents. Ce mec était un connard fini. Il espérait vraiment qu'il cramerait en enfer, et qu'il n'aurait jamais plus le coeur de sa soeur. Et ça le faisait chiez de savoir qu'il aurait tord la dessus aussi. Parce qu'il avait toujours tord. La vie était vraiment caca doigt lorsqu'on s'appelait Jackson. « Vas-y rigole. Au pire si j'arrive pas à te faire descendre dans son esprit, je peux peut être m'assurer que tu ne sois pas avec elle... Je l'ai déjà fait une fois... Une deuxième devrait pouvoir être jouable... » Dit-il un sourire mauvais collé sur le visage. Bon la franchement c'était que de la gueule. Pourtant sa le démangeait. Mais bien sûr à moins de pas le faire exprès à nouveau... Et ce genre de coïncidence serait franchement mal venue et abusée. Il ne briserait pas le couple d'Aidan et Savannah de son propre grès. Non seulement parce qu'il ne parvenait à rien de son propre gré... Mais aussi parce qu'il était bien incapable de vouloir du mal à sa soeur. Quand bien même elle partageait son bonheur et sa douleur avec le pire con de l'univers - la encore il pourrait revoir ses priorités... le pire con c'était soit Byron... Soit lui.

La suite il la connaissait par coeur. Il l'avait déjà prévu à la seconde ou Aidan avait posé son sale cul sur le tabouret du bar. Enfin prévu. Disons qu'il l'avait pressentit. Irrité de manière irrémédiable par l'abrutit, il avait finit par délaissé son poste de barman pour aller se faire casser la gueule comme un gentil petit chien. Bien sûr il était sur qu'il finirait par répondre... Il aurait aimé pouvoir encaissé les coups sans rien dire, se faire démonter sa gueule et ne pas bouger d'un seul pousse. Parce qu'il le méritait. Parce qu'il n'en avait rien à foutre. Sauf qu'il était un peu comme Hulk - en moins vert et moins fort - et avait un sacré problème de colère et de violence. « Parle pas de mon fils j't'ai dit ! Et vas te faire foutre pour tes heures, tu me dois 4 ans de vie à moi, ok ? » Enfin visiblement il était pas le seul. Aidan allait finir par se chiez dessus à force de se contenir de la sorte. «Pètes un coup... Tu m'énerves à être monté sur ressort » Comme si lui même n'avait pas chacun de ses muscles tendus comme un arc près à exploser sous l'impact. Comme si ça allait arranger les choses. Comme s'il ne ferait pas mieux de se la fermer une bonne fois pour tout. D'un coté c'était Jackson tout cracher, ne jamais l'ouvrir quand il devait parler, et dès qu'il ferait mieux de se taire il ne pouvait pas s'en empêcher. Un gosse n'agirait pas pire que lui.

Et le voilà au milieu de la minuscule court, à faire le con et à provoquer Aidan près à recevoir le coup tant attendu. Le pire c'était qu'Aidan hésitait franchement. Et Jackson manqua de déclencher le premier coup pour bouger le derrière de ce crétin de gosse de riche qui ne savait même pas se battre correctement. « Romantique ? Que ce que tu en connais toi du romantisme ? Ta toujours été tout seul, tu m'as toujours haïs parce que je te prenais la seule femme qui te portait un tant soit peu d’intérêt. Tu sais pas ce que c'est d'aimer Jackson, par contre, quand il s'agit de briser des ménages, t'es le champion. » Au même moment le coup partit et s'explosa dans la mâchoire de Jackson. Sur le coup il ne su pas vraiment ce qui avait craqué. Si c'était sa mâchoire ou les doigts d'Aidan. Vu la douleur... Sa mâchoire probablement. Il grimaça, porta sa main à sa joue, et éclata d'un rire monstrueux. « Heureux ? C'est si jouissif que dans ton esprit ? Tu veux recommencer ? » Vociféra Jackson en s'avançant vers Aidan. « Au faite je t'ai jamais dit pourquoi j'avais fait ça ? Ruiner la vie de Savannah, la tienne avec. J'étais stone. Complètement stone. Enfin complètement en manque surtout. Je lui ai vendu cinq minutes avec Savie contre ma dose... » Balança-t-il d'un rire mauvais et pathétique. Il se faisait probablement plus de mal à lui qu'à Aidan. Mais il avait depuis bien longtemps plus fait attention au mal qu'il se faisait. Il faisait peur à voir. Lui qui n'avait plus peur de rien. Si ce n'est peut être de lui même. Il s'était rapprocher d'Aidan pour murmurer à sa hauteur. « J'ai brisé ta vie pour de la drogue... » Il se recula avant de se replacer dans la position de tout à l'heure. « Bon tu me déçois. Tu frappes comme une mauviette et tu ne sais pas te venger correctement. Tu attends quoi Aidan ? Frappe moi ! Frappe moi Bordel ! Ou alors il faut que je te cogne aussi pour que tu te sente mieux ? » hurla-t-il menaçant son poing près à cogner. « J'ai brisé vos vies » hurla-t-il encore attendant un coup de grâce qui ne venait décidément pas. Prochain coup, il attaque !
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Lun 10 Sep - 14:42

I spit on your grave
Jackson & Aidan

...



« Moi j'ai rien à perdre nuance. Toi en revanche... Tu ferais vraiment mieux de ne pas te battre. » . Il n'avait pas tord sur un point. Il avait beaucoup plus à perdre que lui dans cette histoire. Jackson n'avait personne pour pleurer sur son sort, personne qui irait le voir sur son lit d’hôpital si quelque chose devait arriver. Quelque part, il trouvé ça triste. Hormis Jackson, personne ne méritait ça. Aidan avait connu ça, une fois, après son accident de voiture en Italie. Sa famille lui avait tourné le dos et il avait passé deux semaines à l'hôpital, seul, à se morfondre sur cet accident qui avait coûté la vie à une jeune fille qui avait eut le malheur de monté à ses côtés. Mais aujourd'hui, les choses étaient différentes. Il savait que Billie serait là, River dans les bras, Thayer aussi, sûrement, voulant lui rendre la pareil. Charlie ne se déplacerait probablement pas mais ça, il c'était fait à l'idée. Mais Aidan n'avait pas peur que quelque chose comme ça se produise. Il c'était juré de ne plus retourner dans un hôpital ou toute autre institution médicale. Il avait déjà du mal à se rendre à ses séances de kinésithérapie, alors retourner dans un lieu comme celui là, non merci. « Vas-y rigole. Au pire si j'arrive pas à te faire descendre dans son esprit, je peux peut être m'assurer que tu ne sois pas avec elle... Je l'ai déjà fait une fois... Une deuxième devrait pouvoir être jouable... », ricana Jackson avec cet air de débile profond qui le caractérisait parfaitement. Jackson c'était donc vexé et c'était un point de plus pour Aidan. Aidan savait que Savannah ne pourrai jamais le haïr, du moins jamais autant que son frangin. C'était impossible, même en frappant fort. Pourtant, une part d'elle devait continuer à l'aimer, parce qu'elle était comme ça, qu'elle aimait la vie et qu'elle avait foie en l'institution du pardon. Aidan ne comprenait pas vraiment ça, lui qui était rancunier à souhait. Il ne pardonnait pas, il ne savait pas faire. Il avait tant accumulé étant jeune, il avait tant souffert de cette différence entre Enzo et lui, de cette préférence. La rancune avait obscurcit son coeur et il ne pouvait pas se résoudre à changer ça. Il aurait aimé pouvoir pardonner à Charlie son abandon, accepter le départ de Savannah quand elle lui avait demandé, mais il en était incapable. Seul Billie demeurait la seule qui puisse le faire réfléchir la dessus. Il pouvait tout lui pardonner, à elle, parce qu'elle représentait la seule famille qu'il ait. Enzo ne serait jamais plus qu'un petit con arrogant, ses parents des êtres profondément mauvais. Lucia, elle, aurait put changer tout ça mais Aidan commençait à se faire une raison : elle était probablement morte aujourd'hui. « Si tu veux qu'elle te déteste encore plus qu'aujourd'hui, tu peux toujours essayait. Mais tu sais bien que ça serait peine perdue. », trancha t'il, un sourire particulier sur les lèvres. Jackson n'aurait jamais assez de pouvoir la dessus. Son histoire avec Savannah ne serait jamais close.

« Pètes un coup... Tu m'énerves à être monté sur ressort », dit Jackson, visiblement fière de sa réplique. Jackson tout craché, Jackson l'immature. Aidan se demandait si il se rendait compte de sa connerie. Etait-il vraiment aussi stupide qu'il le montrait ? Si c'était le cas, c'était totalement affligeant. Aidan était à cran. Il avait tant attendu cet instant. Voir Jackson craché ses dents était un spectacle qui aurait put ravir tous les hommes comme Aidan. En cet instant, il repensait à Reaver. Il aurait aimé qu'il soit là, lui qui avait toujours compris la rancoeur qui avait habité pendant si longtemps son meilleur ami. Tu ne sera tranquille qu'une fois que ton poing aura attérit dans sa tronche, crois moi. Je dis pas que cela changera ce que tu ressens, mais ça te soulagera, c'est déjà ça , lui avait-il alors qu'ils étaient attablés à une table de café. Aidan avait soupiré et la colère l'avait changé. Voilà qu'il se retrouvait devant cette ordure. Tant d'années c'était écoulées depuis cet attentat, depuis le jour où Aidan avait pensé perdre la femme de sa vie. Il n'avait pas put lui dire adieu, il n'avait pas put s'expliquer à elle, rien. Tout ça par la faute de Jackson, comme toujours.

Le poing vint frapper la mâchoire de Jackson et celui-çi fit volte-face. Aidan sentit un élancement dans la main mais c'était tout à fait supportable. Une colère sourde grondait en lui à cet instant, une décharge d'adrénaline. Tout lui revenait en mémoire. « Au faite je t'ai jamais dit pourquoi j'avais fait ça ? Ruiner la vie de Savannah, la tienne avec. J'étais stone. Complètement stone. Enfin complètement en manque surtout. Je lui ai vendu cinq minutes avec Savie contre ma dose... », dit-il en se relevant, un visage déformé par la colère et la folie. Aidan recula d'un pas, sa main tremblant contre son jean. Il avait du mal à entendre ça. Il ne pouvait pas croire que Jackson avait réduit sa vie à néant pour une dose de drogue. Tout ça pour se piquer ? Un rictus amère déforma le visage d'Aidan. « J'ai brisé ta vie pour de la drogue... », renchérit Jackson, visiblement fière de l'effet qu'il venait de produire. Tout ça n'était pas possible. Cet enfoiré avait vendu sa soeur à Byron pour se poudrer le nez. Aidan chancela, se rapprochant de Jackson qui lui, était à la limite de l'euphorie. « Tu a fais quoi ? », demanda t'il le plus clairement du monde, sa voix tremblant sous un nouvel excès de rage. Il n'attendait pas de réponse, même si il espérait encore que cela n'était qu'une farce de mauvais gout. Personne au monde ne pouvait être assez bête ... Excepté Jackson, bien sur. « Bon tu me déçois. Tu frappes comme une mauviette et tu ne sais pas te venger correctement. Tu attends quoi Aidan ? Frappe moi ! Frappe moi Bordel ! Ou alors il faut que je te cogne aussi pour que tu te sente mieux ? », gueula t'il en se collant à quelques centimètres de lui. Aidan pouvait sentir son souffle sur sa peau, il pouvait voir ses yeux gonflés de cynisme. Il en avait assez. Aidan le poussa violemment, la tête de son adversaire se frappant au mur. Piégé, Jackson ne semblait pas avoir peur de la suite. Aidan passa son bras sous sa gorge, appuyant comme un forcené. « J'ai brisé vos vies », articula t'il quand même, provoquant ouvertement le De Conti. Aidan sentit la haine l'envahir et cette sensation n'avait plus rien de rationnel. Il sentait son corps réagir à chacun des mots de Jackson, le brûlant jusqu'au sang. Aidan retira son bras et frappa dans le genoux de son rival qui bascula en avant sous le choc de l'impact. Si il tombait à terre, il ne s’arrêterait plus. Il voulait le tuer, il allait le tuer. « Espèce d'enculé ! J'vais te crever ! », vociféra Aidan en se jetant sur lui, la bête prenant le pas sur l'homme.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Lun 10 Sep - 19:02


Don't piss me off

Au fond s'il pouvait Jackson se laisserait crever sous les coups d'Aidan. Il ne broncherait pas, retiendrait les gémissement de douleur, laisserait couler le sang, fermerait les yeux et encaisserait. Peut être que ça serait la meilleure chose à faire. En finir avec cette vie qu'il ne faisait que polluer. Savannah avait déjà été assez clair avec lui. Il était irrécupérable. Ou si elle ne l'avait pas dit de la sorte, c'était ainsi qu'il le comprenait. Aidan le voyait contre la vermine des vermines, et il ne culpabiliserait probablement pas d'avoir mis fin à sa triste existence. Ashleigh pleurerait probablement un peu, mais Jason sera bien la consoler probablement. Deklan serait furieux pendant un moment peut être. Surtout à cause des larmes de sa soeur probablement. Mais peut être qu'il finirait par en vouloir à Jackson. Parce qu'il avait été suffisamment con pour se faire battre. Oui c'est probablement de la sorte que ça finirait. Tout le monde haïssant Jackson pour une bonne raison. La rage qu'il éprouvait pour lui même, égalait sans peine celle qu'il éprouvait pour Aidan. Là était le pari difficile, laissé l'une ou l'autre l'envahir. Lutter et défigurer celui que sa soeur portait toujours au plus profond de son coeur. Ou laisser tomber et y passer plus ou moins rapidement.

Jackson avait la faculté d'oublier plutôt rapidement. Il ne portait pas en mémoire ses différents passages à tabac, la douleur que ça lui avait infliger, les os qui craque sous la force de l'autre, les muscles qui hurlent de douleur, le souffle qui se coupe. Probablement parce qu'il était trop souvent saoule et drogué pour sentir quoique ce soit. Finalement c'était souvent pour ça que ses adversaire le jugeait dangereux. Jackson n'avait pas peur, Jackson n'avait pas mal, et Jackson ne réfléchissait absolument pas. Il fonçait dans le tas, donnait tout ce qu'il avait, et se laissait entièrement dominé par la rage. Une rage qu'il haïssait plus que tout, mais qui lui avait de nombreuse fois sauvée la vie. Il était un hulk sans talent, moins vert, et moins flippant, mais tout aussi incontrôlable. Il voyait vite rouge, la fumée lui sortant des oreilles, comme une bouilloire en pleine action. Il ne savait pas se dominer, et la plus part du temps il n'en avait pas envie.

Aidan le mettait hors de lui. Avec sa supériorité affirmer, à cause de l'amour qu'il provoquait chez Savannah. Il crevait de jalousie face à ce génie qui ne voyait en lui qu'un cafard à éliminer. Il l'aurait ignoré en temps normal. Se contentant d'acquiescer de loin au mépris, à la haine qu'Aidan éprouvait pour lui. Mais si Savannah rentrait dans l'équation tout était faussé. Aidan n'arrivait pas à la cheville de sa princesse de soeur. Lui non plus, mais au moins il ne prétendait pas le contraire. Aidan avait conscience en son pouvoir sur Savannah, et ça le rendait encore plus insupportable. « Si tu veux qu'elle te déteste encore plus qu'aujourd'hui, tu peux toujours essayer. Mais tu sais bien que ça serait peine perdue. » Dieu soit loué, il n'avait aucun ongle à s'enfoncer dans la peau jusqu'au sang. Sinon c'est probablement ce que ça lui aurait couté pour garder son calme.

Un coup de poing dans la mâchoire. Il l'avait demandé, il l'avait reçu. Ses os avaient craqué sous la force d'Aidan. La douleur lui avait un instant fait ravaler la rage qu'il éprouvait. il s'était retenu de lui sauter à la gorge, de l'assainir d'un violent coup de coude à la base du coup, dans le muscle qui rejoignait son épaule. A la place il avait agiter un immense draps rouge face au taureaux qui se préparait à charger. C'était tellement facile avec lui. Aidan ne serait même pas capable de distingué la vérité, du faux s'il s'agissait de Jackson. Il n'était pas non plus capable de faire la différence entre un rire machiavélique sensé le provoqué, et un rire jaune, nerveux, qui marquait le dégout qu'il éprouvait à chacune des paroles qu'il prononçait. Le jour ou Savannah lui avait craché la nouvelle au visage, le jour ou il avait compris son erreur, son malheur, il aurait presque aimé être suicidaire, et en finir sur le champ plutôt que de voir la haine briller dans le regard de sa soeur. La même haine qui brûlait, rageuse, irrationnel, et inconsciente dans les yeux de son ennemi, son compagnon de cellule. « Tu a fais quoi ? » Jackson sourit. Finalement il aurait peut être tout ce qu'il voulait. La souffrance de cet abrutit, prétentieux et égocentrique, et sa souffrance, lui si minable, et mauvais. Première fois qu'il aura été aussi brillant. « Tu as très bien compris » Non il n'avait rien compris. Il ne comprendrait jamais rien à Jackson. Il en avait rien à battre, il ne valait pas mieux que lui au final, sinon il ne serait pas là, dans cette court, face à un mec, qui n'avait cure ni de vivre, ni de mourir. Mais qui n'était de toute façon pas assez courageux, ou pas assez lâche pour en finir tout seul.

Il ne sentit pas venir le coup qui le propulsa contre le mur. Sa tête cogna violemment le béton, dans un bruit sourd. Cervelle creuse qui raisonne. Pendant quelques secondes il ne vit plus rien. Il allait probablement avoir une commotion cérébrale avec un coup pareil. Si c'était arrivé plus tôt il aurait eu une bonne excuse pour être si con, et avoir raté jusqu'à son diplôme de fin de lycée. Il ne vit donc pas Aidan arriver et le piéger contre le mur, le bras enfoncé contre sa gorge. Là il suffoquait, peut être n'était-ce pas une si bonne idée que ça d'avoir provoqué Aidan, et de lui avoir donné l'avantage de la sorte. Pourtant ça ne l'empêcha pas de poursuivre la provocation. Fou et résigné. Il ne comptait plus. Il réglait ses comptes avec Savannah, avec la terre entière. Enfin Aidan les réglerait pour lui. Soudainement Aidan lui cogna le genou. Tous les os craquèrent dans un bruit atroce, et sa jambe se vit retourné. Si l'avant bras d'Aidan n'avait pas privé Jackson de son souffle, il ne ferait nul doute que le cris de douleur du Monroe aurait déchiré l'air, réveillant les morts, et alertant tout le monde à l'intérieur du Barking Spider. Ce soir il n'était pas saoule, il n'était pas stone, et il ressentait chaque parcelle de son corps hurler de douleur. Sa respiration s'accéléra brutalement. Chacune de ses cellules nerveuses luttaient contre la douleur insupportable qui lui irradiait la jambe. Il en oublia ainsi la rage qu'il éprouvait pour lui même. Il en oublia même le lieu ou il se trouvait, la présence de Savannah quelque part derrière la petite porte. Il finit par poser une main à terre, récupérant son souffle, sa rage l'aveuglant, de sa main valide il saisit sa jambe brisé et d'un coup sec il remit son membre en place. L'action lui tira un cris de douleur déchirant l'atmosphère. Sa mâchoire tremblait sous le coup de la rage. Mais il n'eut pas beaucoup le temps de réagir qu'Aidan était déjà sur lui, l'accablant de coup, lui qui n'avait pas eu le temps de se relever et qui gardait la tête basse, une main et un genou au sol. « Espèce d'enculé ! J'vais te crever ! » Ce dont Jackson rêvait il y quelques minutes encore ne saurait arrivé. On dit que la douleur change un homme. Incapable de se relever sous les coups qui s'abattait sur sa nuque, ses épaules et son dos, il saisit l'unique chance qui s'offrait à lui, et d'un violent coup de coude à l'arrière du genoux il déséquilibra Aidan, le forçant à arrêter un instant sa quête vaine et stupide. Se relevant à moitié, il fonça, tête baissé, épaule en avant sur un Aidan vacillant. Le corps de son rival se replia un instant sur lui, avant de s'écraser violemment contre le mur. « T'aurais pas le courage d'aller jusque là. Tu ne vaux pas mieux que moi Aidan. Dois-je te rappeler les circonstance de notre rencontre ? » Cracha-t-il à son égard en même temps qu'un peu de sang, alors qu'il se reculait, laissant du temps à Aidan de se relever. De récupérer. De toute façon il avait bien trop mal lui même pour s'acharner contre un homme, qui d'après ses dires n'en valait pas la peine. Mais qui était cette homme ? Lui qui ne méritait pas de se défendre si violemment pour sa propre vie ? Ou Aidan, qui était de toute façon, aux yeux de Jackson, bien trop faible pour se battre correctement. D'un coté pour la deuxième partie, une commotion cérébrale, un genou et une mâchoire brisé lui attestait le contraire. Il s'essuya le sang de la bouche d'un revers de main, et se frotta les yeux pour se remettre les idées en place. Il s'avança vers Aidan et le releva brutalement, le tenant par la gorge, et l'adossant contre le mur. «Tu es pitoyable, risquer ta si précieuse petite vie pour quelqu'un que tu haïs autant que tu méprises. Chacun de tes coups de poing me donne une valeur inestimable à tes yeux.» Il clôtura sa phrase d'un coup de tête. Il sentit le nez d'Aidan se briser sous son front. Seconde sonnerie creuse. C'était drôle. Un Jackson sobre, énervé, se haïssant plus que de raison apparaissait presque comme quelqu'un d'intelligent. Enfin ça ne saurait probablement duré, et si Aidan se jetait une nouvelle fois sur lui, il perdrait probablement le reste de raison. A moins qu'il la perdit à l'instant ou il tourna le dos à Aidan, se dirigeant lentement et boitant vers la porte qui le ramènerait à l'intérieur du bar, jugeant le combat finit. Il le sait pourtant qu'on ne doit pas tourner le dos à un rival.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Jeu 13 Sep - 17:52

I spit on your grave
Jackson & Aidan

...



Aidan n'avait pas l'habitude de se laissait faire, ce n'était pas dans sa nature. Il avait beau être un goss de riche, il n'en n'avait que le nom. Tout dans son allure montrait un homme qui n'avait jamais eut peur d'user des coups pour s'en sortir. Il n'avait pas une gueule ange, il avait une tête de voyou, la mine sombre, les yeux noirs fixant une chose que lui seul sait. Depuis tout jeune, il avait voulu s'affirmer, il voulait se prouver à lui même qu'il n'avait rien à voir sa famille, avec ses cousins tous plus égocentrique les uns que les autres. Ce monde là lui avait toujours donné la nausée, le rendait honteux d'appartenir à un cercle privé que celui des siens. Les De Conti avaient toujours renié Aidan, parce qu'il était différent, parce qu'il ne rentrait pas dans le rang, dans le moule comme le disait si bien sa mère. Non, Aidan n'était jamais devenu l'un des leurs. Il n'avait jamais trouvé sa place parmi ces riches, ces hypocrites et leurs femmes épuisantes. Il n'y voyait aucune satisfaction. Ils avaient toujours crut qu'ils étaient mieux que lui, en réalité, c'était lui qui se sentait mieux sans eux. Le gosse de riche aimait la rue, il aimait l'ambiance qui y régnait tard le soir, il aimait les gens qui y vivaient. Parmi eux, il se sentait libre, il ne se sentait plus enfermé dans sa prison doré avec les siens. A l'école, les voyous l'avaient prit sous son aile, voyant en lui un potentiel intéressant alors qu'ils s'amusaient à mettre en déroute Enzo. Aidan s'amusait de ce conflit, de cette croyance que les riches sont tous pareils. Aidan avait beau descendre d'une famille noble, il n'en n'était pas moins un rebelle qui avait toujours tout fait pour foutre la honte à sa famille et montrer son indépendance à toute cette mascarade. Jackson avait toujours considéré Aidan comme un gosse de riche, à croire que cette légende lui collait à la peau. De Conti semblait condamner son porteur à ça. Si Enzo s'y était plutôt bien adapté, ce n'était pas vraiment le cas d'Aidan qui voyait en cette lignée un gros handicape. Pourtant, quand il fallait donner des coups, il n'était jamais en reste. Il avait beau porté un nom de famille de bourge, il savait cogner et il appréciait même plutôt ça.

Pourtant, il n'oubliait pas. Il se rappelait de chaque bagarre, de chaque coups portés à ses adversaires. Il n'en connaissait pas toujours les raisons, mais il savait quand il dérapait. Souvent, ce genre de bagarre finissait mal et se terminait au poste. Aidan y attendait patiemment, avec ses collègues, qu'on paye sa caution et qu'on vienne le chercher. Souvent, il avait trop but, il fallait le reconnaître. A cette époque, traîner dans les bars était son unique échappatoire. Il savait que cela allait agacer sa mère, faire enrager son père. Il savait qu'il se prendrait une brasse en rentrant mais ça valait le coup. Il connaissait son père comme un alcoolique notoire, bourreau à ses heures perdues. Combien de fois avait-il surprit son paternel levé la main sur sa mère ? Même si il n'avait jamais porté sa mère dans son coeur, on ne pouvait pas dire que cela ne lui faisait rien. Marie n'avait jamais rien dit, elle n'avait jamais mentionné ce détail lors des soirées de gala, lors des dîner de réception à la maison. Dans le fond, Aidan avait toujours eut de la pitié pour elle mais il ne lui avait jamais dit, il lui en voulait trop pour son ignorance et, quelques part, sa faiblesse. Alors oui, Aidan se souvenait de ces heures au poste à s'expliquer sur son comportement violent, à s'excuser publiquement pour sa conduite minable même si il n'en pensait pas un mot. Il n'était pas forcément fière de cette époque mais il ne la regrettait pas non plus. Il avait dut poursuivre dans cette voie en prison, car savoir se défendre n'était pas une option. Il avait souvent admirer celle de Jackson, il fallait reconnaître qu'il ne se mettait pas toujours de côté. Pourquoi n'avaient-ils jamais réussi à s'entendre ? Pourquoi c'étaient-ils toujours vouer une guerre sans merci ? Aidan savait bien que Savannah n'était qu'une vague excuse car même avant elle, l'ignorance était le maître mot. Aidan l'avait peut être provoqué en sortant avec sa soeur mais la haine existait déjà ..

« Tu as très bien compris » , railla Jackson en passant une main sur son visage boursouflé. Visiblement, il n'avait pas raté son coup. Le crochet avait magnifiquement fait son travail en frappant dans l'os. Aidan hocha la tête, débousollé. Il n'arrivait pas à croire que Jackson eut été aussi con. Ensuite, c'est un animal qui prit sa place. Aidan n'avait rien de l'homme, tout en lui respirait la colère, la vengeance, la haine. Il transpirait le chagrin, car c'était ça qui l'avait rendu ainsi. C'était revoir un cercueil emmener au loin Savannah, c'était vouloir déposer un bouquet de fleur mais ne pas s'en sentir capable. Fermer les yeux et entendre les hurlements des familles des victimes, revoir la plaque comportant tous les noms des victimes de l'attentat. Se rapeller de l'émotion lorsque ses yeux tombent sur celui de sa fiancée, sentir ses membres brûler un par un et vouloir mourir. Sentir la mort rodé sans pouvoir l'en empêcher. Puis la revoir franchir ses portes, emportant avec elle le peu de raison qu'Aidan avait conservé. Tout ça, c'était la faute de Jackson. Il lui avait prit son humanité. Il avait fait de lui un paumé, un sale type qui voyait la mort partout. Si Savannah n'était pas "morte", c'est elle qui allait épouser dans quelques semaines. C'est elle qui aurait porté son fils, et non Charlie. Tout était de sa faute. Jackson était le porteur de mauvaise nouvelles, il était l’infâme ordure, le diable d'Aidan.

Aidan le frappait, il ne voulait pas s'aretter. Tout son corps réclamait sa vengeance, tout son être désirait qu'il y reste. Il avait entendu le bruit qu'avait provoqué la tête de Jackson contre le mur, cet horrible bruit de craquement si délicat aux oreilles d'Aidan. Puis ce fut le genoux qui se brisa. Aidan sut qu'il avait réussi son coup au moment où le son se propagea dans la cour. Jackson hurla comme un veau et Aidan sentit ses lèvres s'étirer malgré lui. Aidan appréciait ce moment de pouvoir absolut, cet instant où Jackson gisait sous lui, le visage déformé par la douleur, le corps endurci de souffrance. Il n'hésita pas et se jeta sur lui comme une bête. Il avait l'avantage, il le savait. Il n'avait rien oublier de sa jeunesse, des combats clandestins de la prison. Il se rappelait chaque parades, chaque coups critiques. Puis une violente douleur irradia de son genoux et Aidan flancha, se retrouvant projeter sur le flan. Il eut à peine de comprendre ce qu'il venait de se produire qu'un taureau enragé le bouscula jusqu'à lui fracasser l'arrière du crâne contre le mur qui avait aveuglé Jackson. Aidan ferma les yeux sous l'impact et ce n'en fut que plus douloureux. « T'aurais pas le courage d'aller jusque là. Tu ne vaux pas mieux que moi Aidan. Dois-je te rappeler les circonstance de notre rencontre ? » et un jet de sang s'écrasa sur son visage. Aidan sentait son corps résisté et il se releva péniblement. La tête lui tournait violemment, telle une toupie à pleine vitesse. « Je ne vaux peut être pas mieux mais je sais pourquoi j'ai fais tout ça, je sais qui je suis. Toi, t'es juste un salopard qui fou des vies en l'air parce que la tienne est minable. », articula t'il, sentant sa tête se deviser sur ses épaules. Sa remarque eut l'effet d'une bombe car le Monroe fit volte face et le releva brusquement. Sa gorge se serra entre les mains de son adversaire et, très vite, l'oxygène lui manqua. Pourtant, il sentait son visage se dérider. « Tu es pitoyable, risquer ta si précieuse petite vie pour quelqu'un que tu haïs autant que tu méprises. Chacun de tes coups de poing me donne une valeur inestimable à tes yeux.», dit-il avant de lui expédier un coup de tête magistrale qui le fit glisser à terre. D'un simple craquement, Aidan comprit que son nez venait de se briser sous l'impact. La douleur se fit violente et un flot de sang commença à couleur sur sa chemise. Aidan releva la tête mais sa vision devenait flou et il ne distinguait rien hormis une forme massive devant lui. Aidan lui avait brisé le genoux, Jackson lui rendait la monnaie de sa pièce en lui cassant le nez. Classique. « Je méprise ce que tu à fais connard ! Tu a vendu ta soeur pour une dose, si quelqu'un est pitoyable ici, c'est bien toi », articula t'il en mettant sa main sous son nez, recueillant le sang. Jackson lui tourna le dos et s'engagea vers la remise. Il pensait vraiment que le sujet était clos ? Aidan lui devait bien plus qu'un os brisé et une mâchoire en vrac. Il voulait le voir céder. Il voulait pouvoir l'imaginer entre quatre planches. Aidan se remit debout et fonça, l’agrippant par le col de sa chemise, il le vit tomber en arrière. Jackson tomba sur le dos et Aidan en profita pour lui envoyer une volée de coup dans le ventre, sentant chacun de ses coups comme une libération.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Dim 16 Sep - 19:09


Don't piss me off

Dire que ça allait péter grave c'était un euphémisme en plus d'être pas franchement jolie. Enfin en soit il était déjà entrain de tout casser. Heureusement que Jackson avait eu la présence d'esprit de demander à ce qu'il sorte du bar. D'un coté... Il serait resté dans le bar... Aidan n'aurait pas franchement pu lui casser la gueule de la sorte, et Jackson subirait franchement moins dégâts. Donc intelligence ou connerie ça restait encore à déterminer. Quoique finalement la connerie était de se laisser frapper sans riposter en premier lieu. La connerie était de se haïr plus que l'on ne haït l'adversaire. La connerie était d'imaginer que la mort pouvait être douce. Dumb ass. Enfin ça ne changeait pas vraiment de d'habitude et du Jackson qui ne réfléchissait qu'à moitié. Ce n'était que pur égoïsme de se laisser frapper pour se laver la conscience de ses crimes et fautes commise par le passer. Le pire c'est que ça ne réparerait rien dans sa tête, et qu'en se laissant frapper, il ne pensait pas à lui, il pensait au bien que ça ferait au monde. Parce que Jackson était suffisamment con pour se penser altruiste. Peut être qu'il l'était un peu d'ailleurs. Peut être qu'il était plus con que méchant. mais dans les faites on ne savait pas bien. La connerie dépassant largement tout le reste, et de loin. D'un coté tout le monde trouver ça trop facile. De se planquer derrière une connerie apparente. C'était trop simple. Il n'avait même plus besoin de faire de vrai effort, il était trop con tout simplement. Bien sûr c'était le genre d'argument qui ne passerait jamais devant Aidan qui le considérait clairement comme quelqu'un de démoniaque. Comme si Jackson faisait toutes ses conneries en éprouvant un plaisir malsain. Peut être était-ce aussi plus facile à supporter pour lui. De ce dire que ça vie avait été brisé par la méchanceté humaine, plutôt que par la connerie.

Les coups pleuvaient dans tous les sens sur Jackson. Mâchoire, tête, genou, dos... Il perdait le décompte, ne savait plus franchement ou il en était, il avait juste mal partout, et si ça se trouve il était bien trop sonné pour savoir quand son pronostic vital serait engager. De toute façon il ne savait même pas ce que ça voulait dire pronostic vital. Il ne savait pas franchement ce que vivre voulait dire non plus d'ailleurs. Enfin il le faisait tellement mal que ça ne s'appelait pas vraiment vivre à son niveau. « Je ne vaux peut être pas mieux mais je sais pourquoi j'ai fais tout ça, je sais qui je suis. Toi, t'es juste un salopard qui fou des vies en l'air parce que la tienne est minable. » Jackson éclata de rire. Un rire jaune, nerveux, et particulièrement douloureux. Aidan était ridicule avec ses croyances. Il fallait dire que Jackson préférait généralement se montrer comme un salopard de première plutôt que de montrer à quel point il n'avait aucune estime de lui même, à quel point il n'avait aucune emprise sur lui même. Il était la faiblesse incarner, qui se cachait sous des montagnes de connerie. La connerie était la force de Jackson. Sa lucidité était l'une de ses plus grandes faiblesses, avec son absence de volonté. « Tu me surestimes... Je ne réfléchis même pas autant que ça » Il ne brisait pas les autres parce que sa vie était minable. Les causes et conséquence était absolument absente des raisonnements de Jackson. Il faisait, et voyait se qui se passait après. Et parfois il n'était même plus bien sûr de pourquoi il l'avait fait...

Jackson avait finit par reprendre le dessus de la situation. Malgré les douleurs épouvantable, son genou qui avait l'air de se balader dans tous les sens, ou son os brisés qui cherchait son chemin à travers la chair. Il voyait rouge, et il voulait lui faire bouffer sa vie s'il pouvait en être capable. Enfin il voulait surtout lui faire avaler cette foutue fierté. Il en avait marre d'être pris de haut, alors qu'il fallait être lucide, ici, dans cette court minable, à se taper dessus comme des forcenés, ils ne valaient pas mieux l'un que l'autre. A un moment ton cerveau n'est rien, et se sont tes actions qui te définissent, et clairement les dernières actions de la vie d'Aidan, l'établissait presque sur un pied d'égalité avec Jackson. Surtout qu'Aidan avait un passé des plus sombres et des plus cons. Il ne valait pas mieux l'un que l'autre. La seul différence, c'était que sur les deux, il y avait un qui refusait de l'admettre. La preuve, même au sol, le nez pissant le sang, presque déjà bleu de la fracture qui venait de lui être infligé, il ne reconnaissait pas leur égalité. « Je méprise ce que tu à fais connard ! Tu a vendu ta soeur pour une dose, si quelqu'un est pitoyable ici, c'est bien toi » Jackson soupira, et tourna le dos à Aidan, il lui cassait les couilles avec son orgueil à deux balles. Il tourna légèrement la tête, sifflant entre ses dents «Si tu penses m'apprendre quelque chose... En revanche regarde toi dans un miroir, ta lucidité est proche de zéro. Tu ne vaux pas mieux que moi. Devant le vieux barbu on sera catalogué à gros con.» Oui le papa noël les catégorises comme gros con, et hop le père fouettard à tous les noëls...

Enième connerie de Jackson, tourner le dos à un ennemi encore en état de se relever, et imaginer que la partie était finit. Ou alors il l'espérait simplement. Enfin le résultat fut le même. Il fut agripper par le col de sa chemise, et rabaissé au sol en moins d'une seconde. Il ne vit même pas Aidan foncé sur lui et le rouer de coup dans son estomac. C'était encore ses côtes qui allait y passé, il ne savait même plus combien il s'en était brisé à force. Premier réflexe, il replia ses jambes contre lui, essayant d'éviter un maximum de coup. Il avait l'air d'un gamin en faisant ça certes, mais au moins il avait la présence d'esprit de se préserver un minimum. Deuxième action il envoya valser son poing dans le visage d'Aidan, rencontrant une nouvelle fois le nez d'Aidan. Appuyé sur un endroit qui faisait déjà mal était la meilleure manière pour le déstabiliser une poignée de seconde. Poignée de seconde qui serait suffisante pour Jackson pour se relever à demi pour saisir le coup d'Aidan avec ses mains, et pour l'attirer à lui de toute ses forces pour le faire tomber au sol. Il lui fila un violent coup de pied dans l'estomac avec sa jambe valide, et se retourna s'appuyant sur ses coudes pour essayer de se relever. A la vérité il se sentait capable de cracher des litres de sang. Il n'hésita d'ailleurs pas une seconde avant de craché le sang qui lui venait sur la gueule d'Aidan. Le prix du guerrier... « Satisfait ? Ou tu veux plus ? » Dit-il sans grande conviction. Il commençait peut être à être anesthésié. Il se releva tant bien que mal bénissant sa jambe valide et ses deux bras, et s'éloigna d'Aidan. Il ne refit pas la connerie de tourner le dos à Aidan, et s'éloigna à reculons avant de se laisser tomber contre le mur. Son genou avait vraiment une sale gueule, bien qu'il ne puisse en voir qu'une infime partie à travers son jean déchiré. Il continuait à cracher du sang à intervalle régulier, et se doutait que ce n'était franchement pas bon. Il voulu fermer les yeux. Se rappela que ce n'était pas une bonne idée. « Si tu voudrais pas tant me tuer j'aurais presque pu te présenter mes excuses... Mais tu peux te les fourrer profond maintenant... » Et des excuses sincères de la part de Jackson Monroe ça valait son pesant d'or. « On peut aller jusqu'à la mise à mort si tu veux d'ailleurs... Moi la paix éternel, et toi l'enfer sur terre en prison... Ca me paraît être un deal acceptable» D'un coté il reconnaissait qu'il ne ferait pas franchement le poids face à Aidan. La faute à sa connerie encore une fois, et au coup d'avance qu'il avait donné. Il était né con... Ca serait dommage de mourir autrement en même temps... Enfin il soupçonnait... Ou espérait qu'Aidan était tout de même pas suffisamment con pour risquer la prison peut être ad vitam eternam pour un con comme lui.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Mar 25 Sep - 13:51

I spit on your grave
Jackson & Aidan

...



«Si tu penses m'apprendre quelque chose... En revanche regarde toi dans un miroir, ta lucidité est proche de zéro. Tu ne vaux pas mieux que moi. Devant le vieux barbu on sera catalogué à gros con.», railla Jackson, démontrant une rangée de dent parfaites. Pour le coup, il fallait reconnaître qu'il n'avait pas vraiment tord. Au vu des douleurs qui irradiait de son coeur, il avait mal, vraiment mal, tout ceçi était donc réel. Il n'était pas lucide, il avait perdu ça au moment où ses yeux avaient croisés ceux de Jackson, à la seconde où il avait vu son ennemi se tenir devant lui, vulnérable. Il n'était plus lucide, aveuglé par une colère sourde, enragé à l'idée de se venger pour tout le mal qu'avait engrangé Jackson. Il avait perdu ce peu d'humanité qu'il avait gardé après l'année pourrie qu'il venait de passer. La foi en un avenir meilleur, l'espoir de retrouver un jour la vie qu'il avait rêvé de vivre. Il avait arrêté de croire que tous les accidents avaient une raison, que toutes choses avaient des explications rationnelles. L'explosion du pont, c'était tout bonnement éfarant. Une bombe avait explosé et des centaines de personnes avaient perdu la vie, ne se doutant pas une seule seconde de ça en se levant le matin. Des hommes, des mères, des enfants ... Des individus qui n'avaient rien demandé à personne, qui avait seulement voulu vivre une journée de plus, seulement connaitre un autre réveil, une autre soirée ... Et puis l'explosion avait tout balayé. Leurs espoirs, leurs avenirs, leurs rêves. La détonation avait précipité tout un tas de voitures dans l'eau, les autres envolées sur les routes voisines. Les corps avaient flottées lentement à la surface tandis que les autres brûlaient dans les carcasses. Et Aidan dans tout ça ... Il avait perdu foi en l'humanité. Tout ceçi pour un homme, un seul. Tout ça pour qu'une enflure meurs.

Aidan se défoulait, envoyant ses pieds dans l'estomac de cet abruti. Il entendait les braillements de Jackson et c'était plutôt agréable. Il sentait ces côtes se briser une à une, et sa rage se gonfler à mesure que la douleur de son adversaire s’amplifiait. Mais cet instant jubilatoire ne dura pas. Un violent coup le propulsa en arrière et il sentit son nez se dérober sous son visage. Si il n'était pas casé lors du coup précédent, il n'avait aucun doute maintenant. La douleur fut si vive qu'il manqua de perdre connaissance et chancela quelques secondes. Il sentait son sang glisser le long de sa joue puis de sa bouche et l'odeur lui donna la nausée. Une seconde plus tard, il fut projeté au sol et reçut un coup dans l'estomac, ce qui l'obligea à se plier en deux pour encaisser le choc. Il payait maintenant le prix de sa fureur. Malgré sa vision trouble, il vit Jackson se relevait péniblement et chanceler pour se tenir debout. Aidan tenta de se relever mais chaque parties de son corps protestait sous l'effort. Il mit un genoux à terre et poussa de toutes ces forces pour se maintenir à flot. Il ne se rappelait pas qu'il était si dur autrefois de se remettre d'une mise à tabac. Il se sentait si vieux tout d'un coup ... Une fois debout, il reçut une giclée de sang en plein visage et il sentit son estomac se contracter violemment. « Satisfait ? Ou tu veux plus ? » , demanda l'autre en essuyant le sang qui suintait aux bord de ses lèvres. Aidan lui jeta un regard mauvais. Jackson semblait en aussi mauvais état que lui. Son visage était crispé par la douleur, et son corps ne semblait tenir qu'avec l'aide d'une énorme effort. Même si Aidan se sentait vidé, il savait qu'il l'avait eut, qu'il lui avait fait mal, ce n'était pas forcément une libération en soit mais c'était déjà ça.

« Si tu voudrais pas tant me tuer j'aurais presque pu te présenter mes excuses... Mais tu peux te les fourrer profond maintenant... », ajouta Jackson en l'accablant d'un de ses regards de pur connard. Un rire amer traversa la bouche d'Aidan et celui-çi plongea son regard fiévreux dans les yeux de son rival. « Tes excuses ? Laisse moi rire. Elles ne valent rien de toutes manières. », dit-il en tenant son nez ensanglanté. Avec ça, il était forcé de faire un tour à l'hôpital. Il n'osé imaginé à qui ressemblait son visage en cet instant. « On peut aller jusqu'à la mise à mort si tu veux d'ailleurs... Moi la paix éternel, et toi l'enfer sur terre en prison... Ca me paraît être un deal acceptable» , ricana Jackson, visiblement fière de sa réplique. Le mot prison fit tressaillir Aidan. Jamais il ne retournerait dans cet enfer, jamais. Il avait beau mourir d'envie d'envoyer Jackson six pieds sous terre, il ne risquerait pas d'y retourner. Il était père maintenant, il ne pouvait pas agir que pour lui même. Il préféré devenir déserteur et fuir toute sa vie plutôt que de retourner derrière les barreaux. « Ta raison. Je mérite mieux que de retourner en taule pour t'avoir démolit. J'ai encore des trucs à vivre ... Toi il te reste plus rien. », trancha t'il en soupirant. Un bruit émana alors derrière eux et il crut voir une silhouette. Presque aussitôt, une violente décharge secoua son corps et il porta une main à sa poitrine.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Mar 25 Sep - 16:47

Une lueur de fierté brillait dans les prunelles cristallines de la Monroe. Ce soir-là, le Barking Spider était plein à craqué ; aucune table ne semblait libre et l'animation des discussions étaient si variées d'un coin à l'autre de la salle, qu'il lui semblait retrouver une ambiance chaleureuse et conviviale qui la rendait incroyablement euphorique et heureuse de travailler. Elle baladait sa silhouette élancée entre les tables, débordée par les commandes lancées à tort et à travers, qu'elle mémorisait avec l'habilité qui lui conférait l'expérience. Elle s'enfermait dans une petite bulle de concentration bienheureuse, qui lui épargnait la conscience du temps qui passe et d'autres désagréments. Ce soir, elle se vouait simplement au plaisir de son métier et à rien d'autre, si bien que la Monroe ne faisait attention qu'aux services de ses services, délaissant la partie du bar à Thayer qui devait s'être temporairement enfermé dans son bureau pour régler quelques comptes. Savannah ne s'était pas sentie aussi épanouie depuis des mois ; depuis quelques temps, elle amenuisait ses frustrations sur les réparations d'une moto, si bien qu'elle en ressortait aussi sereine que si elle venait d'accomplir un exercice de relaxation, tel que le yoga. C'était simplement son passe-temps à elle, son hobby et si cela lui permettait d'être plus décontractée, elle n'hésiterait pas à poursuivre d'autres projets après celui qu'elle s'était fixé. Elle servit une glace à la vanille à une petite-fille et lui adressa un magnifique sourire, qui l'attendrit considérablement. La gamine était si angélique et espiègle. « Cadeau de la maison, » dit-elle aux parents de l'adorable petite. Ces derniers surpris, la dévisagèrent comme si elle venait de débiter une énormité. Pour toute réponse à leur étonnement, Savannah caressa la fine chevelure de la petite, avant de s'éclipser jusqu'au bar. « Savannah ! » l'interpella Jason, qui abandonna un verre derrière lui pour s'approcher d'elle. « Je ne sais pas si je fais bien de t'en parler, mais y a un gars qui s'est pointé au bar tout à l'heure et ça à pas l'air d'être passé avec Jackson. Ils sont dehors, je pense que ça va déconner. » Savannah déposa son plateau sur le comptoir et leva brièvement les yeux au ciel. Évidemment, ce ne pouvait pas être un problème simple comme un verre fêlé, une bouteille vide … Non. « Je m'en occupe. » répondit-elle, en soupirant, lasse d'avance à l'idée de devoir contenir les conneries de son frère.

Savannah se fraya un chemin jusqu'à l'arrière-cour de l'établissement, où elle avait coutume de se rendre pour prendre sa pause et pourquoi pas, griller une lucky strike si cela lui chantait. Elle passa en coup de vent dans le bureau de Thayer, pour voir où ce dernier en était, mais il n'y était pas, ce qui lui laissa penser qu'il devait donc être en salle, à superviser. Peu importe. D'un pas traînant, elle se dirigea vers la porte et poussa celle-ci nonchalamment. Le spectacle qu'elle découvrit la glaça d'effroi ; en sang, Aidan et Jackson venaient vraisemblablement de se battre violemment. Le nez de l'un était sang, un hématome violacé commençait à faire son apparition sur la mâchoire de l'autre, ils avaient des têtes à faire peur. « Bordel mais où est-ce que vous vous croyez !? » s'exclama-t-elle avec colère, alors qu'ils se tournaient tout les deux vers elle. Elle n'eut pas le temps d'en dire davantage, qu'elle vit Aidan porter une main crispée à sa poitrine, et son estomac se retourna dans son ventre. Oh pitié non, pas ça. Il tomba à genoux, au sol, et la peur galvanisa l'adrénaline dans les veines de la jeune femme, qui se précipita auprès de lui. « Aidan ... » dis moi que ce n'est pas ce que je crois ... Évidemment, il ne pu réagir et son visage crispé par la douleur fit monter les larmes aux yeux de la demoiselle. De la souffrance, encore et toujours. Elle n'en pouvait plus de ce type de spectacle, elle ne désirait plus être témoin de rixes pareilles. Ses mains tremblaient d'ores et déjà. Elle extirpa son portable de sa poche et composa maladroitement le 911. « Une ambulance pour le Barking Spider, sur Venice s'ilvouplait, c'est urgent ! Mon … Un homme fait une crise cardiaque, il a eu un accident il y a quelques mois, il a le coeur fragile, s'ilvouplait, faite vite. D'accord, j'attends avec lui ici. » Elle raccrocha, abandonnant son mobile sur le sol, et écrasée par l'inquiétude, se pencha sur Aidan, posant ses mains fraîches sur ses joues. « Espèce d'idiot … mais à quoi tu pensais … ? » murmura-t-elle doucement dans un souffle angoissé, avec horreur. La respiration de Jackson dans son dos lui rappela sa présence, et le visage de Savannah emprunta soudainement une expression menaçante, voire effrayante, de mauvais augure. « S'il crève ici, dans mes bras Jackson, je te jure que tout ce que tu as vécu jusqu'ici prendra des allures de paradis. MAIS BORDEL T'EN AS PAS MARRE DE JOUER AU CON ? TU VOULAIS LE TUER C'EST ÇA ? ÇA T'AS PAS SUFFIT DE RUINER MA VIE UNE FOIS , IL FAUT QUE TU RECOMMENCES ? » explosa-t-elle, fulminante. Sa poitrine se soulevait sous l'implosion de rage qui dévastait son être entier, tornade impétueuse qui la rendait folle dans sa peine et sa terreur. Le voyant esquisser un geste vers elle, Savannah écarta son épaule, sa fureur se décuplant à l'idée qu'il puisse ne serait-ce que l'effleurer. « Si tu oses … crois-moi sur parole, je te casse en mille morceaux. » Elle lui lança un regard lourd de menaces, puis son regard s'adoucit en revenant vers le De Conti. Elle s'installa auprès de lui et saisit sa main pour la serrer avec force, paume contre paume, comme pour le rassurer, bien qu'elle ne le soit pas elle-même. « Et toi, t'as pas intérêt de me claquer dans les bras maintenant. Je te jure que je te le pardonnerai pas. » dit-elle, la gorge nouée par les larmes qui brillaient dans ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Mar 25 Sep - 19:11


Don't piss me off

Brisé, déchiré, anéanti, bousillé, abattu, accablé, affaibli, annihilé, cassé, découragé, défoncé, détruit, disloqué, exténué, foudroyé, fendu, fracassé, fracturé, harassé, pulvérisé, rompu, torpillé. Il cris l'atroce douleur de ne pas se sentir exister, de se sentir partir, et d'être toujours là. Contre vent et marée, dans les plus grandes tempêtes, toujours la nullité absolue, constant quoiqu'il arrive, il ne dépassera jamais le fond. Quand bien même il serait susceptible de s'envoler on le cloue au sol, défiguré, mâchoire brisé, genou détruit, côte en lambeau. Son sang ne fait qu'un tour, et sa langue baigne dans une marre rouge qu'il n'a plus la force d'éjecter. Tout est finit. Pour toujours. Pas de retour en arrière possible. On offre pas de deuxième chance à la connerie. Accablé contre le mur, le regard flou, vague et vaseux, les membres lourds et insensibles, le coeur impuissant qui se déchire, il sombre, lentement, surement, dans l'ignorance la plus total. Autours de lui tout s'accélère, on entend encore vaguement le bruit de l'ambulance qui n'a toujours pas éteint son gyrophare insupportable, la cours est soudainement bien trop éclairée, bien trop active, des silhouettes multicolores, floues, surhabillée, courent dans tous les sens, s'active à le sauver, Savannah sanglote surement, le regard figé sur sa poitrine à lui. On le remarquera plus tard, quand le coeur de l'autre sera stabilisé, quand enfin on osera demander comment l'autre en est arrivé là, quand on comprendra qu'évidement ils étaient deux sur le coups, et qu'en faite le deuxième n'avait pas pu aller bien loin. Jackson dans son coin respirait lentement, comme si une respiration trop brusque risquait d'envoyer ses poumons se perforer dans ses côtes brisées, il laissa ses yeux se clore, en attendant. Quoi ? Pas grand chose. Que la vie lui tombe dessus peut être. De toute façon il avait déjà tout prévu à l'avance. Si en voyant Aidan rentrer dans le bar on avait du lui demander comment se finirait la soirée, il n'aurait pas choisit d'autre mots que ceux qu'il observait à l'instant. Il était un con lucide. Trop lucide, et c'était tout le problème.

Quelques minutes plus tôt.

Jackson n'avait plus la force d'écouter les inepties d'Aidan. De toute façon ce mec ne valait rien. Il ne valait pas la peine de se battre contre lui. Quoique si un peu, car si Jackson n'avait pas riposté, inutile de dire qu'à l'heure actuelle il ne serait plus qu'un tas de chair et d'os. De toute façon il avait bien trop mal pour réfléchir à quoique ce soir. Pour un peu il était capable de sentir les os de son genou brisé, s'entrechoquer les uns contre les autres et perforer la chaire. Il sentait aussi ses côtes s'enfoncer et essayer de l'éventrer. Valait mieux rester immobile probablement. Cependant la porte s'ouvrit à la volé et Jackson cru sentir son coeur s'arrêter. Savannah. Il s'était relever brusquement, malgré la douleur déchirante de son genou, et s'était coller au mur, dans l'espoir vain que l'ombre l'engloberait totalement et qu'elle ne le remarquerait pas. Mais quelle connerie illusoire. Il était évident qu'à chaque fois que Jackson déconnait, elle le remarquait. C'était inévitable. « Bordel mais où est-ce que vous vous croyez !? » Réaction attendu. Jackson baissa la tête, abattu par une culpabilité sans borne. Au fond il ne savait pas bien ce qu'il aurait pu faire pour éviter ça. Mise à part ne pas faire la première connerie il y a cinq ans. Ce soir il était seulement victime du destin qui lui revenait en boomrang dans la face. Aidan lui était tombé dessus avec l'idée d'en découdre. Il ne se doutait pas qu'en essayant de limiter la casse, il n'avait fait que l'empirer, et que comme toujours, le destin l'accablerait lui, plutôt qu'un autre. Il observa Aidan un instant. Aidan et son nez brisé. Aidan qui ne devait pas bien se plaindre plus, les autres coup reçu n'avait été que bref et efficace de manière à l'éloigner de Jackson, rien de bien grave normalement. Seulement lorsqu'il vit la main d'Aidan se porter à sa poitrine et se crispé Jackson pâlit à vu d'oeil.« Aidan ... » Il serait devenu translucide s'il avait pu. Translucide et vert, il avait une tête à faire peur. Oh le con pensa-t-il un court instant, sentant la situation s'empirer de seconde en seconde. Son regard vira vite sur Savannah, qui se décomposait à son tour, s'affaissant auprès d'Aidan. « Une ambulance pour le Barking Spider, sur Venice s'ilvouplait, c'est urgent ! Mon … Un homme fait une crise cardiaque, il a eu un accident il y a quelques mois, il a le coeur fragile, s'ilvouplait, faite vite. D'accord, j'attends avec lui ici. » Jackson hébété sentit son coeur se serrer à son tour. S'il crevait ici il était fichu, bousillé, fini, sans plus aucun espoir de retour. Il n'osait pas approcher. Avec sa mal chance il ne ferait qu'empirer les choses. Une douleur pointa dans sa poitrine. Sur le coup il eut l'impression que l'une de ses côtes venait s'enfoncer dans son muscle cardiaque dans l'unique but de l'embrocher vivant. Mais ce n'était que la panique qui parlait. Il fut pris d'une quinte de tout, et crachait une flopée de sang. Il suait à flot, à sang. Il remonta ses mains pour se prendre le visage, les laissant se fourvoyer dans ses cheveux. Mais quel con. Comment pouvait-il deviner, lui, que l'autre avait le coeur fragile ? Ce n'était pas comme si il ne lui avait pas proposer plusieurs fois de se retirer, de laisser tomber, parce que l'autre avait plus à perdre que lui. Mais quel con. Sa respiration s'enflammait, sa vue se brouillait. Par pitié qu'il vive, sinon je suis cuit Jackson n'aurait jamais penser souhaiter la vie d'Aidan et pourtant, sa mort était clairement la pire chose qui pouvait lui arriver. Là il y passerait pour l'homicide involontaire. Et encore avec sa malchance on arriverait bien à le faire tomber pour homicide volontaire tiens. Perpet' même à cause du casier judiciaire bien remplit qu'il avait. Acharnement sur un mec au muscle cardiaque pourri. « Espèce d'idiot … mais à quoi tu pensais … ? » Et l'amour de sa soeur pour cet idiot le tuait. Cet idiot qui n'aurait jamais du venir chercher des noises à Jackson. Pas alors qu'il ne peut pas faire dix minutes de sport sans tomber dans les pommes. La gorge de Jackson se resserrait, et l'air refusait bientôt de passer. Il allait finir en hyper ventilation. Le monde s'écroulait encore. Tout allait trop vite. Lui paniquait. Tout était encore de sa faute. Enfin non. Mais si. Comme toujours. Il était là au mauvais endroit, au mauvais moment, et dans le mauvais état. Normalement c'était à lui de s'évanouir, et de perdre connaissance à cause des coups reçu. Savannah ne serait pas forcément venu s'inquiéter pour lui. Avec beaucoup de malchance elle serait aller rouler un patin d'enfer à Aidan, laissant Jackson crever sur le coté. Ou alors il commençait à divaguer, et à perdre pieds... A exagérer. « S'il crève ici, dans mes bras Jackson, je te jure que tout ce que tu as vécu jusqu'ici prendra des allures de paradis. MAIS BORDEL T'EN AS PAS MARRE DE JOUER AU CON ? TU VOULAIS LE TUER C'EST ÇA ? ÇA T'AS PAS SUFFIT DE RUINER MA VIE UNE FOIS , IL FAUT QUE TU RECOMMENCES ? » Bien sûr c'était évident. Pas besoin de lui dire, il s'était déjà jouer la scène mille fois dans sa tête. La fratrie Monroe qui se déchire encore une fois. Jackson Monroe, le coupable idéal, diabolisé au possible. « je... » essaya Jackson une première fois. Mais rien ne venait. Il n'arrivait pas à faire sortir les mots, tout restait coincé dans sa gorge anesthésiée par la panique. Il voulu s'approcher de Savannah fébrile, détruit par la culpabilité. « je ne voulais pas » parvient-il à peine à articuler le coeur lourd et perforé. « Si tu oses … crois-moi sur parole, je te casse en mille morceaux. » Il se recula brusquement sous les menaces de sa soeur, manqua de s'effondrer à cause de son genou qui flanchait. Vas y... Si tu oses... Tu me rendrais service pensa-t-il rapidement. Pourtant son regard n'exprimait plus rien d'autre que la peur. La peur de voir l'autre mourir. La peur de perdre sa soeur à cause de cette mort stupide. La peur de se perdre lui même par la même occasion. « Et toi, t'as pas intérêt de me claquer dans les bras maintenant. Je te jure que je te le pardonnerai pas. » Sur le coup il appuyait sa soeur. S'il crevait c'était la fin. Et Dieu ce qu'il aimait pas cette fin là. Il chercha à rejoindre le mur à reculons mais s'effondra peut avant, sa tête percutant le mur. Il émis un grognement sourd et s'attira un regard foudroyant de Savannah, qui avait visiblement besoin de silence pour pleurer tout son soul. « Tu devrais appeler la police aussi... Que si il claque on me recolle au trou là ou je ne fais de mal à personne » Lâcha-t-il la gorge noué, les dents serrés. Il aurait probablement mieux fait de se taire. Mais au fond de lui, il voulait hurler l'atroce injustice des choses. Si Aidan mourrait on dira toujours la même chose. Toujours les bons qui partent trop tôt, alors que les mauvais restent pour pollué la terre. Si seulement tout n'était pas aussi noir et blanc, si seulement Jackson avait le droit à un peu plus que "you are the bad guy" peut être s'en sortirait-il mieux. Peut être serait-il moins mauvais au fond.

L'ambulance arriva, et la suite on la connait. Alors que tout le monde s'acharnait sur l'autre, Jackson perdait le peu qu'il avait d'espoir, d'envie de vivre, de réussir. Quelque soit l'issue de l'histoire il sentait qu'il l'avait perdu. Que tous les durs effort qu'il avait pour regagner une place dans sa vie venait de s'envoler en une poignée de seconde, à cause d'une foutue crise cardiaque qu'il n'avait pas vu venir. Si seulement il avait eu le dossier médical d'Aidan sous les yeux avant de cogner inutile qu'il se serait laissé crever sous les coups de l'autre. Au moins pour une fois, il aurait eu la place de martyre. Mais bon le monde avait besoin de méchant. Alors il se laissait couler, et on verra bien ce qu'il adviendra... Ecarté de l'agitation Jackson s'enfonçait sur lui même... En attendant. En attendant qu'on le remarque. Qu'on le sauve de lui même.
© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Mer 26 Sep - 14:51

I spit on your grave
Jackson & Aidan

...



Avait-il déjà connu des bagarres dans son bar ? Oui, certainement. Les lieux comme celui-çi étaient propice aux querelles et dérapages en tout genre. Il suffisait de peu parfois pour embraser un petit conflit sans importance. Souvent, l'alcool était le déclencheur. La boisson vous rongez la gorge, puis l'oesophage avant d'attendre votre cerveau. Celui-çi réagissait automatiquement à cette poussé subite d'adrénaline et le geste partait aussitôt. Aidan avait souvent connu ce genre de problèmes, que se soit en étant lui même bourré ou en tant que videur désireux de foutre la vermine alcoolisé dehors. Les bars avaient cet aspect là, celui de déclencher des sauts d'humeur irréversible. Mais cette fois-çi, Aidan prenait conscience qu'il n'avait pas une goutte d'alcool dans le sang. Rien. Il n'avait pas bu, aucun liquide susceptible de le mettre en rogne n'avait altéré son jugement, tout venait de lui. Il c'était emporté seul, sans que rien ne déclenche en lui sa colère. La seule visions de Jackson l'avait rendu ivre de colère et de vengeance. Il l'avait saoulé, c'était affligeant.

La douleur fut fulgurante, il eut l’impression qu'un couteau aiguisé venait de le transpercer au plus profond de lui. Au même moment, la porte de la remise d'ouvrit sur une silhouette qu'il crut reconnaître. Son visage se crispa et il reconnut celui de Savannah, livide. « Bordel mais où est-ce que vous vous croyez !? », sa voix brisa un peu plus Aidan qui s'affala sur le sol, perdant le peu de dignité qu'il avait conservé jusqu'à là. Il sentit alors une présence près de lui, une présence rassurante malgré les tremblements qui émanaient de son corps. « Aidan ... », souffla t'elle, la voix dérasé par la peur. Aidan aussi avait peur en cet instant. Ses yeux se révulsèrent brusquement et il sut qu'il était bon pour y retourner, pour faire un nouveau séjour à l'hôpital au service de réanimation. Il pensa aussitôt à Billie. Jamais elle ne lui pardonnerait qu'il y reste. Elle qui l'avait déjà accompagné dans l'ambulance, elle qui lui avait déjà tenu la main pendant que les secours s'occupaient de le réanimer. Il lui avait promis de ne pas la laissé tomber, de rester en vie pour elle, pour River, pour Julian. Il fallait qu'il vive, cette foutu ambulance devait arriver le plus vite possible et lui donner une énième chance. « Espèce d'idiot … mais à quoi tu pensais … ? » , demanda t'elle doucement après avoir raccroché. Il sentit quelque chose d'humide sur sa peau et c'était de loin la chose la plus agréable qui soit en cet instant. A quoi pensait-il ? En cet instant, il avait perdu un peu la tête. Il voulait le tuer, le faire souffrir, le rendre aveugle et sourd, bref, il voulait faire de la vie de Jackson un véritable enfer. Mais bien sur, il ne pouvait pas dire ça à Savannah, il ne pouvait pas lui avouer tout ça sans qu'elle perde la tête à son tour. Il n'avait pas le droit de lui faire du mal à elle sans s'en faire à lui aussi. « Je ... J'voulais ... », mais sa voix se perdit dans un crissement de dent et sa main se serra un peu plus sur sa poitrine endolorie. Il se sentait partir mais il voulait rester là, il voulait s'accrocher à ce visage, celui de la femme qu'il aimait par dessus tout. Il voulait revoir le visage de son fils, celui de River, de tous les autres.

Ensuite, il entendit de vagues paroles, des paroles criardes venant de la bouche de Savannah. Sans vraiment tout comprendre, il sut qu'elle venait de mettre Jackson en garde. Mais contre quoi ? Contre le fait que si il restait Jackson serait l'unique coupable à ses yeux ? Cette idée était plutôt alléchante même si elle n'était pas totalement juste. Aidan avait frappé en premier, c'était lui qui avait ouvert l'assaut et lui aussi qui c'était défoulé sur cet abrutis. Il avait agit de son plein gré, seulement poussé par un besoin avide de vengeance. Pourtant, dans le fond, cela ne serait jamais arrivé si Jackson c'était montré plus intelligent. Si il n'avait vendu sa propre soeur contre une dose de drogue. Jackson était le déclencheur, Aidan son exécuteur. Il l'avait cherché et Aidan l'avait trouvé, c'était aussi simple que ça. Mais finalement, c'était lui le plus mal en cet instant. Ce n'était pas Jackson étendu sur le sol entrain de faire une crise cardiaque, c'était bien lui. Ce n'était pas Jackson qui restait d'y rester, c'était Aidan. Tout ceçi n'avait plus rien de logique tout d'un coup. Sa seule satisfaction, en cas de décès, c'était de savoir que Jackson finirait ses jours en prison. Il y avait des témoins que c'était Aidan qui avait cherché querelle mais le casier judiciaire de Jackson jouerait contre lui, c'était évident. Le seul problème, c'est qu'il ne serait pas là pour voir ce fumier menotté. « Et toi, t'as pas intérêt de me claquer dans les bras maintenant. Je te jure que je te le pardonnerai pas. », lui dit-elle en collant sa main contre la sienne, cherchant le contact. Aidan voulu lui répondre mais sa gorge se serra, visiblement décidé à le priver d'oxygène. Pourtant, lui, il lui avait pardonné, non ? Il n'avait jamais vraiment accepté son exil mais quand il l'avait revu, une part de lui l'avait pardonné d'avoir simulé sa mort. Mais là, si il restait, elle ne lui pardonnerai pas d'avoir tiré son dernier souffle dans ses bras, sans lui avoir dit je t'aime une dernière fois. « Je t'aime Savannah. », lui dit-il avant de perdre connaissance, ignorant encore si il verrait à nouveau son visage pour l'entendre lui répondre.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   Mer 26 Sep - 17:48

Savannah n'arrivait pas à croire qu'elle vivait encore une situation comme celle-ci. Cette année avait pourtant été relativement calme, et peut-être que trop naïvement, elle avait pensé ne plus avoir à subir pareilles horreurs, pareilles souffrances, pour au moins encore quelques décennies de tendre routine. Vraisemblablement, elle s'était fourvoyée. Les embûches semblaient destinées à être disposées sur son chemin et ses épaules à soutenir le fardeau d'une douleur qui petit à petit, d'un moment à l'autre, serait susceptible de la briser toute entière. Alors que son attention se focalisait totalement sur Aidan, elle sentit peu à peu son organisme répondre à l'urgence des événements en étapes distinctes et quasiment familières. Tout d'abord, son myocarde se serra sous l'angoisse étouffante de perdre le De Conti, puis ses entrailles se congelèrent jusqu'aux tréfonds de son être et enfin, sa raison s'évapora, dévorée par l'incendie rageur et vorace qui réduisit son esprit en cendres. Il était inutile désormais de faire appel à sa logique, à son discernement. La seule lucidité qu'elle conservait, c'était la conscience que d'un instant à l'autre, Aidan pouvait s'éteindre dans ses bras, à cause des coups de son frère. Jackson. La mâchoire de Savannah se carra sous la fureur incandescente qui se diffusait jusqu'à ses membres et qui hurla l'acidité de ses mots à la face du Monroe. Elle ne pouvait même plus le regarder sans reconnaître le bourreau de son bonheur, de sa vie, de sa moitié. Si Aidan ne s'en sortait pas, une part d'elle s'envolerait avec lui. La seule raison de vivre qui lui resterait, serait de tuer Jackson à petit feu et de le laisser souffrir de son agonie. Parce que celle-ci ne serait sans doute jamais aussi désespérée, déchirée, tourmentée, que la sienne.

Savannah s'adossa au mur, aux côtés d'Aidan. Elle saisit doucement l'une de ses paumes, serrant fortement celle-ci entre ses doigts avant de la porter à ses lèvres. Une saveur métallique vint s'installer sur sa langue, qu'elle devina comme étant du sang et bientôt, elle sentit ses larmes rouler sur ses joues. Il lui semblait avoir grandi et vécût avec cette odeur rance, comme si celle-ci ne pourrait jamais s'effacer de sa mémoire. Elle ne lui pardonnerait jamais, s'il la laissait ainsi derrière lui. S'il ne s'accrochait pas. Et elle ne se pardonnerait sans doute pas non plus tout ce temps perdu, gaspillé, à ne pouvoir exprimer tout cet amour qu'elle éprouvait pour lui, cette passion qui serait fauchée, s'il partait. « Je t'aime Savannah. » murmura-t-il, alors. Puis, elle perçut son affaissement et sa détresse redoubla, véhémente et traumatisante. « Non, non, non, Aidan réveille-toi, ne me laisse pas ! Ne me laisse pas ! » Sa voix sembla se déchirer dans l'air nocturne de cette ruelle déserte, se répercutant contre ses murs et se perdant, sans trouver secours. Elle le pris entre ses bras, l'étreignant contre elle avec une force inouïe, incapable de s'en défaire comme si cela signifiait l'abandonner à une étreinte bien plus froide et mortelle que la sienne. Elle posa sa bouche contre son front et ne bougea plus, les épaules seulement secouées par les sanglots qui l'agitaient.

Lorsque les ambulanciers arrivèrent – précisément sept interminables minutes plus tard – ils découvrirent une silhouette féminine recroquevillée sur l'être inconscient, et visiblement inconditionnellement aimé. Péniblement, ils défirent les bras de la jeune femme dont les mains s'accrochaient follement au corps, puis ce dernier fut transporté rapidement jusqu'au véhicule hospitalier. Ils la regardèrent se lever, une lueur hagarde, voire détraquée dans le regard et s'en inquiétèrent. Elle allait monter dans l'ambulance, lorsque soudainement, elle se retourna et dit ; « Il y avait aussi Jackson. » Ses prunelles perdues semblèrent chercher au loin, perçant les ténèbres qui s'étaient abattues sur elle. En arrière-plan, ils entendirent leurs collègues réanimer le malade, et ils commencèrent à l'inciter à monter, lorsqu'elle pointa le bout de la rue du doigt. « Là ! » Ils aperçurent enfin une silhouette étendue sur le sol et allèrent la chercher pour évaluer les dégâts. La jambe bousillée, le visage particulièrement atteint, des côtes brisées. Ils l'amenèrent à son tour jusqu'au véhicule. La brune était déjà montée, ce qui les soulagea. Ils purent enfin démarrer. John se pencha sur le premier récupéré, lui injectant une dose d'adrénaline pour maintenir ses constantes jusqu'à l'arrivée à l'hôpital ; la réanimation avait fonctionné, mais il fallait être vigilant. « Vous n'avez rien mademoiselle ? » demanda-t-il enfin. Elle hocha la tête pour toute réponse, et glissa sa main dans celle de celui qui avait fait une attaque. Placée entre les deux brancards, elle semblait ne plus pouvoir réagir à quoi que ce soit. État de choc. Puis, contre toute attente, elle plaça sa seconde main dans celle du deuxième homme et resta figée ainsi jusqu'au bout. John ne su quelle tornade déchirait présentement son esprit, il ne su pas ce que cet acte symbolisait. Mais il lui apparut que ce geste partagé, semblait réunir deux parts brisées de cette personne, et son désir de maintenir le tout uni.

Son passé, son présent et son futur. Son frère, son amour, sa vie. Elle-même. Jusqu'à ce que tout s'effondre.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: AIDAN&JACKS - Don't piss me off   

Revenir en haut Aller en bas
 

AIDAN&JACKS - Don't piss me off

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» AIDAN&JACKS - Don't piss me off
» [Terminé] Hello. And hum... who are you ?
» Le Manneken-Pis... pissera du cidre...
» Plantes Médicinales - Tonnerre
» KOF History Moment # 7 (Spécial Elimination Chamber)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-