AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We need to talk [AIDAN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: We need to talk [AIDAN]   Dim 18 Nov - 21:53


# WE NEED TO TALK #
« We are linked by him »
# S. AIDAN DECONTI&CHARLIE R. MIDDLETON


Citation :
« We need to talk. See you at Starbuck tomorrow at 3pm. »

On doit parler. Je te vois demain au Starbuck à 15h.

Le message était assez froid mais Charlie ne retenait pas ça. Elle retenait simplement que son meilleur ami désirait la voir. Enfin meilleur ami, c'est un bien grand mot. Oui ils l'avaient été pendant presque quatre ans. Ils avaient été si proches qu'il avait été bien plus qu'un meilleur ami pour elle, sans pour autant avoir des pensées autres qu'amicales. Elle l'aimait certes de tout son corps mais elle l'avait aussi détesté. Elle avait détesté qu'il puisse aimer leur enfant plus qu'elle ne pourrait jamais ne l'aimer alors que c'était elle qui avait voulu sa grossesse. Elle avait détesté ce qu'il était alors qu'il était juste devenu un bon père pour leur enfant. Charlie pouvait être rancunière, ce qui n'aidait pas mais pour une fois, elle savait que c'était de sa faute. Elle ne s'était pas rendu compte au début à quel point elle avait blessé le jeune homme. Elle était restée sur ses positions, le défiant de revenir. S'il le faisait, il était sur qu'il y aurait eu une bagarre entre eux deux et que ça se serait mal fini. Surtout pour la demoiselle car elle n'aurait pu rivaliser à Aidan, elle le savait très bien.

Charlie avait donc passé la nuit à se tourner et se retourner. Elle se demandait ce qui faisait qu'il désirait lui parler. Plusieurs semaines s'étaient écoulées depuis qu'il aurait du se marier. Elle avait prit sa défense, avait fini par se brouiller avec Enzo et se retrouvait de nouveau seule. Bien sur il y avait Billie mais sa présence n'égalait pas le manque qu'elle ressentait. La perte d'Aidan et d'Enzo était énorme pour Charlie et si elle n'avait pas dit à son mari pour quelles raisons elle était si triste, il devinait très bien que c'était à cause de l'Italie. Lorsqu'il était venu la retrouver parce que sa femme chérie lui manquait, il avait vu désarroi. Elle ne lui avait pas dit la raison exacte de son embrouille avec Enzo mais il avait comprit que ça la bouleversait. Quand à Aidan, l'anglais ignorait ce qu'il représentait pour l'américaine. Se retournant sans cesse, elle fini par réveiller son homme. Il lui demanda ce qu'il n'allait pas et voulu lui changer les idées mais rien n'y faisait, elle stressait pour le lendemain. Elle finit par se lever alors qu'il était de bonne heure et s'endormit devant la télévision qui avait fini par lui changer son esprit tracassé en un esprit fatigué. Son mari lui avait mit une couverture sur elle avant d'éteindre la machine et de se préparer un café. C'est qu'il devait aller travailler. Malheureusement pour lui se disait il car il n'aimait pas savoir sa femme anxieuse, d'autant plus à cause d'un rendez vous. Il aimait voir son sourire, la voir taquine avec lui et sentir heureuse mais depuis qu'ils étaient revenus, ça avait changé.

La demoiselle avait beau se comporter comme lorsqu'ils étaient à Londres, il sentait une différence. Il sentait qu'elle lui cachait des choses dont il n'arrivait pas à connaître la nature. Elle lui promettait de lui dire ce dont il s'agissait mais plus tard, lorsqu'elle aurait réglé ses différents. Et il sentait qu'il y en avait plus d'un dans sa vie. Il sentait qu'elle était partie comme ça et il ignorait la raison de son départ. Il espérait bientôt la connaître.

Après avoir travaillé plusieurs heures, il retrouva Charlie habillée d'une robe rouge assez simple. Elle avait l'impression que tout ses autres vêtements ne faisaient soit pas sérieux soit trop sérieux. Certains faisaient aussi impression de rendez vous galant et elle préférait les réserver à son doux mari. Charlie était enfin prête pour son rendez vous avec Aidan. 14H15, il fallait pas qu'elle soit en retard. Elle se tourna devant son mari comme pour qu'il acquiesce son choix de tenue. Ne sachant pas la nature du rendez vous, il ne pouvait pas vraiment donner un avis. « I have to see a friend. I see you tonight. » Je dois voir un ami. JE te vois ce soir. Elle l'embrassa sur la joue avant qu'il n'agrippe doucement son poignet. « When will I finally saw one of them? » Quand est ce que je vais finalement les rencontrer? Elle sourit gênée. « You know this is the one who has been at this hospital and who almost get married. So for the moment it's not a good time to see him. But I promise you, you will see them soon. As Billie who was in London with me. » Tu sais, c'est celui qui a été à l'hôpital et s'est presque marié. Donc pour le moment, ce n'est pas le bon moment pour le voir. Mais je te promets que tu les rencontreras bientôt. Comme Billie qui était à Londres avec moi. « Ok if you say so. See you later » Ok,Si tu le dis. On se voit plus tard. Elle sentait qu'il n'était pas convaincu par ses propos. Depuis les quelques mois qu'ils étaient ici, il n'avait vu que Juliet son ancien psy et excellente amie, sa soeur ce qui était déjà un grand pas et ses deux meilleures amies. Elle voulait lui présenter Mason mais pour le moment, ce dernier était occupé. Quand à Tayer, il ne savait même pas qu'elle existait. « I promise you. I love you. » Je te le promet. Je t'aime. Elle lui sourit, pensant déjà à ce qu'elle ferrait le soir même pour se faire pardonner de son abandon.

Charlie arriva quinze minutes à l'avance. Elle ne voulait pas être en retard pour son rendez vous. Pour une fois depuis son retour qu'Aidan désirait lui parler, c'était un exploit. Elle l'avait bien revu quelques fois mais jamais parce qu'il le désirait réellement. Elle l'avait toujours pris de court. En allant chez lui pour voir leur fils, en allant à l'hôpital parce que Billie lui avait dit et en se retrouvant en Italie. Il ne lui avait pas adressé un mot depuis et elle le regrettait. Elle avait essayé de lui faire comprendre que Ciara n'était pas faite pour lui mais elle était persuadée que c'était la déclaration de Savannah qui lui avait fait changé d'avis. Charlie détestait cette certitude car elle n'avait jamais vraiment apprécié la mexicaine et encore moins depuis son retour, un an et demi au par avant. Ce rendez vous était donc important pour elle. Allait il enfin lui donner son pardon pour tout ce qu'elle avait fait? Allait il la remercier pour s'être opposé au mariage? Allait il lui dire qu'elle pouvait voir même que peu leur fils? Ou au contraire allait il lui dire qu'il fallait qu'elle arrête d'espérer? Que leur amitié était finie et qu'importe ce qu'elle ferrait, il ne pourrait jamais lui pardonner malgré le fait qu'elle sache qu'ils étaient plus que des amis. La jeune mariée s'inquiétait donc. Elle tapotait ses doigts contre son frapuccino et se mordillait la lèvre. C'était la première fois qu'elle se retrouvait si anxieuse à l'idée de voir Aidan. Ou plutôt la seconde fois. La première fois avait été lors de la conception de leur fils. Elle n'avait pas été à l'aise au début, s'inquiétait de ce qui pourrait se passer puis ça c'était fait. Ils s'étaient liés à jamais par cette simple nuit.


Tumblr # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Lun 19 Nov - 11:19




We need to talk

«I don't know where. Confused about how as well. Just know that these things will never change for us at all» ► Snow Patrol
Pas de mariage. Pas de mariée. Plus de Ciara. Il fallait bien reconnaitre que la maison paraissait vide depuis que Ciara avait déserté la Villa pour en occuper une autre à quelques pâtés de maison de là. Même si l'italienne n'avait pas toujours été de tout repos, si elle l'avait souvent poussé à bout et lui avait mené la vie dur, Aidan avait commencé à l'apprécier. Elle avait été son infirmière particulière, son oreille attentive lorsque la douleur se faisait trop vive. Elle c'était occupé de Julian quand Aidan ne s'en sentait pas la force. Ciara avait beaucoup changé au cour de l'année. Son incroyable dédain c'était transformé en affection, plus ou moins. Elle avait cessé de se montrer odieuse envers son petit monde, résigné au fait qu'elle devrait épouser l'homme que son père lui avait choisi. Tous deux avaient vécu sous une épée de Damocles, attendant, nerveux, que celle-ce les conduisent au mariage qui les uniraient à jamais. Vers la fin, Aidan était résigné à ça. Tout comme Ciara qui avait finit pas mettre Enzo de côté, lui qui avait choisit l'argent à l'amour de sa vie. On pourrait penser que les mariages arrangés n'étaient plus d'actualité au 21iem siècle, mais Aidan et Ciara étaient les témoins du contraire.

Ainsi, la maison était étrangement silencieuse. Plus de talons résonnant sur le sol, plus de cries en direction du chien portant le doux nom de Sandrelli, plus de remarque non plus ... Aidan n'aurait jamais pensé que se retrouver seul lui fasse cet effet. Il se rendait compte que la solitude lui faisait peur, qu'il se sentait suffoquer dans ces murs de silence, lui qui avait tant rêver que Ciara déguerpisse. Depuis le mariage, Aidan avait renoué avec sa vie d'avant, se sentant plus libre de ses choix. Il avait surtout retrouver Savannah à la fête d'Halloween où ils étaient tous deux les barmans. Leur rapprochement avait tout d'une nouvelle étincelle entre eux et il n'était prêt à laisser passer cette seconde chance. De cette même façon, il s'était mit activement à la recherche d'un local pour monter, enfin, son propre restaurant. La vie avait reprit son cour normal, laissant Aidan un peu de répit pour la remettre en marche. Il profitait toujours autant de son fils, ce petit bout de chou qui ne cessait de grandir. Malgré tout, Aidan culpabilisait de voir Julian cherchait avidement la présence féminine qui avait côtoyé son quotidien. Il avait privé Julian du seul modèle féminin, même si Billie prenait une grande place dans sa vie. Aidan était décidé. Une fois qu'il eut couché son fils, Aidan se posa devant la télé, Sandrelli allongé à ses pieds. Il était temps d'aller de l'avant et parler à Charlie en faisait partit. Il ne l'avait pas revu depuis le mariage, depuis son intervention pour tout annuler. Aidan désirait faire le point sur sa vie et pour ça, il faudrait qu'il prenne le temps de lui parler. La dernière fois, elle était venu chez lui pour lui demander de lui pardonner et pour lui demander de voir Julian, ne serai-ce que cinq minutes. Aidan c'était sentit piégé, furieux de la revoir ainsi après tout ce temps et de lui devoir quelque chose qu'elle ne méritait nullement. Il avait laissé couler, pensant certainement que cela s'estomperait avec le temps, qu'il arriverait à passer outre ces paroles. Mais manifestement, cela avait échoué. Il pensait encore à elle et il se rendait compte que Julian serait bientôt assez grand pour lui demande qui était sa mère. Ce jour là, Aidan devrait se montrer franc. Il attrapa donc son portable et lui donna rendez-vous le lendemain, en terrain neutre.

Le strasbuck se trouvait en centre-ville. Aidan avait garé sa voiture dans un parking, histoire de marcher un peu avant, ce qui lui permettrait de s'aérer la tête. Il avait réfléchi toute la nuit a ce qu'il pourrait lui dire, a ce qu'il désirait lui faire comprendre. Vêtu d'une veste en cuir noir et d'un jean classique, il traversa la rue et poussa la porte du café. Il était en retard, comme toujours. Aidan avait toujours eu un sérieux problème avec l'heure. Il la chercha du regard et la repéra au fond, un café en main, le visage anxieux. Elle ne regardait pas dans sa direction, mais plutôt droit devant elle, comme paralysé. Aidan resserra l'étreinte sur Julian. Il avait longtemps hésité à emmener le petit, comme tétanisé à l'idée que quelque chose dérape. Mais Charlie lui avait promit qu'elle ne ferai jamais plus de mal à leur fils, qu'elle se montrerait responsable. De toute manière, Aidan serait là, prêt à la repousser si elle tentait quoi que ce soit. Il avait laissé la poussette à l'extérieur et était rentré seulement en compagnie du petit bout. Julian était agrippé à son père mais ses yeux étaient en pleine découverte de ce nouveau lieu. Aidan s'approcha enfin de la table et tira une chaise. Ce simple mouvement fit sursauter Charlie qui leva ses grands yeux vert vers lui avant de les poser, visiblement surprise, sur ceux de Julian. « Salut. », dit-il en s'asseyant, Julian sur les genoux. Ils se regardèrent quelques secondes. Puis Aidan se tourna vers son fils, un visage doux et aimant. « Julian, je te présente ta maman. », souffla-t-il, en tenant les petites mains potelées du bambin.


Charlie && Aidan

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Mar 20 Nov - 13:32


# WE NEED TO TALK #
« We are linked by him »
# S. AIDAN DECONTI&CHARLIE R. MIDDLETON

Charlie était dans ses pensées, stressée par leur rendez vous. Elle avait regardé plus de trente fois son portable. Aidan était toujours en retard, ça ne changeait pas mais toujours que du coup elle se posait des questions. Allait il vraiment venir? Après tout, c'était un jeudi après midi. Le jour de leur rendez vous hebdomadaire. Ils avaient toujours aimer se trouver ce jour particulier. Ils se retrouvaient pour parler de tout, de rien, pour rester proche l'un de l'autre. Charlie était tactile avec lui. Jusqu'à ce que Charlie tombe enceinte. Tout avait alors changé. Elle n'avait plus été celle qui l'aimait et elle le regrettait maintenant mais le problème était que désormais, elle avait l'impression qu'ils n'étaient plus vraiment liés. Ils l'étaient grâce à Julian mais ils ne l'étaient plus en tant qu'amis. Tout du moins le croyait elle. Alors le fait qu'il ne soit pas encore là était peut être un signe pour lui dire que c'était fini.

Le bruit de la chaise crissant sur le sol la fit sursauter.  « Salut. » Elle posa les yeux sur Julian. Elle se souvenait de cette petite bouille lorsqu'elle l'avait vu à travers le miroir.  « Hey. » Elle ne pouvait s'empêcher de le regarder. Il était mignon comme tout. Il avait le charme de son père. « Julian, je te présente ta maman. » Charlie sourit. Elle était contente pouvoir enfin voir son fils. Elle était revenue ici pour Cassandra mais elle avait alors fini par comprendre que Julian avait besoin d'elle. C'était son fils. Elle se devait de l'aider, de l'éduquer comme elle l'avait décidé au début. C'était leur fils. Il fallait qu'elle aide Aidan s'il le désirait. Il fallait qu'elle reprenne sa vie de mère en main. Elle savait très bien que pour le moment, elle n'était pas prête pour un autre enfant. Et pourtant, sa vie avec son mari lui donnait l'envie d'être de nouveau mère. Il désirait un enfant qu'elle ne pouvait lui donner, la peur de la grossesse faisant qu'elle se l'interdisait. Elle ne voulait pas redevenir comme elle était avant. Charlie sourit. Son fils devant elle, elle pouvait lui offrir un petit quelque chose. Mama has something for you. Maman à quelque chose pour toi. Charlie fouilla dans son sac pour sortir deux petites peluches. La première avait été acheté à Londres, lors d'un marché auquel elle avait assisté avec son mari. C'était un marché immense et elle avait adoré le parcourir. Main dans la main avec son mari, elle avait été comme une enfant. Elle adorait tout dans cette ville. Elle avait surtout aimer y rencontrer celui avec qui elle partageait désormais sa vie. Elle regarda cette petite peluche qu'elle trouvait à moitié ringarde et dont elle avait hésité le destinataire. Elle avait voulu l'envoyer pour Caleb, son neveu puis finalement, il était mort. Elle avait donc pensé à son fils. Ca avait été difficile de savoir à qui des deux elle voulait l'offrir mais finalement, elle aimait le fait que ce soit à son fils. Elle tendit alors à Julian ses petites peluches. Pour la première, c'était tout bêtement un petit ours aux couleurs de l'Angleterre, la deuxième était une petite girafe qu'elle avait vue à travers une vitre. Elle l'avait trouvé jolie et c'était dit pourquoi pas. Après tout, elle n'allait pas arriver les mains vide au rendez vous. Et même si son fils n'avait pas été là, au moins elle montrait qu'elle tenait à lui. Aidan trouverait ça peut être stupide ou inutile comme si elle essayait de se racheter. Au fond, ce n'était pas entièrement faux. Elle essayait de se racheter mais surtout, elle désirait montrer que désormais, elle allait être présente pour leur enfant et qu'elle ne tenterait pas de le tuer une troisième pas. Elle avait bien changé en un an.

La jeune mariée réfléchit un instant. Devait elle ou non lui donner? Elle hésita pour sortit un paquet de lettres qu'elle finit par lui tendre. Toutes n'étaient pas ici mais disons qu'il y en avait un bon petit nombre. Un peu plus d'un mois en fait. Elle gardait chez elle un carton de toutes les autres qu'elles avaient écrites. Elle sourit faiblement en lui tendant. And this is for you. But don't open them now please. Et ça, c'est pour toi. Mais ne les ouvres pas maintenant s'il te plait. La brunette avait écrit une lettre chaque jour qu'elle avait été à Londres. Toutes n'avaient pas été adressé à Aidan car elle les destinait à la personne qui était dans ses pensées. Souvent ça avait été Aidan. Pendant les deux premiers mois, aucune lettre n'avait été pour le jeune homme puis régulièrement, plus de cinq fois par semaine, elle en écrivait une pour lui. Il y avait toutes ses pensées. Ses doutes, ses joies, tous ce qui faisait qu'elle était elle et redevenait elle. Elle lui avait aussi décrit son mariage, l'anniversaire de son fils, celui d'Aidan. Elle avait décrit à peu près tout ce qui se passait dans sa vie et tous les évènements auquel elle aurait participer et n'avait pas participé. Les lettres étaient parfois de plusieurs pages mais qu'importe, elle décrivait tout simplement et au moins, Aidan saurait ce qui s'était passé dans sa tête même s'il ne comprendrait probablement pas tout.

Charlie avait beau vouloir lui donner les lettres, elle hésitait mais lui donna quand même. Toujours que depuis qu'ils étaient arrivés, ils ne s'étaient pas parlés. Certes, ce n'était que quelques minutes mais bon. Tank you. Ce n'était peut être pas beaucoup mais ce n'était pas un merci arrêté. Elle le remerciait non seulement pour cette conversation mais aussi pour le fait d'avoir apporté Julian avec lui. Elle regarda leur enfant. Il avait fini par prendre les peluches après avoir hésité pendant quelques secondes mais bon, ce n'était qu'un enfant. Et comme tout les enfants, il lui en fallait peu pour qu'il s'amuse. Il souriait ce qui était contagieux. Elle même souriait de le voir sourire.  « He has your smile. » Il a ton sourire. Elle plongea un instant dans le sien avant de le contourner pour le reposer sur leur fils.


Tumblr # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Mar 20 Nov - 18:23




We need to talk

«I don't know where. Confused about how as well. Just know that these things will never change for us at all» ► Snow Patrol
Il était difficile d'expliquer avec des mots ce qui était en train de se produire dans ce café. Il était plutôt rare qu'un père présente son fils d'un an et demi à sa mère. Cette situation n'avait rien de normal, tout comme la relation qui unissait Charlie et Aidan depuis quelques temps. Eux qui avaient été si soudés, si proches, en étaient venus à se voir comme des étrangers. Pire, ils c'étaient détestés. Au final, on pouvait résumer çaau petit être qui se trouvait entre eux en cet instant. Parce que Julian, sans le vouloir, était la source du conflit qui unissait ses parents. Pour un petit bout de son âge, c'était un fardeau trop gros à porter, un fardeau dont Aidan voulait à tout prit l'éloigner. Il se sentait responsable de beaucoup de choses dans sa relation destructrice avec Charlie, mais il ne voulait pas qu'un jour son fils fasse état de la chose en comprenant que s'il n'était jamais venu au monde, tout ceci ne serait jamais arrivé. Dans un sens, c'était vrai. La guerre commença le jour où Charlie lui annonça être enceinte, le jour où elle lui apprit qu'il serait prochainement le "géniteur" de son enfant. Mais si on remontait le temps, on pourrait prétendre que la faute venait de lui, le jour où il accepta de lui faire un enfant. A l'époque, il ne se doutait pas un seul instant de l'ampleur que prendrait de cette décision, des conséquences qui se répercuteraient sur lui, sur Charlie ou encore sur le bébé.

En entrant dans le bar, il était résolu à ce que les choses changent. Il en avait marre de ce bazar permanent dans sa vie, de ses non dits, de ses chagrins et du reste. Autour de lui, les gens étaient malheureux, en colère aussi parfois. Il avait connu trop de mort, trop de personnes qui c'étaient en aller avant qu'il ait pu leur dire ce qu'il ressentait. Il était temps de mettre un terme à tout ça, d'oser parler pour trouver des solutions. Julian devait savoir qui était sa mère, qui l'avait porté durant plus de sept mois. Bien sûr, la suite ne sera pas facile à entendre, peut être valait-il mieux qu'il n'en sache jamais rien. Aujourd'hui, il allait rencontrer sa mère pour la première fois et c'était ça qu'il devait retenir, ça et rien d'autre. Aidan prit place à côté de Charlie, offrant le visage de son fils. Julian écarquillait de grand yeux, visiblement curieux de savoir qui se trouvait devant lui. Il ne connaissait que peu de personnes hormis l'entourage proche d'Aidan et le personnel de la crèche. Billie était sa nounou particulière, comme Ciara. Mais ce visage là, il ne l'avait encore jamais vu, du moins pas depuis longtemps dans sa courte existence. Charlie souria et Aidan put lire un regard de gratitude sur son visage. « Maman à quelque chose pour toi .. », dit-elle alors, cherchant certainement à dissimuler son trouble. Elle se mit alors à la recherche de quelque chose qu'elle ne tarda pas à déposer sur la table. Aussi curieux que son fils, Aidan observa les deux peluches disposés sur la table. Un sourire se dessina sur son visage. Bien entendu, le petit ne manquait de rien et encore moins de doudous en tout genre. Mais ceux là n'avaient pas la même évocation pour le petit, ils étaient particuliers. Que ce soit l'ours ou la girafe, ces peluches étaient les premiers présents de Charlie envers son unique enfant et Aidan sentit sa gorge se nouer sous l'émotion. Il ne laissa rien transparaitre, parce qu'il ne voulait pas que Charlie s'en aperçoive. Ce moment était chargé en émotion, un moment unique dans la vie d'un enfant : celui où sa mère et son père sont ensemble, tout prêt de lui. Julian fixait les joujoux, pas encore décidé sur la décision à prendre. Il interrogea son père du regard avant d'avancer sa petite main en direction de la table.

« Et ça, c'est pour toi. Mais ne les ouvres pas maintenant s'il te plait. », demanda-t-elle en poussant vers lui un paquet de lettre. Cette fois-ci, ce fut lui qui hésita à avancer. Elles portaient toutes son nom, d'une écriture fine et penchée digne de Charlie. Il la regarda quelques secondes, comme pour la remercier simplement de ce geste. Il prit alors le paquet qu'il mit de côté. Ce soir, à tête reposé, il pourrait sûrement les lire, s'imprégner de chaque mots. Il ne savait pas ce qu'il y trouverait, mais il était impatient de les lire. « Tank you », souffla t'elle simplement après cet échange. Aidan porta sur elle un regard bienveillant qui dura quelques secondes. Il n'y avait rien à répondre. Aidan avait fait le premier pas, il avait appelé sa meilleure amie pour parler d'eux, pour envisager l'avenir serein de leur enfant, c'était tout ce qu'il y avait à dire. « Il a ton sourire. », dit-elle alors, brisant le silence. Aidan souria. Il l'avait toujours sut, de la même manière que Julian avait les yeux de sa mère. C'est d'ailleurs en parti pour ça qu'il était venu ici, à sa rencontre. Parce que Julian ressemblait à sa mère d'une façon déstabilisante, comme s'il lisait à travers son père de la même manière que Charlie le faisait auparavant. Ce regard l'avait rendu mal aussi, quand la douleur de son absence lui brûlait le coeur. Julian lui rappelait chaque jour Charlie. « Et tes yeux. Il te ressemble beaucoup en fait. », conclu-t-il en regardant son fils jouer avec l'ours. Visiblement, son choix portait sur celui-ci. Avec ses petites mains agiles, il faisait tourner la peluche sur la table avant de l'observer au plus prêt. « Bonjour. Je peux prendre votre commande ? », s'interposa le serveur, brisant sa contemplation. Aidan commanda alors un café noir ainsi qu'une brioche au sucre. « Ton encas préféré. » , nota-t-il pour Charlie une fois le serveur partit. Il gardait chaque moments avec elle bien ancré dans son esprit, de leurs fous rires à leurs disputes, de son film préférée à sa friandise favorite. « Julian c'est tout ce qui est à base de vanille pour le moment. », ajouta-t-il, la mettant ainsi dans la confidence. Ce n'était peut-être pas grand chose, mais c'était un cap en soit. Pour la première fois, Charlie apprenait quelque chose sur son fils. Il fallait bien commencer par quelque chose.


Charlie && Aidan

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Mar 27 Nov - 20:53


# WE NEED TO TALK #
« We are linked by him »
# S. AIDAN DECONTI&CHARLIE R. MIDDLETON

Il était clair que Charlie s'en voulait pour tout ce qu'elle avait fait subir non seulement à Aidan mais aussi à Julian. Il n'y avait pas un jour - depuis qu'elle avait prit conscience de ce qu'elle avait fait- sans qu'elle ne regrette ses gestes ou ses paroles. C'était comme ça, elle ne pouvait rien y changer mais elle se sentait mal sans pour autant que ça prenne une part importante. Elle devait vivre avec ça et soit elle pouvait s'en vouloir à vie soit elle essayait d'arranger les choses. La première solution la ferrait à coup sur devenir folle et son mari ne comprendrait rien à ce qui se passerait. La seconde solution semblait donc la meilleure pour elle. Elle désirait d'ailleurs qu'Aidan lui pardonne, elle désirait revoir son fils et essayer de l'éduquer. Il n'y avait pas eu que sa prise de conscience pour lui faire comprendre que ça lui manquait, il y avait eu de nombreuses choses à côté mais qu'importe. Elle voulait que tout aille pour le mieux. La belle se doutait bien que tout n'allait pas se faire du jour au lendemain et c'était d'ailleurs pour ça qu'elle désirait que ça se passe le plus vite possible. Après tout, son fils grandissait chaque jour de plus en plus et elle n'était pas là pour le voir. Elle n'était pas là pour ses premières fois et peut être au fond était-ce ce qui la dérangeait le plus. Une mère devrait être là pour son fils à chaque instant et elle, qu'avait elle fait pour lui à part tenté de le tuer? Quand avait elle été présente? Jamais en réalité.

Qu'Aidan ai emmené leur fils faisait remonter en elle de l'espoir. Cela voulait alors qu'il voulait bien qu'elle le voit. Elle se doutait bien qu'elle n'aurait pas la garde du bout de chou mais le voir pendant ces quelques instants était le plus important pour elle. Avec le recul, Charlie ne regrettait pas d'avoir choisit Aidan pour père de leur enfant. Sur le moment même, elle ne l'avait pas regretté. Les seuls instants où elle aurait préféré que ce soit quelqu'un était lorsqu'il leur avait selon elle préféré Ciara puis lorsqu'il l'énervait à devenir un si bon père. C'était paradoxal mais pour une mère qui avait tant désiré son enfant et qui avait fini en dépression à cause de lui, ça ne l'était pas tellement lorsque l'on prenait en compte son point de vue. Toujours que la Middleton considérait vraiment que son choix était le bon. Après tout, jamais elle ne s'était sentit supérieure à son ami malgré le fait qu'elle n'ai jamais fait de prison ou fait des choses illégales. Charlie l'avait toujours apprécié à sa juste valeur et encore plus depuis qu'il prenait soin de leur enfant. Aidan semblait vraiment être plus mature, plus sur de lui depuis que Julian était dans sa vie bien qu'il ai encore des problèmes avec l'autorité parental. Après tout, elle ne comprendrait ou ne saurait probablement jamais pourquoi il avait accepté de se marier à Ciara alors qu'il ne l'aimait pas mais qu'importe. Il était devenu un bon père et il l'était probablement plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Quant à son cas, elle se doutait bien qu'elle avait baissé dans l'estime de son ami mais lui n'avait jamais baissé dans le sien. Comment l'aurait il pu d'ailleurs alors qu'il l'avait secourut d'un acte sordide et était devenu son âme soeur sans même qu'ils ne comprennent comment. Elle savait donc qu'elle devait faire comprendre à Aidan qu'elle était redevenue celle qu'il avait toujours connu. Enfin presque car elle avait aussi changé mais dans le bon sens ce coup ci. Elijah, son mari lui avait redonné un second souffle et c'était bien mieux comme ça. Il l'avait aidé à aller mieux et elle lui en était si reconnaissante. Pourtant elle ne lui avait toujours pas avoué qu'elle avait un fils d'un de ses amis et encore moins qu'elle avait rendez-vous avec eux.

Charlie se retrouvait donc au Starbuck en compagnie d'Aidan. Il était étrange de les voir à se parler presque comme deux étrangers alors qu'ils avaient été si proches et que Charlie avait toujours été si tactile avec lui. Malgré toute cette « tension », le jeune père arriva à la faire sourire. N'ayant pas été proche de leur fils, elle doutait qu'il lui ressemble mais Aidan savait mieux qu'elle à qui ressemblait leur enfant. « Really? He seems to me that he is exactly like you. Except the eyes. It's true, he has mine.» Vraiment? Il m'a l'air qu'il est exactement comme toi. Excepté les yeux. C'est vrai qu'il a les miens. Charlie avait des yeux bien particuliers que beaucoup lui enviait. Il fallait dire aussi qu'ils étaient grands, d'un bleu, vert, gris. Elle les avait toujours aimé et en avait toujours fait un atout. Elle était contente que son fils les aient. Il allait faire des ravages rien avec son physique ce petit, elle le sentait très bien.

Un serveur vint les déranger en pleine contemplation de leur enfant. Charlie fut quelque peu surprise mais n'en laissa rien paraître. Tandis qu'Aidan commanda, elle sourit.  « Ton encas préféré. ». Elle sourit à Aidan, en ne pouvant s'empêcher de le regarder dans les yeux. « You remember it. » Tu t'en souviens. En réalité, elle ne doutait pas qu'il se souvienne. Elle même se souvenait de tous leurs instants. Même les plus insignifiants pour certains mais c'était ces instants là ainsi que tous les autres qui faisaient qu'ils avaient construit une amitié si forte et qu'elle avait fini par lui demander à lui d'être le futur papa. « Julian c'est tout ce qui est à base de vanille pour le moment. » Charlie sourit de nouveau. Elle n'était pas spécialement étonnée que Julian aime la vanille. Ca n'avait jamais trop été une saveur qu'elle avait aimé mais elle connaissait bien les goûts de son ami. « Like is dad. » Comme son père. Elle sourit. Aidan aimait tout c'était vrai, spécialement le café mais elle le voyait souvent manger de la vanille lorsqu'ils se faisaient des soirées et des sorties ensemble. Elle aimait d'ailleurs piquer sa glace à la vanille, tout en rajoutant du chocolat liquide par dessus. Elle trouvait ça meilleur. Sans chocolat, c'était une tragédie, elle n'y pouvait rien.

Le serveur revint et Charlie attendit qu'il finisse de servir Aidan, tandis qu'elle prenait une gorgée de son frapuccino. Elle attendit quelques secondes en se demandant comment elle allait pouvoir tourner sa question. Julian était une source de questions importante mais le De Conti n'en était pas moins. Depuis deux ans qu'ils ne s'étaient pas parlés, elle avait tellement de questions à lui poser. Elle posa sa main sur celle de son ami comme pour lui avertir qu'elle allait poser une question importante. «And how are you? I mean with the wedding and Julian, that sould not be easy every day. » Et comme tu vas? Je veux dire, avec le mariage et Julian, ça ne doit pas être facile tous les jours. Un mariage en l'air par la faut de plus d'une personne mais surtout des américaines, et un fils à charge, ça ne devait pas être facile. Surtout qu'avec Ciara en moins, elle se demandait comment il gérait tout. Au fond, elle n'était pas sans ignorer que Billie prenait une place importante dans la vie de Julian mais bon, elle ne la pensait pas aussi grande que ce qu'elle était. Elle pouvait être bécasse parfois.



Tumblr # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Lun 10 Déc - 17:33




We need to talk

«I don't know where. Confused about how as well. Just know that these things will never change for us at all» ► Snow Patrol
En fixant le paquet de lettres, Aidan ressentit une impression de liberté. Il n'avait jamais été branché écriture. Déjà à l'école, les cours ne l'intéressaient pas et écrire était presque une torture. Il savait que les filles aimaient les lettres d'amour, ce genre de messages personnels qui touché bien plus qu'un banal textos. Mais Aidan n'avait jamais pu s'y résoudre, même quand il était question de Savannah. Il ne trouvait rien de libérateur dans l'écriture, aucune sensation de légèreté quand sa main prenait le plume. Il savait que Vanille, à l'époque, aurait apprécié ce genre de démarche, peut être même Savannah au début de leur relation, mais il n'avait jamais eut l'envie de le faire. Ils n'avaient pas eut besoin de ça. Tout était parfait à l'époque, leur relation se suffisait à elle seule. Jusqu'à aujourd'hui, il ignorait que Charlie était douée pour l'écriture, du moins qu'elle pouvait aimer écrire ce genre de lettre. Jusqu'à la, les seules qu'il avait écrite étaient toutes dirigées vers l'administratif. Aidan n'avait jamais été un fan des déclarations, il n'était pas vraiment à l'aise dans ce genre de domaine. Se livrer, devoir ouvrir une partie de son coeur lui était toujours difficile. Le portable était pour lui un appareil incontournable bien qu'anti-personnel à son gout. Il trouvait ça bien pratique de pouvoir joindre n'importe qui à n'importe quel moment, sur le principe. Mais il appréciait aussi d'être coupé du monde, injoignable. Au téléphone, il était toujours évasif, préférant l'intimité du face à face plutôt que l'inconfort du portable. Quant aux textos, c'était plus dans un cadre professionnel que personnels qui les utilisaient.

« Vraiment? Il m'a l'air qu'il est exactement comme toi. Excepté les yeux. C'est vrai qu'il a les miens. », conclu-t-elle et elle avait parfaitement raison. Julian était magnifique, c'était incontestable. Il ne disait pas ça uniquement car il était fils, non, bien qu'il aurait été incapable de dire de lui qu'il était vilain. Il disait surtout ça parce qu'il le pensait réellement. A la crèche, les puéricultrices en étaient toutes gaga, le trouvant "à croquer". Même Ciara et Enzo, pourtant tout deux insupportables dans leurs genres, avaient craquer pour ce petit bout. Aidan aurait souvent aimé que Charlie soit là, elle aussi, pour entendre ce genre de commentaires. Quand l'une des femmes de la crèche disait à Aidan avec un grand sourire : Il a vos yeux ce petit. Dans ces moments là, Aidan se contentait de sourire avant de prendre Julian avec lui et de partir. Cette bonne femme n'y connaissait rien, c'était évident, sinon elle aurait bien vu que les yeux d'Aidan étaient sombres comparés aux yeux clair de son fils. « Il est vraiment adorable votre fils. Et sa maman, elle ait où ? On la voit jamais par ici .», lui avait demandé une nourrisse au début de son inscription à la crèche. Aidan avait accusé le coup. Julian était déposé à la crèche par trois personnes seulement : Billie, qui venait y déposer sa fille également, Ciara qui avait spécifié n'être que la "fiancée" du papa et Aidan lui même. D'ailleurs, il se sentait toujours un peu étrangé dans ce genre de moment, entouré de femmes. Il était l'un des rares papa à être aussi présent dans la vie à la crèche de son fils. Il était souvent adulé par les jeunes, ou moins jeunes, mamans qui le voyait un peu comme le Messi. Aidan aurait aimé que la situation soit différente, que Julian soit accompagné de ses deux parents à la fois. « Elle est partie.», avait-il répondu et devant son air féroce, la nourrice n'avait plus insisté.

« Tu t'en souviens. », nota-t-elle dans un sourire. Bien sûr, comment aurait-il put en être autrement ? Aidan avait pourtant cherché à oublier de ce qu'il le rattachait à Charlie, mais sans succès jusqu'à là. Il avait alors comprit qu'il ne servait à rien de se faire tout ce mal, que Charlie ne pourrait jamais quitter son esprit. « Comme son père.», souligna-t-elle dans un charmant sourire. En effet, Aidan aimait la vanille, comme tout un tas d'autres mets. C'est un grand amateur de cuisine et rien ne lui faisait peur dans ce domaine. Sa nourriture favorite restait la française, avec son vin délicat et son pain croustillant. Il était également friand de la nourriture italienne, surtout ces entrées colorées aux multiples saveurs. Charlie elle même avait goûté pas mal des plats de son meilleur ami, à l'époque où passer derrière les fourneaux constituait son seul échappatoire en dehors de son Pub. Pour elle, il avait apprit à cuisiner tout un tas de pâtisseries et c'était la brioche au sucre qui avait rencontré le plus de succès. « Pour les goûts musicaux, j'ai rien put faire par contre... », commença-t-il en esquissant un sourie en coin, « Il adore tes compils soul. Tu les avait laissés à la maison, quand tu essayais de me pervertir. Quand je met ta musique, il se dandine. Ce gamin n'as aucun style musical, il écoute à peine Les Stones. », ria t'il de bon coeur en serrant le petit tout contre lui. En effet, même si Charlie était absente dans la vie de son fils, celui semblait rattacher à elle d'une manière inexplicable.

« Et comment tu vas? Je veux dire, avec le mariage et Julian, ça ne doit pas être facile tous les jours. », demanda-t-elle alors, en prenant un air plus sérieux. Le serveur revint alors avec la commande. Aidan le laissa faire et coupa la brioche en deux, donnait un petit bout à Julian qui semblait dévorer le dessert des yeux. « Ca va. Maintenant que je ne suis plus lié à Ciara, de cette façon je veux dire, ça va mieux. Et Julian ne me pose pas de problème tu sais, il passe quelques après-midi à la crèche et Billie me dépanne très souvent aussi. J'ai de la chance de l'avoir. », confia-t-il en observant Julian dévorer sa brioche. Billie était une perle rare dans ce monde. Il espérait vraiment être là pour elle autant qu'elle l'était pour lui. « Ecoute Charlie, j'ai plus envie qu'on tourne autour du pot comme ça. Je suis la pour réparer ton erreur, pour que tu puisse voir Julian, ça ne veut pas dire que je te pardonne, juste que je veux que tu sois présente pour lui. », dit-il, d'une voix douce cependant. Il était temps de mettre les choses aux clair maintenant.


Charlie && Aidan

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Sam 15 Déc - 0:56


# WE NEED TO TALK #
« We are linked by him »
# S. AIDAN DECONTI&CHARLIE R. MIDDLETON


Charlie n'avait jamais vraiment écrit. Elle écrivait de temps en temps mais rien de bien transcendant. Elle n'en avait jamais ressentit le besoin d'ailleurs mais à Londres, c'était différent. Aidan lui manquait terriblement et elle avait besoin de se confier à lui, de lui raconter ce qui s'était passé pour tout garder dans les moindres détails si jamais elle devait lui raconter. Certains jours, elle trouvait ça idiot car c'était elle qui était partie, elle aussi qui lui avait fait du mal alors que maintenant, elle avait besoin de lui. Elle l'aurait même appelé ou été à son anniversaire si elle n'avait pas su à quel point il serait difficile pour elle d'aller le retrouver. Charlie avait beau ne pas être amoureuse d'Aidan et finalement, ne pas le connaître depuis si longtemps que ça, il lui avait sauvé la vie. Véridiquement, lorsqu'il avait empêché cet homme de la violer mais aussi après. Elle s'était sentie mal et redevable. Lorsqu'elle était venue dans ce bar avec Dylan, jamais elle n'aurait cru au premier abord qu'ils allaient finir amis. Et pas non plus dans son lit. Charlie avait pourtant un faible pour les barmans. Certaines, c'était les policiers ou les pompiers mais elle, c'était plus les barmans et aussi les pompiers, il fallait bien l'avouer. Pourtant, bien qu'Aidan soit un beau parti, elle n'avait même pas pensé à plus loin que « c'est un barman. » Et encore moins après qu'il l'ai retrouvé dans cette ruelle, sous cet homme. Charlie avait été le genre de fille à être frivole mais pas trop et ce soir là, elle n'avait à son sentiment jamais montré de signe qui aurait pu montrer qu'elle ai envie de quoique ce soit. Tout ça pour dire, que le jeune homme était devenu plus important que tout pour lui et malgré le fait que seule une dizaine d'années les éloignaient de leur rencontre.


« Pour les goûts musicaux, j'ai rien put faire par contre... ». Elle pensa en un instant que Julian avait les goûts de son père. Après tout, c'était lui qui l'élevait, ça serait le plus logique. Toujours que non, ce n'était pas ce qu'elle croyait du tout. « Il adore tes compils soul. Tu les avait laissés à la maison, quand tu essayais de me pervertir. Quand je met ta musique, il se dandine. Ce gamin n'as aucun style musical, il écoute à peine Les Stones. » Charlie rit de bon coeur avec Aidan. Elle se rappela alors du moment où elle lui avait dit qu'il fallait qu'il écoute ses compils. Lui disant que s'il ne les aimait pas, c'était le pire ami qu'elle pourrait trouver et bien entendu que c'était une honte pour la musique en général. Ne pas aimer la soul était pour Charlie comme impensable. Cette musique lui faisait ressentir des choses profondes et en extériorisaient de nombreuses. Elle avait essayé pendant plusieurs mois de lui faire écouter sa musique à chaque fois qu'elle venait chez lui. Elle ne lui demandait même pas la permission, faisant comme chez elle. D'ailleurs, elle avait cru pendant longtemps qu'on lui avait volé ses compils. Elle avait aussi pensé que Dylan pouvait être la coupable. Elles se piquaient tout et ne se rendait pas forcément les choses au bon moment, finissant par oublier qu'elles les avaient emprunté. «And that never worked. It's bad because I could teach you how to dance but I am happy to heard that our son has better taste in music than is father. » Et ça n'a jamais marché. C'est dommage parce que j'aurai pu t'apprendre comment danser mais je suis contente d'entendre que notre fils a de meilleurs goûts que son père en matière de musique. Elle sourit. Elle avait toujours aimé taquiné Aidan. Et bien que ce soit bizarre de le faire de nouveau, elle aimait ça. Elle aimait à penser que ça les ramèneraient peut être l'un vers l'autre à un moment donné.


Le serveur vint une nouvelle fois les déranger, comme s'il n'avait que ça à faire. Charlie lorgna sur la brioche de son fils. A la bonne époque, elle n'aurait même pas demandé à Aidan la permission et lui en aurait prit un morceau. Aujourd'hui c'était bien différent, elle le regrettait fortement. « Ca va. Maintenant que je ne suis plus lié à Ciara, de cette façon je veux dire, ça va mieux. Et Julian ne me pose pas de problème tu sais, il passe quelques après-midi à la crèche et Billie me dépanne très souvent aussi. J'ai de la chance de l'avoir. » A cette Billie. Si ça continuait, elle allait finir par en être jalouse. Depuis que Charlie avait prit conscience de son erreur, elle réalisait à quel point Billie faisait partie de la vie de son fils. Combien elle le voyait beaucoup plus que lui et qu'Aidan au moins lui permettait d'être seule avec lui. Evidemment, elle n'avait pas voulu tuer le bout de chou mais ça ne l'empêchait pas de sentir une pointe de jalousie. A chaque fois, elle se pinçait pour se dire que c'était idiot et qu'elle l'avait mérité mais ça ne la rassurait pas pour autant. Julian ne la connaissait pas mais connaissait Ciara et Billie, deux femmes dont Aidan était proche bien que la première ait été pour de mauvaises raisons selon Charlie.

Charlie regarda leur fils tandis que son portable se mit à sonner. Elle vérifia qui c'était. En voyant le nom de son mari, elle décrocha, s'excusa du regard auprès d'Aidan C'était tout simplement pour savoir s'il devait lui préparer quelque chose pour le soir. Il n'allait pas travailler et avait, elle le sentait dans sa voix envie qu'ils s'expliquent. Ca ne rassura pas Charlie qui déjà avait du mal avec Aidan alors avec son mari, ce n'était pas le moment. Elle lui dit qu'elle serait là à l'heure mais évita les effusions d'affection ce qui n'était pas son genre en général, il allait encore trouver que ça ne lui ressemblait pas. Elle raccrocha, envoyant un message à son mari pour lui dire à quel point elle l'aimait mais qu'elle ne pouvait pas le dire devant un ami qui n'était pas vraiment dans cet optique. Ce n'était pas entièrement faux après tout.

Elle sourit son ami discrètement. Elle ne savait pas trop quoi dire. D'ailleurs que pouvait elle vraiment dire. Par chance, Aidan attaqua avant elle. « Ecoute Charlie, j'ai plus envie qu'on tourne autour du pot comme ça. Je suis la pour réparer ton erreur, pour que tu puisse voir Julian, ça ne veut pas dire que je te pardonne, juste que je veux que tu sois présente pour lui. » Sa voix était calme mais Charlie sentit son coeur se serrer. Il ne lui pardonnait pas malgré le temps passé depuis son retour. Elle ne pouvait pas tellement lui en vouloir et pourtant, elle lui en voulait. Elle l'avait défendu et protéger devant Savannah et lors du mariage. Pourquoi ne pouvait il pas le voir et au moins la remercier pour ça? Enfin ce n'était pas le sujet. Le bon point car oui il y en avait un quand même était qu'il désirait qu'elle soit plus présente pour leur fils. Elle sourit malgré tout.  « Thank you, you will not regret it. I sware. Merci, tu ne le regretteras pas. Je te le promets. Elle laissa un petit blanc avant de reprendre.  « I know that you can't forgive me right now but I hope one day you could. I promise you to show you that you can trust me again.» Je sais que tu ne peux pas me pardonner mais j'espère qu'un jour tu le pourras. Je te promets de te montrer que tu peux me faire encore confiance. Comment lui montrer qu'il pouvait lui faire confiance? Elle l'ignorait vraiment. Leur amitié s'était construite sans vraiment qu'ils ne s'en rendent compte, tout du moins pour la demoiselle. Ca c'était fait naturellement et c'était aussi pour ça qu'elle savait que c'était son âme soeur. Leur relation était construite de manière si belle et si imprévisible que désormais, la reconstruire était un nouveau challenge. Elle ne voyait pas comment le faire mais elle allait y mettre tout son coeur et faire tout son possible pour y arriver. Cependant, une question lui trottait toujours dans la tête. Comment pourrait elle être plus présente pour leur fils?  «And how can I be present? I mean should I wait that you ask me to be here for him or can I ask you to see him? I suppose that you will not let me to see him alone? I understand of course.» Et comment je pourrais être présente? Je veux dire, dois je attendre que tu me demande d'être là pour lui ou puis je te demander de le voir? Je suppose aussi que je ne pourrais pas le voir seule. Bien entendu, je le comprend.Oui elle comprenait. Elle comprenait que pendant longtemps, elle ne pourrait pas voir son fils seul. Ca la désolait bien entendu mais que pouvait elle demander de plus? Son but n'était pas de se fâcher avec Aidan, oh ça non et pour le moment, c'était le seul qui ai autorité sur leur enfant. Elle avait perdu la sienne le jour où elle avait voulu tuer Julian. Elle ne pensait pas le regretter à ce moment là. Désormais, c'était différent. Elle ne pouvait pas demander plus que ce que lui proposait Aidan pourtant, elle l'aurait bien voulu. Elle aurait voulu que Julian apprenne à connaître Elijah, son mari. Bien entendu, il ne comprendrait pas tout mais au moins, ça permettrait aussi à Charlie de ne plus mentir à son cher et tendre. Et oui, ce dernier ignorait toujours l'existence du bout de chou et elle ne voulait pas vraiment le lui annoncer à moins que ça aille mieux avec Aidan.


Tumblr # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Mer 2 Jan - 12:12




We need to talk

«I don't know where. Confused about how as well. Just know that these things will never change for us at all» ► Snow Patrol
Assis a même le sol, Aidan farfouillait dans un carton à la recherche d'une vieille pile de CD. En quittant Rome, il n'avait pour bagage qu'un sac minuscule contenant le peu de choses qu'il avait le droit d'emmener pour son séjour en prison. Alors, en sortant de prison, il s'était constitué quelques trésors lui permettant de garder pied. « Tu veux de l'aide ? », siffla la voix enjôleuse de Charlie dans son dos. En effet, le jeune italien avait élu domicile chez elle le temps de trouver un appart où loger. Depuis la mort de Savannah, rester dans le studio qu'ils avaient partagé lui était intolérable. Charlie lui avait proposé de passer la nuit chez elle, elle lui devait bien ça après tout, même si Aidan se sentait affreusement gêné d'user ainsi de sa gentillesse. Le studio avait été vidé par un Aidan meurtris et seuls quelques babioles restaient en sa possession, bien que le carton appartenant à sa défunte copine soit camisollé. « Non merci, ça ira. », répondit-il vaguement en constatant que ces CD n'étaient pas là. Il se rappelait les avoir prêtés à Savannah et ensuite, rien. Une nouvelle vague de tristesse l'envahis à la pensée de sa fiancée. Il passa ses mains agitées sur son visage et sentit Charlie se baisser pour se mettre à sa hauteur. Avec délicatesse, elle ouvrit de nouveau le carton et y jeta un regard curieux. Elle en sortit un vieux tee-shirt gris appartenant à Aidan bien que la dernière personne l'ayant porté fut Savannah. « Il est sympa celui-là. Tu devrais le porter et changer cette affreuse serpillère que tu porte. Allez on passe à table. », dit-elle en se relevant, retournant à la cuisine terminer le plat. Aidan resta penaud, le tee-shirt entre les mains. Etait-ce sa façon de vouloir le pousser à avancer ? Son idée à elle pour qu'il sorte de sa transe ? Charlie avait remarqué le carton resté dans l'ombre, celui appartenant à Savannah. Elle lui avait alors demandé ce qu'il comptait en faire, d'une voix si tendre qu'Aidan avait faillit s'étrangler. « Rien. J'veux pas l'ouvrir. » et pourtant, la seule idée de s'en débarrasser lui brisé le coeur. « Alors garde le, ouvre le de temps en temps. Savannah est morte, mais elle n'est pas obligé de disparaître de ta vie aussi rapidement » Et Aidan avait médité la-dessus durant toute la nuit. Charlie lui avait ouvert les yeux et il s'était sentit à la fois étrangement seul et étonnamment soulagé. Aidan ouvrit les yeux, se releva et ôta son sweet, passant celui que Savannah avait porté lors de leur dernière nuit ensemble.

***

Les choses avaient changées aujourd'hui. Savannah était revenu et il s'apprêtait à l'aimer plus que n'importe quel autre jour. Charlie, elle, l'avait abandonné alors qu'il aurait eut besoin d'elle chaque jour que la terre avait fait. Son monde c'était à la fois effondré et maintenu à flot par une force étrange. Charlie n'avait pas été là pour l'aider à la mort de Reaver, comme elle l'avait si bien fait après la mort de Savannah. Et Savannah était revenu pour l'aider à se remettre d'aplomb, à ouvrir les yeux. « Et ça n'a jamais marché. C'est dommage parce que j'aurai pu t'apprendre comment danser, mais je suis contente d'entendre que notre fils a de meilleurs goûts que son père en matière de musique. », dit-elle d'une voix enjouée. Le fait qu'elle prononce à haute voix "notre fils" fit frissonner Aidan. Il avait presque oublié ce que c'était d'être deux. Ces derniers temps, il c'était sentit seul et isolé. Il fallait bien l'admettre, Ciara avait été son meilleur réconfort dans ces temps sombres. Elle avait soigné ses plaies, écoutez ses sombres pensées et elle avait veillé sur Julian quand Aidan se sentait trop accablé par sa misérable vie. Etre deux avait longtemps perdu son sens. Vanille l'avait brisé alors qu'il n'était qu'un adolescent, elle avait souillé le peu de bonté qu'il avait en lui. Malgré ça, quand il l'avait revu par hasard quelques semaines plus tôt, il c'était sentit nostalgique de cette époque et la revoir lui avait fait, étrangement, beaucoup de bien. A la "mort" de Savannah, être célibataire était devenu plus atroce que tout le reste tant sa présence lui manquait et qu'il en crevait toutes les minutes de ces heures abominables. Etre deux, il l'avait retrouvé en rencontrant Charlie, en s'unissant à elle d'une manière inexplicable. La solitude l'avait laissé tranquille tandis qu'il cherchait en elle le réconfort dont il avait tant manqué. Et alors qu'ils venaient d'être parents, Aidan se sentit seul, encore, obligé d'élever son unique enfant sans sa mère, sans sa meilleure amie.

Le portable de Charlie vint briser la fragile harmonie qui régnait entre eux. Aidan la laissa décrocher, retournant son attention sur son fils qui semblait se régaler. Aidan aurait voulu qu'il se rappelle de ce moment, de cet évènement. Il avait retrouvé ses deux parents, ils étaient là tous les deux et aucuns cris ne fusaient. Charlie semblait quelque peu mal à l'aise, remarqua-t-il en la voyant lui sourire timidement tandis qu'elle répondait rapidement à son interlocuteur. Aidan ignorait qui était à l'autre bout du fil et il aurait bien eut du mal à le découvrir, ignorant que sa meilleure amie était mariée. Il ignorait beaucoup de choses sur la nouvelle Charlie, sur celle qui avait mit les voiles à Londres et n'avait plus donné de nouvelles. « Merci, tu ne le regretteras pas. Je te le promets ... Je sais que tu ne peux pas me pardonner mais j'espère qu'un jour tu le pourras. Je te promets de te montrer que tu peux me faire encore confiance.», confia-t-elle, un pâle sourire aux lèvres. Aidan glissa une main dans les cheveux de son fils. Finalement, il préférait que Julian ne retienne pas cet entretient. Il n'avait pas envie que son fils sache tout ce qui c'était passé autour de sa conception et de sa naissance. Il ignorait encore comment il formulerait ça plus tard, mais il ne voyait aucun intérêt à démolir Charlie. « J'en doute pas. », dit-il simplement en continuant de caresser tranquillement les cheveux en bataille de son garçon. Son manque de réactivité était certainement dut aux flashs qui débarquaient dans sa tête en repensant à tous ces moments où Charlie lui avait fait peur. A toutes ces fois où elle s'était montré odieuse et violente. Aidan avait beau être un homme, celui lui foutait froid dans le dos. « Et comment je pourrais être présente? Je veux dire, dois-je attendre que tu me demande d'être là pour lui ou puis je te demander de le voir? Je suppose aussi que je ne pourrais pas le voir seule. Bien entendu, je le comprend.». Aidan n'avait pas encore réfléchit à ça. Il se sentait encore distant vis à vis de Charlie même si la revoir ainsi lui faisait du bien. Il aimait à croire qu'elle redeviendrait la meilleure amie attentive et bienveillante qu'elle avait été autrefois. Mais serait-elle la mère idéale pour Julian ? « J'aimerais que tu sois présente pour lui Lil'. Que tu vois la crèche où il vas, que tu le vois jouer au parc et courir après le chien. J'aimerais tout ça ... Mais ... Pour le moment, je préfère être là, pour vérifier que tout ... que tout vas bien. », articula t'il. Comment le formuler autrement ? Il ne pouvait effacer l'image de Charlie enfonçant la tête de son fils sous l'eau, c'était comme ça. Même si la Charlie face à lui semblait en pleine forme et guérie, il n'était plus sûr de rien la concernant. Mais maintenant qu'elle était de retour dans sa vie, il voulait vraiment qu'elle s'implique dans son rôle de mère, même s'il ne serait pas loin pour agir en cas de problème. « J'ai une question qui me brûle les lèvres depuis le début ... Tu peux m'expliquer comment ça ce se fait qu' Enzo et toi soyez amis ? », demanda t'il sur un ton mesuré. Il se rappelait avec détails l'intervention de Charlie lors de la cérémonie, les mots qu'elle avait employées et le regard assassin qu'elle avait lancé à l'ainé De Conti.



Charlie && Aidan

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Mer 16 Jan - 21:48


# WE NEED TO TALK #
« We are linked by him »
# S. AIDAN DECONTI&CHARLIE R. MIDDLETON


 « J'aimerais que tu sois présente pour lui Lil'. Que tu vois la crèche où il vas, que tu le vois jouer au parc et courir après le chien. J'aimerais tout ça ... Mais ... Pour le moment, je préfère être là, pour vérifier que tout ... que tout va bien. » Charlie ne pouvait que bien le comprendre. Elle n'était pas non plus stupide mais au moins, il voulait vraiment qu'elle apprenne à le connaître et c'était déjà une bonne chose. « Dis moi quand je pourrais venir». La belle ne voulait pas s'imposer. Elle avait beau vouloir à tout prix retrouver leur fils et être plus présente, elle ne pouvait pas non plus s'imposer pour Aidan. Elle voulait se faire pardonner aussi bien pour leur fils que pour son ami. Elle voulait retrouver leur complicité et ce n'était pas en s'imposant qu'elle le pourrait, elle le savait.


 « J'ai une question qui me brûle les lèvres depuis le début ... Tu peux m'expliquer comment ça ce se fait qu' Enzo et toi soyez amis ? » Charlie ne s'était pas attendu à cette question. Elle ne voyait pas vraiment ce que ça venait faire dans toute cette histoire mais si il voulait savoir, elle ne pouvait quand même pas lui en vouloir. Il était vrai, qu'il pouvait être étrange de les savoir amis alors que les deux De Conti ne peuvent pas se voir. Enzo le lui avait même dit. Il ne savait pas pourquoi mais il ne l'aimait pas, c'était comme ça, physique. Comme ça arrivait régulièrement. Excepté qu'ils étaient frères et qu'il était dur pour elle de ne pas comprendre pourquoi ils ne s'entendaient pas. Au fond, elle ne les trouvait pas différent mais peut être était ce parce qu'elle avait voulu retrouver en Enzo un Aidan perdu que finalement, elle avait abandonné de trouvé en lui. Elle voyait l'ainé des De Conti maintenant mais elle l'aimait quand même comme il l'était et pensait toujours qu'ils se ressemblaient.  «  You will not appriciate why we were friends. I mean. Don't take it baddly ok. That was a long time ago, in fact, no longer after I told you that I was pregnant. I don't have to remember you how I felt about you. And he show up. At the beggining, that was only against you and after... we really learned about each other. He didn't judge me when I try to ... » Tu ne vas pas apprécier pourquoi nous étions amis. Je veux dire, ne le prends pas mal d'accord. C'était il y a longtemps, en fait, pas longtemps après que je t'ai dis que j'étais enceinte. Je n'ai pas besoin de te rappeler ce que je ressentais à ton égard. Et il est apparu. Au début, c'était seulement contre toi mais après... nous avons appris à nous connaître. Il ne m'a pas jugé quand j'ai essayé de … Charlie fit un mouvement de tête vers leurs fils. Elle ne voulait pas répéter ce qu'elle avait fait. Elle se l'était assez reproché comme ça, sans avoir à le dire même devant le bout de chou.   « So he was here for me and after that, I can't tell you why but I find that he was really great. And probably that was a way to remplace the fact that I didn't have you anymore, I don't know but he was good for me. Of course, now it's different, maybe you were right. Maybe he is not good but he just wanted to destroy the wedding to be with Ciara. I am hungry against him because of the fact that he put Julian in all these things but I am happy to see that will permit you to see who you really love.  I know that you will maybe not understand what I told you but sincerelly. He didn't do only bad things for me. You were close. Now I will have a long time before I could forgive him but he is my friend because he is a good personn and because that was like that. We learn each other.» Donc il était là pour moi et après ça, je ne peux pas te dire pourquoi mais je l'ai trouvé super. Et probablement que c'était pour remplacer le fait que je ne t'avais plus. Je ne sais pas mais il était bon pour moi. Bien sur, maintenant c'est différent, peut être que tu avais raison. Peut être qu'il n'était pas bon mais il voulait juste annuler ton mariage pour être avec Ciara. Je suis en colère contre lui à cause du fait qu'il ai entraîné Julian dans tout ça mais je suis heureuse de voir que ça t'as permis de voir qui tu aimes vraiment. Je sais que tu ne comprendras peut être pas ce que je te dis mais sincèrement, il n'a pas fait que des mauvaises choses pour moi. Vous étiez proches. Maintenant, je vais mettre du temps avant de lui pardonner mais c'est mon ami parce qu'il est une bonne personne et parce que c'est comme ça. Nous avons appris à propos de chacun. Elle ignorait comment il le prendrait. Charlie défendait Enzo. Après tout, ils avaient été amis au moment où elle en avait le plus besoin. Bien évidemment, Aidan n'y pouvait rien sur le fait qu'elle ait été buté et ne pouvait pas accepter quoique ce soit venant de lui mais avoir Enzo l'avait aidé. Les deux n'étaient pas si différent. Ils essayaient tous les deux de faire ce qu'il fallait et de remonter le moral de ceux qu'ils aimaient.

Elle même avait besoin de lui poser une question très différente.  « Aidan. Can I take him on my knees? » Aidan, est ce que je peux le prendre sur mes genoux? Aidan lui donna leur fils. Elle le posa sur ses genoux, embrassant le haut de sa tête. Julian la regardant un peu bizarrement puis posa ses petites mains sur son visage. Charlie sourit, embrassant les petites mimines de son fils. Charlie repiqua le petit ours pour le donner à leur fils. Elle le regarda un moment puis hésita longuement avant de recommencer à parler. Elle ne savait pas si elle devait ou non le lui dire. Elle savait pertinemment qu'il n'allait pas apprécier alors devait elle lui dire alors que tout se déroulait plutôt bien? Elle tortilla une de ses mèches puis regarda Aidan.  « And... I have something to tell you. You will read it in the letters but maybe you should probably hear it from me. I don't want to do the same mistakes. » Et … j'ai quelque chose à te dire. Tu le liras dans les lettres mais peut être que tu devrais probablement l'entendre de moi. Je ne veux pas faire les mêmes erreurs. Il ne devait pas comprendre de quoi elle parlait, c'était même sur mais quand même. Devait elle continuer? Elle hésitait. Elle reposa le regard sur son fils puis Aidan, prenant en même temps sa main. Elle ignorait sa r »action.  « I am married. He is english and his name is Elijah. That was for that that I didn't want to come back. He healed me. » Je suis mariée. Il est anglais et son prénom est Elijah. C'est pour ça que je ne voulais pas revenir. Il m'a guérit. Charlie ne savait pas comment allait réagir. Elle resserra son fils dans ses bras, comme pour que son ami ne lui enlève pas si jamais il n'appréciait vraiment pas ce qu'elle venait de lui dire.


Tumblr # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Mar 22 Jan - 19:43




We need to talk

«I don't know where. Confused about how as well. Just know that these things will never change for us at all» ► Snow Patrol
La journée continuait son passage et cela faisait un moment qu'Aidan se sentait en paix avec Charlie, cela n'était plus arrivé depuis des lustres. Peu à peu, il semblait ressentir une joie nouvelle au contact de la jeune Middelton, bien que tout restait fragile, une pointe d'espoir fleurissait à l'horizon. « Dis moi quand je pourrais venir», signala simplement Charlie en jetant un regard tendre à Julian. Il ne voulait pas la froisser, par maintenant qu'il avait instauré un semblant d'équilibre entre eux. Charlie semblait le prendre plutôt bien même si Aidan n'était pas dupe. Il venait de lui offrir une possibilité d'entrer en contact avec leur fils, mais cela n'avait rien d'une fin en soit. Il savait que le chemin vers la réussite était encore long et tremblant, d'où son besoin viscérale d'aller doucement, sans précipiter les choses. Aidan ne savait pas encore quand il lui demanderait son aide, parce qu'il ne semblait pas en avoir besoin. Il avait élevé Julian tout seul jusque là et il s'en était plutôt bien tiré. Le petit se portait comme un charme et hormis quelques toux et enrhumement, il n'y avait rien d'alarmant à déclarer quant à la croissance du bonhomme. Mais il savait que ce n'était pas de l'aide que Charlie voulait lui apporter, mais simplement sa présence pour suivre l'évolution de leur enfant. Aidan n'était pas du genre à demander de l'aide, il préférait de loin s'en sortir tout seul, même si cela prendrait des mois ou des années. Charlie lui aurait été utile quand Julian faisait ses dents où qu'il se réveillait en hurlant après un cauchemar. C'est là qu'Aidan aurait aimé que Charlie intervienne, qu'elle se montre douce et rassurante autant qu'elle l'avait été en désirant cet enfant. Mais rien de tout cela ne c'était passé comme prévue et Aidan avait dû faire face seul aux angoisses du nourrisson. Aujourd'hui, il devait prendre en compte l'arrivée soudaine de Charlie dans la vie du petit et de son nouveau départ en tant que mère. Charlie lui demandait donc l'autorisation d'être plus présente, voir même de s'occuper de lui dans un futur plus ou moins proche. Jusque là, le futur c'était engagé sans elle, il s'était modelé peu à peu en fonction de la vie bien rangé du petit qui avait prit l'habitude d'être entouré d'un cercle très privé. Le petit accepterait-il une nouvelle personne dans son entourage ? Un regard échangé entre la mère et l'enfant rassura Aidan, ces deux-là avaient beaucoup de choses à partager.

Aidan enchaîna ensuite sur un sujet plus épineux. Depuis le jour de ses noces, Aidan c'était souvent demandé ce qui réunissait son enfoiré de frère et son ancienne meilleure amie. La question lui avait brûlé les lèvres depuis ce jour où il avait soutenu le regard échangé entre eux, comme si une complicité nouvelle avait subitement fait son apparition. Aussi loin qu'Aidan s'en souvenait, jamais Charlie et Enzo ne c'étaient croisés, ignorant jusqu'à l'existence même de l'autre. Aidan étant peu proche de son ainé, lui présenter Charlie aurait été une connerie sans nom. De plus, Charlie était trop proche d'Aidan pour ne serait-ce que penser à se lier d'amitié avec l'un des siens. Seulement voilà, il n'avait pas rêvé quand Charlie les avait tous deux mentionnés lors de la cérémonie, quand elle avait parlé d'amour non seulement en son nom, mais au nom d'Enzo. « Tu ne vas pas apprécier pourquoi nous étions amis. Je veux dire, ne le prends pas mal d'accord. C'était il y a longtemps, en fait, pas longtemps après que je t'ai dis que j'étais enceinte. Je n'ai pas besoin de te rappeler ce que je ressentais à ton égard. Et il est apparu. Au début, c'était seulement contre toi mais après... nous avons appris à nous connaître. Il ne m'a pas jugé quand j'ai essayé de ... », et elle s'arrêta, ne voulant pas rappeler à Aidan ce souvenir brûlant. Aidan attendait la suite, fébrile. Il savait d'or et déjà que la suite ne lui plairait pas. Il n'aimait pas s'imaginer que quelque chose c'était passé entre son frère et Charlie. Même s'il avait pû se douter de leur rapprochement à l'époque, il n'aurait jamais songé à ce que tout cela se perpétue. Trop naïf ou trop rancunier, Aidan ne supportait pas l'idée que son frère s'immisce dans ses relations, surtout avec celle qui portait son enfant. « Donc il était là pour moi et après ça, je ne peux pas te dire pourquoi mais je l'ai trouvé super. Et probablement que c'était pour remplacer le fait que je ne t'avais plus. Je ne sais pas mais il était bon pour moi. Bien sur, maintenant c'est différent, peut être que tu avais raison. Peut être qu'il n'était pas bon mais il voulait juste annuler ton mariage pour être avec Ciara. Je suis en colère contre lui à cause du fait qu'il ai entraîné Julian dans tout ça mais je suis heureuse de voir que ça t'as permis de voir qui tu aimes vraiment. Je sais que tu ne comprendras peut être pas ce que je te dis mais sincèrement, il n'a pas fait que des mauvaises choses pour moi. Vous étiez proches. Maintenant, je vais mettre du temps avant de lui pardonner mais c'est mon ami parce qu'il est une bonne personne et parce que c'est comme ça. Nous avons appris à propos de chacun.», conclu-t-elle, se rendant surement compte que son discours devait toucher à sa fin. Si Aidan avait pû, il se serait éclipsé très vite et se serait mit à fumer jusqu'à que le tremblement de ses jambes cessent. La présence de Julian sur ses genoux sembla l'apaiser quelque peu, même s'il resserra son étreinte sur lui. Il n'était pas sur de tout comprendre ou, au contraire, il comprenait trop bien. Comment ces deux-là avaient ils puent être amis ? Ils étaient trop différenst et Enzo était le type même d'homme que Charlie détestait d'ordinaire. Une douleur acre s'enflamma dans sa poitrine. « Oui tu a parfaitement raison Charlie, je ne comprend pas. Je ne comprend pas que tu ai pu lui faire confiance et encore moins que tu l'apprécie. Enzo est un enfoiré de la pire espèce qui n'as toujours pensé qu'à lui. Seul sa petite personne l'intéresse. Tu savais tout ça, tu m'as assez entendu te le dire ! Tu a préféré me tourner le dos à moi et devenir son amie ?! Tu m'étonne qu'il ne t'ai pas jugé, c'est de loin la personne la plus égocentrique que je connaisse, vous ne pouviez que vous entendre sur ce point ! ». Aidna ignorait si c'était la douleur ou la trahison qui venait de parler. Une chose était sûr, il détestait encore plus Enzo maintenant qu'il savait qu'il avait fréquenté Charlie. S'il avait su ça plus tôt, pas de doute qu'Enzo se serait prit une seconde droite pour ça. Une nouvelle tension venait de faire son apparition autour de la table, même Julian sembla le remarquer en stoppant ses jeux.

« Aidan, est ce que je peux le prendre sur mes genoux ? », demanda soudain Charlie, venant briser ses pensées. Aidan savait qu'elle faisait ça pour qu'il oubli, qu'il pense à autre chose que sa dernière révélation. Il hésita une seconde ou deux avant de céder, ôtant Julian de ses propres genoux pour l'y asseoir sur ceux de Charlie. Le petit sembla déstabiliser durant quelques minutes et observa de plus près sa mère. Il fini enfin par s'abandonner à sa contemplation et attrapa un second bout de brioche qu'il se mit à sucer innocemment. « Et ... j'ai quelque chose à te dire. Tu le liras dans les lettres mais peut être que tu devrais probablement l'entendre de moi. Je ne veux pas faire les mêmes erreurs. », dit-elle penaude. Quoi encore ?, pensa-t-il fortement. Il n'était plus très impatient de connaître les nouveaux aspects de la vie de Charlie. Au ton de sa voix, la nouvelle n'allait pas lui plaire. Qu'allait-elle d'autre lui annoncer ? Il était prêt à tout entendre. Il passa une main agiteé sur son visage et lui fit signe de continuer. Autant tout déballer maintenant. « Je suis mariée. Il est anglais et son prénom est Elijah. C'est pour ça que je ne voulais pas revenir. Il m'a guérit. », siffla-t-elle dans un souffle, comme si elle avait peur de devoir tout répéter. Aidan ôta rapidement sa main de celle de Charlie et la fixa, comme pour être sûr qu'elle ne se foutait pas de lui. Il croyait rêver tant cette situation était absurde. « Mariée, hein ? Woua que de bonnes nouvelles aujourd'hui. Tu attend un autre enfant ? Tu es atteinte d'une maladie incurable ? Non parce que là c'est le moment de tout me dire, je suis près à tout entendre. », cracha-t-il, s'adossant bruyamment contre son dossier. Autour d'eux, des visages curieux les fixaient, comme s'ils étaient les acteurs d'une téléralité. « Tu a le culot de me balancer ça alors que tu a été la pire des garces au sujet de mon mariage avec Ciara. Tu m'as balancé des horreurs sur comment je menais ma vie et j'ai rien dis parce que je voulais pas te perdre. Tu m'as envoyé chié en prétextant que j'étais infâme de vouloir épouser Ciara plutôt que de rester avec toi et maintenant, tu me dis que tu t'es marié avec un inconnu et que c'est à cause lui que tu a préféré nous quitter ?! », dit-il en montrant Julian. La colère bouillonnait. Il n'osait pas imaginer ce qu'il aurait pu faire si Charlie avait été un homme. Le souvenir de la baffe qui lui avait mit revint dans sa mémoire et il se radoucit quelque peu. « Finalement, je crois que je préfère encore l'ancienne Charlie. », annonça t'il, furieux, en tendant les bras vers son fils.


Charlie && Aidan

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Dim 17 Fév - 22:25


# WE NEED TO TALK #
« We are linked by him »
# S. AIDAN DECONTI&CHARLIE R. MIDDLETON

 « Oui tu a parfaitement raison Charlie, je ne comprend pas. Je ne comprend pas que tu ai pu lui faire confiance et encore moins que tu l'apprécie. Enzo est un enfoiré de la pire espèce qui n'as toujours pensé qu'à lui. Seul sa petite personne l'intéresse. Tu savais tout ça, tu m'as assez entendu te le dire ! Tu a préféré me tourner le dos à moi et devenir son amie ?! Tu m'étonnes qu'il ne t'ai pas jugé, c'est de loin la personne la plus égocentrique que je connaisse, vous ne pouviez que vous entendre sur ce point ! » Les yeux de Charlie s'embrumèrent. Elle n'avait peut être pas été la fille la plus exemplaire mais de la à la traiter d'égoïste, elle était contre. Elle ne l'avait peut être pas pris en considération lorsqu'il lui avait dit qu'elle avait besoin d'aide mais était ce une raison pour lui en vouloir toute sa vie. Charie savait qu'elle devait continuer à faire des efforts mais Aidan n'avait pas l'air de comprendre qu'Enzo l'avait à sa manière aidé. Voyait elle en lui le meilleur ami qu'elle avait perdu ou était il simplement plus facile d'être amie avec la personne qui détestait le plus au monde Aidan comme elle l'avait fait à ce moment là, elle l'ignorait. Une chose était sure, Aidan avait surement raison depuis le début à propos d'Enzo et maintenant, elle s'était brulée. La trahison d'Enzo n'était elle pas suffisante pour être laissée de côté un instant? Charlie regarda le verre devant elle, cherchant à chasser les larmes qui montaient.


Toujours qu'elle garda sa main sur celle d'Aidan un instant avant qu'il ne la retire. Elle ne se doutait que trop bien que ce qu'elle allait annoncer par la suite serait bien plus violent encore. Charlie n'avait que trop peu envie d'en parler mais elle le devait. L'apprendre à partir des lettres ne changeraient rien. Au contraire, ça augmenterait peut être encore plus la colère d'Aidan mais il aurait alors peut être eu le temps de tout digérer. Après tout, elle ne s'attendait pas à ce qu'il le prenne dans ce sens là malgré qu'elle sache qu'il ne qui pardonnerait pas d'être mariée si rapidement alors qu'elle lui en a toujours voulu de vouloir se marier à Ciara. « Mariée, hein ? Woua que de bonnes nouvelles aujourd'hui. Tu attends un autre enfant ? Tu es atteinte d'une maladie incurable ? Non parce que là c'est le moment de tout me dire, je suis prêt à tout entendre. » Charlie devint rouge de colère. Comment aurait elle pu avoir un autre enfant alors qu'elle avait faillit tuer son premier? Comment pouvait il lui dire une telle chose? Parce qu'il était en colère? Soit mais Charlie aussi avait ses faiblesses et ses remords.  « Tu n'imagines pas ce que je peux ressentir à propos du fait d'avoir un autre enfant Aidan. J'en aurais jamais un autre alors je ne t'autorise pas à me parler de grossesse. Et non, je n'ai pas de maladie incurable ou quoi que ce soit. .Désolée, tu ne pourrais pas te débarrasser de moi à cause de ça. » Etait elle certaine de ne jamais retomber enceinte? Bien sur que non mais dans l'immédiat ou dans son esprit, ce n'était pas le moins du monde envisageable. Elle avait perdue tellement de personnes aux quelles elle tenait le plus qu'elle ne s'imaginait pas redevenir cette femme qu'elle avait détesté être. Elijah était là pour elle mais pour combien de temps encore? Le nombre de disputes augmentait chaque jour malgré tous les efforts de la Middleton pour tenter d'arranger les choses. Avoir un autre enfant n'était vraiment pas dans ses projets.

Charlie n'avait rien d'autre à annoncer à Aidan. Pas de maladie incurable qui aurait pu soit tout régler soit être une impasse complète. Elle aurait pu s'en inventer une pour avoir une sorte de pitié d'Aidan mais elle ne le désirait pas. Avait elle tord de penser qu'ils pouvaient tout régler ensemble? Au fond, peut être n'aurait elle plus jamais rien à lui dire. Elle ne voulait pas envisager cette décision et le fait qu'il lui ai présenté Julian était un bon début mais après cette conversation, pourrait être encore espérer quelque chose? Le coeur respectif des deux amis prenait un coup. Des coups de nature différente mais qui faisait douter Charlie toujours plus. Quand pourraient ils se retrouver comme avant? Charlie n'attendait que ça et commençait à se résoudre à une fin de leur amitié.

Une couche fut rajoutée. Une quelle méritait mais dont elle ne pouvait qu'être contre. « Tu a le culot de me balancer ça alors que tu a été la pire des garces au sujet de mon mariage avec Ciara. Tu m'as balancé des horreurs sur comment je menais ma vie et j'ai rien dis parce que je voulais pas te perdre. Tu m'as envoyé chié en prétextant que j'étais infâme de vouloir épouser Ciara plutôt que de rester avec toi et maintenant, tu me dis que tu t'es marié avec un inconnu et que c'est à cause lui que tu a préféré nous quitter ?! » Charlie savait que c'était bien trop pour eux deux. Malgré le fait que Julian soit sur ses genoux, elle ne put s'empêcher de lever la voix ce qui eut pour effet de faire peur à Julian qui désira retourner dans les bras de son père et une foule de têtes qui se retourna vers eux.  « Je n'ai jamais dis ça. Je ne vous ai jamais quitté pour lui et ne compare pas mon mariage avec ton idée absurde. Tu n'as jamais aimé Ciara. Pas comme je peux aimer Elijah, je le sais bien, tu le sais aussi bien que moi. Je te signale que ce qui m'a fait le plus mal, c'est que tu n'ai pas assez confiance en moi pour me dire pourquoi tu voulais tant te marier avec elle mais qu'importe. Je ne te permets pas de dire que je vous ai quitté pour mon mari. Ce n'est pas pour ça du tout. Pour être une bonne mère, je devais le faire.»

Charlie se calma un instant, retrouvant doucement son calme et la voix qu'elle avait lorsqu'elle parlait le plus sincèrement possible.

 « J'aurai préféré rester ici avec toi et Julian si seulement j'avais pu être la mère qu'il méritait. Je n'échangerait pas tout ce que j'ai vécu ni ma rencontre avec Elijah pour être une meilleure mère ou une meilleure amie. Je l'aime bien trop pour ça. Mais je t'aime plus qu'aucune autre personne et j'aime Julian de la manière dont une mère peut aimer son fils. Tu n'imagines pas ce que je fais pour essayer de vous récupérer. Je mets en péril mon mariage pour vous, j'en ai conscience et tu insinues que je vous ai quitté à cause de lui? Si c'était le cas, je ne tenterai pas de vous revoir.» Elle planta ses yeux dans le regard de son ancien ami pour qu'il comprenne qu'elle ne mentait pas.


 « Finalement, je crois que je préfère encore l'ancienne Charlie. » Des larmes coulèrent sur les joues de Charlie. De tout ce qu'il avait pu dire, c'était celle qui lui brisait le plus le coeur. Elle avait tenté de tuer Julian, elle avait rejeté leur amitié et il préférait la Charlie dépressive? Pourquoi? Parce qu'au moins elle avait une excuse pour ce qu'elle avait fait? La brunette ne se cachait pas derrière sa maladie, elle avait choisit de vouloir tuer son enfant mais là, s'en était bien trop pour elle.  « Comment peux tu dire ça? Ne te souviens tu pas de ce que je t'ai fait? J'ai voulu sa mort, j'ai voulu la tienne aussi et tu me préférais comme ça? Tu ne me comprends peut être pas mais moi non plus vois tu. J'aurai au moins tenté.» Charlie regarda son fils, toujours les larmes aux yeux. Elle l'embrassa sur la tête avant de lui donner un baiser sur le front et de le remettre sur les genoux de son père. Charlie tremblait trop pour pouvoir le garder. Elle était énervée, frustrée et blessée bien plus qu'elle ne le voudrait.


Tumblr # code by shiya.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   Dim 10 Mar - 14:17




We need to talk

«I don't know where. Confused about how as well. Just know that these things will never change for us at all» ► Snow Patrol
Actuellement, Charlie était peut-être la personne qui l'avait le plus déçue. Aidan n'était pourtant pas le genre à attendre beaucoup des gens. Depuis son enfance, il avait comprit que la nature humaine était ainsi faite : hypocrite et égoïste, ne servant que pour ses propres intérêts. Lui-même avait été ainsi lorsqu'il était adolescent, quand son seul souci était de boire comme un trou et de recommencer le lendemain. Il connaissait la race humaine et n'était plus très surprit de la barbarie qu'elle engendrait. Aidan avait été déçu par beaucoup de personnes, en commençant par ses propres parents, par sa famille en général en fait. Tous étaient imbus d'eux-même, étalant leur fric devant le petit peuple comme si cela était normal. Tous étaient nés pour accomplir un devoir de pouvoir, faire comprendre aux autres qu'ils ne valaient rien face à leurs noms et leurs richesse. Aidan ne c'était jamais sentit concerné par toutes ces conneries et avait regretté de ne pas faire partit d'une famille plus classique. Enzo était certainement le pire de tous, en dehors d'Adriano. Il avait fait comme tous les autres, suivre aveuglement le patriarche et accepter de devenir son fidèle serviteur. Il c'était montré égoïste, manipulateur et orgueilleux, comme le modèle type que son père rêvait d'avoir comme fils. Pourtant, Aidan n'avait pas réellement était déçu puisque Enzo n'avait jamais été considéré comme son frère. L'ignorance était certainement le meilleur mot qui pouvait représenter la relation entre l'ainé et le cadet. Reaver l'avait déçu également, même si sa douleur était légitime. Aidan lui avait tourné le dos et n'avait pas eu le temps de rectifier le tire avant que celui-ci meurt. Charlie était donc la personne qui l'avait plus déçu de la race humaine, incontestablement.


« Tu n'imagines pas ce que je peux ressentir à propos du fait d'avoir un autre enfant Aidan. J'en aurais jamais un autre alors je ne t'autorise pas à me parler de grossesse. Et non, je n'ai pas de maladie incurable ou quoi que ce soit. .Désolée, tu ne pourrais pas te débarrasser de moi à cause de ça. », renchérit la Middelton avait son air faussement vexé. Aidan soupira. Il venait d'apprendre qu'elle était mariée. Pas qu'elle allait le devenir, mais qu'elle l'était déjà. Si Aidan calculait bien, elle ne devait connaitre ce type que très récemment et elle avait décidé de l'épouser, comme ça. Ce qui l'agaçait le plus, c'était la mauvaise foi évidente qui transpirait d'elle. Charlie c'était permise de faire exactement ce qu'elle avait reproché à Aidan un an plus tôt et ça, sans le moindre remord. Ce qu'elle ne comprenait pas, c'est qu'il n'avait jamais voulu se débarrasser d'elle, au contraire. Il avait cherché à la maintenir à flot, à l'aider du mieux qu'il pouvait dans sa folie destructrice. Il avait souhaité qu'elle se soigne, mais Charlie avait préféré le repousser et déguerpir, sans nouvelles. « Je n'ai jamais dis ça. Je ne vous ai jamais quitté pour lui et ne compare pas mon mariage avec ton idée absurde. Tu n'as jamais aimé Ciara. Pas comme je peux aimer Elijah, je le sais bien, tu le sais aussi bien que moi. Je te signale que ce qui m'a fait le plus mal, c'est que tu n'ai pas assez confiance en moi pour me dire pourquoi tu voulais tant te marier avec elle mais qu'importe. Je ne te permets pas de dire que je vous ai quitté pour mon mari. Ce n'est pas pour ça du tout. Pour être une bonne mère, je devais le faire.», déballa-t-elle en cherchant à le convaincre. Mais Aidan ne l'entendait pas de cette oreille. Autour d'eux, les clients du café étaient de plus en plus intrigué par leur conversation houleuse. Julian, lui, tressaillit sous l'impulsion de sa mère et chercha à retrouver les bras rassurant de son père. « N'essaie pas de me faire culpabiliser de nouveau Charlie, c'est fini le temps où je culpabilisais pour tout ce qui nous concernait. Tu a choisit d'épouser un mec sur un coup de tête, tu crois vraiment que c'est mieux qu'un mariage arrangé ? Ce mec pourrait être un vrai psychopathe et tu veux juger mon mariage avec Ciara ! Elle je l'ai fréquenté un an avant qu'on passe devant à l'église pas quelques jours, merde ! », s'énerva t'il un peu plus fort qu'il ne l'aurait souhaité. Tout ce qu'il pensait venait de surgir de sa bouche de façon inconsidéré. Il respira profondément avant de jeter un regard mauvais alentour. Aidan ne savait rien sur ce Elijah. Il ignorait tout de lui, jusqu'à son visage. Avant, le fait de ne pas le connaitre l'aurait agacé car il aimait savoir qui sa meilleure amie fréquentait. Il la protégeait et chaque personne lui tournant autour devenait une traque pour Aidan qui avait toujours la hantise que cette personne lui fasse du mal. Mais il c'était aperçut que la personne la plus dangereuse pour Charlie c'était elle-même et pour ça, il ne pouvait plus rien faire. Il ne comprenait pas en quoi son éloignement avait fait d'elle une meilleure mère, il en avait marre de lui trouver des excuses.« J'aurai préféré rester ici avec toi et Julian si seulement j'avais pu être la mère qu'il méritait. Je n'échangerait pas tout ce que j'ai vécu ni ma rencontre avec Elijah pour être une meilleure mère ou une meilleure amie. Je l'aime bien trop pour ça. Mais je t'aime plus qu'aucune autre personne et j'aime Julian de la manière dont une mère peut aimer son fils. Tu n'imagines pas ce que je fais pour essayer de vous récupérer. Je mets en péril mon mariage pour vous, j'en ai conscience et tu insinues que je vous ai quitté à cause de lui? Si c'était le cas, je ne tenterai pas de vous revoir.», dit-elle, d'une voix plus modéré ce coup-ci. Son mariage en péril ? Aidan aurait certainement rit si la situation n'était pas aussi tendue. Cependant, il entendait sa sincérité et l'émotion qu'elle dégageait n'était pas feinte. Charlie l'aimait, il n'en n'avait jamais douté. Concernant Julian, les choses étaient moins clairs. Il espérait réellement que Charlie prenne son rôle de mère à coeur, mais une partie de lui s'angoissait à cette simple idée. « J'ai mit ma propre vie en péril pour toi Charlie, alors s'il te plait, ne me parle pas de ton mariage éclair. Je t'aime, tu le sais, tu l'as toujours su et je ne chercherais plus à te le cacher. Tout ce que je sais aujourd'hui c'est que Julian à besoin de toi et moi aussi. J'ai besoin de temps pour encaisser tout ça. », dit-il, se montrant enfin aimable depuis le début de leur conversation. Toute cette journée l'avait vidé et il ne savait encore si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Il voulait oublier ces derniers mois et retrouver la meilleure amie qui lui avait tant manqué. Finalement, Charlie lui tendit Julian qui se blottit contre son père, visiblement exténué également par cette journée riche en émotion. Aidan sortit alors son porte-feuille et déposa de quoi payer l'ensemble de leur table. « J'veux plus faire la guerre Charlie, je suis heureux de voir que tu es heureuse. Prend soin de toi.», lui dit-il avec un sourire lasse tout en se relevant. Charlie fit de même, attendant nerveuse qu'il quitte les lieux. Son regard se posa tout à tour sur lui et sur le petit bonhomme endormis contre son torse. Elle approcha sa main de leur visage et Aidan se surprit à apprécier ce geste lui rappelant toute la tendresse qu'ils avaient échangé autrefois. « Je te promet que tu le reverras. » et il lui tourna le dos avant de quitter le café.


Charlie && Aidan

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: We need to talk [AIDAN]   

Revenir en haut Aller en bas
 

We need to talk [AIDAN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-