AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Ven 23 Nov - 22:07

Luya tenait difficilement debout dans ce qui semblait être les toilettes d’un bar où il avait l’habitude de se rendre. Souriant bêtement au mur qui lui faisait face et le pantalon sur les genoux, le jeune homme avait encore trop bu. Mais pour la première fois en 24 ans, il était ivre au point de ne plus être capable de cacher la vérité ; car d’ordinaire, il se plongeait dans l’alcool histoire de s’asphyxier dans son mal-être et d’étouffer celui qu’il était vraiment. Ses efforts furent sans succès ce soir-là, et c’est la tête complètement vide qu’il se dirigea vers les commodités... Par réflexe ou simplement pour se donner un genre, Luya passa une main fébrile dans ses cheveux bruns. Même s’il n’y avait pas de miroir à proximité et que le carrelage blanc ne permettait pas qu’il puisse observer son reflet, il se trouvait tout de même beau à cet instant précis. Pour une fois, il était plus qu’à l’aise dans ses pompes. Cela lui arrivait très rarement et en général, cela se produisait les soirs de beuveries interminables où il finissait par s’endormir sur le chemin du retour ou dans le jardin de la demeure familiale. Sa mère ne disait rien - mais elle était loin d’être idiote et se doutait néanmoins de quelques chose... Mais peu lui importait, puisque la boisson avait tendance à le rassurer, à lui faire oublier toutes ses petites choses qui parasitaient son quotidien. Luya ne passait pas non plus la majeure partie de son temps à boire mais quand il n’était pas occupé à pourrir les nuits de Scott ou simplement à travailler, il trainait dans les bars à la recherche d’un bon whisky. Il ne fallait pas non plus croire que Luya voyait l’alcool comme une partie de plaisir, bien au contraire ; pour lui, c’était avant tout un exutoire... Mais pour l’instant, il ne réfléchissait même plus, debout dans les toilettes de ce bar. Néanmoins, on pouvait se demander pourquoi il avait choisi de rentrer dans une des petites cabines vertes plutôt que de se précipiter sur l'urinoir le plus proche ? La position dans laquelle se trouvait le jeune homme qui l’avait accompagné confirmait qu’ils étaient bien mieux à l’abris des regards indiscrets... Ils étaient bel et bien debout, serrés l’un contre l’autre pour essayer de maintenir leur équilibre et ne pas venir s’écraser contre les parois de leur cage. Parfois, Luya s’amusait avec les cheveux de ce garçon dont il avait déjà oublié le prénom, profitant de la vue splendide qu’on lui offrait.

Concentré sur ce qu’il était en train de faire, Scott était bien loin de ses pensées. C’était d’ailleurs tant mieux, sinon il ne se serait jamais permis d’aller aussi loin. Certes, il n’avait jamais rien signé et n’avait donc rien à se reprocher actuellement mais le moment présent importait guère ; ultérieurement, il allait en baver... Ses mains remontaient le long du dos de ce beau brun dont il ne voyait pas le visage. Il avait rarement rencontré d’aussi belles épaules, découvert un corps aussi parfaitement dessiné que celui-ci. Luya ne savait pas vraiment comment ils en étaient arrivés là et depuis combien de temps ils s'affairaient à la tache, mais il était certain que tout ceci ne durerait plus très longtemps. Fermant les yeux et se mordillant la lèvre inférieure, il finit par craquer et s’abandonner complètement. Heureusement, la musique couvrait leurs voix.

Lorsqu’il retrouva un peu ses esprits, Luya fit un pas en arrière pour libérer ce jeune homme de son étreinte et remonta son pantalon. Toujours débraillé néanmoins, il sortit le premier de cette cabine étroite et tituba jusqu’au lavabo le plus proche. Il avait soif, il avait chaud et le monde semblait avoir changé subitement de direction puisque tout se mettait à bouger autour de lui. Dans son délire, Luya jugea bon de commencer à se réciter une prière tout en purifiant son visage avec de l’eau claire. Elle n’était pas bénite, certes, mais elle saurait surement le débarrasser de tous les péchés qui lui collaient à la peau et le souillait. Une fois de plus, il essayait de trouver un moyen de se pardonner d’avoir pris du plaisir avec une personne du même sexe. Ses lèvres bougeaient à une vitesse impressionnante pour voir qu’il était encore sous l’emprise de l’alcool, mais il était pourtant muet, levant parfois les yeux vers le ciel pour implorer le pardon divin. Mais déjà, le jeune homme qu’il venait de quitter le rejoignait et venait l’interrompre dans sa léthargie...


Dernière édition par Luya S. Sparks le Sam 24 Nov - 10:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Ven 23 Nov - 22:43

    Les choses étaient bien trop floues dans son esprit. Impression d’avoir été totalement déshydraté puis enfoncé dans une bouteille où, maintenant, il se noyait dans l’alcool. Chaque parcelles de lui étaient imbibées par cet alcool qui avait l’avantage de ne plus le faire penser. Un alcool pas si bon que ça vu que, très brièvement, il arrivait à reconnecter ses neurones ensemble dans un semblant de lucidité…

    Bordel !

    Mais qu’est-ce qu’il foutait ici ? Son regard se baladait dans un rythme de va et viens qui lui semblait être plus mécanique qu’autre chose. L’endroit ne lui disait rien de bien, dégeu, lugubre, désolant. Son esprit l’empêchait de se souvenir ce qu’il faisait ici, ni avec qui d’ailleurs. Il chercha à comprendre mais une partie se déconnecta à ce moment-là, comme si lui apprendre la vérité ne servait à rien. Alex repartit loin de ce lieu, oubliant ce qui était en train de se passer, laissant juste un besoin presque primaire et incontrôlé prendre le dessus. Il avait toujours eu cette faculté à se bourrer la tronche en connaissant ses limites, allant à l’endroit même où il gardait une parcelle de son cerveau éveillée pour quand même être conscient de ce qu’il faisait, tout en laissant une autre partie éteinte lui donnant plus d’assurance, plus d’audace dans ce qu’il faisait. Ce soir-là avait été différent, il n’avait pas voulu s’arrêter, il avait juste besoin de ne plus exister. Tuer cette conscience, arrêter de réfléchir et s’abandonner. Allez ailleurs, il n’y avait que ça. Ne plus songer à… A quoi déjà ? Pff, il ne le savait même plus, ça devait être une sacré bonne raison.

    Des flashes lui revenaient. Lui avec une photo, qui demeurait flou dans un esprit, dans les mains. Cette sensation de ne pas savoir si il avait envie de rire ou de hurler, de ne pas savoir si il devait être joyeux ou avoir envie de pleurer. Un dysfonctionnant dans son cerveau qui lui avait donné envie de tout plaquer, de tout noyer dans des bouteilles. Peu importe leurs nombres, il devait juste perdre la notion de sa propre existence. Puis ce bar. Des discussions trop fortes qu’il avait du mal à supporter au fur et à mesure des verres qu’il s’enfilait. Un visage… trop fou, impossible de faire de mise au point. Ca l’énervait. Et puis, des verres qui s’entrechoque, une envie similaire avec un autre, des verres qui descendent comme si c’était de la grenadine. Et ces parois vertes qui lui donnaient envie de vomir. Il ferma les yeux, faisant en sorte que cette foutue conscience se barre pour de bon, qu’elle le laisse tranquille. Il ne devait pas se permettre de réfléchir. Surtout pas maintenant.

    Ça fonctionnait, il s’abandonnait. A peine conscient de la main passant dans ses cheveux, heureux de celle qui passait sur son corps. La tendresse, dans le fond, ce n’était pas son trip. Pas ce soir, pas dans cette cabine, encore moins avec la personne qui l’accompagnait. A quel moment Alex avait décidé que, ce soir, ce serait un homme ? Pff, comme si il pouvait se soucier de ce genre de considération dans son état, encore plus à ce moment précis qui allait sonner la fin d’un moment. Une fin qui s’accompagna d’un râle, caché par le son trop fort, un bien être instantanée dont il fallait profiter parce qu’Alex le savait bien trop éphémère. Il s’était mis à sourire, un peu connement en fait. Mais, punaise, qu’est-ce qu’il s’en foutait. Il était ailleurs, léger, heureux… heureux ? le sentiment ne dura pas bien longtemps parce que ce plaisir atteint venant de lui redonner un élan de conscience.

    Un mec. C’était un mec qui était en train de se rhabiller dans la cabine de ses chiottes miteux, dans ce bar miteux, dans cette ville miteuse, dans cette vie miteuse. Tout était pourri, tout d’un coup et Alex regretta que l’alcool ne fasse s’amuse plus à le replonger dans une certaine léthargie. Alors que l’autre sortait – son nom, c’était quoi ? Aucune importance – Alex prit le temps de s’habiller, seul. L’alcool était fait pour ce genre de moment. C’était carrément contradictoire en fait, jamais il n’aurait fait en étant sobre. Mais, maintenant, il allait bien être obligé de boire pour oublier. Le cercle s’arrêtait quand ? Il fut obligé de prendre de longue seconde, dans un état conscient et pourtant comateux, afin de reprendre une certaine prestance. Impossible de sortir la tête baisser avec écrit en gros sur sa tronche : là, vraiment ça craint. Puis, finalement, il se rassura. Non, ça ne craignait pas. Ça ne changeait pas de ce qu’il était, faire ce qu’il ne pensait pas faire, aller un peu plus loin dans ses délires.

    C’est avec cette nouvelle détermination qu’il sortit de la cabine verte, la ferme attention de retourner dans le bar. Jackson était présent, il trouverait bien quelque chose à dire à Alex qui le ferait marrer. La seule chose dont se félicitait Alex, finalement, c’est d’avoir agi en une sorte de discrétion. Ils n’étaient pas entré ensemble, n’étaient pas sortis ensemble et, pour couronner le tout, personne d’autre de présent dans les toilettes qu’eux deux. A mois que l’un deux hurle sur les toits ce qui venait de se passer, qui pouvait bien le savoir ? Ouais, c’était cool en fait. Il allait sortir mais ne put s’empêcher de jeter un regard à l’autre, qui semblait murmurer à une vitesse folle – sans qu’aucuns sons ne sortent de sa bouche – tout en levant parfois les yeux au ciel. Alex fit rouler ses yeux, il devait être tombé sur une sorte de puritain à la noix, ou un de ses types qui font genre être possédés pour ne pas avoir à prendre conscience de ce qui vient de se passer. Peut-être que dans le fond, ça faisait un peu pitié à Alex. Quoiqu’il en soi, il avait fini par s’approcher et faire couler de l’eau et sans un regard à celui qui était à côté : « Y a personne pour le savoir ! »

    a c’était fait plus critique que ce qu’il avait imaginé, comme si il trouvait débile qu’on puisse imaginer une entité supérieur capable de tout voir. Si c’était le cas, soyons honnête, le type qui supervisait tout était encore plus à enfoiré qu’Alex pouvait l’être dans ses bons jours. Un sourire en coin plus tard et dans une démarche qu’il aurait voulu moins vacillante, Alex décida de retrouver la sorties de ces toilettes pouraves avant de réellement finir par vomir. Un verre, il avait besoin d’un verre !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Ven 23 Nov - 23:50

« Y’a personne pour le savoir »

Bien qu’il soit juste à côté de Luya, la voix de ce jeune homme semblait lointaine. L’alcool aidant, son ouïe commençait à lui jouer des tours et les nombreux sifflements qui lui perçaient les tympans l’empêchaient d’entendre distinctement les paroles de son interlocuteur. Dans un souffle et après un signe de croix bizarrement exécuté, il se tourna nonchalamment vers celui qui venait de porter un jugement sur sa prière. Contrairement à ce que ce jeune homme voulait bien lui faire croire, Luya savait que Dieu était forcément au courant de tout ce que les humains faisaient sur terre et qu’il était toujours bon de lui présenter ses excuses (et pas simplement dans le but de se donner bonne conscience). Luya croyait dur comme fer que son dieu pourrait absoudre tous ses péchés si toutefois il voulait bien les reconnaitre, et il s’adonnait toujours à ce genre de discours après avoir commis l’irréparable. Mais en réalité, n’était-ce pas plutôt à lui-même que Luya essayait de pardonner ? Instinctivement, il vint poser la main sur son torse à l’endroit exact où il avait déchirer sa chaire sept ans auparavant. C’était comme si tout c’était produit hier : il se revoyait boire pour la première fois, payer pour se retrouver dans les bras d’une femme, puis vider de nombreux verres pour finalement terminer dans le lit de Scott... Le temps s’était écoulé lentement mais Luya était toujours aussi dangereux pour lui même. Ce n’était plus vraiment du sang qui coulait dans ses veines mais de l’alcool liquide, et c’était plutôt mieux comme ça.

L’inconnu - qui ne devait pas être bien plus vieux que lui - finit par sortir des toilettes d’un pas mal assuré avant même que Luya ait retrouvé le mode d’emploi de son cerveau pour lui pondre une réponse digne de ce nom. Ce n’était pas plus mal après tout parce qu’il ne savait toujours pas quoi dire. En temps normal, Luya avait de la répartie et on lui clouait difficilement le bec. Mais dans de telles circonstances, les choses étaient différentes de l’ordinaire. Avant de suivre le brun avec lequel il venait de partager un moment très intime, il passa une nouvelle fois la main dans ses cheveux qui s’étaient ébouriffés dans les vapeurs de leur ébat... Tout en remontant sa braguette et bouclant sa ceinture, il trébucha jusqu’à la sortie la plus proche, manquant au passage de se prendre la porte battante des toilettes dans la figure (sa conquête avait déjà oublié que la galanterie existait aussi entre hommes et qu’il aurait du lui tenir la porte). Seul devant ce nouvel obstacle, il tapa du pied par terre, tel un enfant, avant de rejoindre son nouvel ami devant le comptoir. Il bouda quelques instants l’idée de boire un autre verre, en signe de protestation - lui-même ne savait déjà plus pourquoi il était énervé, mais il l’était.

Le besoin l’emportant sur la raison, il fit signe au garçon et commanda deux nouveaux shooters d’un alcool qui était bien trop dur à prononcer mais qu’il appréciait particulièrement. Accoudé au comptoir collant, il se gratta vulgairement l’entre-jambe persuadé que personne ne pouvait le remarquer, avant de prendre la parole.

« J’ai décidé que j’allais t’appeler «Machin» parce que franchement j’arrive pas à me souvenir de ton prénom. Et en plus je m’en cogne complètement ! »

Hilare, il se trouvait particulièrement drôle ce soir. Pour accompagner ses propos comiques, il tapa du poing en se tenant les côtes avant de faire disparaitre le contenu du minuscule verre qu’on venait de poser devant lui. Discrètement, il en profitait pour regarder autour de lui s’il ne connaissait personne. Mais à part le barman (qu’il avait l’habitude de croiser assez souvent), il n’y avait pas un seul témoin susceptible de croire que Luya avait un sérieux penchant pour la gente masculine. C’était tellement agréable de pouvoir enfin agir comme il avait toujours rêvé d’être qu’il aurait pu traîner Machin dans les toilettes pour remettre ça sur le champs.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Sam 24 Nov - 0:34

    La galanterie était déjà un truc qui le gonflait particulièrement, à moins d’avoir à jouer un rôle pour mieux atteindre son objectif. Là, l’objectif était atteint. Autant Alex aurait pu tenir la porte de ce type en entrant dans les chiottes, autant il était clair qu’il lui balancerait à la figure en ressortant. Qu’est-ce qu’il avait de plus à y gagner ? Alex avait fait sa petite affaire, il avait testé ça avec un mec, ok, c’est cool, n’en parlons plus ! Un truc en plus à barrer dans sa liste de choses à faire avant de crever. Il n’estimait pas devoir plus de considération que ça à l’homme avec lequel il avait partagé une cabine de chiotte, entre autres choses. L’idée d’un verre était en tête dans les envies du moment d’Alex, le reste n’avait plus d’importance.

    Arrivé au comptoir du bar, Alex fut soulagé de pouvoir s’appuyer sur quelque chose de fixé au sol. Foutue sensation de voguer en pleine tempête. Son cœur faisait des bonds. Sa tête était dans un monde inaccessible. Alors, forcément, son corps avait du mal à tenir sur ses jambes. Alex avait l’impression d’être accoudé de manière nonchalante sur ce comptoir alors qu’en réalité, il s’y agrippait bien plus qu’il ne s’y appuyait. Si il ne s’en rendait pas compte, personne d’autre ne le verrait, hein ? C’était le propre des gens bourrés : penser que personne ne remarque rien, et croire qu’ils ont l’air parfaitement sobre. Et persuadé qu’il avait l’air parfaitement sobre, ça le faisait complètement marré de voir l’autre type complètement bourré. Pff, il ne tenait même pas l’alcool, les gens de nos jours ! Quoique, en étant réaliste, Alex n’était pas certain qu’il aurait été capable d’appeler un serveur aussi efficacement que l’autre à côté de lui.

    Le saint graal apparu devant Alex dans la vision dans shot d’un truc dont il ignorait tout. Mais, il s’en foutait, c’était de l’alcool. Noyons joyeusement ce qui avait pu se passer quelques minutes avant. Noyons joyeusement la raison pour laquelle il était dans cet état même si il ne savait plus trop pourquoi. Comme quoi, n’y a pas meilleur remède que l’alcool. Soudainement tout était fait pour qu’il soit heureux à ce moment précis. Il y avait son pote dans le bar, et ça c’était carrément cool – parce que l’alcool aide à faire oublier ce qui nous arrange – et puis il y avait ce type qui avait dit quelque chose mais qui monta au cerveau d’Alex trois plombes plus tard.

    « J’ai décidé que j’allais t’appeler «Machin» parce que franchement j’arrive pas à me souvenir de ton prénom. Et en plus je m’en cogne complètement ! »

    Alex éclata de rire avant de balancer un « Vas-y, appel moi comme tu veux ! ». Avec un degré moins important dans le sang, il aurait probablement trouvé ça beaucoup moins drôle mais là… quelle importance et puis ça l’arrangeait bien que l’autre retienne pas son prénom – est-ce qu’il lui avait donné, au moins ? – au moins, il n’y avait pas de chance de le revoir, de l’entendre en parler à d’autre et ainsi de suite. Un coin de la cervelle à Alex préférait que cette histoire reste entre eux, voir qu’ils l’oublient tous les deux en se réveillant le lendemain. Il n’aurait su dire d’où lui venait cette envie parce que, après tout, qui ça choquerait de savoir qu’Alex à essayer avec un homme, ça sera qu’un truc de plus à ajouter à ses « conneries » ! Mais là, non, il fallait que ça reste secret. Mouais, ça devenait trop compliqué de savoir pourquoi il préférait que ce soit ainsi alors, coupant court à toutes les hypothèses que pourrait formuler son cerveau, Alex descendit le verre qui était devant lui, le reposant un peu plus bruyamment que ce qu’il avait imaginé.

    « Et moi je vais t’appeler… » Alex pointa un doigt vers l’homme, manqua de se gaufrer par la même occasion. Il lui semble même s’être rattrapé sur le type en question avant de retrouver sa position original. « heu… Mec… Ouais j’vais t’appeler mec ». D’une certaine manière l’alcool le rendait presque plus jovial. Avec plus de capacité intellectuelle, Alex aurait cherché un surnom qui aurait servi à faire mal, un surnom qui aurait rappelé au type ce qui venait de se passer. Mais là, Alex venait d’avoir son verre alors, il était déjà un peu plus cool. Vivement qu’il retrouve ses capacités, quoique, à ce stade, il n’y avait qu’un bon électro choque pour pourrait faire en sorte qu’il remette les pieds sur terre. Et histoire de ne pas retrouver la gravité tout de suite, il leva la main vers Jackson, un sourire toujours un peu con sur les lèvres.

    « Tu veux boire autre chose ? » demanda Alex à l’autre type. Puis finalement, il haussa les épaules. « Ouais tu veux, puis si tu ne veux pas, de toute façon ça ne sera pas perdu, hein ? » Il trouverait bien le moyen de boire le verre lui-même.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Sam 24 Nov - 12:49

Sale journée. Enfin journée tout court. Depuis que Jackson avait repris le boulot il ne savait plus bien s'il préférait passer la journée la tête à l'envers, les effluves d'alcool transpirant par tous ses pores ou la passer au boulot horriblement sobre. Le plus dur pour un alcoolique de sa trempe était encore de passer la soirée au bar à aider tous les soulards du coin à ce miner la gueule tout en sachant pertinemment que soit même on devait bien se garder de se mettre minable. Un Jackson sobre était donc un Jackson de mauvaise humeur. Ce qui en soit ne choquait personne. Il souriait au minette, leur faisait des clins d'oeil et les laissait piaffer entre elle, l'oeil aguicheur, persuadé à raison qu'elles parlaient de lui. Il était étonnant de voir à quel point un barman était forcément un sexe symbole. Quand il chassait des filles plus jeune que lui, c'est à dire la plus part du temps, il n'avait qu'à rajouter en plus qu'il avait fait de la prison, en se gardant bien de dire pourquoi, et c'était dans la poche. Les femmes étaient désespérante de stupidité. Tu leur servais sur un plateau d'argent un connard en bonne et du forme, barman et donc sans avenir et elle mouillait leur petite culotte et pensait au prince charmant. Pour les rares qui étaient un peu plus compliqué que ça, il n'avait qu'à dire qu'on la libéré de prison car enfin, après des années de souffrance absolu, ils ont bien voulu le croire qu'il était innocent sur toute la ligne. Ainsi de bad boy dangereux, il passait à victime de la société, et la fille le regardait ainsi comme un petit caneton à protéger entre ses cuisses chaudes... Au fond Jackson ne voyait pas le rapport et ne comprenait strictement rien des connections foireuses qui se faisaient dans le cerveau féminin, mais il connaissait les résultats et répétait incessamment les mêmes choses à chaque fille, accompagnant son baratin d'un savant « mais tu sais je suis un connard tu ne devrais pas me faire confiance et t'imaginer mont et merveille » ou un truc du genre. Cette phrase qui normalement devrait faire fuir n'importe qui touchait pourtant les minettes en plein coeur, et leur apportait le feu vert qu'elle espérait tant... Il était touchant d'honnêteté et il voulait changer. Il est important de remarquer à quel point ce qu'entende les femmes est bien différent de ce que disent réellement les hommes.

D'ailleurs les femmes n'étaient réellement pas la question de la soirée. Bien sûr, derrière son bar, agonisant d'ennui et de sobriété, Jackson repérait tranquillement laquelle de ses clientes seraient la plus propice à une partie de jambe en l'air lorsqu'il aurait finit son service. Il fallait en choisir une jolie... Tout de même, puisque lui serait sobre et pas elle, il fallait choisir la qualité. Ensuite il fallait en prendre une qui serait éméchée, histoire de ne pas se battre pendant cent ans. Mais il ne fallait pas non plus qu'elle le soit trop, sinon la soirée s'annonçait catastrophique et la fille s'endormirait probablement aussitôt arrivé à l'appartement de Jackson, ou le sien si elle insistait pour que l'on vienne salir ses draps. Ainsi Jackson faisait tranquillement son marché du regard tandis que ses mains s'agitaient bêtement devant lui pour faire tous les cocktails qu'on lui demandait. Malheureusement aujourd'hui le bar était plein à craqué, et Jackson n'avait pas franchement une minute à lui. De plus sur le bar se trouvait ses deux meilleurs soulards. Alex, son pote de... Bref son pote. Un peu son double, probablement en encore plus chiant, ou pas finalement. Alex était un connard de volonté, c'était appréciable. L'autre, Lu... Enfin voilà un brun quelconque, en même temps Jackson ne regardait pas la gente masculine, trainait souvent dans le bar, et Jackson en bon barman le servait de manière à ce qu'il en est pour ses neurones, son argent etc... Jackson connaissait bien ce type de soulard pour la simple raison qu'il faisait parti du même type. Ceux qui boivent pour oublier, pour s'oublier eux même la plus part du temps, pour se rayer de la carte pendant une bonne petite soirée, et pour se sentir atrocement vivant le lendemain quand tout déraillerait dans leur cerveau. Pour cela il ne fallait pas leur servir n'importe quoi. Au début en tout cas.. En fin de soirée ils finissaient tous les fonds de bouteille, les résidus de mélange étrange et douteux. En temps normal Jackson aurait vaguement compter qu'est ce qu'il servait à qui, histoire de saisir dans l'ensemble le taux d'alcoolémie de la salle pour pouvoir arrêter de servir un mec lorsqu'il savait particulièrement qu'il s'approchait bientôt du coma éthylique. Ce n'était pas histoire d'être sympa... C'était simplement pour sauvegarder son métier. D'ailleurs avec l'habitude Jackson devenait redoutable pour calculer le taux d'alcoolémie... Sans doute pourrait-il bosser pour les flics et leur servir d'ethylotest vivant. Ainsi les jours ou il n'y avait pas trop de monde et que son cerveau n'était pas déjà surchargé de commande, il pouvait servir un verre à un pauvre vieux en lui disant « Voila le verre de trop ! » Le pauvre vieux grommelait en buvant son verre cul sec, et il y avait fort à parier qu'on le retrouve peu de temps après entrain de se vider les entrailles dans les toilettes ou sur le trottoir. Enfin ça c'était lorsque Jackson était d'extrême mauvaise humeur, et que bien qu'il en est la capacité, il n'ait aucune envie de sauver quiconque de leur propre déchéance. Il fallait que les gens apprenne à se débrouiller avec leur merde.

Jackson avait enchaîné les verres pour Alex et Lutruc ainsi que pour la vague étudiante décidé à se mettre minable. Il n'avait d'ailleurs pas fait plus attention que ça à ce qui se tramait du coté de ses piliers de bar. Je vous l'ai dit, Jackson ne porte aucun intérêt à la gente masculine. Enfin la gente masculine est la seule qu'il respect assez pour se montrer cordiale la plus part du temps, mais dans les fait il préfère lorgner sur les formes féminines. Pourtant du coin de l'oeil il vit Lumachin se lever en chancelant. Le verre de trop probablement et se diriger vers les toilettes. Alex s'appuya sévèrement sur le comptoir et suivit l'itinéraire de son poteau de bar. Pourtant en se levant et en titubant il fit valser un bout de carton vu d'ici qui s'écrasa au sol. Jackson dans un élan de bonté sorti de son bar pour ramasser l'objet de malheur et le rendre ainsi à son pote lorsqu'il aurait finit de se vider probablement. Il glissa ce qui se trouvait être une photo dans sa poche arrière et retourna tout de suite travailler. Un homme un temps soit peu curieux aurait probablement regarder la photo et se serait demander pourquoi le gars le plus je m'en foutiste et batard de l'univers se baladait avec la photo d'un vieux mec dans sa poche. Jusqu'à preuve du contraire Alex n'était pas un tueur à gage, et n'était pas non plus un gigolo gay. Jackson ne comptait plus les fois ou il l'avait vu, ou aider à serrer des gonzesses pour savoir qu'il était tout ce qu'il y avait de plus hétéro. Enfin il était de moins en moins hétéro à mesure que les minutes passaient et que ni Lubidule, ni Alex ne ressortait des toilettes. Luchose était un mec cool.. Enfin il pensait. Quoiqu'il fallait l'avouer qu'il avait bien une tête de gay refoulé. En revanche Alex... Il était probablement trop bourré pour faire la différence et avait du prendre Lutruc pour une fille à cause de sa petite taille. Enfin une fois en dessous de la ceinture on pouvait plus se gourer normalement... Jackson ferma violemment pour chasser cette image qui lui donnait la nausée, et il retourna à ses cocktails. Ne pas faire attention. Ils étaient peut être simplement entrain de vomir leur tripe pendant un moment indéfini.

Alex finit par revenir tout aussi chancelant et avec une haleine des plus clean pour quelqu'un qui aurait pu se vider l'estomac dans les toilettes des mecs. Jackson lui aurait bien rendu la photographie sur le champ s'il n'était pas occupé une tripoté de nana trop jeune pour lui... Dommage elles étaient franchement bien gaulée. Quand il s'approcha d'Alex, Luquelque chose était aussi revenu et avait repris place à coté d'Alex. Au vu de leur conversation des plus décousue et stupide il ne faisait plus aucun doute sur le faite qu'ils étaient complètement imbibé d'alcool, et qu'ils s'étaient... Ouai enfin. Jackson se rapprocha d'eux et leur resservit un verre à la demander d'Alex sourire débile sur le visage. Dieu Jackson aurait aimé être saoule aussi pour assister à un moment comme celui là. Ca lui aurait évité les nausées. Jackson n'était pas homophobe... Enfin la prison ne l'avait pas franchement rapproché de la gente homosexuel en rut du pays. Il avait simplement pris l'habitude de se tenir à l'écart de tout mec susceptible de vouloir le prendre à un moment ou à un autre par derrière... Question de principe. Enfin là il y avait un bar, ça devait bien être un écart suffisant. Et si jamais leurs pulsions revenaient ils sauraient bien les satisfaire l'un sur l'autre probablement. Jackson chassa ses idées stupides de son crâne et pria pour que ni Alex, ni Libidule ne sente son malaise ridicule et éphémère. Il sortit la photo de sa poche et la fit glisser sur le bar devant Alex. « Tiens tu as fait tombé ça quand tu... » Jackson ne savait pas bien qualifié la chose. Il ne voulait pas se la jouer débile qui fait celui qui n'a rien cramer alors qu'il avait une image assez clair de la chose, et ne voulait pas non plus leur balancer les faits à la tronche. Il se continua de finir « Bref tu as fait tombé ça. » De toute façon les deux mecs étaient probablement trop bourré pour saisir quoique ce soit de ce qu'il dirait donc il aurait probablement pu y aller.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Sam 24 Nov - 17:18

Luya croisa le regard du barman. L’histoire d’un instant, une fraction de seconde au cours de laquelle le cerveau de notre pauvre alcoolique se mit à bouillonner. Il y avait quelque chose sur le visage de ce serveur que Luya ne parvenait pas à supporter ; était-ce le faux air dur qu’il essayait de se donner sans y parvenir ? Ou simplement sa façon d’être là, de faire semblant de ne pas porter de jugement sur tous les animaux qui étaient en train de se déchainer sur son lieu de travail. Luya se mordilla nerveusement la lèvre inférieure ; vu d’ici, on aurait dit un malade mental prêt à égorger le premier venu afin de satisfaire sa rage dévastatrice. Il n’avait pas encore atteint le verre de trop, mais déjà la colère s’emparait de lui sans qu’il ne puisse la contrôler et l’once de dégout qu’il avait pu lire dans les yeux de cet employé avait manqué de lui retourner définitivement l’estomac. L’alcool commençait à le rendre fou et Luya rangea aussitôt ses mains dans ses poches ; il était hors de question de faire une crise de paranoïa ici, au milieu de ce bar et devant tout ce monde. Il fallait absolument qu’il parvienne à reprendre le dessus et qu’il se raisonne, sans quoi il allait bientôt emplafonner la vermine qui venait de lui servir un verre, son nouvel amant, et toutes les autres minettes qui gloussaient derrière lui et qui commençaient à lui chauffer les tympans. Combien d’entre eux avaient compris ce qu’il venait de se produire ? Si quelques secondes en arrière il n’avait aucun doute, persuadé que seul Dieu avait pu les entendre, il serrait à présent les poings dans les poches de son jean, convaincu que la terre entière les avait suivis du regard. Non, c’était impossible... Il n’avait quand même pas réussi à se trahir au bout de toutes ses années ? Il avait tenu jusqu’ici, il n’était pas envisageable que quiconque puisse découvrir son secret et révéler sa véritable identité au grand jour. La personne qui parviendrait à lui faire cracher le morceau n’était pas encore née. Même Alessia n’était pas au courant. C’était ça la solution : pour se calmer, il fallait qu’il se concentre sur Alessia... Encore fallait-il qu’il ait envie d’apaiser son esprit torturé.

Agrippant à présent son téléphone à deux mains - comme pour l’empêcher de se mettre à tanguer dans tous les sens alors qu’il était lui-même la cause de cette instabilité - il cherchait le numéro d’Alessia dans ses nombreux contacts (parce qu’une trentaine de personnes, c’est déjà beaucoup trop pour lui). Il ne savait pas encore ce qu’il allait écrire, mais il fronçait les sourcils dans le but de se donner un air plus sérieux. Un peu comme s’il coupait court à la conversation en prétextant quelque chose de bien plus important et on ne peut plus intéressant. Ses doigts pianotait au ralenti sur les touches de son vieux portable, se mélangeant parfois les pinceaux. Il ne prit même pas la peine de se relire avant d’envoyer son message, songeant qu’Alessia serait capable de décoder la moindre de ses élucubrations. Voilà. Il s’était calmé pendant deux minutes, le temps de se concentrer sur une tâche complètement inutile. Et maintenant, qu’allait-il bien pouvoir faire pour cesser de se sentir oppressé par toutes les paires d’yeux qui trainaient sur son corps ? Luya baissa la tête pour regarder le bout de ses chaussures, comme si la réponse s’y trouverait miraculeusement écrite. Dieu pouvait-il encore se manifester alors que Luya l’avait déjà déçu et trahi plus d’une dizaine de fois ? Luya espérait toujours, malgré tout...

« Tu veux boire autre chose ?... Ouais tu veux, puis si tu ne veux pas, de toute façon ça ne sera pas perdu, hein ? »

Luya pointa son doigt vers Machin en signe d’approbation et mis quelques secondes à retrouver le mode d’emploi de ses cordes vocales (et de son cerveau) avant de répondre.

« Alors ça, j’aime ça, cette mentalité ! »

S’il n’avait pas eu peur de se prendre un vent monumental, il aurait aimé taper dans la main de Machin pour conclure dignement ses propos ; mais il se contenta d’applaudir bruyamment, ce qui était peut-être pire. Et puis après tout, Luya venait d’abuser du reste du corps de ce jeune homme et tout deux avaient largement atteint leur quota d’attouchements pour la soirée. Encore un verre donc, Luya ne pouvait rêver mieux. Le petit récipient translucide arrivait à point nommé. Non seulement il fallait qu’il puisse rapidement tirer un trait sur ce qu’il venait de faire avec ce garçon, mais à présent il fallait aussi que la population de ce bar cesse de le voir comme une vieille tantouze refoulée. Agrippant virilement son verre, il n’en fit qu’une gorgée et se tourna une nouvelle fois vers l’homme qui venait de les servir. S’il n’avait pas été le premier à prendre la parole, Luya l’aurait sûrement provoqué. Parce que clairement, ce mec le cherchait depuis un moment, et il semblait réclamer une correction digne de ce nom. Luya se voyait déjà en train de se servir de son plateau pour lui fracasser le crâne et lui montrer qu’il était loin d’être une mauviette.

« Tiens tu as fait tombé ça quand tu... Bref, tu as fait tombé ça. »

Comment ça, « bref » ? Et puis d’ailleurs, pourquoi ce machin tutoyait-il Machin ? Avaient-ils un quelconque lien de parenté ? Ça ne sentait pas très bon tout ça... Il fallait définitivement se méfier de ces deux-là. Curieux, Luya s'avançât tout de même pour voir ce que Machin avait pu échapper ; ce qu’il vit eu néanmoins le don d’attirer toute son attention. Fronçant à nouveau les sourcils, l’air grave, Luya ne comprenait plus rien à ce qu'il se passait, complètement paumé. Méfiant, il se tourna vers Machin.

« Pourquoi tu as... »

Mais avant qu’il n’ait eu le temps de terminer sa phrase, Luya réalisa. C’était impossible. Sur un coup de tête - ou plutôt sur un coup de rein -, il venait d’anéantir sa vie entière. Les remparts qu’il avait construit tout autour de lui pour protéger à jamais son secret venaient de s’écrouler vulgairement. Il était à présent seul contre tous. Machin avait trouvé le moyen de l’attirer dans ses filets pour qu’il puisse être sûr de ses penchants. Ainsi, il pourrait raconter cette charmante petite histoire à tous ceux qui voudraient bien l’entendre, à commencer par la famille Sparks. En clair, Machin avait été envoyé pour détruire Luya, et il s’était même servi d’un membre de sa famille pour le retrouver... Ce n’était pas un miracle que Dieu avait finit par offrir à Luya, mais un aller simple pour l’enfer. Son sang ne fit qu’un tour et sans réfléchir davantage, il agrippa Machin par le col pour venir le plaquer violemment contre le comptoir. Certes, l’alcool le rendait moins redoutable, mais la rage qui l’habitait était suffisamment dévastatrice pour qu’il puisse au moins se défendre en cas de riposte. La mâchoire crispée, Luya haussa le ton sans réellement s’en rendre compte.

« Pourquoi tu as une photo de mon oncle ? »

Le poing juste au-dessus du visage d’ange de Machin, il était prêt à lui déstructurer le visage si celui-ci ne trouvait pas rapidement une excuse valable... Peu lui importait à présent si tous les regards étaient rivés sur eux ; si l’ange devait être déchu, alors il se battrait pour tomber dignement...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Sam 24 Nov - 19:21

    « Alors ça, j’aime ça, cette mentalité ! »

    En réalité, qu’il aime ou non cette mentalité, ça lui importait peu. La seule chose qu’il voyait c’était la possibilité de boire un peu plus, c’est tout. Son esprit était celui d’un enfant deux 2 – qui aurait le droit de boire – allant au plus simple sans s’embarrasser de raisonnement. Trop compliqué. Et si Luya avait l’intention de frapper Jack’s – ce qu’Alex ignorait totalement – cela serait l’occasion pour Alex de foutre sur la tronche de ce « mec » parce que, qu’on se le dise, on ne touchait PAS à Jackson… Alex aurait aimé que cette façon si loyale de voir les choses soient parce qu’il appréciait Jack’s – c’était le cas, bien sûr – plutôt que par une volonté de se racheter pour la boulette monumentale qu’il avait faite et qui lui nouait l’estomac à chaque fois qu’il y repensait. Mais heureusement que, ce soir, il avait la possibilité de déconnecter son cerveau sur commande. L’alcool c’est magique, l’alcool c’est bien, l’alcool, c’est la vie. Putain, il pourrait presque en faire une chanson, une guitare à la main, des bruits de beuverie derrière… Un truc bien loin d’un type chantant dans la nature sur des gamins nus sur des galets ! Bref, trop bourré, Alex ne put même pas voir un certain malaise chez Jackson. Ca ne lui traversa même pas l’esprit que l’homme est pu comprendre ce qui venait de se passer dans les toilettes, et encore moins qu’il préférait ne pas envisager cette possibilité. En temps normal, peut-être qu’Alex aurait vu que quelque chose clochait dans la façon qu’avait de réagir Jackson mais, là, il était bien trop loin pour un avoir qu’une infime idée.

    « Tiens tu as fait tomber ça quand tu... » Quand quoi ? Qu’est-ce qu’il avait fait tomber ? Trop d’info en même temps, Alex ne savait même pas s’il devait répondre quelque chose, ou bien s’il était préférable d’identifier ce que Jackson posait devant lui. L’alcool le rendait mono-tâche, c’était hallucinant ! Son regard tomba sur la photo et ses neurones eurent un court-circuit. Une décharge furieuse semblant tout d’un coup lui rappeler l’intégralité de sa journée mais, surtout, les raisons qui l’avaient poussé à venir se biturer la tronche à ce point. C’était sa grand-mère maternelle qui lui avait envoyé cette photo, avec juste un mot « désolé de ne pas avoir plus ». Alex avait eu un visage à mettre sur son père biologique qui avait été un tabou pendant tellement d’années. Un haut le cœur. Il cessa de respirer un instant pour faire passer cette désagréable sensation. Il avait oublié cette photo, comme il avait oublié une bonne partie de sa journée. Il en voulait presque à Jackson de lui foutre la vérité en pleine face, bordel, il n’était pas encore prêt pour ça. « Bref tu as fait tomber ça. » Alex mourrait d’envie de hurler, de crier que Jackson s’était planté et que ce n’était pas à lui. 29 ans qu’il vivait sans savoir qui était ce type sur la photo, c’était comme un mauvais rêve dont il était persuadé de ne pas faire partit. Non, ça ne pouvait pas être à lui, ce n’était pas sa vie… Il aurait tant aimé pouvoir le dire mais ça n’aurait servi à rien parce qu’il le savait très bien, il fallait qu’il se fasse une raison, ce type sur la photo appartenait bien à son étrange petite vie, il en avait les gènes. Il se demandait encore pourquoi il avait tant voulu en savoir plus sur son père dont il n’avait que cette photo. Maintenant qu’elle était là, il le regrettait amèrement !

    « Pourquoi tu as... »

    Pourquoi quoi ? Pourquoi il a une photo d’un mec sur lui ? Alex, à ce moment-là, imagina que dans l’esprit de Luya les choses se passaient de cette manière « Machin, est en couple avec une personne, il a même une photo sur lui ». Alors partant de ce raisonnement, la tronche de Luya qui se décomposait était, selon Alex, à cause du fait qu’il pensait avoir servi de remède, ou d’excuse pour faire souffrir l’hypothétique mec d’Alex. Enfin un truc comme ça, le genre de chose bien chiant, bien vibrant de jalousie qui était pourtant une spécialité féminine. Alex soupira, parce qu’il n’avait pas envie de se manger une sorte de scène de ménage ou l’autre type lui hurlerait sur le fait qu’Alex était un enfoiré, qu’il était en couple, et que lui n’avait juste servit à tromper cet hypothétique idylle. J’veux dire, enfin, avec l’état du cerveau d’Alex, comment est-ce qu’il aurait pu imaginer à ce moment-là ce qui était en réalité en train de se dérouler ?

    Puis, de manière lointaine, Alex s’entendit balancer un « wooooo », un peu comme si c’était un gamin qui faisant semblant de faire l’avion avec son père. Il se sentit basculer de manière inattendue et son état l’empêcha de réaliser ce qui se passait. Soudainement, il se trouva très proche de « Mec », un peu trop proche en vue des gens qu’ils y avaient autour. Bon, en faisant preuve d’un peu d’agilité, Alex allait bien réussir à chopper un verre sur le bar pour l’éraser contre la tête de ce type avant qu’il ne commence à lui faire une crise de jalousie qui ne serait pas justifié.

    « Pourquoi tu as une photo de mon oncle ? »

    Gros moment de flottement. Alex avait soudainement un air sérieux, le plus sérieux qu’il avait eu de la soirée. Tous ses neurones venaient de se reconnecter en même temps à l’écoute de ce que venait de dire Luya. L’alcool eut raison de ce sérieux parce qu’Alex fini par éclater de rire, sans raison apparente pourtant. Il arriva à tourner la tête comme il pouvait pour essayer de voir Jackson afin de lui dire deux mots. « Hey, Jack’s tu devrais lui apporter un verre d’eau parce que là, il délire complet. » Puis il se mit à regarder Luya, toujours ce sourire con aux lèvres parce que, pour lui, c’était évident, ce mec délirait complètement. « Ça peut pas être ton oncle… » Dans l’esprit d’Alex, il était évident que ça ne pouvait pas être l’oncle de ce type et il y avait une très bonne raison à cette certitude. « …C’est mon père ! » Comme si c’était une incompatibilité parfaite. L’oncle de Luya ne pouvait pas être le père d’Alex. En tout cas ça semblait une évidence dans l’esprit d’Alex mais celle-ci se brisa qu’il s’entendit le dire à vive voix.

    Pour le coup, l’elctro-choc dont il avait besoin se trouva bien plus efficace que ce qu’il pensait. Ce type était forcément en train de délirer parce que si ce n’était pas le cas… Alex ferma les yeux en essayant de ne pas penser que celui qui l’avait accompagné dans les chiottes quelques minutes auparavant était, par un simple calcul – accessible même bourré – son cousin… Non, ce n’était juste pas possible. Ou alors, Alex allait devoir admettre qu’il existait bien quelqu’un, la-haut, qui jouait avec la vie des gens. Et dans le cas d’Alex et Luya, cette personne devait penser qu’ils avaient tellement de connerie qu’il fallait un truc de malade leur tombe dessus, comme – allez au hasard – s’apercevoir qu’ils étaient cousins après s’être envoyés en l’air. Non parce que ç ce stade, les coïncidences, il avait plus vraiment envie d’y croire. Alex était partagé entre deux sentiments : le premier était de vouloir foutre son poing en plein milieu de la tronche de Luya, le deuxième…

    « Je crois que je vais vomir… »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Dim 25 Nov - 1:04

Tout était atrocement étrange. Jackson n'avait jamais aimé être sobre au milieu des saouls. De toute façon Jackson n'avait jamais aimé être sobre. Il ne se souvenait plus bien de la première fois ou il s'était pris une cuite. Probablement le jour ou il avait découverte la réserve personnelle de son père, alcoolique de première depuis la mort de sa femme. Il devait être jeune, trop jeune probablement même. Mais ce n'était pas la question finalement. Tout ce dont il se souvenait c'est que le châtiment que lui avait fait subir son père lui avait donner de recommencer, encore et encore. Non pour se faire gronder, et frapper encore et encore. Ca n'était ni agréable, ni amusant. Mais simplement pour s'oublier un peu, ne plus rien ressentir, s'effacer. Jackson aurait probablement aimé être un coup de marqueur véléda sur un tableau blanc. Un trait qu'on pourrait effacer d'un coup de main. Quoiqu'il en soit Jackson ne se rappelait plus de ne pas avoir aimer l'alcool. Il avait initier ses amis à la cuite du samedi soir au collège. Au début du lycée il faisait facilement le grand Chelem -après on s'étonnait qu'il n'est jamais eu son diplôme de fin d'étude. Enfin on pourrait bien faire une chronologie des déboires de Jackson avec l'alcool qui l'avait mener à vouloir tester quelque chose de plus fort et plus efficace et... On sait tous comment ça finit et ce n'est pas bien jolie à voir. Et puis ça ne nous aide pas avec la choucroute. Jackson se retrouvait toujours dans son bar... Enfin dans le bar de Thayer, et de sa soeur. Parce que le mec à vingt neuf ans bosse dans le bar que possède sa petite soeur... Le mec n'a de toute façon aucune estime de lui-même donc on ne peut plus lui enlever grand chose. A part peut être un résidus fin et presque insignifiant de santé mentale. On ne sait jamais si une lueur d'espoir pouvait encore briller dans ses yeux océans et venir entailler l'abîme de cynisme et de sarcasme qui composait Jackson. Mais plus les secondes passaient plus Jackson doutait franchement de ressortir indemne de cette soirée. Pourquoi avait-il ramassé cette maudite photo ? Pourquoi était-il venu mettre son grain de sel dans quelque chose qui ne le regardait en rien, et qui le dégoutait clairement ?

Tout était atrocement étrange. Il s'était imposé entre Alex et Lubidule - qu'il appèlerait dorénavant Lu pour un soucis de simplicité et pour éviter le comique de répétition pesant qui n'avait strictement rien à faire dans une situation pareille - depuis quelques secondes. Le temps de leur servir leur shoot tant apprécié et de glisser un bout de papier sur le bar. Enfin bout de papier... C'était beaucoup plus que ça, et si on l'avait prévenu Jackson n'aurait jamais cru qu'une pauvre photo d'un mec vieux puisse changer tout une soirée en un cauchemar. Il aurait d'ailleurs rit comme une baleine, aurait donné un coup de coude à Alex. Alex qui aurait d'ailleurs été celui qui lui aurait montré la photo en lui disant avec un faux sérieux qu'elle serait celle qui changerait sa perception des choses à tout jamais. Bref au moment ou il posa la photo sur le comptoir tout changea. Le temps lui paru suspendu. A moins que ça ne soit à cause des mouvements incroyablement lent et maladroit des deux acolytes accrochés au bar. Le premier à réagir fut Lu. Non à cause de la photo dans un premier temps mais à cause de ce que Jackson avait dit. Ou plutôt la manière dont il l'avait dit. Homo refoulé Jackson l'aurait parié. Quoiqu'il en soit Jackson eut un pas de recul. Il n'avait pas envie de se faire démettre la mâchoire ce soir, le souvenir de sa dernière raclée était déjà bien trop présente à son esprit. Quoiqu'en soit Lu était saoule, lui ne l'était pas, il ne risquait de toute façon pas grand chose. Le regard furieux d'Alex s'ajouta à celui de Lu quelques secondes plus tard. Jackson resta perplexe. Pourquoi Alex lui en voulait subitement ? Le connaissant il se branlait bien de ce que Jackson pouvait dire ou de la manière dont il pouvait les dire. D'ailleurs le connaissant Alex se branlait de tout.

En soit les quelques minutes qui suivirent furent encore plutôt comique. Enfin il était près à parier que déjà de l'autre coté du bar le sol était entrain de se dérober sous leurs pieds... Que ça soit à cause des effluves d'alcool qui leur faisaient tourner la tête, ou à cause des détails qui commençaient à prendre forme dans leur cerveau endormi. Jackson de son coté avait simplement l'impression d'assister à une scène tourné au ralenti. Le premier acteur, un petit brun un peu violent. Joe Dalton ou un truc du genre, commençait sa phrase teintée d'une agressivité folle « Pourquoi tu as... » Par dessus cela, le grand brun, Averell Dalton probablement, essayait de couper la parole à son frangin. Bien sûr puis qu'Averell est con, il ne coupera son frère que quelques longues secondes plus tard d'un « wooooo » transcendant pendant que Jo restait presque appuyé comme un gland sur sa dernière syllabe. Oui vu comme ça c'était hilarant. La suite l'était moins. Le point de Lu s'était lever menaçant au dessus d'Alex qui semblait près à réagir. Jackson passif jusque là tendit tout ses muscles près à réagir en cas de bagarre. Actuellement il ne savait pas trop ce qu'il pourrait faire. Sauter par dessus le bar alors que son genou est rigide comme du béton armé, et jouer au super héros pour séparer deux mecs bourrés pourtant déjà habitués du corps à corps. Mais quoiqu'il en soit il se tenait près.

« Pourquoi tu as une photo de mon oncle ? »

Tous les muscles de Jackson se relâchèrent brutalement laissant Jackson stupide les bras ballant alors que des cruches lui faisaient des signes ridicules pour attirer son attention. Son oncle ? Pourquoi Alex avait la photo de l'oncle de Lu sur lui ? C'était ridicule. La situation prenait des accents fantastiques que Jackson n'était pas sûr de comprendre. En même temps il ne savait pas ce qu'Alex pensait de la photo. Peut être que c'était une photo que Lu avait fait tombé, qu'Alex l'avait ramassé avant de la faire tomber à son tour, et la boucle est bouclé... Ou pas. « Hey, Jack’s tu devrais lui apporter un verre d’eau parce que là, il délire complet. » Pour le coup Jackson avait envie d'appuyer Alex. Cette histoire puait le ridicule. Enfin elle suintait le très mauvais pressentiment aussi mais il évitait de trop y penser. Ne sachant pas quoi faire de ses bras laissé con contre son corps il s'employa à servir deux verres d'eau sentant bien que si Lu déraillait bien, Alex le suivrait de près et qu'on était déjà trop prudent avec les hallucinations collective. Bon sang même sobre il arrivait à penser des absurdités.

« Ça peut pas être ton oncle… » Nouveau moment de flottement. Alex n'était définitivement pas très réactif lorsqu'il avait bu. « …C’est mon père ! » L'un des verres que Jackson tenait dans les mains s'écrasa brutalement sur le sol alors que Jackson relevait lentement la tête vers les deux protagonistes. Il passa son regard médusé d'abord sur Lu, puis sur Alex avant de penser Oncle... Père... Toilette... « Oh putain ! » Jackson était définitivement trop sobre. Son cerveau avait été bien trop réactif par rapport à celui des deux... Cousins ? En face de lui. Ok merde la simple pensée de ce mot sur l'image mentale qu'il s'était fait plusieurs minutes plus tôt lui donna une violente envie de vomir. C'était... Indéfinissable. Alex bordel ! Comment pouvait-on en arriver là honnêtement ? Se taper un mec ? Son cousin en prime ? Je veux dire se taper sa cousine c'est déjà dégueulasse... Mais son cousin... Enfin peut être que ça ne changeait rien... Quoique finalement si, là tout de suite ça changeait tout. « Je crois que je vais vomir… » Ah au moins il n'était pas le seul à être arrivé à la même conclusion atroce avec son cerveau de poid-chiche. Il en était d'ailleurs plutôt heureux... Il n'aurait pas aimé être obligé de leur expliquer qu'il ne devait plus jamais s'envoyer en l'air dans les toilettes ou n'importe ailleurs pour la simple raison qu'ils étaient apparenté. Ah bordel il allait falloir qu'il arrête de penser clairement au lien qui pouvait les unir sinon il allait honnêtement défaillir. Pourtant il en avait vu des horreurs et il avait encore quelques part dans le cerveau l'image vive d'un pauvre mec convulsant, et bavant de la coke jusqu'à s'étouffer avec son liquide salivaire. Pourtant là tout de suite rien ne lui paraissait plus immonde que ce qu'il venait d'entendre. Enfin il valait probablement mieux qu'il ne la ramène pas trop.. Si lui se sentait mal, il osait à peine imaginer l'état d'Alex et de Lu, et bien qu'il ne put s'empêcher de penser qu'encore une fois il lui arrivait des malheurs alors qu'il n'avait rien demander, il se dit qu'il était encore temps pour se rétracter et disparaître doucement. « Il a probablement pas bien vu la photo... Il est complètement bourré... Vous êtes pas... » Ouai le dire à voix haute c'était quand même franchement hors de porté. D'ailleurs pourquoi l'avait-il ouvert ? Il avait dit qu'il la bouclait et qu'il disparaissait discrètement. Echec. Le mot de toute une vie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Dim 25 Nov - 15:07

Luya maintenait toujours son poing en l’air prêt à frapper, tel le bourreau armé qui attendrait le bon moment pour administrer sa sentence. Le jeune homme était complètement vidé et ne savait plus quoi penser au vu de la réaction d’Alex...

« Hey, Jack’s tu devrais lui apporter un verre d’eau parce que là, il délire complet. »

Luya s’était-il trompé ? Sa vision s’était-elle simplement troublée en raison de la trop grande quantité d’alcool qui avait pris possession de son corps ? Pourtant, il était certain de connaitre cet homme sur la fameuse photo. Il ne l’avait pas seulement croisé à la caisse d’un supermarché ou dans un bar. Non, c’était plus que ça. Si ce n’était pas son oncle, c’était tout de même un homme qui avait pour habitude de venir rendre visite à sa mère. Il se souvenait parfaitement de ce visage, même s’il ne l’avait pas vu depuis des années. Il aurait pu en mettre sa main à couper sur le champs ; si ce n’était pas son oncle, c’était au moins un très bon ami de sa mère qui passait parfois plusieurs jours avec eux. Il se rappelait clairement les soirées passées tous ensemble dans la demeure des Sparks. Stan. Oui, il n’y avait plus aucun doute : c’était Stan, son oncle avec qui il avait vécu de grands éclats de rire et autres moments de complicité que le temps avaient rendus flous dans sa mémoire. Il n’avait pas revu Stan depuis quinze ans, mais d’une certaine manière, il ne pouvait pas oublier cet homme qu’il affectionnait particulièrement. Il était donc hors de question de lâcher le col d’Alex avant même de connaitre le fin mot de cette histoire.

Ne prêtant pas attention au fameux « Jack’s » - non seulement parce que ce mec n’en valait pas la peine, mais aussi et surtout parce que ce problème devait être réglé entre Alex et lui uniquement - il continuait de fixer le beau brun qu'il maintenait prisonnier. Quelques minutes avant, il l’avait également enfermé dans une autre position ; si cela ne s’était jamais produit, les deux hommes auraient pu s’épargner toute cette mascarade. Tel un petit toutou, Jack’s s'exécuta et leur servit de l’eau. Il attendait certainement qu’on lui donne une petite tape dans le dos ou qu’on lui donne sa pâté. Puisque Joe et Averell réglaient leur compte, Rantanplan avait plutôt intérêt à se tenir à carreau pour l’instant. Luya lui jeta un regard noir, lui indiquant simplement qu’il ferait mieux de ne pas trainer dans les parages. Il n’avait rien à voir là-dedans alors personne ici n’avait besoin de son avis ni de son aide. Luya s’apprêtait à secouer Alex comme un vieux prunier pour enfin obtenir une réponse susceptible de le satisfaire, mais le jeune homme n’eut pas besoin d’être stimuler davantage pour l’ouvrir.

« Ça peut pas être ton oncle… C’est mon père ! »

Luya ne bougea pas d’un cil. Quoi ? Stan était son père ? S’il devait établir un classement de celui qui était le plus ivre, Alex avait largement remporté la compétition. Cela ne relevait même plus de son taux d’alcoolémie, mais plutôt d’un problème mental. Rantanplan aussi semblait soudainement assommé par ce qu’il venait d’entendre. Et puis quoi encore ? Luya était la reine d’Angleterre aussi ? Il fallait arrêter le délire là ! Même s’il était complètement saoul, il se rendait bien compte qu’on se jouait de lui et que les deux acolytes tentaient de lui faire croire n’importe quoi. Croyant à une blague de mauvais goût, Luya se mit à rire bêtement, relâchant sa prise sans comprendre l’importance de la révélation que son amant venait de faire. Puis tout s’enchaina très vite. Alex qui se retenait de vomir et le serveur qui tentait de le rassurer pour une raison qui lui échappait toujours. Ne tenant plus debout, Luya s’écrasa à nouveau sur le comptoir, cherchant vainement à comprendre ce qui était en train de se produire. Mais bordel, pourquoi personne ne voulait lui expliquer ? Pourquoi les deux hommes restaient plantés là, nauséeux, sans même daigner donner plus de détails ? Énervé de ne pas pouvoir saisir le sens de toute cette farce, il se tourna vers Jackson, l’air menaçant.

« Toi tu la fermes ok ?! J’ai très bien vu qui c’était, donc tu la fermes !! C’est mon oncle et puis c’est tout !!! »

Merde. Les neurones de Luya venaient de reprendre du service et subitement, il se prit la vérité en pleine face. Sous le poids de cette prise de conscience tardive, les jambes du jeune homme se plièrent. Même si l’alcool l’avait anesthésié, Luya serra néanmoins les dents de douleur. Merde. Stan était le père de ce mec à qu’il venait de... Merde. Il n’avait plus que ce mot là en tête. Un arbre généalogique imaginaire était en train de se dessiner dans son esprit ; son oncle avait un fils dans lequel il s’était abandonné. Son cousin, donc. Mais bordel, pourquoi fallait-il toujours qu’il se fourre - et c’était le cas de le dire - dans des situations invraisemblables ! Et puis quoi encore ? Dans deux jours il apprendrait que Scott était son père. Merde, Scott. S’il apprenait que... Mais ce n’était pas vraiment le plus important à l’heure actuelle. Toujours agenouillé, Luya plongea sa tête dans ses mains. Ce n’était pas par désespoir, pas le moins du monde. Il était simplement sur le point de rendre tout ce qu’il avait consommé, et il retint sa respiration pendant quelques secondes avant de... Se relevant difficilement en se hissant à l’aide du tabouret le plus proche, il vacilla jusqu’aux toilettes. Il poussa la même petite porte verte dans laquelle il s’était glissé avec Alex seulement quelques minutes auparavant. Ses sens lui jouaient des tours ; il avait l’impression que leur parfum était toujours présent dans cette cabine comme un souvenir olfactif indélébile qui les hanterait à jamais. Agrippé à la cuvette, Luya ferma les yeux. Cette fois-ci, il ne se débarrassa pas d’un quelconque fluide corporel mais plutôt de toute la rancoeur que ses tripes pouvaient contenir. Mais merde, bordel ! Si sa bouche n’était pas déjà occupée, Luya se serait certainement mis à hurler tout un tas d’insultes en direction du comptoir. Dès qu’il serait sorti de là, il irait mettre une sacré raclée à l’autre Alex. Quel crétin celui-là aussi ? Il n’aurait pas pu raconter sa vie plus tôt et parler de son père ? Merde à la fin !!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Dim 25 Nov - 16:36

    De manière assez lointaine, Alex avait pu entendre le bruit d’un verre qui se casse. En réalité, c’était surtout un bruit de plus que son esprit embrumé n’arriva pas réellement à identifier. Ce qu’il identifia très bien, par contre ce fut le « Oh putain ! » de Jackson, comme si ce dernier avait compris bien avant tout le monde ce qui était en train de se passer. Putain ! Alex ne savait pas trop si c’était le cas de le dire, la situation était plus que bordélique et son crâne était en train de faire des pirouettes qui, en plus de ne pas être artistiques, lui filait un mal de tête horrible. Il n’avait pas prévu de se rendre compte des choses si rapidement et encore moins de cette manière. Le jour où il décidera de tenir un calendrier de ses pires journées, celle-là passera en première position et, soyons honnête, il sera très difficile de la détrôner. En fait, il pensait même qu’il serait impossible d’avoir une pire nouvelle que celle-là… Dommage qu’il ne soit pas devin.

    Alors ouais, Alex avait envie de vomir parce qu’il venait de se taper un type dans des chiottes sordides – et rien que ça, ça ne lui convenait pas – et en plus il avait fallu que ce type soit… Non, il chassa cette idée de sa tête parce qu’il y avait forcément une autre explication. Les choses ne pouvaient pas se passé aussi mal que ça, on dépassait de loin la théorie sur la loi de Murphy. Alex cherchait désespérément une explication à tout ce bordel et là : « Il a probablement pas bien vu la photo... Il est complètement bourré... Vous êtes pas... ». Punaise, là, il avait envie de sauter au cou de Jack’s tellement il aimait cette idée. Comme quoi, on avait toujours besoin de quelqu’un de sobre. La nausée d’Alex passa un peu, c’était forcément ça. Luya avait mal vu, ses yeux lui avaient joués des tours, trop bourré pour voir correctement la photo posé sur le comptoir. Alex adorait jack’ à ce moment précis, il l’adorait autant qu’il avait pu lui en vouloir quand il avait posé la photo sur la table, en se demandant ce qu’il pourrait bien faire si Jack’s n’avait pas émis cette idée. Bien sur que c’était ça, c’était évident, juste un mauvais regard, une vue trop troublée. Alex en récupérait presque son sourire en se disant que ce n’était qu’un mauvais malentendu. Il aurait presque pu en rire si Luya n’avait pas soudainement reprit la parole. « Toi tu la fermes ok ?! J’ai très bien vu qui c’était, donc tu la fermes !! C’est mon oncle et puis c’est tout !!! »

    Ok, là, c’était décidé Alex allait lui péter la mâchoire sur le champ ! Sauf que, ralenti par l’alcool, il ne put rien faire avant que Luya se dirige vers les toilettes. Besoin de vomir, aussi ? Alex le trouvait soudain franchement tordu parce que si, lui, avait dû vomir, il l’aurait fait ici, ou dehors, plutôt que retourner dans les chiottes après ce qui venait de s’y passer. Non mais sérieusement, qu’elle idée avait pu le poussé à retourner là-bas ? Ce qui était certain c’est que la conviction que Luya avait mis en disant que c’était son oncle avait fait oublié la théorie de jack’s à Alex. Son cerveau avait un mal fou à assimilé les mots amants et cousins, c’était bien trop tordus, même pour lui. C’est pour dire ! Il lui fallait un coupable, pour un tas de chose, et ce coupable était tout trouvé : Luya qui venait de créer un bordel pas possible dans la tête d’Alex, dans sa vie aussi probablement. Comment se remettre de ça ? C’était de la faute de cet abruti parce qu’il était évident que ça ne pouvait pas être celle d’Alex ! Et puis, il confirma cette envie avec le fait que Luya avait trop mal parlé à jack’s. Ok, ça n’avait pas grand-chose à voir dans l’histoire mais Alex trouva quand même que c’était une bonne raison. De toute façon, à ce moment précis, il était prêt à mettre tous les torts du monde sur ce type ! Et motivé par cette nouvelle résolution, il se tourna vers jack’s dans un léger sourire.

    « je vais lui péter les dents, d’un ça lui rendra peut-être la vue et, de trois – L’alcool devait avoir bouffer la deuxième raison -, il réfléchira à deux fois avant de te dire de la fermer ! »

    Ce qui, en plus, donnait à Alex l’impression d’être un super pote défendant les intérêts et l’honneur de son ami… Sans parler du fait qu’il devait bien ça à Jack’s après ce qu’il lui avait fait. Ouais, ça lui donnait bonne conscience en fait. L’alcool lui donnant l’impression d’être une sorte de super ami prêt à en découdre avec n’importe qui s’en prenant aux personnes qu’il appréciait même si, dans le fond, ce n’était qu’une excuse pour sauver son propre honneur. Luya aurait dû lui dire qu’ils étaient cousins, on ne tait pas ce genre d’information et il était forcément au courant. Alex ne savait pas comment Luya aurait pu être au courant mais admettre ce fait revenait à admettre qu’il n’y avait pas de coupable. Ca c’était impossible, il y avait forcément un fautif, c’était forcément Luya.

    Les deux mains sur le comptoir, Alex s’appuya dessus pour se remettre droit. Allure typique du mec soudainement très inspiré et sûr de lui. Dans un hochement de tête significatif il s’adressa à nouveau à Jack’s. « Ouep, je vais faire ça ». Il tourna les talons, vacilla mais resta debout et se dirigea vers les toilettes. Peut-être même qu’il se rattrapa à une ou deux personnes en allant vers là-bas mais il n’en eut pas conscience. Dans son esprit il était déterminé et sobre. Et pour s’estimer sobre, c’était qu’il était particulièrement atteint par l’alcool. Et Alex comprit que ce qu’il faisait était bien quand le destin – parce qu’il s’agissait bien de ça vu la situation – fit sortir Luya des chiottes. C’était forcément un signe vu qu’Alex refusait d’entrer là-dedans, que Luya sorte au moment où il arrivait était forcément une façon de dire « Vas y, fais-le, tu as ma bénédiction. »

    Et c’est avec ce nouvel encouragement qu’Alex arriva devant Luya, et que son bras partit, poing fermé en direction du visage de Luya. Mais, plusieurs points de vue s’impose : Pour Alex ce poings qu’il venait de mettre était le plus fort de toute sa vie, un peu comme Olive – ou Tom, il ne savait jamais qui était le joueur et qui était le gardien – qui fou une patate dans son ballon de foot et que ce dernier devient ovale sous cette pression. Il venait de mettre le coup de sa vie. Du point de vue des gens sobres, autour, ce coup de poings était typiquement celui d’un mec bourré qui, en voulant atteindre la mâchoire n’avait réussi qu’à frapper le haut de la pommette en glissant sur le nez de son adversaire. A quelques centimètres près, Alex foirait son coup qu’il imaginait d’une précision digne d’un boxeur.

    Dans la foulée, Alex remercia un mur non loin pour le rattraper tellement le coup l’avait déséquilibré – une preuve de plus, pour lui, que son coup avait été parfait – et, avec un effort qu’il n’imaginait pas, il arriva à se retourner vers Luya. « C’est bon là, t’as retrouvé tes esprits et ta vue ? » Ce qu’il espérait pour que, enfin, Luya admette qu’il s’était trompé en voyant la photo, que ce n’était pas son oncle et qu’Alex n’était pas son cousin. D’une certaine manière, Alex était en train de rendre service à Luya. N’empêche que c’était la première fois qu’Alex foutait sur la tronche de quelqu’un peu de temps après se l’être tapé. Bon, en même temps c’était la première fois qu’il se tapait un type. Et la première fois qu’il se tapait quelqu’un de sa famille alors, on pouvait admettre qu’il avait des circonstances atténuantes, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Lun 26 Nov - 0:35

Jackson n'avait pas de quoi se sentir mal. Pour une fois il n'avait strictement rien fait de mal. Et à son humble avis de merde, il ne serait jamais retrouvé dans une situation pareille. Pour la simple raison qu'il connaissait très bien la famille de son père et qu'à priori il ne risquait pas de tomber au hasard sur un de ses cousins... Et que de toute façon il ne coucherait jamais avec un mec... Peut importe à quel point il pouvait être déchiré. Il avait certes eu quelques déboires sexuels... Certain dont il ne devait même pas être au courant... Mais dans l'ensemble ça ne devait pas être trop grave ni trop trash... Il y avait par exemple la chieuse de dix huit piges dont il ne se souvenait plus mais elle ne l'avait clairement pas oublié et ne s'était pas fait prié pour lui rappeler à quel point il pouvait être une queue sur pâte et qu'à quelques mois il se serait tapé une fille mineur... Rien que d'y penser Jackson avait d'ailleurs envie de se taper la tête contre le mur. Mais tout de même... Il y avait des limites à la connerie et à la boisson aussi. Se taper un mec... Et se taper son... Bref il y avait une limite à tout. Mais Jackson n'avait rien à faire dans cette histoire. D'ailleurs là était peut être tout le problème. Il se retrouvait comme à son habitude au mauvais endroit au mauvais moment. Il avait ramassé une photographie qui causerait peut être sa perte... Ou alors il était trop pessimiste... Mais l'optimisme n'avait jamais été sa tasse thé et il fallait avoué que cette situation sentait franchement le roussit. Et encore le roussit c'était plutôt doux et agréable comme odeur à coté de ce que Jackson ressentait. Et pourtant il n'avait aucune raison. Ou presque. Pourtant pour la première fois il subissait l'effet boomerang d'une empathie qu'il ne se connaissait pas. Il se mettait dans la peau d'Alex et s'y sentait soudainement particulièrement mal. La peau de Luya avait l'air d'être encore plus désagréable à porté si bien qu'il ne préférait pas trop s'en approcher, et puis de toute façon il ne connaissait pas du tout le jeune homme et puis vu sa taille de mini pouce il ne rentrerait pas dans sa peau quoiqu'il veuille faire.

Jackson aurait du partir depuis longtemps. Retourner à son boulot, ne pas faire attention à son pote et à son amant-cousin, et essayer d'oublier ce qu'il avait entendu et qu'il aurait aimé ne jamais entendre. Car il était clair que même si ça ne le concernait pas c'était tellement... Enfin il paraît que l'inceste est quelques choses de répugnant dans toutes les civilisations... Même les plus barbares... Je penses que ça veut tout dire.. Mais aussi choqué et dégouté soit-il il aurait du s'en aller et les laisser se démerder avec leur propre merde. Jackson avait bien assez d'ennui comme ça, et bien assez de raison de se détester pour ne pas commencer à s'approprier celle des autres... Mais en voyant Luya manquer de défigurer Alex alors que ce dernier allait probablement lui brisé un verre sur la tête il préféra rester... Par conscience professionnel... Je sais en temps normal on pourrait croire que la conscience professionnel inciterait Jackson à retourner servir ces verres plutôt qu'à surveiller deux abrutis plus bourré l'un que l'autre... Mais Jackson sentait que si pour le moment il se contenait encore -ce qui tenait principalement que Luya semblait beaucoup trop bourré pour comprendre la situation- ça ne durerait pas et qu'ils finiraient bientôt par créer une esclandre au milieu du bar... Jackson n'avait pas particulièrement envie de se battre aujourd'hui mais c'était son devoir -conscience professionnel nous revoilà- d'éviter que les bagarres éclatent dans un bar.

Ainsi Jackson resta à proximité, évitant soigneusement de penser à la situation, en essayant principalement de se rassurer sur l'impossibilité et le ridicule de la chose... L'un des deux, à savoir Luya, c'était forcément trompé. A voir la réaction d'Alex il n'était pas le seul à penser la même chose. Enfin il n'y en avait un qui n'était franchement pas d'accord avec Alex et Jacks et qui s'insurgea. « Toi tu la fermes ok ?! J’ai très bien vu qui c’était, donc tu la fermes !! C’est mon oncle et puis c’est tout !!! » Jackson resta interdit... Trop choqué que le nabot est osé lui parler de la sorte. Il pensait quoi ? Qu'ils étaient potes et avaient élevé les cochons ensembles ? Qu'il était un mec comme ça qu'on pouvait traiter comme de la merde à volonté tout simplement parce qu'il se trouvait du mauvais coté du bar ? Certes Jackson allait un peu loin. Mais pour un mec qui ne se supporte pas, il avait un semblant d'égo plutôt surdimensionné. Bien sûr ce n'était qu'une simple façade... Mais la façade l'incitait à faire parti de ses mecs qui ne se laisse pas insulter sans réagir. De manière plutôt violente en général qu'on se le dise. Jackson ferma pourtant sa gueule et resserra ses poings pour contenir la rage qui s'insinuait à lui et l'envie d'écraser tous ces muscles sur la gueule de ce petit avorton de gay incestueux refoulé. Il était ignoble de le traiter ainsi... A priori il ne l'avait probablement pas fait exprès, mais était-ce réellement une raison pour se montrer aussi con et odieux... Probablement que oui... Enfin Jackson n'aurait pas mieux réagit dans cette situation... Enfin il n'en savait rien... De toute façon il ne se serait jamais retrouvé dans ce genre de situation, non ?

Heureusement pour lui, les lumières se firent enfin dans le cerveau de Luya qui en comprenant la situation que Jackson et Alex jugeait si horrible se leva d'un bon et tituba jusqu'au toilette. Soit il avait envie de vomir, soit il ressentait le besoin vicieux et sordide de retourner sur le lieu du crime... Ouai... Il avait probablement envie de vomir... Cela dit Jackson était persuadé, pour une raison obscur, qu'Alex préfèrerait encore vomir sur le comptoir ou sur le trottoir que de retourner dans ces toilettes. « je vais lui péter les dents, d’un ça lui rendra peut-être la vue et, de trois, il réfléchira à deux fois avant de te dire de la fermer ! » Heureusement qu'il était là lui. D'ailleurs il avait presque oublié Alex depuis que l'autre nabot l'avait envoyé boulé de la sorte. Jackson se détendit sous l'absurdité de la phrase de son ami et essaya de rire de bon coeur... En réalité il n'avait pas envie de rire... Il avait envie de dégager d'ici... Enfin de quitter le derrière du bar et de se mettre une race phénoménal qui se finirait par un black out dans les bras de n'importe qu'elle fille et demain il aurait tout oublié... Quoique maintenant il allait avoir peur de baiser sa cousine par mégarde... Il sourit néanmoins et entreprit de se foutre de la gueule de son copain qui n'avait pourtant pas besoin de ça. « T'arriverais pas à viser... Avec un peu de chance en visant les dents tu atteindrais les couilles... » Couille... Merde ! Sérieusement Jacks... Tu ne pouvais pas réfléchir deux secondes avant de faire une blague vaseuse qui lui rappellerait immédiatement l'horreur de la situation. Il était sensé être le sobre de l'histoire... Celui qui serait sage, qui gérerait bien les deux cons, et qui ne rajouterait pas inutilement de l'huile sur le feu... Qu'on se le dise les deux daltons avaient franchement mal choisit la personne avec qui faire la paire... Jackson avait la capacité émotionnel d'une huitre, partait au quart de tour, ne possédait aucun tact et était tout bonne incapable de réfléchir à quoique ce soit, bourré comme sobre. Objectif ne plus l'ouvrir de la soirée. Au moins il ne ferait plus de gaffe et n'empirerait rien. Il n'avait même pas remarqué qu'Alex était encore en arrêt sur parole sur sa proposition vaseuse... Cela dit c'était plutôt bon signe avec un peu de chance il n'aurait pas entendu la connerie qu'il avait sorti quelques secondes plus tôt. Enfin le bon signe s'effaça vite sous un très mauvais présage. Alex se redressa sur le comptoir près à partir avant de dire à Jackson « Ouep, je vais faire ça » Euh... Ca quoi déjà ? Jackson fronça les sourcils en voyant son ami décoller du bar en chancelant. IL hésitait à le suivre... Mais en même temps en le voyant se diriger vers les toilettes il se dit que lui n'avait aucune envie de se retrouver sur les liens des méfaits. Oh putain le ça c'était péter la gueule de Luya. Ah non ! Pas dans le bar on a dit... Enfin non Jackson n'avait rien dit mais ça coulait plutôt de source normalement. Fais chiez... Maintenant il était réellement obligé de le suivre pour empêcher un massacre. Alors qu'il contournait le bar d'un pas vif quoique peut décidé il vit le poing d'Alex s'écraser de manière minable sur la joue de Luya... Et merde... Non seulement il n'avait pas eu tord tout à l'heure et Alex était tellement bourré qu'il cognait comme une tapette, mais en plus il y allait avoir un massacre dans moins de deux secondes s'il ne bougeait pas son cul.

Heureusement contrairement aux deux cuves à vin lui marchait droit et vite. Il s'interposa rapidement au milieu d'Alex et Luya, maintenant Alex d'une main ferme sur sa nuque et tenant Luya à distance d'un effleurement des doigts sur le torse... Allez savoir pourquoi il n'avait pas vraiment envie de trop toucher ce mec... Il était bizarre et venait de ... Enfin cela dit Alex aussi... Mais Alex c'était Alex... Il le connaissait depuis perplexe... Et puis c'était pas son genre tout ça... Il déraillait simplement... Et Jackson n'avait rien à dire sur les gens qui déraillaient... Alors que Luya.... Et bien si ça se trouve il faisait ça tout le temps... Ou pas mais merde... Et puis Luya lui avait dit de la fermer... Rien que pour ça Jackson avait une dent contre lui et s'il n'était pas là pour calmer le jeu il aurait probablement été le premier à lui démettre la mâchoire... Et sans viser à coté cette fois-ci. D'ailleurs sentant bien que Luya était une vieille pille électrique pourrie prête à lui bondir dessus à lui et Alex.... Alex parce qu'il lui avait déjà mis un pain... Et lui probablement tout simplement parce qu'il était la au mauvais endroit au mauvais moment. La rage qu'il éprouvait à cet instant pour Luya prit le dessus sur le dégout qu'il lui inspirait et il referma sa prise sur le col du T-Shirt de Luya pour éviter qu'il lui explose la tronche... Enfin genre ça l'empêchait de faire quoique ce soit. Il vociféra entre ces dents « Tu me touches, tu me parles encore une fois comme tout à l'heure, tu penses simplement à faire l'un des deux je t'éclate la tronche comme tu n'as pas idée... Je suis pas ton pote, pas ton cousin, pas ton mec, alors ne vient plus me les briser et foutre la merde dans mon bar » Ouai.. Pour l'idée de se la fermer et de ne pas rajouter de l'huile sur le feu on repassera. Mais Jackson était honnêtement trop énervé contre cet abrutit pour réfléchir aux conséquences de ce qu'il avait bien pu dire. D'ailleurs honnêtement il avait oublié le contenu exact des menaces qu'il venait de proférer. Refermant bien sa prise sur les deux cons il les poussa dans l'allée pour les emmener dans la petite cours à l'arrière du bar. Là même ou lui et Aidan s'était mis sur la gueule il n'y a pas si longtemps... Si ça se trouve il y avait d'ailleurs toujours leurs sangs sur les murs... A cette pensée sa rage se décupla. Il avait besoin de boire... Ou de cogner quelques choses. Il jeta violemment les deux zigotos dans la cours avant de dire « Maintenant vous vous foutez sur la gueule c'est plus mon problème... Et désolé Alex mais franchement ... Pas mon bar... et le jour ou j'ai besoin d'un soulard pour défendre ma pomme on en reparlera... » il était con est injuste. Enfin comme à chaque fois que la colère prenait le pas sur tout le reste. Il envisagea de rentrer à l'intérieur du bar pour se calmer mais oublia un instant les deux qu'il avait amené là il pensa plutôt à s'allumer une clope pour ce calmer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Mar 27 Nov - 17:16

Luya se battait toujours contre son propre corps, la tête penchée au-dessus de la cuvette, incapable de retenir les spasmes dont il était agité. À chaque fois qu’il pensait avoir terminé et qu’il tentait de se relever, il prenait conscience du lieu dans lequel il se trouvait et des évènements ignobles qui s’y étaient produits ; la symphonie de haut-le-coeur reprenait alors de plus belle. Mais après tout ce n’était pas bien grave : il préférait se vider ici plutôt que de s’en mettre partout et de le faire aux yeux de tous. Il ne fallait pas oublier que Luya habitait toujours avec sa mère et il était hors de question pour lui de rentrer encore imprégné de l’odeur de tout ce qu’il avait rendu. Au prix d’efforts surhumains, Luya parvint quand même à se sortir de là et à rejoindre les autres, sans savoir ce qui avait pu se produire en son absence.

Tout alla très vite. À peine avait-il mis le nez dehors qu’Alex se précipita sur lui pour venir lui coller une patate en plein sur le museau. Il n’avait pas franchement eu mal puisque son adversaire s’y était pris comme un manche, mais il n’allait pas non plus se laisser faire sagement en attendant qu’Alex finisse par lui abimer le portrait. Là-dessus, le chien de garde rappliqua et s'interposa entre eux avant même que Luya ait le temps de riposter... Jackson le repoussait du bout des doigts avant de saisir le col de son t-shirt et vociférait tout un tas de mots qui n’atteinrent même pas Luya pour la simple et bonne raison qu’il se passait déjà trop de choses dans sa tête. Non seulement il n’arrivait toujours pas à se remettre de la baffe qu’il avait prise - tant au sens propre qu’au sens figuré - mais il était déjà trop occupé à élaborer un plan sournois pour repousser ce Jackson une bonne fois pour toute. Puisque le serveur avait certainement très bien compris ce qui s’était passé entre Alex et lui, Luya pris un certain plaisir à faire semblant d’apprécier cette main qui trainait vers son cou. Il souriait malicieusement, le regard faussement mielleux. Après tout, c’était le seul moyen de défense qui pouvait fonctionner sur cette espèce de grosse brute. Néanmoins, cela ne dura pas longtemps car déjà, Jackson venait de jeter Alex et Luya dans l’arène...

« Maintenant vous vous foutez sur la gueule c'est plus mon problème... Et désolé Alex mais franchement ... Pas mon bar... et le jour ou j'ai besoin d'un soulard pour défendre ma pomme on en reparlera... »

Luya le fixa le temps d’un instant. Son bar, et puis quoi encore ? Pour voir que c’était lui qui était venu foutre un bordel pas possible avec cette photo, il était quand même sacrément culotté. Et puis il n’allait pas faire toute une montagne d’une pauvre petite baston entre deux de ses plus fidèles clients, non ? Qu’est-ce que cela représentait à côté de ce qu’il venait de vivre, hein ? Franchement, rien. Le Barking Spider aurait pu prendre feu, Jackson n’aurait pas eu de peine à retrouver du travail ailleurs. Mais on ne peut pas construire une relation saine avec son cousin quand on vient de le dépuceler - parce qu’il s’agissait bien de cela, d’une certaine manière - dans les chiottes miteux d’un pauvre bar moisi. Alors Jakcson pouvait se coller ses soucis à un endroit bien précis de son anatomie, pendant qu’Alex et Luya en profitaient pour régler leur différent. Pour l’instant, les deux amants/cousins se regardaient dans le blanc des yeux, toujours incapables de tenir debout sans une aide extérieure. Malgré tout, il fallait bien que les deux garçons finissent par s’expliquer et ainsi comprendre comment la vie avait pu les mener jusqu’ici. Comment se faisait-il que Stan n’ait jamais mentionné le prénom d’Alex auparavant ? Et pourquoi diable ne l’avait-il jamais ramené lors des nombreux diners pris en famille ? À vue d’oeil, il avait à peu près le même âge qu’Adam et il aurait rapidement trouvé un compagnon de jeu... Pourtant Luya continuait de bouillonner de rage et ne parvenait pas à contrôler ses pulsions meurtrières. S’appuyant jusqu’à présent contre un pan de mur de la cour, il prit son élan et se dirigea aussitôt vers Alex. On les avait mis dans cette arène pour que l’un d’entre eux n’en ressorte pas indemne, et il valait mieux pour Luya qu’il soit le premier à attaquer afin de sauver sa peau.

Agrippant le col d’Alex, Luya tenta d’atteindre son visage à l’aide de son poing, sans grand succès. Les deux garçons se chamaillaient comme deux fillettes dans une cour de récré. Se tirant les cheveux et visant les dents, les cousins s’épuisaient rapidement à la tâche sans pour autant obtenir des résultats concluants. À bout de souffle, Luya se débattait toujours pour reprendre parfois le dessus et profita d’un court instant où il avait le contrôle sur la situation pour laisser échapper quelques mots...

« T’aurais pas pu le dire avant, hein ?! C’était pas compliqué de dire que Stan était ton père, si ? Bordel ! »

Si ç’avait été le cas, Luya aurait rapidement fait le lien dans sa tête et aurait pu parler de son oncle pendant des heures avant de découvrir qu’il était le père d’Alex... Bref, ils auraient découvert leur lien de parenté par hasard, certes, mais sûrement pas après s’être autorisé un court instant d’intimité dans les toilettes du bar. De toute manière, ils ne pouvaient pas se taper dessus éternellement : il y aurait forcément un moment où leurs corps affaiblis ne pourraient plus suivre et ils seraient alors contraints de rendre les armes...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Mar 27 Nov - 21:44

    Alex était partit dans son délire qui visait à frapper Luya, peu importe ce qu’on en disait. L’alcool lui donnait l’impression d’être capable de tout. Et, plus, de bien le faire. Alors quand la voix de Jackson se fit entendre « T'arriverais pas à viser... Avec un peu de chance en visant les dents tu atteindrais les couilles... » Autant dire qu’Alex n’y prêta même pas attention, tout comme il ne capta même pas les mots employés par Jack’s. En temps normal il aurait pu trouver le parallèle sympa mais pour que ce soit le cas, il aurait fallu qu’il soit sobre et, en plus, qu’il ne s’agisse pas de lui. Deux conditions qui n’étaient pas réunis et qui empêchait Alex de tout bien comprendre. Pas envie. Mais éclater la face de l’autre abruti qui s’auto proclamait de sa famille, ça, ça le tentait bien. Alex n’avait pas longtemps hésité avant de se pointer vers Luya et de lui décrocher son poing dans la tronche. Satisfaction intense, presque mesurable avec celle qu’il avait ressentie dans les toilettes un peu plus tôt. Mais, ça, il évita d’y songer histoire de préserver le peu de valeur morale qu’il avait.

    Jackson était dans le coin, s’approchait et Alex lui sortit le plus beau sourire de mec bourré qu’il avait en stock. Et même pas besoin de faire un effort pour le sortir ! Dans son esprit embrumé, Jackson venait dans l’unique but de le félicité de son attaque parfaite – à ses yeux -, si il avait eu le temps, Alex aurait même levé les bras comme le ferait un boxeur pro après une victoire. Il attendait déjà que Jackson lui dise qu’il avait été trop cool, qu’il avait assuré et que personne ne refaisait un portrait comme lui. Mais… Alex perdit son sourire parce que, en fait, Jackson était loin de lui envoyer des fleurs. Non, il était en train de le séparer de Luya. Bin ?! Un regard perplexe se posa sur la tronche d’Alex, pourquoi Jackson faisait ça ? « Tu me touches, tu me parles encore une fois comme tout à l'heure, tu penses simplement à faire l'un des deux je t'éclate la tronche comme tu n'as pas idée... Je suis pas ton pote, pas ton cousin, pas ton mec, alors ne vient plus me les briser et foutre la merde dans mon bar » Euh… c’était bas, petit et franchement pas cool ! Alex en aurait presque tapé du pied comme un gamin capricieux, c’était quoi cette tirade pourrie qui parlait de « mec » et de « cousins » ?! L’espace d’un très bref instant Alex se demanda si son deuxième coup n’allait pas aller tout droit vers Jackson qui semblait bien plus se préoccuper de Luya que de lui. Juste histoire de remettre les pendules à l’heure et de lui faire comprendre qu’il n’aimait pas trop qu’on puisse faire référence à ce qui venait de se passer. Une envie qui, finalement, lui passa très vite parce que c’était Jackson et que… Bin, bref, il frappait Jackson, c’est tout.

    Une fois de plus Alex eut l’impression de bouger sans l’avoir décidé, ce qui lui faisait comme une drôle de sensation dans le cerveau. Il se mit à sourire bêtement, c’était trop fun en fait. Il marchait et sans l’avoir voulu. Est-ce qu’il devenait un surhomme ? Avec des pouvoirs super balaize qui arraches le planché ? Et pendant qu’on le trainait – puisqu’il était question de ça en réalité – il commençait à se dire que quitte à avoir un pouvoir il aurait aimé en avoir un carrément moins pourri que celui de se déplacer sans l’avoir décidé. Ça c’était vraiment trop naze et ça risquait d’engendrer trop de situation à la noix comme celle-là qui, maintenant, lui donnait l’impression d’être envoyé en l’air. En fait c’était juste Jackson qui venait de balancer les deux types dans la cours. « Maintenant vous vous foutez sur la gueule c'est plus mon problème... Et désolé Alex mais franchement ... Pas mon bar... et le jour ou j'ai besoin d'un soulard pour défendre ma pomme on en reparlera... » Hein ? Alex le regarda l’air de ne pas comprendre pendant que son cerveau faisait le point sur ce qui venait de se passer. Ok, en fait on venait de les mettre dans une sorte d’arène où les deux pouvaient se frapper à volonté pendant que Jackson retournait sa veste. Vive la cohésion ! Merci bien les potes ! Pfff, tous bons à jeter en prison ! Blessé, il décida de faire comme si ce n’était pas le cas et se décida à répondre à Jackson comme un gamin de 5 ans pouvait le faire à un autre garçon de son âge : « Ouais c’est ça… On en reparlera le jour où tu feras à nouveau démolir le portrait parce que tu peux pas te défendre tout seul ! » Et là, Alex arborait fièrement la tronche d’un gosse qui venait de balancer un « C’est celui qui dit qu’y est ! Nah ! »

    Et puis sans prévenir voilà que l’autre lui fonçait dessus pour le frappé. Esquive. Hop, et je te frappe. Ah non, je loupe. Même des gamins étaient plus impressionnants dans un bac à sable… Cela dit, euh, au moins, ils avaient des râteaux, des pelles et des sceaux pour se frapper sur la tronche, c’était un avantage à ne franchement pas négliger ! Bref. Les deux essayaient de se tarter la tronche avec moins de réussite qu’ils auraient voulu et plus ça allait, plus Alex se demandait quand l’arbitre sifflerait pour donner un temps de pose. C’est que ça donne soif de se battre ! A défaut d’un arbitre, c’est Luya qui empoigna Alex : « T’aurais pas pu le dire avant, hein ?! C’était pas compliqué de dire que Stan était ton père, si ? Bordel ! ». Alex le regarda, dubitatif. Il se mit même à plisser les yeux parce que TOUT le monde sait que faire ça permet de beaucoup mieux réfléchir. Il avait besoin d’être certain d’avoir tout bien comprit… Et vu la tronche de Luya, il y avait peu de chance qu’Alex se soit planté sur son discours. Du coup, il secoua la tête, ce qui lui donna très vite le tournis. Mais c’était marrant. « Toi t’es vraiment tordu, tu sais ? Te faut l’arbre de généalogie avant de coucher avec quelqu’un ? Et tu veux pas un CV aussi, non parce que bon… »

    Même bourré l’idée de parler de son père avant de se taper quelqu’un lui paraissait ridicule. Il ne savait pas de quel pays – voir de quelle planète – venait Luya pour estimer qu’on est obligé de parler de son père pour se tapé une personne. C’était carrément degeu comme concept… Cela dit, ça l’était moins que de se taper son cousin. Et puis, sûrement parce que c’était une façon de minimiser ce qui venait de se passer – on se rassure comme on peut – Alex en vint à penser que les choses auraient pu être pire. Il se mit à sourire puis à rire doucement alors que Luya avait toujours le dessus sur lui. « Allez, ça aurait pu être pire, hein. T’aurais pu être ma cousine et tomber enceinte. » Le pire c’est que ça le ferait marrer parce que, effectivement, ça aurait pu être pire. Mais, tout d’un coup, il reprit son sérieux. « Me dit pas que tu viens de changer de sexe ? » Même si, techniquement, ça n’aurait rien changé à la possibilité d’être enceinte – ce que le cerveau d’Alex n’avait pas encore pris en compte – il se mit soudain à flipper à cette éventualité. Cette journée était définitivement pourrie !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Ven 30 Nov - 22:24

Honnêtement Jackson pensait qu'il allait se faire détruire la gueule. Non seulement parce qu'il n'était pas fin pour deux sous. Mais aussi parce que de toute façon c'était un peu comme ça que tout ce finissait chez lui... Quoiqu'il fasse ça retombait généralement sur sa pomme. C'était tellement habituel qu'il ne prenait de toute façon plus le temps de réfléchir à comment faire pour que ça ne lui retombe pas dessus. Enfin dans la situation présente il savait très bien ce qu'il pourrait faire pour qu'il ne lui arrive rien. Il pouvait se tenir très loin de la situation et ne plus jamais s'approcher de Luya ni d'Alex. Le problème c'est qu'Alex était son pote et que Luya... Ouai non Luya il pourrait de toute façon l'ignorer... A quelques choses près qu'il était le meilleur pilier de bar mise à part lui qu'il n'est jamais connu et qu'en temps que barman il pourrait pas faire sans. Enfin en soit tout était possible. Il ne fallait pas sous-estimer le manque de chance de Jackson. Quoiqu'il en soit il n'avait pas écouté le peu de raison qu'il lui restait et s'était de toute façon précipité la suite d'Alex pour l'empêcher de faire une connerie. Enfin pour empêcher Luya le petit nerveux de lui remonter à la gueule après le coup de poing minable qu'Alex lui avait mis. Les batailles dans un bar faisait mauvais genre et si la police venait à s'en mêler Jackson, Jason, Savannah etc passeraient un sale quart d'heure... Autrement dit il avait plutôt intérêt à bien jouer sur ce coup là. Il pouvait presque sentir des gouttes de sueur du au stress perler sur ses tempes... Enfin bien sûr tout ceci n'était qu'imaginaire, Jackson n'était pas du genre à se pisser dessus parce qu'il devait gérer deux pauvres mecs bourrés qui se mettent sur la gueule. Seulement il commençait à en avoir franchement marre d'échouer pour tout et ne voulait pas vraiment risquer un autre échec dans l'immédiat.

Ses doigts se crispèrent sur la nuque de Luya lorsqu'il remarqua son regard mielleux. Keep Calm, il ne faisait probablement ça que pour l'énerver, et il fallait avouer que c'était plutôt efficace. Luya dégoutait Jackson à présent, alors qu'il avait toujours pensé qu'il était un mec des plus normale. Et en temps normal il n'en aurait eu rien à foutre qu'il soit gay ou non. Mais non seulement il s'était tapé Alex, et Alex c'était révélé être son cousin, mais en plus il jouait de son statut pour mettre Jackson hors de lui. L'espace d'un instant Jackson se retrouva projeter un an au paravant, dans la prison de Los Angeles lorsqu'il n'osait pas vraiment sortir de sa cellule de peur de tomber sur l'une de ses grosses brutes d'homosexuel en rut près à tout pour défoncé et sa gueule d'ange et son cul bien propret. A cette image l'estomac de Jackson se retourna violemment et il du probablement faire mal à Luya et Alex bien malgré lui en s'accrochant à leur nuque. Heureusement ils étaient arrivés dans la cours du bar et il s'empressa de les jeter contre le sol. Qu'il se démerde. « Ouais c’est ça… On en reparlera le jour où tu feras à nouveau démolir le portrait parce que tu peux pas te défendre tout seul ! » Jackson regarda un instant son ami qui déconnait sec. D'ailleurs il ne l'avait jamais vu aussi stupide. C'était affolant. Que pouvait-il répondre à ça de toute façon ? Il n'y avait pas plus con comme phrase. Il lui fit un sourire bienveillant pouvant lui laissé l'impression qu'il avait raison, qu'il avait gagné et que Jackson avait terriblement besoin de lui pour se défendre. Hors sa se saurait si Jackson avait besoin de quelqu'un comme Alex pour se défendre. En réalité il aurait plutôt besoin de quelqu'un pour le tenir éloigner des problèmes et à ce jour cette personne n'était pas née. Jackson ne connaissait que des gens capable de l'enfoncer encore plus... Enfin mise à part Ashleigh.

Le moment était venu pour se tirer en douce. Fermer la porte derrière lui et retourner au bar servir ses conneries de cocktail avec comme seule idée en tête celle de se taper la plus jolie fille du bar. Oui il aurait du disparaître et oublier ses histoires de cousin, cousine, oncle, père, et sexe. Il aurait du sortir de sa tête ses mots terriblement incompatible d’un claquement de doigt et retourner à ses responsabilités. Mais il avait besoin de s’en griller une. Non pas pour passer un peu plus de temps dans cette endroit hideux qui lui rappelait déjà d’atroce souvenir, mais seulement pour se calmer un peu et laisser la nicotine lui pénétrer les veines. Il aurait bien apprécié un petit joint, un léger rail, ou un cocktail qui grille le cerveau, mais non seulement il était clean depuis des années et ne comptait pas replongé et puis dans tous les cas il devrait retourner aux boulots et ferait bien d’être parfaitement sobre. Il devait ainsi se contenter d’un peu de nicotine. Douce nicotine qui le soulageait aujourd’hui si peu. Il regarda planqué dans un coin, tirant sur sa cigarette, les deux abrutis se lançant des débilités aux visages... Il fallait dire que c’était à ce demander qui était le plus con, et donc le plus bourré des deux. Luya en lançait de belle, et à ces conneries il fallait avouer qu’Alex répondait avec une certaine logique étant donné des circonstances... Enfin tant qu’il ne commença pas à parler de cousine et donc de transexualité. Jackson ouvrit des yeux grands comme des soucoupes sous la connerie lâcher par son pote. Il le faisait réellement exprès non ? Ce n’était pas possible d’avoir son cerveau aussi à coté de ses pompes si ? Il fallait dire qu’habituellement Jackson n’était pas le seul sobre au milieu de bourré et ainsi il ne pouvait pas se rendre compte de l’absurdité du soulard. D’ailleurs Jackson ne put retenir un rire en imaginant Luya en fille. Il avait raison c’était encore pire. «T’inquiète pas Alex... Lu truc ne sera pas la prochaine Juno....» Pourquoi avait-il parler encore une fois ? Il était absolument inconcevable d’être aussi dénué de cerveau sans avoir un seul gramme d’alcool dans le sang. Pourtant les faits étaient là. Et Jackson était inconcevable.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Mer 5 Déc - 22:27

« Toi t’es vraiment tordu, tu sais ? Te faut l’arbre de généalogie avant de coucher avec quelqu’un ? Et tu veux pas un CV aussi, non parce que bon… »

Luya restait debout, les bras ballants et le regard vide. Il écoutait la réponse d’Alex sans même parvenir à se souvenir de la question. Parce que bon, quoi ? Son amant (car il était toujours difficile d’admettre qu’il était aussi son cousin) devait se rendre à l’évidence et accepter le fait que s’ils avaient effectivement pris la peine d'évoquer leurs passés avant de coucher ensemble, ils auraient pu s’épargner les nausées qui avaient suivies. Alors non, Luya ne se voyait pas comme quelqu’un de « tordu ». Il était juste complètement paumé, ne sachant même plus ce qui l’avait amené jusqu’ici. Tout ce dont il avait encore conscience c’était la partie de jambes en l’air dans les toilettes du bar et l’étrange révélation qui lui avait succédée. Si seulement l’appel de l’alcool avait été moins fort, le jeune homme ne serait jamais sorti en quête d’un bon remontant ce soir-là. Il serait resté sagement coincé entre les coussins du canapé familial pour assister à un débat télévisé quelconque ou s’abrutir devant une émission de télé-réalité. Son cerveau aurait pu dégouliner le long de ses oreilles à cause de toute cette bêtise, mais il ne serait pas là, complètement ivre, incapable de marcher droit, de parler ou de comprendre quoi que ce soit. Et plus que tout, il n’aurait jamais été l’auteur d’un crime immonde et incestueux.

Luya fixait son cousin, ne prêtant plus aucune attention aux sons qui émanaient de sa bouche. Il essayait de comprendre comment un visage si parfait avait pu se transformer en une créature aussi hideuse au point de lui faire rendre tout l’alcool qu’il avait consommé. Pourquoi fallait-il que ce soit en compagnie de son cousin qu’il s’autorise son premier adultère ? Luya soupira, certainement pour la millième fois de la soirée. À cet instant précis, il ne songeait plus qu’à une seule chose : retrouver sa baignoire et prendre une douche digne de ce nom. Il savait pertinemment que cela ne suffirait pas à nettoyer ce souvenir abject, mais il pourrait au moins essayer de retrouver ses esprits et faire le point sur la situation dans laquelle il venait de se fourrer - et c’était bien le cas de le dire...

De la conversation des deux autres hommes qui traînaient non loin de lui, Luya avait surpris l’évocation d’une éventuelle grossesse. Le jeune homme ne savait pas si Alex avait un jour assisté à des cours de biologie, mais il était en réalité impossible pour deux hommes de procréer - et encore moins que le plus actif des deux soit le porteur de cet enfant. Le jeune homme ne put s’empêcher de rire : à en juger par le manque de connaissance d’Alex, celui-ci n’avait donc pas menti et n’avait encore jamais laissé aucun autre homme franchir cette barrière avant ce soir... C’était peut-être ça qui avait le plus attiser le désir de Luya au final. L’idée de pouvoir redécouvrir quelque chose qu’il avait pris l’habitude de faire avec la même personne durant les trois dernières années - et de le faire découvrir au passage. Une sorte d’initiation intime pour pouvoir appartenir à un cercle très privé... Mais au final, heureusement qu’ils avaient bâclé la chose ; Luya pouvait bénir le ciel de ne pas avoir ramené ce garçon chez lui. D’une certaine façon, il était préférable que le destin les unissent dans cette antre particulièrement glauque et miteuse plutôt que dans un lieu passablement plus romantique ; ainsi, il était moins difficile d’essayer de se défaire de ce souvenir atroce, même si le traumatisme était toujours présent. Luya et Alex étaient sortis des toilettes depuis un certain moment maintenant, et pourtant le gardien de nuit avait l’impression que tous ses pores étaient salis à jamais. Non seulement cela ne lui ressemblait pas, mais en plus il s’était jeté dans la gueule du loup sans se demander si Alex n’avait pas le même sang que lui... Oui, définitivement, Luya avait fauté. On le punissait pour avoir trompé Scott, il n’y avait pas d’autre explication valable. Il jurait à présent qu’il ne coucherait plus qu’avec l’infirmier - après avoir pris soin de vérifier que celui-ci ne soit pas son grand frère illégitime...

« T’inquiète pas Alex... Lu truc ne sera pas la prochaine Juno... »

Non mais sans déconner, ils étaient encore là-dessus ? Jackson aussi avait besoin d’un dessin ? Avec un petit sourire en coin, Luya ne tarda plus à répondre pour couper court à cette conversation sans queue ni tête.

« Non mais concrètement, même si j’étais une nana, j’aurais pas pu tomber enceinte... Je te rappelle quand même que c’est moi qui te l’ai mise, et pas l’inverse. Comme si j’étais passif, nan mais c’te blaaague... C'toi le plus tordu je crois. »

Luya étouffa un rire. De toute façon, tout le monde ici était au courant de son orientation sexuelle. Sobre, il aurait pu lutter pour essayer de cacher la vérité ; mais là, il était incapable de nier quoi que ce soit. Certes, il était homosexuel, mais il était pourtant hors de question pour lui que son derrière se transforme en terrain de jeu. Il aimait les hommes, mais il ne fallait pas qu’on essaye de lui prouver tout l’amour qu’on avait pour lui - c’était une question de principe. Celui qui parviendrait à le faire changer d’avis n’était pas encore né. Dans son champs de vision, Luya aperçut le regard de Jackson qui tirait sur sa cigarette comme il s’était lui-même occupé d’Alex peu de temps auparavant... Ce pauvre type représentait tout ce que Luya condamnait et il transpirait l’homophobie et le machisme. C’était à cause de brutes comme lui que le jeune homme s’était enfermé dans sa souffrance, préférant le confort de sa petite bulle à la cruauté du monde extérieur. Avec les années, il avait même réussi à se convaincre qu’il était anormal et qu’il n’avait pas le droit d’assumer cette différence au grand jour. Il n’y avait que l’alcool qui l’aidait à s’accepter. Oui mais à quel prix ? Pour la centième fois cette nuit-là, Luya ferma les yeux en espérant que ce cauchemar serait enfin terminé une fois qu’il les rouvriraient. Mais rien. Toujours rien à part ces deux énergumènes. Il ne pouvait déjà plus les voir en peinture et s’il restait une seconde de plus, il finirait bien par répandre toutes ses tripes sur les godasses de l’un d’entre eux. Sans même savoir où se trouvait réellement la sortie, il se dirigea vers la première porte qu’il trouva.

« Je me casse. Parce que sinon j’vais vomir. C’est la grossesse là, ça me rend trop nauséeux quelque chose de bien... »

Jetant un dernier regard à Alex et à son sbire, il finit par s'éclipser comme il était arrivé - à la seule différence qu’il était complètement saoul et passablement irrité. Sans oublier le fait qu’il venait de coucher avec son cousin et que cette information ne devrait jamais quitter les murs de ce bar...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   Lun 17 Déc - 4:34

Si Alex devait repenser à cette soirée en étant sobre et, si les circonstances avaient été différentes, il aurait sûrement rit de lui-même avec la connerie qu’il venait de sortir à Luya sur les possibilités de tomber enceinte, juste avec un changement de sexe. Sobre, il était clair que ça lui paraitrait improbable, impossible et il n’aurait même pas songé à cette éventualité. Le fait est qu’Alex était bourré, qu’il était incapable de réfléchir et que ce qu’il sortait n’était pas fait pour avoir du sens. Si on devenait intelligent en se bourrant la tronche, ça se saurait et, en plus, la terre serait peuplé de génie vu le nombre de soulard ! Et dans ce brouillard qu’était son cerveau, Jackson se profila au loin. «T’inquiète pas Alex... Lu truc ne sera pas la prochaine Juno....» Ok, il s’était marré. Ok, Alex lui avait balancé une phrase digne d’un gamin de 5 ans un peu plus tôt. Mais, bordel, qu’est-ce qu’il pouvait l’apprécier à ce moment bien précis. Il était juste en train de lui dire que la théorie d’Alex était impossible et c’était un soulagement parce qu’Alex n’avait franchement pas envie d’être le père de l’enfant de son cousin transsexuel… Comment il aurait expliqué qui était le père, qui était la mère et les liens de parentés ? Outch… quelques neurones durent griller en même temps sous l’effort d’une telle réflexion !

Luya, lui, rigolait à la théorie d’Alex. Ce type devait être capable de réfléchir sous l’influence de l’alcool, ce qui n’était pas le cas d’Alex. Alors forcément Alex avait envie de coller son poing dans la figure de Luya, juste pour l’empêcher de rire, parce que ça l’énervait. Il en avait VRAIMENT envie mais… Pfff, trop compliqué en fait. Tant pis, il le frapperait une autre jour, là, fallait qu’il dessaoule ! Et puis, Alex se retrouvait à avoir pitié de Luya – tout en le détestant, c’était assez compliqué en fait – parce que ce dernier arrivait à avoir un raisonnement assez sobre en fait. OMG, le pauvre, il était assez sobre pour se rendre compte de ce qui se passait ? Ouais, définitivement, Alex le plaignait sérieusement tout en envisageant la possibilité de boire jusqu’à sa mort pour ne jamais remettre les pieds sur terre après ce qui venait de se passer. « Je me casse. Parce que sinon j’vais vomir. C’est la grossesse là, ça me rend trop nauséeux quelque chose de bien... ». L’information monta au cerveau alors que Luya était déjà devant une porte. D’ailleurs, il se demanda bien pourquoi l’homme se retourna une dernière fois pour le regarder ? Euh… il espérait une scène de film, ou Alex allait lui courir après pour le supplier de rester et tout ? Alex espérait que ce ne soit pas le cas parce que, dans l’immédiat, il avait réellement besoin d’oublier qui était Luya, ce qui venait de se passer et tout un tas de chose. Alors, pour seule réponse, Alex regarda Luya à son tour l’air de dire : Bin, qu’est-ce que tu attends, casse toi ! Moins d’une minute plus tard, Luya avait disparu de son champ de vision.

Alex se sentit instantanément soulagé. Sans la présence de Luya, les choses devenaient bien moins réelles. Avec un peu de chance il allait réussir à se convaincre que rien de tout cela n’était arrivé, que ce n’était qu’un putain de mauvais rêve, que… Il prit sa tête entre ses mains en percutant que c’était bien vrai. Le soulagement avait été de courte durée. Il soupira, se demanda qu’elle était la solution la plus efficace pour disparaitre à jamais et fini par poser son regard sur quelques poubelles posées là. « Bordel. » Il donna un coup de pied dans une poubelle. Un point pour elle, il ne l’avait même pas touché. Mais si elle arrêtait de tangué aussi, ça serait plus facile. « Bordel ! Bordel ! Bordel » en réalité il le répéta bien plus de fois, ponctué à chaque fois par un coup de pied qui faisait mouche deux fois sur trois. 2 minutes après il était épuisé par l’effort et ça avait le don de le calmer un peu même si son cerveau ressemblait à un champ de bataille des plus horribles. Il se retourna, vit Jackson et s’approcha de lui la mine complètement défaite.

« Je crois… » Il commençait à réfléchir et c’était ça le plus ennuyeux. « Je crois que là, j’aurais pas pu faire pire ! » Non parce qu’il avait beau retourner le problème dans tous les sens, se creuser la tête à chercher ce qu’il aurait pu faire d’autre, rien ne lui semblait être pire que ce qui venait de se produire. Il en voulait à Luya, c’était une certitude – même si cette colère ne devait pas être dirigé vers son cousin, comment aurait-il pu savoir ce lien de parenté – et se jura de se venger d’une façon ou d’une autre parce que ce qui venait de se passer n’était pas tolérable. Et, parce qu’il commençait à réfléchir, il comprit par la même occasion que Jackson savait ce qui venait de se produire, ce qui était encore plus ennuyeux parce qu’Alex aurait préféré que ce soit juste un mauvais moment dont personne ne soit au courant. Par la même occasion il prenait conscience du bordel qu’ils auraient pu créer dans le bar et, par définition, les problèmes qu’ils auraient pu apporter à jacks’. « Désolé. » Le bras le long de son corps il ne savait franchement pas ce qu’il devait dire. Par contre il savait ce qu’il devait faire : Boire, tomber dans le coma et espéré ne jamais se réveillé pour que tout cela devienne du passé sans jamais pouvoir y repenser.

La meilleure solution était sûrement d’appeler un taxi, de rentrer chez lui et de vider son bar. Il y avait de quoi faire. De cette manière il ne causerait pas d’ennui supplémentaire à jacks et s’assurait de se ramollir le cerveau en espérant oublier. Et c’est sous cette bonne résolution qu’il se laissa glisser au sol pour s’asseoir en s’appuyant contre le mur. Les bonnes résolutions c’est cool mais, là, il n’arrivait plus à tenir sur ses deux jambes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pardonnez nos offenses... [ALEX, LUYA, JACKSON]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Michael Jackson est mort...
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Jesse Jackson Says U.S. Should Help Haiti
» Percy Jackson RPG (Réponse au partenariat)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-