AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comment on passe à un sms en prison [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Comment on passe à un sms en prison [PV]   Lun 28 Nov - 22:55

    « pamela, derrière toi. » rassurez-vous, je ne m’appelle pas Pamela et je ne suis pas travesti, en réalité, cette avertissement provenait qu’un film d’horreur que je regardais depuis une vingtaine de minutes. Emmitoufler dans ma couverture, ce film était bien plus drôle qu’effrayant, au point où j’étais tombé de fatigue sur mon canapé pendant que la blonde du film se faisait découper en petites rondelles par des zombies intelligents. J’étais loin d’être un froussard, mais franchement, qui pouvait s’endormir devant un film d’horreur ? Certainement pas les êtres humains normalement constitués. Entre les cris, le sang qui gicle de préférence sur un mur bien blanc, une blonde qui meurt la première en ouvrant la porte alors qu’on lui avait bien dit de pas l'ouvrir. Les films d’horreur étaient une bonne partie de rigolade, car rien n’était authentique. Bon, je ne dis pas que le réalisateur doit tuer de vrais personnes – quoi que, cela pourrait être une bonne idée à exploiter, mais les réalisateurs pourraient au moins donner quelque chose de différent, et de plus réaliste. Quand les petites jeunes ne sont pas dans le délire des vampires avec Edward Cullen, le reste, c’est les loups garous, les esprits qui viennent vous tirer les pieds quand vous dormez, ou les méchants, très méchants tueurs en série tel que Jason et son masque de hockey. Après, je ne vais pas vous mentir, quand j’étais enfant, et que je tombais sur le film « Ca » je ne faisais pas mon malin, et je crois encore sincèrement que ce clown a traumatisé des tas de jeunes dans mon genre. Avec son horrible visage mal fait, et ses dents pointues comme celle des requins. Charmant, vous ne trouvez pas ?

    Après un ultime cris de la jolie blonde de Pamela qui ce faisait découper en rondelle qui me réveille en sursaut, je me décide de faire flipper un peu Lexie mais je n'aurais jamais penser qu'un sms on pouvait ce retrouver en taule. Ce qui savait comment je gagnais ma vie aurait pu parier que je finirais un jour derrière les barreaux mais jamais -Ô grand jamais !- pour une histoire d'sms !

    Entre Lexie et moi c'est une pur amitié. Il y a des amitiés comme ça qui sont précieuses. Pour lesquels on donnerait tout. Des amitiés qui n'ont pas de prix, qu'on échangerait pour rien au monde et qui sont la principale raison qu'on aime notre vie sur Terre. C'était ce genre d'amitié qu'on entretenait. On se connaissait depuis toujours, et on ne s'étaient jamais quittés. On avaient des rêves ensemble, des ambitions qu'on comptait bien réaliser d'ici peu. Leur amitié : elle était plus que précieuse, elle leur était vitale.

    «Viens par ici ma jolie, que je puisse te manger un bout de chair.» Voici le SMS que je lui ai envoyé à Lexie. Pas de SMS avant ni après, comme ça, sans aucune conversation avant, je lui avait lancé cette petite blague par portable interposé. Voilà comment on passe à, envoyer un SMS avec une blague pourrie à se retrouver derrières les barreaux à demander de l'aide. L'opérateur de téléphonie mobile a eu la bonne idée d'alerter la police qui a alors demandé l'ouverture d'une enquête.

    Une fois sur place, moi qui pensait à une rapide explication, a senti le vent tourner en entendant les mots cannibale et affaire criminelle sortir de la bouche des policiers. Le temps d'effectuer toutes les vérifications nécessaires, j'ai été placé en garde à vue. Voilà comment on passe à, envoyer un SMS avec une blague pourrie à se retrouver derrières les barreaux à demander de l'aide.

    Cependant la seule aide à qui j'ai pu demander et à la pourriture d'Aïdan. J'avais bien essayer d'appeler Lexie pour qu'elle vienne m'aider dans se pétrin -qui disons le était carrément de sa faute- mais rien, je tombais directement sur son répondeur. Et entre Birdie et Aïdan mon choix fut très rapide. Il valait mieux que je tend la hache à Aïdan pour qu'il m'achève sans la moindre pitié plutôt que Birdie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Comment on passe à un sms en prison [PV]   Mer 30 Nov - 16:40


    « Mais puisque je vous dis qu'il n'est pas à moi ce clebs ! », Aidan avait souvent tendance à s'attirer des ennuis, même des plus futile, comme le fait de lâcher son trousseau clé au dessus d'une bouche d'égout ou de remarquer qu'il avait oublié sa carte bleu chez lui au moment de passer en caisse. Mais ce jour là battait tous ses records. Alors qu'il était au volant de sa nouvelle voiture, un pickup noir qui lui avait couté les yeux de la tête, Aidan c'était retrouvé dans de mauvaises circonstances, soit au mauvais endroit, au mauvais moment. Alors qu'il était aretté à un stop, bras à la fenêtre grillant une cigarette, il entendit les sirenes des pompiers dans son dos. Ni une, ni deux, il passa la seconde et reprit sa route, se mettant sur le côté afin de laisser passer le véhicule prioritaire. C'est à ce moment là qu'il entendis un femme hurler et qu'il sursauta. On pouvait penser qu'il y était habitué depuis le temps, mais non, il détestait les cris de femmes, c'était strident et il avait les poils de sa nuque qui se redressaient brusquement. Mettant un coup de frein, il entendit la vielle femme crier des horreurs dans sa direction. Bien décidé à en découdre, il sauta de voiture et partit à sa rencontre. A cette heure-çi, les rues étaient plutôt agitées et un pick-up comme le sien sur le bord du trottoir n’arrangeait rien à la circulation de la route. « Vous avez écrasé cette pauvre bête ! Vous n'avez pas honte ? », lui demanda t'elle avec des petits yeux sournois. Aidan se pencha sur le chien, un molosse au poil mi-long, étendu sur le sol, la truffe collée au gravier. Aidan avait beau se défendre de n'avoir pas vu l'animal, et soutenait même que quelqu'un voulait le faire accuser à sa place, la petite vielle campé sur ses idées. Finalement, un agent de l'autorité s'approcha d'eux. « Bon écoutez Monsieur. Vous récupérerez cet animal et vous le gardez, c'est claire ? Sinon je vous coffre pour non respect à agent », Aidan eut envie de lui envoyer son poing dans la gueule mais se retint. Si il découvrait son casier judiciaire, il serait très mal.

    C'est comme ça qu'Aidan se retrouva a emmenez un énorme chien chez le vétérinaire, ce qui lui prit la moitié de la journée. Il paya donc les frais, ce qui manqua de l'étouffer. Comment Charlie, sa meilleure amie, s'en sortait elle avec trois chiens à domicile ? Le bouvier bernois, comme lui avait expliqué le vétérinaire, s'en remettrait trés vite mais il avait besoin de repos. En gros, Aidan allait être obliger d'héberger cette bête avant de pouvoir l'envoyer dans un chenil, chose qu'il ne dirait pas à Charlie sans risquer de la voir se fâcher toute rouge. Alors qu'il pensait être enfin tranquille, malgré les ronflements sonores du chien, Aidan reçut un coup de fil...de la police ! Sur le coup, il se sentit mal, certainement dut au fait qu'aprés un an et demi de prison, vous craignez d'y retourner même si vous vous tenez à carreau. « Monsieur De Conti ? Nous vous appelons de la part de Reaver Miller. Vous connaissez cet homme ? Bien, il est actuellement retenu dans nos services et voudrait que vous vous portiez causion pour lui. Nous vous attendons au commissariat du secteur 3 », et l'agent raccrocha. Aidan crut d'abord à une blague et vérifia l'identité du correspondant, pas de doute possible. Il était tellement en colère contre ce type, qu'il ne pouvait pas manquer une occasion de lui rendre visite et de lui faire la misère.

    Une fois sur place, on le dirigea vers u bureau ou l'on vérifia son identité. Une chance pour lui, l'inspecteur ne vérifia pas ses antécédents, trop occupé pour ce genre de détails. Il fut ensuite mené à l'étage inférieur où l'on le fit patienter dans un vestibule. Aprés ça, on le mena dans un couloir, puis dans une cellule, légèrement grisante pour le moral. « De toutes tes connaissances, c'est moi que tu décide d'appeler Miller ? Soit t'est complétement con, soit carrément suicidaire », dit-il en voyant apparaitre son visage face à lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Comment on passe à un sms en prison [PV]   Dim 11 Déc - 16:16

    REAVER - « Mais sortez-moi de là bon dieu !! »

    Le policier se marre. Mais qu'est-ce qu'il a à se foutre de ma gueule ? Il me prend pour une bête de foire ou quoi ? Moi ça n'me fait pas rire. Pas du tout. Leurs cellules sont inconfortables, elles puent, et je n'aime pas la manière dont ces deux hommes là-bas me regardent de leur manière hautaines ! Et si je dois rester une minute de plus dans cette cellule, je pense que je vais tourner de l’œil ! Je n’ose rien toucher de peur d’attraper une possible contagion d’une maladie grave –ou pas- par autrui. J'ai développé une phobie prononcée pour les germes, je suis hypocondriaque et mon « compagnon » de cellule ne me dit rien qui vaille, toussant , éternuant, il devait propager des milliers de bactéries … Beeeerk ! Je devais sortir de là !

    REAVER -« Allez, magnez-vous !! »

    Le policier s'approche de la cellule. « Hey, on se calme. Tu sortiras d'ici quand tu auras prouvé ton innocence. Et en prime t'aura surement une belle amende à payer. Elle n’est pas belle la vie ? » Il émet un petit rire et s'éloigne. Je donne un violent coup contre les barreaux. Abruti. Là, ça commençait à sincèrement me gaver. Voilà que j’avais passé près de la moitié de la nuit au trou et apparemment, je n’étais pas prête d’en sortir. Au début, j’avoue avoir pris tout cela à la rigolade. Après tout, j’ai été arrêtée pour un stupide texto de cannibalisme et sans doute aussi pour insolence - putain, on se croirait à l’école, j’vous jure ! Mais rien n’avait pu les mettre sur la piste de mon métier : trafiquant ou d'arnaqueur dans le monde des affaires. « Hey ! Et mon coup de fil ? Je ne l'ai pas passé. » Il poussa un soupir. « Pour quoi faire ? Appeler ton preux chevalier en jupons ? » Je lui adressais un sourire, j’imaginais assez bien Aïdan en jupe gambader et sauter au-dessus des fleurs colorées, en faisant voleter son jupon en dentelle blanche, l'air s'engouffrant dans ses cheveux en chantonnant une musique d’ado pré pubère venant me sauver d’une cellule pleines de bactéries … Mon preux chevalier en jupons. Laissez-moi rire. « Exactement. »

    Tournant en rond comme un lion en cage la plupart du temps, il se ronge les ongles, relève le nez dans un mouvement nerveux à chaque fois qu'il entend marcher dans le couloir. Cliché typique du type innocent mis en prison pour des raisons qui lui échappent. Pas tout à fait du type innocent, en fait: du type qui connait ses droits et attend de manière outrée qu'on vienne lui ouvrir la porte. Il se fiche même qu'on lui présente des excuses. Il veut simplement se tirer en courant, courir dans les rues, sentir le vent frais qui n'a rien à voir avec la climatisation dégueulasse qu'ils allument parfois. Et pour cela il fallait qu’il patiente le temps que son preux chevalier en jupons arrive. Son corps tendu à l'extrême s'indignait de ce que les choses n'aillent pas plus vite. Pourquoi ce petit merdeux à deux francs six sous prenait tout son temps pour arriver ?! Il était coincé en cellule depuis quelques heures et il faisait partie des crapules, des poux sous les ongles, des indésirables qu'on mettait dans les cellules de transition en attendant de voir ce qu'on allait en faire. Et en attendant, seul Aïdan pouvait le faire sortir de là.

    AIDAN - « De toutes tes connaissances, c'est moi que tu décides d'appeler Miller ? Soit t'est complétement con, soit carrément suicidaire »

    Il le vit apparaitre comme par magie et si les barreaux ne le contraignaient pas il l’aurait surement sauté au cou ou que je lui mors un bout de peau mais pas sur que cela prouve mon innocence face à mon texto !

    REAVER - « J’aurais utilisé d’autre adjectif pour me qualifier comme : beau, intelligent, splendide … »

    J’espérais juste qu’il avait payé la caution avant qu’on commence les provocations.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Comment on passe à un sms en prison [PV]   Mar 20 Déc - 21:30

    De toutes les personnes qu'Aidan connaissait, Reaver était certainement celui qui l'avait plus déçu. Aidan avait bien crut rêver quand l'agent de police lui avait signalé que son "ami" Reaver était en prison et attendait qu'il se pointe pour payer la caution. Mais apparemment et rendu devant lui, Aidan devait se rendre à l'évidence : Reaver était bien en cellule et avait manifestement déposé son nom dans la liste des personnes à appeler en cas de pépin. Aidan était pourtant ravi de venir, si si j'vous jure. Il était plutôt heureux de rendre visite à son meilleur ami, en cellule et pouvoir se foutre de lui à sa guise. Autrefois, Aidan serait venu immédiatement, aurai payé la caution et se serait dépêché de sortir son pote de là. Mais les temps avaient bien changés et Reaver était devenu un pauvre gars qu'Aidan se faisait une joie de démolir. Aidan n'avait jamais réellement crut à l’amitié. Il avait toujours pensé que des sentiments de cette sorte n’existaient pas. Comment pouvait-on faire confiance à une personne à un tel point ? Comment pouvait-on confié les clefs de son appartement sans craindre que la personne en profite pour vous piquer votre télé ? Comment pouvait on espérer qu'une personne vienne vous récupérer en pleine nuit dans un bar miteux alors que vous êtes ivre mort ? Et bien Aidan c'était trompé. Il avait une meilleure amie qu'il adorait et en qui il avait toute confiance. Charlie était une perle rare qu'il appréciait énormément et pour qui il donnerait certainement sa vie si ça en valait la peine.

    Difficile de croire que tout cela était également vrai pour Reaver avant. Avant tout ça, avant la mort de Billy, avant la drogue, avant l'accident... Avant que tout n'arrive, Reaver et Aidan étaient toujours fourrés ensemble, se comportant comme des frères et aujourd'hui, ils se faisaient la guerre, sans regrets apparemment. Voilà pourquoi Aidan n'était pas si pressé que ça de sortir Reaver de là. Il avait plutôt envie de le voir le supplier, et espérait presque qu'il pleure. Parce que, soyons réalistes, si Aidan ne le sortait pas de là, personne d'autre ne le ferait. « Rien que ça. Et la modestie, tu connais toi ? », lui répondit sèchement Aidan en croissant ses bras sur sa poitrine. Reaver avait plutôt mauvaise mine, ou alors c'était le lieu qui lui donnait cet aspect. Quoi qu'il en soit, Aidan était convaincus que des deux, c'était lui le plus beau et sans aucun doute. Quant à être intelligent, Reaver avait finit trafiquant de drogue et Aidan était gérant d'un pub branché en ville, ce qui le faisait grimper tout en haut de l'échelle et Reaver, légèrement plus bas. « Alors comme ça tu est devenu un cannibale ? Ces messieurs dehors m'ont demandé si tu étais capable d'une telle chose et tu sais ce que je leur ai dit ? Qu'aprés avoir manqué d’écraser une jeune femme, c'était surement le cas », dit-il en décroisant les bras et s'approchant au plus prêt de Reaver. « J'te laisse le choix Miller. Soit je te fais sortir d'ici et je me charge de te renvoyer illico en prison après t'avoir refait le portrait, soit je te laisse ici et tu finira là où tu sera le mieux : la prison », objectivement, Aidan préféré la première option. Il pourrait ainsi défoncer ce type et venger Birdie qui avait eut la peur de sa vie ce jour là. Mais à bien y réfléchir, il pourrait être faire les deux...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Comment on passe à un sms en prison [PV]   Ven 6 Jan - 1:03

    Les souvenirs sont et seront toujours impérissables. Chaque être humain possède une sorte de poche à souvenirs. Cette poche est, suivant l'individu, plus ou moins conséquente. Ainsi, pour ceux qui veulent se souvenir des moindres détails qui font leur existence, cette poche est pleine à craquer. Par brève, ils se souviennent de leurs souvenirs, lointains ou non. Leur capacité à retenir les choses est plus ou moins développée, toujours suivant les individus. Ils se souviendront souvent des choses, des moments heureux ou non. Les flash-back sont sur développés chez ces personnes à la poche à souvenirs pleine à craquer. Ils ne pourront piocher dans ce petit tas qui font d'eux une personne à part entière tellement elle est conséquente. Reaver Miller avait décidé de trier ses souvenirs et de garder seulement les plus importants. Ainsi, sa poche à souvenirs ne sera jamais pleine à craquer. Il se souviendra toujours avec les plus brefs détails qui ont fait cette nuit qui l’a changé du tout au tout. Cette nuit où sa Billie était morte d’une tumeur de cerveau, ou du moins, ce qu’il a cru. Il se souviendra toujours de la pointe de peur qu’il avait ressenti. Il était redevenu ce loup casanier, l’être sadique et arrogant qu’il était avant de connaître Billie. C’était beaucoup plus simple de redevenir ce petit trafiquant de drogue, diable qu’il était, perdu dans les affres douloureux de ses propres enfers. Il n’avait trouvé autre chemin que de rejeter Aidan de sa vie. Leurs années d’amitié étaient bien loin, surement que tout cela se serait dérouler différemment si leur amitié ne s’était pas construite autour de Billie. Et aujourd’hui, ils se faisaient la guerre parce qu’il y a des blessures que le temps n’efface pas, des paroles qui ne s’envolent pas au gré du vent et des actes qui perdurent dans le temps même si ils ont eu lieu voilà des dizaines d’années.

    AIDAN – « Alors comme ça tu es devenu un cannibale ? Ces messieurs dehors m'ont demandé si tu étais capable d'une telle chose et tu sais ce que je leur ai dit ? Qu'aprés avoir manqué d’écraser une jeune femme, c'était surement le cas »

    Le jeune Miller eut un rire bref et mauvais, ses prunelles brillant d’intensité en regardant son « ami » avec provocation. Les paroles du jeune homme ne semblaient en rien le perturber et il afficher un air des plus fiers et arrogant, plus sûr de lui que jamais. Ce n’était aucunement le moment de flanché. Aucunement le moment de regretter ses actes et ses choix. Le fauve qu’était Aidan révéler toute sa majesté et semblait bien prêt a protéger son territoire, quitte a affronter le prince d’une autre tribu. Depuis toujours les deux avaient toujours sue cohabiter dans cette jungle que représenter LA , ne se faisant pas d’ombre et ne convoitant jamais. Même si leur mésentente était exprimé haut et fort, il n’y avait jamais eu de combat. Mais était-il temps pour eux de s’affronter dans une lutte sans fin où il n’y aurait qu’un seul vainqueur ?

    REAVER - « Le bon point des cannibales, c'est qu'ils n'ont pas besoin de cimetières. Est-ce qu’elle ta raconter cette nuit de débauche ? Elle adore les morsures avec ça elle gémit comme personne »

    Nuit de débauche ? Plutôt violence sexuelle. Provocation quand tu nous tiens... Un sourire des plus insolent ce révéla a la commissure de ses lèvres. Jamais il n’avait était des plus provoquant. Sournois et des plus mesquin, il révélait une facette de sa personnalité, mettant la noirceur son âme à la vue de tous. Sale con inconscient il se délectait de l’effet que ses paroles auraient sur le jeune homme sachant pertinemment que Billie était tout simplement considérer comme sa sœur, point sensible chez Aïdan connaissant son histoire de famille. Certes, c’était jouer bas mais il savourait tout de même, le goût de sa provocation, certain que cela attiserait encore plus la colère de son adversaire déjà bien trop présente. Il savait pertinemment que la seule chose qui empêcher Aïdan a cet instant de l’attaquer était la présence de ses barreaux de prison. Il était loin d’avoir un esprit plus calculateur qu’impulsifs. Beaucoup de monde ses nombreuses colère noires. Mais Reaver n’affichait aucune peur et aucun doute, ne lâchant pas des yeux le jeune homme et ne s’arrêtant pas de sourire. S’était si jouissif de le voir dans un tel état qu’il ne semblait pas s’en lasser.

    AIDAN - « J'te laisse le choix Miller. Soit je te fais sortir d'ici et je me charge de te renvoyer illico en prison après t'avoir refait le portrait, soit je te laisse ici et tu finiras là où tu seras le mieux : la prison »

    Pas de lumière. Non certainement pas. Seulement les phares d’un camion prêt à l’écraser il faut croire. Mais il n'avait jamais ignoré qu’une fois devant Aïdan, il se ferait cynique au possible dans le meilleur des cas, violemment agressif dans la pire des issues. Ainsi, il ne s’étonna même pas des paroles de ce dernier.

    REAVER – « Mais viens donc me rejoindre, tu seras surement beaucoup plus alaise dans une cellule de prison, ça te rappellera des souvenirs. »

Avertissement! Ce post est d'une médiocrité extrême! Les personnes enceintes / souffrant de problèmes cardiaques / et ou autres sont priées de passer leur chemin. Bref, c'est nul quoi. Je suis désolée >_< Je me reprendrais au prochain, promis.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Comment on passe à un sms en prison [PV]   Mar 24 Jan - 17:10

    Pour ce qui est des souvenirs d'Aidan, ils étaient plutôt éparpillés. Inconsciemment, Aidan avait éffacé de sa mémoire ce qu'il préféré oublier, ce qu'il voulait voir enterrer à jamais, ce qui était trop dur à encaisser. Mais malheureusement, cette technique avait ces failles et Aidan en faisait encore les frais. Il avait beau penser que vivre au jour le jour l'aiderait, que vivre sans se soucier du reste était facile à vivre, c'était d'une stupidité effarante. On ne peux pas faire comme si rien ne c'était passé, faire comme si c'était erreur et qu'on passait au travers. Reaver et Aidan se retrouvaient un peu la dedans. Ils avaient tous les deux cruent qu'ils pouvaient fuir leur passé, qu'ils pouvaient avancer tout en mettant de côté leur erreurs. Mais jusqu'as preuve du contraire, ils avaient tous les deux échoués. Reaver avait voulu oublié Birdie, il avait voulu effacé ce mal qui le rongeait depuis sa "mort", avancer avec ce poids en moins sur les épaules et il se retrouvait derrière les barreaux aujourd'hui. Il avait replongé dans un spirale infernale, c'était remit à dealer parce que c'était beaucoup plus facile, beaucoup moins compliqué que de se poser 5 min et comprendre que c’est finit, que la femme que vous aimez est partit et qu'il ne servira à rien de lutter parce qu'elle ne reviendras pas. Aidan avait fait la même chose, voilà pourquoi il savait de qui il parlé. Lui aussi avait voulu oublier Savannah et lui aussi avait commit une belle connerie : se fiancer à une autre. Objectivement, ce n'était pas vraiment pour lui, mais il avait tout à y gagner, même si cela semblait l'éloigner de Birdie ou encore Charlie.

    « Le bon point des cannibales, c'est qu'ils n'ont pas besoin de cimetières. Est-ce qu’elle ta raconter cette nuit de débauche ? Elle adore les morsures avec ça elle gémit comme personne », lâcha Reaver, l'air amusé et affichant un regard pervers. Aidan se crispa, sentant ses muscles se contracter sous l'effet de la menace. Bien sur, il ne voyait pas de quoi parlé Reaver, il était évident que Birdie n'aurait pas eut l'idée de lui raconter une telle chose. Aidan allongea rapidement le bras attrapant Reaver par le col de sa chemise. « Fais gaffe à ce que tu dis Reaver, fais bien attention », dit-il avant de lacher prise, entendant de bruit dans le couloir. Visiblement, le gardien n'avait rien raté de leur "échange" et jeta un regard de menace à Aidan qui se contenta de faire un bref hochement de tête, une sorte d’excuse mais sans promesse de ne pas recommencer. Voir la tête de fouine de Reaver faisait remonter des souvenirs à la surface. Aidan se rappelait qu'avant, jamais il n'aurait levé la main sur lui. Jamais Reaver ne lui aurait parlé de la sorte, n’émettant rien concernant Birdie, par pudeur pour le grand frère qu'était Aidan pour la jeune femme. Avant, leur amitié était simple, pratique et c'était presque triste de penser que Reaver avait tout gâché par son égocentrisme mal placé.

    Au moins, maintenant, Reaver était au courant pour Birdie. Maintenant, il savait la vérité, il savait qu'elle était toujours en vie. Aidan, lui, n'avait pas cette chance. Savannah était morte et elle ne reviendrais jamais. « Mais viens donc me rejoindre, tu seras surement beaucoup plus alaise dans une cellule de prison, ça te rappellera des souvenirs », Aidan lacha un bref rire nerveux. Reaver était si prévisible... Il savait à quoi s'attendre avec un type comme lui, il le connaissait par cœur pour l'avoir longtemps côtoyé, pour connaitre ses blessures. « T'es vraiment pitoyable, tu le sais ça ? Mais je dois reconnaitre que la prison te vas bien...Et ça sert pour apprendre à se battre, tu veux voir ? », Aidan souria de toutes ces dents, une folle envie de lui mettre une dérouillée. L'obscurité de la pièce collait parfaitement au personnage, mettant en avant son côté sombre, sa noirceur ancrée en lui depuis tellement longtemps, faisait partit de lui, comme une seconde nature. « Plus sérieusement Reaver, tu compte sortir comment d'ici si je ne paye pas ? Ces flics m'ont pas l'air de beaucoup t'aimer. A croire que tu ne plais à personne, non vraiment, ta tête passe pas... J'ai jamais compris ce que Birdie te trouvais », dit-il simplement, en croissant les bras, sourire aux lèvres. En vérité, il savait très bien ce qu'il lui avait plus chez lui, il savait très bien qu'elle était toujours amoureuse de lui et qu'au fond, Reaver n'était pas comme ça, mais il ne l'avouerait pas, pour rien au monde.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Comment on passe à un sms en prison [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Comment on passe à un sms en prison [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» PAS: Inauguration d’un restaurant communautaire à Delmas
» Commande Buy 4 Less
» Un entretien privé [Pv Pomona]
» [Video] Comment se passe le partage des loot chez Itila Cala
» Nouvelle partie de Donjon & Dragons 3.5
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-