AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 everything happen for a reason, right? ft. Emrys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: everything happen for a reason, right? ft. Emrys   Ven 11 Nov - 2:02





En prenant la décision de venir à Los Angeles pour retrouver Thayer, Muse avait dans l’idée de sortir de sa mauvaise passe. Sortir de sa mauvaise vie serait un terme plus exact d’ailleurs, puisque ça faisait à présent quatre ans que sa mauvaise passe durait. Lorsqu’elle avait quitté Thayer, deux ans plus tôt, elle avait envie de s’en sortir, seule, parce qu’elle savait qu’ensemble, ils avaient créé cette spirale destructrice, et qu’ils ne parviendraient pas à s’en défaire. Alors elle était partie, avec le premier qui l’amusait, un dénommé Mike qui lui avait fait passer de bons moments, mais avec qui elle n’avait pas vraiment sorti la tête de l’eau. Au bout de quelques mois, elle s’était retrouvée seule à nouveau… Et comment pouvait-elle s’en sortir alors qu’elle était seule ? Mais elle en venait à être épuisée de vivre cette vie, elle en venait à ne plus se reconnaître. Où était passée cette fille pleine de vie, souriante, pom-pom girl passionnée de danse ?! La réponse était simple à trouver, elle devait être morte avec ses parents et son petit frère, dans l’accident de voiture qui les avait emportés. C’était à partir de là que tout avait commencé à aller mal, qu’elle s’était laissée chuter. Il fallait qu’elle remonte la pente, elle en avait envie… Mais à peine était-elle arrivée à Los Angeles, ville qui lui était complètement inconnue, qu’elle se raccrochait à ce qu’elle connaissait. Elle avait donc repéré rapidement un endroit où elle pourrait rencontrer des gens riches. Il va de soi qu’elle ne faisait pas ce qu’elle faisait pour le plaisir… Seulement, parce qu’il y avait de l’argent à la clé, et que comme tout le monde, elle avait besoin d’en gagner. Certains pouvaient dire que c’était de l’argent facile, mais ça ne l’était pas, loin de là.

C’est ainsi que Muse repéra rapidement un couple qui avait la quarantaine. Elle commença par faire du charme à l’homme, avant de réaliser que sa femme n’avait pas l’air spécialement contre. C’était assez rare que ça arrive, mais après tout, pourquoi pas… Peut-être qu’avec une personne en plus, elle se ferait davantage d’argent. Ils voulaient pimenter leur vie de couple, elle pouvait les y aider ! La première journée, elle découvrit donc leur villa, sur les collines d’Hollywood. C’était paradisiaque ! Piscine, maison immense, vue superbe… Enfin, elle n’était pas là pour rêvasser, il fallait qu’elle leur donne ce dont ils avaient envie. Et elle dû certainement remplir le contrait, puisqu’ils lui proposèrent de rester un jour de plus. Elle n’allait pas refuser car derrière il y avait la promesse d’une jolie somme. Qui plus est, ils lui proposaient de les accompagner déjeuner au restaurant d’un hôtel très chic, le Calypso Suite Hotel, puis de les accompagner faire une sieste –crapuleuse- dans la chambre qu’ils louaient à l’année. C’était parfait, elle avait même le droit à des bonus ! Jamais, elle n’aurait pu se payer une chambre dans cet hôtel… Quant au repas, elle aurait probablement dépensé une bonne partie de ses économies ! Enfin, c’était la vie de Muse, menée souvent une existence de luxe, sans avoir un sou en poche. Après la fameuse « sieste », le contrat de Muse sembla s’achever. Elle empocha une belle liasse de billets, et quitta la chambre après avoir pris une douche. Qu’allait-elle faire du reste de sa journée ? Elle n’en avait aucune idée ! Mais ce soir, elle se sentait l’envie de sortir, de trouver une boîte branchée et de s’amuser. Qui plus, elle avait suffisamment d’argent pour s’offrir un petit plaisir ! Ecstasy ? Cocaïne ? Elle verrait selon son humeur ! Par rapport à l’époque où elle vivait à New York, avec Thayer, elle avait tout de même réussi à réduire sa consommation, mais pas à l’arrêter complètement. Disons que ça allait par cycle, par période. Lorsqu’elle se sentait bien et confiante, elle en prenait moins. Dans le cas contraire, elle en prenait plus, comme avant. Aujourd’hui, elle était dans un entre deux. Elle était contente de vouloir se reprendre en main, mais d’un autre côté, elle était tellement angoissée par ses futures retrouvailles avec Thayer… Deux jours qu’elle était là, et elle ne s’était même pas encore montré devant lui. Elle craignait tellement qu’il la rejette… Et croyez-moi, si ça arrivait, elle pourrait replonger complètement dans la seconde. Elle se sentait encore trop faible pour pouvoir encaisser ça. Alors, non, elle n’irait pas le voir ce soir, elle repoussait encore d’une journée. En sortant de l’ascenseur, elle se dirigea vers la sortie avant de s’arrêter… Peut-être pouvait-elle s’offrir un café, histoire d’admirer les lieux un peu plus longtemps ? Histoire de faire comme si elle appartenait vraiment à ce monde. Elle se retourna, dans le but de se diriger vers le café de l’hôtel, mais percuta quelqu’un de plein fouet. « Désolée ! » s’excusa-t-elle machinalement avant de détailler le jeune homme qui lui faisait face, et qui était loin d’être désagréable à regarder d’ailleurs (a).
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: everything happen for a reason, right? ft. Emrys   Dim 13 Nov - 16:52

J’avais l’habitude de venir ici une fois par mois avec ma petite sœur. Un hôtel pareil coûtait peut être pas le pris d’une crêpe, mais cela ne nous posais aucun problèmes. La note, nous la payions avec l’argent de la tirelire de notre très cher père. Il n’y voyait que du feu, même avant d’aller en prison. Franchement, nous nous sommes toujours amusés dans cet hôtel. Nous avions la belle impression de faire partie de haute société, avec ces jacuzzis, ces piscines, ces gens riches qui peuplaient le couloir, et j’en passe. A chaque fois, nous nous inventions une vie. Elle était une princesse irlandaise, un étrangère pleine aux as, et moi son grand frère aussi riche. C’était le bon vieux temps… Maintenant, tout était différent. C’était la première fois que je venais sans elle. Et ma présence ici ne voulait plus rien dire. J’avais eu tort de continuer notre petit rituel sans elle. Mais bon, il fallait que j’arrête de me lamenter. J’étais là pour m’amuser après tout. Et j’étais là en espérant la retrouver ici à vrai dire. Jamais on avait manqué à l’appel pour passer une journée dans cet hôtel, qu’on soit malade, fiévreux, qu’il neige, que les routes soient inondées et j’en passe. Mais j’avais beau regarder partout autour de moi, je ne voyais que des vieux bourges et des vacanciers bien riches qui venaient profiter de cet hôtel. Tant pis, j’avais trop espérer, pour une fois. Ni déçu, ni triste, je me dis simplement que c’était la dernière fois que je cherchais cette peste qui m’en faisait voir de toutes les couleurs. C’est vrai quoi, j’en avais marre de m’inquiéter pour elle, et si c’était l’une de ses nombres tentatives de me prouver que je n’étais pas un monstre, c’était raté. D’ailleurs, je pris les bonbons d’un gosse qui venait tout juste de passer devant moi en son honneur. Le pauvre petit parti en courant, des larmes plein les yeux. Non, ce n’était pas très gentil, mais il avait des dragibus, je n’avais pas pu résister.
Après ma mauvaise action du jour, j’ai décidé d’aller boire un verre au bar de l’hôtel. Il était plutôt chic ce bar, peut-être même trop pour moi. Mais il servait de bons whiskys, c’était l’essentiel. A peine installé à une table bien retirée de ce petit monde de joyeux lurons, le barman accouru prendre ma commande. Plutôt rapide. Lorsqu’il revint une deuxième fois, il apporta mon bourbon, toujours aussi rapidement. Lui, il voulait un pourboire. Je pouvais le lire dans ses yeux et dans sa manière d’être rapide, gentil et souriant. Mais il n’aurait rien, dommage pour lui.
Mon bourbon fini, j’ai donc payé le gentil barman, avec un joli sourire qui lui montrait bien que non, il n’aurait pas de pourboire. Puis je reparti. Plus vite je serais sorti d’ici, et mieux ça serait. Il fallait donc que j’aille rechercher mes affaires en vitesse et que je rende la clé. C’était jeté l’argent par la fenêtre, mais tant pis. C’était celui de mon père. Visiblement, quelqu’un là-haut ne voulait pas que je sorte d’assez bonne humeur. Alors que je sortais tranquillement du café, quelqu’un me percuta. Aïe. J’allais avoir une jolie bosse. Enervé, j’étais prêt à lui pourrir la vie et de lui faire regretter sa présence ici. « Désolée ! » Moi aussi j’allais être désolé de lui avoir mis mon poing dans sa figure. Mais lorsque je levai les yeux, je vis le joli visage d’une jeune femme. Voilà qui changeait tout. Il faut dire qu’elle était vraiment belle. Soyons franc, elle n’aurait pas été aussi belle, je ne me serais pas retenu de m’énerver.

« C’est rien. Mais je pense que vous devriez vous faire pardonner quand même. »

Un petit sourire s’étira sur mon visage. En la regardant plus précisément, j’avais l’impression de l’avoir déjà vue quelque part. Mais ce n’était pas qu’une impression. Je l’avais déjà vue, au bar où je travaillais. C’était Muse. Et je ne l’avais pas reconnue tout de suite. Fatigue, quand tu nous tiens. Elle m’avait fait les yeux doux, alors qu’elle cherchait Thayer. Je regrettais un peu de lui avoir dit ces mots. C’était devenu trop facile pour elle. Je reculai d’un pas pour laisser passer une mamie pressée, puis je reposai mon regard sur la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: everything happen for a reason, right? ft. Emrys   Mer 16 Nov - 22:57





Pour tout dire, Muse était assez perdue en ce moment, raison pour laquelle elle était venue à Los Angeles. Il y a quelques semaines de cela, elle avait pris la décision de retrouver Thayer, parce qu’elle n’arrivait plus à continuer toute seule. Depuis deux ans, elle était constamment entourer de gens, mais au final, comme elle ne restait jamais au même endroit très longtemps, elle se sentait très seule. Et puis… Etre entourée ne signifiait pas qu’elle s’attachait. Au contraire, c’était même quelque chose qu’elle s’interdisait. Elle avait fait la bêtise d’accorder une partie de sa confiance à Mike, l’homme avec qui elle était partie en moto, lorsqu’elle avait quitté New York et Thayer. Elle l’avait amèrement regretté le jour où il était partit avec une autre fille, et qu’il l’avait laissé planter là toute seule, comme une idiote. Elle n’avait pas eu le cœur brisé dans la mesure où elle n’avait jamais été amoureuse de lui. Elle s’était bien amusé, avaient passé de bons moments, et d’une certaine façon, s’était tout de même un peu attachée à lui. Alors, certes elle n’était pas tombée amoureuse, mais croyez-moi, la blessure d’ego avait été bien présente. A partir de là, elle s’était retrouvée seule à parcourir le pays en long, en large et en travers. Mais aujourd’hui, elle commençait à fatiguer de vivre dans de telles conditions, et elle avait besoin de retrouver ses repères. Et le meilleur point de repère qu’elle avait, c’était Thayer. Alors, elle était retournée à New York, mais malheureusement, lorsqu’elle était arrivée chez lui, elle avait découvert quelqu’un d’autre dans l’appartement. C’est là qu’elle avait pris conscience que ce ne serait pas si simple que ça de le retrouver. Deux ans s’étaient écoulés… Deux ans au cours desquels il avait sans doute changé. Peut-être qu’ils n’avaient plus rien en commun… La pensée qu’ils aient perdu ce lien indéfinissable qui les unissait auparavant, l’angoissait. Elle ne supporterait pas de se retrouver seule, vraiment seule. Elle avait revu quelques uns de leurs anciens amis qui lui avaient annoncé que Thayer avait quitté New York pour s’installer à Los Angeles. Ils lui avaient donné l’adresse du bar qu’il avait ouvert, et elle avait retrouvé cette petite dose d’espoir à l’idée de le retrouver. C’est ainsi qu’elle était arrivée à Los Angeles.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle ne s’était pas précipitée au bar de Thayer en arrivant. Elle craignait tellement de se montrer devant lui et d’être rejetée, qu’elle avait envie d’être prête, sûre d’elle, sûre de qu’elle allait lui dire. Au fond, Muse était une jeune femme brisée, avec des tas de fêlures, ce qu’elle ne montrait jamais bien évidemment. La confiance en soi rend sexy, elle l’avait appris en grandissant, alors elle faisait semblant la plupart du temps. Enfin, elle avait beau être là pour s’en sortir, c’était tout de même un cercle vicieux. Pour le moment, elle était seule, et c’était si simple de retomber dans ce mode de vie qu’elle connaissait si bien. Alors elle avait rencontré un couple, et leur avait vendu son corps pour deux jours. Evidemment, elle avait gagné une jolie petite somme, si bien qu’elle prévoyait même de sortir et de s’amuser le soir même. Mais alors qu’elle s’apprêtait à sortir de l’hôtel, elle réalisa qu’elle regretterait de ne pas rester un peu plus longtemps, en allant boire un café au bar de l’hôtel par exemple. Tandis qu’elle se retournait pour rebrousser chemin, elle percuta un homme de plein fouet. Elle s’excusa immédiatement évidemment, avant de relever les yeux vers lui et de constater qu’il était tout à fait charmant. « C’est rien. Mais je pense que vous devriez vous faire pardonner quand même. » Elle laissa échapper un petit rire malicieux, avant de poser une main contre sa hanche, et de lui lancer un regard intrigué, sourire en coin aux lèvres. « Ah oui ? Et qu’est-ce que je dois faire pour me faire pardonner ? » demanda-t-elle, espiègle. Puis elle remarqua qu’il la regarda d’une façon étrange, un peu comme s’il la reconnaissait, ce qui l’étonna, puisqu’elle n’avait aucun souvenir de lui. Elle réfléchit tout de même quelques instants, mais… Non, impossible, elle l’aurait reconnu avec un physique pareil ! Il ne ressemblait en rien à l’idée que l’on pouvait se faire des californiens, et c’est sans doute ce qui lui donnait tant de charme. « Est-ce… Est-ce qu’on se connaît ? » le questionna-t-elle, intriguée. Après tout, elle avait rencontré tellement de gens ces dernières années qu’il était impossible pour elle de se souvenir de tout le monde, mais d’un autre côté, elle était quasiment certaine que lui… Elle ne l’aurait pas oublié (a).
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: everything happen for a reason, right? ft. Emrys   

Revenir en haut Aller en bas
 

everything happen for a reason, right? ft. Emrys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Distributeur de sourires – ft. Emrys
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» « How could this happen to me ? » •• feat Zadig (ROUE DE L'ECRITURE)
» Anything could happen ▬ PV SONY (terminé)
» EMRYS A. HAWKINS ► Jamie Dornan
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-