AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you can kid the world, but not your sister ∞ ft. Zoey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: you can kid the world, but not your sister ∞ ft. Zoey   Lun 11 Mar - 13:41


Zoey & Olivia





Sister. She is your mirror, shining back at you with a world of possibilities. She is your witness, who sees you at your worst and best, and loves you anyway. She is your partner in crime, your midnight companion, someone who knows when you are smiling, even in the dark. She is your teacher, your defense attorney, your personal press agent, even your shrink. Some days, she's the reason you wish you were an only child.▬ Olivia venait de mettre un point final à sa dissertation sur Andy Warhol, ce qui lui laissait un peu de temps pour travailler à son projet de dessin animé. En janvier dernier, son ex petit-ami, Scott, lui avait proposé de travailler avec lui. Il avait décroché un entretien pour présenter les ébauches d’un dessin animé à une chaîne télévisée. Elle avait travaillé comme une acharnée pendant un mois, alternant ses devoirs universitaires avec ce projet. L’avantage, c’est qu’elle avait réussi à se sortir de la tête son roman et la crainte que l’on découvre qu’elle était Lemon Skypern. Elle en était ressortie épuisée et en froid avec ses parents, mais au moins, ça avait payé. La chaîne avait apprécié leur travail et avait voulu en voir plus. Pour l’instant, ils étaient donc rémunéré une misère, mais si la totalité des épisodes plaisaient, ils seraient diffusés dès le mois de septembre prochain pour une première saison. Parfois, Olivia se prenait à rêver qu’ils venaient de créer les nouveaux Simpsons. Enfin, cela dit, elle essayait de ne pas y mettre trop d’espoir. Certes, il y avait la perspective d’une embauche juste après ses études, mais il ne fallait pas qu’elle mise tout dessus. Si ça ne fonctionnait pas, elle se retrouverait à affronter les critiques de ses parents. La phrase de sa mère tournait en boucle dans son esprit. Tu ne comptes tout de même pas miser tout ton avenir sur un lapin qui a peur des carottes ?! Voilà précisément ce qu’elle lui avait envoyé à la figure lorsqu’Olivia avait consenti à leur parler de son projet et à leur montrer ses dessins. Et bien si, elle comptait sur ce lapin justement, et ce n’était pas une complète folie, puisque le premier épisode avait emballé la chaîne télévisée. L’histoire se passait dans une animalerie et suivait les aventures d’un animal à chaque fois. En ce moment, elle travaillait sur le quatrième épisode, deux siamois, attachés par la queue, que ne se supportent pas. Elle s’était d’ailleurs un peu inspirée de certaines chamailleries avec Zoey. Non pas qu’elle ne supportait pas sa sœur, mais les deux jumelles n’avaient pas franchement le même caractère et s’agaçaient souvent mutuellement. Cela dit, ça n’empêchait pas Olivia de tenir énormément à sa sœur. Après tout, ce devait être pareil dans chaque famille, beaucoup de chamailleries qui dissimulent beaucoup d’amour et d’attachement.

Elle n’eût le temps que de faire un simple croquis avant que l’appel de sa mère ne se fasse entendre. « Les filles, à table ! » Mieux valait donc ne pas traîner. Il y avait une règle chez les Perkins, être à table à l’heure. Olivia se souvenait encore du nombre de fois incalculable où elle s’était fait remonter les bretelles au lycée, parce qu’elle avait traîné pour terminer des conversations avec des amies au téléphone. Elle posa donc son crayon à papier sur son bureau, à côté de sa feuille, puis sortit de sa chambre. Dans le couloir, elle croisa Zoey qui sortait de la sienne. Si Liam passait souvent du temps à la maison, ce n’était visiblement pas le cas aujourd’hui. « Liam n’est pas là ? » demanda-t-elle en fronçant légèrement les sourcils. Oui, c’était assez surprenant puisqu’il s’agissait du dîner quotidien qu’il n’avait jamais manqué (ou alors peut-être simplement une ou deux fois) depuis que Zoey l’avait présenté à la famille. « Ca va briser le cœur des parents ! » plaisanta-t-elle tandis qu’elle commençait à descendre les escaliers. Il est vrai que leurs parents avaient tendance à vénérer le petit ami de sa sœur. Elle se demandait d’ailleurs avec une pointe d’humour si sa mère n’avait pas dressé la table avec un cinquième couvert.

Olivia s’installa à sa place habituelle, à savoir à côté de sa sœur et en face de sa mère. Cette dernière apporta un saladier de crudités. « Tout droit venues du Farmers Market ! » commenta-t-elle, d’une voix chantante. Leur mère avait une lubie depuis quelques années, la même que la plupart des gens à Los Angeles : manger sain. Et ce n’était pas seulement manger trois cinq fruits et légumes par jour, c’était bien plus que ça ! Olivia se souvenait encore d’une salade de graines germées l’été dernier. Toute la famille s’était regardée en silence et s’était forcée à avaler cette salade sans goût et à la texture étrange. « Alors les filles, vous avez des plans pour ce week-end ? » demanda leur père. Mis à part dessiner et éventuellement traîner avec Scott pour dessiner ? Non, elle n’en avait pas. Elle se contenta donc de secouer négativement la tête et de piquer sa fourchette dans une tomate. Elle attendait que son père se concentre sur Zoey, mais pour une fois, il n’en fit rien. « Pas de plan avec Ethan ? » insista-t-il. Merde. Il n’avait pas oublié. Il n’oubliait jamais rien. C’était déjà suffisamment gênant que son père lui ait organisé un rendez-vous galant sans lui demander son avis au préalable, maintenant il fallait qu’elle lui raconte ce qui se passait avec Ethan ?! Et bien, c’était un charmant garçon, avec qui elle s’entendait bien et avec qui elle s’accordait du bon temps depuis qu’ils avaient dîné ensemble. Sauf qu’elle n’allait évidemment pas entrer dans les détails de sa vie sexuelle avec ses parents, à table, devant des tomates. « Non… Je l’ai pas eu au téléphone », répondit-elle, évasivement. « Quel dommage chérie, il a une si bonne situation ! » insista sa mère. 25 ans, gynécologue, c’est tout ce que sa mère avait besoin d’entendre pour les voir marier dans les cinq années à venir. Mais ça n’arriverait pas. « J’espère que tu ne lui as pas fait mauvaise impression tout de même », ajouta sa mère, d’un air soucieux. Ce serait tellement son genre de faire fuir un médecin, n’est-ce pas ?! Olivia avala difficilement sa salive et piqua dans une nouvelle tomate pour éviter une réponse cinglante. « Non… Mais tu sais, il travaille à l’hôpital, il est occupé ! » répondit-elle en se forçant à esquisser un sourire poli. Et ils n’avaient pas ce genre de relation. Ils s’entendaient bien, là n’était pas la question… Mais ce n’était pas sérieux et ça ne le serait sans doute jamais, c’est bien ça qui était justement agréable. Pour l’instant, Olivia n’avait plus très envie de se lancer dans des relations sérieuses. Elle avait eu quelques copains qu’elle avait appréciés, mais ça n’avait pas été au-delà pour la simple et bonne raison que ses sentiments ne se dirigeaient que vers une seule personne : Liam. « Ton père et moi, on aimerait vraiment te voir avec un gentil garçon, sérieux… Et puis comme ça tu serais moins dans les pattes de ta sœur et de Liam ! » Olivia haussa un sourcil. Dans leurs pattes ?! Mais elle n’était absolument pas dans leurs pattes ! « Ce qui veut dire ? » demanda-t-elle en posant sa fourchette sur le rebord de son assiette. « L’autre jour, quand on s’est disputé… Je sais que tu étais en colère, mais de là à aller embêter ce pauvre garçon ! Je suis sûre qu’il n’a pas osé te repousser par politesse… » Merde. Merde. Merde. Ses parents l’avaient vu foncer tête baissée dans les bras du petit-ami de sa soeur. Finalement parler de sa vie sexuelle devant le plat de tomates n’était peut-être pas si embarrassant que ça tout compte fait. « Je me suis excusée, d’accord ? » Vrai. Elle s’était excusée auprès de lui d’avoir craqué, sauf que ça, ses parents ne l’avaient ni vu, ni entendu. « On peut parler d’autre chose, maintenant… De la super journée de Zoey par exemple ! » Pour une fois, elle n’avait qu’une seule envie, que toute l’attention se dirige vers sa sœur et que tout le monde oublie ce que sa mère venait de dire.





Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: you can kid the world, but not your sister ∞ ft. Zoey   Dim 24 Mar - 15:57

“you're a part of me.
If you don't understand how a woman could both love her sister dearly and want to wring her neck at the same time, then you were probably an only child.



La thrombose veineuse n’était qu’en haut de la liste des pathologies cardiaques qu’elle devait savoir reconnaître pour la fin de la semaine, et autant dire que la liste était longue et fastidieuse. Pas forcément habituée à travailler chez elle, Zoey avait du s’y résoudre en entendant le bouquant que faisaient des travaux juste à côté de la bibliothèque du campus. Si la plupart du temps, cet endroit lui servait de havre de paix, elle n’y était aujourd’hui resté que quelques minutes, juste le temps d’emprunter quelques livres et de rentrer chez ses parents. Si l’éventualité de se rendre chez son petit ami était également possible, la brune avait aujourd’hui refusé de s’y résoudre : il était en deadline, la tension était palpable au téléphone hier soir, et elle avait juré de le laisser tranquille le temps qu’il lui fallait pour finir son travail, alors… retrouvant ses quartiers, la jeune femme avait croisé sa mère en rentrant cet après-midi là. Elle lui avait demandé quelques conseils pratiques pour ses cours, elles avaient parlé de Liam, de leurs projets… depuis quelques années maintenant, les deux femmes s’étaient rapprochées de manière considérable. La mère confortait la fille de beaucoup de ses choix, sans jamais l’y contraindre, et Zoey avait se sentiment de pouvoir tout lui dire, et d’être comprise. Parce qu’elle aussi avait fait passer sa carrière avant sa famille sans pour autant tirer un trait sur celle-ci, sa mère était devenue une sorte de modèle pour la brune. Elle aussi voulait faire carrière dans la médecine, elle aussi voulait un mariage réussi, et une famille, mais chaque chose en son temps. Elle prenait un bon chemin professionnel, avait trouvé l’homme de sa vie… tout ses plans semblaient en place, et cette idée rassurante lui permettait d’avancer sereinement dans la vie. Retrouvant sa chambre pour se plonger dans ses cours, Zoey n’avait pas vu le temps passer, trop obnubilée par le savoir qu’elle ingurgitait de manière passionnée.

La voix de sa mère l’avait tirée de sa cardiomyopathie, laissant tout en plan sur son bureau pour en pas s’attirer les foudres de sa maternelle en repoussant son arrivée à la table familiale. Entendant la porte de sa sœur s’ouvrir derrière elle, la jeune femme se retourna en lui adressant un sourire. « Liam n’est pas là ? » aussi étonnant que cela puisse paraître, le jeune homme avait pris ses habitudes chez les Perkins. Depuis quatre ans maintenant, il faisait quasiment partie de la famille, ayant sa place à table, n’ayant même plus besoin de sonner avant d’entrer… « Non, il avait une tonne de travail à rendre pour demain et un voyage prochain à préparer. Et puis je crois que le gumbo de maman l’a rendu malade l’autre fois, alors ! » si leur mère était la plupart du temps une très bonne cuisinière, elle avait depuis quelques temps décidé de sortir des sentiers battus, et les essais n’étaient, comment dire… pas tous concluant. « Ca va briser le cœur des parents ! » lui lançant un regard bourré d’ironie, Zoey n’arrivait pas à concevoir que sa jumelle se moque du comportement de leur mère : elle aussi, adorait Liam ! « Ils s’en remettront, ne t’en fais pas ! » oh oui, il n’aurait qu’à leur sortir un de ses sourires à tomber et il serait à coup sûr aimé de nouveau.

« Tout droit venues du Farmers Market ! » lançant un regard amusé à son père, la jeune femme se réajusta sur sa chaise, acceptant le plat que lui tendait sa mère afin de se servir. « Alors les filles, vous avez des plans pour ce week-end ? » retirant à peine la fourchette de sa bouche, Zoey tourna le regard vers sa sœur qui, visiblement, était dans de meilleur prédisposition qu’elle pour répondre. La voyant répondre négativement de la tête, sa jumelle reposa les yeux sur son assiette, avant de relever ceux-ci vers son père « Pas de plan avec Ethan ? » Ethan, le gynéco de l’hôpital ? Celui qui lui avait lancé un regard douteux avant de comprendre qu’elle n’était pas Olive, le même Ethan qu’elle avait évoqué avant sa sœur et qui lui avait valu de se heurter à un mur ? Hum… intéressant. « Non… Je l’ai pas eu au téléphone » comme bien souvent, sa jumelle restait plus qu’évasive sur ses relations amoureuses, et comme bien souvent, la brune se doutait que sa mère allait s’en mêler. « Quel dommage chérie, il a une si bonne situation ! » C’était il est vrai un médecin respecté à l’hôpital, et après avoir mené sa petite enquête, la jeune femme avait appris qu’il était également très apprécié. « Je l’ai croisé la semaine dernière, je pense qu’il m’a prise pour toi pendant un quart de seconde. D’après ce qu’on m’a dit, il est charmant… et beau mec. » ce qui n’enlevait vraiment rien à son palmarès. Arquant un sourcil de circonstance en regardant sa sœur, Zoey n’était pas dupe, vu comme Ethan l’avait reluquée… il devait y avoir quelque chose entre les deux, ne serait qu’un petit, quelque chose. « J’espère que tu ne lui as pas fait mauvaise impression tout de même » la délicatesse légendaire de madame Perkins venait encore de frapper ! « Non… Mais tu sais, il travaille à l’hôpital, il est occupé ! » avalant sa bouchée en vitesse, la brune se tourna vers sa sœur tout en demandant à son père de lui passer l’eau « Tu pourrais venir avec moi demain à l’hôpital ! Je dois y passer pour récupérer quelques cours, tu pourrais en profiter pour passer le voir, comme ça, l’air de rien… » quoi, elle voulait l’aider ! Après tout, comme l’avait dit sa mère, Ethan était un bon partie, et sa sœur méritait de trouver quelqu’un de bien. « Ton père et moi, on aimerait vraiment te voir avec un gentil garçon, sérieux… Et puis comme ça tu serais moins dans les pattes de ta sœur et de Liam ! » piquée dans son attention, Zoey fronça les sourcils, prête à ajouter quelque chose, mais déjà Oliva attaquait « Ce qui veut dire ? » « L’autre jour, quand on s’est disputé… Je sais que tu étais en colère, mais de là à aller embêter ce pauvre garçon ! Je suis sûre qu’il n’a pas osé te repousser par politesse… » tentant de se souvenir de quelque chose que Liam aurait pu évoquer, l’étudiante se rendit compte que rien ne pouvait lui revenir en mémoire, puisque rien ne lui avait été dit. « Il ne m’en a pas parlé… toi non plus. Et pourquoi vous vous êtes disputées ? » Liam n’avait probablement pas voulu l’embêter avec des problèmes qui concernaient sa famille, quant à Olive, elle n’avait probablement pas voulu remué le couteau dans la plaie, pour autant… oui, elles avaient éveillé son attention. « Je me suis excusée, d’accord ? On peut parler d’autre chose, maintenant… De la super journée de Zoey par exemple ! » quoi ? Non ! Elle n’était pas le sujet pour le moment. « Si Liam a dit que ce n’était rien, alors ce n’était rien… c’est un grand garçon après tout ! » et s’il avait réconforté sa sœur dans un moment de colère, alors c’est qu’il était véritablement l’homme bon qu’elle voyait en lui. « D’ailleurs Olive, tu as ce livre dont tout le monde parle, écrit par quelqu’un d’ici ? Il l’adore, et je me disais que je pourrais le lire, histoire de ne pas tout le temps lui sortir des références de livres de médecine. » elle l’avait vu dans la bibliothèque de son petit ami et elle l’avait entendu en parler… alors peut-être qu’elle pourrait lui faire plaisir pour une fois en s’intéressant de plus près à quelque chose qu’il aimait ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: you can kid the world, but not your sister ∞ ft. Zoey   Mer 27 Mar - 21:12


Zoey & Olivia





Sister. She is your mirror, shining back at you with a world of possibilities. She is your witness, who sees you at your worst and best, and loves you anyway. She is your partner in crime, your midnight companion, someone who knows when you are smiling, even in the dark. She is your teacher, your defense attorney, your personal press agent, even your shrink. Some days, she's the reason you wish you were an only child.▬ Mieux valait ne pas tarder lorsque leur Jane Perkins décrétait qu’il était l’heure de manger. La plupart du temps, Olivia était tentée de traîner un peu, en général pour finir quelque chose qu’elle avait commencé. Mais elle savait qu’elle récolterait les regards noirs de ses parents si elle arrivait à table dans dix minutes. De toute façon, elle avait terminé sa dissertation, elle n’avait donc aucune raison de tarder, sauf pour les faire enrager évidemment. Mais très honnêtement, elle n’avait pas envie de s’y risquer. Ses relations avec ses parents avaient beau être tendues parfois, et de plus en plus ces derniers temps, elle détestait se disputer avec eux. Un dîner en famille dans la joie et la bonne humeur, voilà tout ce dont elle avait besoin. En sortant de sa chambre, elle croisa Zoey dans le couloir et s’étonna de ne pas voir Liam avec elle. Le jeune homme était souvent présent pour le fameux dîner du vendredi soir. C’était une institution dans la famille, leur mère y tenait. « Non, il avait une tonne de travail à rendre pour demain et un voyage prochain à préparer. Et puis je crois que le gumbo de maman l’a rendu malade l’autre fois, alors ! » Olivia ne put s’empêcher de rire à la remarque de sa sœur. Elle se demanda tout de même s’il s’agissait de sa virée à Santa Barbara, où il lui avait proposé de venir avec lui. Mais elle n’osa pas demander, se contentant de se focaliser sur le souvenir amusant du dernier dîner. « Est-ce que tu as vu la tête de papa quand elle lui en a resservi une deuxième assiette ?! » demanda-t-elle en riant, les yeux pétillants de malice. Il aurait fallu le filmer ou le prendre en photo à ce moment-là ! Il s’était figé comme si le ciel s’apprêtait à lui tomber dessus. Et puis, il avait fini par esquisser un sourire et par accepter. Au final, c’était assez touchant qu’il fasse cet effort uniquement pour ne pas la blesser. En tous cas, ils allaient être déçus de ne pas voir Liam ce soir ! Oui, bon, elle était un peu moqueuse avec ça, mais il fallait voir les yeux des parents lorsque le petit-ami de Zoey était dans les parages ! « Ils s’en remettront, ne t’en fais pas ! »

Lorsque tout le monde fut installé à table, Jane apporta un saladier de tomates fraîches ! Leur mère était dans une lubie du bio ces derniers temps, et ce n’était qu’une question de semaines pour qu’elle leur fasse manger des graines germées matin, midi et soir ! Leur père leur demanda si elles avaient des plans pour le week-end, son regard se portant sur Olivia. Il voulait savoir si elle avait des plans avec Ethan. Gênant ! Oui, vraiment gênant de parler de ça à table, devant ses parents. Elle aimait bien Ethan… Vraiment ! Il était beau garçon et vraiment sympathique ! Peut-être que dans d’autres circonstances, elle serait tombée complètement sous son charme… Mais ce n’était pas totalement le cas. Disons qu’elle aimait sa compagnie, mais qu’elle savait qu’elle ne tomberait pas amoureuse. Tout au plus, elle aurait de la tendresse à son égard, et elle savait qu’il en serait de même pour lui. Ils se plaisaient physiquement parlant, s’entendait bien, mais n’avaient pas envie de se lancer dans une relation sérieuse pour autant. Leur deal était honnête de chaque côté et tout se passait bien. Cela dit, elle n’avait aucune envie d’aborder le sujet avec ses parents. De toute façon, elle n’avait rien de prévu avec lui ce week-end. Et cette réponse ne fit qu’inquiéter sa mère. C’était dommage, il avait une bonne situation… Traduction, elle n’avait pas intérêt à le laisser filer ! « Je l’ai croisé la semaine dernière, je pense qu’il m’a prise pour toi pendant un quart de seconde. D’après ce qu’on m’a dit, il est charmant… et beau mec. » Olivia tourna la tête un peu trop brusquement vers sa sœur. Si elle commençait à s’en mêler… Ça ne ferait que compliquer une situation qui demandait juste à être simple ! « Oui… Charmant, c’est le mot ! » confirma-t-elle en esquissant un sourire. Mais ce n’était pas fait pour rassurer sa mère. Et si elle lui avait fait mauvaise impression ?! Voilà donc l’opinion qu’elle avait d’elle… Au fond, elle savait bien qu’elle ne le disait pas méchamment ou en pensant à mal, mais bon sang ce qu’elle pouvait être d’une maladresse blessante parfois ! Olivia buta en touche en prétextant qu’il était débordé à l’hôpital, ce qui n’était pas faux. Sa mère était bien placée pour savoir que les médecins ont des journées exténuantes ! « Tu pourrais venir avec moi demain à l’hôpital ! Je dois y passer pour récupérer quelques cours, tu pourrais en profiter pour passer le voir, comme ça, l’air de rien… » Elle essayait de lui donner un coup de main, et Liv ne savait pas comment lui faire comprendre qu’elle n’en avait pas besoin. Peut-être qu’elle devrait lui en parler, lui dire ce qui se tramait vraiment… Mais certainement pas à table ! « J’ai des tas de choses à faire demain… Et j’ai pas envie de le déranger à son travail ! » Vrai et faux à la fois. « Et puis tu m’as toujours appris à savoir se faire désirer ! » ajouta-t-elle avec un coup d’œil malicieux. Et ça, c’était totalement vrai ! Sa sœur avait le goût du jeu dès qu’il s’agissait de garçons, et Olivia était bien forcée que c’était pratiquement du grand art que de la voir à l’action depuis l’adolescence ! Alors oui, depuis, elle avait retenu quelques leçons ! En tous cas, leur mère n’était pas prête à lâcher le morceau. Elle voulait la voir avec un gentil garçon, dans une relation sérieuse et durable. Si seulement elle avait pu s’arrêter là et ne pas mentionner qu’elle était tout le temps dans les pattes de Zoey et Liam ! Qu’est-ce qu’elle sous-entendait par là ? Elle l’avait vu foncer dans les bras de Liam lorsqu’elle s’était disputée avec eux. Ce n’était pas vraiment prévu au programme qu’ils la voient. Et puis, elle n’avait fait que lui rentrer dedans alors qu’elle pleurait. Quant à lui, il avait été suffisamment poli pour la consoler. « Il ne m’en a pas parlé… toi non plus. Et pourquoi vous vous êtes disputées ? » Olive allait répondre, mais sa mère la devança. « Ta sœur ne veut pas comprendre notre point de vue ! » Et elle pouvait lui retourner le compliment sans l’ombre d’une hésitation… Mais elle préféra se taire. Ce qu’elle voulait, c’était changer de conversation. Elle s’était excusée auprès de Liam, fin de la discussion ! Pourquoi ne pas s’intéresser à la journée de Zoey à la place ? « Si Liam a dit que ce n’était rien, alors ce n’était rien… c’est un grand garçon après tout ! » Olivia lança un bref regard à sa sœur, suffisamment appuyé pour qu’elle comprenne qu’elle la remerciait de mettre fin à cette discussion. « D’ailleurs Olive, tu as ce livre dont tout le monde parle, écrit par quelqu’un d’ici ? Il l’adore, et je me disais que je pourrais le lire, histoire de ne pas tout le temps lui sortir des références de livres de médecine. » Une conspiration. Le monde avait décidé de s’unir contre elle pour la faire craquer ce soir. Ou bien son karma était terriblement mauvais et s’amusait à la gifler à chaque minute de ce dîner. Elle ne savait pas quoi répondre. Elle craignait qu’une réponse négative ne rende sa sœur soupçonneuse, mais si elle lisait le livre ? Elle la démasquerait en deux temps trois mouvements ! Lemon Skypern. Elle s’en voulait d’avoir pensé que ce serait suffisant pour masquer son identité. Mais Lemon était son deuxième prénom et Skypern n’était rien de plus que les lettres mélangées de Perkins. Le pire de tout, c’est que Zoey était probablement la seule personne à qui elle ne savait pas mentir, même pour le plus infime des mensonges. « Oui, je l’ai… Mais il n’est vraiment pas terrible à vrai dire, je ne sais pas pourquoi tout le monde en fait tout un foin… Sans doute parce que personne ne sait qui l’a écrit ! » répondit-elle en haussant les épaules. « Crois-moi, tes livres de médecine seront des références bien plus littéraires si tu veux mon avis ! » ajouta-t-elle en souriant. Dénigrer son propre ouvrage n’était pas si difficile que cela au final. Elle le faisait même avec une certaine conviction.






Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: you can kid the world, but not your sister ∞ ft. Zoey   Jeu 4 Avr - 15:41

“you're a part of me.
If you don't understand how a woman could both love her sister dearly and want to wring her neck at the same time, then you were probably an only child.



Bon nombre de ses amis avaient déjà pris leur indépendance en quittant la ville ou prenant un appartement, loin des tumultes de la vie de famille. Seulement Zoey… comprenez qu’elle n’y voyait aucun intérêt. Certes, elle aurait parfois aimé rentrer et ne pas avoir à se soucier de l’heure du dîner, ce genre de petites choses futiles, mais en toute honnêteté, cette situation était bien plus pratique que ce que bien des gens pouvaient penser. Elle qui passait son temps à étudier n’avait pas le temps de penser à faire ses courses, encore moins le temps de s’occuper des factures et autres problèmes qui venaient avec un loyer. Et si elle avait véritablement besoin d’intimité… il ne lui restait qu’à frapper à la porte de Liam, et elle trouverait un havre de paix comme nulle part ailleurs. Alors, elle avait le meilleur de tous les mondes. Et cet arrangement semblait convenir à tout le monde : Olivia était visiblement du même avis puisqu’elle non plus n’avait pas quitté la demeure familiale, quant à leurs parents… peut-être n’étaient-ils simplement pas pressé de les voir quitter ces murs. Toujours est-il qu’elle avait à se faire aux quelques règles de la maison, et être à l’heure pour le dîner était l’une d’elles. Croisant sa jumelle à la sortie de sa chambre, celle-ci semblait surprise de ne pas voir son petit ami la suivre ; Liam avait du travail, et il ne pouvait pas être présent ce soir. Tant pis ! « Est-ce que tu as vu la tête de papa quand elle lui en a resservi une deuxième assiette ?! » comment l’avoir loupé ?! Elle-même avait faillit s’étouffer dans un éclat de rire en voyant les yeux de son paternel, et pourtant… pourtant le geste était tendre, avait-elle trouvé. Il avait préféré se forcer que d’être rude. « Un truc comme ca ?! » tentant d’imiter la tête de leur père en descendant les escaliers, la brune fini par rire de bon cœur, contente de voir qu’elle n’avait pas été la seule à avoir gravé la scène dans sa mémoire.

A table, la conversation se porta sur les affaires de cœurs de sa sœur – sujet qu’elle même ne connaissait pas énormément. Depuis quelques années, Olive n’était plus aussi ouverte sur ses coups de cœurs masculins et cachait beaucoup mieux son jeu. Si Zoey ne doutait pas des ravages que pouvait faire sa cadette, elle n’avait pas pour autant de preuve tangible à se mettre sous la dent. A croire que depuis qu’elle était avec Liam… sa sœur n’arrivait plus à lui parler des hommes qui passaient dans sa vie. Parfois, il lui arrivait de croire qu’elle était trop pudique pour lui parler de ses amants alors qu’elle était dans une relation si stable, et d’autre fois… d’autre fois elle avait simplement le sentiment qu’elles n’étaient plus sur la même longueur d’ondes. « Oui… Charmant, c’est le mot ! » acquiesçant, la brune voyait que ce garçon plaisait à sa sœur, et c ‘était une bonne chose : il avait une bonne réputation, un métier plus que décent, une certaine stabilité, et petit plus, il était mignon… que demander de plus ?! Voilà pourquoi elle essayait de la pousser dans la bonne direction en l’invitant à la suivre à l’hôpital le lendemain. « J’ai des tas de choses à faire demain… Et j’ai pas envie de le déranger à son travail ! » soit se garçon lui plaisait vraiment et elle en perdait ses moyens, soit Olivia n’était pas aussi emballée qu’elle voulait le montrer par ce garçon. A moins, encore une fois, que Zoey ne fasse de spéculations trop hâtives. « Et puis tu m’as toujours appris à savoir se faire désirer ! » voilà qui était mieux ! Lui adressant un regard lourd de sens et un sourire plus qu’entendu, la brune se voyait ravie que sa sœur prenne exemple sur elle ; pas qu’elle ne sache pas se débrouiller seule, mais ce conseil là avait toujours marché pour elle, alors il en serait probablement de même pour Liv. « Exactement, et dans quelques jours il viendra ramper à tes pieds. Vous voyez, vous avez élevé des femmes fortes… ! » dit-elle en montrant ses faibles biceps avec amusement. Leur père roulait déjà des yeux, et Zoey lança un regard complice à sa sœur.
Mais déjà, la conversation avait dévié sur une dispute qui avait eu lieu quelques jours auparavant. Et si en règle général, Zoey ne se mêlait pas de ce genre d’histoires, ici elle incluait Liam, elle avait donc besoin d’en savoir un peu plus. « Ta sœur ne veut pas comprendre notre point de vue ! » fronçant les sourcils, oui, elle savait également à quel point leur mère pouvait être butée lorsqu’on venait à remettre en cause les choses qu’elles pensaient établies. Tournant le visage vers leur père, celui-ci haussa les épaules comme pour se détacher de la chose, et la jeune femme fini par poser ses yeux sur sa sœur « A propos de quoi ? » non, elle ne comprenait toujours pas. Certes, elle se doutait que la chose avait à voir avec les choix professionnels d’Olivia, pour autant ce n’était pas nouveau, alors pourquoi ça aurait déclenché une nouvelle dispute ? Voyant qu’en plus de ça la brune ne répondit rien, son envie d’en savoir plus était grandissante. Et pourquoi Liam ne lui en avait pas parlé ?...

Liam. Avec qui elle sentait un écart, en ce moment. Une distance qu’elle ne s’expliquait pas. Pas intenable, pas invivable, mais présente. Voilà pourquoi elle demandait à Olive de lui prêter ce livre qu’il aimait tant. Après tout, elle n’avait pas pris le temps de se sortir de ses bouquins d’étude depuis ce qui lui paraissait être une éternité, et le faire pour lui… oui, elle en avait envie. Qu’il voit qu’elle ne pensait pas qu’à la médecine, mais à lui, aussi. Quant au rôle de sa sœur… elle le savait, non ? Qu’il aimait ce livre. Si ses souvenirs étaient bons, Liam lui avait dit en avoir parlé avec elle, donc… « Oui, je l’ai… Mais il n’est vraiment pas terrible à vrai dire, je ne sais pas pourquoi tout le monde en fait tout un foin… Sans doute parce que personne ne sait qui l’a écrit ! » haussant un sourcil, la brune trouvait ça assez étrange… les gens autour d’elle ne lui en avait dit que du bien, et après tout, si cette histoire d’écrivain mystère avait poussé les gens à s’intéresser à un bon livre, alors… « Liam semble penser qu’il est très bon au contraire… tu ne serais pas frustrée de ne pas savoir qui est derrière tout ça ?! » demanda-t-elle avec taquinerie. Après tout, sa sœur connaissait assez le monde de l’écriture sur le campus pour, normalement, savoir qui était derrière ce livre. Mais visiblement… « Crois-moi, tes livres de médecine seront des références bien plus littéraires si tu veux mon avis ! » détournant le regard, la brune se sentit… mal à l’aise, tout d’un coup. Comme si Olivia refusait qu’elle mette les pieds sur son territoire, même en sachant que c’était plus pour son couple que pour elle-même. Comme si… comme si elle voulait garder ce lien qu’elle entretenait avec son petit ami à travers ce livre pour elle seule. « Si tu ne veux pas ce n’est rien, je le demanderai à Trish. » finit-elle par conclure, puisque le sujet était apparemment discuté.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: you can kid the world, but not your sister ∞ ft. Zoey   Dim 7 Avr - 12:37


Zoey & Olivia





Sister. She is your mirror, shining back at you with a world of possibilities. She is your witness, who sees you at your worst and best, and loves you anyway. She is your partner in crime, your midnight companion, someone who knows when you are smiling, even in the dark. She is your teacher, your defense attorney, your personal press agent, even your shrink. Some days, she's the reason you wish you were an only child.▬ Les dîners en famille… C’était important chez les Perkins ! D’une certaine façon, c’était normal, puisque Jane et Andrew avaient une carrière qui leur prenait beaucoup de temps. La mère des jumelles était neurochirurgienne et devait faire avec ses horaires de garde, tandis que leur père était avocat et devait faire avec sa montagne de dossiers à traiter. C’était la raison pour laquelle la tradition du dîner du vendredi soir avait perduré. Bon d’accord, Olivia exagérait un peu lorsqu’elle disait que c’était un rendez-vous que personne ne manquait jamais. C’était arrivé de temps en temps, mais pas tant que ça. Pour la jeune femme, c’était un plaisir en même temps qu’une crainte. Un plaisir, parce que malgré toutes les fois où elle pouvait râler, elle aimait se retrouver en famille. Mais c’était tout de même une crainte, parce qu’à force, elle finissait par savoir que ses parents ne la comprenaient pas le moins du monde et qu’ils n’essayaient pas. Ils s’étaient fait une idée d’elle et s’attendaient à ce qu’elle colle parfaitement à cette image. Or, elle en était particulièrement loin. Elle continuait tout de même à espérer qu’un jour, elle leur prouverait le contraire, qu’elle avait fait les bons choix. En croisant sa sœur dans le couloir, elle fut étonnée de ne pas la voir en compagnie de Liam. Il était rare qu’il rate un de ces dîners, et à n’en pas douter, le cœur des parents en serait brisé ! Il fallait bien reconnaître qu’ils l’adoraient, non ?! Mais apparemment, la cuisine de leur mère l’avait un peu rendu malade la dernière fois… Pas étonnant ! Ils avaient tous manger en prétendant que c’était délicieux… Leur père en particulier ! L’ennui, c’est qu’il s’était un peu laissé emporter au niveau des compliments, si bien que sa femme lui en avait resservi une assiette. Il aurait fallu filmer sa tête, le moment avait été épique ! « Un truc comme ca ?! » Olivia ne put retenir son éclat de rire en voyant Zoey essayer de l’imiter !

Il faut toujours faire attention à ce que l’on souhaite. Olivia aurait finalement préféré que la conversation tourne autour de ses choix professionnels, plutôt qu’autour de sa vie sentimentale. Son père lui avait arrangé un rendez-vous avec Ethan, un jeune gynécologue. S’ils s’étaient plus, aucun des deux n’était prêt à s’engager dans une relation sérieuse, alors s’ils se voyaient, ils étaient à des milliards de kilomètres d’être un couple. Ils s’appréciaient certes, mais ça n’irait jamais plus loin. Et voilà que Zoey s’en mêlait… Bien sûr, elle ne le faisait pas dans une mauvaise intention, mais vraiment, ce n’était pas nécessaire dans ce contexte ! Bien sûr qu’Ethan était charmant, il avait tout du garçon parfait à vrai dire ! Mais, les circonstances faisaient qu’ils ne deviendraient jamais un couple, et c’était parfait ainsi ! Olivia essayait donc de se creuser l’esprit pour trouver une fausse excuse pour ne pas accompagner sa sœur à l’hôpital, afin de surprendre le jeune homme. D’une part, elle avait des tas de choses à faire, ce qui n’était pas totalement faux. Et puis sa sœur ne lui avait-elle pas appris qu’il fallait savoir se désirer ?! Ça nous plus ce n’était pas totalement faux ! Et puis, cette excuse-là collait plutôt bien à la situation. « Exactement, et dans quelques jours il viendra ramper à tes pieds. Vous voyez, vous avez élevé des femmes fortes… ! » Elles faisaient une bonne équipe tout compte fait, n’est-ce pas ?! Olivia lança un sourire innocent, pour accompagner le geste de sa sœur, ce qui ne manqua pas de faire rouler des yeux leur père.

Décidément, le dîner n’était pas vraiment une réjouissance pour Olivia, compte tenu des sujets abordés. La jeune femme aurait préféré que sa mère ne remette pas sur la table la dispute qu’elle avait eue avec eux. Elle avait tellement travaillé à ce projet au départ, que la fatigue avait fini par s’emparer d’elle. Au départ, elle la combattait par son enthousiasme débordant, mais elle avait fini par craquer complètement lorsque ses parents avaient montré des réticences à ce qu’elle faisait. Elle avait fini en pleurs dans les bras de Liam, ce que sa mère n’avait visiblement pas apprécié. Mais il n’y avait pas de quoi en faire tout un plat… Vraiment ! D’autant plus qu’elle s’était excusée auprès du petit-ami de sa sœur. « A propos de quoi ? » Liv n’avait pas tellement envie de remettre le couvert, même si elle comprenait que sa sœur cherche à comprendre ce qui se passait. Mais cette fois-ci, elle préférait prendre de cours sa mère, et répondre avant qu’elle ne le fasse. « Scott m’a proposé un projet de dessin animé, qui est assez concret puisque nous avons eu plusieurs entretiens avec une chaîne de télé qui semble emballée ! Alors d’accord, je veux bien admettre que pour le moment, rien n’est certain, on ne sait pas si on aura un travail dès qu’on sera diplômé, mais ça a l’air sur la bonne voie ! » répondit-elle. Elle jeta un bref coup d’œil du côté de ses parents, qui ne semblaient pas vouloir ajouter quoique ce soit… Mais il ne fallait pas crier victoire trop vite. « Ne ruine pas tes chances avec Ethan en passant trop de temps avec Scott, cela dit », répondit sa mère. « Ca ne risque pas ! » répondit Olivia du tac au tac. D’une part, elle n’avait aucune chance à saisir avec Ethan, et d’autre part, Scott était une vieille histoire. Aujourd’hui, il n’était rien de plus qu’un ami, et elle n’avait aucunement l’intention de vivre davantage avec lui.

Ce dîner était un véritable retour de karma. Tous les sujets qu’elle ne voulait pas aborder étaient en train de défiler un par un, à son plus grand désespoir. Zoey avait envie de lire le livre qu’elle avait écrit, sans savoir qu’elle en était l’auteur évidemment. Si elle pouvait berner le monde entier, elle était à peu près certaine de ne pas en être capable avec sa jumelle. Elle ne savait pas ce qui était le pire, lui dire qu’elle avait le livre ou non, sachant qu’elle le lirait de toute façon. Elle décida donc de biaiser, en prétextant que le roman n’était vraiment pas terrible, et que ses références de médecine étaient sans doute une meilleure littérature. « Liam semble penser qu’il est très bon au contraire… tu ne serais pas frustrée de ne pas savoir qui est derrière tout ça ?! » Elle secoua négativement la tête. « Non, j’ai même ma propre théorie que personne ne partage ! » répondit-elle. « Je suis sûre que c’est un étudiant qui est derrière tout ça, pas une étudiante ! » ajouta-t-elle. A vrai dire, elle aurait aimé avoir cette brillante idée au moment de choisir son nom de plume. Elle aurait dû prendre un nom masculin pour brouiller les pistes. « Si tu ne veux pas ce n’est rien, je le demanderai à Trish. »

Le reste du dîner fut consacré à la réflexion pour Olivia. Donner le livre à sa sœur ou non… C’était un peu comme se jeter dans la gueule du loup. Mais il n’y avait pas vraiment de bonne solution. Disons simplement qu’elle devait opter pour celle qui n’attirerait pas trop les soupçons de sa sœur. Et elle n’était pas certaine qu’être complètent réfractaire au fait que sa sœur veuille le lire soit le bon plan. Voilà pourquoi, après la fin du dîner, elle grimpa dans sa chambre pour trouver le livre, puis frappa à la porte de celle de sa sœur. Elle aimait bien venir ici, la décoration était exactement l’image de Zoey… Et puis avouons-le, elle aimait aussi faire un tour dans son dressing de temps en temps ! « Tiens… C’est le livre », dit-elle en le lui tendant, après avoir poussé la porte.







Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: you can kid the world, but not your sister ∞ ft. Zoey   

Revenir en haut Aller en bas
 

you can kid the world, but not your sister ∞ ft. Zoey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-