AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Leave all the days behind - Shane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Leave all the days behind - Shane   Jeu 20 Déc - 12:27


Leave everything behind
Your sorrows and even your dreams

"Scott est-ce que tu m'écoutes... Scott?" Le blond secoua la tête, son téléphone plaqué contre son oreille, son café dans une main, la voix de sa petite soeur parvenant à ses oreilles. Pour être honnête, non. Cependant, la blond se garda bien de le dire et préféra se concentrer sur sa tasse, se disant que sa petite soeur pouvait bien attendre quelques secondes de plus. Ce n'était pas dans son genre d'ignorer Dylan, les deux Winston avaient pour habitude de passer des heures au téléphone, au plus grand damn de leur mère qui se demandaient bien ce qu'ils pouvaient se raconter. Eh bien... Absolument tout. Dire qu'ils étaient proches était un euphémisme, bien sûr, ils se taquinaient, comme tout bon frère et soeur qui se respecte, mais chez eux, ce n'était jamais bien méchant car ils s'adoraient. D'aussi loin que Scott pouvait se souvenir, ils ne s'étaient jamais disputés. Même quand Dylan avait fait une tentative de suicide, Scott avait été là, à son chevet, attendant qu'elle se réveille. Sa mère avait crié et demandé pourquoi mais pas lui. Pas lui car il connaissait trop bien Dylan et il connaissait déjà la raison et dans un sens, il s'en voulait de ne pas avoir été plus prudent. Il aurait dû savoir et être là pour sa petite soeur.

Scott poussa un grognement car il venait de se brûler la langue, il n'avait pas fait attention, il envisagea sérieusement de jeter l'affreuse boisson dans la poubelle la plus proche mais il se dit que ce serait certainement la seule dose de caféine qu'il aurait de toute la journée. Certes, le café de l'hôpital était tout simplement ignoble... Mais c'était mieux que rien pas vrai? C'était là qu'il se tenait, juste devant l'hôpital, son regard sur l'ambulance qui venait juste d'arriver, Scott étant beaucoup trop habitué au bruit et à la cohue pour être véritablement paniqué. "Oui... Je t'écoute tu disais?" Le blond reporta son attention sur son téléphone, décidant de reprendre une gorgée de café, histoire de se redonner du courage. "Est-ce que tu vas bien?" Une simple question, Scott en avait parfaitement conscience. Tout comme il savait qu'il ne pouvait pas dire la vérité à sa soeur. Non, je n'ai dormi que trois heures cette nuit parce que Luya a débarqué à l'improviste, qu'il est encore parti avant que je m'en rende compte et juste quand j'allais m'endormir, mon bipeur s'est mis à faire des siennes. Pour la première fois, Scott mentait à Dylan, il avait un secret et c'était peut être une métaphore complètement stupide, mais c'était en train de le ronger de l'intérieur. Ce qu'il pouvait avouer, certes en ayant honte, à Maxine, il se refusait à le partager avec sa soeur. Elle le traiterait très certainement d'abruti avant d'arriver chez lui pour mettre son poing dans la figure de Luya. Elle avait déjà menacé de poursuivre Maximilian quand ce dernier avait disparu de la vie de Scott, laissant cet affreux vide derrière lui.

Scott poussa un soupir, les mains tremblantes. Pourquoi est-ce qu'il avait la poisse en amour? Il avait le don pour attirer les hommes qui prenaient un malin plaisir à le briser et il avait le chic pour s'engager dans des relations destructrices. Parce que c'était ça le pire dans tout ça... Il aimait Luya. C'était con, c'était stupide, il aurait du lui dire merde, tenter de trouver quelque chose de plus sain, quelqu'un qui voulait vraiment de lui, mais ce n'était jamais simple et Scott commençait à se lasser et à être fatigué de tout. Son bipeur le tira de se des pensées et il poussa un soupir: sa pause était déjà terminée. "Dylan faut que j'y aille, mais je vais bien okay? Ne viens pas chez moi en détruisant ma porte juste pour t'en assurer." ".... C'était juste une fois et en plus le type qui est venu réparer la porte était plutôt mignon... Non?" Au moins, elle avait réussi à faire sourire Scott et c'était déjà ça. Par la suite, il n'eut pas le temps de penser à ses propres problèmes, trop occupé à faire des points de suture à un garçon de neuf ans. Il n'avait pas écouté ce qu'on lui disait visiblement et il avait couru avec des ciseaux dans les mains, il n'avait pas l'air d'être traumatisé, c'était plutôt sa mère, qui semblait s'en vouloir. Scott lui offrit un sourire, pensant à sa propre mère à lui qui elle aussi se faisait du soucis pour rien, avant de tirer un rideau et de tomber sur Maxine. Scott fronça les sourcils, se demandant qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire ici, elle n'avait pas l'air blessé, ni même... Son bipeur sonna une nouvelle fois et il eut une grimace. "Je reviens!" lança t-il.

Il était demandé à l'étage supérieur, le plus rapidement possible. Il courut vers un ascenceur mais les portes se refermèrent juste devant lui, le blond poussa un juron avant de se diriger dans la cage d'escalier, dans sa hâte, il bouscula un autre médecin... Non, pas un autre médecin, réalisa Scott une seconde plus tard, un patient... Qui vu son état, n'aurait pas dû se trouver là. "Excusez moi mais... Est-ce que je peux vous aider?" demanda Scott à l'autre homme. C'était une formule de politesse, qu'on le lui demande ou pas, Scott était là pour aider.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   Mar 25 Déc - 16:10

On était à l’hôpital et on avait songé à trouver Lou quelque part. Max et moi étions assis sur un banc. Attendre n’avait JAMAIS été ma prérogative. Et au fur à mesure du temps qui passait, je devenais de plus en plus impatient. Je finis par embrasser Maxine et lui dire que je partais chercher la dite Lou. Je n’écoutais pas ses remontrances. Oui je ressemblais à un pantin désarticulé, mais rester là à attendre le père Noel, pas mon truc. Enfin la mère Noel devrais je dire. Je ne pris pas la peine de m’avancer vers les ascenseurs, être enfermé j’avais connu non merci. Je pris donc la direction des escaliers et fonçais droit dans un blondinet. Mon épaule n’apprécia pas l’échange du tout. Je portais ma main à celle-ci. « Je suis désolé mais.. Je cherche Lou.. Enfin un.. Une amie de Maxine en fait.. » Est-ce qu’on la connaissait ici ? Et merde j’allais griller mes chances de ne pas atterrir dans la gestion des patients de cet hôpital. Je ne voulais pas passer par toutes les conneries de l’armée maintenant. Il fallait du coup que j’embarque ce médecin et que je le convainque de se taire. Il n’avait pas l’air du ptit nouveau qu’on impressionne en plus, j’étais dans la merde et pas qu’un peu. Je me lançais, foutu pour foutu, il fallait de toute façon qu’on me soigne ou bientôt je m’effondrerais. J’avais beau avoir une sacrée résistance, mon corps avait vu trop de choses et était fatigué. « Ecoutez, je ne sais pas qui vous êtes, mais personne ne doit savoir ce que je fous ici. Si vous êtes capable de vous charger de ça sans dire un mot, je vous suivrais. Je ne peux pas vous expliquer, et vous ne pouvez pas poser de questions.. Juste à savoir que ces blessures ne datent pas d’hier et ont été soignées à l’arrache.. Ce qui veut dire que les radios ne doivent êtres vues que par vous-même, que les soins ne seraient administrés juste vous uniquement, et que RIEN ne doit filtrer.. Même si ça me répugne, si vous dites un mot, je serais obligé de vous tuer en fait.. » Je ne savais absolument pas qui était là devant moi mais je me sentais absolument ridicule. Il pouvait appeler les autorités immédiatement et porter plainte pour menaces ou autre.. Mais je n’avais pas le temps d’agir avec précaution. Maxine allait hurler que j’étais toujours aussi con quand je m’y mettais et je rirais en disant que ya des choses qui ne changeraient jamais. Je restais là comme un idiot, cherchant un indice de la future réaction de grand blond. S’il acceptait mes termes, je serais fin prêt à montrer à quel point Maxine m’avait manqué.. Parce que pour le moment mes gestes étaient pas assurés et la force dans ceux-ci était moindre en comparaison à ce que dont j’étais capable en pleine forme. Je ne devais cependant pas me leurrer, des années d’abus n’allaient pas se réparer en deux coups de cuillères à pot. Ce type n’était pas un magicien mais un médecin. Sacrée différence tout de même. « Je vous en prie, je ne peux pas me permettre pour le moment de tout vous dire, n’en référez à personne s’il vous plait. » J’évitais les yeux façon puppy eyes, où il penserait que je le drague pour arriver à mes fins et ce serait déplacé…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   Sam 29 Déc - 21:13

En tant qu'infirmier, Scott avait déjà entendu les requêtes les plus bizarres et les plus farfelues. Sans compter son expérience avec l'armée, il en avait vu de toutes les couleurs et parfois il se vantait en se disant que plus rien ne pouvait l'étonner. Après tout, on lui avait bien dit quand choisissant un tel métier, il faudrait qu'il ait un niveau de tolérance assez élevé et qu'il ne juge personne. Car après tout, Scott voyait les gens dans leur état le plus vulnérable et il savait mieux que quiconque que dans ces moments là, ce n'était pas souvent la raison qui l'emportait, non. Quand on était désespéré et que sa vie était en jeu, plus rien n'avait véritablement d'importance, Scott ne l'avait jamais vécu lui-même mais il l'avait vu arriver tellement de fois que maintenant, il était habitué. C'était triste dans un sens qu'il soit habitué à la misère humaine et à l'odeur de la mort cependant, on s'habituait à absolument tout. Ce que lui demandait l'homme en face de lui n'était pas impossible, Scott savait être discret et il comprenait que pour certaines raisons, certaines personnes ne voulaient pas qu'on se mêle de leur affaire. Il avait été dans l'armée après tout. D'abord, il devait rassurer l'homme en face de lui, comme pour le lui prouver, Scott sortit son bipeur de sa blouse et il éteignit l'appareil. C'était quelque chose qu'il ne faisait jamais en tant normal, car on avait toujours besoin de lui quelque part dans l'hôpital mais bon... Il n'avait pas un patient comme les autres alors il devait utiliser des méthodes qui n'étaient pas très convetionnelles. "Je comprends tout à fait... Je peux vous assurer que je saurais être discret, déjà je tiens à ma vie, et pour être honnête, j'étais dans l'armée donc... la confidentialité je sais ce qu c'est." avoua Scott se disant que c'était la meilleure façon de gagner la confiance de l'autre homme.

Qui plus est, l'infirimer sans voudrait s'il laissait un patient sortir de l'hôpital sans avoir pu faire quelque chose pour l'aider. Pas de doute là dessus, Scott était parfaitement fait pour son job. Il avait entendu l'homme lui parler de Lou et de Maxine, peut être que c'était Maxine qui l'avait emmené jusqu'ici, ce qui aurait pu expliquer pourquoi il l'avait aperçu il y a quelques minutes de cela. "Et si vous connaissez Lou et Maxine vous avez très certainement avoir entendu parler de moi, je suis Scott, et vous êtes? Mais je m'égare, ne perdons pas plus de temps, suivez moi... là, tenez, c'est libre." Scott venait d'ouvrir la porte d'une chambre complètement par hasard et par chance, il n'y avait personne, c'était le meilleur moyen d'être discret, en général, Scott devait examiner ses patients dans les couloirs de l'hôpital ou dans la salle des urgences, en somme, zéro intimité. Il attrapa le stéthoscope qu'il avait autour du cou, le posant sur le torse du jeune homme, pour prendre son pouls. "J'ai remarqué que vous boitiez... Vous avez mal quelque part? De toute façon je vais vous examiner, mais cela m'aiderait beaucoup si vous pouviez me dire tout, histoire que vous repartiez sur de bonnes bases." déclara Scott. Le pouls était normal mais il semblait avoir des difficultés à respirer, peut être des côtés cassés, ou autre chose? Scott poursuivit son examination et une des mains se posa sur l'épaule du patient et il fronça les sourcils en voyant sa réaction. "Ça vous fait mal quand j'appuie ici? ... je suis désolé mais je vais vous demander de retirer votre veste et votre haut." Scott se recula pour lui laisser le champ libre et un minimum d'intimiter, espérant que ses propos ne soient pas mal interprétés.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   Mer 23 Jan - 2:59

Voir ce Scott éteindre son bipper était rassurant. Ca voulait dire qu’il voulait aider. Qu’il était prêt à m’aider moi. Pourquoi ? Avais-je vraiment envie de le savoir ? Le principal étant qu’il allait me « réparer ». S’il pouvait effacer mes souvenirs par la même occasion ce serait encore mieux. Mais ça je ne comptais pas trop là-dessus. « Merci. » Dis je seulement. Je me doutais que ça lui coutait mais il préférait faire son job et sauver quelqu’un que foutre la merde, c’était tout en son honneur. Je ne fis pas de commentaires sur le fait de tuer. Je n’étais pas de ces hommes qui tuaient de sang froid des innocents et tous les morts que j’avais sur le dos étaient pour la plupart encore dans mes songes. Plus encore aujourd’hui car c’est tout ce qu’il me restait. Les souvenirs.

Là il se mit à parler de Lou et de max. Il les connaissait ? Et là je compris qui c’était. Le fameux meilleur ami. J’avoue qu’à une époque j’avais même été jaloux de lui. Mais j’avais oublié toute son existence. Entre lui et thomas j’étais servi. Moi qui ne supportais personne de proche de la belle. Je devais garder mon ressentiment pour moi parce que là, en cet instant j’avais une furieuse envie de me faire la malle et vite. « Scott ? Ouais. Je sais qui tu es. Moi ? Shane. Mais je ne suis pas là pour échanger des banalités. Si on me soignait d’abord ? » En vérité, parler était le cadet de mes soucis et je n’en avais aucune envie. Que ce soit lui ou n’importe qui en fait. Damn je devenais pire qu’avant. Aigri, amer et asocial. Super j’étais bien parti moi. Surtout qu’il savait qui était Shane. Et la première chose qu’il penserait c’est qu’on m’avait enterré. La terre ça conserve j’avais presque envie de dire. Heureusement il reprit son sérieux et me montra une direction que je pris sans un mot.

La question suivant m’arracha un sourire. Je boitais ouais, en même temps n’importe qui boiterait après ce qu’on m’avait fait mais je n’allais pas lui raconter quoi que ce soit en fait. Enfin le minimum. « Si je vous donne la liste je risque de vous faire flipper. En fait j’ai du casser un os ou deux j’en sais rien. Disons que là où j’étais ma santé ne comptait pas. Certaines fractures ont guéries, pas d’autres et mal dans tous les cas. C’est simple j’ai eu plusieurs fois la clavicule brisé, les bras, les doigts, les côtes, à plusieurs endroits au niveau des jambes.. Enfin bref je ne sais pas vraiment ce qui est remis ou non. Mais je pense que mon épaule est dans un sale état et que l’un des os de mon tibia n’a pas aimé certains trucs. Des radios seraient peut être mieux non ? Je n’ai pas eu de suivi là bas.. » S’il n’était pas con il comprendrait de qui il s’agit même si je ne risquais pas de le dire carrément. A mon humble avis j’avais des os de la main et de l’épaule dans un état lamentable. Et mon tibia devait en avoir marre d’être utilisé mais qu’est ce que j’en savais, je sentais bien moins les douleurs qu’avant, alors bon, j’aurais pu voir tous les os brisés sans m’en rendre compte. Sa main toucha mon épaule. « Ouais je confirme ça fait mal. » Sous entendu enlève ta main ou jte la broie. Parce que la douleur, celle-ci je la sentis plutôt bien. Puis il me demanda d’enlever mes affaires ce que je fis. Le résultat faisait flipper, comme il avait fait flippé Max. Des cicatrices, des plaies pas vraiment refermé et une épaule qui semblait presque pendre. Superbe. Je tentais de fermer mes doigts sur ma main, grimaçant. « Et je ne pense pas que je puisse utiliser cette main. » C’était faux. Je l’avais fait avec Neela. En fait, je savais bien que j’avais dépassé pas mal de choses que d’autres n’auraient pu supporter. Mais quand pendant des années on s’amuse à jouer aux puzzles avec votre corps, au final la douleur n’est plus qu’une affaire de sensation et de volonté.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   Jeu 31 Jan - 19:00

« Je suis d'accord, passons directement aux choses sérieuses. » Bien entendu que le nom de Shane lui disait quelque chose et était plus que familier. Trop familier même avait envie d'ajouter Scott. Quand il s'agissait de Maxine.... Eh bien la jeune femme n'avait tout simplement pas de secret pour Scott et c'était réciproque. Maxine était bien plus qu'une simple amie, elle faisait parti de sa famille et parfois, c'était dur d'expliquer leur relation à quelqu'un d'extérieur. Surtout après tout ce qu'ils avaient vécu, tout ce qu'ils s'étaient dits et tout le chemin parcouru ensemble. Très franchement, sans elle, Scott était certain que sa vie ne serait pas comme elle l'était à l'heure d'aujourd'hui. C'était fou comme un impact de balle avait fait qu'il rencontre Maxine et qu'elle devienne l'une des personnes les plus importantes de sa vie. Il y avait tellement de scénarios différents pour leur rencontre et si elle n'était pas tombée sur Scott, peut être qu'elle même ne serait pas là pour ce dernier ou même encore pour veiller sur Dylan, représentant ainsi la grande sœur que la Winston n'avait jamais eu. Avant, pour Scott, il n'y avait que sa mère et Dylan et parfois il n'en revenait pas de voir à quel point Maxine s'était très bien intégrée et était même devenue une Winston à part entière.

Pour ce qui concernait Shane, l'infirmier savait très bien ce que la jeune femme ressentait pour lui et ce même si elle ne l'avait jamais admis à voix haute. Il la connaissait trop bien et Scott savait mieux que quiconque que parfois les mots n'étaient pas nécessaires. Dans d'autres cas il en fallait beaucoup plus... Comme pour Luya et Scott par exemple. Mais pour en revenir à Shane et Maxine, le blond savait que son amie l'avait cherché en vain et qu'elle avait fini par se résigner, à enterrer Shane et son souvenir et passer à autre chose. Il ne pouvait pas imaginer dans quel état elle devait être maintenant... Pas de doute, Scott devrait aller la voir ou même lui passer un coup de fil quand il aurait fini son service de nuit. Scott garda un visage impassible tandis que Shane lui faisait un résumé quasi complet de toutes ses blessures avant d'enlever son t-shirt. Il n'eut aucune réaction face aux cicatrices car même si c'était difficile à croire, le blond avait déjà vu pire et pour Scott le simple fait qu'il puisse marcher relever déjà du simple miracle. Mais Shane avait de la chance d'être tombé sur Scott, il l'avait l'expérience du terrain et savait comment les blessures étaient traitées dans ce cas -là. La plupart du temps, cela voulait dire du travail bâclé, il ne s'agissait pas de véritablement soigner les soldats mais de juste les raccommoder pour qu'ils retournent sur le front le plus tôt possible. Combien de fois Scott avait-il été confronté au regard de subordonnées qui étaient trop fatiguées et ne demandaient qu'à rentrer chez eux ?

Sauf que Scott ne faisait pas les règles, lui, il se contentait d'exercer la médecine avec ce qu'on lui fournissait. Et face à quelqu'un comme Shane, il aurait recommandé une mise à pieds depuis fort longtemps. « Pas seulement des radios. » finit par ajouter Scott, se retournant pour prendre un brassard afin de mesurer la tension de l'autre homme. « Vous pouvez tendre votre bras ? Merci. » Scott mit le brassard à sa place avant d'appuyer sur la poire. « Il faudrait aussi que vous passiez des scanners pour qu'on puisse tout voir et vérifier qu'il n'y a pas d'hémorragie interne, ce qui pourrait vraiment être grave... » Scott ne cherchait pas à l'alarmer mais il fallait être un minimum réaliste. « Mais au moins vous avez un rythme cardiaque et une tension normale, c'est déjà bon signe. » En fait ça ne voulait pas dire grand chose mais un petit mensonge ne pouvait pas faire de mal pas vrai ? « Je suppose qu'on ne vous a jamais rien prescrit ? Pas d'anti-douleurs ou de dérivés de la morphine ? » Car Scott n'était pas magicien, il n'allait pas réparer Shane après un seul rendez vous et ce dernier allait sûrement devoir passer une nuit ou deux à l'hôpital que cela lui plaise ou non. Et puis on lui poserait certainement des questions beaucoup plus déplacées que celles que Scott posait en ce moment... Cependant si Shane n'avait pas d'antécédents ou de véritable dossier, il était obligé de passer par là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   Ven 1 Fév - 2:15

Je savais que les nouvelles ne seraient réjouissantes. Je m’étais fait à l’idée. Mais je ne comptais pas m’éterniser ici. Oh il pouvait dire tout ce qu’il voulait, la seule personne qui pourrait éventuellement, me convaincre était absente. Alors j’écoutais sans réagir. Sans dire un mot. Ca n’allait pas être dur de changer cet état de fait. Première objection. Pas juste des radios. Il voulait me tripoter ? C’est là que je me souvins qu’il était enfin, max ne l’avait pas dit clairement mais ça se sentait. Enfin disons que je n’étais pas contre, juste pas toujours à l’aise. « Ah bon ? » Il me demanda de tendre mon bras, je tendis celui valide, l’autre si je le faisais je risquais de vouloir hurler. Même si je ne le ferais pas, les stigmates de mon visage parleraient pour moi. Ma tension et mon rythme cardiaque était bon. Super. Il aurait prit ma tension à une époque et il aurait vu la différence. Comprendre que parfois j’étais allé très loin. Mais j’avais toujours lutté encore et encore. Mais il y a une limite que mon corps avait atteinte, plusieurs fois. « Hémorragie interne ? Si yen avait une je serais déjà mort à mon avis. Cet état disons que.. J’ai fait du chemin comme ça. » Autrement dit j’avais marché, couru même et fait des kilomètre dans un état pire que celui-ci. Il parla de prescription et je ris jaune. Je plongeais mes yeux dans les siens. « Disons que leur intérêt n’était pas de me garde en pleine forme. J’ai une sacré résistance à la douleur. » Oh ils ne voulaient pas que je meure, juste que je souffre. Mais à force de battre quelqu’un, il se renforce. Je me pensais pas invincible, loin de là, mais je pouvais endurer, plus que Neela par exemple. Plus ca continuait et plus j’avais envie de me barrer, comme depuis le début. Pourquoi j’étais venu hein ? Quel con j’avais été de croire que ne rien dire sur ce qui c’était passé, serait aisé. Ce serait loin de l’être. Parce que pour comprendre ce qu’il fallait soigner, savoir comment c’était arrivé était important. C’est là que je me souvenais de la facilité que j’avais à passer du temps, reclus, avec Neela. Elle était au courant, elle avait vu, elle avait entendu. Elle savait et je n’avais rien à dire de plus. Elle s’en souviendrait surement toute sa vie, vu qu’elle avait parfois été forcée d’assister aux tortures de son « sauveur ». Rien que d’y penser, j’en eus la nausée. « Je vais être honnête je suis là uniquement parce que Maxine y tient. Parce que je sais que je ne suis pas enforme. Mais je ne suis pas vraiment fan de cet endroit et je déteste qu’on me touche. En fait dès qu’on le fait j’ai juste une furieuse envie de vous en foutre une. Je sais que vous n’êtes pas un idiot et que vous savez très bien ce qu’il a pu se passer. Alors faites ce que vous avez à faire, mais je ne rester pas ici. S’il faut revenir je reviendrais. » Je regarde autour de moi, comme un animal effrayé. Parfois je me dis que je ne suis pas si différent de Neela, je le cache juste mieux. Ne jamais se sentir en sécurité. Ne jamais se sentir à l’aise. Vouloir se terrer dans un trou et y rester. « En fait il faut que je sorte deux minutes, j’étouffe » Penser à certaines chose, rester là, dans cette pièce, un peu trop tout à coup. J’avais peur de finir névrosé, de finir interné, tout ça parce que mon corps craignait tout. Tout à coup je me souvins de Neela. Pas que j’arrêtais de penser à elle, mais je songeais à son état. Jerentrais ànouveau dans la pièce. « J’ai une amie qui a.. Enfin qui est dans un état avancé. La différence étant qu’elle c’est récent, et que c’est une jeune femme fragile. Elle est plutôt traumatisée et a du mal à approcher quiconque. Vous pensez que je pourrais l’amener ? Qu’elle dispose de la même discrétion ? Elle compte pour moi. » Foutu pour foutu, autant demander. Ca ne coutait rien. Le seul bémol, c’était que je continuais de le vouvoyer. Alors que je tutoyais thomas. Étais-je devenu si asocial ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   Jeu 7 Fév - 17:37

Scott avait déjà eu affaire à des patients difficiles et franchement, les requêtes de Shane ne lui semblaient pas si farfelues que cela. Pourtant, il y avait quelque chose qui clochait chez cet homme là. Certes, il avait sûrement vu des choses qui pouvaient faire pâlir et flanchir Scott mais il semblait se moquer totalement de son propre état de santé. Scott pouvait tout à fait imaginer Maxine en train de le traîner jusqu'ici et même de le menacer s'il ne coopérait pas. Scott avait déjà vu la jeune femme à l'oeuvre et il savait qu'elle pouvait être extrêmement persuasive quand elle le voulait. Cependant, et c'était quelque chose que ni lui ni même Maxine ne pouvait changer, Scott ne pouvait pas guérir quelqu'un qui n'avait pas envie de se trouver ici. Parfois les gens oubliaient que tout n'était pas une question de prendre des médicaments ou même de consulter un médecin, le moral et l'humeur jouaient beaucoup, chose que Scott avait été forcé de constater au fil des années. Il ne connaissait pas Shane, il ne pouvait pas le juger et ce n'était pas ce qu'il était en train de faire, non, Scott se contentait d'observer et tout ce qu'il voyait pour l'instant c'est que Shane cherchait à tout prix une échappatoire, un moyen de faire ça rapidement et de déguerpir vite fait bien fait. Malheureusement, les choses ne marchaient pas comme ça. Si moralement, Shane pensait s'être remis de toutes ses blessures, son corps lui disait qu'il était fatigué et racontait une tout autre histoire. Shane n'était pas une machine et il avait grandement besoin de repos, mais ce n'était pas comme si Scott pouvait lui faire avaler un sédatif et l'attacher à un lit pour pouvoir l'examiner non ?

Ses pouvoirs d'infirmier étaient bien limités et tout ce que Scott pouvait faire c'était juste d'informer et dans des cas comme celui de Shane, cela avait tendance à l'irriter. Il aurait voulu pouvoir en faire tellement plus. Quand Scott avait été contraint de quitter l'armée, cela ne l'avait pas attristé plus que cela, ce n'était pas véritablement cela qu'il avait voulu faire quand il avait fait ses études. Ce que Scott voulait faire, c'était sauver des vies, aider les gens, pas devoir enlever leur espoirs aux soldats et devoir les renvoyer sur le front. Parfois, Scott se demandait comment son propre père avait bien pu faire. Le blond poussa un soupir avant de s'appuyer contre la porte, et ce bien dans le but de stopper Shane. « Je vais être honnête également, ce que vous êtes en train de me demander, c'est bien loin de mes fonctions et je ne suis même pas censé le faire, mais étant donné les circonstances et que Maxine compte beaucoup pour moi... Je vais fermer les yeux. » Et puis, ce ne serait pas la première fois que Scott ne respectait pas le règlement de l'hôpital, les jours où les services de l'hôpital étaient occupés, personne ne faisait attention à ce que Scott fabriquait. Mais dans un sens, c'était un argument de plus pour faire comprendre à Shane toute la gravité de la situation. Il mettait sa carrière et sa réputation en jeu et ce n'était pas juste pour les beaux yeux du Shane. « Cependant que les choses soient claires, je ne puis pas magicien. Si vous ne voulez pas passer vos nuits ici, c'est très bien, c'est vous que ça regarde, mais vous allez devoir passer à l'hôpital et assez régulièrement. »

Scott insista sur la dernière partie de sa phrase, espérant bien se faire comprendre. Puis il ajouta plus lentement. « Enfin... Si vous voulez vraiment guérir. » Il n'avait qu'à ajouter Shane à la liste des choses qu'il fallait qu'il évoque avec Maxine, et oui, la liste commençait à devenir un peu trop longue... Scott poussa un autre soupir tandis que Shane mentionna une autre amie, un stade plus avancé, que voulait-il dire ? Non vraiment, où est-ce que Maxine était parti le trouver déjà... « Et pour votre amie quand vous dites un état avancé c'est... c'est pire que vous ? » C'était bien de l'incrédulité dans la voix de Scott car pour lui quelqu'un qui était dans un état pire que celui de Shane était quelqu'un de déjà mort... Pas de doute, il avait un lourd passé, du genre que Scott ne voulait absolument pas entendre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   Lun 18 Fév - 1:42

Je savais bien que ce serait complexe de me faire soigner sans rien ébruiter ou sans passer un certain temps ici. Mais qui s’occuperait de Neela si je restais coincé ici ? Qui la rassurerait ? Et puis rien que de savoir que Maxine serait loin de moi, me rendait fou. On l’avait déjà bien trop été. Je regardais ce type. Le scrutant dans ses façons de parler, sa façon de se mouvoir. A croire que je ne savais toujours pas comment me comporter avec des gens. Je devais observer comme si je cherchais une stratégie de repli, comme si j’étais toujours sur le terrain. Soldat un jour, soldat toujours comme on dit. « Merci. » Il m’expliquait qu’il le faisait pour elle. Elle devait donc compte énormément pour lui. C’était une chose qui me blessait cruellement. Parce qu’il avait pu avoir Maxine ces quatre dernières années et moi rien. Je n’en avais que le souvenir. S’accrocher. Ne pas abandonner. J’essaye de ne pas y penser. Je me concentre sur ce qu’il me dit. Il me disait que je devrais passer très souvent ici et je l’avais bien comprit. Au moins il comprenait que je ne puisse rester. Maxine allait me passer un savon d’ailleurs. Mais j’avais juste un peu morbide de cet endroit. « J’ai compris. Je le ferais. » Je savais être raisonnable, parfois. Enfin ce qu’il ne savait pas c’est qu’une fois rentré je serais loin de me « reposer ». Mais j’étais ainsi. Il fallait que je bouge, que je m’occupe l’esprit, ou celui-ci menaçait de faire exploser mon cerveau.

Et puis la conversation dériva sur Neela. Même sachant ce qu’on lui avait fait, c’était un sujet que je préférais aborder que le mien. Oh avant parler de moi n’était pas un souci, mais ca avait changé quand la teneur des propos l’avaient fait. Je vis le type devenir blanc quand je lui disais avancé. Pire que moi. Si Neela avait reçu la moitié de ce que j’avais subi, elle serait morte. Je souris. « Non, pas pire que moi. Juste plus récent. Et ca reste une femme, donc plus fragile. » J’eus presque envie de rire à sa façon de le demander. Je revoyais l’état dans lequel elle était arrivée à ma porte. Mon cœur avait été mis à l’épreuve envoyant ca. Ce que j’ai fait pour elle, je l’aurais fait pour plus ou moins n’importe qui. Mais depuis qu’elle était arrivée chez moi, elle avait prit une place plus importante dans mon cœur. Elle était importante et je haïssais ce qu’on lui avait fait subir. « Elle a subit des choses similaires mais pas longtemps et pas aussi intense disons. En fait j’aimerais qu’on puisse la soigner sans vouloir savoir en fait, parce qu’elle n’est pas capable d’en parler, et je doute qu’elle le soit un jour. » Dire ça à haute voix était plus dur que je le pensais. Neela avait souffert, tant qu’il était possible qu’elle ne s’en remette jamais. Et ca me tuait de me dire qu’elle ne laisserait peut être jamais quelqu’un entrer dans sa vie celui qui pourrait lui offrir une nouvelle vie.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   Mer 27 Fév - 23:26

Qu’on puisse la soigner sans vouloir savoir en fait... Scott aurait aimé pouvoir dire qu'il n'était pas du tout familier avec cette expression, que ce n'était pas du tout son monde, qu'il était un bon infirmier, qui faisait toujours tout pour le bien être de ses patients et qui respectait toujours la déontologie. Cette phrase n'était pas entièrement vraie et parfois, le blond se demandait si sa vie aurait été différente s'il avait choisi de directement pratiquer dans le civil. Peut être qu'il aurait fini chef de service finalement, plutôt que d'être tout en bas de l'échelle. Mais dans un même temps, s'il n'avait pas choisi de suivre les traces de son père, le blond n'aurait jamais rencontré Maxine et d'une certaine manière Maximilian, et s'il aurait pu se passer de rencontrer l'un, il ne pouvait pas en dire autant pour l'autre. Non, depuis qu'il était petit Scott avait toujours su qu'il voulait lui aussi faire parti de l'armée, depuis qu'il avait vu la fierté dans les yeux de sa mère quand elle lui montrait les propres médailles de son père. Sauf que Scott n'était pas son père, certes, physiquement, il lui ressemblait, il avait vu les photos et savait à quel point la ressemblance était frappante, mais il n'avait rien avoir avec l'autre Winston. Lui avait choisi de soigner les blessures plutôt que d'infliger les coups, lui avait préféré soigner les soldats plutôt que de se battre au nom de la nation. Sa vie aurait-elle été si différente que cela ? Peut être qu'il aurait dit à Shane qu'il se trompait d'hôpital et qu'il aurait appelé des renforts supplémentaires pour attacher ce dernier aux barreaux du lit, le jugeant inapte à la vie civile ? Probablement. Sauf que Scott savait.

Il savait comment se comporter avec ces gens-là, quoi faire et quoi dire. Ce n'était pas des marginaux de la société ou des gens qui étaient juste en stress post-traumatique, non, c'était beaucoup plus … compliqué que cela. Scott mettait au défi n'importe quel psychologue d'être de rassurer quelqu'un qui avait vécu les horreurs de la guerre et du front pendant plus d'un an. Lui-même qui observait tout ça de loin et qui parfois se faisait volontaire pour ramasser les corps, avait vécu son renvoi comme une véritable libération, partant sans demander son reste, sans demander d'explications supplémentaires. Pas besoin dans ce genre de situations. « Je peux faire ça. » Répondit finalement Scott, les yeux perdus dans le vide, se demandant encore quand est-ce que tout ceci était devenu sa vie. Probablement quand il avait été envoyé sur une base militaire pour la toute première fois. Tellement jeune et tellement naïf, sa sœur et sa mère lui manquant déjà, le blond ayant promis de les appeler toutes les semaines. Les semaines étaient rapidement devenues des mois et les coups de téléphone étaient devenus de plus en plus rares. Que pouvait-il dire de toute façon ? Allô maman, aujourd'hui j'ai dû amputer un type sans l'anesthésier avant, je crois qu'il avait l'âge de Dylan... Au fait comment va Dylan ? Non. Quand il était revenu à Los Angeles, c'était un faux sourire qu'il y avait sur son visage et quand on lui avait demandé de raconter tout son périple, il avait eu un rire. Cela ne pouvait pas être une véritable question, personne ne pouvait lui demander cela, pas vrai ? Et pourtant, ils étaient sérieux, peut être que c'était pour satisfaire leur curiosité quelque peu malsaine mais Scott ne voyait franchement pas l'intérêt. « Il faudra juste que je lui pose certaines questions essentielles mais sinon...Je peux le faire. Je comprends tout à fait. »

À ce point là de la conversation, Scott ne savait pas vraiment s'il se parlait à lui-même à Shane, y avait-il vraiment une différence ? Ce n'était pas comme si l'autre homme pouvait poser son véto ou quoi que ce soit d'autre pas vrai ? Il fixa Shane pendant quelques instants, cherchant quelque chose de réconfortant ou de rassurant à dire mais on frappa à la porte de la chambre et Scott fut quelque peu surpris, bougeant pour ne plus bloquer la chambre. Il fit comprendre à l'autre infirmière que la chambre était occupée avant de refermer la porte et de se tourner vers Shane. Scott avait éteint son bipeur et ils étaient dans une chambre qui aurait dû être vide normalement, pas le meilleur moyen du monde pour être discret. « Je vais vous faire une prise de temps et vous allez prendre rendez vous pour un scanner, okay ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   Mer 27 Mar - 2:14

Il était prêt à faire ce qu’on lui demandait. A nous aider sans poser de questions. Et dans un sens, c’était mieux ainsi. J’avais eu peur qu’il refuse ou qu’il me dise que c’était impossible. Je ne voulais plus rien à voir à faire avec l’armée. Ils m’avaient pris plus que je ne récupèrerais jamais. Et m’avaient oublié comme si tout ce que j’avais fait avant n’avait compté. Maxine était si importante pour moi que tous ces moments qu’on nous avait volé me tuaient petit à petit. Comment pouvait-on oublier les faits d’armes aussi facilement. Ils t’engageaient, ils t’embrigadaient, puis un jour te laissaient pourrir. Parce qu’après tout nous n’étions que de la chair à tuer. Tous remplaçable et tout ça me donnait envie de vomir. « Merci de comprendre. » On n’en était pas encore aux ptits noms et ça ne viendrait surement jamais. J’avais beau être compréhensif, et trouver que ce type était un mec bien, le savoir si proche de Max me rendait fou. J’étais incapable de ne pas jalouser tous ceux qui avaient côtoyé Maxine, là où moi j’en avais été privé. C’était viscéral, je ne récupèrerais jamais nos années manquées. Une infirmière tenta d’entrer, il la fit partir. Puis il ajouta pour mes examens que j’allais faire une prise de sang et un scanner. S’il cherchait mon cerveau il allait être surpris. « Ok, pas de problèmes. Vous pensez que.. Enfin que Maxine finira par me voir comme avant ? » Je ne savais même pas pourquoi je demandais ça. Mais il la connaissait. Est-ce que sa façon de me regarder changerait un jour. Je ne supportais pas l’idée qu’elle puisse ressasser à vie tout ce que j’avais pu vivre. Parce que ce n’tait pas son fardeau à elle, parce que ce n’était pas à elle de payer ce qu’on m’avait fait et que ça me tuait qu’elle puisse en subir indirectement les conséquences. Je tripotais mes doigts nerveux. Je ne savais pas si Scott devait savoir ce que je pensais. Après tout les intermédiaire, c’tait jamais bon. On finissait par fonctionner façon téléphone arabe et déformer les propos, ou les interpréter autrement. Je finis par me lever, sourire faiblement et lui tendre la main. « Oubliez. Je ferais ça, merci encore. » Il dit la prise de sang et je me rendis dehors. Une fois sorti de l’hôpital je m’adossais à un mur, prenant ma tête dans mes mains et me demandant si un jour out ça serait plus, normal. Si je redeviendrais un jour celui que j’étais .et la pensée que je pouvais ne plus jamais être celui là me rendait fou. Pire, que je pusse perdre Maxine pour ça. T si un jour elle décidait que je n’étais plus l’homme qu’elle aimait. Y survivrais-je ?

THE END
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Leave all the days behind - Shane   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leave all the days behind - Shane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Shane Carrick [Terminée]
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» Dog Days sous-titré en français
» dark days are coming ♌ SAGISIUS
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-