AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une journée comme les autres - Oliver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Une journée comme les autres - Oliver   Jeu 29 Nov - 1:10

    Ce n’était pas de sa faute… Pas totalement, en tout cas. Sauf que voilà, elle est était toute seule assise face au directeur de l’établissement. Son air complètement fermé, sa façon de s’asseoir nonchalante et sa moue qui voulait dire « j’dirais rien, même sous la torture » ne devait pas aider à établir un échange verbal entre elle et lui. Le regard de Lily vacillait entre ses mains, sa paire de converse et le directeur qu’elle quittait du regard dès qu’il s’apprêtait à ouvrir la bouche. Elle était capable de deviner son discours, un truc qui parlera de moralité à l’école, de respect de ses camarade et du matériel fournit et même que pour donner une certaine gravité à son discours, il ajoutera qu’il n’a jamais vu sa de sa vie. LUI, directeur, jamais il n’avait vu ça. Et blablabla et blablabla… « J’ai appelé à votre père ! » Lily haussa les épaules. Ouais et alors ? Son père bossait alors il ne risquait pas de débarquer, d’ailleurs elle ne croyait même pas son directeur, trop de fois il lui disait ce genre de chose sans qu’il n’y ait aucune suite. Il la baratinait, peut-être sa manière éducative à lui d’essayer de faire prendre conscience des choses. « Il va arriver. »

    « QUOI ? »

    Elle se redressa pour se mettre droite sur sa chaise, l’annonce eut l’effet d’une bonne douche froide. Comment ça il arrivait ? Non, ce mec bluffait, il ne l’avait pas réellement appelé… Bon, ok, ça ne serait pas la première fois mais. Un sourire satisfait se posa sur le directeur. Me*de ! Me*dr ! M*rde ! Non, elle devait faire comme si elle s’en foutait, sinon ce type trouverait le moyen d’appeler son père à chaque fois. Pourquoi avait-il fallu qu’elle réagisse, elle était censée adopter cette attitude « j’m’en foutiste » comme à chaque fois qu’elle débarquait en cours. Elle s’était complètement foirée sur ce coup là mais c’était de sa faute, à lui aussi, elle était certaine qu’il ne l’appellerait pas son père. Ok, ce n’était pas grave, elle devait juste trouver une excuse pour expliquer ce qui venait de se passer. « Vous comprendrez, Mademoiselle Lawrence, que je ne peux pas tolérer votre attitude. Frappez ses camarades de classe n’est pas envisageable dans mon établissement »

    Elle croisa les bras et se laissa un peu glisser sur son siège, se renfermant par la même occasion. Si le directeur ne voulait pas voir ses élèves se frapper dessus, il n’avait cas faire une meilleure sélection à la rentrée. Ça aurait évité des filles comme Susan, trop hautaine, trop stupide, qui se permettait de balancer des trucs sur le père de Lily par rapport à l’âge que pouvait avoir sa belle-mère. « Dis, quand ton père vient te cherché, c’est pour trouver sa nouvelle conquête ». Bin forcément qu’après ça elle s’était pris le poing de Lily dans la figure. Et pas qu’n peu, au fond elle était même fière de lui avoir péter le nez. Elle l’avait cherché. Le sourire qu’elle avait sur les lèvres à cette simple constatation ne semblait pas vraiment plaire au directeur qui plissa légèrement les yeux. « Ça vous amuse, en plus ? »

    « Bin… Elle posa son regard sur le directeur sans même hésiter une seule seconde. De manière totalement objective, faut quand même avouer que je ne l’ai pas loupé… »

    Et voilà qu’elle lui sortait le sourire le plus insolent qu’elle avait en stock. Non, elle ne dirait pas ce qui s’était passé, elle ne se chercherait même pas d’excuse. Hors de question d’expliquer à qui que ce soit que, même si elle pouvait mener la vie dure à son père, elle était la SEULE à pouvoir le faire. Quiconque emploierait une parole déplacé envers celui-ci se verrait forcément avec son poing dans les dents. Le directeur la regarda, il avait ouvert la bouche mais l’avait finalement refermé semblant se demander s’il devait la secouer maintenant ou attendre un peu. Heureusement, pour lui, il n’eut aucune décision à prendre parce que son téléphone se mit à sonner. Il s’empressa de décrocher. « Très bien, faite le entrer. »

    Ok, ce n’était plus qu’une question de seconde avant que son père n’entre dans le bureau. Lily se mit d’accord avec elle-même, quoiqu’il arrive, elle ne dirait pas pour quelle raison elle s’est battu avec une fille de sa classe. Si elle doit fournir une explication, elle donnera la plus pourrie qu’elle à un stock. D’une, ca permettrait peut-être de désespérer tout le monde et, de deux, elle n’aurait pas besoin d’avouer qu’elle défendait son père. N’empêche qu’elle faisait moins sa maline, même si elle s’efforçait de garder cet air nonchalant. Se créer une armure devant tout le monde était une chose, la garder intact devant celui qui la connaissait le mieux, et qu’elle aimait le plus, c’était une toute autre histoire. On venait de frapper à la porte.

    « Entrez. Une fois la porte ouvert et que le directeur fut assuré qu’il s’agissait bien du père de Lily, il désigna la chaise à côté d’elle. Asseyez-vous je vous, s’il vous plait. »

    Lily était soudainement très intéressé par ses chaussures, bien que banales, elles avaient l’avantage certain de ne pas avoir à croiser le regard de son père. Aucune envie de répondre à la moindre question muette qu’il aurait pu avoir dans le regard et, encore moins envie de lire la désapprobation sur son visage. Ok, elle faisait tout pour voir ce visage mais ce n’était pas pour cela qu’elle aimait le voir. Tout ce qu’elle voulait, elle, c’était que les choses redeviennent comme avant. Alors ouais, ses chaussures, pour le moment, étaient franchement la meilleure chose à voir.

    « Je suis désolé de vous faire venir en pleine journée mais Lily a frappé une de ses camarade de classe qui a fini à l’infirmerie. Je trouve que la situation est assez grave pour vous faire venir. »

    Il aurait quand même pu faire un effort de tact au lieu de balancer tout ça d’un coup. C’était définitif, elle détestait ce type aussi… Ca commençait à faire beaucoup de personne à détester. Et dire qu’elle n’arrivait même pas à être désolée, tout ça ce n’était pas de sa faute !
Revenir en haut Aller en bas
 

Une journée comme les autres - Oliver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Une prof pas comme les autres(Fini)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-