AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Sam 12 Nov - 21:35



Crépuscule. Il est triste de voir le soleil décliné à partir du milieu de l'après midi. Birdie ne s'en remettrait jamais. Pourtant, ici à Los Angeles il faisait encore bon. Le vent soufflait fort, mais les températures étaient encore acceptable. Elle était sensé jouer ce soir. Et même si elle avait encore plusieurs heures devant elle pour se préparer elle ne s'en sentait pas capable. C'était une idée ridicule. Elle n'en était pas à son premier concert. Et elle avait réussit à faire ses preuves autant au saxophone qu'à la trompette. Sa soeur aurait été fier d'elle. Elle manipulait son instrument au moins aussi bien qu'elle. En plus elle adorait ça. Être sur scène, avoir la salle entre ses lèvres, avoir leur souffle au coeur de son instrument, c'était vivifiant, et sensationnel comme sentiment. Mais aujourd'hui elle n'était pas tout à fait sûr. Elle s'était levé ce matin et cette sensation ne l'avait quittée depuis son réveille. Nostalgie, peur, souvenir et morosité. Ca ne lui était pas arrivé depuis ... Qu'elle était devenu Birdie. Normalement avec Birdie tout allait vite, tout se faisait sans encombre et elle n'avait pas vraiment le temps de penser. Mais à être si radical par rapport à son ancienne vie, Birdie avait eu des vertiges,et avait ressentit le besoin de se poser. Et en se posant elle était retombée à ces vieilles angoisses. Et comme tout le monde le sait, lorsqu'elle angoisse, elle redevient parfaite, et c'est absolument insupportable. Wesley avait débarqué dans la chambre de Birdie ce matin et l'avait trouvé, assise sur son lit, vêtu d'un pyjama informe mais confortable en train d'avaler un plat de pain perdu, son plat préféré. Elle avait écarquiller les yeux devant cette vision d'horreur. « Tu joue à quoi Lou ?» Wesley n'aimant pas faire comme tout le monde, surtout lorsqu'il s'agissait de Birdie préférait appeler cette dernière par son second prénom. Plus intime. Birdie releva la tête de son pain perdu et regarda sa colocataire. Splendide blonde toujours souriante, qui avait tout de même un sérieux pet au casque, mais généralement c'était pour ça qu'on l'aimait. « J'essaye de me suicider avec un Pain Perdu... Tu veux essayer avec moi ?» Wesley fit une grimace d'incompréhension. Décidément depuis quelques mois Birdie devenait étrange. Confisqué le pain perdu, envoyé directement sous la douche la suicidaire, et mis à la poubelle le pyjama honteux. Une demi heure plus tard elle était prête et Wesley l'attendait déjà dans la voiture un immense sourire aux lèvres. Il était dix heures du matin, et maintenant en plus d'être morose et nostalgique elle était terrifié par sa colocataire.

Wesley s'arrêta en bas d'un bar que Birdie ne connaissait pas. Honte à elle d'ailleurs, avec une réputation comme la sienne, elle devrait bien connaître tous les bars de la ville. Quoique Los Angeles tout de même. Mais c'est un challenge. Wesley attira avec violence son amie dans un vieux bar, de Jazz, pour les fins connaisseurs on se retrouvait vraiment projeté à la Nouvelle Orléans dans les années faste du Jazz. Birdie laissa échapper un sourire. Voilà pourquoi elle aimait temps Wesley, finalement elles étaient sur la même longueur d'onde. Birdie ne pouvait aller à La Nouvelle Orléans, mais la Nouvelle Orléans pouvait bien pointé son nez à Los Angeles, sans les tombent qui y habitent. «Notre mission nous saouler au Jazz toute la journée, pour pouvoir ce soir saouler les gens de Jazz... » « Il est dix heures du mat' Wesley...» Wesley sourit «Commence par notre fameux Irish Coffee. » Décidément elle était impitoyable. Dans les alentours de midi Birdie avait en effet l'air requinqué, a danser sur des vieux airs de jazz avec Wesley. Mais la tête lui tournant un peu Birdie avait faussé la compagnie à Wesley. « On se retrouve à 20 heures comme promis... Je n'en reviens pas que tu ne mets jamais emmené là...» Elle sortie dehors pour respirer l'air frai. Car étonnement, alors que le bar était presque vide, il régnait une flagrance d'alcool et de cigarette typique des vieux bar de Jazz de l'époque. Et si cette ambiance était chaleureuse et agréable, il fallait à Birdie de l'air pour se remettre un petit peu les idées en place.

C'était comme ça que sur les coups de dix sept heures Birdie c'était retrouver sur un banc, près du port. Elle avait longtemps marché. Etait partie s'acheter des vieux vinyles, et était rentrée à l'appartement pour y déposer ses vinyles et récupérer son saxophone pour ce soir. Les trompettes étant amené par le trompettiste en chef du groupe qui aimait avoir une collection de trompette chez lui. A vrai dire il avait juste ramené celle de Birdie la dernière fois parce qu'il était en voiture et qu'elle avait la flemme de porter les deux instruments, et que c'est un gentleman. Ensuite le port lui avait paru être un excellent endroit pour venir ce ressourcer, après un retour dans le temps salvateur des nostalgies précoce, il lui fallait de l'air marin pour ce donner du courage. Et on se retrouvait au début. Avec la peur au ventre de jouer, et l'envie d'accélérer les choses pour arrêter de penser. Ou de juste arrêter de penser. Soudainement elle eut une idée. Elle attrapa rapidement son téléphone portable et manqua de l'échapper. Elle commença à pianoté sur les touches tactiles du petit bijou. « Là ou les mats transperce le ciel déclinant, le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux, et m'inspire des airs décadent au saxophone et tu pourrais bien être le bouquet final de mon inspiration. » elle chercha rapidement le nom qu'elle voulait dans ses contacts avant de le trouver Thayer Weston . Elle ne savait pas vraiment s'il était libre. Ni s'il voudrait venir. La dernière fois elle s'était senti atrocement mal avec lui. En même temps comment dire à quelqu'un qu'on ne se souvient pas de lui alors que lui à l'air d'avoir des souvenirs magiques en votre compagnie. Pourtant elle n'avait pas vraiment pu lui dire non plus qu'elle n'était pas vraiment celle dont il se souvenait. Elle avait été touchée par la prestance du jeune homme, et le faite qu'il s'y connaisse si bien en Jazz et dans sa musique, enfin celle de Birdie principalement. Elle savait bien que s'il y avait une personne qui pouvait lui donner envie de jouer c'était lui. En l'attendant elle attrapa un carnet et griffonna quelques notes qui lui venait à l'esprit. Elle essayait d'y reconstruit des souvenirs inconnus qu'elle devrait pourtant avoir avec le jeune homme. Tant pis si elle ne se souvenait jamais, elle avait juste envie d'imaginer, et de ce laisser bercer par une douce illusion. Lorsqu'il serait là, elle reviendrait à la réalité.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Dim 13 Nov - 1:26



thayer and birdie

Nous avons tous besoin de ces moments si importants, ceux où nous nous laissons emporter par nos rêveries au rythme du vent. Souvent, Thayer se répétait cette phrase tirée d’une de ses chansons préférées. « Life is moving oh-so-fast. I think we should take it slow. Rest our heads upon the grass. And listen to it grow. ». Lors de ses périodes les plus sombres, c’était l’absence de ces moments magiques qui lui faisait perdre espoir et même heureux, il se sentait perdu sans eux. S’il était facile pour lui de se poser et de se laisser aller à vagabonder dans ses rêveries en écoutant un vieux vinyle, il lui était moins évident de laisser entrer une autre personne dans ses rêveries. Il s’était souvent souvenu de cette nuit où il avait échangé tendresse et passion avec une musicienne qu’il admirait. Lui chantant Amado Mio acapella et elle l’accompagnant au saxophone, des souvenirs inoubliables. Du moins pour lui, parce que la belle ne l’avait pas reconnu quand il était allé la retrouver à la fin d’un concert à Los Angeles. C’était compréhensible, pour lui elle était une musicienne unique, le faisant frissonner au son de son saxo et lui n’était qu’un fan parmi tant d’autres, même s’il aurait tant aimé être le premier. Il ne s’était toutefois pas débiné et avait pris son courage à deux mains, l’invitant à se revoir. Je vous vois arriver avec vos gros sabots, non il n’était pas tombé amoureux fou d’elle. Nous parlons de Thayer ici. Ce qu’il désirait c’était discuter des heures avec elle de musique, de s’évader dans un autre monde, de parler sans mots avec une personne qu’il respectait profondément de par sa musique. S’il appréciait cela chez-elle, il n’en aimait pas moins sa vision de la vie, du moins quand elle discutait avec lui. Cette nuit où il l’avait revue ils avaient discuté jusqu’au petit matin de musique sans se demander un seul détail de leur vie, mais pourtant en apprenant tellement dur l’autre. Sans le réaliser, de peur de briser la magie, une relation tendre et hors de tout s’était crée entre eux et il l’appréciait à sa juste valeur. Il ne l’avait pas encore revue et espérait retrouver cette atmosphère à leurs retrouvailles. Comportement rare venant de Thayer, il n’avait osé l’appelée pour la revoir. Habituellement, il n’hésitait jamais à contacter une personne lorsqu’il désirait la revoir, car après tout qui saurait dire non à Thayer Julian Weston ? Oui, il avait une haute opinion de lui-même, mais il en avait une équivalente sur Billie Blue Salinger. Après tout, il avait passé des heures à écouter sa musique et elle avait encore évoluée récemment et ce n’était pas pour lui déplaire. Il était un fan et il l’admettait de bon cœur, du moins à lui-même si ce n’est aux autres. Nous avons tous besoin de notre jardin secret et il serait dommage de détruire l’image de playboy de notre jeune homme.

Aujourd’hui, il avait pris sa soirée pour assister au concert de Birdie, laissant Emrys s’occuper du bar. Assis sur un banc face à la mer sur le port de Miami, il écoutait son mp3. D’humeur à écouter Pink Martini, il se laissait porter par leurs douces mélodies. Depuis qu’il était arrivé à Los Angeles, regarder l’étendue d’eau se perdre à l’infini était devenu un rendez-vous récurrent. L’occasion de penser au calme ou de juste vider son esprit. Il aimait regarder les personnes passer devant lui, essayant de voir s’ils marchaient au rythme de sa musique et s’amusant à leur inventer toutes sortes d’histoires. Cette vieille dame qui marchait au loin venait d’aller voir l’homme qu’elle aimait depuis ses vingt-ans. Il était parti vers des îles lointaines, l’abandonnant. Elle l’avait attendu durant de nombreuses années, mais avait fini par se remarier et fonder une famille. A présent ses enfants étaient grands et son mari mort, elle avait retrouvé son amour de jeunesse par hasard au port et ils avaient enfin partagé cette nuit de tendresse qu’ils n’avaient pu avoir avant son départ. Lui n’avait pu revenir comme promis, ayant fait un naufrage qui lui avait fait perdre la mémoire, mais son instinct l’avait guidé ici soixante ans plus tard et en la voyant tous ses souvenirs lui étaient revenus. Jeunes à nouveau, ils étaient prêts à vivre cette histoire d’amour passionnée qu’on leur avait volé. Il fut tiré de ses rêveries par la sonnerie de son téléphone, il venait de recevoir un message de Birdie. Son visage s’éclaira à la lecture de celui-ci, lui qui avait tant espéré la voir se trouvait finalement non loin d’elle. Il lui répondit brièvement « Si j’étais impudent, j’aimerais être l’étincelle qui démarre ton inspiration et explose en une magnifique flamme embrasant le port dans un flot de jazz. » avant de partir à sa recherche. Il ne mit pas longtemps à la trouver, assise sur un banc à griffonner quelques mots. Il se glissa derrière elle et lui souffla à l’oreille. « Avoue-le, tu fais semblant d’écrire des choses anodines quand tu ne désires qu’une chose, écrire à quel point cet homme que tu attends est incroyable. » Il se mit à rire et se tourna dos à elle, faisant en sorte que leurs dos trouvent le bon équilibre pour qu’ils servent à l’un et l’autre de dossier. Non, il n’irait pas voir ce qu’elle avait écris dans son carnet. Il ne désirait pas gâcher la relation qu’ils entretenaient pour une curiosité mal placée. « Je parie que tu bouillonnes de l’intérieur partagée entre l’envie de courir dès maintenant faire ton concert et sauter dans l’eau en espérant attraper la crève pour l’éviter. J’ose espérer que tu choisiras d’y aller, j’ai payé pour ma place et je compte avoir un beau spectacle. » Un sourire se dessina sur ses lèvres. Il sentait son dos chaud contre le sien et était heureux de simplement être là avec elle.


Dernière édition par Thayer J. Weston le Mer 18 Jan - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Dim 13 Nov - 13:58



thayer and birdie


« Si j’étais impudent, j’aimerais être l’étincelle qui démarre ton inspiration et explose en une magnifique flamme embrasant le port dans un flot de jazz. » Birdie sourit avant de ranger son portable dans sa poche. Peut être qu'il pourrait l'être cette étincelle, et cela même sans vraiment chercher à s'enflammer. Birdie n'était pas doué en amour, et n'avait jamais vraiment cherché à l'être, alors sa musique ne provenait certainement pas de là. Mais Birdie était à fleur de peau et laissait toutes les sensations lui parcourir les veines et s'évader dans sa musique, et cela encore plus depuis qu'elle était Billy. Car si Birdie était à fleur de peau, Billy était sans cesse écorchée vive par ces sensations, et les faire couler dans la trompette ou dans son saxophone était plus apaisant que tout. Et il fallait avouer que les sensations que lui procurait Thayler était plutôt hors du commun. Birdie n'était pas écrivaine, et ne savait surement pas le décrire avec des mots. Elle n'était pas dessinatrice et ne savait le rendre par des gribouillage majestueux, mais Birdie était musicienne et elle savait rendre leur relation dans une partition. Et depuis une demi heure, sur son carnet elle essayait de rendre le tout à coup de piano, pianissimo, de forte, et de mezzo piano. Elle s'imaginait volontiers une musique au tonalité des années vingts, aux effluves chaleureuses, et aux accents toniques et langoureux. Elle l'imaginait guillerette et poser, comme une pause infini au milieu de la partition. Mais une pause sonore. Et si elle voulait l'expliquer elle aurait surement besoin d'un concert entier. Birdie lâcha un petit rire à sa pensée. En écoutant mentalement sa musique, elle n'avait pu s'empêcher de penser que ça ferait une belle histoire d'amour finalement. Mais que de toute façon Birdie était une handicapé profonde lorsqu'il s'agissait d'amour et Billy était bien incapable d'oublier son amour de jeunesse, l'une dans l'autre on avait une fille transit d'amour incapable d'aimer. Pas l'idéal en somme pour une histoire d'amour. Et tout en pensant le langage de la musique elle ne put s'empêcher de penser qu'une relation amoureuse viendrait tout gâcher. Elle s'entendait l'orage venir d'ici. Leurs histoires personnels viendrait progressivement s'en mêlé. L'ombre des ex de Thayer et son histoire noire viendrait déchirer les sons mélodieux du saxophone, tandis que l'ombre planante de Reaver et des trop nombreux ex de Birdie viendrait faire hurler les trompettes en un son tonitruant. Le vent se lèverait trop fort et viendrait souffler trop fort dans les instruments à contre sens. Bref on se retrouverait probablement plongé pendant un temps au milieu des années quarante à attendre l'accalmie au milieu de l'essoufflement du jazz et de l'art. Il était évident que Birdie préférait cette relation aux airs des années 20, aux voix rugueuses des afro-américains, à la frivolité et à la simplicité légendaire.

Alors qu'elle était entrain de griffonner les accents de cette musique nouvelle, elle sentit quelqu'un arrivé derrière elle. Probablement Thayer. Ou en tout cas c'est ce qu'elle voulait croire. Mais étant donné sa réponse, il devait surement venir. « Avoue-le, tu fais semblant d’écrire des choses anodines quand tu ne désires qu’une chose, écrire à quel point cet homme que tu attends est incroyable. » Birdie sourit. Peut être que la douceur et la chaleur d'un trombone lié à la justesse d'un violoncelle pouvait rendre sa voix. Ne se laissant pas aller à sa curiosité Thayer se retourna et vit s'adosser à Birdie lui permettant à elle aussi de s'adosser contre lui. En soit ça pouvait paraître étrange comme position pour discuter. En effet la voix de Birdie se perdait entre les mats des bateaux tandis que celle de Thayer allait s'enfoncer dans les bâtiments marin. Mais finalement c'était plutôt agréable. On était rassuré par la présence connu qui se trouvait derrière soi, et on recevait de la chaleur humaine. La voix nous arrivait plus ténu et plus douce, et on se sentait protégé dans une sorte d'intimité qui nous était propre et que l'autre nous aidait à créer. Finalement l'autre était notre intimité. On se sentait un peu comme dans un confessionnal la religion en moins. Mais leur religion à eux, enfin pour Birdie en tout cas, c'était la musique. « En musique c'est anodin d'écrire que l'homme que j'attends est incroyable. » Après tout on écrivait rarement des musiques sur des gens que l'on appréciait pas. Même à peu près jamais pour Birdie. Birdie avait écrit des chansons sur à peu près toutes ses rencontres, et beaucoup sur Billie aussi. D'ailleurs en y repensant Billie avait forcément écrit une chanson sur Thayler. Si il avait eu la moitié de l'influence que Birdie aujourd'hui imaginait qu'il avait eut sur Birdie à l'époque elle avait forcément laisser une trace dans son répertoire musical. Et elle était d'ailleurs que Thayler ne s'en soit jamais rendu compte. Lui qui connaissait si bien son répertoire, il aurait du se rendre compte que l'une des chansons parlait de lui. En tout cas si elle avait eu au moins la moitié de l'influence qu'elle pensait avoir eu sur lui. En même temps Birdie était subtile et si on ne cherchait pas, ça pouvait passer inaperçu. Elle sourit en imaginant Thayer écouter un de ces vinyles sans faire vraiment attention à la signification de chaque parole. Se perdre dans des souvenirs sans se rendre compte que peut être les souvenirs évoqués par l'une des chansons sont les même que les siens. Peut être que lorsqu'elle aurait finit ces chansons à elle, il ne s'en rendrait pas compte non plus. Peut être que ça resterait un secret infini. Quoique si Birdie retrouvait la chanson que sa soeur avait écrit elle aurait probablement envie de le dire à Thayer, elle qui se sentait si mal de lui faire croire qu'elle l'avait oublié, alors qu'elle était persuadé que sa soeur, si elle avait été là, saurait très bien de quoi parlait le jeune homme. « Je suis sûr que tu n'es pas conscient du charme musical que tu possèdes. Tu me diras ça t'empêche d'être impudent et de croire que tu pourrais m'inspirer une musique qui ferait battre ces voiliers. » Elle sourit et continua à griffonner quelques notes de musique avant de ranger son carnet.

« Je parie que tu bouillonnes de l’intérieur partagée entre l’envie de courir dès maintenant faire ton concert et sauter dans l’eau en espérant attraper la crève pour l’éviter. J’ose espérer que tu choisiras d’y aller, j’ai payé pour ma place et je compte avoir un beau spectacle. » Elle sourit, à ce moment précis elle avait effectivement plutôt envie de sauter dans l'eau pour attraper la crève. Et encore ce n'était pas assez radical comme idée. L'envie brillante de ce matin de ce suicider avec un pain perdu lui avait parut beaucoup plus douce. Quoique ça ferait mal au ventre. Peut être qu'elle pouvait ce suicider au pain perdu puis se jeter dans le port pour être sûr de sa réussite. Au cas ou on la repêcherait, elle ne survivrait jamais à sa crève et à son indigestion. Mais effectivement s'il venait au concert elle ne pouvait pas vraiment lui dire non, et risquer de ne pas jouer ce soir. De toute façon elle avait trop peur de Wesley pour rater un concert. Et elle préférait jouer pendant une heure avec du savon dans tous ces instruments plutôt que de se faire tuer par Wesley. « Heureusement que tu es là pour me convaincre d'aller à ce concert alors, et que je m'en voudrait de te laisser tomber dès maintenant ce qui m'empêchera d'y aller en avance aussi. » Elle esquissa un sourire. Le jour ou elle serait en avance à un concert serait un véritable miracle. C'était d'ailleurs aussi pour ça qu'elle ne s'occupait jamais de ces deux instruments. Au moins si elle était en retard et bien ils pouvaient accorder au moins l'un de ces instruments.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Dim 20 Nov - 12:20



thayer and birdie

Thayer suivait Birdie Lou Salinger depuis ses débuts. Lorsque son disquaire lui avait fait découvrir ce jazz band, il était resté des heures pour écouter et réécouter le vinyle, jusqu’à se faire gentiment virer par son ami à la fin de la journée. Il était reparti avec le disque et l’avait écouté toute la nuit, dansant avec Muse et riant avec elle. Cette musique était capable de lui délivrer de nombreuses émotions et les paroles étaient toujours si justes. Au fil du temps, il n’avait jamais arrêté de regarder son actualité et quand il avait appris qu’elle passait à New York lors de sa première tournée, il avait acheté un billet aussitôt. La nuit qui avait suivi avait été magique et marquante pour le jeune homme et il avait espéré qu’il en avait été de même pour la sublime musicienne. Si son cœur faisait parfois un bon quand il avait l’impression de se reconnaître dans les paroles de ses chansons, il se reprenait vite se disant qu’elle ne parlait peut être pas de leurs souvenirs communs. Après tout, des nuits magiques elle avait dû en connaitre des centaines. Appréhension qui s’était confirmée quand elle ne l’avait pas reconnu à leurs retrouvailles quelques temps plus tôt. Qu'à cela ne tienne, il n’était pas prêt à la laisser partir à nouveau, elle qui détenait une partie de ses rêveries. Ses répliques le faisaient frissonner et sourire et il appréciait cette sensation. Dos à dos à elle, il sentait sa chaleur envahir son dos et la brise caresser son visage. Il avait cette sensation qu’il pouvait se livrer bien plus ainsi, aussi étrange soit-il. Ils se savaient l’un près de l’autre par le contact de leurs dos, mais n’avaient pas à faire face à une éventuelle gêne si l’un d’eux laissait échapper une grappe de souvenirs sans réfléchir. « Heureusement que tu es là pour me convaincre d'aller à ce concert alors, et que je m'en voudrais de te laisser tomber dès maintenant ce qui m'empêchera d'y aller en avance aussi. » Un rire léger s’échappa de Thayer. Ce dont ils avaient besoin était d’inspiration et une idée lui vint, légèrement farfelue il fallait l’admettre. Se levant doucement, pour laisser à la belle le temps de se redresser, il se plaça devant elle et lui adressa un sourire des plus charmants. Plaçant sa hanche sur le côté, il fit une petite moue qui se voulait féminine et mignonne. Il lui tendit la main et lui fit un clin d’œil. « Louis, ferais-tu l’honneur d’une danse à ta Ella ? » Il faisait référence au duo mythique Ella Fitzgerald et Louis Armstrong. Il commença à chantonner l’air de « They Can't Take That Away From Me » puis entama les paroles. Le jeune homme accompagnait les paroles de gestes dansants mimant le sens de ce qu’il chantait. Il était étonnamment gracieux, lui mimant une femme forte et sensuelle. Tournant autour de Birdie, il lui dédiait la chanson. Quand ce fut au tour de Louis de chanter, il la laissa entamer les paroles, se mordillant la lèvre au son des paroles pour feindre une timidité qu’il ne possédait pas face à ces paroles si touchantes. S’il avait choisi ce morceau c’était aussi pour les solos de trompette de Louis. Lorsqu’elle commença à le jouer, il continua à danser doucement au rythme de la musique un sourire brillant aux lèvres. Si certaines personnes s’étaient arrêtées pour les regarder, ils restaient loin de peur d’entrer dans leur intimité. Quand elle posa sa trompette, il posa sa main droite sur ses hanches et pris la main gauche de Birdie dans sa main droite pour l’emmener dans une danse au rythme de leurs chants. S’il n’avait pas une voix exceptionnelle, elle n’était pas désagréable non plus et l’émotion qu’il y mettait compensait les défauts qu’il pouvait avoir en chantant.

La musique terminée, il resta dans cette même position et continua à se balancer doucement au son d’une musique inaudible de l’extérieur, mais présente en lui. « Je n’aurais d’yeux que pour toi ce soir, moi et des centaines de personnes. » Il la fit tourner doucement et lui adressa un sourire charmeur. « Tu es une personne qui compte à mes yeux Birdie. » Il resta silencieux par la suite, se laissant bercer par cette danse si douce. Si leur relation n’était pas celle d’amoureux, il n’en éprouvait pas moins une certaine tendresse pour elle. Sentir sa chaleur le rassurait, lui qui était si perdu depuis que Muse était revenue dans sa vie. C’était il y a peu de temps et il n’avait pu en parler véritablement à personne. Un poids de plus qui s’était accroché à son cœur et qui avait ravivé de vieilles douleurs. A cette pensée il posa sa tête sur l’épaule de Birdie un bref instant avant de se relever, retrouvant son sourire naturel. Il n’était pas temps pour penser à ce genre de choses.



Dernière édition par Thayer J. Weston le Mer 18 Jan - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Mar 22 Nov - 18:38



thayer and birdie

Il y avait quelque chose de parfaitement sensationnel, de parfaitement naturel entre Thayer et Birdie. Quelque chose qui coulait de source alors qu'ils n'y avaient jamais poser de mot dessus. Une simplicité que Billy voyait venir de Birdie, elle qui était si impulsive et si vive. Lorsqu'on les regardait tous les deux, on ne pouvait pas vraiment s'imaginer qu'ils puissent y avoir un quelconque rocher, un quelconque orage dans le ciel bleu qui trônait au dessus d'eux. Pour Billy s'était véritablement salvateur une tel relation. Elle qui depuis qu'elle était devenu Birdie faisait face aux situations plus compliqués les unes que les autres, Thayer lui apportait dans sa vie un peu de fluidité et de tendresse. Thayer s'était relevé doucement pour lui laisser le temps de se rendre compte que son dossier avait disparu et pour qu'elle se redresse, il était venu se placer contre elle un grand sourire aux lèvres. Birdie attendait la chute, il avait dans son regard l'étincelle qui annonce les idées brillantes. « Louis, ferais-tu l’honneur d’une danse à ta Ella ? » avait-il dit mimant un déhanché féminin et une moue des plus irrésistibles. Birdie se mordit la lèvre inférieur pour retenir un éclat de rire et attrapa la main que Thayer lui tendant de la manière la plus masculine possible. Pendant qu'Ella se lançait dans son solo, Louis sortait rapidement sa trompette pour pouvoir l'accompagner lorsqu'il en serai tant. Elle s'efforçait de rendre justice aux manières du trompettiste qu'était Armstrong tout en étant impressionné de la grâce féminine que possédait Thayer lorsqu'il était Ella. Ca aurait été n'importe qui elle se serait moquer de lui, mais il était loin d'être n'importe qui, et entre la musique avait quelque chose de sacré et sublime qui leur permettait toutes les folies. Il n'y avait pas à dire il était sublime en Ella. Et sa voix aussi peu féminine soit-elle incarnait parfaitement le souffle de la chanteuse. Il n'y avait nul doute qu'il aurait surement été bien mieux placé qu'elle pour faire Louis, et elle pour faire Ella, quoiqu'elle était aussi maigre qu'Ella avait des formes chaleureuses. Mais elle comprenait bien pourquoi il avait pris le partie risqué de jouer la sublime jazziste. Il n'avait qu'une envie c'était d'entendre Birdie entamer la grandeur de Louis avec sa trompette. Souvent Birdie préférait jouer ses propres morceaux et ne pas s'attaquer à des monuments tels que les grands du Jazz. Mais si Birdie était une familiarisé du saxophone, Billy avait grandit en jouant Louis Armstrong à la trompette. Et il ne faisait aucun doute sur le faite qu'elle puisse le jouer à la perfection. Alors qu'elle battait le rythme d'une manière aussi masculine que possible, elle repris son souffle et commença le morceau là ou Thayer s'était arrêté. 3 petites phrases et la trompette pourrait commencer. Elle était encouragé par les mimiques d'un Thayer parfait dans son rôle. Alors qu'elle commençait à jouer de la trompette elle se sentait enfin parfaite dans son rôle. Et lorsque ces doigts parcouraient habilement les trois pistons de l'instrument, lorsque son souffle pénétrait les tuyaux de cuivre il semblait qu'il lui poussait des ailes. Birdie était enfin complète la trompette aux lèvres et à l'intérieur Billy était sans doute.

Avec presque tout le monde Billy se sentait comme une imposteuse, elle essayait de mettre des mots sur des souvenirs qu'elle maîtrisait mal, essayait d'agir au mieux sentant bien qu'elle commettait des faux pas à chaque mouvement. Les gens ne s'en préoccupait pas, parce que Birdie était connue pour être libre et peu imprévisible, mais Billy savait bien que c'était juste qu'elle ne savait pas y faire, qu'elle ne serait pas ça soeur. Elle se mettait dans des emmerdes pas possible, alors qu'avec Birdie tout semblait couler de source. Peut être que ce n'était que mensonge, mais Billy avait toujours l'impression de nager en eaux troubles et avaient peur se se faire découvrir à chaque pas. Avec Thayer tout était différent. Leur relation était reparti sur presque de nouvelle base puisque Birdie n'avait jamais chercher à se remémorer des souvenirs qui ne lui reviendrait sans doute jamais puisqu'il ne lui appartenait pas. Leur relation avait si peu d'accent du passé qu'elle se sentait libre d'être elle même. Elle pouvait enfin se personnaliser dans sa musique. En plus la trompette était son instrument de prédilection, et si elle avait appris à jouer du saxophone et qu'elle le maîtrisait aussi bien que sa défunte soeur, elle était toujours plus à l'aise à la trompette. Elle finit le solo et reposa doucement le précieux instrument sur le banc. Thayer lui attrapa rapidement la main gauche tout en posant délicatement sur sa hanche en l'attirant vers elle. Elle était à l'aise avec lui, et la chaleur de son corps était apaisante. Elle pouvait respirer librement, et sa voix s'envolait naturellement pour l'accompagner et finir le morceau. Elle n'était pas une chanteuse hors pair. D'ailleurs ce n'était jamais elle qui chantait les textes qu'elle écrivait. Mais elle se débrouillait pas mal, parce qu'elle avait une bonne oreille. Et lorsqu'elle chantait on pouvait remarquer qu'elle avait une voix légèrement roque qui seyait bien au Jazz. Leur danse s'accompagnait parfaitement avec le rythme de la chanson, et elle pu remarqué que Thayer avait véritablement le rythme dans la peau, et qu'à force d'écouter de la musique il pourrait aisément devenir un bon musicien. Il formait un léger cocon autours d'eux, comme une bulle dans l'espace temps.

Le soleil c'était couché et ils n'avaient pas eu le temps de s'en apercevoir. Alors que la chanson s'était terminé les notes semblaient encore parcourir leurs esprits et le rythme habitait encore leurs corps. « Je n’aurais d’yeux que pour toi ce soir, moi et des centaines de personnes. » Birdie répondit par un sourire éclatant au charme du jeune homme. Il n'y avait pas de tabou entre eux, et pas d'ambiguité, le naturel de leur relation l'empêchait. Tout coulait comme de source, et tout était dit, que ce soit dans les gestes ou en parole. « Si tu es là, peut importe les centaines de personne » dit-elle en souriant et en se laissant tourner. Si elle aimait la présence du public il fallait avouer qu'elle préférait encore plus celle d'un public qu'elle connaissait, et avec qui elle pouvait échanger ses impressions. Parfois elle aimerait que Reaver vienne l'écouter, peut être ce rendrait-il compte de la réalité des choses. Peut être que tout se résoudrait comme par magie. Peut être même que la magie qui composait la relation de Thayer et Birdie pourrait entacher la relation de Reaver et Birdie et la faire revenir à la normal. Mais elle disait vrai, dans ses concerts, il était le plus constant des spectateurs, et le plus important. « Tu es une personne qui compte à mes yeux Birdie. » Birdie ne put s'empêcher d'être ému. En soit elle le savait. Comme elle était persuadé que Thayer savait qu'il comptait énormément pour elle. Mais il était vrai qu'on sous-estimait trop souvent l'intérêt de dire les choses. Et peut être était-ce ça l'important de leur relation. Dire les choses importante sans s'embarquer dans des récits long et douloureux des méandres du passé. Birdie laissa Thayer reposer sa tête sur son épaule, avant qu'il se relève et que Birdie cherche de ses yeux le regard du jeune homme. Habituellement elle était particulièrement pétillante et rarement sérieuse, mais il y avait des changements partout. Néanmoins si elle était moins puérile que d'habitude elle n'en gardait pas moins un sourire enfantin et un regard pétillant. Elle ajouta chaleureusement « Tu es l'une des étincelles qui démarre mon inspiration » et ses temps si ce n'était pas rien pour la jeune fille. Elle qui avait un peu perdu les pédales à la mort de sa soeur, et qui avait du mal à écrire sur autre chose que sur sa jumelle, un peu de renouveau et de poésie dans ses textes ne lui ferait pas de mal, et rendrait heureux tous les membres de son groupe. Elle lui lança un sourire mutin « Ne soit pas étonner si un jour je t'apporte un exemplaire dédicacer de ton propre album... » Et vu la facilité avec laquelle elle avait eu les premières idées peut être que ça serait le prochain. Elle rit avant de dire « Peut être que je pourrais intituler l'album théière... » Elle sourit. Elle adorait particulièrement les sonorités du nom du jeune homme. De toute façon ça faisait un tout de poésie et d'inspiration qui lui plaisait énormément. Mais pour elle qui avait grandit dans une ville aux traditions françaises elle rigolait de la ressemblance flagrante de son nom et de fameux récipient qui servait de service à Thé. De toute façon leur relation aurait aussi pu se dérouler dans l'un de ses salons de thé classe et frai, ou l'on va un dimanche en famille pour respirer les fragrances et évolué au milieu de poésie et de la magie d'antan. Bref finalement tout ceci serait plutôt juste.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Mar 29 Nov - 11:00



thayer and birdie

Ils dansaient dans la lumière du soleil couchant, sur une musique qui n’appartenait qu’à eux. Se laissant bercer par les paroles douces de Birdie, le jeune homme oubliait peu à peu ses problèmes de la journée, cette violence qu’il avait ressenti en voyant Muse réapparaitre devant lui aussi subitement. Thayer avait toujours été quelqu’un de secret, même si lui aurait qualifié son comportement de pudique et respectueux. Qui était-il pour imposer aux autres les détails miséreux de sa vie ? Il avait eu assez d’expériences humaines pour savoir que la plupart des gens ne faisaient que l’écouter par politesse ou, s’ils étaient sincères sur le moment, lui feraient regretter de s’être livré. En effet, cette pudeur n’a lieu d’être que face à des inconnus ou de simples connaissances, face à de vrais amis on devrait être capable de se livrer entièrement. Seulement, les rares personnes à qui il s’était livré l’avaient toutes abandonné. C’était ainsi, il s’y était fait. On ne vit pas dans un monde rose où nos amis sont présents pour la vie, nos parents nous aiment sincèrement et ceux que l’on chérit ne meurent pas subitement. La vie est cruelle et les moments où il avait le plus souffert étaient ceux où il s’était livré entièrement et sans filet, une erreur qu’il ne comptait plus reproduire. Du moins, jusqu’à trouver cette personne qui saura lui prouver qu’il a tort. Si la plupart des personnes en déduisaient qu’il était un homme heureux, sans réels problèmes et qui n’avait aucune noirceur dans son passé, ce n’était pas le cas de tous. Il y avait ceux qui l’avaient vu au plus bas lorsqu’il tentait de se sentir de la boisson et de la drogue et il y avait Birdie, son rayon de soleil, celle qui lui permettait de respirer à nouveau quand son passé revenait l’étouffer. Ils n’avaient pas eu besoin de parler pour comprendre, comprendre que tout n’était pas si simple. Le jeune homme avait vu en elle un changement, elle n’était plus vraiment la même depuis cette nuit magique, mais les gens changent après tout et elle n’échappe pas à la règle. Il le sentait que tout n’avait pas été simple pour elle, comme cela avait pu être douloureux pour lui. Ils se comprenaient, s’aimaient à leur manière et c’est naturellement qu’ils créèrent ce monde qui n’appartenait qu’à eux, un monde magique où ils pouvaient s’évader de leur passé et leurs soucis. Il aimait la faire sourire, comme il aimait le sourire idiot qu’il arborait pendant des heures après l’avoir vue. Cette tendresse qu’ils partageaient était un moment dont il ne pouvait plus se passer. Ainsi, sans s’être jamais réellement livrer l’un à l’autre, il s’était ouvert à elle plus qu’à n’importe qui dans cette ville.

La pudeur qu’il pouvait avoir avec d’autres, avait disparu naturellement avec Birdie. Il exprimait ses sentiments sans détour, sachant qu’elle faisait de même. « Tu es l'une des étincelles qui démarre mon inspiration » Le sourire de Thayer s’élargit. « Ne soit pas étonner si un jour je t'apporte un exemplaire dédicacer de ton propre album... » Il leva un sourcil lorsqu’il l’entendit rire, se préparant à la blague à venir. « Peut être que je pourrais intituler l'album théière... » Son rire vint se mêler au sien, elle lui avait expliqué la première fois que son nom lui faisait penser au fameux récipient des services à thé et c’était devenue une blague récurrente entre eux. Il fit une révérence comme les princes dans les comptes de fée. « J’en serais honoré. » Il avait apprécié incarner Ella, l’entendre jouer le saxophone de Louis. Toutefois, il avait cette envie de redevenir l’homme, celui qui mène la danse et emmène sa partenaire dans son monde. Une idée lui vint et il sortit son téléphone pour le mettre sur haut parleur et lança Sway de Peter Cincotti assez fort pour que les deux l’entendent sans que le son ne soit désagréable à cause de la saturation. Levant un sourcil charmeur, il lui prit la main et l’emporta dans une danse sensuelle et élégante, tout en chantant sur la voix du chanteur. Lorsque la musique s’arrêta, ce bonheur qu’il avait pu ressentir fut entaché par le retour de ses frustrations et peines de la journée. Après tout, ce soir quand il rentrerait du concert de Birdie, Muse serait chez lui et il devrait à nouveau affronter cette souffrance qu’il ressentait à chaque fois que son regard croisait le sien. Le concert non plus ne tarderait pas à commencer et il savait que des centaines de personnes s’étaient déjà regroupés impatients à l’idée de voir ce groupe qu’ils aimaient tant. Il se sentit à nouveau privilégié de cette relation qu’il entretenait avec Birdie. Tournant la tête avec un regard malicieux, il s’empara de sa main et l’emmena dans une course effrénée jusqu’au bord du port, face à la mer s’étalait devant eux. Il se mit alors à hurler « Moi Thayer Julian Weston tient la main de l’une des femmes les plus incroyables au monde, une musicienne de génie et une personne que je pourrais jamais oublier. » Tournant son visage vers elle, il se mit à rire et l’invita à faire de même, après tout s’exprimer ainsi libérait tellement.


Dernière édition par Thayer J. Weston le Mer 18 Jan - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Mar 6 Déc - 18:09



thayer and birdie

Thayer lança par la suite Sway de Peter Cincotti sur son portable. En temps normale, Birdie aurait probablement arraché les yeux de quiconque mettrait de la musique via son téléphone portable, à mois d'avoir un nouvel appareil absolument irréprochable niveau son, mais comme d'après elle ce n'était pas possible... De toute façon sur la musique elle était assez difficile. Si elle s'écoutait elle n'écouterait pas non plus de chanson sur son ordinateur, et n'aurait que des vinyles... D'ailleurs la plus part du temps elle s'écoutait, et n'écoutait pas de musique sur son ordinateur, et avait une collection de vinyles ahurissante. Mais là elle faisait une exception. Non seulement parce que c'était Thayer, et que de toute façon avec lui il n'y avait que des exceptions. En plus il l'entrainait pour dansé, et il était assez évident qu'il était plus agréable de danser avec une musique. Et comme il n'y avait pas moyen d'avoir son vinyle de Peter Cincotti maintenant tout de suite, et bien elle tolérait le portable. En plus il fallait l'avouer Peter était l'un de ses artistes préférés, sur lequel elle avait rêvé toute son enfance. D'ailleurs lorsqu'il avait fait la chanson Goodbye Philadelphia, elle avait voulu y aller. Lorsqu'il avait fait December Song, elle avait décrété que c'était son mois préféré. En même temps ça l'avait toujours été, puisque c'était son mois d'anniversaire. Bref Birdie avait vibré au son des chanson de Cincotti, et c'était toute une légende qui jouait sur son piano et qui résonnait maintenant dans ses oreilles. Alors oui, pour une fois elle ferait abstraction du son de portable.

Elle aurait surement pu danser toute la nuit, en oublier complètement le reste du monde, le concert. Lorsqu'elle était avec Thayer elle pouvait enfin en oublier tout le reste, et c'était tant salvateur. Elle ne savait pas comment le remercier de tout ce qu'il faisait pour elle sans s'en rendre compte. A ce moment de sa vie, il était l'étoile la plus brillante de son ciel, il était la sentiment les plus purs, il était la plus belle et simple des relations. Alors qu'elle s'enfonçait avec Reaver, qu'elle vacillait avec Wesley, qu'elle tanguait avec Aidan, elle dansait à la perfection avec Thayer et s'était splendide. Elle aurait surement pu danser toute la nuit, et oublier complètement le reste du monde. Il lui donnait envie de croire en toute la magie du monde. Il lui mettait des étoiles dans les yeux et du baume au coeur. Il ravivait sa flamme intérieur, et il revivifiait son air. C'était définitif, c'était surement l'amitié la plus pur qui puisse exister.

Vous êtes vous déjà senti aussi léger qu'une plume. Comme si un coup de vent pouvait vous emporter? Comme si subitement votre corps n'avait plus vraiment d'importance et n'était plus qu'une forme harmonieuse sur lequel glissait des vêtements dans lesquels s'enroulaient le vent à la perfection. Comme si votre coeur avait enfin retrouver son écrin de douceur et avait décidé d'arrêter de jouer au fakir. Comme si votre cerveau c'était soudainement dénoué, et emplissait votre crâne d'un liquide sans poids et sans complication. Tout était soudainement aussi fluide qu'une rivière, aussi léger que de l'air, aussi doux qu'un printemps en fleur. On pourrait aisément penser qu'on ne peut avoir cette sensation que dans l'Eden, dans notre destination final. Mais il suffit de chercher un peu. Il suffit de chercher et de trouver une personne avec qui tout coule de source.

Birdie fut arraché à sa rêverie lorsque la chanson s'arrêta et que Thayer lui saisit la main et se mit à courir jusqu'au bout du port. Birdie ne put s'empêcher d'éclater de rire. Le genre de rire parfaitement naturel et musical. Le rire cristallin qu'on a jamais parce qu'il est habituellement toujours teinté des ennuis quotidiens. En suivant Thayer sans sa course sans fin elle s'imaginait immédiatement retourné en enfance, lorsqu'avec Birdie, Isaac et Sloan ils allaient se promener sur les bords de l'Atlantique à la Nouvelle Orléans. Chacun des papas tenait la main d'une jumelle, qui elle se tenait la main au milieu. Et souvent les filles forçaient les papas à courir jusqu'au bout du port. Vers la fin les deux filles se retrouvait soulevé par un bras par Isaac et Sloan et elle éclatait de rire. Ce mot survenait souvent juste avant le coucher du soleil. Après la course effréné, Il prenait chacun une jumelle dans les bras, et là, la famille était parfaite, le moment était parfait, la vie était parfaite, et la mer répandait son parfum magique. Pour Billy et Birdie la mer et la musique fut leur seule mère. Mais tout avait été tellement parfait. Face au bout du port, et au soleil qui plongeait dans la mer, la main dans celle de Thayer, elle ne put s'empêcher de verser une larme. Une larme de bonheur. Parce que jusque là, la vie avait été garce, et que jamais Birdie n'avait réussit à sentir ce sentiment de bonheur intense comme le moment de famille au bout du port de la Nouvelle Orléans. « Moi Thayer Julian Weston tient la main de l’une des femmes les plus incroyables au monde, une musicienne de génie et une personne que je pourrais jamais oublier. » Elle se mit à rire, les yeux brillant de larme, le sourire immense, et le coeur léger. « Moi Birdie Lou Salinger, je tiens la main de l'un des homme les plus merveilleux au monde, un ami magique, et une personne que je ne oublierais jamais. » elle avait crier presque à s'en arracher les poumons et les cordes vocales. De toute façon elle ne chantait pas elle. Quoiqu'elle avait tout de même besoin de poumon pour jouer... L'effet était effectivement incroyable, c'était comme vider toutes les énergies néfastes d'un seul coup. Elle regarda Thayer les yeux brillant. « Tu es vraiment une perle rare. Promet moi de faire attention à la fille que tu choisiras. Épouse en une qui magnifie ta magie. Et promet moi que je pourrais jouer à ton mariage. » Elle rigola. Et fit l'un de ses sourires mutins dont elle seul avait le secret. Birdie était une libertine sans pareil, il n'empêchait que chaque fille devait rêver à un moment ou un autre du prince charmant, et depuis que Billy habitait à l'intérieur de Birdie c'était plus souvent que d'habitude, même si c'était toujours sur le ton de la plaisanterie. Et a y regarder de près, Thayer avait quand même tout du prince charmant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Jeu 15 Déc - 19:10



thayer and birdie

Comme toujours à l’écoute du rire de Birdie, le cœur de Thayer s’allégea. Tout prenait un autre sens en sa présence. Ce temps qui filait toujours quand il n’en avait pas assez et ralentissait quand il en avait trop se stoppait pour devenir un détail futile. Quel intérêt avait-il à penser au temps qui défile en présence de cette femme exceptionnelle avec qui il avait construit un monde accessible à eux seuls. Lui qui était un homme toujours à l’affut du moindre problème, dû à son passé tumultueux, pouvait se détendre entièrement en la présence de cette personne si chère à son cœur. Son sourire facétieux, sa petite moue lorsqu’elle le titillait, le pétillement dans ses yeux quand elle parlait de musique, cette tristesse qui transparaissait par moment dans son expression quand elle pensait qu’il regardait ailleurs, ses tics les plus discrets, il ne se passait pas un instant sans qu’il ne découvre quelque chose de nouveau en l’observant et il était des plus heureux à pouvoir la regarder pendant des heures sans qu’aucun malaise ne se forme entre eux. L’amour, l’amitié, la passion, ces questions ne se posaient pas entre eux. Leur relation était indescriptible et c’est ce qui faisait toute sa beauté. Cette première nuit où ils s’étaient rencontrés, ils avaient fait l’amour avec passion et tendresse, comme pour laisser un peu à l’autre dans l’espoir que même leurs corps ne pourraient s’oublier l’un l’autre. Toutefois, depuis leurs retrouvailles aucun d’eux n’avait cherché à revivre cette nuit-là. Ils étaient heureux ainsi et faire l’amour donnait l’impression à Thayer que cela équivaudrait à un au revoir. Se voir jour après jour, se croiser par hasard, dormir pendant des heures dans le creux du bras de l’autre ou sur ses cuisses en écoutant un vinyle, tout cela était possible de par leur relation si particulière. S’il s’était pris à aimer sincèrement Birdie, c’était d’une sorte d’amour qu’il n’avait pour personne d’autre, mais surtout d’un amour de rêveur à l’âme d’enfant. Leur passé, leurs souffrances, ils les partageaient sans dire mots et ne savaient en vérité pas grand-chose l’un de l’autre. C’était là tout le secret de ce refuge qu’ils s’étaient formés, un endroit où fuir leur vie habituelle et leurs problèmes. Un moment que nul ne viendrait gâcher et où ils avaient le droit d’exprimer leurs émotions sans retenus, mais aussi sans avoir à s’expliquer. « Moi Birdie Lou Salinger, je tiens la main de l'un des homme les plus merveilleux au monde, un ami magique, et une personne que je ne oublierais jamais. » Les larmes montèrent aux yeux de Thayer pendant qu’il serrait cette main si fragile et pourtant si rassurante. Sous le soleil qui commençait déjà à se coucher dans cette soirée d’automne, le jeune homme se fit que ces quelques heures seraient un souvenir impérissable pour lui comme tous ses moments partagés avec Birdie. « Tu es vraiment une perle rare. Promet moi de faire attention à la fille que tu choisiras. Épouse en une qui magnifie ta magie. Et promet moi que je pourrais jouer à ton mariage. » Le jeune Weston l’accompagna dans son rire. L’un de leurs traits communs était leur difficulté à s’attacher. Si Thayer ne s’attachait à aucune femme en particulier et ne cherchait pas à se poser dans une relation stable, il en était de même pour Birdie. Lui ne s’était jamais remis de sa blessure profonde dû au départ d’Emily, son premier amour qui avait fait de lui un lâche incapable d’aimer à nouveau. Cette fois encore, il admirait la femme se tenant à ses côtés qui était aussi libre qu’un oiseau, se posant de branche en branche avec légèreté. Il ne connaissait rien de son passé, mais il avait cette sensation qu’elle avait toujours été ainsi, qu’elle n’était pas lâche comme lui, mais désirait juste goûter à tous les plaisirs de la vie sans retenue.

Il aurait été mentir que de dire que Thayer n’avait jamais pensé à prendre la main de Birdie et à partie très loin avec elle sans se retourner. Fuir tout à ses côtés lui paraissait une perspective des plus délicieuses, toutefois cela reviendrait une nouvelle fois à faire preuve de lâcheté et il aurait cette impression de la mettre derrière les barreaux d’une cage, la privant de sa liberté qui était une grande part de ce qu’il aimait en elle. Le jeune homme n’avait jamais réellement pensé à plus tard, il était déjà tellement dur pour lui de survivre dans le présent avec toutes ces blessures du passé, alors se projeter dans le futur lui paraissait impensable. Tout ce qu’il voyait à ce moment précis c’était cette femme splendide lui disant des mots réchauffant son cœur, alors il décida de ne pas réfléchir et de se laisser porter par le moment présent, c’est ce qu’il faisait de mieux après tout. Il se pencha doucement, afin de souffler quelques mots à son oreille. « Je suis vraiment désolé mademoiselle Salinger, mais je crois que je vais devoir vous enlever. » Ne lui laissant pas le temps de réagir, il la souleva et la pris dans ses bras comme une princesse. Il fit en sorte de la tenir fermement, en faisant en sorte de ne pas la mettre dans une position inconfortable et commença à marcher en parlant très sérieusement. « Vous vous attendiez à quoi, vraiment ? Me dire des mots aussi touchants, comme si je n’allais pas réagir. » Il leva les yeux aux ciels et continua sa comédie. « Je suis désolé pour le concert de ce soir, mais vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même. » Il avait simulé une voix autoritaire. « Comme si je pouvais vous laisser partir. » Il se pencha vers elle et reprit d’une voix plus douce. « Vous êtes à moi ce soir. » Il se mit à tournoyer tout en continuant à parler. « et je ne vous laisserais pas vous enfuir ! » Il s’arrêta de tournoyer et la regarda tendrement. Maintenant bien dans son rôle, il reprit sa marche. « Prochaine étape, mon royaume ! » Il ajouta sur un ton de plaisanterie. « Là-bas vous rencontrerez ma sœur tasseuhäté et mon frère bouiyoare » Il avait prononcé les deux prénoms avec un faux accents français, reprenant la blague récurrente que lui faisait toujours Birdie.


Dernière édition par Thayer J. Weston le Mer 18 Jan - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Dim 18 Déc - 10:13



thayer and birdie

Soyons honnête. Connaissez-vous quelque chose aux contes de fée ? Au véritable bonheur, et à la magie ambiante. Si vous me répondez tous oui, je me permettrais d'en douter, et de vous traiter de menteur. Si vous me répondez tous non, je me permettrais d'en douter, et de vous dire d'ouvrir les yeux un peu. Regardez un peu autours de vous. Analysez plus. Ne pleurez plus. Mais dansez, chantez, respirez. Laissez vous portez par les moments de magie qui forment votre univers. Parce qu'il y en a. Je sais bien que c'est difficile. C'est pourquoi si vous répondez tous oui, vous seriez des menteurs. Dans nos sociétés modernes, ou tout est tellement possible qu'on en vient à faire n'importe quoi il est bien plus improbable d'atteindre un bonheur véritable. Mais bon, qu'est ce que j'en sais ?

Birdie n'est clairement pas ce qu'on peut appeler une princesse. Elle est jolie, certes. Mais toutes autres ressemblances seraient fortuites. Les princesses ont des parents hétéro qui sont généralement roi et reine. Enfin qui sait, Birdie est peut être né de parents roi et reine qui les ont abandonnés. Mais permettez leur d'en douter. Birdie à clairement eu ce qu'on appelle une sale vie. Une de ces vies qui vous forge une carapace d'acier. Une carapace d'acier qui se charge de broyer le bonheur pour essayer de profiter de chaque petite goute. Une carapace d'acier qui va se charge de foutre KO chaque emmerde de son existence. Une carapace d'acier qui se vante presque d'être perméable à la mort. Parce qu'elle l'a déjà trop vu. C'est ce que Birdie vous aurait répondu si elle avait été là. Mais Birdie n'aurait pas été capable de vivre la magie. Birdie effleure tout le monde, s'amuse avec beaucoup, et se laisse couler au son des rires enfantins. Elle tournoie, danse, et ne se pose que rarement. Et lorsqu'elle le fait tout se complique généralement. Elle n'aurait probablement jamais accepter qu'une tel magie la touche. Elle n'aurait probablement jamais accepter que Thayer l'atteigne à ce point. Billy elle n'a aucune carapace relié à l'extérieur. Là seule qu'elle est jamais eu, était cette carapace intérieur et ridicule qui l'empêchait d'agir comme elle le rêvait. Une carapace dans laquelle, elle était misérablement coincé, et dont elle arrivait pas à ce dépêtrer. Maintenant Billy, enfin Birdie était libre comme l'air. Libre de tous les carapaces qui l'avaient un jour empêché d'être pleinement heureuse. Billy était une écorchée vive. Tout les sentiments pénétraient généralement en elle à la manière de terroriste pour tout saccager, ou à la manière de magicien pour tout embellir. Billy était ce genre de personne ouverte à tout, que tout émerveillait. Elle connaissait probablement la plus grande palette de sentiment qui puisse exister. Elle les avait probablement tous tester. Et si au paravant elle les bloquait lorsqu'ils souhaitaient sortir, se laissant ainsi submerger de l'intérieur par des sentiments trop fort. Aujourd'hui elle laissait tout valser autours d'elle. Les bons comme les mauvais.

Mais aujourd'hui on s'en fichait pas mal. Parce que tout était magiquement bon. Le sourire de Thayer, le coucher de soleil sur le Pacifique, la musique qui les entourait. Birdie aurait presque pu fermer les yeux et se laisser transpercer par ces vagues de bonheur parfaite. Elle en oublierait presque tout ce qui était autours. Sauf sa main dans celle de Thayer. Sauf le bruit de l'eau. Sauf sa musique interne qui l'habitait toujours. Comme un film chaque instant avait sa musique qui allait avec, qui le sublimait, l'amplifiait. « Je suis vraiment désolé mademoiselle Salinger, mais je crois que je vais devoir vous enlever. » Avant même que Birdie fut rappeler sur terre par la voix douce et entrainante du jeune homme, elle fût soulever de terre pour atterrir dans les bras du jeune homme. Normalement elle aurait crier, lui aurait demander de la lâcher, de la repose au sol. Que ça ne se faisait pas d'enlever les demoiselles. Mais elle avait dans sa tête un véritable conte de fée. Et à cette seconde on pouvait vraiment dire qu'elle avait trouvé son prince charmant. « Vous vous attendiez à quoi, vraiment ? Me dire des mots aussi touchants, comme si je n’allais pas réagir. » Il y avait une certaine intensité dans leur échange. Une intensité qui aurait probablement fait que si ça n'avait pas été Birdie et Thayer, et que si leur relation n'était pas si particulière, elle lui aurait probablement sauté dessus. Le vouvoiement avait à cette instant quelque chose de parfait, de drôle et d'inattendu. De magique en somme. Mais Birdie n'arrivait à en placer une. Il faut dire que c'était peut être mieux comme ça. Elle aurait peur de briser toute la beauté des évènements. Et se faire enlever par un charmant jeune homme n'était pas si désagréable que ça. « Je suis désolé pour le concert de ce soir, mais vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même. » Elle rie. Comme si vraiment quelque mot de la jeune fille pouvait provoquer un comportement de la sorte chez quelqu'un. Quoique finalement c'était peut être possible. Mais l'idée que ça soit sa faute lui avait soudainement paru tellement ridicule et tirer par les cheveux, qu'elle n'avait pas pu retenir son rire. « Vous êtes à moi ce soir. » « et je ne vous laisserais pas vous enfuir ! » Après ceci, vous pensez encore vous y connaître en matière de conte de fée, de bonheur véritable et de magie à l'état pur ? Parce que une minute, soyons honnête l'un envers l'autre. Trouvez vous qu'il puisse exister une relation plus magique, enivrante, et parfaite que celle-ci ? « Prochaine étape, mon royaume ! » « Là-bas vous rencontrerez ma sœur tasseuhäté et mon frère bouiyoare »Birdie éclata de rire sans retenu. Un rire tellement naturel. Il avait l'air de deux enfants vivant dans un monde imaginaire. On aurait dit que rien ne pouvait vraiment les atteindre. Birdie tourna la tête et vint murmurer à l'oreille de Thayer « Je vous suivrais jusqu'au bout du monde, mon prince. » Elle poursuivit en souriant, ce qui donnait à son murmure un pointe d'humour, et de légèreté en plus. « Et je serais plus qu'enchanter de rencontrer la famille royale du royaume du Tempdinthé. » Birdie quand à elle avait un accent français vraiment pas mal. Il faut dire qu'elle avait toujours été doué pour les langues, et tous les cours finalement, et que pour une habitante du quartier français de La Nouvelle Orléans, il avait bien fallu qu'elle apprenne correctement le français. Au moment ou Thayer la redéposa doucement sur le sol, parce que tout de même il n'avait plus 10 ans, et Birdie pesait tout de même un poids, et ça serait franchement moins drôle si son prince se brisait les vertèbre. Mais au moment ou elle toucha le sol, elle se rappela qu'elle avait tout de même un concert, et qu'elle avait promis à Wesley d'y être. Elle grimaça. Cette promesse allait-elle devoir vraiment briser leur moment ? « Savez vous que j'ai une belle soeur jalouse, et possessive qui vous briserais les os pour m'avoir enlever au destin qu'elle m'a fixée? » Birdie n'avait rien contre Wesley, c'était d'ailleurs sa meilleure amie, et une grande partie de sa vie depuis que Birdie n'était plus vraiment là. Mais il fallait avouer qu'il y avait quelque chose qu'elle ne comprenait pas depuis qu'elles étaient revenu à LA. Elle avait du mal à comprendre que Wesley déteste à ce point Thayer. « Et si je devais rejoindre mon destin, il ne jouerait que pour vous, même à travers une salle comble. Et chacune de mes notes vous serait destinée. » Il faut dire qu'il était surement la seule personne pour laquelle elle jouait vraiment, puisqu'elle le connaissait. Elle jouait aussi pour Birdie, mais c'était différent. Elle ne lâchait pas la main de Thayer, et gardait un sourire immense, comme pour faire passer en magie ce subite retour à la réalité déguisé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Dim 1 Jan - 21:50



thayer and birdie


Thayer se tournait souvent sur son passé, se remémorant des jours qu’il aurait aimé durent toujours. Ces moments si précieux où on ne peut que sourire et rire, enveloppé dans une douce chaleur et près de ceux que l’on aime. Cette magie du moment présent, cette impression que ce bonheur durera toujours, nous l’avons tous eu. Si bien que trop souvent, on ne le chérit pas à sa juste valeur. Regrets. Un mot qui revenait sans cesse dans le quotidien de Thayer. Cette idée qu’il aurait dû graver bien plus profondément ces souvenirs si précieux afin de ne jamais les oublier. Il ne comptait plus les fois où, tentant de retenir une grappe de ces moments, il s’apercevait que sa mémoire les avait effacés pour ne garder que ceux lui déchirant le cœur. C’est pourquoi depuis son arrivée à Los Angeles, ce départ dans une nouvelle vie, il était toujours attentif à photographier toutes les expressions de joies l’entourant, les enfermant dans un coffre précieux dans son esprit pour pouvoir toujours les retrouver et s’y replonger lorsque son cœur serait rattrapé par la noirceur de son passé tumultueux. L’une des personnes lui ayant apporté le plus de joies ces derniers temps était Birdie, cette femme splendide sans qui il n’imaginait vivre à présent. Son rire était comme une caresse, ses petites moues une pluie de poussières de lumière éblouissant sa vie, sa voix et sa musique la chaleur parcourant son corps, lui permettant de se détendre entièrement et d’embrasser la vie en ne pensant qu’au moment présent l’espace de quelques heures. Cette magie presque enfantine les entourant n’était pas descriptible avec des mots et difficilement explicables aux autres. D’ailleurs, Thayer n’avait jamais parlé de la jeune femme à ceux l’entourant, si ce n’est en parlant de son talent d’artiste. Ce qu’ils partageaient, n’appartenait qu’à eux et il ne voulait pas que cela change. Un beau rêve, mais difficilement réalisable. Si tout se passait merveilleusement pour le moment, il était à prévoir qu’à un moment ils se feraient rattraper par la réalité et que cela serait la véritable première épreuve de leur amitié. Seraient-ils près à entendre le passé de l’autre, ses noirs secrets, à laisser entrer un peu de noirceur dans leur univers si coloré et lumineux ? Sincèrement, il n’avait pas de réponse à cette question. Toutefois, il savait que peu importe ce qu’il apprendrait sur Birdie, jamais il ne lâcherait sa main et il serait toujours de son côté. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle était celle qui lui permettait de s’évader, parce qu’ils avaient ne pourraient jamais être vraiment détruit et qu’elle était une femme qu’il aimait sincèrement, à leur manière si particulière.

Cet après-midi avait été magique et il n’était pas temps de se poser ces questions. Non, ils pouvaient toujours vivre dans leur bulle et ce n’était pas aujourd’hui que celle-ci éclaterait. « Savez vous que j'ai une belle sœur jalouse, et possessive qui vous briserais les os pour m'avoir enlevé au destin qu'elle m'a fixée ? » Thayer ne put s’empêcher de rire. Oui, il savait très bien de qui elle parlait et, en effet, s’il empêchait Birdie d’aller au concert, il risquait de perdre plus que quelques os. Wesley ne l’avait jamais apprécié et ce depuis cette nuit magique qu’ils avaient partagés quelques années plus tôt. S’il s’était parfois demandé si cela était juste une jalousie liée à leur amitié étroite, il en était arrivé à la conclusion que les deux demoiselles avaient partagée bien plus que de simples discussions. Un amour qui semblait explosif au vu du caractère libertin de Birdie et celui souvent assez terrifiant de Wesley. « Et si je devais rejoindre mon destin, il ne jouerait que pour vous, même à travers une salle comble. Et chacune de mes notes vous serait destinée. » Oui, il était temps de revenir à la réalité à présent et même si le jeune homme aurait eu envie de l’enlever pour aller vivre de musique et de fruits exotiques sur une île déserte, il lui fallait contrôler son égoïsme et ses émotions. Un public de passionnés l’attendait, se préparant à être emmené dans un autre monde pendant quelques heures et il ne pouvait les en priver. Jetant un coup d’œil rapide à sa montre, il s’aperçut que même en courant la belle serait déjà légèrement en retard. Regardant autour de lui, il eut une idée que l’on pourrait qualifier de romantique. Il arrivait que dans les périodes de fêtes des calèches soient mises en place pour proposer des balades à des couples désireux de s’évader pendant un moment. Une se trouvait à quelques mètres d’eux. Il reposa délicatement Birdie à terre et passa sa main dans sa poche droite, puis gauche. Un doute s’immisça en lui et c’est plus nerveusement qu’il regarda ses autres proches. Il avait oublié son porte feuille et avec lui s’envolait son idée magique. Un regard rapide à Birdie, puis à la calèche suffirent pour le décider à un autre plan, légèrement plus osé et… princier ? Il fit un clin d’œil à la jeune femme, lui glissant quelques mots à l’oreille « Tiens-toi prête ! » avant de se rendre près de l’homme s’occupant de la calèche. « Vous voyez la jeune femme là-bas ? » Il montra Birdie du doigt. « Elle est un peu timide, mais elle aimerait vraiment vous parler. » Un clin d’œil accentua ses derniers mots. Visiblement, le jeune homme était intéressé, mais hésitant à cause de la calèche. « Ne vous inquiétez pas pour vos chevaux, je m’en occupe. J’ai l’habitude des bêtes. » Un sourire rassurant plus tard, le jeune homme partait à la rencontre de Birdie. Tout fut alors très rapide. Preste, Thayer détacha l’un des chevaux et monta à cru dessus avant de démarrer un galop vers la belle. Choqué, le jeune cochetier ne put réagir et le jeune Weston profita de ce moment d’hésitation pour attraper le bras de Birdie et l’aider à monter prestement sur sa monture. Riant comme un gosse, il galopa vers la salle de concert. Oui, il ferait toujours en sorte de conserver cette belle amitié qui était la leur et ce pour toujours.


The end
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   Ven 20 Jan - 10:48

:arrow:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le vent joue avec la mer dans un bruit délicieux - THAYER & BIRDIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand on joue avec le feu, on se brûle.
» MAYHEM #9 - CHAMPION VS. CHAMPION : MANDREWS © VS. ROMAN REIGNS ©
» cait - le succès est une échelle, je ne peut pas monter avec les mains dans les poches
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Qui veux jouer avec moi?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-