AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Mar 19 Fév - 2:02



Falling in love is so hard on the knees / Luya & Scott
If I had a single flower for every time I think about you, I could walk forever in my garden.



Luya s’était retourné deux ou trois fois dans le lit en bougonnant avant de se décider à ouvrir les yeux, réveillé par la lumière du soleil qui s’était invitée dans la chambre. La soirée s’était plutôt bien terminée, mais cela n’empêchait pas le jeune homme d’être passablement agacé par le fait qu’il était ébloui de bon matin. Les rares fois où il oubliait de tirer ses rideaux ou de fermer ses volets, il s’en voulait tout le restant de la journée. Définitivement, le veilleur de nuit n’avait pas choisi son métier par hasard : il était fait pour dormir pendant la journée et son cerveau devenait opérationnel au moment où la lune faisait enfin son apparition pour parfaire le ciel étoilé. Et quand Luya réussit enfin à mettre la main sur son téléphone portable pour se donner une idée de l’heure qu’il était, il ne put s’empêcher de soupirer aussi bruyamment qu’un taureau qui s’apprêtait à charger. Huit heures. D’ordinaire, c’était l’heure à laquelle il allait se coucher et il savait pertinemment qu’il ne parviendrait pas à se rendormir de si tôt. Il se tourna sur le flanc pour observer le visage paisible de Scott qui semblait imperturbable. Ses cheveux en bataille lui donnait un faux air rebelle qui fit sourire Luya. Le garçon hésita un instant à venir caresser la joue rose de son amant mais il se rétracta au dernier moment. L’infirmier était tellement chanceux de pouvoir profiter de quelques minutes de sommeil supplémentaire que Luya se refusait à venir troubler son repos. Il reporta alors toute son attention sur son téléphone, espérant y trouver une quelconque notification ou autre message qui pourrait l’occuper en attendant que Scott ouvre les yeux... Mais rien. À part faire glisser ses doigts sur l’écran et taper son code secret à l’infini, il n’avait rien à faire. Et l’heure continuait de le narguer : « 14 Février - 8:12 ». Luya eut alors un mouvement de recul, persuadé que son esprit lui jouait des tours et qu’il était en train d’halluciner. Certes, les dix dernières minutes étaient vraiment passées plus rapidement que prévu, mais ce n’était pas vraiment le problème - il savait que le temps paraissait moins long lorsque Scott était dans les parages... Non, le souci, c’était la date. 14 Février. Le jeune homme étouffa un petit rire qui relevait plutôt du gazouillis... Ils avaient eu la bonne idée de se mettre ensemble la veille de la Saint-Valentin. Tant mieux, ce serait plus facile à retenir. Luya était pratiquement certain de pouvoir s’en souvenir, même dans trois ans.

Impossible alors de ne pas marquer le coup. Ils allaient partagé leur premier réveil et certainement leur première journée en amoureux. S’il le fallait, ils se retrouveraient même autour d’un bon dîner cuisiné maison avant de passer une bonne partie de la nuit prochaine à marquer l’évènement... Mais malgré tout, Luya sentait qu’il manquait quelque chose. Et ce n’était pas seulement parce que c’était la Saint-Valentin ; c’était aussi et surtout parce qu’il voulait remettre les compteurs à zéro et se racheter auprès de celui qui était toujours en train de dormir à ses côtés. Sans plus attendre, le beau brun s’extirpa du lit avec la plus grande discrétion ; au cours des trois dernières années, il avait développé certaines techniques pour se séparer des draps du trentenaire et il avait d’ailleurs gagné en agilité et en souplesse. Il récupéra ses vêtements qui étaient éparpillés aux quatre coins de l’appartement, souriant simplement lorsqu’il passa rapidement dans la salle de bain en repensant à leur longue conversation dans la baignoire de Scott. Quelques minutes après, il était déjà dans la rue, cherchant sa chère et tendre voiture du regard.

Lorsque Luya décida qu’il était enfin temps de rentrer, il n’avait plus aucune idée de l’heure qu’il était. Il avait déjà perdu une éternité au centre commercial à parcourir tous les rayons pour essayer de dénicher tous les ingrédients dont Scott pourrait avoir besoin pour réaliser les pancakes qu’il lui avait promis. Mais il n’avait franchement aucune idée de la façon dont on pouvait réaliser une telle chose - et il perdit encore quelques précieuses minutes à se demander s’il ne devait tout simplement pas s’avouer vaincu et demander conseil à la première personne qui aurait le malheur de se trouver sur son chemin. Sans parler du fait qu’il n’avait aucune idée de la manière dont était agencées toutes les denrées dans ce supermarché - Luya mettait rarement les pieds dans ce genre d’endroit, laissant la responsabilité des courses à sa propre mère. Et lorsqu’il trouvait enfin le courage de s’aventurer dans cette jungle alimentaire, il se dirigeait rapidement vers les boissons pour s’offrir une bonne bouteille d’un de ses alcools favoris. Il n’aurait jamais cru qu’un paquet de farine pourrait être à ce point enfoui dans les entrailles de ce magasin. Scott et lui étaient ensemble depuis moins de vingt-quatre heures, et la vie du garçon semblait déjà tellement plus compliquée... Avant de quitter les lieux, Luya prit tout de même la peine de s’offrir une brosse à dent car il ne pouvait pas supporter le goût amer du réveil qui rendait sa bouche pâteuse. En chemin, il s’arrêta ensuite chez un fleuriste où il passa encore un interminable moment à se demander s’il devait acheter des roses ou des tulipes - se torturant l’esprit en imaginant le genre de réaction que Scott pourrait avoir en le voyant revenir avec un bouquet. Chargé de toutes ses victuailles, Luya poussa difficilement la porte de l’appartement de l’infirmier, soulagé d’être enfin de retour, impatient de retrouver le lit et les bras du beau blond. Tout semblait calme dans l’habitat, comme s’il n’était jamais parti. Persuadé que Scott était toujours endormi, le jeune homme s’accorda encore quelques instants dans la salle de bain, essayant de coiffer ses cheveux avec sa main, se passant un peu d’eau fraiche sur le visage et baptisant sa nouvelle brosse à dents avec le dentifrice mentholé de son hôte. Tout devait être parfait. Parfaitement parfait. Rien de moins.

Revenant d'abord sur ses pas pour laisser trainer sa veste dans l’entrée et récupérer la rose qu’il avait choisi avec beaucoup de soin, il avançât ensuite à pas de loup en direction de la chambre, poussant doucement la porte. Il souriait bêtement, s’apprêtant à réveiller Scott à grand renfort de baisers et de caresses. Mais il eut l’impression de recevoir une claque dans la figure lorsqu’il réalisa que le lit était complètement vide, à peine marqué par le passage des deux amants. Luya fit un pas en arrière, scrutant chaque côté du couloir, les sourcils froncés, à l’affut du moindre bruit. Ils n’auraient quand même pas pu se rater ? En tendant l’oreille, il entendit la voix familière du beau blond qui provenait du salon. Rassuré de savoir que l’infirmier était toujours dans les parages, il se dirigea vers le canapé sur la pointe des pieds. Scott était assis sur le sofa, son téléphone collé à son oreille et la voix brisée - comme s’il venait tout juste de se réveiller. Lorsqu’il ne pouvait plus avancer davantage, Luya se baissa pour venir poser son menton sur l’épaule de son homme, une de ses mains glissant lentement sur le torse de Scott, l’autre brandissant une rose de nulle part. Ne voulant pas interrompre sa discussion pour autant, il s’autorisa à poser quelques baisers dans le cou de Scott, comme pour lui faire remarquer sa présence. Remontant jusqu’à son oreille, il murmura : « Joyeuse Saint-Valentin », souriant jusqu’aux oreilles, ravi de pouvoir surprendre le beau blond. Mais tandis qu’il continuait son petit jeu de séduction, Luya sentit que quelque chose n’allait pas dans la réaction de Scott, jusqu’à sa façon de parler. Le jeune brun pencha la tête sur le côté pour essayer de capter le regard de l’autre homme. Effectivement, quelque chose ne tournait pas rond...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Jeu 28 Fév - 1:43

Luya ne le savait sûrement pas, et il ne l'apprendrait probablement jamais, mais Scott s'était endormi vers quatre heures du matin. Bien après que l'autre homme ait lui-même fermé les yeux, fixant le visage de Luya dans la semi-pénombre de la pièce, ne réagissant même pas alors qu'au loin les bruits de Los Angeles se faisaient entendre. Le monde extérieur? Scott s'en moquait royalement, il n'aurait jamais cru qu'un geste aussi simple, tenir quelqu'un dans ses bras, pouvait être aussi... gratifiant. Il s'était répété en boucle leur conversation dans sa tête, prenant le temps, faisant l'effort de tout mémoriser, essayant d'avoir et de posséder Luya sous toutes ses formes, il voulait absolument tout savoir... Tout. Rattraper ces trois années perdues à cause de sa maladresse, leur bêtise et surtout cette peur stupide de se retrouver seul. Avec la vie qu'il avait mené jusqu'ici, Scott aurait pu se dire que les lendemains n'avaient pas vraiment de sens et qu'il aurait dû en profiter à fond. À quoi bon tomber amoureux ? Il aurait pu rayer Luya de sa vie et tout simplement passer à autre chose. Le blond ne résonnait pas de cette manière et plus que jamais, cette nuit-là, il avait redouté l'arrivée du soleil. Juste quelques minutes de plus, quelques secondes, il avait juste besoin de cela. Luya avait l'air tellement paisible dans ses bras, heureux et non effrayé, sa main dans celle dans Scott alors que ce dernier touchait sa cicatrice. Une image parfaite. Tellement parfaite que Scott avait envie de rire et de se pincer, juste pour être certain qu'il ne rêvait pas.

Car à ce moment là, il voyait et comprenait pourquoi est-ce qu'il était tombé amoureux de Luya. Pourquoi est-ce que c'était lui et personne d'autre. Le jeune homme avait beau se donner des airs supérieurs, savoir utiliser les bons mots et être capable de faire tomber Scott à genoux mais parfois, il était tellement vulnérable, semblait tellement fragile et alors il regardait Scott comme si le blond était la seule chose qui faisait que son monde ait un sens. La seule chose de solide, de tangible, de vraie, la seule chose qui pouvait l'empêcher de sombrer... Et alors Scott savait qu'il devait passer sa vie à essayer de devenir comme ça pour que Luya ne puisse plus se passer de lui. Oui, l'infirmier était plus que déterminer à devenir ainsi. Mais tout ça, tous les rêves de Scott, les quelques regards honnêtes de Luya... Tout ceci appartenait à la nuit et Scott ne voulait pas qu'elle se termine. Son corps était fatigué, éreinté même par toutes les heures qu'il avait passé debout ou à courir dans les couloirs de l'hôpital, il aurait dû dormir et profiter d'un repos bien mérité ; cependant, Scott ne pouvait tout simplement pas déconnecter son cerveau et arrêter de penser et encore moins de s'interroger. Car il y avait toujours cette même question : que va-t-il se passer si je ferme les yeux ? Luya serait-il parti quand il se réveillerait ? Et pourrait-il le supporter ? Combien de coups pouvait-il supporter avant de décider de laisser tomber pour de bon ? Toutes ces questions ne trouvèrent pas de réponses car au final sa fatigue l'emporta et Scott ferma les yeux lui aussi, non sans resserrer sa prise sur Luya. Justes quelques heures, il fermerait les yeux pendant quelques heures et se réveillerait bien avant Luya. Oh si seulementil savait...

Scott était si fatigué, des accidents plus ou moins graves en ville l'avait tenu éveillé pendant deux jours entiers, sans compter cette nuit qu'il avait passé accroché à son téléphone, attendant un coup de fil de Luya... Scott se sentait beaucoup mieux en ouvrant les yeux mais il s'en voulut quand même, il n'avait pas été assez vigilant et... « Luya ? » Il se redressa dans le lit, trop vite, et il vit des étoiles danser devant ses yeux pendant quelques minutes avant de finir par ouvrir les yeux, de tourner la tête et de se rendre compte qu'il était bien seul dans ce lit. Scott ne se retourna pas dans son lit comme il avait pris l'habitude de le faire lorsque Luya s'en allait au petit matin, non, il se leva et chercha l'autre homme. « Luya ? » Il ne pouvait pas être parti, il ne pouvait pas... Je t'aime. Luya l'avait bien dit, et il l'avait dit pour une bonne raison, pas vrai ? En passant dans la salle de bain, Scott ramassa son jean de la vieille qu'il enfila négligemment cherchant des traces de Luya. Bien vite, trop vite, il se retrouva devant sa porte d'entrée et fixa la porte en bois pendant quelques instants, n'osant pas la pousser. Que ferait-il de toute façon ? Si Luya avait choisi de fuir que pouvait-il faire ? Il ne savait même pas où ce dernier habitait, il ne pouvait pas aller frapper à sa porte et réclamer des explications. Lui demander si ce petit jeu l'amusait, si... Scott prit une profonde inspiration, se rendant soudainement compte que sa respiration était beaucoup trop saccadée, non.

Il ferma les yeux quelques secondes, serrant les poings, se demandant comment est-ce qu'il pouvait être aussi stupide. Maxine l'avait prévenu, elle avait su voir la vérité, il y a de ça quelques heures... Scott ouvrit les yeux, son téléphone se trouvait toujours dans la poche arrière de son jean, il l'attrapa et... Et quoi ? Qui pouvait-il appeler dans une situation pareille ? Il aurait dû écouter, mais encore une fois, il avait voulu jouer les naïfs. Ses pieds le portèrent dans son salon, beaucoup trop vide à son goût, et il s'installa presque machinalement sur le canapé, le regard perdu dans le vide. Scott ne savait tout simplement pas quoi faire. Il ne savait pas ce qu'il était censé faire ou même ressentir, devait-il rigoler ou se morfondre ? Excellente question. Scott fit ce qui lui paraissait le plus logique et pressa le téléphone contre son oreille, n'appelant personne en particulier. « Il est parti. Je ne sais vraiment pas à quoi est-ce que je m'attendais cette fois-ci. Je pensais qu'il était sincère. En tout cas moi je l'étais, je l'ai été, du début à la fin. » Serait-ce le dernier tour que lui jouerait Luya avant de disparaître à tout jamais de sa vie ? Il ne saurait jamais que Scott était plus que prêt à le poursuivre, pieds nus, et lui dire de rester, si seulement il avait su dans quelle direction l'autre homme était parti. Scott avait l'impression d'avoir un brouillard devant les yeux, il était tellement perdu et dérouté qu'il n'entendait ni ne voyait plus rien, une certaine partie lui-même se résignant même à oublier les couleurs, à oublier les sons, toutes ces choses-là lui paraissait bien futiles. Cependant Scott ne pouvait pas se laisser aller de cette manière et se morfondre sur lui-même pas vrai ? On avait besoin de lui, ses amis, sa famille, il avait aussi son boulot, il n'était pas seul. Il cherchait une bonne raison de se lever, trop perdu dans ses pensées, il ne remarqua même pas que Luya était là, ayant décidé qu'ils n'appartenaient déjà plus au même monde.

Il ne réagit même pas aux baisers que ce dernier et eut un sursaut seulement en voyant la rose devant des yeux. « Joyeuse Saint-Valentin » Scott mit un certain temps à réaliser ce qui se passer et sa réaction ne fut pas des plus fine qui soit, il se leva brusquement, faisant face à Luya, le sourire de ce dernier s'effaçant peu à peu. Scott n'avait pas la moindre idée de sa propre expression, paniquée et confuse certainement, tout comme il ne savait pas ce que Luya venait de lui dire. « Tu es parti. » Pas de bonjour, ni même de formule pour célébrer ce jour qui aurait dû être heureux, non, pas quand Scott avait toujours une main qui tremblait, l'autre refermée sur son téléphone. Non, au final, au réveil, dans ce salon beaucoup trop lumineux, il ne restait que l'affreuse vérité.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Mer 6 Mar - 17:42

Dans la précipitation, Luya laissa tomber la fleur sur le canapé, se relevant brusquement à son tour. Il n’était pas vraiment certain de la façon dont il devait interpréter la réaction de Scott... L’infirmier avait-il été surpris de sa présence et de ses mains qui s’étalaient soudainement sur son corps sans s’être annoncées au préalable ? Ou était-ce la personne qui se trouvait à l’autre bout du combiné qui été parvenue à faire bondir le trentenaire à l’annonce d’une nouvelle grave ? Luya espérait secrètement qu’il s’agissait de la première solution. Et il ne croyait pas si bien dire... Le jeune homme souriait toujours mais la joie qui tordait ses lèvres finit par disparaitre rapidement quand son regard se plongea enfin dans celui de Scott ; et sur le visage abattu de ce dernier, il ne lisait que tristesse et amertume. Quelque chose n’allait pas, le veilleur de nuit l’avait vite compris. Cependant, il réalisa un peu trop tard qu’il était la cause principale de ce retournement de situation ; et pour confirmer ses pensées, Scott finit par ouvrir la bouche... « Tu es parti. » La vérité frappa Luya de plein fouet telle une décharge électrique qui l’aurait traversé de part en part, comme un cou puissant derrière la nuque ou une balle en plein crâne. À cette annonce, il aurait juré avoir senti son estomac se retourner - il ne saurait jamais que c’était en fait son coeur qui avait sauté un battement, trop effrayé à l’idée de perdre Scott.

À présent, c’était avéré : Luya était émotionnellement attardé. Il pensait et agissait comme un enfant de cinq ans, incapable de discerner le bien du mal, ne parvenant même pas à prévoir les répercussions que ses paroles et ses actes pourraient avoir sur autrui (et surtout sur son couple). Même avec les deux personnes qui lui servaient de famille et qu’il fréquentait quotidiennement, il avait beaucoup de difficulté à se conduire convenablement... Quelle que soit la situation, il avait toujours besoin de l’approbation des autres pour avancer, ne vivant plus qu’à travers l’opinion des personnes qui l’entouraient. Pourtant, il avait passé sa vie entière à essayer de se prouver qu’il pouvait vivre seul, qu’il ne devait jamais s'embarrasser de l’avis de qui que ce soit. Et il pensait être parvenu à ses fins, être devenu assez solitaire et indépendant pour ne plus avoir à se soucier du reste du monde. Mais comme la plupart des choses dont Luya essayait de se persuader, ce n’était qu’une façade, une armure en carton qu’il était facile de percer... S’il était aussi indifférent qu’il voulait bien le croire, il aurait continué à manipuler Scott sans jamais tomber amoureux de lui, il n’aurait aucune honte à assumer sa sexualité et il ne vivrait plus chez ses parents depuis longtemps. Et il fallait bien se rendre à l’évidence : c’était tout le contraire. Il avait besoin qu’on le prenne par la main pour lui expliquer ce qu’il pouvait faire ou non, qu’on lui montre la marche à suivre ; et quand bien même il se décidait à agir sans l’aide d’une tierce personne, il s’attendait toujours à ce qu’on l’encourage, qu’on le récompense ou qu’on lui explique qu’il était allé trop loin. Il voulait qu’on s’occupe et qu’on prenne soin de lui et c’était certainement la raison pour laquelle il se comportait comme un enfant. Bien sûr, Luya n’était pas ce genre d’adulte qui passait son temps à essayer de courir après son enfance ; mais il s’était tellement convaincu de sa solitude qu’il s’était finalement interdit d’apprendre comment se comporter en société, et n’avait jamais pris la peine de grandir de ce point de vue là... Pas étonnant donc que Luya n’ait pas songé une seule seconde à tout ce que Scott pourrait ressentir en se réveillant seul, trop concentré sur la surprise qu’il lui réservait et la récompense qu’il pourrait éventuellement en tirer - à savoir le bonheur du beau blond. Le garçon baissa la tête, se préparant finalement à une punition à la hauteur de sa bêtise.

Il ferma les yeux l’espace d’une seconde, essayant de regrouper toutes ses pensées sur le problème qui se présentait à lui : comment allait-il s’en sortir cette fois-ci ? Il était évident que quelques caresses ne suffiraient plus. D’ailleurs, Luya ne se sentait pas capable d’approcher Scott dans l’immédiat. Il était encore paralysé, honteux de ne pas avoir été à la hauteur, de ne pas s’être rendu compte que la vraie surprise aurait été sa présence dans le lit du trentenaire au réveil de ce dernier. Le jeune homme aurait aimé pouvoir courir assez vite pour rattraper le temps et revenir en arrière. Il aurait alors attendu que Scott s’éveille pour lui proposer une petite virée en ville et ainsi le surprendre autrement. Il était allé beaucoup trop vite en besogne, convaincu que Scott pourrait de nouveau lui faire confiance et oublier les dernières années en un claquement de doigt. Il lui avait fallu trois ans pour détruire l’infirmier ; lui en faudrait-il autant pour le reconstruire ? Luya aurait aimé savoir quoi faire, mais les mots et mêmes les gestes semblaient bien dérisoires face au désespoir du blondinet. Il se demandait si la meilleure solution n’était pas tout simplement d’aller retourner se coucher, comme si rien de tout ça ne s’était produit. Comme s’il ne s’était jamais absenté. Il aurait pris Scott par la main, sans un mot, et l’aurait mené jusque dans son lit - dans leur lit. Dans un souffle, il aurait demandé à son homme de fermer les yeux avant de s’allonger à ses côtés, blotti chaudement entre ses bras. Et quand le trentenaire rouvrirait les yeux, Luya serait là, toujours présent et avec la ferme intention de rester jusqu’à ce que Scott décide de le mettre à la porte. Mais le jeune brun savait que ce réveil factice ne ferait pas l’affaire, que ce n’était pas ce que Scott aurait souhaité. Ce genre de mise en scène surfaite ne fonctionnait que dans les séries télévisées dont le public principal était constitué de jeunes adolescentes en mal d’amour et de ménagères trop enfermées dans leur quotidien... Jusqu’à preuve du contraire, Luya était très mauvais acteur et il était encore moins une vedette du petit écran. Et sa vie n’avait rien à voir avec le scénario d’un quelconque soap opera...

Après quelques instants, Luya se décida enfin à relever la tête, fuyant plus ou moins le regard de Scott. Il n’avait rien à se reprocher - enfin pas vraiment - mais il ne supportait pas de voir son homme dans cet état. « Je... », commençât-il, pas vraiment sûr de ce qu’il allait bien pouvoir dire pour sa défense. Mais puisque l’heure était aux vérités, Luya n’avait pas énormément d’option et se retrouvait au pied du mur pour ce qui semblait être la millième fois. « J’étais sorti faire des courses parce que je voulais acheter de quoi faire des pancakes... Sauf que j’ai jamais fait de pancakes et qu’on a du oublié de m’apprendre à me repérer dans un supermarché et du coup j’ai perdu pas mal de temps à essayer de trouver tout ce dont tu pourrais avoir besoin - et heureusement qu’une vendeuse m’a aidé au final... Et après je me suis dit que je pourrais acheter quelque chose pour la Saint-Valentin - parce qu’en fait je me suis rendu compte qu’on était le quatorze Février - et je me suis arrêté chez un fleuriste sauf que je savais pas vraiment quoi prendre parce que j’avais peur que ce soit trop d’un coup - et en même temps j’avais peur de ta réaction alors j’ai vraiment hésité et je pensais être rentré avant que tu te réveilles pour que ma surprise soit vraiment parfaite, mais visiblement... » Luya respira enfin. Il s’était étourdi de mots pour ne pas avoir à dire le plus dur, l’essentiel : qu’il était navré, qu’il ne recommencerait plus et qu’il n’avait jamais été aussi heureux que depuis la nuit dernière. Mais il était maintenant devant le fait accompli : il avait failli à la mission dont il s’était lui-même chargé. Il laissa échapper un juron, témoignant ainsi du dégoût qu’il éprouvait pour sa propre personne. Il se détestait d’avoir réussi à tout gâcher pour la énième fois. Il passa une main honteuse et hésitante dans son cou, se massant la nuque sans la moindre douceur, visiblement aussi stressé qu’énervé, passant ses nerfs sur la chair qui glissait sous ses doigts. Et le fait de savoir qu’il en faudrait certainement plus à Scott pour le faire fondre l’agaçait par avance. À croire qu’il n’y avait plus d’issue, que toute cette histoire était véritablement vouée à l’échec... Luya reprit alors la parole, plus posément cette fois-ci. « Excuse-moi. C’était la dernière fois. Je pensais... Je voulais vraiment que ce soit parfait. » Alors qu’il prononçait ces mots, le regard de Luya se posa aléatoirement sur la rose, toujours sur le canapé. Il eut alors la sensation qu’elle n’était plus aussi belle, qu’elle fanait déjà à vue d’oeil ; et le jeune brun du se forcer pour ne pas comparer cette simple fleur à leur histoire...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Dim 10 Mar - 2:04

Ce n'était pas ces mots-là que Scott avait espéré dire à Luya. Il avait espéré et prié pour un réveil bien différent. Il devait ouvrir lentement les yeux et trouver le visage de Luya tout près du sien. Il aurait dû l'embrasser, caresser la joue du jeune homme et le regarder se réveiller. C'était décevant pour Scott de se dire qu'il ne savait toujours pas quelle tête avait l'autre homme au réveil. Surtout quand il avait décidé de tout prendre et de tout savoir sur Luya. Scott voulait voir le jeune homme sous tous les angles possibles et apprendre à aimer chacune de ces facettes, chacun des côtés qu'il allait découvrir, tout en prenant son temps. En trois ans, il n'avait eu que des miettes, il avait dû se contenter de peu et il avait appris à vivre avec ce que Luya lui avait donné. Se rendait-il compte à quel point il était cruel ? Et à quel point Scott était accro à lui ? Avait-il la moindre idée de ce que tout Scott avait abandonné pour lui ? Tout ce qu'il aurait pu avoir? Trouve toi un homme bien, lui répétait souvent Dylan, et oublie le reste du monde. Les choses étaient tellement plus faciles quand Dylan lui disait quoi faire. C'était ce que Scott désirait plus que tout mais Maximilian lui avait claqué la porte au nez du jour au lendemain en disparaissant et Luya eh bien... Scott avait juste envie de se prendre la tête entre les mains et de pousser un énorme soupir car c'était fou le pouvoir que l'autre homme avait sur lui. Un seul mot de lui, un seul regard et Scott pouvait sourire ou au contraire s'apitoyer sur son sort et se dire qu'au fond il méritait tout ce qui lui arrivait.

Libère moi, aurait dû hurler Scott, je ne sais pas comment tu fais ça, arrête, tire toi, sors de mon appartement et s'il te plaît fais tout pour m'éviter. Des mots que le blond n'oserait jamais dire et un seul regard sur Luya et il savait qu'il était prêt à se mettre à genoux devant l'autre homme, le suppliant de ne plus jamais partir. Depuis quand Scott était devenu aussi pathétique ? Depuis quand avait-il autant besoin de quelqu'un ? Il connaissait la réponse à cette question, c'était très clair, il y avait eu peu d'hommes dans la vie de Scott. Il ne voulait pas répéter les mêmes erreurs commises par le passé mais en même temps il avait besoin de se sentir en sécurité, besoin de relâcher sa garde, besoin de savoir qu'il pouvait faire confiance à quelqu'un. Il avait ses torts à lui aussi, peut être qu'il aurait dû expliquer tout ceci hier soir à Luya, cependant face au jeune homme, là tout de suite, Scott n'avait pas envie d'être rationnel ou logique. Luya n'avait pas été là à son réveil, il avait le droit d'être déçu et égoïste, il ne l'avait jamais été avant et il y avait bien un début à tout pas vrai ? Il écouta les explications de Luya avait une expression plutôt dure sur le visage, il ne voulait pas vraiment entendre dans le fond, le jeune homme semblait pourtant sincère mais Scott n'arrivait plus à voir par delà ses propres blessures. But honey I'm so crooked, are you sure you can still love me ? Les excuses de Luya, il ne voulait pas les entendre, elles étaient beaucoup trop dures à supporter. Il était celui qui devait accorder le pardon à Luya pas vrai ? C'était injuste ce genre de responsabilités, s'il disait non, il passait pour le méchant de l'histoire et alors pas de fin heureuse.

Mais Luya n'appartenait pas aux pages d'un conte, il était bien réel, aussi réel que la fleur qui reposait là sur le canapé. Scott s'en empara distraitement, son poing se refermant durement sur les pétales, effaçant la beauté de la rose du même coup. « Tu n'as pas encore compris ce que je veux pas vrai ? » Scott était comme ça, exactement comme ça, comme cette fleur qu'il venait de réduire à rien... Une simple pression avait suffit, rien de plus, juste quelques secondes pour que le côté majestueux disparaisse, juste quelques secondes pour détruire quelque chose d'important et qui avait de la valeur. Juste quelques secondes. Alors non, ce n'était pas un simple sourire qui allait réparer les choses, pas de simples excuses qui allaient rendre les choses plus douces et plus agréables à supporter. La vie n'était pas douce et l'image était plus que saisissante quand Scott laissa retomber le tout sur le cuir du canapé. La vie était plus qu'horrible et certains étaient assez chanceux pour ne pas le voir ou décidaient tout simplement de l'ignorer. Oui, c'était eux les plus chanceux car parfois Scott voyait toute l'horreur et il avait juste envie d'y plonger, s'y perdre tout entier et se noyer tout simplement... Qu'est-ce qui le retenait ici ? Luya ? Il allait devoir essayer mieux que ça, faire mieux que ça... « Je ne veux pas que les choses soient parfaites Luya, je n'ai pas besoin que les choses soient parfaites. Je te veux toi tout simplement. » expliqua Scott, la fatigue clairement visible sur son visage. Il en avait assez de ne pas avoir l'impression d'être à la hauteur, de se sentir inférieur à tous les êtres qu'il avait aimé ou qu'il aimait encore et les regarder partir un à un n'était plus quelque chose qu'il pouvait supporter.

Les gens partaient en pensant à leur propre futur et Scott lui restait coincé dans ce passé illusoire de possibilités de peut être et de pourquoi. Maximilian peuplait encore ses rêves, lui et son accent et son sourire particulier, Luya allait-il devenir un mirage lui aussi et remplacer Maximilian ? Non. Pas si Scott pouvait l'empêcher, plus personne ne le quitterait sans qu'il se batte avant. Il contourna le canapé, se rapprochant dangereusement de Luya, le cœur battant à cent à l'heure, tandis qu'il réduisant l'espace entre eux à rien, si bien qu'au final Luya se retrouva coincé entre Scott et le mur, le blond ne le quittant pas du regard. « Je n'ai pas besoin de... De tout ça, j'ai juste besoin de toi, j'ai besoin que tu sois toi-même que tu sois normal j'ai besoin de... » À court de mots, Scott préféra embrasser Luya plutôt, collant son corps contre celui du jeune homme, la différence de taille l'obligeant à se pencher. Dans le baiser il attrapa les mains de Luya, nouant brutalement leur doigt ensemble, et leva les bras du jeune homme au dessus de sa tête, se détachant légèrement des lèvres désormais rougies de Luya. Mine. Il lui vola un autre baiser usant d'un de ses genoux pour écarter les jambes de Luya et s'immiscer entre ses dernières. Tu es à moi, lui avait dit Scott la nuit dernière et il pensait vraiment. Corps et âme Luya lui appartenait et il était hors de question qu'il parte quand il le voulait ou qu'il décide qu'il en avait soudainement marre de Scott. Non. « Je suis déjà tombé amoureux de toi, je ne veux absolument rien d'autre. » murmura le blond contre ses lèvres, l'embrassant de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Mar 12 Mar - 1:27

« Tu n'as pas encore compris ce que je veux pas vrai ? » Non, Luya ne comprenait rien, et il n’oserait pas prétendre le contraire. Il avait simplement besoin qu’on lui explique calmement les choses, qu’on lui fasse même un dessin si c’était nécessaire. Il n’avait jamais su comment agir convenablement, écoutant davantage ses désirs et ses besoins les plus primitifs plutôt que son coeur. Et pour la première fois, il s’autorisait à faire l’inverse, songeant d’abord au bien-être de son couple plutôt qu’à son propre plaisir. N’était-ce pas ce que Scott souhaitait depuis le début ? Il ne savait définitivement plus quoi faire, dire, penser ; il ne savait même plus ou se mettre. Scott avait-il déjà oublié que tout ceci était nouveau pour lui ? Qu’il n’avait jamais agi de cette manière, qu’il n’avait jamais été en couple. Pas même l’espace d’une semaine. Il n’y avait eu que Scott. Scott. Cinq petites lettres qui semblaient tellement insignifiantes mais qui n’en finissaient plus de le hanter. Son prénom résonnait dans sa tête, et il aurait voulu l’interrompre immédiatement pour lui rappeler ce qu’ils s’étaient dit la veille. Tu es forcément plus doué que moi en matière de relations, puisqu’apparemment tu as déjà été en couple... La preuve était bien là. Si Scott n’était pas doué, Luya l’était encore moins. Et pour le moment, il était dans l’impasse et il ne demandait qu’à comprendre. Il voulait que Scott se montre patient et qu’il l’encourage, qu’il l’écoute comme il l’avait déjà fait tout au long de la nuit. Le jeune brun ne s’attendait pas non plus à ce qu’on le pardonne, c’était beaucoup trop tôt. Mais un tantinet de considération pour ses efforts aurait été la bienvenue. Luya observait Scott calmement, attendant donc un signe de sa part, une quelconque réaction à laquelle il pourrait se raccrocher pour être sûr qu’il n’avait rien fait de mal - ou qu’il lui donnerait la marche à suivre pour les prochaines fois. Et pour toute réponse à ses questions, il vit Scott détruire la fleur sans lui prêter un regard ; et il eu alors la sensation que le trentenaire lacérait sa chair, qu’il le réduisait à néant. Luya eut beaucoup de mal à retenir un petit rire nerveux face à cette scène insoutenable, sa lèvre inférieure se mettant à trembler légèrement, plaçant sa main devant sa bouche comme s’il était sur le point de se ronger les ongles jusqu’au sang pour se retenir de fuir une fois de plus. À ses yeux, ce n’était pas une simple rose mais un énorme pas en avant. Il lui en voulait de ne pas chercher à comprendre, d’être aussi égoïste et concentré sur les erreurs passées de Luya. Scott ne voulait pas que les choses soient parfaites. Très bien. Elles ne l’avaient jamais été jusqu’à présent, jusqu’à ce que le trentenaire et sa meilleure amie décident qu’il était temps de dompter les ardeurs de Luya et de rendre les choses plus officielles. Il s’était donc convaincu qu’il devait agir comme le petit ami idéal, mais ça n’allait toujours pas. C’était une vaste blague. Vraiment, il se retint de rire. Fallait-il réellement qu’il arrête de faire des efforts ? Était-il condamnable pour avoir tenté de faire plaisir à Scott ? Non, Luya ne comprenait vraiment plus rien.

Et au-delà de tous leurs petits problèmes de jeune couple et du reste de la rose qui jonchait le canapé, Luya resta interdit face à la nouvelle requête de Scott. Il n’exigeait pas seulement que les choses soient officielles, il voulait que Luya reste lui-même. Qu’il soit normal... Fallait-il que le garçon se répète, qu’il s’explique pour la énième fois ? Il n’avait aucune idée de celui qu’il était vraiment, ayant vécu toute sa vie enfermé dans son propre corps. Il avait grandit à travers la religion, et ne s’était jamais autorisé à réfléchir par lui-même, à penser pour son propre intérêt, se fiant la plupart du temps aux textes sacrés qui lui servaient de livre de chevet. Le seul endroit où il était presque certain d’être à l’aise et fidèle à ce qu’il était vraiment, c’était à l’église. C’était précisément dans l’enceinte du lieu de culte qu’il avait appris à chuchoter, se faire discret, rester dans l’ombre. Au sein de sa paroisse, il avait compris que les religieux et les croyants n’étaient pas tous aussi aimables et serviables qu’ils en avaient l’air et il se découvrit une certaine habileté pour le mensonge et la manipulation. Luya était tout ça. Et il était hors de question qu'il propose à Scott de se rendre à la messe avec lui pour le moment, histoire de le mettre devant le fait accompli. I'm just a sinner. Il avait beau essayer de retourner la question dans tous les sens, le jeune homme ne parvenait pas à se dire qu’il pourrait un jour offrir une telle chose à qui que ce soit ; il n’était pas vrai avec lui-même, comment pouvait-il l’être avec l’infirmier ? Même s’il avait une vague idée de ce qui se cachait au fond de lui, il s’interdisait de tout faire ressurgir si soudainement, de manière incontrôlée. C’était comme si Scott lui demandait de sauter dans le vide sans parachute... Bizarrement, il n’était pas vraiment partant. Alors si c’était uniquement cela que Scott désirait, c’était perdu d’avance. Il n’avait plus rien à en tirer.

Luya ne l’écoutait plus, il n’avait plus le coeur à ça. Il en avait assez de devoir se justifier sans arrêt, de perdre son temps à essayer de se faire comprendre. Les choses étaient tellement plus simples quand il pouvait se pointer à n’importe quelle heure du jour et de la nuit avant de repartir sans demander son reste. En moins de vingt-quatre heures, il avait la sensation que tout était déjà terminé, qu’ils ne parviendraient jamais à s’entendre autrement que sur le plan intime. Le jeune brun releva alors la tête, surpris que l’infirmier soit à nouveau silencieux. Il l’observait sans parler, ses doigts triturant toujours ses lèvres pour contenir toutes les choses qui commençait à le grignoter de l’intérieur. Scott jugea que c’était le moment idéal pour contourner le canapé et s’approcher de lui. Luya fit non de la tête, discrètement, avant de reculer pour venir se heurter au mur. Il était coincé. Non. Il ne pouvait pas rester là. Et à mesure que le beau blond parlait, Luya craignait ce qui risquait de lui arriver lorsqu’il serait à court de mots... Il comptait les secondes, retenant son souffle. Non, Scott ne pouvait tout simplement pas venir se coller à lui dans un moment pareil, lui dire tout ça et... Leurs lèvres se heurtèrent et le coeur de Luya tomba dans sa poitrine. This is not fair. S’il n’avait pas eu l’impression quelques secondes auparavant que Scott s’amusait avec ses sentiments, Luya n’aurait peut-être pas mis autant de fougue et de désespoir dans leur baiser - comme pour se venger. Le comportement de l’infirmier était aussi détestable qu’il était séduisant, et c’était certainement cela le pire. Ce dernier savait pertinemment que Luya ne parviendrait jamais à lui résister, et il en jouait. À moins que ce soit autre chose ? « Je suis déjà tombé amoureux de toi, je ne veux absolument rien d'autre. »

Luya tenta vainement de se défaire de l’emprise de Scott, parvenant parfois à décoller ses mains du mur avant que son homme ne les remette exactement au même endroit, appuyant ainsi sur le fait qu’il avait le contrôle de la situation. C’est alors qu’il réalisa. Il n’en était pas moins énervé ou agacé de ne plus comprendre, mais il avait au moins saisi une chose : Scott ne voulait pas le laisser partir. En tout cas pas tout de suite, pas maintenant ; pas lorsqu’il était enfin à sa merci. « Rien d’autre, hein ? Donc si j’arrête tu ne m’en voudras pas ? » S’il ne pouvait plus bouger, Luya pouvait encore parler. Il affichait maintenant un petit sourire malin, essayant de capturer les lèvres de Scott à son tour, se permettant même de jouer avec sa langue. Ses mains toujours coincées, c’était comme si Scott voulait contrôler ses moindres faits et gestes, le posséder, l’avoir pour lui tout seul. Le prendre tout entier. « Si c’est moi que tu veux... » Il le détestait pour être aussi irrésistible, aussi parfait. Le garçon ne pouvait pas non plus supporter qu’il n’y ait aucun moyen de lutter ; face à l'ancien militaire, la guerre était perdue d'avance. Alors Luya baissa sa garde, sa laissant faire complètement, autorisant son bourreau à décider de sa sentence, déposant ses armes à ses pieds. « Then take me. Take me Scott. », murmura-t-il au creux de son oreille, provoquant un frisson chez son homme. Luya avait hâte. Hâte de pouvoir enfin se coller contre lui, de passer ses mains sur ce torse qui le narguait depuis bien trop longtemps maintenant ; hâte de se débarrasser de ses vêtements qui commençaient à l'étouffer, de se blottir contre lui, dans la chaleur de son corps et de voir la flamme de ses yeux plus resplendissante que jamais. Il émettait parfois quelques grognements de mécontentement, frustré de ne pas pouvoir poser ses mains sur les épaules rassurantes de Scott - et toutes les autres parties de son corps qu’il voulait caresser à l’infini. « Make me yours. », susurra-t-il lentement, comme une véritable invitation, avant de mordiller le lobe de son oreille. Si Luya se cherchait encore, Scott l’avait trouvé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Dim 17 Mar - 21:32

Scott était sincère alors qu'il prononçait ces mots-là. Il était déjà amoureux, il était déjà pris au piège, il ne pouvait pas fuir. Les quelques fois où il avait voulu essayer, son corps, sa tête et probablement son âme, lui avaient très vite rappelé ce dont il avait besoin. Et c'était lui, et c'était Luya. Sans aucun artifice, sans aucun de ces clichés romantiques qui n'étaient pas vraiment réels dans le fond et qui finissaient par tout gâcher... Non. Ce n'était pas ça que Scott voulait. Il avait déjà appris à ses dépends que la perfection n'existait pas, non, Luya n'était pas parfait, Luya n'était probablement pas la bonne personne mais Scott disait juste merde à tout ça, au destin, au hasard, à la vie elle-même et il prenait ce qu'il avait devant lui. Il voulait Luya et absolument rien d'autre il ne voulait pas d'une image immaculée d'un amour sans saveur mais qui serait juste. Rien n'était jamais juste alors pourquoi est-ce que sa façon d'aimer devrait l'être ? Pourquoi est-ce qu'il devait toujours tenter de justifier ou de rationnaliser ce qu'il voulait ? N'y avait-il pas des gens qui passaient leur vie à rechercher exactement ce que Scott ressentait pour Luya ? Si. Et il y a encore quelques années de cela, Scott en faisant parti. Il était tellement perdu quand il avait rencontré Luya, il se revoyait encore, à arpenter les différents bars de la ville, à la recherche de quelque chose, de quelqu'un pour lui faire oublier Maximilian et combler le vide qu'avait laissé le russe en partant. Tout était bon du moment qu'il arrêtait de penser pendant quelques heures, tout était bon du moment qu'il n'était pas tout seul. Et il y avait eu Luya. Luya qu'il n'avait jamais pu laisser tomber et qu'il n'avait jamais pu laisser partir, parce que le jeune homme l'avait intrigué. Luya semblait avoir beaucoup plus de soucis et beaucoup plus de malheurs à porter que ce cher Scott dont les épaules commençaient à s'affaisser sous le poids de sa propre culpabilité. Sauf dans les bras de Scott, dans les bras de l'infirmier, il semblait changé, transformé, et tellement libre.

Alors évidemment, Scott avait envie de l'avoir et de le posséder et, aujourd'hui, il n'hésitait pas à user de sa force, de la position dans laquelle ils se trouvaient et le fait qu'il soit plus grand que lui pour le maintenir contre le mur. Luya essaya néanmoins de se dégager de l'emprise de Scott et un sourire se dessina sur le visage de Scott qui réalisait que pour la première fois dans toute cette histoire, il avait enfin le contrôle. « Rien d’autre, hein ? Donc si j’arrête tu ne m’en voudras pas ? » Scott eut une exclamation de dédain et s'écarta du jeune homme alors que celui-ci tentait de capturer ses lèvres. Non. Luya ne méritait pas un baiser aussi facilement, comment l'atmosphère était-elle passée de Scott qui faisait des reproches à Luya à l'infirmier qui se disait qu'avec les lèvres ainsi rougies par les précédents baisers, Luya avait juste l'air de la tentation incarnée. You're my little sin and I'm not sharing you with anyone, se disait Scott. Il voulait juste déposer ses lèvres sur le cou de Luya et embrasser sa peau là, le sentir se briser, enlever chacun de ses vêtements avec une lenteur affolante, juste histoire de le voir basculer un peu plus dans la folie et ensuite... « Then take me. Take me Scott. » La voix de Luya au creux de son oreille était enivrante et Scott se rapprocha encore plus, son nez effleurant celui de Luya, tellement proche que lorsqu'il respirait, il piquait de son air à l'autre homme. Scott se maîtrisait encore mais ses mains tremblaient et il relâchait petit à petit sa prise sur Luya, pas certain d'avoir entendu correctement la requête de l'autre homme. Dans leur relation, c'était Luya qui dictait les règles et pas l'inverse et dans la chambre... Eh bien la dynamique était la même. Cela ne dérangeait pas le moins du Scott qui savait trouver son propre plaisir dans toutes les situations. Mais jamais il n'aurait pensé que Luya voudrait se livrer à lui de cette façon. Jamais.

« Make me yours. » Scott ne put contenir le grognement qui s'échappa de ses lèvres à ces mots le peu de raison qu'il avait encore à ce moment là s'envola lorsqu'il sentit les dents de Luya sur son oreille. Il lâcha alors complètement les mains de l'autre homme avant de l'embrasser, ses mains trouvant à présent la taille de Luya. C'était beaucoup plus que ce que Scott avait espéré et exactement ce qu'il voulait... Avec frénésie, sa bouche quitta celle de Luya, pour venir se poser sur son cou, déposant des baisers sur cette peau d'une blancheur maladive, cette peau qui était désormais à lui et sur laquelle il allait laisser des marques, les siennes. Scott n'avait jamais été aussi brusque avec Luya et le besoin ne s'en était pas ressenti avant maintenant, mais il mordit le jeune homme juste à l'endroit où se trouvait sa jugulaire, émettant un son plus que satisfait avant de soulever Luya de terre, les jambes de ce dernier s'enroulant naturellement autour de l'infirmier. «Oh Luya je t'interdis de dire des choses comme ça si tu ne le penses pas... Tu es à moi, tu seras toujours à moi. » Scott avait la voix beaucoup plus grave que d'habitude, ses yeux étaient de ce bleu foncé qui était quasiment noir, une de ses mains était sur la hanche de Luya, le maintenant en place tout en prenant appui sur le mur. Il caressa les lèvres de Luya avec un de ses doigts. « Now if you really want me to make you mine... » Il mordilla légèrement la lèvre inférieure de Luya, arrachant un son à l'autre homme. Scott ne savait pas encore jusqu'à quel point Luya pouvait perdre la raison et à quelle intensité il pouvait crier juste à cause de lui... Il était plus que temps de le découvrir.  « I'm sorry my love but you're going to have beg a little more than that. » murmura Scott, tout contre les lèvres de Luya, effleurant ces dernières sans vraiment embrasser le jeune homme véritablement, appuyant son propos en passant sa main sous le t-shirt du jeune homme, ses ongles s'enfonçant légèrement dans la peau de Luya. « Be as loud as you can and then you can have me. Tell me you need me more than anyone else in the world, need me more than everybody else, just love me... » Scott ponctuait chacune de ses phrases par un léger mouvement de hanches et par un baiser, tournant toujours la tête au moment où Luya en voulait plus, au moment où l'autre homme voulait qu'il approfondisse le baiser, les laissant au final tous les deux à bout de souffle. Luya probablement de frustration et Scott eh bien tout simplement parce qu'il ne jouait plus. Il était tout ce qu'il y a de plus honnête et il voulait que Luya en fasse de même avec lui. Qu'il mette de côté ses doutes et ses peurs et qu'il... Et qu'il tombe tout simplement. Car la chute n'aurait rien de fatal, la chute serait lente et tellement douce... S'il devait bien redouter quelque chose, c'était l'aterrissage. Scott n'allait pas le laisser retomber tout seul et se faire mal, non, Luya aurait un destin bien différent que la rose qu'il avait tenté d'offrir à Scott. « And then, you can have me. Only then I'll know you're truly mine. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Mer 20 Mar - 3:11

Un frisson, une légère secousse qui courait sur sa peau blanche. Ses jambes entourant l’infirmier et ses mains toujours collées au mur par pur réflexe (preuve qu’il ne contrôlait plus rien, qu’il ne s’autorisait même plus un geste), Luya tentait de résister vainement aux caresses et aux baisers de Scott. Mais c’était impossible : tout en lui l’électrisait. Chaque contact avec l’autre homme réveillait tous ses sens, son corps tout entier entrant en ébullition. Il avait chaud tandis que le trentenaire se réfugiait dans son cou et qu’il laissait échapper quelques gémissements. Il avait honte de se voir agir de la sorte, accroché à son homme comme une huitre à son rocher, pendu à ses lèvres comme si sa vie en dépendait. Luya essayait toujours de se défaire de cette étreinte forcée, mais son corps exigeait l’inverse. Pour la première fois, il avait envie que Scott prenne les devants ; jusqu’au bout. Au plus profond de lui, le veilleur de nuit sentait qu’il en avait besoin pour se sentir exister, pour être sûr des sentiments de Scott, pour s’assurer qu’il pourrait combler le vide qu’il avait ressenti trop de fois. Son désir grandissant pour l’autre homme lui faisait littéralement perdre la raison. Et même si Luya avait quitté le sol au sens propre comme au figuré, il y avait toujours cette force qui le maintenait collé à la terre ferme... Cette noirceur étrange qui s'immisçait doucement en lui, réveillant des craintes jusqu’alors inavouables ; cette sensation étrange qui faisait accélérer son rythme cardiaque, menaçant ses cotes d’exploser : la peur.

Luya saisissait chacun des mots de Scott, son oreille les dégustant et en réclamant toujours plus, comme le reste de ses membres. Sans une seule protestation, il l’écoutait simplement, son corps répondant à ses avances avec un peu trop d’enthousiasme. Il cherchait les caresses, faisant de son mieux pour les provoquer lorsqu’il y était autorisé. Mais Scott contrôlait tout : ses gestes, son corps, ses pensées. Il avait même pris le dessus sur son désir. Et c’était tout simplement effrayant : pourquoi ce revirement de situation si soudain ? Pourquoi la douceur avait-elle fait place à la violence ? Scott souhaitait-il se venger ? L’infirmier voulait-il lui faire payer les trois dernières années ? Allait-il le laisser en plan une fois qu’ils auraient terminé, comme il l’avait lui-même fait auparavant ? Non, ce n’était pas le genre de Scott. Il ne pourrait pas lui briser le coeur aussi facilement, sans aucun remord, sans même une once de compassion. Et puis, le beau blond n’aurait certainement pas attendu si longtemps pour mettre ce plan à exécution. Même si la vengeance est un plat qui se mange froid, l’infirmier n’aurait pas supporté ce jeu-là pendant tout ce temps, juste pour ça ! Scott savait que la douleur aurait été toute aussi intense s’il s’était comporté ainsi dès le début... Alors pourquoi avoir attendu ce moment précis ? Parce que Luya l’avait provoqué ? Parce qu’il avait parlé trop vite sur le coup de l’énervement ? Oui, c’était surement ça. Impulsif, il n’avait pas songé que Scott puisse le prendre au sérieux et réponde à ses avances. Et maintenant, il regrettait. Ou plutôt, il craignait pour la suite : il avait beau l’avoir fait des milliers de fois, Luya ne savait pas comment les choses allaient se dérouler cette fois-ci. Il ne savait pas à quoi s’attendre, n’osant même pas imaginer. D’ordinaire, la simple idée qu’il puisse être attiré par les hommes - un seul homme - le répugnait au plus au point. Mais s’ils inversaient les rôles, si Scott allait jusqu’au bout, Luya savait qu’il ne pourrait plus affronter son reflet sans avoir la nausée.

Les soirs où Luya rentrait chez lui en pleine nuit, il n’allait jamais directement se coucher. Depuis sa rencontre avec Scott, il s’était imposé un rituel auquel il ne se soustrayait jamais. Après avoir traversé la ville pour rejoindre la demeure des Sparks et malgré la fatigue, il s’asseyait devant son lit, les mains jointes et les yeux levés vers le ciel, priant qu’on le pardonne. Il pouvait répéter les mêmes choses en boucle pendant de longs moments, pleurant parfois sur ses draps propres, espérant de tout coeur que quelqu’un puisse entendre ses plaintes. Une fois vidé et convaincu que Dieu en avait assez entendu pour l’instant, il se dirigeait vers la salle de bain où il perdait encore plus de temps. Le garçon restait immobile sous le jet d’eau, laissant rouler les goutes sur son corps sale et indigne. Ainsi, il espérait ne plus sentir l’odeur de Scott sur sa peau, ne plus être hanté par le souvenir de ses baisers sur ses lèvres, se retrouver complètement nu et pure. Jusqu’à la prochaine fois... Justement, Luya se demandait déjà ce qu’il adviendrait de lui une fois que tout serait terminé. Car cette fois-ci, c’était certain : il devrait rester. La veille, il s’était facilement endormi dans les bras de Scott pour la simple et bonne raison qu’ils avaient passé la nuit à discuter. Rien de plus. Après tout, ils ne s’étaient pas encore étreints de la sorte depuis qu’ils étaient officiellement ensemble et Luya n’avait donc pas eu l’occasion de se montrer sous son véritable jour pour l’instant. Mais maintenant qu’il avait baissé sa garde, le jeune brun savait qu’il se retrouverait encore confronté à toutes ces pensées négatives une fois l’acte terminé. Et en plus d’être livré à lui-même, Luya serait de nouveau vide. Complètement vide et sans intérêt. Peut-être même que Scott ne voudrait plus de lui un fois ce cap passé, une fois qu’il aurait cédé à toutes ses exigences. Quand le trentenaire aurait obtenu ce qu’il voulait, qu’allait-il pouvoir trouver de plus excitant par la suite pour rester avec Luya ? C’était comme la rose, ce n’était jamais suffisant. Jamais assez. Ou tout simplement pas la bonne chose à faire. Fallait-il qu’il se détache de Scott, qu’il le quitte ? Pourtant, il était tellement excité à l’idée de se laisser faire... Juste une fois.

Il regardait Scott, essayant de capturer son regard à chaque fois que le beau blond voulait bien rester immobile plus de trente secondes. Il ne disait rien, l’observant toujours, la colère et l’incompréhension maintenant mêlées à la peur qui s’emparait de lui. Il voulait respirer, se libérer de ce fardeau qui l’empêchait de vivre comme il l’entendait. Luya souhaitait qu’on brise ses chaines, qu’on lui fasse perdre ses repères, que son monde en soit littéralement retourné. Il le désirait plus que tout. Et les paroles de Scott qui résonnait dans sa tête finirent de le convaincre... Tant pis si ce n’était qu’un jeu, une vengeance, une manière d’avoir de l’emprise sur lui. Luya était maintenant prêt à prendre le risque. Il ne l’aurait pris avec personne d’autre, il en était intimement convaincu. Ses mains étant libérées, il essayait vainement de les glisser sous le t-shirt de Scott, mais l’infirmier était tellement prêt de son propre torse qu’il ne pouvait rien faire. Et quand bien même il y serait parvenu, Luya n’y était pas encore autorisé. Pourtant, il en avait besoin. Il voulait sentir la peau de Scott sur la sienne pour se rassurer, se dire qu’il ne faisait pas d’erreur, qu’il ne pourrait jamais regretter ce moment. Dès qu’il bougeait, Scott le retenait, allant jusqu’à esquiver ses propres baisers pour l’assouvir davantage. Et Luya devenait complètement fou, cherchant un peu de tendresse au milieu de ce champs de bataille qu’étaient devenus leur deux corps serrés l’un contre l’autre. « Scott... » murmurait-il, les yeux clos, les sourcils froncés, l’air grave, comme si le désespoir se mêlait maintenant à toutes les autres émotions qu’il avait ressenti jusqu’ici. « Scott, please... » Mais le trentenaire n’avait pas exigé de simples chuchotements, des confessions à demi-mots. Il voulait que Luya le supplie à haute voix, qu’il crie s’il le fallait. La respiration saccadée, le garçon n’osait plus ouvrir les yeux pour ne pas réaliser, comme si cela l’aiderait à ne pas entendre ce qu’il serait capable de dire... « Please, Scott, I need this... I need you... » Il ne supportait pas toutes les pensées qui étaient en train de l’assaillir, et encore moins les images qui lui traversaient l’esprit alors même qu’il était en pleine confession. « I’d do anything for you... to be my first... » Il ne pu retenir un grognement, détestant Scott de le mettre dans une telle position, le réduisant à des supplications insupportable. « Anything ! », répéta-t-il, le souffle court tandis que Scott continuait de jouer avec ses nerfs. Et lorsqu’il rouvrit enfin les yeux, il remarqua le fin sourire sur le visage de son amant... Scott s’approcha lentement et Luya tenta de mordre ses lèvres pour le retenir ; mais une fois encore, le trentenaire fut plus rapide et les dents du garçon claquèrent dans le vide. Chaque caresse devenait une véritable torture, mais peu lui importait. Il était prêt à tout. Il le voulait. Malgré la peur de l’inconnu, le désir était plus fort. « Please just... Just... Oh, God. Scott, just do it. PLEASE. DO IT. NOW. » Il ne s’était pas rendu compte qu’il criait. Luya sentait simplement qu’on avait besoin qu’on le libère, qu’on l’écoute enfin. Et peu importe si ce n’était pas suffisant, si Scott voulait en entendre toujours plus. S’il devait hurler, supplier, implorer le ciel pendant des heures il le ferait. Pour Scott, il serait vulnérable. Ne serait-ce que parce que c’était terriblement excitant...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Lun 25 Mar - 23:34

Le supplier. Une chose que Scott ne s'attendait vraiment pas de la part de Luya. Cela ne pouvait signifier qu'une seule chose : l'autre homme avait véritablement laissé tomber sa garde et tout ce qu'il avait à offrir, il était en train de le donner à Scott. Il se donnait entièrement et complètement à Scott. Qu'il ne se trompe pas cependant, le blond ne jouait pas avec ses nerfs juste pour le plaisir de jouer et ce, malgré la vision alléchante que Luya offrait à ce moment précis. Non, il avait attendu ce moment avec impatience aussi et c'était peut être tragique de se dire que d'une certaine manière, Scott avait toujours rêvé de briser Luya ? Il ne savait pas, s'il s'en foutait, il aimait Luya, il le voulait, l'avait toujours voulu et rien ne pourrait changer cela, absolument rien. Il avait peut être l'air d'avoir le contrôle pour Luya mais Scott n'avait jamais été autant hors de contrôle qu'à ce moment précis. Ses mains qui se baladaient sur le corps de Luya, qui allaient à la rencontre de sa peau sous sa chemise, c'était des mains tremblantes. Ses lèvres que Luya essayait désespérément de capturer, elles étaient brûlantes et jamais le cœur de Scott n'avait jamais battu aussi fort dans sa poitrine. Il était certaine que s'il mourrait ici et maintenant, ce serait probablement avec un sourire sur les lèvres. Mais ce serait une mort tellement douce... Luya contre lui de la manière la plus inélégante qui soit mais toujours contre lui, son regard, ses mots... Une mort tellement douce et tellement tragique car il s'éteindrait au moment où Luya avait le plus besoin de lui. But don't you know that I always need you and I always will need you. Scott avait cet éternel sourire sur son visage cependant il ne se moquait pas de l'autre homme, il était juste plaisant de le voir arriver aux mêmes conclusions que Scott. Qu'il ne pourrait plus se passer de cet homme-là, que c'était lui et personne d'autre...

Tout ceci était perceptible et visible dans le regard de Luya et il surpris Scott encore une fois alors que de véritables cris lui échappaient. Scott aimait ce côté là de son homme et il allait faire en sorte qu'il continue à supplier et à crier tout le reste de la journée. « Oh my love... who knew you could be this loud. No one get to hear this but me right ? No one. Because you are mine and you probably don't know how much I love you and I'm so glad you love me back. » Scott murmura ces mots contre les lèvres de Luya, ayant presser leur deux front ensemble, ses yeux dans ceux de Luya, ne le quittant plus du regard. Peu de gens le savaient mais petit, Scott avait beaucoup de mal à regarder les gens droit dans les yeux, à part sa mère et sa sœur, il n'osait croiser le regard de personne. Ce n'était pas de la timidité ou même le fait qu'il soit impressionné par les adultes non, déjà à huit ans, il se disait que s'il devait croiser le regard de quelqu'un, cela devait être important et signifier quelque chose... Pas vrai ? C'était sa logique et là tout de suite, les yeux braqués sur Luya, il espérait de tout cœur que l'autre homme réalisait qu'il ne lançait ce genre de regard à personne. Car il n'avait jamais aimé quelqu'un comme il avait aimé Luya et le fait qu'il soit le premier à... C'était déroutant, déstabilisant, ça lui écrasait les poumons et il avait même du mal à respirer car Luya lui faisait confiance à ce point là était si soudain après les mois de silence, les quelques sms échangés et les faux baisers qui donnaient à Scott l'impression d'être un moins que rien. Il aurait dû oublier et décider que c'était aujourd'hui qu'ils construisaient leur relation, leur futur et leur avenir mais Scott ne voulait pas oublier, il ne tournerait jamais le dos à son passé et il ne prétendrait jamais être un homme nouveau et tout à fait prêt à croire aux miracles de l'amour devant Luya.

Il savait ce que l'amour faisait, dans quel état il pouvait laisser les gens et c'était exactement la même chose qu'il voulait infliger à Luya. Égoïste ? Masochiste ? Probablement, mais c'était bien du désespoir dans le baiser qu'il donnait à Luya à présent, le jeune homme glissant sur le mur, les mains de Scott l'arrêtant dans sa course, le postérieur de Luya frottant légèrement contre le jean de l'infirmier, ce dernier laissant échapper un son de frustration, mordant une nouvelle fois la lèvre inférieure de Luya. « If you want this, really want this... Gosh who am I kidding I'll give you anything you want. Anything. » Il appuya le dernier mot par un haussement des sourcils, ses hanches bougeant légèrement, donnant à Luya un aperçu de ce qu'il pourrait avoir. Évidemment que Scott s'était déjà imaginer posséder Luya de cette manière là des tas de fois... But this time it was for real. « I love you okay ? » murmura t-il. Pour rassurer qui ? Luya ou lui ? Il ne savait plus vraiment à ce stade là, il savait juste qu'il n'y avait plus de retour possible, plus maintenant, pas pour lui. Il remit Luya sur ses deux pieds mais seulement pendant quelques secondes, juste le temps de prendre une profonde inspiration et de regarder ses mains qui tremblaient encore, juste le temps de se remettre de ses émotions avant de reprendre Luya dans ses bras, leur nouvelle position ressemblant à celle adoptée par les jeunes mariés. Est-ce que cela leur arriverait un jour ? Scott n'en savait rien et même si on lui avait donné la chance de voir son futur avec Luya, il aurait refusé. Demain ne l'intéressait pas là tout de suite.

Et il lui semblait que jamais il n'avait fait le trajet du salon à sa chambre aussi vite. Il déposa Luya sur le lit et recula pour pouvoir faire face au jeune homme et en profita pour le dévorer du regard, perdant très certainement du temps. Il perdit encore plus de temps alors qu'il enlevait le reste de ses vêtements, allant beaucoup trop lentement. « Are you really sure you want this ? » demanda encore Scott, se rapprochant de Luya. Il s'approcha du jeune homme très lentement, se plaça au dessus de lui, ne lui laissant absolument aucun moyen de s'échapper. Toujours en fixant Luya, observant la moindre de ses réactions, Scott déposa un baiser sur la peau de son torse qui était visible, juste au dessus du premier bouton de sa chemise. Premier bouton que le blond défit lentement, déposant aussitôt des baisers sur la peau découverte. Ses baisers laisseraient probablement des marques mais c'était une pensée réconfortante. Scott répéta l'opération pour le bouton suivant, se perdant quelques instants sur la peau de Luya, explorant les endroits les plus vulnérables et les plus sensibles et voyant quel baiser pourrait le faire plus réagir. Au final, quand la chemise de Luya fut totalement ouverte, le jeune homme avait de légères traces rouges sur sa peau, Scott remonta jusqu'à son visage et l'embrassa.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Jeu 28 Mar - 0:31

« I love you okay ? » Luya essayait de se convaincre de ce qu’il venait tout juste d’entendre. Pourtant, Scott le lui avait déjà dit la veille alors que leurs deux corps étaient serrés l’un contre l’autre dans les vapeurs de leur bain. Mais il ne parvenait toujours pas à le croire. Comment pouvait-on le supporter alors que rien chez lui n’était attendrissant ? Le garçon avait passé tellement de temps à se détester qu’il avait réussi à se convaincre que personne sur cette terre ne pourrait s’intéresser à lui. Encore mois quelqu’un comme Scott. Plus il le regardait et moins il comprenait. Le trentenaire était grand, blond, musclé et son regard en perturbait plus d’un. Homme ou femme, il défiait quiconque de ne pas se retourner sur son passage, de ne pas tomber sous le charme de ce sourire et de ce corps sculpté à la perfection. À l’inverse, Luya était petit, totalement insignifiant, commun et particulièrement banal. On le remarquait rarement, on ne rougissait jamais en sa présence et personne ne semblait être intimidé par ses faux airs de dur à cuir. Alors pourquoi les mains de l’infirmier courraient-elles encore sur son corps, même après trois ans de calvaire ? Qu’y avait-il chez lui pour qu’on puisse s’acharner à ce point ? Il n’avait jamais fait d’efforts pour être désirable, et il aurait souhaité ne jamais l’être. Ainsi, peut-être serait-il resté pur à jamais... Le jeune brun gardait cette phrase en tête tandis que Scott le portait jusque dans la chambre. Et désespéré de ne pas se trouver digne de l’amour du grand blond, il s’agrippa fermement à lui, nichant sa tête dans son cou pour se rendre ivre de son parfum.

Allongé sous le corps de son homme, Luya était comme pris au piège, les bras de Scott formant des barreaux autour de lui. Véritable prison dorée, il serait resté enfermé dans cette cellule pour l’éternité si on lui avait demandé son avis. Au moins, il était en sécurité. Ses mains plaquées contre le matelas, il n’osait plus bouger. C’était à peine s’il s’autorisait à respirer tandis qu’ils continuaient de se dévorer du regard... « Are you really sure you want this ? » Le veilleur de nuit ne cessait de songer à ce qui était sur le point de se produire, de prévoir la douleur, d’anticiper le vide que Scott laisserait par la suite. Procédant avec lenteur, le trentenaire était précis et doux dans chacun de ses gestes. Il ne s’était pas emporté, même lorsqu’il s’était effeuillé quelques instants auparavant. Tant mieux. Luya ne souhaitait pas qu’on le brusque. Il n’avait pas envie d’être considéré comme un vulgaire bout de viande dont on ne ferait qu’une bouchée ; il essayait de se convaincre qu’il valait mieux que ça. Le garçon ne cillait pas, immobile face à cette question. Et s’il faisait marche arrière à cet instant précis, est-ce que Scott le retiendrait ? Est-ce qu’il le désirait assez pour ne plus pouvoir se contrôler ? Est-ce qu’il avait encore le choix ? Est-ce qu’il l’aimerait autant s’il avouait qu’il n’était pas préparé, qu’il n’avait même jamais imaginer une chose pareille avant de se retrouver devant le fait accompli ? Luya doutait, encore et toujours. Il ne pouvait s’empêcher de se poser un milliard de questions, comme s’il cherchait à se prouver qu’il était encore humain... Malgré tout, le jeune homme avait la sensation que s’il ne se laissait pas tenter cette fois-ci, il y aurait d’autres occasions ; et quoi qu’il fasse, la peur serait toujours au rendez-vous. Alors pourquoi reculer pour mieux sauter ?

Scott déboutonnait sa chemise et Luya ne pouvait se résoudre à le regarder faire. Une partie de lui souhaitait être absente tandis que l’autre s’éveillait sous les baisers de son amant. Fixant le plafond durant ces instants interminables où la douceur des baisers semblait traverser sa chair, Luya réalisait. Il se rendait compte de l’importance que l’autre homme avait pris dans sa vie, tandis qu’il s’attaquait au dernier bouton de son vêtement... Scott était le seul qui ait jamais réussir à franchir toutes les barrières, détruisant les murs qu’il avait mis des années à ériger autour de lui. Le blond s’était acharné pendant tout ce temps à défaire cette carapace, à essayer de la percer ; et à force d’acharnement, il avait réussi. Premier baiser, premiers ébats, premier émois. Scott était le premier... Cette rencontre résultait de la volonté divine, Luya en était persuadé. Personne d’autre ne lui aurait fait cet effet ; il ne serait jamais tombé amoureux au point de s’en fracasser les genoux si ça n’avait pas été lui. Merde. Ce qu’il venait de comprendre le paralysa davantage. Si Scott disparaissait de sa vie, demain, dans deux mois ou dans cinq ans, il ne survivrait pas. Il ne pourrait jamais se relever. Il le sentait. Son monde s’écroulerait comme un vulgaire château de cartes. Il n’y avait même pas de mots pour décrire le désespoir qui s’emparerait de lui si toutes ses craintes venaient à se réaliser. Et tandis qu’il était étendu là, le torse découvert, son coeur se mit à battre la chamade au point d’être visible à travers sa poitrine.

Pour toute réponse, Luya se décida enfin à hocher la tête alors que Scott revenait à hauteur de son visage pour l’embrasser. Et peu après avoir donné son autorisation, il ferma les yeux, ses mains venant se placer instinctivement sur sa cicatrice. Il avait tellement de choses à dire avant de passer à l’étape supérieure. Il aurait voulu crier, hurler même. Il voulait dire à Scott à quel point il l’aimait, à quel point il l’avait dans la peau, et qu’il savait que rien ne pourrait être comme avant. Contrairement à l’infirmier, il était convaincu que c’était la meilleure façon de tirer un trait sur le passé mais surtout de pouvoir prédire le futur. Ils seraient ensemble, c'était une certitude ; sinon Luya risquait d’asphyxier. Il aurait aimé évoquer avec lui toutes ces choses qui l’avait rendu accroc à ses caresses. Et à cet instant précis, Scott n’avait jamais été aussi beau, entreprenant et effrayant. Le veilleur ouvrit la bouche. Silence. Pas un son ne franchit le seuil tremblant de ses lèvres encore rougies par les baisers de Scott. Son Scott. Il n’avait tout simplement pas de mots. Et en sentant le souffle de l’infirmier dans son cou, Luya compris que c’était le coktail d’émotions qu’il ressentait qui le clouait sur place au point de le rendre muet. Tous ses autres sens essayaient de se souvenir de ce moment, s’imprégnant de chacune des sensations pour les emprisonner sous sa peau, souhaitant que cette étreinte devienne indélébile, qu’elle ne le quitte plus jamais. Sa voix. Son sourire. Ses mains. Son regard. Son corps. Son désir. Son Scott.

Lorsqu’il rouvrit les yeux, Luya eut l’impression de respirer à nouveau. Ne pas pouvoir se plonger dans le regard de son homme pendant un instant, aussi bref soit-il, était maintenant devenu insupportable. Il n’osait pas se relever pour essayer d’embrasser Scott à son tour, comme s’il avait soudainement perdu le mode d’emploi du comportement à adopter dans ce genre de situation. Ses doigts jouaient toujours avec sa cicatrice tandis que l’infirmier le quittait de nouveau pour l’aider à se débarrasser du reste de ses habits. Il entendit le bruit sourd de son jean qui heurtait le sol tandis que les caresses de l’infirmier continuaient de le rassurer. Luya n’osait pas le toucher ni même l’observer, ne sachant même plus ce qu'il devait faire. Tout semblait nouveau pour lui. Il s’empêchait de baisser le regard, refusant catégoriquement de se rendre compte qu’il désirait un autre homme, qu’il mourrait d’envie qu’une personne du même sexe puisse s'approprier son corps de cette manière. Dieu en avait certainement vu d’autres, mais Luya méritait d’être puni pour ne pas avoir écouté les paroles sacrées qu’on lui avait transmises. Mais ce n’était pas n’importe qui. C’était Scott. Et même Dieu ne pouvait plus rien face à ce dernier.

Luya déglutit lentement, remarquant au passage que sa gorge était serrée. D’une voix tremblotante, il s’autorisa enfin quelques mots. « Scott ? », chuchota-t-il, comme s’il avait peur qu’on puisse les entendre, qu’on puisse violer leur intimité, ce moment sacré où leurs deux corps ne feraient plus qu’un. Le jeune brun attendit que le visage de son aimé soit en face du sien pour reprendre. « Scott... I’m... I’m scared. » Ses mains quittèrent son corps pour venir effleurer le torse de l’infirmier du bout des ongles, laissant quelques traces sur sa peau blanche. S’il avait été encore muni d’un t-shirt, Luya l’aurait agrippé avec toute l’énergie du désespoir pour le serrer contre lui, l’espace de quelques secondes, instant interminable au cours duquel il se serait imprégné de l’amour de Scott. Mais il n’y avait plus un centimètre de tissu entre eux, et Luya avait la sensation de s’accrocher à du vent... « Don’t get me wrong, I want it... I want you... It’s just... » Il prit une profonde inspiration tandis que son regard fuyait vers l’infini, cherchant une issue de secours dans le décor de cette chambre qu’il connaissait pourtant par coeur. « ... Please, don’t hurt me. » Parce que je ne pourrais plus vivre normalement si tu me brises, parce que je ne pourrais plus me relever si ce n’est pas pour être dans tes bras, parce que je ne parviendrais pas à respirer si ce n’est pas pour voir que tu es toujours là. Et comme un véritable aimant, sa cicatrice rappela ses mains tremblantes alors qu’il redoutait d’avoir mal. Autour de lui, il n’y avait plus de rempart, plus de fortification ni d’armure ; mais toujours le même pilier sur lequel il pouvait se reposer, qui le retiendrait encore avant qu’il ne s’effondre... Scott. Son Scott.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Ven 5 Avr - 12:32

C'était stupide. Il avait vu Luya ainsi plus de fois qu'il aurait probablement su le dire et pourtant, Scott avait l'impression que c'était la première fois qu'il voyait véritablement l'autre homme, alors qu'il lui enlevait ses vêtements un à un, toujours avec cette même lenteur, histoire de ne pas le brusquer et surtout de s'assurer que tout ceci était bien réel. Mais Scott ne voulait pas se presser, il voulait prendre son temps et aimer correctement Luya, l'aimer comme il me méritait et comme personne ne pourrait jamais le faire. Personne ne pouvait sauf Scott à présent. Tu pourras chercher, je suis certain que tu ne trouveras personne qui t'aime autant que moi, se disait Scott alors que le dernier vêtement tombait, ses lèvres de nouveau scellées sur celles de Luya, sa peau semblait s'arrêter là où celle du jeune homme commençait, si proches mais terriblement loin. La peau de Scott le brûlait et il ne s'était jamais senti aussi beau et désirable qu'en cet instant, et ça tout simplement parce que Luya le voulait lui et personne d'autre... Ses lèvres finirent sur son épaule gauche, suivant lentement sa cicatrice, les yeux perdus dans ceux de Luya. I'm kissing you good, you're going to be okay my love, you're going to be just fine right between my arms. Les mains de Scott étaient de part et d'autre de la tête de Luya tandis que sa bouche poursuivait sa longue descente, passant par le cou de Luya pour enfin se refermer sur son téton droit. Il arracha un soupir de plaisir à Luya et perdit quelques secondes à répéter le mouvement de langue, ses mains se perdant sur la peau de Luya. Est-ce que l'autre homme sentait ses doigts tremblants contre sa peau diaphane ? C'était à la fois de l'hésitation et de l'amour. Scott savait qu'il était mal conçu et qu'il aimait trop les gens, il était complètement incapable de demi-mesure et quand quelqu'un avait le malheur de se frayer une place dans le cœur du blond, eh bien, c'était très difficile pour lui de tourner la page, car que faire à part donner un morceau de son propre cœur à lui et apprendre à vivre avec le reste. Scott aurait dû se protéger mais il ne savait pas comment alors il restait ainsi et laissait les autres piller son cœur et prendre ce qu'il y avait à prendre. C'était bien Luya qui avait posé ses mains sur la couronne cette fois-ci et il n'y aurait que devant lui que Scott fléchirait les genoux et uniquement lui qu'il oserait aimer.

Il s'écarta de la peau lorsqu'il entendit son nom, remontant rapidement jusqu'au visage de Luya, une de ses mains sur la joue du jeune homme, son pouce caressant la peau à cet endroit. What's wrong my love ? Il avait peur, c'était visible dans ses yeux bleus, mêlé à son désir, plus que tout Luya avait peur, c'était plus que compréhensible et le blond déposa un léger baiser sur les lèvres de Luya, collant son front à celui du jeune homme. « I'm not going to hurt you, I swear I'm never going to ... » répéta Scott pendant une minute entière, embrassant le visage de Luya à chacun de ses mots. Il n'avait jamais été aussi sincère et rien ne lui avait jamais paru aussi important que cet instant là. Bien loin de l'acte physique, il savait que Luya faisait plus que donner son corps, il savait ce que le sexe représentait dans l'esprit du jeune homme, n'ignorait pas qu'il se sentait toujours coupable après. Pas aujourd'hui, pas cette fois-ci, pas avec Scott, plus jamais avec Scott. Il embrassa Luya lentement, ses mèches blondes caressant le visage du jeune homme, ses mains quittèrent enfin le visage de Luya et glissèrent avec légèreté sur sa peau avant de doucement écarter ses jambes, Scott s'immiscçant avec agilité entre ces dernières, poussant un léger grognement en étant aussi proche de Luya, son sexe pressé contre le ventre du jeune homme, à proximité de celui de Luya. Scott le voulait tellement qu'il en avait la tête qui tournait et si ce n'était pas pour ses yeux-là, il aurait sombré depuis longtemps. Il le voulait mais il savait qu'il ne pouvait pas juste le prendre de la sorte, pas brutalement et sans prévenir, non.... Luya valait beaucoup mieux que cela et Scott voulait embrasser et vénérer chacune des parties de son corps, et redécouvrir cette peau qu'il pensait connaître et laisser ses propres marques et juste...aimer tout simplement.

« It's going to hurt at first but I swear you'll feel good, okay ? » murmura Scott, embrassant déjà Luya. Une de ses mains trouva l'intérieur des cuisses de Luya et il caressa la peau là, lentement, peu à peu, commençant d'abord par l'arrière du genou, puis remontant légèrement, appuyant très finement, assez pour qu'il le sente mais pas assez pour que cela ait l'air réel. Scott continua son exploration, trop lentement et il finit par remonter jusqu'à la hanche de Luya, ne touchant pas encore le jeune homme à l'endroit où il en avait le plus besoin. L'autre jambe de Luya eut le droit au même traitement, Scott plus que concentré et déterminé à ce que le jeune homme se relaxe, gardant toujours les yeux sur lui, le fixant intensément. Il n'y avait que Luya et lui à cet instant, le reste du monde semblait s'être effacé et Scott aurait souhaité que tout leur moment soit comme celui ci. C'était déjà le cas pour lui, car il ne voyait plus que Luya ces temps-ci. Le reste paraissait beaucoup trop noir et trop affreux pour oser le regarder et partout, les visages heureux avaient tendance à lui faire trop mal au cœur, les visages tristes venaient s'ajouter à sa peine, et plus rien n'avait de sens. À part Luya. Luya qui à lui tout seul représentait la seule chose de décente, la seule chose qui était belle et qui méritait d'être aimée et qui méritait de rendre Scott complètement fou. La seule et unique chose. He has all the power over you, lui avait dit sa sœur quand Scott lui avait décrit avec précision ce qu'il ressentait. Yes but I gave him that power and now it's too late. Avait répondu Scott avec un sourire, à celle naïve qui pensait qu'il pouvait tout simplement s'éloigner de Luya. Non. Plus maintenant.

« You have to trust me on this, you need to. » murmura t-il tandis que ses doigts se refermaient lentement sur le membre de Luya. Il ne lui laissa pas le temps de répliquer, commençant déjà à bouger sa main, bien déterminé à faire craquer Luya pour qu'il voit la vérité en face et réalise ce qu'il voulait vraiment et qu'il n'ait plus peur. C'est moi, avait envie de lui dire Scott, je n'ai pas changé, je suis toujours ce même homme un peu perdu que tu as rencontré dans un bar il y a trois ans de cela. Il n'avait pas changé, Luya plus que quiconque pouvait le constater, il avait simplement changé de drogue, au lieu de se laisser bercer par sa misère et son cœur brisé, il avait choisi les mains plus douces de Luya, il avait choisi son regard appréciateur et surtout, il avait laissé Luya se perdre en lui et rendre les choses encore plus compliquées. You made a mess out of me and I'm glad. Et maintenant, c'était autour de Scott de faire la même chose... Il resserra quelques peu sa prise, son poignet bougeant plus rapidement à présent, les pupilles dilatées tandis qu'il mordait la lèvre inférieure de Luya. « And if there's anything wrong just tell me I'll stop, I'll just stop. » C'était un beau mensonge, Scott serait incapable d'arrêter maintenant, il ne voulait pas arrêter maintenant, il y avait quelque chose de terriblement beau et interdit dans la façon dont Luya murmurait son prénom à présent et il savait que personne d'autre ne pourrait avoir cela, personne d'autre... Cette pensée le rendit pantelant et Scott dut fermer les yeux pour se retenir de retourner Luya et de le prendre violemment, au lieu de quoi il l'embrassa le jeune homme et bougea ses hanches, se frottant quelque peu à lui. Sa première main caressait toujours Luya et la seconde s'aventura plus pas, les doigts de Scott hésitant faisant leur chemin jusqu'à l'entrée de Luya. « I've got you Luya, I've got you. » dit faiblement Scott, trop perdu dans l'intensité du moment pour même réfléchir ou même respirer, observant la réaction de Luya face à cette légère intrusion.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Mar 9 Avr - 20:20

Luya n’avait pas mis longtemps avant de comprendre pourquoi il ressentait sans arrêt le besoin de venir rendre visite à Scott : lorsque les mains du blond se posaient sur son corps, lorsque ses lèvres s’offraient aux siennes sans aucune retenue, lorsque la chaleur de leurs deux corps s’unissait pour ne former plus qu’un seul brasier étincelant, ils ne restaient plus qu’eux sur la planète. Tout s’écroulait autour d’eux, ces rois maudits, voués à la malédiction du malheur et de leurs étreintes surgissaient un véritable royaume. Il n’y avait que dans les bras de Scott, soumis à la pression de ses mains sur son corps, que Luya parvenait à se sentir aussi important, utile, nécessaire. Il régnait dans les yeux du trentenaire et il avait l’impression d’avoir enfin trouvé un sens à son existence tellement fade et dépourvue de couleur. Il avait pourtant abusé de ses pouvoirs à de maintes reprises, pour ne pas dire qu’il avait passé les trois dernières années à ne faire que cela. Mais quelque part, c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour ne pas sombrer, pour se dire qu’il valait encore la peine de rester dans les parages et de hanter cette planète quelques mois supplémentaires. Et s’il n’avait jamais trébuché sur le chemin de Scott, que serait-il devenu ? Qui serait parvenu à lui redonner un semblant de confiance en lui ? Luya observait Scott, ses doigts se refermant parfois sur les draps qu’il agrippait alors fermement, essayant de retenir ses gémissements, sa tête basculant en arrière sans qu’il puisse contrôler quoi que ce soit lorsque les caresses ou les baisers de Scott devenaient trop intenses. Il aurait voulu lui dire, être aussi courageux que l'exigeait son statut de monarque pour avouer à Scott ce qu’il avait décidé. Plus jamais il ne lui ferait de mal, c’était terminé. Luya se le promettait intérieurement ; quoi qu’il arrive, leurs destins étaient scellés, liés l’un à l’autre, et ils gouverneraient ensemble. Scott avait droit à son propre piédestal, son trône, et il refusait d’être le bourreau une fois de plus. Il resterait.

Entre ses propres pensées et les mains de Scott, Luya se sentait apaisé. Il s’autorisait enfin à se laisser aller, à ne plus se poser de questions. Il n’aurait pas su dire s’il faisait le bon choix, mais qu’importe. Après tout, il était déjà tombé une première fois en acceptant que sa relation avec Scott devienne officielle, il pouvait se permettre la chute libre. De toute manière, la bouche de son homme sur sa cicatrice avait déjà eu raison de lui. Ce dernier parvenait même à lui faire apprécier ce qu’il y avait de plus détestable chez lui ; cette marque indélébile, imprégnée dans sa chair, qu’il s’était lui-même infligée et dont il ne supportait plus le reflet lorsqu’il avait le malheur de croiser un miroir. Scott parvenait à l’embellir, à la rendre presque agréable en l’incluant dans leurs jeux. Et tandis que le beau blond le rendait fou, sa langue jouant avec la partie la plus sensible de son torse, Luya se rendit compte qu’il n’avait peut-être jamais autant désiré quelque chose de toute sa vie. « I'm not going to hurt you, I swear I'm never going to ... » Sous la pluie de baisers de Scott, le garçon n’avait plus aucun doute. Le moindre mot prononcé par l’autre homme devenait une poésie, un enchantement qui le persuadait que seule la vérité pouvait émaner de cette bouche aussi finement dessinée. Luya ne s’était pas senti sourire très légèrement, se réjouissant enfin de ce qui se produisait dans ce lit pour la millième fois alors qu’ils n’avaient pourtant jamais procédé de cette manière par le passé. Scott continuait de le rassurer, Luya se contentant d’hocher la tête en signe d’approbation, sélectionnant les informations essentielles, faisant l’impasse sur ce qui paraissait tellement futile au final. Le blond avait beau lui dire qu’il aurait mal, Luya ne s’en souciait plus. Qu’était-ce, à côté de ce que Scott avait subi ? Y-avait-il même un mot, une sensation, une douleur qui pourrait se rapprocher de celle du blondinet ? Peut-être pas. Alors le veilleur de nuit n’avait entendu que le plus important : tout irait bien.

Tout le reste sembla bien trop lent et beaucoup trop rapide à la fois. S’éveillant littéralement sous l’amour de Scott, Luya frissonnait parfois, remué par les doigts qui couraient sur sa cuisse, à l’intérieur de son genou. Et cette main qui le caressait lentement d’abord, puis en rythme avec le propre battement de son coeur qui s'emballait dans sa poitrine. Il se sentait partir, complètement ailleurs et pourtant toujours sous l’emprise de Scott. Dieu, que c’était bon. Pourquoi diable fallait-il que ce soit un pêcher ? Il aurait aimé être encore capable de se servir de ses cordes vocales pour faire autre chose que gémir et répéter sans cesse le prénom de sa moitié, du seul être qui le complétait à merveille, de son homme. Ainsi, il aurait peut-être pu dire à Scott qu’il ne devait pas s’arrêter, jamais, et que tout ce qu’il lui ferait subir serait forcément agréable. Le désir le rendait peut-être inconscient, mais il ne pouvait plus faire marche arrière. Son corps lui en voudrait s’il osait faire une telle chose. La voix du blond résonnait comme si elle était lointaine, et pourtant tellement proche alors qu’il pouvait le sentir pour la première fois. Le dos de Luya se cambra légèrement sous l’effet de cette intrusion tandis qu’il essayait de ne pas trop se crisper. Le garçon ne savait pas vraiment à quoi il s’attendait, en tout cas pas à ça... Ses sourcils se froncèrent, son visage marqué par une légère grimace, à la hauteur de ce qu’il était en train de vivre. Mais cela ne devait certainement pas décourager l’infirmier. Le jeune brun ne voulait pas renoncer malgré le picotement qui venait de le traverser. Non, Luya irait jusqu’au bout. Pas par challenge, pas non plus pour se prouver quelque chose. Simplement parce qu’il en mourrait d’envie.

Petit à petit, son corps s’adaptait à cette présence et Luya sentait la chaleur l’envahir, une sensation qu’il n’avait jamais connu jusqu’à cet instant. À bout de souffle, il n’avait plus de repère, Scott venant de renverser la dernière barrière qu’il lui restait. Certes, ils n’étaient pas encore allé au bout des choses, mais cela n’en était pas moins nouveau... À un moment pourtant, il fut contraint de poser sa main sur celle de Scott pour l’arrêter. Ce n’était ni par honte, par culpabilité ou par peur. Au contraire. Seulement, si l’infirmier continuait à ce rythme-là, leurs ébats ne pourraient pas durer très longtemps... Reprenant son souffle et s’autorisant un peu de répit, Luya était plus à l'aise. Il y avait toujours cette partie de lui qui craignait la suite, c’était évident, mais il avait au moins cessé de se poser tout un tas de questions, se laissant submerger par les actions plutôt que par les pensées. La première étape était franchie, il s’agissait maintenant de continuer sur cette lancée avant qu’il ne s'essouffle. Et entre deux murmures adressés à l’infirmier, Luya croisa son regard, sa main venant se poser délicatement sur le visage du beau blond, encore un peu tremblant, la gorge sèche. C’était peut-être sa première fois, ce n’était pas une raison pour laisser Scott sur le banc de touche. Après tout, ils le faisaient ensemble, non ? Sans un mot, le jeune brun glissa ses doigts dans les cheveux de Scott, attirant son visage un peu plus près du sien pour pouvoir l’embrasser, sa langue s’attardant sur la lèvre inférieure de l’autre homme avant de venir chercher la sienne pour l’embarquer dans une danse douce et lente. Luya n’eut pas vraiment besoin de bouger pour saisir le désir grandissant de Scott, lui rendant la pareille, ne le privant pas de caresses pour l’encourager, lui prouver qu’il ne regretterait rien et qu’il en avait véritablement envie. Mais aussi et surtout pour montrer qu'il était là, qu'il n'irait nulle part, et que Scott avait autant le droit que lui de prendre du plaisir. Le garçon venait parfois se loger dans le cou de son prince, remontant vers son oreille où il prenait un malin plaisir à s’attarder sur son lobe, le torturant à l’aide de ses dents, murmurant parfois le prénom de son partenaire pour provoquer quelques frissons. « I love you so much... », répétait-il à l’infini, avant d’embrasser Scott avec toute la tendresse du monde.

Ce petit jeu ne dura pas très longtemps de peur que son amant perde le contrôle. Luya le connaissait assez pour savoir ce qui le faisait craquer, et il était hors de question qu’ils grillent des étapes ou qu’ils s’abandonnent trop rapidement. Sentant au plus profond de lui qu’il était enfin prêt, Luya quitta la chaleur du regard de Scott avant de tendre le bras vers la table de chevet, seul endroit de l’appartement qu’il connaissait assez pour savoir ce qui pouvait s’y trouver. Il saisit un petit emballage carré qu’il déchira avec soin. Combien de fois avait-il répété ses simples gestes au cours des dernières années ? Il ne voulait même pas le savoir, jamais. Mais d’ordinaire, ce genre de choses étaient faites pour lui, et non pour Scott. D’habitude, il était celui des deux qui devait se couvrir. Pas cette fois-ci. Luya laissa trainer l’emballage vide quelque part sur le lit, trop occupé à dérouler le bout de latex sur le membre tendu de Scott, son regard perdu dans le sien. C’était sa façon à lui de dire qu’il était fin prêt, qu’il n’attendait plus que cela. Une fois encore, il y avait tant de mots qu’il aurait aimé pouvoir dire sans avoir peur de précipiter Scott, de le bousculer de manière irréversible. Ils étaient là, tous les deux, l’un sur l’autre, se redécouvrant comme au premier jour, et Luya rêvait de lui faire remarquer que c’était lui. Son roi. Le seul.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Mar 16 Avr - 23:36

Luya était addictif. Il rendait les choses cent fois plus... réelles. Quand est-ce que Scott s'était senti aussi vivant ? Quand son cœur avait-il battu si vite et que sa peau avait été si sensible à la moindre pression ? Quand avait-il été si important de plonger ses yeux dans le regard de quelqu'un d'autre et de juger la moindre de ses réactions ? Quand ? Il ne se rappelait pas, il ne se rappelait plus, peut être depuis le moment où il avait abordé Luya dans ce fameux bar, qu'il lui avait offert un verre puis , dans un accord tacite, il avait ramené le jeune homme chez lui, s'était laissé embrasser, s'était laissé guider vers son propre lit et qu'il avait laissé le jeune homme lui faire l'amour. Luya ne le savait peut être pas mais cette nuit-là, c'était la première fois que Scott laissait quelqu'un le toucher après Maximilian. Il avait tenté à plusieurs reprises d'effacer les marques laissées par le russe mais sans succès. Luya était l'opposé de Maximilian, il avait quelque chose dans son regard qui criait l'innocence et qui indiquait qu'il était perdu. Quand Scott l'avait vu, il savait que cet homme-là n'appartenait pas vraiment à cet environnement, pas à ce bar rempli d'âmes seules et désespérées comme Scott. Il avait naïvement cru que Luya pouvait le sauver, il s'était laissé faire, ne rechignant pas à la position imposée, acceptant ce qu'on voulait lui donner et ce qu'on voulait lui prendre, offrant à Luya ce que Maximilian n'avait pas eu pendant des années. Luya devait et l'avait libéré, et Scott se souvenait, oh il se souvenait avoir agrippé les draps de toutes ses forces et crié le nom de Luya aussi fort qu'il le pouvait alors qu'il sentait le souffle de ce dernier contre sa peau. S'il te plaît, fais moi oublier, fais moi oublier la peine, la douleur, fais moi oublier que je suis tout seul et que je ne vaux rien. Please make me forget my own name, please. Et Luya avait laissé sa trace, quelque part entre les os et l'âme de Scott, si bien que le blond ne pouvait pas l'oublier, si bien qu'il avait cherché à le recontacter et qu'ils en étaient là aujourd'hui.

Les doigts de Scott pénétrant habilement ce corps qu'il connaissait par cœur, déposant un baiser au coin de la bouche de Luya alors que son poignet bougeait lentement, afin de ne pas blesser le jeune homme, observant pour tout mémoriser, pour se souvenir de tout... I'm making memories for the bad days and the days of rain. Car Luya avait cet effet là sur Scott, rendre la moindre des choses importante, capitale et vitale. Le sentir tout contre lui et autour de ses doigts, était quelque chose d'étouffant, de quasi létal mais Scott en avait besoin. Il accéléra légèrement le rythme en sentant les mains de Luya courir sur sa peau, des sons échappant au blond alors qu'il embrassait Luya. À chaque fois que Luya lui faisait l'amour, Scott devenait littéralement fou et quelques heures après quand il se retrouvait seul, il lui manquait les mains de Luya sur sa peau, comment avancer sans cela, sans ses mains, ses mains supplémentaires qui savaient toujours où le toucher et comment. Et Luya était encore en train de le faire à présent, le contrôle de Scott s’effritant peu à peu. Il n'y avait aucun contrôle et aucune restriction quand il s'agissait de Luya, le désir était vif, rageant et brûlant et il était déroutant de savoir qu'il ressentait ça juste pour une seule personne. He did this, se disait Scott en s'écartant peu à peu de Luya pour reprendre son souffle et tenter de contrôler sa respiration, he did this to me, he made me this weak. Scott laissa échapper une plainte alors que Luya bougeait, attrapant quelque chose sur la table de chevet. Lorsque Scott vit l'emballage entre les mains de Luya, il n'eut pu s'empêcher d'être nerveux. So this is really happening ?

Il voulait que la première fois de Luya soit mémorable et parfaite. Comment avait été la sienne dans cette même position ? Oh cela remontait à tellement loin, Scott avait dix sept-ans à l'époque, il avait réussi à obtenir un petit job dans l'épicerie de son quartier, tenant la caisse pendant quelques heures. Pendant ses heures de travail, il y avait cet homme qui venait toujours acheter la même chose et qui offrait un franc sourire à Scott. Au début, le blond n'avait pas su comment interpréter les signes, il avait toujours été celui à aborder les individus de même sexe par lesquels il était attiré, et il n'avait rien fait à part embrasser quelqu'un. Il s'était mis à parler à l'étranger et ils avaient fini par apprendre à se connaître. Peter. Il s'appelait Peter et il avait embrassé Scott à côté de la machine à faire les sundaes et il lui avait fait l'amour dans la réserve de nourriture à maintes reprises. Pas une première fois rêvée mais Scott ne regrettait pas. Et c'était ça qu'il voulait pour Luya, que dans quelques années, il puisse revenir à cet instant précis avec un sourire sur les lèvres.

Scott se mordit la lèvre inférieure en sentant les mains de Luya contre lui et il redressa le regard pour rencontrer celui de Luya. Il put lire tellement de choses dans ce regard, tellement que c'était lui qui hésita l'espace d'une seconde se demandant s'il était celui qu'il fallait, s'il était à la hauteur et qu'il pouvait correctement aimer Luya. Il le voulait de tout son être alors oui... Il allait essayer. Sa main vint se poser sur la joue de Luya et il caressa doucement la peau là avant de capturer les lèvres du jeune homme et de doucement le pousser en arrière, leur corps toujours proche, leur peau toujours collée l'une à l'autre. Toujours comme ça, c'était ainsi qu'était l'ordre naturel des choses, toujours Luya et lui, toujours, pas autrement, jamais autrement. « Are you sure you want this ? Really sure you want this ? » redemanda Scott pour la énième fois, son visage tout près de celui de Luya, au dessus du jeune homme, tellement proche et tellement loin. L'intensité de ce moment allait probablement le tuer et la réponse de Luya à sa question lui arracha un franc sourire et Scott l'embrassa, encore et toujours alors que ses mains glissaient jusqu'aux hanches de Luya. Ses mains glissèrent ensuite un peu plus bas et il bougea lentement, sa peau râpant agréablement celle de Luya, alors qu'il se positionnait à l'entrée du jeune homme, ne respirant plus, les mains tremblantes. « Put your hands around my neck please. » murmura Scott avec une voix qui avait probablement l'air désespérée mais tant pis... Il était beaucoup trop ancré dans la réalité du moment pour se soucier de quoi que ce soit qui n'était pas Luya.

Luya était son univers, Luya était sont tout, Luya n'était pas une réponse ou même la pièce manquante du puzzle, il était juste quelque chose qui s'était imbriqué en lui de la manière la plus brusque qui soit et quelqu'un qu'il avait appris à aimer, pas parce qu'il le devait, mais parce qu'il le pouvait.

Prenant une profonde inspiration et collant son front à celui du jeune homme, Scott bougea très subtilement le bassin, poussant à l'intérieur de l'autre homme, faisant en sorte qu'ils ne fassent plus qu'un. La première seconde fut complètement irréaliste et Scott passa à côté de quelque chose de grandiose mais au fur et à mesure qu'il s'immisçait lentement dans Luya, il réalisait, il réalisait et... Scott dut s'arrêter là, à mi-chemin, le nom de Luya sur ses lèvres, un plaisir sans nom parcourant ses veines et le faisant légèrement trembler. Il embrassa Luya, ses coudes reposant sur le matelas à présent, ses mains de part et d'autre de la tête du jeune homme. « I love you, you feel so good around me, I've got to keep pushing, okay ? If it's too much, let me know and I'll stop, and I'll stop I swear. » Liar. Scott était un menteur car tandis qu'il poursuivait son ascension et qu'il se perdait en Luya, il réalisait que sa place était là depuis le début. Depuis le premier jour, il aurait dû briser Luya de cette manière, car c'était beau n'est-ce pas ? Il se frayait un chemin parmi ce corps là parce qu'il aimait trop et parce qu'il ne pouvait pas faire autrement et pas vivre sans lui, l'amour était une chose absolument brutale et violente et Scott allait se contenter de cela jusqu'à la fin de ses jours. Il poussa un autre cri, ressemblant plus à grognement guttural qu'autre chose, tandis que ses hanches rencontrèrent enfin celle de Luya, leur deux corps à présent scellés. « Tell me when it's okay to move. » murmura Scott, son désir de faire gémir Luya encore plus fort, avide de tout, voulant le sentir se briser et peut être mourir un peu et tout ça parce qu'ils étaient enfin réunis. Tell me when it's okay to move and I'll make you scream, ce n'était pas une promesse mais une certitude.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Jeu 25 Avr - 2:38

Lorsque le regard de Luya croisa celui de Scott par cette nuit de septembre, le jeune homme était perdu. Il était rentré dans ce bar comme un bateau esseulé et abandonné aurait pu suivre les appels d’un phare lointain pour tenter d’atteindre la terre ferme. Il ne savait pas vraiment ce qu’il recherchait. Ce n’était pas la compagnie qui lui manquait, la présence de son frère suffisant largement pour que Luya n’ait jamais l’impression de se sentir seul. Adam avait toujours quelque chose à lui dire, une nouvelle dont il souhaitait lui faire part, une blague à lui raconter, ou des leçons de moral à lui donner sur tout un tas de sujets divers et variés. Ce soir-là, avant que Luya décide de prendre la fuite, son aîné avait passé plusieurs longues et précieuses minutes à lui expliquer à quel point il était primordial de coucher avec plusieurs filles différentes avant le jour de son mariage. « Tu comprends que si tu ne le fais pas, tu ne seras pas du tout à l’aise pendant ta nuit de noces et tu vas passer pour un loser... Alors que si tu te décides à sortir un peu de ta bulle, je suis certain que tu pourrais te trouver une jolie jeune fille et... » Mais Luya n’avait pas prêté attention aux restes de ses élucubrations. Il avait déjà essayé avec une femme et il s'était bien rendu compte que tout ceci était passablement répugnant. Le garçon l’avait trouvée tellement sale et impure qu’elle en était devenue laide et repoussante. Sans oublier le fait qu’elle n’aurait jamais été consentante sans la liasse de billets que Luya avait prévu pour l’occasion. Certains attendaient le mariage pour le faire, le veilleur de nuit s’était offert sa première fois comme pour se prouver que c’était effectivement dégoutant et que ça n’avait aucun sens. Il s’était ruiné dans tous les sens du terme pour avoir la certitude que ce n’était pas quelque chose de normal et qu’il ne devrait plus jamais s’abandonner dans les bras de qui que ce soit. Il ne s’offrirait jamais. Il prendrait peut-être ce qu’on lui donnerait, si Dieu voulait bien être clément avec lui et le mettre sur le chemin de la personne qui le ferait changer d’avis.

Ainsi, lorsque Scott s’était assis à côté de lui au comptoir de ce bar dans lequel il n’avait jamais mis les pieds auparavant, Luya n’avait pas su comment réagir. Il avait juste besoin de s’oublier, de ne plus exister et de se dérober au reste du monde pour le restant de ses jours et il ne comprenait pas l'intérêt qu’on lui prêtait soudainement. À vrai dire, il ne pensait pas l’avoir provoqué d’une quelconque manière. Il voulait simplement rester là, boire toute la nuit, rentrer en titubant, s’affaler sur son lit et se plaindre du bourdonnement persistant qui l’empêchait de dormir, se réveiller avec la tête qui tourne, la bouche pâteuse et des nausées insupportables. Avec un peu de chance, les effluves de son alcool favoris parviendrait à l'apaiser, à lui faire croire que tout ceci avait un sens, qu’il n’était pas arrivé ici pour rien. Luya possédait tout ce dont il avait envie et pourtant, rien ne semblait le satisfaire. Il ne rêvait pas de romance, ni de grandes histoires qui durent pour toujours. Non, les contes de fées n’étaient pas pour lui et ne l’aidaient en rien. Il avait simplement besoin de combler cet énorme vide qui menaçait de le happer s’il ne réagissait pas rapidement. Il se sentait creux, quelque soit l’heure du jour ou de la nuit. Inutile. Dénué de sens. Sans intérêt. Parfois, il se demandait qui pourrait pleurer sa perte ? Il lui arrivait de se réveiller en pleine nuit après avoir fait ce rêve étrange où ses proches ne se rendaient même pas compte de sa disparition. Qui prononcerait encore son prénom avec tristesse s’il venait à ne plus déambuler parmi tout ce beau monde ? Voilà ce qu’il recherchait dans le whisky. Une amie fidèle, quelqu’un pour étancher sa soif de reconnaissance, son envie d’exister. Alors quand Scott lui avait adressé la parole, le blond ne se doutait pas une seule seconde de ce qu'il venait de faire réellement... L’alcool aidant, Luya s’était alors rabattu sur Scott, se jetant dans ses bras parce que cette chute semblait bien plus douce que celle qu’il avait prévu à l’origine. Et quand leurs corps s’étaient unis, Luya n’était plus lui-même, puisant sa force dans les gémissements de son partenaire, se nourrissant de toute son énergie pour essayer de se sentir enfin vivant, enfin complet. Dans sa fièvre, il ne s’était pas vraiment rendu compte que son petit manège viderait Scott et l’épuiserait. Qu’importe, à l’époque, il se fichait du beau blond. Il n’était qu’une erreur de parcours, un test pour savoir s’il appréciait plutôt la compagnie des hommes que celle du sexe opposé. When I’m done with you, I’m just gonna leave you here, alone in these empty sheets of yours ‘cause you’re just some other whore. I may have paid the first time, but you just took my soul and my beliefs. You took everything I had left and I’m gonna break you until you actually know what it feels like. So take this. Take this as proof that I was alive once, that I walked this earth and I existed. I want you as empty as I am. That’s probably the only thing that’ll make me feel whole again : seeing you crawl. I was born empty, I guess I always will be. But I won’t ever be broken.

You will.


Plus de trois années s’étaient soudainement écoulées. Ce n’était sans doute rien sur les dizaines qui leur restaient encore, mais on ne pouvait pas se permettre de dire que c’était insignifiant. C’était une seconde, un claquement de doigt qui avait un goût d’éternité. Luya avait bien changé, peut-être même trop. Scott avait su l’apaiser. Il n’était plus aussi injuste et égoïste. En tout cas, il essayait de ne plus l’être, et donner un peu de sa personne était sans doute la meilleure façon de prouver qu’il voulait faire des efforts et changer. Les draps de Scott étaient tout sauf vides à présent, et pour la première fois de sa vie, Luya se sentait enfin complet, fini, achevé. Il avait déjà croisé le désir dans le regard de l’autre homme, mais certainement pas le besoin d’être en lui mêlé à toute cette crainte. Le garçon rangeait immédiatement dans sa mémoire le moindre détail de cet instant. Le corps de Scott, sa chaleur, les épis que ses doigts avaient causé dans la chevelure du beau blond, leurs murmures, leurs caresses. Tout. Il s’enivrait du monde environnant, au chaud entre les bras de Scott, protégé par ses baisers dont il ne saurait se passer. C’était tellement différent. Plus de pensées noires, plus rien pour l’empêcher d’aimer et d’offrir son corps au seul homme qui le méritait. Luya en était certain, il se souviendrait encore de tout ceci dans dix ans, peut-être même dans vingt. Déjà, il savait qu’il pourrait dire avec précision la tenue qu’il portait ce jour-là, les mots qu’ils se seraient échangé sur l’oreiller, les regards langoureux qu’ils auraient pu partager. Alors qu’il hochait encore la tête en silence pour confirmer qu’il en avait véritablement envie, Luya se disait qu’il ne se serait jamais pensé capable d’une telle chose. C’était certain, il y avait quelque chose de divin dans leur rencontre et leur histoire, malgré tout le malheur que cela avait bien pu leur apporter au passage. Scott était un ange, envoyé du ciel pour venir le sauver.

« Put your hands around my neck please. » Le coeur de Luya se resserra tandis que le moment fatidique ne se trouvait plus qu’à quelques secondes de cet instant. Les joues du jeune brun se mirent à rosir en réponse à la demande de son homme. Ce n’était rien, mais il ne le maitrisait pas. Cette situation nouvelle l'embarrassait autant qu’elle l’enchantait. Il craignait l’inconnu, c’était humain ; et la requête de Scott ne faisait que lui confirmer ce qui était sur le point de se produire. Il se sentait vulnérable et en même temps protégé, rassuré et effrayé à la fois. Ce torrent d’émotions mêlé à la douce voix du beau blond l’avait achevé, tant et si bien qu’il était à bout de souffle, les pommettes rouges et le regard un peu perdu. Mais il n’hésita pas une seule seconde, ne se posant aucune question, ne daignant même pas répondre. Ses mains se placèrent instinctivement autour du cou de Scott, d’abord immobiles, puis caressant doucement sa nuque et ses épaules, laissant parfois remonter ses doigts jusque dans ses cheveux. Il ferma alors les yeux, bercé par tant d’amour, conscient que lorsqu’il les rouvrirait, le monde entier aurait changé.

La douleur fut intense. Ce n’était pas insurmontable, mais c’était suffisant pour déformer le visage jusqu’alors reposé du jeune Sparks. Scott était doux et lent, s’arrêtant même à mi-chemin. Luya ne savait pas vraiment si c’était en réponse à sa légère grimace ou pour une autre raison. Pour être tout à fait honnête, il ne voulait pas encore autoriser ses paupières à se relever, de peur de voir Scott en train de l’observer. Bien sûr que l’infirmier avait les yeux rivés sur lui, c’était évident. Mais Luya refusait de s’imaginer que le trentenaire le voyait actuellement dans cette position, dans cet état. Et en même temps, il n’aurait offert son embarras à personne d’autre. Avant que Scott ne reprenne son ascension, Luya eu le temps de respirer, essayant de se détendre au maximum pour s’épargner un deuxième élan de douleur... En vain. Ça le saisissait et il continuait de serrer les dents, essayant d'être aussi discret que possible pour ne pas rendre la gêne encore plus lisible sur les traits de son visage. Ce ne fut que lorsque les hanches de Scott rencontrèrent les siennes et qu’il entendit l’autre homme pousser un grognement qu’il s’autorisa à rouvrir les yeux. Finalement, il avait vraiment besoin de se dire qu’il n’avait pas rêvé tout ça, même si tout son corps avait parfaitement imprégné l’information depuis un moment maintenant. Il croisa le regard de Scott, toujours aussi flamboyant. « Tell me when it's okay to move. » Les murmures du blond étaient tellement intenses qu’ils semblaient presque criés.

C’est alors que Luya réalisa. Il avait essayé de masquer la sensation intense qui s’était emparée de lui lorsque Scott avait brisé ses chaines sans se rendre compte qu’il avait fait tout le contraire. Les muscles crispés, ses mains s’étaient attardées sur les épaules de Scott, ses ongles s’enfonçant sans aucune retenue dans la chair du trentenaire. Sans plus attendre, il s’obligea à déplacer ses doigts afin de soulager Scott. Il rougissait encore, tandis qu’il murmurait quelques excuses à demi-mots, imaginant d’ici les traces rouges et profondes qu’il avait laissé sans le vouloir. Pour tenter de se faire pardonner, il osa saisir le visage de Scott pour le rapprocher du sien et l’embrasser encore, sa langue se montrant bien plus espiègle que son propriétaire. À part pour caresser le blond, il ne bougeait plus, prenant tout son temps pour s’adapter à cette nouvelle présence. Il ne cherchait pas à faire enrager Scott, il avait simplement besoin de cette pause brève pour réclamer encore un peu de tendresse avant que l'infirmier ne puisse plus vraiment se contrôler. Luya jouait avec ses cheveux, ses doigts se déplaçant avec lenteur. L’espace d’un instant, son index se promena doucement sur les lèvres de l’autre homme, soulignant ainsi les détails qui constituaient le chef-d’oeuvre qu'était son visage. Luya sourit avant de bouger doucement, ses mains retrouvant leur place autour du cou de Scott et ses jambes s’enroulant autour de ses hanches. Voilà comment il voulait Scott : contre lui, sur lui, dans ses bras. Il voulait l’aimer et le voir s’abandonner totalement dans ses propres reins. Il n’était plus vide et il ne songeait plus qu’au bonheur de Scott. I want you to feel good. I won’t mind the pain as long as I can see a smile upon your face. That’s how I know I love you. Et la voix tiraillée par l’émotion, Luya prit enfin la parole pour l’autoriser à continuer. « Don’t move to fast ok ? ‘Cause I want you inside me for a long time... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Jeu 2 Mai - 21:30

Scott en était certain: s'il était mort là tout de suite, il aurait connu une fin heureuse. Voilà à quel point il aimait Luya. Voilà à quel point il était accro. Car la mort signifiait bien une fin parfaite et fatale car il ne pouvait pas voir ni même concevoir de futur? Eh bien c'était cela, son futur, c'était cette union parfaite entre leur deux corps, son futur... C'était Luya. Il ne pouvait pas voir au-delà, il ne pouvait pas concevoir quelque chose sans l'autre homme et il ne le voulait pas. Scott se souvenait que plus jeune, à l'école primaire, on lui avait demandé d'écrire un court paragraphe sur ce qu'il voulait devenir plus tard. Alors que certains avaient répondu médecin ou astronaute, Scott avait été plus simple et bien moins original que ses camarades. Il avait dit qu'il voulait être heureux, trouver quelqu'un, comme sa mère et son père qui s'étaient trouvés, et passer tout son temps libre à rendre cette personne heureuse. Le professeur lui avait donné la pire note qui soit et c'était en fronçant les sourcils que Scott était rentré ce soir là, expliquant toute l'histoire à sa mère. Mais du haut de ses six ans, Scott en était persuadé, ce n'était pas qu'il n'avait pas compris le devoir, son professeur s'était tout simplement trompé... En grandissant, il avait appris à cacher ses rêves de bonheur et avait vite réalisé que tout le monde voulait la même chose, être heureux mais en accomplissant des choses bien différentes. C'était un concept tellement abstrait... Personne ne pouvait attraper le bonheur à mains nues et le serrer contre soi, pas vrai? être heureux ne voulait rien dire pour Scott si cela voulait dire qu'il devait être tout seul, il ne voulait pas vraiment être heureux dans le fond, il ne voulait tout simplement pas être seul. La solitude était une chose immonde et il ne voulait pas se laisser envahir par ce parfum-là, alors il était prêt à aimer n'importe qui, n'importe quoi. Si on avait essayer de mesurer la valeur de Scott en s'aidant des personnes à qui il avait donné son coeur... Pour qui l'aurait-on pris? Quelqu'un de perdu, sans famille, sans attache, désespéré pour du contact et pour une échappatoire? Probablement. Que pouvait t-on dire de la valeur du blond face à ce coeur qu'il était en train de donner à Luya? Luya n'en avait pas voulu au début, il l'avait écrasé, il l'avait piétiné et avait tenté de faire de l'infirmier quelqu'un qu'il n'était pas.

I shouldn't love the one that stomp my heart, I should despise you and yet... Yet I love you. I love you with all my heart because you left the biggest bruises on my heart. Oh my poor heart has suffered enough and still I want more.

Il en voulait plus, toujours plus de Luya, il n'y en aurait jamais assez. Aussi, ne pas bouger était pour Scott quelque chose de difficile, surtout lorsqu'il était aussi prêt de Luya, surtout lorsqu'il voyait à quel point ils étaient compatibles. Scott n'avait jamais cru au destin ou même en une quelconque histoire d'âme soeur... D'autant plus qu'il n'y avait absolument rien de beau ou de romantique dans leur rencontre à tous les deux. Romantique n'était pas un mot qui pouvait s'appliquer à deux âmes égarées qui s'étaient trouvées n'est-ce pas? Pourtant, il n'y aurait rien eu si Scott avait décidé de rester seul ce soir là et de tranquillement terminer son verre. Non, tout ceci, tout ce qui était en train d'arriver, c'était grâce à lui, c'était grâce à eux. Il prit une profonde inspiration alors que les mains de Luya voyageaient encore sur sa peau, le bout de ses doigts laissant de véritables brûlures partout où Luya le touchait. Scott ferma un instant les yeux et quand il les rouvrit, son regard tomba sur celui de Luya et sur ses lèvres tandis que le jeune homme laisser échapper des mots qui allaient probablement être la fin de Scott. S'il avait pu rire, Scott l'aurait largement fait, au lieu de quoi il se contenta d'embrasser Luya, sa langue envahissant la bouche de l'autre homme avec une certaine dureté, Scott ne voulant même pas lui laisser le temps de respirer. Il ne voulait même que l'oxygène soit une option pour Luya, non, il voulait écraser et balayer le monde de Luya aussi subtilement et doucement qu'il le pouvait et que l'autre homme ouvre peu à peu les yeux et réalise que Scott était sa seule option. Rien d'autre à part lui, il voulait devenir son monde, la seule chose dont Luya pouvait avoir besoin. Scott l'embrassa jusqu'à ce qu'il soit à bout de souffle, ne bougeant toujours pas et il s'écarta, déjà prêt à embrasser Luya.

"Don't you worry about that okay? We'll do it as many times as you want, you just have to ask okay? Whatever you want, whatever you want from me I'll give it to you, anything you want you'll get." Scott avait probablement l'air désespéré mais il s'en moquait car il bougea enfin, le geste lent et tellement lent qu'il semblait surréel, dénouant leur deux corps et poussant de nouveau pour se rapprocher de Luya. Scott ne retint pas du tout le grognement qui quitta ses lèvres et ce moment là et au deuxième coup de rein il se laissa retomber contre Luya, sa tête dans le cou du jeune homme, se concentrant sur sa respiration pour ne pas succomber et accélérer la cadence alors que Luya n'était pas encore prêt. "I love you hear me? I love you. There's not a single part of you that I do not love. I love everything from the face you make when there's something you don't like to the scar on your chest. I love that scar you hear me? I. Love. It. " Scott appuyait chacune de ses phrases, chacun de ses mots par un coup de hanche, s'immisçant au plus profond de Luya, le rytheme toujours lent, Scott prenant le temps de respirer profondément entre ces mouvements. Il tourna la tête et fixa Luya, l'autre homme était loin d'être silencieux, ses soupirs de plaisirs lui échappaient de temps à autre et au fur et à mesure que les minutes passaient, Scott finit par distinguer des plaintes et enfin son nom. "Say that again please." Il se redressa quelque peu, poussant un juron alors qu'il poussait encore, les jambes de Luya autour de sa taille allait probablement le rendre complètement fou. "Say that again." Il croisa le regard de Luya et se pencha pour lui lécher le cou et osa même descendre plus bas juqu'à sa clavicule, ses hanches bougeant atrocement lentement, leur peau râpant l'une contre l'autre, ils bougeaient ensemble, ils respiraient le même air et là où s'arrêtait le corps de l'un, celui de l'autre commençait.

Une seule et même entité et ils bougeaient ensemble, Scott à l'intérieur de Luya.

"Say that again please." Scott répéta cette même phrase, alors que sans s'en véritablement s'en rendre compte il changeait le rythme de leur étreinte, ses hanches bougeant sensiblement plus rapidement. La différence était perceptible car les sons que faisaient Luya était de plus en plus désespérés alors que Scott devenait de plus en brutal en quelque sorte. Enfin si brutal était le mot, il voulait juste entendre Luya faire ce son, ce son si parfait et si vrai alors que le nom de Scott quittait ses lèvres. Les lèvres de Luya gonflées par leur précédent baiser, ses cheveux dérangé, ses joues rougies... "Perfect, you're absolutely perfect." Scott ne se rendait même pas compte qu'il parlait et il laissa échapper un gémissement alors que les ongles de Luya s'enfonçaient encore dans sa peau, Luya allait laisser des marques et il n'y avait rien qui pouvait lui faire plus plaisir là tout de suite. "Let me hear you please, scream as loud as you want... I just want to hear you, I need to hear you." Une des mains de Scott vint trouver la tête du lit et il se servit de cette appui là pour pousser à l'intérieur de Luya, son autre main se posa sur le genou de l'autre homme, lui écartant légèrement les jambes et changeant d'angle et de rythme, toujours dans le but de briser Luya."God I love you." murmura Scott dans un autre souffle, son front contre celui de Luya.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Dim 5 Mai - 23:47

Luya ne songeait pas à la mort. Ou pour être tout à fait honnête, il n’y songeait plus. Pourtant, rares étaient les moments où il pouvait enfin respirer sans sentir le poids insupportable de sa fin sur ses épaules et où la sensation désagréable d’un étau qui se refermait doucement sur sa poitrine finissait par le quitter, telle une misérable bouteille en plastique condamnée à rester coincée tout au fond d’un océan. Il pouvait compter ces instants de répit sur les doigts d’une seule main, même s’il ne s’en souvenait plus vraiment. Ils étaient tellement éphémères, disparaissant aussi rapidement qu’ils étaient venus, s’envolant comme par magie avant même que Luya ait pu pleinement en profiter. Il ne savait pas ce qu’était que le bonheur parce qu’il n’y avait jamais vraiment gouté. Partout autour de lui, il voyait son entourage trop occupé à cueillir le jour et croquer la vie à pleine dent. Il aurait été ravi de se joindre à eux, de participer à ce festin quotidien, mais le moindre met n’avait aucune saveur. Les breuvages dont il s’emplissait à n’en plus finir n’avait aucun intérêt gustatif. Ils étaient simplement là pour l’engourdir, lui faire croire qu’il y avait encore un espoir. Mais lequel ? Qu’attendait-il vraiment, coincé entre les parois étroites de sa propre carcasse, barrière charnelle infranchissable dont il aurait tellement aimé pouvoir se débarrasser ? Il priait oui, sans relâche, implorant le ciel de lui faire un signe, de lui envoyer la preuve que tout ceci en valait encore la peine alors que plus rien n’avait d’intérêt à ses yeux. Le garçon s’était convaincu de l’existence d’un Dieu, s’offrant à lui pour mieux pouvoir oublier sa propre naissance. Croire en quelqu’un d’autre pour s’abandonner, ne plus exister. Il s’était ensuite dévoué à d’autres hommes qui l’avait libéré de son identité au point de le rendre spectateur de ses propres actions, quittant enfin le sol pour s’envoler un peu. Il s’était même perdu en chemin en allant frapper à la porte d’une professionnelle pour se payer son premier frisson, pour ne plus être Luya Sparks mais un simple client, quelques coups de reins supplémentaires sur des milliers d’autres... Dieu, Johnnie Walker, Jack Daniel et une parfaite inconnue. Et jusqu’ici aucun d'entre eux n’avaient réussi à lui donner l’impression d’être vivant. Personne.

Personne avant Scott.

Scott lui faisait les mêmes effets et ce n’était pourtant pas comparable avec quoi que ce soit qu’il ait déjà vécu auparavant. Il l'enivrait au point de lui faire perdre tous ses repères et de renverser le monde dans lequel il évoluait. Il lui donnait envie de repousser chaque jour davantage la sentence qui planait comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Il sentait que l’infirmier serait capable de reconstruire tout ce qu’il avait mis vingt ans à détruire, de panser lui-même les blessures psychiques de Luya s’il le fallait. Le blond le guérirait certainement. Alors pour la première fois, Luya n’était plus triste, plus rongé par cette amertume constante et son coeur qui n’en finissait plus de marteler ses côtes lui faisait enfin réaliser la chose suivante : il voulait vivre encore. C’était étonnant d’avoir ce genre de pensée, de connaître enfin ce déclic essentiel, comme une étrange sensation qui faisait soulever sa poitrine et qui lui donnait pourtant l’impression de manquer d’air. Cette même sensation qui faisait rougir la moindre parcelle de sa peau sous les frictions de Scott, et particulièrement ses joues, ses pauvres joues qui ressemblaient plutôt à des braises qui n’en finissaient plus de s’embraser sous les baisers et les mouvements lents de son homme. Ils se regardaient longuement, leurs langues n’en finissant plus de danser l’une contre l’autre. Heureusement que Luya ne pouvait plus parler, qu’il était trop occupé à reprendre son souffle ou à se perdre dans la bouche de son amant, sans quoi il se serait lancé dans un véritable laïus pour répondre aux propos de Scott avant que ce dernier ne se mette à bouger. Mais malgré la lenteur, le garçon pensait à toute allure. Non il ne demanderait jamais quoi que ce soit à Scott, il en avait déjà pris assez pendant les trois dernières années. Il laisserait le blond tenir les rênes et les diriger dans la direction qu’il souhaitait les voir prendre. À l’avenir, même si Luya en aurait terriblement envie, il ne dirait rien qui puisse trahir son désir. Le trentenaire lui offrait déjà un semblant de liberté alors qu’il était enfermé entre ses bras. Il lui donnait envie de vivre encore, à corps perdu, abandonné entre ses larges épaules sur lesquelles il ne cessait de déposer quelques baisers furtifs, remontant parfois le long du cou de Scott pour qu’il puisse enfin le faire, qu’il s’autorise ce que tout le monde avait eu le courage de faire avant lui : il croquait la vie à pleine dent, complètement nu, cueillant leur amour qui bourgeonnait enfin dans ces draps qui avait soudainement des allures de verger.

Luya s’agrippait à Scott comme un opossum s’accrocherait à une branche. La comparaison était médiocre, et pour ainsi dire, plus que ridicule. Mais lorsqu’on y regardait d’un peu plus près, c’était évident : sans l’arbre, cette force vivante et solide, ancrée profondément dans le sol rugueux de notre bonne vieille terre, l’animal ne pourrait exister et sa chute serait inévitable pour ne pas dire mortelle. Alors oui, Luya s’enroulait tout autour de Scott comme un pauvre singe, un vulgaire animal. C’était primitif mais vital, bestiale mais tellement naturel. Il sentait la chaleur l’envahir littéralement, une douce sensation naissant au creux de ses reins, remontant le long de sa colonne et jusqu’à la moindre des extrémités de son corps vulnérable et soumis au plaisir. Oui, il faudrait qu’il réussisse à l’admettre. Il aimait tout ce qui était en train de se produire. Il avait beau fermer les yeux et essayer de se retenir au maximum, le prénom de Scott n’avait de cesse de franchir ses lèvres qui semblaient un peu plus sèches à chaque expiration avant que l’infirmier ne vienne y remédier pour la millième fois. Parce que les mots qu’il voulait dire étaient crus, loin d’être romantiques ou catholiques, et qu’il refusait catégoriquement de les entendre sortir de sa propre bouche, il préférait clouer ses lèvres à celles de Scott pour s’empêcher de parler, s’interdire le moindre son qui aurait pu former un mot. Il gémissait, parfois longuement, refusant à présent de regarder Scott. Aussi étrange que cela puisse paraitre, il ne voulait pas qu’il soit témoin de cette scène pathétique où il était en train de lutter avec lui-même pour ne pas perdre davantage le contrôle de ses moindres faits et gestes.

Naturellement, le blond ne l’aidait pas le moins du monde avec les propos qu’il était en train de tenir. Non, pas cette cicatrice. C’était interdit. À l’évocation de cette trace abjecte, Luya se mit à trembler un court instant, certain que s’il rouvrait les yeux, ces derniers seraient luisants, déjà imbibé de larmes qu’il avait trop longtemps retenu. Ce n’était pas le moment de parler de ça, pas le moment d’évoquer le jeu dangereux auquel il s’était laissé tenter, pas le moment de pointer la mort du doigt alors que tout se mettait enfin à rayonner. Comment pouvait-il faire ça ? Luya serra les dents et enfonçât ses ongles dans la peau de Scott, griffant son dos sans même s’en rendre compte, une fois encore. Il se retenait, luttant intérieurement pour ne pas tout arrêter maintenant. Non pas parce qu’il n’aimait pas ça, pas non plus parce qu’il souffrait ou parce que Scott s’y prenait mal. Non. Simplement pour craquer. Là, ici, dans les bras du grand blond. Pleurer sur son torse pour la toute première fois et lui offrir ce qu’il avait de plus cher et ce que personne n’avait vu jusqu’ici : ses larmes. Mais le feu qui s’emparait de lui le réchauffait déjà, le rassurant et le poussant dans ses retranchements encore un peu plus. Il ne s’était même pas rendu compte qu’il continuait d’appeler Scott, désespérément, comme s’il avait peur de le perdre et qu’il disparaisse avant qu’il ait le courage de croiser son regard une nouvelle fois. Une chose était certaine : si sa cicatrice avait été encore ouverte, la plaie encore fraiche, béante et sanglante, les mouvements de Scott l’auraient immédiatement refermée et son amour l’aurait guérie comme par magie.

N’ayant plus accès aux parties de son cerveau qui lui permettaient de se contrôler d’ordinaire, Luya s'exécutait sans réfléchir, répétant ce que Scott voulait entendre à l’infini, sans réaliser que ces deux mots en disaient déjà long sur l’état dans lequel il se trouvait... « Take me... », murmurait-il en boucle lorsque Scott le sollicitait. Ce dernier l’encourageait même à se lâcher encore davantage, Luya doutant fort que cela soit possible, le plaisir augmentant pourtant nettement avec les mouvements qui s’accéléraient. Le jeune Sparks fut étonné lui-même par la pensée qui lui traversa l’esprit avec la vitesse, pour ne pas dire qu’il avait réussi à être choqué par ce qui se passait dans sa propre tête. Enfin, songea-t-il. Encore, il en voulait toujours plus. Ses mains continuaient de courir partout sur le corps de Scott, et la nouvelle position que celui-ci adoptait lui permettait même de glisser ses mains sur son torse sans aucune difficulté. Ses doigts prenaient un malin plaisir à se balader sur les abdos merveilleusement dessiné de l’infirmier. C’était certainement la partie du corps du blond que Luya préférait, avec son dos, et ses épaules et... Oui, finalement, peut-être qu’il ne parvenait pas à faire un choix tant son homme semblait parfait. Ce n’était pas plus mal, son désir n’en était que décuplé.

Scott continuait de bouger, se retenant de faire ce dont Luya avait pourtant besoin. Il le sentait, il en voulait plus. Beaucoup plus. Encore davantage. Ses jambes relâchèrent leur étreinte, s’enroulant autour de celles de Scott, ses pieds s’arrêtant parfois en haut des cuisses de l’autre homme pour lui donner le rythme et l’inciter à aller plus vite. Et la rapidité échauffait chacun de ses membres, l’obligeant à se cambrer, sa tête glissant parfois vers l’arrière tandis qu’il s’agrippait à tout ce qui pouvait se trouver à sa portée, ses poings se resserrant sur les draps lorsqu'il sentait que la peau de Scott n'aurait pas pu supporter d'autres griffures. « I love you too », cria-t-il à moitié, ces quelques mots étant les seuls qui puissent encore franchir le seuil de ses lèvres à présent. Il avait perdu l’ensemble de son vocabulaire dans les coups de rein de Scott, son monde était réduit à néant. Il n’était plus vraiment lui-même, ivre des baisers et va-et-viens puissants qui le rendaient complètement fou et qui l’obligeait à gémir de plus en plus bruyamment. C’en était tellement trop que ses mains se plaquèrent sur les fesses de Scott, s’agrippant à elles pour accélérer la cadence, ses ongles remontant lentement jusqu’au creux des reins du blond pour y laisser des marques à la hauteur de son plaisir. Plus vite, il voulait que Scott aille plus vite. Finalement, ce n’était pas si grave si tout se terminait rapidement. Il avait besoin de ces mouvements rapides et profonds pour atteindre cette sensation qu’il n’avait encore jamais connu avant ce jour précis. Si Dieu était à l’origine d’une telle jouissance, de ce plaisir divin, il promettait d’être encore plus croyant et pratiquant qu’avant...

Luya s’agrippait aux cheveux blonds de Scott tandis qu’il mordait son oreille sans aucune douceur, s’arrêtant parfois pour laisser retomber sa tête avant de crier le même prénom, encore et toujours. Il le suppliait d’être plus rapide sans même le dire, laissant son corps s’exprimer à sa place pour faire comprendre ce dont il avait le plus besoin. Luya Sparks n’existait plus, mais pour la première fois, il était vivant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Jeu 9 Mai - 0:16

Scott n'avait jamais été croyant. Et pourtant, il était certain que chaque coup de reind le rapprochait de quelque chose de... de... Divin. Luya était son paradis, ce corps en dessous du sien qui ne cessait de remuer, ces pieds contre ses jambes qui le pressaient et le conjuraient d'aller plus vite, ces mains là dans ses cheveux qui tiraient alors que l'autre homme était en train de le supplier... Heaven. Voilà ce que Scott faisait à cet instant-là, il était en train de détruire quelque chose de pur et de le transformer en quelque chose qui était complètement et terriblement à lui. C'était son prénom qui quittait les lèvres de Luya, son prénom qu'il ne cessait de répéter comme une vague prière, une litanie sans fin, alors que son souffle caressait la peau de Scott, ce simple geste suffisant pour que Scott se sente pleinement en vie. Quelque chose de divin, quelque chose de bon, quelque chose qu'il n'aurait probablement dû jamais avoir. ll se sentirait toujours coupable, toujours coupable parce que Luya disait l'aimer lui et pas un autre, toujours coupable car il savait qu'il n'était pas parfait et qu'il ne serait jamais à la hauteur. Tant pis. Tant pis, Scott voulait essayer, Scott voulait aimer, il voulait posséder Luya il... Il le voulait tout simplement. Il n'y avait pas d'autre mot pour décrire ce qui se déroulait à cet instant précis, cette seconde, fatale, brutale, parfaite, où leur corps ne formaient plus qu'un seul corps et que Scott était totalement perdu dans Luya et qu'il réussissait même à couper le souffle de l'autre homme, ce dernier s'aggrippant à sa peau, à ses cheveux, à n'importe quoi avec tout ce qu'il avait. Want. Nothing else. Pure and raw want. Ils n'étaient plus vraiment eux même, ils n'étaient plus vraiment des êtres humains, il n'étaient rien... Juste des images d'eux-mêmes qui se déplaçaient et qui satisfaisait leur envie et leur désir les plus bestiaux. Luya voulait Scott, il voulait que Scott soit toujours en lui, toujours plus vite, encore plus vite. Scott voulait donner à Luya tout ce qu'il n'avait jamais pu avoir, ruiner Luya pour les autres et faire que lorsqu'il ressortirait d'ici, il serait bancal, autant sur le plan émotionnel que sur le plan physique. Il voulait donner et il voulait prendre avec la même intensité.

Il voulait Luya.

"I love you. I'm making you mine, understand that? Mine." grogna Scott, ses coups de hanches répondant enfin aux besoins de Luya, toute notion de rythme ayant désormais disparu, Scott ne faisant que clamer Luya en tant que sa propriété personnelle. People are going to notice Luya, people are going to see that I stole a piece of your soul and that you stole a piece of mine. Everyone will see what we've done, there's no escape. Tout le monde saurait qu'ils étaient coupables, tout le monde saurait à quel point Scott aimait Luya et très certainement que personne ne serait en mesure de comprendre. Personne. Respirer devenait de plus en plus dificile, car aussi proches, voulant toujours s'embrasser, ils se volaient leur air mutuel et tout ce que Scott pouvait distinguer autour de lui, c'était Luya. Sa bouche se referma sur la clavicule du jeune homme, léchant la peau qui s'y trouvait là, ses mains sur les genoux de Luya, les utilisant dans cette position si particulière pour pouvoir continuer de pousser. Just one more and we'll be fine. Just one more. C'était un mensonge et Scott le savait, Luya n'était que mouvement sous lui et toute notion de contrôle avait disparu. Luya bougeait et ondulait comme s'il savait exactement ce qu'il faisait, exactement quoi dire ou quoi faire pour rentre Scott fou, Luya était sensuel, passionné et irrésistible sans même sans rendre compte. La façon dont il bougeait était purement sexuelle et rendait son désir plus qu'évident. Il bougeait en parfaite synchronie avec Scott, le mouvement de ses hanches provoquait quelque chose de nouveau chez le blond et il était là, à chaque coup, son corps prêt à rencontrer et accueillir celui de Scott. C'était absolument merveilleux à regarder, Scott avait toujours été fasciné par la différence notable entre le jeune homme qui avançait dans la vie de tous les jours et le Luya qui l'embrassait et qui lui disait d'enlever ses vêtements. Ce même Luya qui lui faisait comprendre à quel moment précis il fallait que Scott écarte les jambes et quand est-ce qu'il allait enfin avoir ce qu'il voulait. Scott savait toujours à quel instant Luya allait se laisser complètement aller et le posséder. Dans la chambre, il n'était pas réservé ni même hésitant, dans la chambre Luya avait toujours été roi et il dominait. Un roi bien clément et qui avait toujours su comment satisfaire Scott. Toujours. Combien de fois le blond avait-il hurlé le prénom de Luya, qu'il avait fermé les yeux alors qu'il s'abandonnait à son propre plaisir contre les couvertures, un seul nom et une seule personne graver dans son esprit. Luya était tellement doué qu'à chaque fois, il avait réussi à toucher le coeur de Scott et au final, l'infirmier avait succombé et il était tombé amoureux de lui.

Et voilà où ils se retrouvaient aujourd'hui, Luya sous lui, Luya toujours aussi vorace, Luya toujours aussi affamé. Luya était toujours souverain dans leur situation et il avait tout: la couronne, le coeur, le corps et l'âme de Scott, il pouvait tout prendre, tout prendre Scott ne se souciait plus de rien. Il ne savait plus qu'une seule chose. "Mine to love and to protect. Mine." Une seule chose, que Luya était à lui et qu'il était à Luya. Cette seule et unique certitude et rien d'autre. Rien d'autre. C'était grâce à cette simple information que Scott continuait de bouger, lui aussi, manquait désespérément d'air mais tant pis... Il avait Luya. Il avait Luya partout autour de lui, qui l'entourait, l'appelait, l'aimait. Il ne lui fallait rien d'autre, absolument rien d'autre. Oh et la chute allait être tellement délicieuse. Oui, Scott connaissait l'issue et il avait hâte de la montrer et de la partager avec Luya. C'était comme s'ils courraient main dans la main en direction d'un gouffre infini. Ils étaient à bout de souffle, tant pis, ils ne courraient plus aussi vite qu'au début, mais tant pis, ils allaient finir par arriver à la fin de cette course effrénée et la victoire serait belle, franche et commune. Voilà ce qui allait arriver. "I'm so fucking close." murmura Scott tout contre l'oreille de Luya, il savait que son corps arrivait à ses limites, et quelque part il s'en voulait car il voulait en donner toujours plus à Luya. Pas comme ça, pas aussi brutalement, pas aussi rapidement, Scott était en train et allait perdre pied, ce n'était plus qu'une question de secondes à présent. Il prit une profonde respiration, le parfum enivrant de Luya l'envahissant soudain et il se redressa, décollant légèrement son corps de celui de Luya. Le blond se retrouvait à genoux dans le lit à présent, les jambes de Luya de part et d'autre de son corps, l'homme ralentissant légèrement la cadence. Ses yeux, d'un bleu foncé quasiment noir à présent, voyagèrent sur le corps de Luya, son regard beaucoup plus doux et intime que ce que le reste de son corps était en train de faire, ses mains gardant les jambes de Luya à leur place. Il avait laissé des marques sur le cou de son amant, les mains de Luya serraient les couvertures comme si sa vie en dépendait, ses mains quasiment rouges même tout comme ses joues, même sa poitrine portait une certaine rougeur, lui qui d'ordinaire avait la peau si pâle et qui paraissait toujours bien propre sur lui... Là tout de suite, bougeant avec Scott, Luya n'était rien d'autre que le pêché incarné.

Une des mains de Scott se plaça sur ses lèvres, retraçant la peau qui était fissurée par endroit. Ses doigts poursuivirent le voyage tout aussi lentement, caressant le menton de Luya, puis son cou, sa clavicule, et bien évidemment, sa cicatrice. Scott pensait chaque mot et ce malgré la réaction que cela avait provoqué chez Luya. Luya ne lui avait jamais dit l'histoire derrière cette cicatrice, Scott avait juste deviné... Un jour, peut être qu'ils en parleraient. La main de Scott continua son périple, s'arrêtant quelques instants sur les têtons de Luya, la peau particulièrement sensible à cet endroit. Il descendit toujours plus bas, traçant lentement son abdomen, sa main une parfaite contradiction avec ses hanches. Toujours. Scott se mordit la lèvre inférieure alors qu'il allait toujours plus bas, sa main finissant par se refermer sur le membre de Luya, ne perdant pas de temps alors que son poignet bougeait déjà. Il voulait que Luya et lui perdent le contrôle en même temps, oui, qu'au même moment ils arrêtent leur course et plongent tout simplement. "God Luya look at me, I need you to look at me while I'm doing this... please, look at me. I love you. You need to let go. You can let go now, I've got you." Scott prononça la dernière partie de sa phrase alors que sa main se resserait quelque peu, le tout accompagné d'un coup de rein plutôt franc. La chute n'était jamais le problème au final, mais Scott était là pour rattraper Luya, toujours là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Jeu 9 Mai - 17:56

Luya se souvenait parfaitement de la fois où on lui demanda ce qu’il voulait devenir. Il s’était retrouvé désemparé. Le garçon n’était pas bien vieux mais il savait déjà faire tout un tas de choses comme réciter ses poèmes préférés, courir jusqu’à ce que son corps ne puisse plus tenir le rythme et craque sous le poids de l’effort ou encore se noyer dans les livres. Enfant, il adorait griffonner quelques mots doux pour les cacher dans le parapluie de sa mère. Ainsi, lorsqu’elle l’ouvrait, la mine triste et abattue à cause de l’averse qui s’apprêtait à la glacer, des dizaines de déclarations se déversaient sur elle, révélant l’écriture sommaire mais pourtant très appliquée de son deuxième fils. « Une pluie d’amour pour ma Maman », écrivait-il entre autre. Elle finissait par disparaitre happée par la grisaille de l’automne, son sourire prenant alors la relève du soleil, illuminant le reste du monde. Voilà ce que Luya était capable de faire, ce dont il était certain. Il vivait pour le présent, pour ces petites démonstrations quotidiennes qui l’enchantait, n’espérant jamais rien en retour, toujours ravi de se vouer corps et âme aux rares personnes auxquelles il avait réussi à s’attacher, parfois bien malgré lui. Lorsqu’il s’agissait de prédire l’avenir, de dire avec certitude ce qu’il serait dans cinq ou dix ans, il n’en était pas capable. Il n’avait même pas envie de se chercher un domaine de prédilection, un métier qu’il trouverait peut-être plus passionnant que les autres, des perspectives qui semblaient plus alléchantes. Non, Luya n’avait jamais songé à tout ceci. Il avait été contraint de faire un choix au moment venu, mais avant cet instant fatidique, il n’était sûr de rien. Il était veilleur de nuit, il aurait pu être n’importe quoi d’autre du moment qu’il n’était pas dérangé... Il adorait le passage dans son livre favoris où le héros se disait vouloir travailler dans une station pour distribuer un peu d’essence aux voyageurs, lieu commun et banal qui ne nécessitait pas la parole ni même l’ouïe ; et ce même héros confiait qu’il aurait pu vivre ainsi sans aucune difficulté, faisant croire au reste du monde qu’il était sourd et muet. Voilà ce que Luya souhaitait au plus profond de lui-même. Prétendre qu’il n’existait pas, qu’il n’était pas même là, que le monde l’oublie et ne fasse pas attention à lui. Parfois, lorsque les journées devenaient trop longues et le temps trop pesant, il demandait à Dieu de le laisser repartir, lui qui faisait partir les meilleurs en premier et qui s’autorisait à prendre la vie de parfaits innocents. Les yeux rivés vers le ciel, les mains jointes, assis devant son lit, il parlait, les larmes ne coulant même plus sur ses joues puisqu’il n'en avait plus. Il était vide. Complètement incapable de ressentir une quelconque émotion qui aurait pu le rendre humain. Et d’une voix détachée, ses paroles s’élevaient, implorant Dieu de l’arracher à cette vie, de l’achever purement et simplement. Il priait pour un signe, n’importe quoi qui aurait pu le sauver. Combien d’accidents tragiques, combien étaient partis sans le vouloir tandis qu’il était condamné à rester ici ? Voilà pourquoi Luya n’avait jamais songé à l’avenir. Parce qu’il était convaincu, au plus profond de son être, qu’il n’était pas fait pour vivre et qu’il allait bientôt partir. Il grandissait avec cette amertume, ce goût étrange qui ne quittait jamais ses lèvres, vivant avec la certitude qu’il ne serait jamais vieux, qu’il ne verrait pas naître de rides sur son visage et que son reflet n’aurait pas de cheveux blancs. Luya ne voulait rien être.

Dieu n’avait toujours pas entendu ses prières. Scott l’avait fait à sa place.

Et Scott se chargeait très bien de le réduire à néant, de l’extraire un instant de son esprit pour le libérer. Enfin. Il n’était plus lui-même, et c’était tout ce que Luya avait souhaité pendant des années. Une ombre, un fantôme, un être réduit à rien d’autres qu’à des gémissements, pour ne pas dire des cris et quelques autres supplications inaudibles. Scott le détruisait oui, et malgré la cadence, c’était doux, essentiel et peut-être même vital. Il avait besoin qu’on le brise, qu’on lui ôte toute notion de réalité ou de jugement, que son esprit devienne soudainement confus et incapable de faire les bons choix. Crier ? Ce n’était pas dans son habitude, mais tant pis. Il le regretterait certainement, ne pouvant vivre avec l’idée qu’il était un simple pêcheur, comme tout le monde, comme toutes ces âmes perdues qui fréquentaient les bancs de l’église ; mais pour l’instant, il sentait qu’il en avait besoin et qu’il ne pouvait pas se contrôler. Alors il criait, sans arrêt, le même prénom, les mêmes mots, le souffle court et les cheveux complètement décoiffés à force de frotter contre l’oreiller, de se cambrer, de tourner la tête de droite et de gauche pour essayer de retrouver ses repères, de s’assurer que tout était toujours bien en place. Le monde tournait toujours dans le même sens, il n’y avait que Luya qui avait changé, qui s’était autorisé à devenir autre chose, un animal qu’on avait encore jamais découvert, une chose, une forme floue et indécise, une minuscule parcelle de lui-même que Scott était en train de posséder. Pour la première fois. « I'm so fucking close. » Le murmure du trentenaire raisonna longtemps dans la tête du jeune brun, faisant écho à ses propres plaintes, ses doigts se crispant soudainement sur le dos parfait de Scott qui était maintenant couvert de griffures. Lorsque tout serait terminé, il leur resterait au moins ces traces pour se prouver qu’ils n’avaient pas rêvé cette étreinte, ils l’avaient vraiment vécue. Luya était tellement perdu et égaré, plus capable de se contenir et de retenir sa vraie nature qu’il se risqua à répondre à Scott avant que ce dernier ne se relève. « Just... Keep going. Don’t stop. Never... Feels so good. SO. GOOD. » Ses paroles étaient perturbées par le rythme de leurs mouvements et ses pensées saccadées, tant et si bien qu’il ne se rendait toujours pas compte qu’il s’exprimait d’une manière qui ne lui correspondait pas tellement et qu’on l’entendait peut-être ailleurs, dans les appartements voisins.

La nouvelle position adoptée par Scott était encore plus insoutenable et Luya laissa échapper une plainte encore plus vorace que les autres, la bouche grande ouverte et les yeux fermés, il avait l’impression qu’il ne pourrait pas survivre à davantage de plaisir. Cette sensation n’était en rien comparable à celle qu’il avait pourchassé pendant trois ans. Il ne savait pas vraiment si c’était mieux, il n’avait plus les capacités de faire la comparaison actuellement. Il se contentait de prendre ce que Scott voulait bien lui donner, et si c’était ça, si cette fois représentait tout l’amour que l’infirmier s’était retenu de lui offrir pendant les trois dernières années, alors Luya était prêt à tout pour lui laisser une chance et être aimé encore et encore. La main de Scott caressa doucement les lèvres du beau brun avant de s’aventurer sur le reste de son corps, s’attardant au passage sur sa cicatrice. Non, Scott. Luya rouvrit les yeux, et malgré tout ce qui était en train de se produire, son regard fut glacial. L’espace d’un instant seulement, une fraction de seconde durant laquelle son corps ne s’arrêta pas pour autant de bouger et de lui faire subir l’amour de son partenaire. Mais il ne pouvait pas supporter ça une fois encore. Il fallait vraiment que Scott songe à oublier cette cicatrice, tout comme Luya tentait de le faire depuis plus de cinq ans maintenant. Oui, il se l’était infligée à un moment où il lui avait semblé que la vie était devenue insupportable au point qu’un bout de verre déchirant sa peau ne pouvait définitivement pas paraître pire. Oui, il avait cherché à se prouver qu’il pouvait ainsi supporter toutes les douleurs, même les plus vives, même celles assenées par les autres. Oui, il avait choisi de s’attarder sur une plaie physique plutôt que sur toutes les souffrances psychiques qui continuaient de le torturer sans qu’il puisse vraiment comprendre pourquoi. Oui, il avait échoué et s’était abaissé à ce genre de pratique, affichant maintenant sa faiblesse aux yeux de tous lorsque par hasard, il était dépourvu de vêtement pour couvrir son torse. La main de Scott reprenait sa course et Luya s’apaisait comme par magie, oubliant ce court instant où il avait retrouvé ses esprits et où il s’était mis à penser plus vite que la musique, plus rapidement que la chaleur qui le faisait s’enflammer.

La main de Scott s’arrêta à l’endroit où Luya en avait le plus besoin tandis que le blond l’invitait à le regarder. Non, il ne l’invitait pas ; son regard était devenu nécessaire. Lui, Luya, avait réussi à se rendre essentiel alors qu’il cherchait à n’être rien d’autre qu’un véritable spectre. Sans plus attendre, il s’exécuta, ses yeux se plongeant profondément dans ceux de Scott, aussi loin que les reins de l’infirmier dans les siens mais avec plus de douceur et d’amour. Et cette main qui continuait de s’agiter sans cesse, en rythme avec leurs deux corps qui se fondaient l’un dans l’autre avec tellement de grâce et d’harmonie que c’en était devenu insoutenable. Luya s’agrippait aux draps, de peur d’atteindre le septième ciel beaucoup trop rapidement ; à l’aide de ses poings, il s’attachait à ce lit de peur de s’envoler sans Scott. Il avait de plus en plus de mal à ne pas bouger et se cambrer encore davantage, ses yeux se refermant souvent sous l’effet du plaisir avant qu’il ne se souvienne qu’il ne pouvait pas se permettre de quitter Scott du regard. Non, impossible. C’était la première fois qu’ils le faisaient de cette manière, il était hors de question de ne pas finir ensemble, Scott au-dessus de lui, son corps dans le sien, leurs pupilles unies et s’enlaçant elles aussi. Ils se rapprochaient dangereusement du vide, prêts à s’offrir un saut dont ils parleraient encore dans les jours, voire les semaines à venir, c’était évident... Luya continuait de s’époumoner, déglutissant parfois difficilement lorsqu’il tentait de reprendre son souffle, hypnotisé par les cheveux de Scott qui bougeaient avec la même intensité que le corps du beau blond. Les coups de reins francs et secs du trentenaire allaient bientôt avoir raison du jeune brun, qui priait maintenant pour que ça s’achève, pour qu’ils en finissent avant qu’il devienne complètement fou et qu’il ne puisse plus jamais retrouver l’usage de ses fonctions cérébrales et tout ce que cela pourrait impliquer.

C’est alors que Luya se laissa aller, comme le lui avait suggéré Scott quelques secondes auparavant. Ses muscles se crispant, sa mâchoire se refermant soudainement pour emprisonner les derniers sons qu’il était encore capable d’émettre, il fut agité par de multiples spasmes qu’il ne pouvait pas arrêter, l’intégralité de son abdomen se contractant au point de lui faire mal et de le faire suer encore davantage. Il devait avoir l’air ridicule alors qu’il essayait de garder ses yeux complètement ouverts quand la réaction naturelle aurait voulu qu’il les close pour apprécier cette explosion de plaisir inqualifiable, mais qu’importe. Voir Scott avoir le même genre de réaction, le sentir se produire au creux de ses reins et le lire sur son visage était certainement la plus belle des visions, et Luya ne l’aurait manquée pour rien au monde. Scott se mit à ralentir jusqu’à l’immobilité la plus totale puisqu’ils étaient enfin libérés, reprenant son souffle petit à petit, les joues de Luya ne palissant toujours pas tandis qu’il se rendait compte à quel point sa gorge était sèche. Le garçon n’avait plus de mot, Scott ayant tout pris. Il lui avait volé une partie de son âme pour lui offrir un plaisir sans pareil en échange. Luya caressait doucement le ventre de Scott avant que ce dernier ne vienne s’écraser contre le torse du veilleur de nuit, sa tête blottie dans son cou, incapable de bouger. À l’aide de ses jambes, Luya bloquait Scott pour ne pas qu’il se retire trop rapidement. Il voulait qu’il reste là, qu’il le comble encore jusqu’à ce que ne soit plus possible. Pour l’heure, il souhaitait le sentir encore, même s’il était immobile et inerte au creux de ses reins tièdes, échauffés par cette étreinte sans précédent. Luya retrouvait peu à peu ses esprits, glissant ses doigts dans la chevelure blonde de son amant, découvrant au passage quelques gouttes de sueur qui le firent sourire. Était-ce un léger rictus de fierté ? Certainement. Pour une fois que Luya ne se sentait pas coupable. Pour une fois qu’il n’avait pas envie de partir. Il serrait Scott tout contre lui, chuchotant doucement à son oreille. « You were perfect. » Il continuait de le caresser, comme s’il essayait de bercer un enfant, doucement, cherchant par tous les moyens à le vêtir de son amour, maintenant que Scott s’était abandonné, toujours nu contre lui. « You were amazing, Scott. » Il posait de délicats baisers un peu partout sur son visage. « I love you so much. I love you. I. Love. You. » Il aurait pu le répéter à l’infini, pendant des heures, pour que Scott devienne complètement ivre juste sur ces trois mots. « I’m yours now. I’m yours. And I always will be. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Mar 21 Mai - 0:00

Scott pensait connaître la valeur d'une seconde. Il pensait....Qu'il connaissait sa saveur, qu'il savait à quel point une précieuse seconde pouvait être fatale et tellement formidable à la fois. Il pensait également tout savoir des minutes, celles qui arrivaient et qui survenaient, clémentes, toujours là pour le délivrer. Il pensait aussi avoir saisi les heures, celles qui étaient vides, celles qui étaient sombres mais également celles où les sourires étaient permis et là où les rêves prenaient naissance. Il se trompait lourdement. Que pensait-il? Qu'après un certain temps passer tout seul, il pouvait véritablement apprécier la nature des choses? Il avait tort. Le pauvre homme, il avait vu la mort, d'un peu trop près d'ailleurs, il avait vu ce qu'elle pouvait faire sur les autres, lui avait même volé quelques cadavres et à maintes reprises, il lui avait serré la main. L'infirmier estimait donc que cela lui conférait une certaine connaissance sur ce que pouvait offrir une journée. Toutes ces rencontres, son périple avec la faucheuse, ses mains couvertes de sang qui rabattaient la couvertures sur un corps froid... Tout ceci, il l'avait fait tout seul. Personne à ses côtés, personne pour lui tenir la main et le rassurer, et quand bien même cela aurait été le cas, il n'aurait pas accepté la pitié. Pas les regards des gens qui pensaient comprendre. Non, il était silencieux devant sa mère, devant sa soeur, se taisait sur cette partie de sa vie depuis trop longtemps. Uniquement ceux qui avaient été là pouvaient tenter de comprendre et savoir qu'il ne regrettait pas. La vie offrait son lot d'horreur à tout le monde et au lieu de tourner la tête comme la plupart des gens, il avait décidé de saisir cette fatalité par le cou et de tout simplement l'embrasser. Il dansait avec l'Horreur le jour et se glissait dans les bras de Morphée la nuit. Il avait accepté que cela serait sa vie depuis bien longtemps, c'était ce qu'il avait voulu, c'était ce qu'il avait choisi... Là encore, seul sans personne pour l'influencer dans ses choix.

Luya faisait parti intégrante de lui à présent. Luya, qui lui avait fait réalisé à quel point les heures pouvaient être longues quand il n'était pas présent ou lorsque ses mains ne courraient pas sur la peau du blond. Luya encore qui lui avait ouvert les yeux et qui lui avait montré qu'une minute passer à l'attendre pouvait avoir son importance. Luya, qui à présent, se courbant pour aller à l'encontre de Scott, lui montrait qu'une seconde pouvait être merveilleuse. Chaque seconde était parfaite, Scott pouvait toucher ce temps là, ce temps passé avec Luya, aussi sûrement que sa main était refermée sur le membre du jeune homme. C'était parfait, c'était paisible et rapide à la fois, fou et censé, noir et blanc en même temps. Tout était suspendu en apesanteur, au dessus du sol et Scott pouvait observer les objets tomber à sa guise. Cependant, son regard se portait sur une seule personne à présent. Une seule personne dont la chute finale l'intéressait vraiment. Luya.

Son Luya.

Let go. I've got you. Let go, I'll fall with you.
Ce n'était pas une promesse, c'était une certitude. Ses yeux dans ceux de Luya, ses gestes beaucoup plus parlants que n'importe quel discours ou n'importe quel mot. Ils n'y avaient plus de mots entre eux, ce temps là était révolu, ils avaient trop parlé ou pas assez... Peu importe, c'était trop tard. "God... Luya!" Beaucoup trop tard, juste leur deux corps unis pour quelques secondes supplémentaires, cette seconde là, chaque seconde rendant la précédente quasiment inutile et futile. Luya finit par lâcher prise et Scott le sentit. Oui, Luya était présent partout, autour de lui, sur sa peau, dans son coeur, dans sa tête... Absolument partout. Il tremblait alors qu'il se laissait aller contre la paume de Scott, Scott se forçant à garder les yeux ouverts et à regarder. À se souvenir. Il se faisait des souvenirs pour les mauvais jours, pour les jours de pluie, pour les jours où plus rien n'aurait de sens et que seul le visage de Luya lui apparaîtrait clairement. Des souvenirs qu'il allait conserver partout où il allait, et trop souvent, il le savait, il allait se demander s'il avait rêvé ou pas. Oh cela aurait été tellement cruel si Luya avait été uniquement le fruit de son imagination mais en même temps... Tellement plus... réel. Plus réel et plus facile de s'imaginer sombrer dans la folie, la noirceur la plus totale et un gouffre sans fin, plutôt que d'imaginer trouver quelqu'un qui pourrait l'aimer correctement. Luya avait peut être une cicatrice sur sa peau diaphane mais celles de Scott étaient bien plus nombreuses et enterrées beaucoup plus profondément. C'était les pires des cicatrices, des marques sur son coeur, des marques sur son âme.

Il n'avait pas le coeur lourd à présent, non, il se sentait léger, il se sentait voler alors que son propre corps atteignait ses limites, arrivait à saturation et qu'il s'abandonnait en Luya. Il en fut presque paralysé, il cessa de respirer pendant un moment, son coeur s'emballa, le plaisir, quasiment électrique, parcourant chaque parcelle de sa peau, chacune de ces cellules pour le laisser... Pantelant et chancelant, le prénom de Luya sur ses lèvres. La cadence ralentit jusqu'à ce que Scott finisse par s'arrêter, son corps retombant contre celui de Luya, sa tête nichée dans le creu du cou du jeune homme. Il tentait de reprendre sa respiration, il devait très certainement écraser Luya et l'empêcher de respirer et... Scott ne pouvait pas réfléchir, il ne pouvait tout simplement pas, il était encore à l'intérieur de Luya et il pouvait encore sentir la perfection, la toucher du bout des doigts. He could have cried. Oui, il aurait pu pleurer, pleurer que tout soit déjà fini, de ne pas avoir su en profiter. Il ne voulait pas quitter Luya, pas après avoir connu ça, pas maintenant alors qu'il savait qu'ils fonctionnaient ensemble, qu'ils étaient compatibles et qu'ils étaient parfaits ensemble. Oui. Ensemble. Il émit un gémissement en sentant les mains de Luya contre sa peau. Il avait la peau brûlante, chaque centimètre à vif et les caresses de Luya ne faisait que l'électriser un peu plus. Et ses mots... Scott émit un autre gémissement en l'écoutant, leur étreinte semblant être l'apogée de tout. Les baisers que lui donnait Luya étaient de trop, Scott n'aurait jamais pu penser que son coeur et que tout son être puisse se trouver dans une telle situation. Il était repus. Repus d'amour et d'attention et pourtant, il savait que si Luya lui donnait l'occasion de respirer correctement, il serait en état de lui répondre. Scott écoutait Luya à présent en se concentrant sur sa respiration, tentant de se calmer. Devait-il vraiment quitter le corps de son amant? Devait-il vraiment être raisonnable et s'écarter? Pourquoi ne pas passer ses journées à faire ça, ce qu'ils venaient de faire tous les deux, des caresses, des baisers, regarder Luya se briser et l'appeler pour qu'il le libère. Pourquoi est-ce que ce n'était pas suffisant? Scott avait peur, autant que le jeune homme, il avait peur de la suite, il avait peur de recommencer et d'échouer, il avait peur d'être seul. Il n'était pas seul, il était dans les bras de Luya, Luya l'aimait, rien ne pourrait dépasser cela, aucun instant, aucune seconde ne serait plus précieuse et plus importante que celle là. Il ne serait jamais aussi vulnérable, aussi honnête et aussi... Il était tout simplement, il se sentait bien, sa peau contre celle de Luya et s'il avait été croyant et bien... Il aurait prié pour que ce moment ne se termine jamais.

Oh dear god please, please, chase the sun away. You can keep it, I don't need it. You can even have the moon and take back my heart and that oxyden. I don't need them. I've got him.

Cela aurait été la troisième fois que Scott aurait prié dans sa vie. La première fois, il veillait sur sa soeur, le regard perdu vers Dylan qui était là, livide et pâle dans ce lit d'hôpital, des tubes et des fils qui pendaient à son nez, à ses bras... Il avait prié pour qu'elle se réveille et qu'elle aille bien. Qu'elle aille mieux. La seconde, il avait prié pour pour Maxine. Pendant cette brève période où ils avaient été ensemble, il avait prié pour être normal, pour être en mesure de l'aimer comme elle méritait d'être aimée, pour ignorer ses propres désirs et faire en sorte qu'elle soit heureuse. Maintenant, il priait pour lui, uniquement pour lui. Il voulait être égoïste, il voulait Luya, purement et simplement. Il en tremblait à présent dans les bras du jeune homme, son désir si fort qu'il ne savait comment faire pour... pour continuer de vivre avec. Il prit une profonde et se redressa lentement, prenant appui sur ses avants bras, son visage toujours près de celui de Luya. "I'm only perfect when I'm with you." déclara Scott avant de déposer un baiser sur les lèvres du jeune homme. Un baiser plus chaste et plus innocent que les précédents. Toujours leurs lèvres collées, Scott se retira doucement du corps de Luya, il poussa alors un autre soupir, son regard dérivant sur leur deux corps. "Don't move... Okay?" Il embrassa la joue de Luya avant de se redresser de la manière la plus naturellement du monde, se dirigeant dans la salle de bain. Là bas, il retira le préservatif qu'il jeta dans la poubelle avant d'attraper une serviette propre et de légèrement la mouiller. Il perdit quelques secondes à observer son reflet dans le miroir, il se tourna et remarqua les traces laissées par Luya sur son dos. Des traces qu'il allait probablement garder pendant des jours, des semaines avec un peu de chance.... Scott revint dans la chambre avec un sourire aux lèvres, ses yeux tombant sur Luya, les joues de ce dernier d'une couleur rouge brique à présent. Scott eut un léger sourire alors qu'il s'asseyait dans le lit, il passa la serviette sur le corps de Luya, et plus particulièrement sur le ventre de ce dernier, afin de le nettoyer et qu'il se sente plus à l'aise.

"Here all better now..." dit Scott avec un sourire avant de laisser retomber la serviette sur le sol. Ses doigts se promenèrent alors sur la peau de Luya, commençant par ses hanches. "As much as I would love to just lay down here with you and sleep and probably make love to you again and again..." Son sourire s'élargit alors qu'il reportait son attention sur le visage de Luya. "We need to talk." Ce n'était pas quelque chose que Scott abordait avec plaisir mais tant pis, lui et Luya avaient grillé les étapes. Entre hier soir et aujourd'hui, ils avaient beaucoup de choses à mettre à plat. "We need to talk about what happened this morning, what happened last night, what we are now, what it means. We are together now. You and me. You can't just leave my side like that... Not after...." Scott tourna la tête un instant, faire référence à leur passé après ce qu'ils venaient de partager était quelque chose de douloureux, non pas qu'il en ait honte, non, pas du tout, le sujet restait toujours sensible. "We're going to need some time, to build this, us, slowly. You and me. We need to be in this one hundred percent, you get me? It's okay if you hesitate, but you need to be honest with me. Completely honest ."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Mar 21 Mai - 22:59

Non, Scott ne l’étouffait pas. À vrai dire, c’était même tout le contraire. Luya avait la sensation que si l’infirmier se relevait pour se détacher de son propre corps, il ne pourrait plus respirer décemment, ses poumons le fuyant à l’instant où Scott quitterait ses bras. Il voulait qu’il reste ici, sur lui, blotti contre lui, le souffle coupé et encore tremblant. Luya n’avait jamais osé se l’avouer, mais il adorait voir le trentenaire dans cet état, incapable de dire quoi que ce soit, secoué par des frissons de plaisir, ne pouvant même plus supporter son propre poids. Le brun raffolait de ce regard sur son visage, de sa façon de s’abandonner complètement et de se laisser aller. C’était précisément cette image qui avait hanté ses nuits pendant trois ans. Certes, il ne s’agissait pas des mêmes conditions à l’époque, mais Luya n’en était pas moins fier d’être à l’origine de ce plaisir intense. Il était le seul responsable de ce qui venait de se produire, et le simple fait d’entendre son prénom quitter les lèvres de Scott au moment fatidique manqua de l’électriser une seconde fois. C’était bien lui qui avait provoqué cette réaction, cet instant divin qui ne dura pas assez longtemps selon lui ; il aurait aimé voir Scott dans cet état pendant des heures entières si c’était seulement possible... Et au moment même où cela se produisit, Luya aurait juré avoir senti la chaleur de cette explosion. Alors non, le veilleur de nuit refusait que Scott le laisse respirer en décollant son torse chaud et brûlant du sien, et il voulait le sentir jusqu’à ce que ce ne soit plus possible, jusqu’à que ses poumons et tout le reste de son corps ne puisse plus supporter sa présence. Oui, il aurait pu mourir ainsi. Il l’aurait même fait avec plaisir. Existait-il un tableau plus beau que celui d'un amant qui meurt d’amour ?

Ses membres s’enroulant autour de Scott encore une fois, il passait ses mains dans sa chevelure comme s’il contemplait un trésor, embrassant le front blond de son homme et jouant avec les jolis fils dorés qui encadraient son visage et dans lesquels miroitait quelque chose d'angélique et de céleste. « I'm only perfect when I'm with you. », répondit-il alors. Mais Luya aurait aimé lui faire remarquer qu’il n’avait pas le droit de dire une chose pareille, ni même de la penser. C’était magnifique, indéniablement, et Luya ne pouvait s’empêcher d’être flatté mais au-delà de ça, c’était un merveilleux mensonge, une douce traitrise qui n’avait pas lui d’être. Comment Scott pouvait-il être parfait en sa présence alors que le jeune homme s’était chargé de le réduire en miettes pendant toutes ces années ? Comment l’infirmier pouvait croire qu’il ne méritait pas mieux, qu’il n’était comblé que lorsque Luya était à ses côtés alors que le jeune Sparks l’avait brisé ? Et tandis que Scott n’avait aucune intention de le blesser, prononçant ces paroles avec beaucoup de tact et de douceur, son regard encore imprégné de tout ce qu’ils venaient de vivre, Luya ne pu s’empêcher de souffrir, silencieusement, ne se jugeant pas à la hauteur de ce genre de déclaration. Non, il ne méritait pas cela. Il n’avait pas non plus droit aux baisers qui suivirent. Les caresses et la tendresse de Scott le rendaient dingue et il ne pouvait pas s’en passer puisque c’était justement cela qui lui faisait perdre le contrôle, mais il n’en était pas digne. Lui, dont le seul but avait été de vider Scott de toutes ses pensées et du peu d’énergie qui lui restait pour se sentir exister pendant tout ce temps, ne pouvait tout simplement pas y croire. Tout ce temps perdu... Précieuses heures, minutes et secondes au cours desquelles Luya avait répandu son venin, contaminant sa victime pour mieux l’attirer dans ses filets et la rendre dépendante... Doux compte à rebours vers l’implosion, vers cet instant prodigieusement obscène, cette transgression de la loi divine. Luya n’avait pas remarqué qu’en essayant de maitriser le temps, en tentant vainement de le garder pour lui pour ne pas avoir à le partager avec Scott, il s’était pourri la vie et s’était lui-même empoisonné en refusant l’amour d’un autre. Non, ce n'était pas juste un autre. Ce n'était pas n’importe lequel. C'était Scott.

L’infirmier finit par se relever pour quitter le lit. Leur lit. Oui, Luya avait décidé de s’approprier ce sommier, ce matelas, ces draps et tout ce qui allait avec. Après tout, il lui appartenait un peu puisque c’était l’endroit exact où il s’était offert, autel improvisé, offrande charnelle. Dans dix ans, lorsqu’il regarderait en arrière et qu’il repenserait à ce moment, ce lit serait intact et encore parfaitement palpable. Ce lit était son passé, son présent, et son futur. Il avait donc le droit d’en faire son territoire et son royaume, et l’idée d’être souverain sous cette couette l’enchantait particulièrement. Il attendait sagement que son prince revienne, allongé et toujours nu, son regard ne songeant pas un instant à quitter le plafond et les murs environnants. Il ne voulait pas voir, surtout pas se rendre compte que ce qui venait de se produire dans cette chambre, leur chambre, était bien réel, et que la preuve de leurs ébats trainait quelque part sur son abdomen. Rien que d’y penser, Luya en avait des frissons. Il avait l’habitude de s’abandonner dans les reins de Scott et de le voir en faire de même sur les draps, mais ce n’était pas son problème à ce moment-là. Luya n'avait pas été aussi prévoyant, pas aussi habitué, pas aussi soigné et attentif aux besoins des autres. À l'époque, il n’était pas sobre non plus, et mine de rien, cela jouait beaucoup... Actuellement, le brun n’avait pas d’alcool dans le sang pour venir pervertir ses pensées, pour lui faire croire qu’il était le seul maître à bord et que Scott ne valait rien. Il n’avait rien bu, et il était pleinement conscient de tout ceci, des gestes qu’il avait effectué sans aucune gêne, du plaisir qu’il avait pris et ce à quoi Scott l’avait réduit... Il était honteux, se sentant déjà coupable de s’être laissé tenté et d’y avoir pris goût au point de déjà songer à la prochaine fois. Il cacha sa tête dans ses mains, ne bougeant toujours pas, paralysé et priant pour que Scott revienne rapidement avant qu’il ne se noie dans toutes les pensées négatives qui commençaient à refaire surface...

Naturellement, le trentenaire ne tarda pas, mais le moindre instant sans lui semblait être une éternité aux yeux de Luya... Le jeune homme libéra son visage, repoussant ses doigts qui servaient de barreaux à sa prison improvisée, respirant enfin, parcouru d’une chaleur incontrôlable, ses joues se mettant à rougir, s’embrasant vivement sans qu’il ne puisse rien faire. Mince. Parviendrait-il un jour à s’habituer au fait que Scott puisse le voir dans cet état ? Non, certainement pas. Jamais. Il n’avait pas particulièrement honte de son corps. Il ne se trouvait pas beau et avait du mal à comprendre qu’on puisse le désirer autant, mais ce n’était vraiment pas ce qui le préoccupait le plus. Vraiment, le plus difficile était de devoir accepter le regard de Scott alors qu’il venait tout juste de faire le pire devant lui, qu’il avait osé crier et supplier pour en avoir plus, encore plus, toujours davantage. Comment pourrait-il le trouver pur après ça, après cette étreinte ? Il était l’incarnation même de la tentation et du pêcher, vil serpent qui avait réussit à convaincre Scott de goûter au fruit défendu... Ce dernier se chargeait d’ailleurs d’essuyer ses fautes, de lui pardonner son manque de retenue avant de lui parler, lui sourire et de placer une main sur sa hanche, comme si ce n’était pas grave, comme si c’était anodin et que ça n’avait pas d’importance. Malgré tout ce que Luya avait pu dire ou faire, malgré ses cheveux ébouriffés et malgré ses lèvres encore rouges, Scott restait à ses côtés, assis sur le bord du lit, l’observant sans le juger. Luya prit une grande inspiration sans même s’en rendre compte, recouvrant ses membres inférieurs à l’aide de la couverture en prenant soin de garder la main de Scott tout contre sa hanche, rassuré par cette présence.

Luya se doutait de ce qui allait suivre. Il avait beau être novice, il n’était pas stupide et il savait qu’il était peut-être temps pour eux de briser la glace et d’avoir une discussion sérieuse sur ce qu’ils attendaient réellement l’un de l’autre. Il était évident que leur relation avait besoin de bases solides sans quoi ils ne pourraient jamais rien construire en commun. Alors même si la première phrase de Scott manqua de le faire craquer une seconde fois, il s’attendait aux mots un peu plus solennels qui suivirent. Il écoutait sagement, ne quittant pas sa moitié des yeux, ne songeant même pas à l’interrompre et lorsque Scott se tut à nouveau, Luya rompit le contact oculaire, son regard fuyant l’espace d’un instant, n’osant plus vraiment regarder la réalité en face. Après quelques secondes, il se décida à s’asseoir dans le lit, les draps recouvrant toujours la partie inférieure de son corps. « I get it. I get you. », se décida-t-il enfin avant de baisser la tête pour observer la bataille que ses doigts étaient en train de mener les uns contre les autres. Il soupira avant de reprendre avec la plus grande peine du monde. « Well, to be honest... I was scared. This morning, when I woke up, I was scared. I was afraid you would wake up and that you would see me lying next to you and I guess... I guess I was afraid you would realize that this is not what you wanted. Because, who would want me ?... » Il soupira une nouvelle fois, ne relevant pas la tête pour autant. « I mean, after all I’ve put you through, I’d get that you would not want me anymore... I clearly don’t know how to behave, I’ve never been in a relationship before, I’ve never been honest, I’ve never had breakfast with anyone else but my mom and my brother... And I thought I was ready, but obviously... Look, I want to be with you, that’s the one thing I know for sure. But the thing is I don’t know how to be with you... And the only relationship I can refer to is my parents’ and... » Luya s’interrompit brusquement. C’était tellement évident qu’il ne l’avait jamais remarqué avant cet instant précis. Les yeux rivés sur ses mains, Scott devait certainement attendre la fin de sa phrase, l’écoutant attentivement. Mais le parallèle que Luya venait de faire dans sa tête l’empêcha de reprendre... Depuis sa naissance, il avait assisté aux départs incessants de son géniteur qui faisait ses valises à peine une semaine après être rentré, profitant de quelques moments de complicité avec ses fils avant de repartir à l’autre bout du monde. Son père avait fuit, toute sa vie durant, s’arrangeant pour prendre les avions dont les départs étaient prévus au beau milieu de la nuit afin de s’assurer que sa femme et ses enfants ne le verraient pas disparaitre, happé par le ciel noir et étoilé. Personne n’était jamais témoin de ces instants où il mettait ses chaussures avec la plus grande discrétion avant de s’éclipser, comme s’il n’avait jamais existé, comme s’il n’avait jamais foulé le sol de cette demeure que les Sparks avaient osé qualifier de «familiale». Elle ne l’était pas le moins du monde. Ainsi, Luya se demanda s’il n’avait pas ça dans le sang. Like father, like son. Était-il voué à répéter ce même schéma ? C’était tellement stéréotypé qu’il aurait pu en avoir la nausée. Mais il était hors de question qu’il embarrasse Scott avec ses histoires, pas quand ils devaient parler d’eux plutôt que de lui, qu’il s’agissait de leur couple et non de sa pauvre petite personne (qui n’était certainement pas à plaindre). «... And that’s not a good example. »

Luya jugea qu’il était temps pour lui de glisser de l’autre côté du lit, se relevant pour se rendre vers ses affaires qui trainaient encore par terre pour essayer de dénicher ses sous-vêtements. Soulevant son jean à une main, l’autre étant naturellement placée à l’endroit le plus intime de son anatomie (aussi étrange que cela puisse paraître, Luya était pudique), se dépêchant d’enfiler la chose une fois qu’il s’en était saisi. « Anyway... », dit-il alors qu’il était en train de se rhabiller, et seulement vêtu de son boxer, il se retourna pour regarder Scott. Enfin. «... If I have to be honest, I would like you to trust me. I know it’s probably way too much to ask, especially after... Well, you know... » Il passa une main nerveuse sur sa nuque, encore gêné de devoir aborder les évènements passés. « You can ask me anything, I swear I’ll tell you everything that’s in my head or in my heart. I won’t lie to you anymore, and if there’s anything that I don’t feel comfortable with, I swear I’ll tell you. But you’ll have to trust me. Or try at least... And if you hesitate, you just have to remember what just happened, and you’ll know that I’m yours and that I would never hurt you again. Do you think you can do that ? » À mesure qu’il parlait, Luya se rapprochait doucement de l’endroit où Scott était assis, ne souhaitant pas le brusquer, prenant son temps pour réduire le peu d’espace qu’il y avait encore entre eux. Lorsqu’il arriva enfin à hauteur de l’autre homme, il était silencieux, et il resta planté là pendant de longues minutes certainement avant de se décider à faire un dernier pas en avant, investissant les genoux de Scott. « Now, I know we still have a lot to sort out, but I’d appreciate it if we could just... lie down. » Ses bras autour du cou du blond et sa tête blottie dans le cou de ce dernier, il voulait simplement qu’il le serre contre lui et qu’il ne le lâche plus jamais. C’était chaste et tendre, et Luya n’avait aucune idée derrière la tête - même s’il se doutait bien qu’il jouait avec le feu, assis face à Scott, les jambes écartées et le torse nu. « Don’t get me wrong, we can talk if you want to. It’s just... You know I’ve never done it before... Not like that. So right now, I wouldn’t mind staying in your arms forever. » Il voulait profiter de chaque instant et il en avait assez de se poser des questions. Il voulait simplement rester comme ça, à sentir le battement du coeur de Scott tout contre le sien, se baigner dans la chaleur de son corps et s’endormir... Peut-être fuyait-il encore. Peut-être. Mais il ne le faisait pas de manière consciente. Et de toute manière, Scott pourrait toujours le rappeler à l’ordre... « If you’d let me, that is. », dit-il dans un souffle, fermant les yeux, espérant de tout coeur qu’ils pourraient enfin partager des instants normaux. Surtout après sa première fois. Scott pouvait au moins se féliciter d'avoir réussi à faire parler Luya ; il n'avait pas été aussi bavard depuis... Depuis toujours.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Dim 26 Mai - 15:29

I want you Luya, and you shouldn't care so much about the rest of the universe. Voilà ce qu'avait envie de répondre Scott alors que l'autre homme lui expliquait pourquoi est-ce qu'il s'était encore réveillé dans un lit vide ce matin. On pourrait penser qu'au bout de trois ans, Scott se serait habitué, mais il n'en était rien, c'était toujours cette même blessure, brûlure même lorsqu'il ouvrait les yeux, tournait la tête et constatait que le lit était vide. Au début, cela ne l'avait guère étonné, qu'était Luya dans son monde à part un vulgaire coup d'un soir? Il était tellement désespéré, tellement seul qu'il aurait été prêt à s'accrocher à n'importe quoi, alors il se passait une main dans les cheveux et passait à autre chose. Ça, c'était les premiers mois. Au bout d'un an, Scott avait su qu'il ne pouvait plus se mentir à lui même et ce qu'il ressentait, à chaque lendemain après Luya, n'était pas juste quelque chose d'anodin. C'était plus profond, c'était un sentiment d'abandon et de solitude profonde qui l'envahissait alors. Comme si une vague froide et glacée franchissait les barrières de son âme à ce moment précis et refroidissait son coeur. Son coeur qui battait trop vite, beaucoup trop vite et qui était prompt à aimer trop rapidement. Mais était-ce de l'eau? Et si oui d'où venait cet océan, et si oui eh bien que quelqu'un le fasse s'assécher, que quelqu'un tarisse ce lit d'eau et que Scott puisse enfin être tranquille. Était-ce véritablement de l'eau? Parfois, il avait l'impression que c'était du sang, le sien, celui de tous ceux qu'il n'avait pas pu sauver, peu importe, c'était ça qui envahissait son coeur et le laissait... froid. Lorsque Scott faisait des cauchemars, il ne rêvait jamais de son temps passé à l'armée, des bombes qui résonnaient au loin, de la chaleur environnante... Non. Il se voyait seul, seul au dessus d'une marre de sang, la couleur d'un rouge trop éclatant, et toujours il était seul. C'était ça son véritable cauchemar et ça, sa véritable peur. Luya devait-il le savoir? Oui, il le devait et il devait également savoir que lorsqu'il n'était pas là, Scott pensait toujours à lui. Ce n'était pas quelque chose qu'il pouvait repousser loin, dans le fond de son esprit et ne plus y penser. Luya faisait parti intégrante de lui et quelque part, Scott aimait à penser que lorsque son coeur battait, il le faisait un peu pour Luya aussi. C'était complètement stupide il le savait mais que pouvait-il y faire... Le pauvre homme, il était amoureux. Alors il aimait. Il aimait Luya au point qu'il pouvait tout lui pardonner et tout effacer, même ces trois années.

Il comprenait et écoutait le jeune homme, ne faisant aucun commentaire alors que ce dernier se confiait à Scott, pour la première fois, lui avouant que la relation entre ses parents à lui ne pouvait constituer un point d'ancrage. C'était un sentiment que Scott ne connaissait que trop bien. Il était né et il était arrivé dans ce monde sans père, il avait accepté son sort depuis longtemps tout comme il avait accepté que sa mère ne trouverait plus son bonheur dans une relation ou même dans un second mariage. Elle avait l'air tellement heureuse lorsqu'elle lui parlait de son père ou même lorsqu'elle lui montrait des photos de ce dernier, elle n'avait eu qu'un seul véritable amour et ensuite, elle s'était laissée allée, ensuite, Dylan était arrivée. De l'expérience de sa mère Scott n'avait retenu qu'une seule chose: les femmes pouvaient être fortes, bien plus fortes qu'elles ne le laissaient paraître. C'était bien sa mère qui lui avait enseigné comment se lever le matin alors qu'on n'avait pas de bonne raison de le faire, comment sourire alors qu'à l'intérieur tout volait en éclat, comment faire pour être poli et se tenir droit alors que dans le fond, il avait juste envie d'envoyer le reste du monde se faire foutre. Oui, elle lui avait appris beaucoup de choses, mais comment se comporter dans une relation? Absolument pas. Si, un jour elle avait gratifié Scott d'un "soit prudent" mais rien de plus. Elle devait savoir que tant qu'il ne serait pas tombé amoureux une fois, tant qu'on ne lui aurait pas brisé le coeur eh bien... Scott ne saurait rien, c'était une triste vérité mais tant qu'on ne l'avait pas expérimenté, impossible de savoir à quel point les autres ont raison. Scott savait à présent, mieux que quiconque, il savait.

Il sortit de ses pensées et observa Luya bouger, se couvrir. L'autre homme remit son boxer et Scott retint la protestation qui menaça de quitter ses lèvres. Luya était pudique, une chose que Scott ne pouvait pas concevoir, mais soit, qu'il se rhabille, il ne serait plus une aussi belle distraction pour Scott. Était-ce si mal que cela si l'infirmier n'avait plus vraiment envie de parler et qu'il voulait presser ses lèvres une nouvelle fois contre la peau de Luya. Passer quelques minutes même des heures à chercher les marques qu'il avait fait il y a quelques minutes de cela. Sûrement. "Anyway." Scott se passa une main dans les cheveux et redressa la tête vers le visage de Luya. Scott n'était pas certain d'être prêt à interrompre cette confession, car cela en était bien une pas vrai? Il n'était pas aussi religieux que Luya donc il ne savait pas très bien comment ce genre de choses marchait en règle général, mais il devait bien un peu de silence à Luya, un peu de silence pour qu'il puisse tout avouer. Scott ne savait pas vraiment ce qu'il attendait ou ce qu'il espérait. Des excuses supplémentaires? Encore plus de je t'aime? Ils avaient tellement de choses à se dire et pourtant Scott en venait à être à court de mots. Scott voulait parler, avouer à quel point il avait peur, que si Luya lui tenait la main et lui promettait tout eh bien... Luya n'avait pas le droit de changer d'avis ou même de tout reprendre. Scott était fatigué qu'on se joue de lui et qu'on se joue de son coeur, il ne voulait plus jouer, il avait toujours été honnête, toujours été droit avec les gens et ça, Luya l'ignorait tout simplement, mais il voulait enfin quelqu'un pour l'aimer. Sans retenue, sans apriori, quelqu'un qu'il pourrait tenir tout contre lui de minuit jusqu'au petit matin, sans se sentir coupable, quelqu'un qui se disputerait avec lui, qui lui ferait des sourires avant de rouler des yeux ou même de l'embrasser. Scott voulait des choses terriblement normales et simples. En revanche, il ne savait pas encore ce que Luya voulait, ce qu'il attendait d'eux, ce qu'il attendait de lui et lorsqu'il reprit la parole, Scott se figea sur place, ses yeux sur Luya.

S'il n'avait pas été assis, il serait sûrement tombé... Face à la demande de Luya. De toutes les choses qu'il pouvait demander, il avait choisi la plus difficile à obtenir. "But you'll have to trust me... Or try at least..." La suite, le reste de la phrase de Luya, Scott ne semblait déjà plus l'entendre, un bourdonnement sans fin résonnant dans ses oreilles. Luya wanted trust. He needed that. Luya pouvait faire confiance à Scott, toujours, fermer les yeux et savoir que l'autre homme serait toujours là, toujours là pour le rattraper et pour l'aimer, toujours là quoi qu'il arrive. Pour l'infirmier, c'était ça la confiance, rien de plus, rien de moins.
Faisait-il confiance à Luya?
Il avait fermé les yeux il y a quelques heures de cela et il avait espéré trouver Luya et Luya n'avait pas été là. Pourtant, Luya venait de s'offrir à lui comme il ne l'avait jamais fait avant.
Est-ce qu'il lui faisait confiance pour autant?
Il aimait Luya, ça il le savait depuis trop longtemps, il avait eu le temps de se faire à l'idée et d'apprendre à vivre avec, c'était facile dans le fond, il suffisait juste d'ignorer les pincements de son coeur à chaque fois que le jeune homme disparaissait, à chaque fois qu'il lui envoyait un message pour qu'ils se retrouvent et échange quelques baisers, quelques secondes qui donnaient à Scott l'impression d'être un voleur. Oui, il n'était rien d'autre que cela, il volait de l'affection à Luya, un peu d'amour, un peu de confiance en lui, à chaque rencontre il prenait ce dont il avait besoin pour vivre et il se débrouillait pour tenir quelques jours, quelques semaines avec ce qu'il avait réussi à avoir. Luya wasn't even his lover by that time, he was his dealer. Et le pire de tous, il en donnait assez à Scott pour qu'il puisse avoir l'impression d'être heureux et d'être libre mais pas assez pour l'être véritablement.
Est-ce qu'il lui faisait confiance?
Pas aujourd'hui cependant, pas ce matin, ce matin Scott n'avait pas été un voleur ni même un vulgaire client, il était dans son droit, dans son bon droit et Luya lui avait laissé tout prendre. C'était un sentiment tout nouveau, inhabituel et dont il ne voulait plus jamais se séparer. Mais... combien de temps cette éternité et cette possibilité là allait-elle durer? Scott n'était pas certain, il ne pouvait même pas fermer les yeux et savoir que Luya serait encore comme ça dans quelques heures. Luya était instable. Voilà ce qui l'était, en trois ans, lui, il n'avait pas changé mais Luya si. Il y avait eu les moments où il était doux et semblait sur le point de parler et les autres moments où la colère semblait être la chose qui le dominait le plus et parfois même le dégoût, le dégoût alors qu'il quittait le corps de Scott et qu'il fuyait, honteux de ce qu'ils avaient pu faire.

Alors non.
Scott ne pouvait pas lui faire confiance.

C'était affreux, c'était injuste et cette constatation le frappa si soudainement qu'il ne remarqua même pas la façon dont Luya se pressait contre lui. Il ne savait pas quoi dire, il ne savait pas quoi faire. Il voulait rassurer Luya et encore lui donner ce qu'il espérait, il voulait que Scott lui pardonne, lui donne ce qu'il voulait et qu'ils passent à autre chose... Tout simplement. Il n'y avait rien de simple dans cette histoire, il n'y avait rien de simple dans ce qu'il ressentait pour Luya. Scott ferma les yeux un instant pour réfléchir, ses bras ne trouvant toujours pas le corps de Luya, un silence s'installant entre eux. Quelque part, il lui en voulait. Oh why did you have to ask for that. I would have given you anything, absolutely anything you want, and if you were too hungry, I would have given you my heart to eat and to devour but no. You had to ask for the one and only thing I know I can't provide. Il ne pouvait pas. Scott ouvrit les yeux et serra Luya contre lui, pressant son front contre celui du jeune homme. "You seriously think I can say no to you? I can't. Just before... You're honest with me and I really appreciate that, it's much more that could hope for I assure you." Scott s'interrompit et prit une profonde inspiration, cherchant les mots. Cette étreinte était bien, suffisante même, il ne voulait rien ajouter, juste oublier. Mais son coeur ne pouvait pas, quelque part son coeur était meurtri et voulait une revanche et une vengeance digne de ce nom, il voulait voir Luya courber l'échine et le voir aussi pathétique. Pathétique et faible à cause de Scott et parce qu'il ne pouvait pas avoir Scott. C'était là, cette infime et affreuse partie de lui même. Une de ses mains trouva la joue de Luya, il passa son pouce dessus, déposant un bref baiser sur les lèvres de Luya avant d'ajouter. "Luya I love you and I do mean every word and there's probably no one I love more than you. It's not possible anymore. But trust... Trust is not the same thing as loving someone, you can have all the love you want... You can't ask for my trust, you can not expect me to give it to you just like that." L'intention de Scott n'était pas de le blesser non, il voulait juste lui faire comprendre pourquoi est-ce que c'était la seule fois qu'il ne céderait pas, et la seule chose sur laquelle il ne céderait pas. Ça lui coûtait beaucoup d'en dire autant.... "I don't want to be cruel or rude because what we just did was perfect but you deserve honesty. If you want my trust you need to earn it, and I'm sure you'll do it, in time, slowly, gradually but eventually some day, I'll trust you. I can not lie to you Luya, I plan to spend the rest of my days with you and I'd like to think there are many days waiting for us." Il en était certain, tant pis si c'était un rêve mais il le savait, il allait finir ses jours aux côtés de Luya, c'était ce qu'il voulait et si cela ne marchait pas eh bien... Scott ne recommencerait pas, il ne ferait plus semblant d'être prêt à aimer quelqu'un de nouveau, pas ce petit jeu-là, pas encore une fois. Si Luya ne voulait pas de lui, s'il ne voulait pas l'accepter pour ce qu'il était, Scott ne tenterait plus de trouver quelqu'un pour le compléter, il apprendrait à vivre ainsi, il se consacrerait à son travail et à rien d'autre. Mais si Luya voulait de lui jusqu'à la fin eh bien... Il ferait de lui un homme heureux. "Please don't be greedy right now."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Lun 27 Mai - 19:41

Scott l’avait bien compris. Il fallait vraiment le vouloir pour passer à côté d’une telle chose, et même l’amour n’avait pas réussi à aveugler Scott à ce point-là. Oui, Luya était instable. Ce mot ne semblait pas suffisant pour décrire le caractère du jeune homme. Il était versatile, lunatique, changeant d’humeur et de comportement comme de chemise. Personne ne le connaissait suffisamment pour l’avoir vu dans tous ses états. Même sa mère et son frère qui avaient vécu avec lui pendant toutes ces années ne parvenaient pas à maitriser toutes les facettes du garçon. Lorsqu’il était seul pour commencer, Luya semblait vide et creux, comme dépourvu de toute pensée, absent au monde extérieur, son regard se posant aléatoirement sur les objets qui l’entouraient sans jamais vraiment y prêter attention. Il était un peu dans la lune, absorbé par quelque chose de divin, un appel du ciel qui le saisissait au point de le soustraire au commun des mortels. Il s’élevait par son absence. Parfois, lorsqu’il arpentait les rues de la cité des anges avec ses écouteurs bien enfouis au creux de ses oreilles, ses morceaux préférés résonnant dans sa tête, son expression changeait en fonction de la mélodie. Jamais il n’avait réussi à écouter de la musique sans qu’elle ait un effet immédiat sur son humeur, même au bout de la millième écoute. C’était plus fort que lui, il ne pouvait simplement plus faire semblant lorsque tout son corps s’imprégnait des paroles qui lui collaient trop à la peau pour qu’elles soient écrites pour quelqu’un d’autre que lui. Le regard alors beaucoup plus dur ou emplis d’une profonde tristesse, il fixait le bout de ses chaussures avec le plus grand intérêt. Il y avait ensuite le Luya qu’on croisait à l’église, toujours au premier rang, à côté de sa mère, son livre de prières tendu fièrement devant lui, sa voix se mêlant à celles des autres. Ce Luya s’offrait à Dieu, serein, apaisé. Les traits de son visage n’étaient plus tendus, son regard n'avait rien de glacial, le lieu de culte étant le seul endroit où il se sentait véritablement bien, où la moindre de ses pensées était destinée au Seigneur, où il avait la sensation d’être utile. Lorsque les fidèles avaient quitté les lieux, il se retrouvait seul pendant quelques longues minutes, assis à cette place qu’il occupait depuis des années maintenant, le prêtre venant parfois à sa rencontre pour lui parler ou prier avec lui. Luya était encore différent lorsqu’il se rendait au travail, souriant et chaleureux avec les clients alors qu’il n’avait pas la force de l’être pendant la journée. Le soleil était là pour prendre la relève quand il rentrait chez lui au petit matin, pourquoi s’embêterait-il à rayonner une fois son poste libéré ? Et pour qui ? Enfin, il n’avait jamais réussi à être constant en présence de Scott.


C’était tout simplement au-dessus de ses forces. Il avait songé à être doux et passionné, il avait même parfois tenté de l’être véritablement. Mais la culpabilité était trop grande, le rongeant et ne faisant plus qu’une bouchée de lui. Il avait rêvé cette relation bien avant qu’elle ne soit envisageable, bien avant que Maxine et Scott décident pour lui qu’il était temps que cela cesse. Mais son amour pour Dieu avait finalement repris ses droits et il s’était convaincu que cette histoire ne pouvait être écrite, que le ciel lui interdisait ce genre de relation. Il avait alors essayé la haine, la plus brûlante des colères et la plus vive des aversions, pensant pouvoir puiser assez de force dans cette animosité pour être capable de s’accepter. Il lui semblait possible qu’en détestant autant, il puisse gagner au change et s’apprécier davantage. Mais son miroir lui renvoyait toujours la même image, ce reflet ingrat qui s’enlaidissait de jour en jour et qui lui donnait à présent la nausée. Alors la fuite s’était imposée à lui de manière naturelle, seule solution face au problème qu’était devenu le trentenaire. Si l’amour ne le rendrait pas aveugle lui non plus, alors il fermerait les yeux sur ces nombreuses nuits passées auprès de Scott, les lèvres du blond parcourant son corps à l’infini, s’arrêtant à des endroits où le plaisir était décuplé... Ses lèvres qu’il voulait retrouver sans cesse pour qu’elles puissent tenter de le guérir, qu’elles le rassurent et pansent ses blessures, ces plaies invisibles qu’il s’infligeait à lui-même en fuyant, fuyant toujours, fuyant pour ne pas que la réalité le rattrape et qu’il se retrouve finalement devant le fait accompli, contrait et forcé d’admettre qu’il commençait à s’attacher à Scott. Il ne savait pas vraiment si c’était de l’amour, puisqu’ils ne se parlaient pas, n’échangeaient rien à part des baisers et des caresses. Néanmoins Luya savait, au fil des années, qu’il ne quittait plus les draps de Scott seulement à cause de la honte qui s’emparait de lui quand il réalisait qu’il avait commis l’irréparable avec un homme pour la millième fois... Au bout d’un certain temps, il ne pouvait simplement plus rester à côté de l’infirmier, anéanti à l’idée d’avoir été capable de lui offrir du plaisir avant de le poignarder une nouvelle fois. Il avait été celui qui l’avait détruit, et il avait assisté à sa chute sans daigner le rattraper au vol, le laissant choir sans aucune protection. Il était coupable d’avoir piétiné Scott, de l’avoir réduit à pas grand chose. Alors pourquoi rester ? Pourquoi se réveiller dans le lit de celui qu’il avait mis tellement de temps à anéantir ? C’était hypocrite, encore plus artificiel que leurs caresses, un mensonge que même lui ne pouvait pas accepter. Il n’était plus un simple pêcheur, il était également devenu bourreau ; dangereuse combinaison qui le rendait malade et qui l’éloignait des bras de Scott.

Mais en l’espace d’une nuit, le monde de Luya avait été chamboulé au point de lui faire découvrir une nouvelle facette de sa personnalité. Lui qui n’avait jamais été en couple ne pouvait pas se douter une seule seconde de ce dont il serait capable de faire par amour, par désir, sans même le regretter par la suite. Certes, il avait rougi plus que de raison, mais malgré tout, il n’était pas mal à l’aise actuellement, investissant les genoux de Scott comme s’il avait fait ça depuis leurs débuts et que c’était un geste tout à fait anodin et banal de sa part. Il avait envie de caresser le trentenaire, se serrer tout contre lui et ne plus jamais quitter ses bras. Il se surprenait à avoir envie de s’allonger à ses côtés et ne plus se relever. Simplement sentir son torse contre son dos, ses jambes mêlées aux siennes, sa main posée sur sa hanche, bercé par son souffle qu’il sentirait contre sa nuque. Il finirait par se retourner pour être face à lui, se nourrissant simplement des regards de son homme. Il n’avait plus vraiment envie de parler ni d’écouter. De toute manière, face au corps parfait du grand blond, les mots semblaient bien dérisoires, et même les trois plus beaux d’entre eux ne suffisaient plus. Luya voulait vivre et vibrer avec lui. C’était relativement déroutant de l’admettre mais voilà ce qu’il souhaitait à présent et dire qu’il n’était pas apeuré à l’idée de faire toutes ces choses serait mentir. Mais une fois encore, Scott était présent pour le rassurer, sa manière si particulière de l’écouter et de lui répondre le confortant dans le choix qu’il avait fait quelques minutes auparavant. Il ne s’était pas trompé et s’était offert à la bonne personne.

Luya ne bougeait pas, attentif comme il l’avait rarement été dans sa vie (et il était pourtant très croyant et très studieux ; il buvait donc les paroles de l’autre homme avec un intérêt décuplé), conscient de l’enjeu de cette conversation. Son coeur s’était emballé alors que Scott ouvrait la bouche pour lui expliquer ce qu’il pouvait espérer de lui et ce qu’il obtiendrait avec le temps et beaucoup de patience. Il devrait faire ses preuves. Oui, c’était tellement évident qu’il n’y avait même pas songé. Encore une fois, il avait été trop bête, trop jeune, trop naïf, trop... Lui-même. Il s’était permis de croire que les choses étaient simples, que leur histoire n’avait rien de compliqué, que leurs petits différents seraient rapidement oubliés. Mais il n’en était rien. Peu importait l’amour qu’ils se portaient, ce n’était pas suffisant. Il fallait d’abord qu’ils fassent tomber tous les obstacles qui les empêchaient d’être heureux. Car c’était bien cela au final. Ils ne pourraient pas se réjouir de la présence de l’autre tant qu’ils n’auraient pas tout mis à plat et que l’eau n’aurait pas coulée sous les ponts... Peut-être les choses seraient-elles plus paisibles et agréables d’ici quelques mois ? En attendant, ils étaient là, coincés dans cette situation, bloqués entre leurs sentiments et la complexité de leur relation. Et tout ça à cause de qui ? Luya lâcha doucement le cou de Scott, se reculant pour mieux pouvoir l’observer. Tout était de sa faute. Ce discours dans la bouche de l’autre homme n’était prononcé qu’en raison de sa propre bêtise, son manque de considération voire même de sa cruauté. Of course you’re not cruel Scott. It’s obvious that I hurt you and only time can heal you. I can’t do anything for you and you can’t trust me. It was stupid of me to believe it would be possible.

Luya n’était pas blessé, malgré ses lèvres toujours closes alors que Scott venait de sceller les siennes pour le laisser parler. Quelque chose s’était bien fêlé en lui alors que le trentenaire lui affirmait qu’il ne pourrait pas lui faire confiance, que c’était beaucoup trop tôt et qu’on ne demandait pas une telle chose. Il avait senti son coeur se fissurer lentement dans sa poitrine, son sang se répandant aléatoirement dans sa cage thoracique, le fuyant complètement au point qu’il se mette à voir rouge. Cependant, ce n’était pas l’autre homme qui était à l’origine de cette hémorragie ; Luya avait simplement réalisé qu’il n’était pas à la hauteur, qu’il n’y pouvait rien, que tout ce qu’il ferait ne serait pas suffisant, qu’il avait tout détruit avant même de s’autoriser à construire une relation solide et stable. Et Scott qui disait pourtant vouloir passer sa vie entière avec lui. No, Scott, no. You can’t say that. You deserve so much more than me. You deserve better. You deserve someone who’ll truly love you... I love you but it feels like it’s not enough, I’m not enough. I don’t know if I even want to try because I already know. I know I’ll fail this, I’ll fail us. I’m not good for you, you deserve someone better.

Le jeune homme se contenta de déglutir, soupirant une première fois avant d’hocher simplement la tête en signe d’approbation. Il était désemparé, naturellement. Comment ne pas l’être ? Comment rester de marbre face à de telles déclarations ? Il récoltait ce qu’il avait semé, mais si seulement il avait pu faire un voyage dans le temps et ne jamais planter de graine, pas une seule... Il se demandait même s’il ne serait pas sagement rentré chez lui ce soir-là au lieu de suivre Scott jusque dans son appartement. Luya regrettait presque leur rencontre, alors qu’il baissait la tête pour observer ses mains. Les mêmes mains qui avaient laissé des marques dans le dos et sur le corps du beau blond, ses mains qui se tendaient vers le ciel pour prier, ses mains qu’il avait pris l’habitude de passer des heures à nettoyer quand il rentrait au beau milieu de la nuit... Il soupira encore, se décidant enfin à rompre le silence. « Alright then, I understand. », dit-il simplement avant de relever la tête pour tenter de sourire. « I really do. » Il n’avait rien d’autre à dire, pas d’autres mots à ajouter. Il était honnête, comme Scott lui avait demandé de l’être quelques précieuses secondes en arrière. Il avait compris le message, acceptant bien malgré lui tout ce que cela impliquait. Par chance, Luya était changeant au point de se montrer parfois déterminé, en plus d’être abattu. Et il essaierait de faire de son mieux pour prouver à Scott qu’il pouvait de nouveau lui faire confiance mais au fond de lui, il se doutait qu’au premier obstacle, il n’aurait pas la force de le surmonter, préférant baisser les bras et s’avouer vaincu. Parce qu’il était né pour échouer, il le savait. Il voulait poursuivre, répondre qu’il avait lui aussi envie de passer le restant de ses jours auprès de Scott, d’apprendre avec lui tout ce qu'il lui restait encore à savoir, de découvrir à ses côtés ce que le monde ne lui avait pas encore révélé. Mais il avait juré d’être honnête, et pour l’instant, malgré son envie d’exprimer des sentiments réciproques, il sentait qu’il n’était pas prêt et qu’il gâcherait sa propre déclaration avec des hypothèses bancales, remettant en question leur avenir et leur chance de passer leur vie ensemble. Les mots restèrent donc coincés quelque part dans sa gorge, attendant une autre occasion, un moment plus propice pour pouvoir les libérer. Pour l’heure, Luya était bien trop occupé à s’en vouloir et à se détester. I know you want me Scott, but you really shouldn’t. I’m not worth it. Il voulait fuir, quitter les lieux immédiatement pour ne jamais revenir tant il ne pouvait plus supporter tout ce qu’il avait fait, les crimes qu’il avait commis et qui les avaient déchiré autant l’un que l’autre. Les minutes avaient filé à une vitesse ahurissante sans que Luya soit capable de dire quoi que ce soit, et pourtant les pensées fusaient dans sa tête. Il avait presque envie que Scott soit capable de lire dans celles-ci pour lui épargner la peine et la douleur de la confession. Un soupir de plus avant qu’il se décide à quitter les genoux de Scott pour aller s’allonger à l’endroit exact où il se trouvait quand son corps était enfermé entre les bras de l’infirmier. « See, I already don’t know what to say... I’m not good at this. At all. », dit-il alors qu'il se déplaçait, agacé par sa propre incapacité à pouvoir faire état de tout ce qu’il ressentait. Il n’en voulait pas à Scott, pas le moins du monde mais il ne se supportait plus. Comment accepter l’amour des autres quand on ne peut même pas s’aimer soi-même ? S’il en avait eu le courage, Luya aurait demandé à Scott de le serrer contre lui une fois encore mais il n’était pas la victime de cette histoire ; et s’il n’avait pas le droit de demander à Scott d’avoir confiance en lui, il ne pouvait pas se permettre de quémander un peu d’amour, cela paraissait logique. Il n’était que le bourreau, et il n’avait pas son mot à dire. C’était bien là la triste vérité.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    Sam 1 Juin - 17:19

Ce n'était pas la première fois que Scott avait peur de ce que ces mots pouvaient causer. Non, surtout lorsqu'il s'agissait de Luya. Il savait que les choses pouvaient déraper rapidement et c'était tout le contraire qu'il désirait. Scott ne voulait pas s'inquiéter, il ne voulait plus s'apitoyer sur son sort ou même être misérable. Il avait attendu pendant trois ans pour ce moment, pour cette matinée, pour toute cette journée entière alors il ne voulait pas tout gâcher. Il y avait bien longtemps que quelqu'un ne l'avait pas rendu aussi nerveux et anxieux que Luya. Mais cela en valait la peine. Scott savait qu'il était prêt à être heureux. Il pouvait sourire parce qu'il le voulait vraiment, à cause de Luya. Ceux qui le connaissaient depuis longtemps savaient que Scott n'offrait pas des sourires facilement, enfin pas de véritable sourires. Il avait son expression réservée à ses patients, pour les rassurer lorsque ces derniers paniquaient à la vue d'un peu trop de sang ou lorsqu'il leur annonçait une mauvaise nouvelle. Il avait également cette mine totalement désintéressée mais avec un sourire lorsque quelqu'un ou quelque chose l'ennuyait. Il ne fallait pas oublier les sourires discrets lorsque Scott faisait quelque chose qui lui plaisait vraiment, ceux là étaient visibles uniquement lorsqu'il était tout seul, le blond relâchant momentanément sa garde. Et enfin, il y avait les vrais sourires, ceux qui arrivaient généralement lorsqu'il était entouré de sa famille, Dylan et lui partageant la même expression, un trait qu'ils avaient tous les deux tirés de leur mère visiblement. "I'm always happy to see you smiling... Mister frowny face." lui disait souvent sa mère lorsqu'il venait lui rendre visite et qu'il l'écoutait se plaindre de ses voisins ou même des prix exorbitants au supermarché du coin. Ce n'était pas que Scott fronçait volontairement les sourcils et qu'il ne voulait pas que tout le monde voit cette partie de lui-même. C'était juste un mécanisme de protection... Oui, l'homme était bien faible dans le fond et avec sa nature qui le rendait trop facile à aimer, il devait se méfier de beaucoup de personne. Avait-il toujours été ainsi? Scott était un paradoxe ambulant, il était prêt à offrir son amour et son corps à celui qui serait assez clément pour faire semblant de l'aimer, mais pas ses sourires.

You always look so sad. Lui avait dit Dylan pendant ces trois années où elle avait pu apercevoir son grand frère, ce dernier toujours le regard tourné vers son portable, espérant recevoir un message de Luya. It's not that look sad, it's just that I can't smile in front of him. Not yet. Voilà ce qu'il aurait voulu dire à Dylan mais il savait que cette dernière ne comprendrait pas, personne ne pouvait comprendre. Il y avait des choses qu'il était prêt à donner très facilement, trop facilement, et des choses auxquelles il tenait plus qu'autre chose. Il souriait à Luya à présent alors que l'autre homme lui affirmait avoir compris. Scott put enfin respirer, il ne voulait pas se disputer avec Luya, non, de toute façon, il ne possédait pas assez d'énergie pour véritablement s'énerver contre Luya et il ne voulait pas qu'un tel incident se produise. Aujourd'hui, il souriait. Peut être qu'il le ferait demain et dans un mois, il ne le savait pas encore. Si on lui avait donné la possibilité de voir le futur, Scott aurait refusé. Personne ne devrait se voir offrir ce genre d'opportunité, c'était effrayant, effrayant de pouvoir lever le voile sur ce que l'avenir vous réservait, effrayant et probablement dangereux. Et de toute façon, Scott n'aimait pas se dire que le futur était déjà tout tracé pour lui et Luya. Non, chaque jour, tous les deux, ils allaient poser une brique devant eux, et peut être qu'à la fin de tout ceci, ils auraient bâti quelque chose de solide, quelque chose dont Scott serait assez fier pour annoncer au reste du monde que c'était Luya et lui qui l'avaient construit. Cela arriverait un jour, Scott en était persuadé. Pas aujourd'hui cependant, c'était beaucoup trop tôt, le blond ne voulait pas brûler les étapes. Certains lui auraient sans doute dit que lui et Luya avaient suffisamment perdu de temps, qu'ils devraient tout simplement foncer et vivre mais le trentenaire savait que les choses ne fonctionnaient pas ainsi.

Il leur fallait ce début parfait, il leur fallait des souvenirs, des anecdotes, tout ce qu'ils pouvaient absorber et capturer de moments tels que celui-ci. Ils avaient besoin de tout ceci, de chaque infime parcelle de chaque moment pour être complet, pour être Luya et Scott. Scott eut un autre sourire avant de s'allonger lui aussi sur le lit, juste à côté de Luya, la tête reposant sur le plat de sa main, dévorant toujours Luya du regard. Il savait bien qu'il demandait des efforts considérables à Luya, l'autre était plus jeune, plus vulnérable et plus marqué que Scott d'une certaine manière. "It's okay, no one is good at this you just... learn as you go." se contenta de répondre l'infirmier. Lui non plus n'avait pas les bons mots, il n'y avait pas de mots parfaits, pas de secret, pas de claquement de doigt qui pouvait effacer leurs erreurs et faire en sorte qu'ils repartent de zéro. Cela n'existait pas, eux ne feraient jamais parti d'un conte de fées, ils étaient ancrés dans cette réalité brutale ou tout n'était qu'horreur et cauchemar et ce, dès la naissance. Le monde était laid, les gens stupides et égoïste et parfois on avait la chance de rencontrer quelqu'un d'autre qui voulait bien rester misérable à nos côtés, alors on n'hésitait plus pour saisir sa chance, saisir cette merveilleuse et magnifique personne à la gorge et la priver de tout son air pour pouvoir la garder auprès de soit. That was love, raw and harsh, nothing more, nothing less. Scott se pencha et déposa un baiser sur l'épaule de Luya avant de remonter vers le cou de ce dernier. "We have plenty of time Luya, I do mean it." Arrivé au menton de Luya, Scott se rapprocha encore et l'embrassa. Il espérait bien qu'il ne serait jamais fatigué de faire ça, jamais fatigué d'embrasser Luya ou même de lui dire à quel point il l'aimait. Ou peut être alors que ce jour là serait son dernier et qu'il pourrait fermer les yeux en paix. Certainement. Il voyait déjà son dernier jour, ce pauvre homme, ne réalisant pas que celui-ci, aujourd'hui, était le premier d'une longue série. Scott s'écarta des lèvres de Luya, le visage toujours proche, une de ses mèches blondes caressant la peau de Luya. "But for now, I'm gonna get dressed and you're going to follow me to the kitchen where you're going to watch me make the best pancakes of you'll ever eat, okay?"

Il eut un éclat de rire avant de se redresser, attrapant la main de Luya, pour l'inciter à faire la même chose. Il ne voulait plus discuter des détails de leur relation, sachant que le plus important avait déjà été évoqué. Il aimait Luya et il n'y avait rien d'autre à ajouter. Plus besoin de le séduire ou même tenter de le convaincre du contraire, il était déjà amoureux, à genoux depuis longtemps et il n'avait pas la moindre intention de se relever. Absolument aucune.

Fin du Sujet
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.    

Revenir en haut Aller en bas
 

LUYA & SCOTT - Falling in love is so hard on the knees.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Falling in love again [Siloe]
» i'm so afraid of falling in love ∞ Anarmiah
» I can't help falling in love with you • Hylan
» (M) Colton Haynes ♦ When family gets you crazy, falling in love is just an other step to madness
» Kim Seong Min + falling in love, sounds like an adventure.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-