AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NEELA&SHANE - When the stars leads you to me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Lun 17 Déc - 22:58

Ce matin j’emménageais enfin. Dur de s’imaginer Maxine chez quelqu’un et moi seul dans un appartement sans vie. J’avais acheté tous les meubles qu’il fallait et vu mon état avait demandé à qu’un des vendeurs de tout installer. Je finis de ranger le peu d’affaires que j’avais, surtout des trucs que je venais d’acheter en fait. Je m’installais quand la porte avait sonné. J’avais ouvert et la jeune femme que j’avais tenté de sauver il ya plusieurs mois et pendant les années où nous avions été séquestré était devant moi. Elle était méconnaissable et avait sensiblement été rouée de coups. Je l’avais prise, amenée dans la chambre et j’avais demandé à Scott, celui qui avait été suffisamment discret pour s’occuper de moi. On s’était occupé d’elle et j’avais fait le reste. Je n’avais pas songé que tout ceci pourrait être complexe. Dès que je quittais Maxine, parfois trop tôt, je la rejoignais et nous parlions des heures. Il fallait qu’elle parle, que je parle, car personne – à part un psy – serait à même de comprendre sans l’avoir vécu. J’avais vraiment envie d’aller plus loin que ce que j’avais eu connaissance d’elle. Nous n’avions pas eu beaucoup d’occasion de parler.. Je la regardais dormir, elle était si belle, et pourtant si meurtrie que c’en était touchant. Je m’en voulais d’avoir été la cause de ça, car dès que je n’étais plus là, plus personne ne pouvait prendre les coups à ma place. Elle semblait se réveiller. Elle n’était pas encore rétablie et faible, moi j’avais récupéré un peu, la plupart de mes fractures même mal soignées étaient anciennes. Les siennes non.. Je devais encore prendre soin d’elle. « Fais doucement.. Ou je vais devoir jouer au puzzle.. » Je souriais doucement, et tout en grimaçant – mon épaule étant loin d’être guérie – je la portais au salon.. J’avais pris cette habitude et ça ne faisais que deux petites semaines.. Son genou était toujours gonflé et je n’osais imaginer ce qu’elle avait pu subir, j’avais une bonne idée en regardant son bras. Scott avait expliqué qu’ils avaient du faire la fête et que lui briser le bras et sa main n’était que la partie immergée de l’iceberg. Elle avait eu des côtes cassées, des bleus sur le corps entier, quelques lacérations, encore heureux, elle avait réussi à s’enfuir – j’ignorais comment elle avait survécu - et avait trouvé chez moi.. J’avais presque envie de croire que c’était la chance. Je la déposais sur le canapé et posais la pizza que nous avions commandée. Cette fille avait du être affamée, elle dévorait. Je refis doucement le bandage de son genou et replaça l’atèle. Ma main caressa sa joue doucement.. « T’as mieux dormi cette nuit. Toute façon tu restes ici tant que tout n’est pas réglé ok ? » Je pris place à mon tour, j’essayais de ne pas montrer que moi aussi, j’étais loin d’être au mieux de ma forme. Parce que c’était elle la priorité, pas moi.. J’allumais notre programme préféré et fini par la voir se tortiller et grimacer. Je me plaçais donc derrière elle et la posais contre moi, afin de la caler si on pouvait dire. Heureusement que mes côtes étaient guéries ou j’aurais senti la douleur.. « On devrait créer le club des puzzles, on ferait un malheur.. » Rigolais je ironiquement.. Il valait mieux en rire qu’en pleurer après tout. Passant ma main sur son bras valide je lui soufflais doucement à l’oreille « Ca va ? Tu te sens bien ? Tu me dis si tu préfère retourner dans ta chambre ok ? » Je savais pourtant que l’un comme l’autre, ce n’était pas les blessures physiques qui seraient le plus dur à guérir, et je pensais aussi au fait que je n’avais pas encore mentionné Neela à Maxine..
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Mar 18 Déc - 22:33

Suite à l’Enfer que la jeune femme avait enduré pendant des années au cours d’une mission en Ouzbékistan, le sommeil était devenu un véritable luxe. Tous les soirs, c’était la même rengaine : Neela luttait pour échapper aux bras de Morphée parce qu’elle revoyait sans cesse les séances de torture que ses geôliers lui avait fait subir. Elle dormait à peine, mangeait à peine et sursautait au moindre bruit, au moindre claquement de porte et au moindre contact physique. Seul celui de Shane était tolérable. Entre elle et lui s’était tissée une relation bien étrange, impossible à décrire. Neela était devenue dépendante de Shane autant d’un point de vue physique que d’un point de vue émotionnel. Tous deux avaient été brisés tant et si bien qu’au final l’un complétait l’autre. Réveillée par un mauvais souvenir, Neela – incapable de se redresser brusquement sans se faire mal – ouvrit les yeux vivement et se crispa en sentant une présence non loin d’elle. Son cœur qui battait à tout rompre se calma presque aussitôt en distinguant l’ombre bienveillante de Shane, penché au-dessus d’elle. Neela se mit à rougir. Elle était touchée et gênée à la fois de savoir que le trentenaire restait à son chevet comme s’il s’était lui-même proclamé ‘gardien du sommeil’. « Fais doucement.. Ou je vais devoir jouer au puzzle… » sourit-il, incitant Neela à en faire de même. Puzzle. Le mot était parfaitement choisi. Ils étaient en morceaux. La jeune femme opina du chef et se laissa transporter en faisant de son mieux pour ne pas réveiller les blessures de son hôte qui n’était pas dans un meilleur état qu’elle. Tandis qu’il pansait ses plaies, l’asiatique resta parfaitement docile et le regarda faire dans le plus grand silence. Shane faisait preuve d’une extrême douceur, comme si Neela était de porcelaine et qu’il craignait de l’ébrécher un peu plus au moindre geste brusque. Lorsqu’il lui tendit une part de pizza, Neela, affamée, ne se fit pas prier pour s’en remplir la panse. « T’as mieux dormi cette nuit. Toute façon tu restes ici tant que tout n’est pas réglé, ok ? ». Sentant sa main effleurer sa joue, l’asiatique redressa légèrement la tête et sentit un voile de larmes se former sur ses yeux. Il était si gentil et si patient avec elle. Après tout, elle était l'intruse, celle qui avait débarqué un beau jour à sa porte en réclamant l’aide d’un homme qu’elle connaissait à peine. Parce que oui, malgré ce qu’ils avaient enduré pendant des années, Shane & Neela n’étaient encore que des étrangers. Durant leur séquestration, ils avaient volontairement refusé de partager certaines informations afin de préserver la vie de l’autre au cas où les langues se délieraient enfin sous l’effet d’une douleur insoutenable. « Pas vraiment, mais le fait d’être ici et de ne pas être seule m’apaise beaucoup. ». Il s’installa à ses côtés et alluma le téléviseur à l’heure du programme qu’ils avaient pris l’habitude de regarder ensemble en deux semaines de colocation. Bien vite, Neela grimaça et se tortilla cherchant une position un tant soit plus confortable et, une fois encore, Shane vint à la rescousse en la calant tout contre son corps. « On devrait créer le club des puzzles, on ferait un malheur ». Neela n’eut aucun mal à percevoir la note d’ironie dans le ton de sa voix et ses lèvres formèrent aussitôt un sourire tremblant et éphémère. « Dans notre état ‘patchwork’ serait un terme plus approprié. » dit-elle, tâchant d’y mettre la même intonation sans grand succès. Elle voulait faire de l’humour, mais le cœur n’y était pas vraiment. Les évènements étaient encore trop frais dans sa mémoire pour les dédramatiser à grand renfort de phrases ironiques. « Ca va ? Tu te sens bien ? Tu me dis si tu préfère retourner dans ta chambre ok ? » s’enquit-il aussitôt, ce à quoi Neela lui répondit : « Non, ça va, tu es un fauteuil plutôt confortable, j’espère ne pas être une couverture trop encombrante. ». Son regard quitta la télé un instant pour croiser celui de Shane à qui elle prononça ses mots le plus sincèrement du monde : « Merci Shane. Pour tout. Tu es un homme bien. ».


Dernière édition par Neela S. Chang le Jeu 10 Jan - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Lun 24 Déc - 17:45

Comme presque tous les matins, la brunette finissait complètement seule à l’appartement. Amber se trouvait désormais en plein cours de sciences ou de littérature – Max ne connaissait pas son emploi du temps par cœur – et Thomas avait rejoint le bâtiment du Bureau, également prêt à démarrer une nouvelle journée. Max essuya la dernière assiette du petit-déjeuner avant de la remettre à sa place, puis soupira. Bientôt, elle eut terminé ses corvées domestiques et se posa quelques minutes sur le canapé. Ses pensées s’entremêlaient depuis un moment, et pour la toute première fois de son existence, elle se sentait strictement incapable de les remettre en ordre. Tellement de choses avaient changé, et en si peu de temps ! Le retour de Shane, l’arrivée d’une demi-sœur et surtout, son envie d’emprunter un autre chemin. Comment pourrait-elle retourner travailler pour l’Armée désormais ? Où vivrait Amber ? Avait-elle le droit de l’arracher à cet endroit pour la traîner sur une base militaire, à des centaines de kilomètres d’ici ? Et qui s’occuperait d’elle quand Max serait en mission ? Leah ? Bien évidemment, Shane n’était pas en reste non plus. Certes rien ne l’obligeait à rester à Los Angeles, il pourrait suivre Max si elle décidait de reprendre sa carrière où elle l’avait laissée avant de poser des vacances prolongées. Toutefois, ce n’était pas une solution pour lui. Il avait trop donné, et il souhaitait tirer un trait sur son passé. La Colonel sentait qu’il ne voulait plus aucun contact avec son ancien travail, et pouvait parfaitement comprendre pourquoi. Parce que si elle avait vécu les mêmes choses que lui, sa réaction n’aurait pas été différente…

Les doutes ne la lâchaient pas. Elle était tiraillée entre son amour pour l’Armée et celui pour ses proches, qui avaient besoin qu’elle reste auprès d’eux. Sans compter qu’elle non plus ne s’imaginait plus vivre sans qu’ils ne soient à ses côtés. Max avait toujours rêvé d’avoir un petit frère ou une petite sœur. La vie lui en apportait une sur un plateau, et il faudrait encore qu’elle la mette au second plan sous prétexte que sa carrière comptait davantage ? Jamais. Amber avait pris bien trop de place dans son cœur en si peu de semaines. Quant à Shane, il avait bien trop souffert durant ces longues années. Il méritait d’être enfin heureux, et le ramener à Carlisle provoquerait tout le contraire. La Colonel n’avait plus tellement le choix : elle devait quitter son poste, quitter l’Armée. Bien sûr, elle pourrait demander une mutation et travailler dans un bureau ici, en Californie. La procédure serait simple et rapide. Mais ce n’était pas ce qu’elle souhaitait. Elle était née pour bouger, pour affronter le danger jour après jour. Remplir de la paperasse et répondre aux coups de fils ne l’intéressait pas – autant mettre tout de suite un terme à ses jours. Non. Si elle décidait de s’installer définitivement à Los Angeles, alors elle démissionnerait de l’Armée et changerait de voie professionnelle. Ce serait encore la solution la plus simple, qui lui ouvrirait sûrement pas mal de portes. Sans compter qu’avec un CV comme le sien, elle ne se faisait aucun souci et se doutait qu’au moment où elle annoncerait son départ, elle aurait déjà plusieurs propositions à étudier. Ses contacts étaient partout.

Son choix semblait fait. Malgré cela, elle se sentait dans un état d’incertitude intense. Elle avait besoin d’en discuter avec une personne qui la connaissait bien, et qui serait susceptible de la comprendre, pour ensuite la conseiller. Max songea aussitôt à son frère de cœur Thomas, mais il était au travail. Idem pour son meilleur ami, Scott. Devait-elle retrouver Shane ? Pourrait-il l’aider sans être forcément subjectif du fait de son expérience et de la relation qu’ils entretenaient ? Saurait-il se montrer neutre, même si dans le fond, il voudrait sans aucun doute qu’elle reste à Los Angeles ? Probablement. Elle lui faisait confiance. Récupérant son manteau sur la patère de l’entrée, la brunette saisit ses clefs et quitta l’appartement. Direction le nouveau logement de Shane. Elle avait espoir qu’il ne soit pas sorti ; dans le cas contraire elle n’aurait d’autre choix que de composer avec ses nombreux doutes, en attendant de pouvoir vider son sac. Toutefois, elle n’était pas sûre d’en être capable. Cette histoire l’inquiétait bien trop, car elle remettait son existence en cause, du début à la fin. Max avait toujours cru qu’elle finirait par épouser un autre membre de l’Armée américaine, et que comme ses parents, elle emménagerait dans une maison, à la base militaire. Fonder une famille lui serait forcément venu à l’esprit, et peut-être aurait-elle eu un ou plusieurs enfants… Mais quoi qu’il en soit, elle ne s’était jamais imaginée faire autre chose que défendre son pays. Aujourd’hui pourtant, elle était à deux doigts d’envoyer une lettre de démission à ses supérieurs. Et cette pensée, cette envie de changement, l’excitait autant qu’elle l’effrayait.

Vingt minutes plus tard, Max garait sa voiture juste sous l’immeuble où Shane venait d’emménager. Une personne sortait au moment où elle rejoignit le hall, ainsi n’eut-elle pas besoin de sonner à l’interphone. Elle grimpa les escaliers – l’ascenseur, très peu pour elle : la brunette avait des jambes et aimait s’en servir, contrairement à l’Américain moyen – et arriva rapidement devant la porte de l’appartement. Cette dernière se trouvait par ailleurs entrouverte d’une dizaine de centimètres, ce qui était étonnant de la part de Shane. On pourrait croire qu’un homme ayant passé quatre ans prisonnier et torturé se montrerait légèrement plus prudent… « Shane ? » appela doucement la jeune femme, passant la tête de l’autre côté. Le couloir était vide, et aucune réponse ne lui parvint. Devait-elle frapper ? « Shane, tu es là ? » Toujours rien. Ca en devenait beaucoup trop étrange. Le cœur battant la chamade à l’idée que quelque chose se soit passé, Max se décida finalement à entrer. Instinctivement, elle se sentit complètement nue voire vulnérable : dans de telles circonstances, elle aurait aimé avoir une arme entre les mains. Manque de chance, les soldats n’étaient aucunement des flics, et ne se trimballaient pas avec des Smith & Wesson à la ceinture, même en permission ou en congés.

Avançant doucement, tous les sens en alerte, Max entendit le son de la télévision parvenir jusqu’à elle. « Shane ? » répéta-t-elle en entrant au salon. Elle faillit s’étrangler en découvrant la scène. Shane était bien présent, mais pas seul. Il tenait une inconnue entre ses bras, l’air parfaitement détendu. Un carton vide de pizza trainait sur la table basse. Ils semblaient en pleine séance télé, et Max, amère, ne put s’empêcher de se dire qu’il ne manquait plus que le feu de cheminée pour compléter le tableau du couple parfait en mode cocooning. Lorsque Shane l’aperçut et que leurs regards se croisèrent, le visage de la Colonel passa par de nombreuses expressions. Tout d’abord, la surprise et l’incompréhension. Puis, la tristesse, la déception. Et enfin, la colère. Sans prononcer un seul mot, elle fit volte-face, marcha le plus rapidement possible jusqu’à l’entrée, quitta l’appartement en claquant la porte et continua son chemin dans le couloir. Avec la ferme intention de ne plus jamais remettre les pieds ici.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Mar 25 Déc - 15:45

Neela et moi c’était plus que fort en ce moment. Pourtant ça ne nous avaient pas effleuré l’esprit que nous pouvions être considéré autre que comme des compagnons d’infortune. Il ne m’était venu à l’idée de tromper Maxine surtout. J’ignorais ce qu’elle en penserait quand j’aurais le courage de lui parler. Mais il était clair dans mon esprit que l’attachement pour Neela n’était pas déplacé. Je ne comprenais d’ailleurs pas toujours ce qui nous liait. Elle me rassura en disant qu’être là et non seule l’aidait à reprendre les rennes de sa vie et c’était agréable à entendre vu dans l’état dans lequel je l’avais retrouvé. Elle lança l’idée de patchwork et je riais puis me calmai parce que ça faisait encore mal de rire parfois. A croire qu’on nous avait recousu à l’arrache.. Enfin surtout moi, puisque la plupart étaient de vieilles blessures soit disant soignées à l’époque. Elle me traita de fauteuil et il fallait voir la tronche que je fis à ce moment là. La comparaison me fit nettement sourire cependant. « Ca dépends si tu gigotes jte fous par terre.. » Evidemment je ne le ferais pas…quoi que. Le merci me toucha beaucoup, parce que j’avais juste besoin de lui montrer que j’étais là et que je m’en voulais de ce qui lui était arrivé. Je posais ma tête contre elle quand j’entendis crier de la porte.. Par soucis de ne pas bouger et de ne pas déplacer Neela j’attendis que Max arrive dans la pièce. Et même si j’aurais du m’y attendre, je ne compris pas de suite sa réaction. Je finis par me déplacer et déposer Neela doucement sur le canapé. « Il faut que je m’occupe de ça ou elle va s’imaginer n’importe quoi.. Au fait. C’était Maxine.. » Oui j’avais parlé à Neela d’elle et pas qu’un peu. Nous avions échangés beaucoup. Elle savait que Maxine était capitale pour moi, et ça n’avait jamais été contesté. Mais j’avais fait l’erreur de ne rien dire à Max. Je finis par me déplacer aussi vite que je pouvais. Techniquement j’étais censé immobiliser l’épaule, censé.. Mais pour m’occuper de Neela je ne pouvais pas prendre autant de repos que j’aurais du.. Je finis par la retrouver dans le couloir. Avant qu’elle tourne et emprunte l’escalier ma main attrapa son bras et l’immobilisa. J’avais toujours de la force et même plus qu’avant en un sens. On s’endurcit peu à peu pour ne plus souffrir. « Reste Max. » Je la forçais à me faire face. « Qu’est ce que tu fais ? Tu vois une femme dans mes bras et tu en conclues quoi ? Étais-je en train de me l’envoyer ? De l’embrasser ? Que je sache non. Je ne sais pas si je dois comprendre ta réaction ou être profondément blessé que tu puisses penser que ce je suis ce genre d’homme là. Je déteste le fait que tu sois si proche de Thomas, ça ne m’empêche pas de savoir que tu ne feras rien avec lui. » Ma main passa derrière ma nuque. « Je t’arrête de suite Neela n’est pas ce que tu crois. C’est une amie. Plus précisément une des victimes de ceux qui m’ont éloigné de toi quatre ans si tu vois ce que je veux dire.. Elle est arrivé il ya peu, dans un état lamentable. Quand je suis parti..Ils ont.. Enfin si tu veux la plupart des coups que j’ai reçu ou autre, j’ai parfois pris à sa place à elle, j’avais trop peur qu’elle ne le supporte pas. Quand je n’ai plus été présent c’est elle qui a pris.. Scott m’a aidé à la retaper si on peut dire et je m’en occupe depuis. Elle ne supporte personne, ni bruit ni rien. Elle est encore sous le choc.. Et très faible émotionnellement. Et moi je dors par terre de toute façon.. Elle fait un tas d’insomnies et de cauchemars.. Qu’est ce que tu voulais que je fasse ? Que je lui dise va voir ailleurs si j’y suis ? C’est MA faute s’ils lui ont fait ça.. D’ailleurs je crois que.. » Je mis un temps d’arrêt, parce que reconnaitre qu’on puisse faire un acte si abominable à une femme ou à quiconque. Rien que de penser qu’on puise le faire à Maxine et je pense qu’on assisterait au plus gros carnage jamais vu. « Je pense qu’on a abusé d’elle. Je dois dire que plusieurs fois je me suis demandé ce que je ferais si ça t’arrivait.. Je pense que je les tuerais de mes mains.. Je suis désolé, je ne trouvais pas les mots pour te le dire..Et vu qu’elle a du mal à voir qui que ce soit.. Viens. » Je lui pris la main, intimant de me suive et espérant qu’elle accepte. Je n’avais pas de secrets pour elle et je voulais qu’elle fasse partie de chaque partie de ma vie. Ca et le fait que je pensais qu’elle serait merveilleuse pour Neela, ne valait il mieux pas une femme pour en réparer une autre ? Je dus presser sa main, comme pour me rassurer sur ce qu’elle aurait pu avoir subi. Ce qui e tuerait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Mer 9 Jan - 13:40

Blottie contre Shane, Neela avait enfin trouvé la position idéale qui ne la faisait pas trop souffrir et s’évertuait à se faire la plus légère possible pour ne pas gêner le trentenaire. « Ca dépend si tu gigotes j’te fous par terre » dit-il, la faisant pouffer de rire entre deux gémissements de douleurs. Elle était dans un tel état que même rire était une véritable torture, c’était pour dire ! Fort heureusement, Neela n’était vraiment pas d’humeur joyeuse ces temps-ci. « Je retire ce que j’ai dit, tu es vraiment sans pitié pour les infirmes. » conclut-elle, d’une voix pâteuse et dans un demi-sourire. Elle étouffa un bâillement et sentit ses paupières devenir lourdes. Bien qu’elle venait tout juste de sortir du lit et de se sustenter, Neela était toujours aussi fatiguée ; la nuit avait été particulièrement mouvementée et même si elle avait ‘mieux dormi’ il lui restait tout de même un quota d’heures à rattraper. La jeune femme commençait à piquer du nez lorsqu’elle entendit un bruit. Ses sens en alerte, à l’affût de la moindre présence non désirable, Neela rouvrit les yeux et fixa la porte au moment où une jeune femme faisait son entrée dans le salon. Elle tenta de se redresser, en vain. Impossible d’esquisser le moindre mouvement sans se faire mal. Par chance, Shane prit les devants, se leva du fauteuil et la réinstalla sur celui-ci. « Il faut que je m’occupe de ça ou elle va s’imaginer n’importe quoi… Au fait, c’était Maxine… ». Ca, elle l’avait parfaitement deviné. Il n’y avait qu’à voir l’expression de celle-ci lorsqu’elle avait vu Shane en sa compagnie. Neela ne pouvait pas la blâmer d’une telle réaction, il était vrai que la situation pouvait paraître un peu ‘ambigüe’ et comprenait qu’elle ait pu en tirer des conclusions trop hâtives. Néanmoins, son cœur se serra et une pointe d’angoisse se fit ressentir : elle avait tellement peur que Maxine n’incite Shane à renvoyer Neela de son appartement. Elle savait que sa présence ici était malsaine, mais le fait est qu’elle n’avait nul autre endroit où aller, nul autre personne avec qui la jeune femme se sentait autant en sécurité parce que Shane avait vécu le même calvaire. « Vas-y, ne t’inquiète pas pour moi. » répondit-elle en esquissant d’un petit mouvement de tête visant à la rendre plus crédible. Cependant, Neela était très mal installée et cette position inconfortable réveilla toutes les douleurs qui lui arrachèrent de nouveau gémissements qu’elle tenta de contenir. Dans une dernière tentative pour faire taire la douleur, la jeune femme rassembla toutes ses forces et son courage pour se lever du fauteuil. Elle voulait les suivre, assurer à Maxine qu’elle n’avait vraiment pas l’intention de lui voler Shane, seulement de l’accaparer un peu le temps d’être de nouveau sur pieds. Pas très crédible même s’il s’agissait de la vérité. Cet effort pour se remettre debout dura près de cinq minutes et se solda par un échec cuisant : ses jambes se dérobèrent sous le poids d’une douleur insupportable et son corps vint heurter le sol.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Mer 16 Jan - 17:04

Non, elle ne resterait pas une seconde de plus dans cet appartement. Max ressentait un profond besoin de quitter les lieux avant de faire une chose regrettable, comme se disputer avec Shane. Evidemment, il lui devait des explications qu’elle avait l’intention d’obtenir coûte que coûte, mais certainement pas en face d’une étrangère. La brunette attendrait qu’ils soient tous les deux pour lâcher sa colère et son dégoût. En attendant, elle devait partir aussi vite que possible, histoire que ses nerfs ne prennent pas le dessus sur sa raison. Chose qui arrivait assez souvent étant donné sa personnalité d’impulsive finie. Même si elle ne voulait pas entrer dans les détails de sa vie intime devant cette inconnue, elle ne donnait pas cher de sa capacité à garder le silence, si Shane prononçait ne serait-ce qu’un seul mot à son attention. Faisant volte-face, la Colonel s’éloigna à pas précipités du salon et sortit dans le couloir de l’immeuble. Une poignée de secondes plus tard, alors qu’elle s’apprêtait à rejoindre la cage d’escalier, elle sentit une main, à la fois douce et ferme, se poser sur son bras. Celle de Shane, à n’en pas douter. Maxine émit une espèce de grognement de mécontentement quand il l’obligea à le regarder : ses yeux brillaient, et les larmes menaçaient de couler à tout moment. Son expression laissait entrevoir sa peine et sa douleur, et elle aurait beau faire de son mieux pour se cacher derrière un masque de neutralité, elle n’y arriverait pas. Avec Shane, ce genre de choses n’existait pas. Elle se montrait entière en sa compagnie, volontairement ou non. Si elle tentait de lui mentir sur ses sentiments, il le devinerait tout de suite. Elle était strictement incapable de lui cacher quoi que ce soit, parce qu’il lisait en elle comme dans un livre ouvert…

Forcée par la situation, Max plongea son regard dans celui de l’homme qu’elle aimait, et qui venait pourtant de la trahir de la pire manière qui soit. Elle haïssait, oui, elle haïssait au plus haut point se montrer dans une telle position de faiblesse, même face à Shane. Elle n’avait jamais apprécié qu’on la voit pleurer ou même être triste, peu importe que ce soit l’amour de sa vie, son frère de cœur ou encore son meilleur ami. Même sa demi-sœur. Max était née comme ça, « handicapée des sentiments » comme le disaient si justement certains de ses comparses soldats, quand elle était encore en formation. Ceux qui avaient su se frayer un chemin à travers les murs épais qui entouraient son cœur se comptaient sur les doigts d’une seule main. Shane en faisait partie. Elle l’aimait plus que tout au monde, et pourtant, elle venait de le trouver dans les bras d’une autre femme. Comment allait-il se justifier ? Essaierait-il de le faire ? Max espérait que non, qu’il ne lui ferait pas cet affront, au moins. Qu’il se contenterait de dire qu’il était tombé amoureux, et que par conséquent, il mettait un terme à leur relation. Mais au fond, la Colonel se disait que cette histoire qu’ils partageaient ne pouvait pas finir comme ça. Ils avaient vécu tellement de choses, bonnes comme mauvaises ! Elle l’avait attendu, toutes ces années, après l’avoir inlassablement cherché. Toujours avec cet espoir – que beaucoup qualifiaient de fou et qui avait failli lui coûter sa carrière militaire – qu’il était encore en vie, quelque part, et qu’il lui reviendrait un jour. « Reste Max. »

Cette simple phrase la sortit de ses pensées. Shane avait bien l’intention de lui donner les explications qu’elle attendait. Ils étaient seuls dans ce couloir alors après tout, pourquoi pas ? Qu’on en finisse ! Max se dégagea violemment de son emprise et referma les bras contre sa poitrine, prenant aussitôt un air de défi. Oui, elle le défiait littéralement de lui donner une raison valable de l’avoir trouvé en cuillère sur un canapé avec une parfaite inconnue ! Qu’il se justifie ! Shane commença par avouer qu’il se sentait blessé qu’elle puisse avoir imaginé une chose pareille de sa part. Elle haussa un sourcil, sceptique. Blessé, lui ? Et elle, alors ? Qu’est-ce qu’elle devait en penser ? Il se posait en victime, c’était ça, son plan ? Il était mal parti s’il espérait qu’elle lui pardonne, mais alors vraiment très mal. Puis, il évoqua Thomas et la relation assez fusionnelle qu’il entretenait avec elle. Max sentit ses défenses fondre immédiatement. Elle devait bien admettre qu’il n’avait pas entièrement tort. Elle s’endormait parfois devant la télévision, et se réveillait une heure après, couchée sur son ex-collègue. Sans compter qu’ils partageaient le même lit quelques jours plus tôt encore. Elle espérait que Shane comprenne, mais lorsque les rôles étaient inversés, ne lui donnait même pas le bénéfice du doute ? Quel genre de personne était-elle pour en arriver là ? Pour toute réaction extérieure face à son raisonnement interne, elle poussa un soupir et secoua la tête. Non, elle ne pouvait pas en rester là avec Shane, elle ne pouvait pas détruire toutes ces années simplement sur des suppositions. « D’accord. Je t’écoute. Qui est-elle ? » demanda-t-elle, la voix probablement plus dure qu’elle ne l’aurait souhaité.

Une fois toute l’histoire de la fameuse Neela en tête, Max aurait presque préféré ne jamais la connaître. C’était horrible. Encore pire que pour Shane. En plus d’avoir été enfermée et torturée, comme lui, ils avaient profité de son statut de femme pour abuser d’elle, selon les suppositions de Shane. En entendant le prénom de son meilleur ami toutefois, la Colonel ne put retenir une forme de grimace. Alors comme ça, Scott soignait des gens en relation avec Shane, dans son dos, et ne lui en touchait pas un mot ? Shane avait-il demandé à l’infirmier de garder le secret, le temps qu’il trouve de quelle façon en parler à Max ? Quoi qu’il en soit, elle échangerait quelques mots avec lui le moment venu. Pour l’instant, elle devait se concentrer sur la situation présente, à savoir, Shane qui venait de lui prendre la main dans le but de la ramener à l’appartement. Il voulait que Neela et elle se rencontrent. Etait-ce une bonne idée ? Probablement, en fin de compte. Elles avaient vécu des choses similaires à bien y regarder, même si c’était cent fois pire en ce qui concernait Neela. Max avait eu sa part de torture, mais aucun abus sexuel. Et ça n’avait pas duré quatre ans. Toutefois, à cause de – ou grâce à – cette expérience, elle comprenait ce que Shane et son amie pouvaient ressentir. Elle comprenait aussi qu’ils puissent se soutenir mutuellement. Qu’ils se soient autant rapprochés. Il restait une part de doute et une pointe de jalousie quant au lien qui les unissait – Max ne pouvait strictement rien y faire, elle aimait Shane et c’était tout à fait normal – mais décida d’accepter. Si elle pouvait le rendre heureux en faisant connaissance avec cette personne, elle en faisait son devoir de dire oui. « Allons-y, » dit-elle presque dans un murmure, esquissant un mince sourire, appréhensive. Au moins, la colère et la souffrance s’étaient évaporées. Non, Shane ne la trompait pas, et dans le fond, rien d’autre ne comptait.

Ils marchèrent en direction du salon, main dans la main. Une fois sur place, les yeux de Max se posèrent sur une jeune femme aux traits déformés par la douleur, alors qu’elle tentait vainement de se relever. Elle avait sûrement du faire une chute en voulant descendre du canapé et se mettre sur ses deux jambes. Max n’en revenait pas de sa fragilité. Cela dit, Shane avait bien précisé qu’elle l’avait rejoint quelques jours plus tôt seulement. Même Scott ne pouvait pas faire de miracles : il fallait qu’elle se repose si elle voulait guérir de ses blessures. Les voyant arriver dans la pièce, Neela releva la tête. Shane se trouvait déjà sur elle, agrippant son bras pour l’asseoir de nouveau sur le sofa. Le regard des deux femmes se croisa un court instant. Maxine étira ses lèvres en un sourire avenant, souhaitant la rassurer sur les raisons de sa présence ici. Non, elle ne s’apprêtait pas à l’étriper pour avoir dormi contre l’homme qu’elle aimait. Au contraire, ce dernier avait réussi à la convaincre d’une rencontre, et elle avait toutes les intentions de monde de se montrer aussi agréable que possible. Lorsque Neela fut de nouveau installée sur le canapé, Max fit quelques pas dans sa direction et éleva la voix pour annoncer simplement. « Je suis Max. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Mar 22 Jan - 18:39

Lamentable. C’était le seul mot qu’elle avait trouvé pour se décrire elle-même. Neela était lamentable. Le pire était sans doute d’en avoir pleinement conscience et de ne rien pouvoir faire pour arranger cette situation. Il ne lui restait plus qu’à attendre. Attendre la guérison si elle daignait se montrer un jour. Pour l’instant, on ne pouvait pas dire que ses efforts avaient été couronnés de succès, le médecin que Shane avait fait venir avait été des plus utiles et des plus adorables avec Neela, mais il lui fallait un bon kinésithérapeute si elle voulait un jour recouvrir ses pleines capacités et ça, l’un comme l’autre en avait parfaitement conscience. Engagé un kinésithérapeute avec un coût. Un coût d’autant plus important pour Neela qui n’avait aucun papier.

Sûrement alerté par le bruit, Shane était revenu dans le salon et Neela se sentit à la fois gênée et soulagée de le voir en compagnie de Maxine. Une partie d’elle était contente de voir que les choses s’étaient un tant soit peu arrangées entre eux, mais une autre restait intimidée par le charisme que dégageait la jeune femme. Et si, par mégarde, elle prononçait une parole de travers ? Et si la dénommée Maxine l’interprétait de travers ? Neela était tellement hantée par les séances d’interrogatoire – ou plutôt de torture – que son optimisme en avait pris un sérieux plomb dans l’aile et il lui était désormais impossible de ne pas imaginer le pire des scénarios, même pour une banale rencontre. Shane s’empressa alors de l’aider à se relever en la positionnant de nouveau dans le fauteuil tandis qu’elle se tordait de douleur en cherchant la position la plus confortable qu’elle trouva enfin. Maxine, quant à elle, s’était rapprochée de Neela. « Je suis Max. ». Simple. Court. Précis. Elle n’avait pas besoin d’en dire plus. Pas seulement parce que Neela avait deviné son identité avant même que Shane la lui révèle et qu’elle ne se présente, mais aussi parce que ce n’était pas à elle de faire de long discours sur le sujet. C’était plutôt à l’asiatique d’expliquer sa présence dans l’appartement du jeune homme et de lui faire comprendre que rien ne s’était passé entre eux et que jamais rien ne se passerait. Shane était son ami. Ils n’étaient encore que des étrangers, mais ils avaient traversé les pires épreuves ensemble et se soutenaient mutuellement aujourd’hui. Elle afficha une petite moue et répondit à son tour. « Je suis désolée. ». Bien entendu, ce n’était pas son prénom, mais après avoir vu le visage de Maxine se déformer en une fraction de seconde, Neela avait tenu à ce que ce soit dit avant d’aller plus loin. « Neela. Je m’appelle Neela. » précisa-t-elle enfin, ne donnant que son seul prénom. « Et je pense que Shane t’as plus ou moins résumé la situation. » dit-elle en plongeant ses yeux verts dans ceux de son ami, comme si elle tentait de savoir ce qui avait été dit. « Je n’ai pas l’intention de m’éterniser ici. Je veux juste… reprendre assez de force pour retourner dans mon pays et retrouver ma petite sœur. » avoua-t-elle enfin. Oui. Elle avait une petite sœur. Une petite sœur dont elle avait caché l’existence jusqu’à maintenant de peur que l’on ne s’en prenne à elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Mer 23 Jan - 3:25

La conversation avec Max fut vraiment succincte. Je pouvais sentir qu’elle était furieuse et qu’elle voulait entendre une réelle excuse pour avoir ce que qu’elle avait vu. Jamais je ne pourrais la tromper, et encre moins avec Neela que j’aimais beaucoup mais que je connaissais à peine. Elle se dégagea vite de mon emprise, ça me blessa, mais si je l’avais retrouvé dans les bras d’un homme, j’aurai sans doute été pire. Elle croisa ses petits bras fins et tout ce que je vis c’était la femme dont j’étais éperdument amoureux. Son caractère était sans doute une des raisons pour lesquelles je l’aimais. Quand on trouvait une âme sœur ainsi, on ne lâchait pas jusqu’à la mort. Elle finit par écouter ce que j’avais à dire et me laissa lui prendre la main. Simple contact mais qui voulait dire tant pour moi. La perdre encore une fois serait une pire torture que n’importe laquelle de celles que j’avais subi. Elle avait accepté de rencontrer ma protégée. C’était déjà très important. Et elle avait comprit que Neela et moi, il n’y aurait jamais rien.

Arrivé sur place, la miss avait encore tenté de gigoter et avait glissé sans doute. On pouvait lire sur ses traits qu’elle avait mal et qu’elle ne se relèverait pas seule. Je fondis sur elle et l’aidais. « Si tu bouges encore je t’attache ! Ou je t’assomme au choix. » Me tournant vers Max je l’interpellais. « Viens Max. Si tu attends que madame la chieuse bouge ses fesses tu risque d’avoir des cheveux gris. » Emmerde Neela était aussi un jeu qu’une stratégie. Parce que la plaindre sans cesse, ce n’était pas mon tempérament. Mais la taquiner, lui faire penser à autre chose, ça ça marchait. Et puis j’avais toujours été un fieffé emmerdeur et peu à peu je retrouvais ça de moi. Je laissais Max venir à moi et prendre sa main, puis la tenir contre moi, m’asseyant sur le fauteuil à côté. Faut dire que l’aider était éprouvant. Mon épaule n’était pas en atèle, et j’avais retiré celle de ma main. J’avais un sens assez bizarre de la guérison. Pas la même pour Neela et moi. Elle devait reprendre du poil de la bête, moi ça se ferait quand ça se ferait. J’encaissais plus qu’elle. Mais max ne devait pas forcément le voir ainsi.

Neela commença à dire qu’elle ne comptait pas rester ici indéfiniment, qu’elle ne voulait pas s’imposer. Je dus serrer contre moi Max, inconsciemment pour me souvenir, qu’elle, on lui avait rien fait. « Partir ? Pas demain la veille. Et puis dis que je suis un colocataire pourri hein ! » A une époque elle serait devenue dingue, parce que j’avais toujours été bordélique .mais certaines choses avaient changé et j’étais plus mécanique. Je voulais qu’elle n’ait rien à faire ici que reprendre des forces et tant pis s dans l’équation je mettrais moins vite à guérir. Dans un sens, j’avais Max moi. Ce n’est pas elle qui refuserait de se doucher avec moi pour vérifier que je me lave comme il faut tiens. « Ta sœur ? » Elle n’avait jamais parlé d’elle. Ca m’intriguait. Pourquoi m’avait elle caché son existence ? Comme si j’allais lui faire des ennuis ! Retourner dans son pas ? Là j’avouais que je ne comprenais pas tout, et comme je m’étais attaché à elle, je n’avais pas forcément envie qu’elle s’en aille. Quitte à venir avec elle chercher sa sœur et la ramener là. Je serrais mon poing, grimaçant, pas la bonne main. J’espérais que Max ne voit pas ce que l’idée d’un départ de Neela me ferait. Ce n’est pas comme si mes amis étaient encore là pour moi. Soit ils étaient morts avec moi, soit ils ne me parlaient plus depuis des années.

« Partir ? Tu plaisantes Neela ? Où est ta sœur ? Max peut organiser un truc pour aller la chercher s’il faut. Mais je ne peux pas te laisser partir. Pas comme ça pas.. Putin ça t’as pas suffi, tu veux y retourner ? Bébé tu l’aideras hein ? » Après avoir dis ça je me levais prestement. J’étais en train de m’énerver. Pourquoi ? Parce que je ne me voyais pas perdre une personne de plus. Il n’était pas question qu’elle parte. Pas sans moi. Pourquoi les gens voulaient me quitter à peine revenu ? Devais encor rester seul ? J’arrivais dans la salle de bain et le miroir se brisa. Pas par magie, mon poing était venu se fixer dessus du sang coulait. Je ne savais plus contenir ce que je ressentais. Parce que tant d’années j’avais du contenir. Parfois j’avais l’impression de perdre la raison. De ne plus être moi-même et c’était flippant. Perdre ce qu’on est, qui l’on est une des pires choses pouvant arriver à un homme.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Mar 29 Jan - 15:46

« Je suis désolée. » Max ne s’attendait certainement pas à des excuses de la part de Neela, et une fois la surprise passée, esquissa un sourire reconnaissant à cette dernière. Elle ne la connaissait pas encore mais appréciait son attention, surtout en sachant qu’elle n’avait strictement rien à se reprocher. Le seul coupable dans l’histoire n’était autre que Shane, pour avoir gardé le secret et indirectement provoqué la réaction inconsidérée de Max. Le moment venu, il lui devrait de plates excuses pour ne pas lui avoir fait aussitôt confiance mais pour l’heure, ils devaient tous deux se concentrer sur la petite brunette qui leur faisait face. Alors que Neela se présentait, la militaire s’accorda quelques secondes afin de l’observer plus en détails. Elle était, bien entendu, blessée à divers endroits – et encore, certaines plaies se trouvaient sans aucun doute dissimulées par ses vêtements. Mince, voire maigre, les traits creux de son visage laissait entrevoir les marques d’une privation de nourriture régulière sur un laps de temps relativement long. On avait du tout tenter pour la déstabiliser : torture physique, pratiquement rien à boire ni à manger, et d’autres choses encore. Les terroristes, et tous ceux qui ne juraient que par la violence, regorgeaient de nombreux moyens pour atteindre leur but. Quelles informations Neela pouvait-elle bien détenir, qui justifie cette maltraitance ? Shane, à l’époque, dirigeait tout une équipe de soldats américains aux côtés de Max. Il était donc susceptible de les renseigner sur leurs futures attaques. Mais Neela ? Quel était son métier ? Pour quelle raison obscure s’était-elle retrouvée au fin fond ce pays en guerre ?

Toutes ces questions lui brûlaient la langue, mais Max ne voulait pas brusquer la brunette. Selon Shane, elle avait encore du mal à se retrouver en compagnie d’inconnus. Etant revenue à Los Angeles une poignée de jours plus tôt seulement, par on ne savait quel miracle, il était normal qu’elle obtienne un minimum de répit. Dans son état, seuls des soins médicaux et beaucoup de repos la remettraient complètement sur pieds. Pourtant, et comme elle ne tarda pas à l’annoncer, elle ne semblait pas vouloir rester sur place très longtemps. Elle avait l’intention de retrouver sa sœur dès que possible en retournant « dans son pays ». Max fronça les sourcils, en proie à la réflexion. Les yeux de Neela en disaient long sur ses origines asiatiques, et il était tout sauf prudent pour elle de prendre l’avion pour entamer un tel voyage. Shane s’offusqua par ailleurs de ses intentions, dont il n’avait aucune idée non plus. Tout comme de l’existence d’une sœur. Aussitôt, il proposa à Neela l’aide de Max grâce à son statut de Colonel dans l’armée, avant de perdre son sang-froid, agressant presque son amie de sa voix soudain dure, demandant si elle cherchait à y retourner – au cas où toutes ces souffrances ne lui auraient pas déjà suffi. Puis, il se leva brusquement et disparut au détour du couloir. L’instant suivant, les deux jeunes femmes laissées seules entendirent le miroir de la salle de bains se briser. Max ferma les yeux avant de les rouvrir et de s’asseoir aux côtés de Neela. Elle ne s’inquiétait pas pour Shane, il saurait se calmer seul et revenir quand il s’en sentirait prêt. L’impulsivité avait toujours été son plus gros problème, tout comme chez Max d’ailleurs.

« Ne t’en fais pas pour lui, » dit-elle d’un ton qui se voulait rassurant, son regard plongé dans celui de la belle inconnue. « Il réagit de manière aussi impulsive parce qu’il ne veut pas qu’il t’arrive malheur. Et je peux le comprendre. Il a raison, tu ne peux pas partir dans ton état. Je suis Colonel dans l’armée, avec beaucoup de contacts un peu partout. Tu n’as qu’un mot à dire, et je ferais en sorte qu’on amène ta sœur ici même, dans les jours qui viennent. » Max espérait que son lien avec Shane prouverait à Neela qu’elle était digne de confiance. « Tu as peur pour sa sécurité, je me trompe ? Que ceux qui s’en sont pris à toi s’en prennent également à elle s’ils venaient à découvrir son existence… » Là, il ne s’agissait plus d’une interrogation. Max en avait beaucoup trop vu au cours de sa carrière pour en douter. Alors, presque de but en blanc, incapable de réfréner sa curiosité, elle finit par demander. « Pourquoi tu te trouvais là-bas ? Quelle information capitale ont-ils cru pouvoir tirer de toi ? » Sous-entendu, quel métier exerçait-elle ? Max n’avait pas eu le temps de répondre à Shane : bien sûr qu’elle aiderait Neela. Non seulement parce que l’homme qu’elle aimait semblait tenir à elle, mais parce que la jeune femme avait vécu de terribles choses et méritait qu’on lui tende la main. Peu importe son boulot. Le fait qu’elle soit tombée entre les griffes de terroristes et qu’elle ait tout donné pour protéger son pays était une raison amplement suffisante. Mais si Max voulait pouvoir faire son maximum, Neela devrait se montrer des plus transparentes et lui révéler le moindre élément… sans aucune retenue.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   Mer 6 Fév - 20:33

« Si tu bouges encore, je t’attache ! Ou je t’assomme au choix. Viens Max. Si tu attends que madame la chieuse bouge ses fesses tu risques d’avoir des cheveux gris. ». Neela ne put s’empêcher de lancer un « Hey » de constatation avant d’être réinstallée de force dans le fauteuil. Neela se rapetissa un peu plus comme une enfant que ses parents s’apprêtent à gronder. Elle connaissait assez son hôte pour savoir qu’il n’allait pas tarder à la gronder et se préparait déjà à subir une véritable leçon de morale. « Partir ? Pas demain la veille. Et puis dis que je suis un colocataire pourri hein ! ». C’était en partie la raison pour laquelle Neela n’avait pas exposé son plan un peu plus tôt, mais le fait que Max se trouve en leur présence allait peut-être changer la donne. Peut-être prendrait-elle son parti ? Du moins, la thaïlandaise misait gros là-dessus. « J’ai pas dis ça… » murmura-t-elle, gênée qu’il puisse penser une telle chose. « Ta sœur ? ». Cette fois-ci, Neela afficha la bouille d’une enfant sur le point d’en prendre pour son matricule et plissa les yeux en esquissant un sourire crispé, cherchant presque à le détourner de la conversation qui allait suivre. color=darkred]« Partir ? Tu plaisantes Neela ? Où est ta sœur ? Max peut organiser un truc pour aller la chercher s’il faut. Mais je ne peux pas te laisser partir. Pas comme ça pas... Putain ça t’as pas suffi, tu veux y retourner ? Bébé tu l’aideras hein ? »[/color]. Elle appréciait l’attention de Shane à son égard, vraiment, cependant il avait l’air de vouloir prendre toutes les décisions à sa place et n’hésita pas non plus à inclure Max dans le lot alors que celle-ci n’avait rien demandé. Désarçonnée par le comportement de Shane, Neela ouvrit la bouche, prête à leur exposer son plan ou du moins leur expliquer pourquoi elle tenait tant à retrouver sa petite sœur outre le fait que cette dernière était la seule famille qui lui restait, mais Maxine lui coupa l’herbe sous les pieds. « Ne t’en fais pas pour lui, il réagit de manière aussi impulsive parce qu’il ne veut pas qu’il t’arrive malheur. Et je peux le comprendre. Il a raison, tu ne peux pas partir dans ton état. Je suis Colonel dans l’armée, avec beaucoup de contacts un peu partout. Tu n’as qu’un mot à dire, et je ferais en sorte qu’on amène ta sœur ici même, dans les jours qui viennent. ». Neela se pinça les lèvres. Elle n’avait pas tort et le ton qu’elle adopta sembla rassurer la thaïlandaise dont les épaules se relâchèrent instantanément. Il ignorait que Maxine faisait partie du corps de l’armée et cette perspective lui apporta un peu d’espoir. Elle acquiesça donc d’un léger signe de tête en s’avouant ainsi vaincue. « Tu as peur pour sa sécurité, je me trompe ? Que ceux qui s’en sont pris à toi s’en prennent également à elle s’ils venaient à découvrir son existence…. ». Maxine était si compréhensive que Neela sentit les larmes lui monter aux yeux et acquiesça d’un énième mouvement de tête. Sa gorge était tellement nouée qu’elle ne trouva que ce moyen pour communiquer. « Pourquoi tu te trouvais là-bas ? Quelle information capitale ont-ils cru pouvoir tirer de toi ?». Neela se mit à déglutir dans le but de contrôler le nœud qui l’étranglait presque et prit une profonde inspiration. Son regard passa de Maxine à Shane, puis de Shane à Maxine. « Tu ne vas pas apprécier. » prévint-elle son colocataire avant de s’intéresser de nouveau à Maxine pour lui répondre. Elle faisait assez confiance à Shane pour lui livrer cette information désormais. « Je suis un agent de l’antenne d’interpol basée en Thaïlande, j’étais en mission pour infiltrer un cartel, mais j’ai trahi ma couverture pour Shane et, au lieu de m’éliminer, ils ont décidé de m’utiliser parce qu’ils ont découvert que j’étais la fille illégitime d’un mafieux. Ma sœur n’a rien à voir avec ça, elle doit encore être dans le Temple où nous avons grandi. ». Son regard se posa alors sur Shane, guettant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: NEELA&SHANE - When the stars leads you to me   

Revenir en haut Aller en bas
 

NEELA&SHANE - When the stars leads you to me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dallas' Stars
» Dalas Stars signature
» Shane Carrick [Terminée]
» Dalas Stars Aligment
» Dallas Stars
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-