AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Saying no is overrated anyway... - Helena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Saying no is overrated anyway... - Helena    Jeu 25 Juil - 15:12


You, me, diner?

"Et voilà votre prescription Monsieur Stone... Il vous faudra quelque chose d'autre avec ça?"

En temps normal, j'aurais tout fait pour draguer l'infirmière qui me faisait face à présent, surtout qu'il s'agissait d'une nouvelle interne et qu'elle n'avait pas encore entendu parler d'Harry Stone. Est-ce que je connais tout le staff de mon hôpital? Plus ou moins, surtout les infirmières, qu'est-ce que je peux dire, je ne peux déjà pas résister à une femme normalement alors une femme en uniforme? Juste non. Cependant, aujourd'hui je me contentai d'un maigre sourire avant de m'éloigner, ma boite de médicaments en main. Qu'on se rassure tout de suite, je ne suis pas malade. (Oui, je dis ça pour réconforter les gens aux premiers rangs, je commençai à voir quelques mines inquiètes...) Après avoir passé près de deux semaines sans pouvoir fermer les yeux et trouver les bras de ce cher Morphée, j'ai fini par m'endormir. Je ne sais pas si c'est le fait de pouvoir enfin discuter avec Stefan et me disputer une nouvelle fois avec lui, ou d'avoir enfin confronté Magdalena dans ce commissariat de police mais... J'ai fini par m'effondrer au bout de deux semaines, roulé en boule sous ma couverture. J'ai dormi pendant deux jours, enfin, d'après ce que Jane m'a dit. Ma charmante assistante a compris qu'elle ne devait pas me réveiller et me laisser dormir, je ne sais même pas si j'ai rêvé, j'ai plus l'impression de m'être cogné la tête contre un mur de glace et avoir émergé quelques jours plus tard. Quoi qu'il en soit, j'avais bien besoin de ces quelques jours de repos. Et oui, je dis ça alors que je pourrais partir en vacances quand je veux et où je veux, mais ce n'est pas moi ça, je suis complètement accro à mon travail et je n'arrive qu'à m'en détacher que pendant quelques heures. Et ces temps ci mon temps libre a été largement occupé par ma psychiatre, qui m'a prescrit ces pilules bizarres à prendre tous les soirs.

Je poussai un soupir, m'écartant pour laisser passer un brancard, avant de lire la composition de ce cher médicament que je suis censé avaler. Visiblement, cette petite gélule miracle est censée me faire dormir, et n'importe quel abruti se contenterait d'avaler son médicament et de ne rien dire. Sauf que je suis loin d'être un abruti et je sais précisément ce que toutes ces molécules vont me faire, elles vont diminuer mon attention et me rendre plus vulnérable à certaines heures de la journée pour que je dorme. Est-ce que je suis prêt à jouer avec mon cerveau de cette manière sachant que c'est mon outil de travail et qu'il est beaucoup plus performant que n'importe quel ordinateur...? Bonne question, je n'ai jamais été un grand fan des médicaments de toute façon, je me dis que c'est suffisamment le bordel dans mon cerveau, pas besoin d'en rajouter. Là encore, j'hésite, et si je passe encore deux semaines sans trouver le sommeil, je fais quoi... Je pète lentement un câble et je m'en prends à tout ce qui bouge pendant tout ce temps avant de finir par m'effondrer sur mon matelas? Hmm... Je restai pendant un bon bout de temps à fixer cette boite de médicaments, adossé contre un mur, dans un des couloirs de l'hôpital. Je sais que ma psychiatre veut mon bien, enfin, mon compte en banque s'en rend bien compte à chaque fin du mois, et vu tous les diplômes qui sont affichés sur le mur derrière son bureau, on peut dire qu'elle est plus que qualifiée... Je ne sais pas si c'est une bonne idée, oui, pour une fois, je ne sais pas, et non, ce n'est pas si difficile que cela à admettre. Il n'y a même pas d'effets secondaires indiqués sur cette boîte et pourtant c'est une règle fondamentale: tous les médicaments ont des effets secondaires. Et si je deviens somnambule hein? Si je me mets à tuer des gens dans mon sommeil? Non attendez, ça se serait cool. (Oui... cool).

Comme pour couper court à mon petit débat intérieur, mon portable se met à vibrer dans ma poche et je m'en emparai avec un sourire aux lèvres. C'était Jane, évidemment, et comme d'habitude elle me cherchait. Je lui répondis que j'étais dans l'hôpital et que je serai dans mon bureau dans une dizaine de minutes avant de remettre mon téléphone dans ma poche... Et de reporter mon attention sur la boite de médicaments. "Oh et puis merde ... " Sur ce, je jetai la dite boite dans la poubelle la plus proche puis je me dirigeai vers l'ascenseur. Zut, les portes sont en train de se refermer, c'est bien ma chance, j'accélérai le pas et je réussis à immiscer mon bras entre les deux portes, les obligeant à s'ouvrir, révélant Helena. Mon sourire s'agrandit en voyant la brunette et j'entrai dans l'ascenseur, à côté d'elle croisant les bras. "Ça fait bizarre de te voir ici." Je dis enfin, les portes se refermant finalement. "Surtout que je suppose que tu n'allais pas dans mon bureau, n'est-ce pas Helena? C'est dommage vraiment... Mais on peut rattraper ça si tu es libre pour le déjeuner, et même pour le dîner." Manque de sommeil ou pas, une chose était certaine: je ne perds jamais le nord.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Saying no is overrated anyway... - Helena    Mer 14 Aoû - 16:59


Harry & Helena




« Je ne veux plus y aller, ça suffit je vais bien maintenant ! Et tu n’as pas à me dire ce que je dois faire, je le sais mieux que toi imbécile ! » Le ton employé par la jeune femme ne laissait aucune place à la discussion, c’était catégorique et irrévocable. Après avoir claqué la porte de sa chambre comme une adolescente de seize ans l’aurait fait après avoir été privée de sortie injustement par ses parents, Helena retourna à ce qu’elle était paisiblement en train de faire avant l’intervention forcée de sa « sœur ». Avalon pouvait être de toutes les meilleures volontés du monde pour que sa sœur aille bien, Helena ne l’entendait pas du tout de cette oreille. Il fallait qu’il se le mette dans le crâne une bonne fois pour toute : elle travaillait pour son propre bien, il n’y avait vraiment pas de mal à ça ! Il n’y avait qu’à force de travail, d’acharnement et de persévérance qu’on arrivait à ses fins de toute façon. Toute personne sensée approuverait ce choix-là d’ailleurs – après tout se droguer au travail et au sexe était largement mieux que d’être accro à de la drogue dure – mais sa famille avait décidé de lui casser les pieds en la forçant à accepter un suivi régulier contre le surmenage administré par son père, chirurgien de renom au Good Samaritan Hospital, lui-même. SUPER. « Tu ne t’en sortiras pas comme ça, crois-moi. Ils ne vont pas être contents s’ils voient qui tu reportes une nouvelle fois, je dis ça pour toi ! ». Le problème de vivre avec sa sœur qu’on ne supporte pas trois fois sur quatre, c’est qu’on reste souvent coincée au stade de l’adolescence où tout sujet est prétexte à une dispute. En l’occurrence, Avalon et Helena étaient en parfaite opposition que ce soit physiquement ou caractériellement parlant, et se disputaient sur absolument tout depuis qu’elles étaient officiellement devenues sœurs il y a maintenant près de vingt ans… « OK très bien je vais y aller, mais tu ne perds rien pour attendre crois-moi… », maugréa la brunette avant de se précipiter vers la sortie de leur petit appartement. Si Helena ne voulait plus mettre les pieds à l’hôpital, ce n’était pas seulement à cause de cette pseudo histoire de surmenage qui à son sens était plus un prétexte qu’autre chose pour que ses pères puissent continuer à avoir un contrôle sur elle, mais aussi à cause de la rencontre importune qu’elle avait faite la dernière fois qu’elle avait mis les pieds là-bas – j’ai nommé Raphaël, l’interne en chirurgie –, sans oublier qu’elle détestait tout simplement les hôpitaux pour la simple et bonne raison que ça ne faisait que lui rappeler la mort de ses parents biologiques à la suite de blessures subies après un crash aérien.  Enfin bref, tout ça pour dire que la brune n’y allait pas de bon cœur et qu’elle aurait largement préféré rester une journée entière à prendre des cadavres en photo plutôt que de subir cette terrible épreuve de l’hôpital.

Une fois dehors, la jeune femme fut forcée de remarquer l’insoutenable chaleur qui pesait dans les rues de Los Angeles, faisant suffoquer la moitié des habitants. Ce n’était peut-être pas la canicule et l’air marin avait beau rafraichir les températures, il faisait tout de même incroyablement chaud, ce qui n’aidait pas vraiment Helena à se motiver à se bouger jusqu’au Good Samaritan Hospital. Néanmoins, et avec une force mentale des plus impressionnantes, la brune avait fini par arriver à destination un peu avant midi. Toujours en trainant des pieds, la belle se força à rentrer à l’intérieur avec une grimace sur le visage aux allures de « si tu me parles, je te bouffe alors tu as intérêt à me laisser tranquille si tu tiens à ta vie ». Helena, de mauvaise humeur ? Ce n’était vraiment rien comparé à ce qu’elle était capable de faire… C’était l’ancienne reine des abeilles du lycée après tout, et tout le savait de quoi ce genre de filles était vite irritable et capable de pas mal de choses lorsqu’il s’agissait de possibles représailles… « Miss Summers ! Vous êtes en retard votre- », commença la secrétaire de l’hôpital en la voyant rentrer avant de se stopper en plein milieu de sa phrase, sûrement à cause du regard noir que la brune lui accorda. Elle savait très bien qu’elle était en retard, elle n’avait pas besoin que quelqu’un de sous-payé ne vienne lui rappeler ! Surtout qu’à la base elle ne voulait pas venir alors bon, il ne fallait tout de même pas pousser mémé dans les orties alors qu’elle faisait d’incroyables efforts !  Sans répondre quoi que ce soit, la jeune femme se dirigea vers l’ascenseur, prête à affronter le châtiment et les remontrances de son père. Juste lorsque les portes étaient en train de se refermer, un homme que Helena ne connaissait que trop bien se glissa à l’intérieur. « Ça fait bizarre de te voir ici. "  Harry. Ça faisait un petit moment qu’elle n’avait plus eu l’occasion de le croiser, quel gâchis… Bizarre, pourquoi ? Parce qu’elle était allergique aux hôpitaux et que tout le monde devait le savoir ? Peut-être. "Surtout que je suppose que tu n'allais pas dans mon bureau, n'est-ce pas Helena? C'est dommage vraiment... Mais on peut rattraper ça si tu es libre pour le déjeuner, et même pour le dîner. » Il ne perdait vraiment pas de temps lui… Mais bon, au moins il allait droit au but, ce qui n’était pas donné à tout le monde. « Bien sûr que si je venais te voir, tu me manquais. », commença-t-elle avec son ton sarcastique habituel. « Non sérieusement mon père voulait que je passe le voir mais un déjeuner en ta douce compagnie me tente carrément. J’ai besoin de me détendre un peu. », reprit-elle en se rapprochant dangereusement de ses lèvres pour venir jusqu’à les frôler. Puis, avant d’engager un quelconque contact, elle s’arrêta subitement en éclatant d’un rire franc. « Je ne suis pas contre les nouvelles expériences dans les ascenseurs mais je suis déjà bien en retard, quel dommage. ». Elle était carrément en train de le chauffer, ça lui faisait un bien fou de jouer une fois de plus à ce jeu-là avec lui…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Saying no is overrated anyway... - Helena    Ven 23 Aoû - 17:56

Il n'y avait rien de mieux qu'une jolie femme pour illuminer ma journée. Au diable mon débat intérieur pour savoir si je devais bel et bien prendre mes médicaments et risquer de passer pour un légume complet si je ne les prenais pas. Disons merde à la science pendant quelques minutes et concentrons nous sur le plus important, et ce qu'il y avait d'important là tout de suite, c'était Helena. Pas de doute que si je l'avais rencontrée quelques années plus tôt, je l'aurais demandée en mariage et ce à plusieurs reprises. Quoi? Qu'est-ce que je peux dire? Je suis du genre à faire de bon investissement et ne pas laisser filer une bonne opportunité. Certains diront sans doute que je ne suis attiré que par le physique de la jeune femme mais... Soyons honnêtes mesdames, combien de mec vous aborde parce que vous avez une jolie personnalité? Helena est belle, magnifique même et ce n'est pas la peine que je joue les hypocrites et que je prétende le contraire. Je dois tout de même avouer que le fait qu'elle soit la fille d'un des médecin de l'hôpital a piqué ma curiosité mais ce n'est qu'un simple détail et cela ne va pas m'empêcher de flirter plus qu'ouvertement avec elle. Je me contentai donc de rouler des yeux à sa remarque disant qu'elle était là pour moi, oui, au bout d'un certain moment certaines femmes commençaient à être immunisées contre mes techniques de drague et mes belles paroles, Helena avait juste très vite compris là où je voulais en venir. Détente? Oh bien sûr que oui, je pouvais l'aider à se détendre, j'étais très doué dans ce domaine et elle pourrait s'en rendre compte très vite si on quittait l'hôpital pour se diriger vers mon appartement. Je suis le roi de la détente et pas de soucis qu'avec moi, elle oubliera bien vite ses problèmes. Et qu'est-ce que son père lui veut au juste? Bonne question, que je me retins de poser, ou plutôt que je ne pus pas du tout prononcer car Helena se rapprochait déjà de moi, assez pour que nos lèvres s'effleurent, pour ensuite s'écarter avec un rire.

J'esquissai un sourire à mon tour. Oh Helena... Elle ne venait de me provoquer là et j'étais plus que déterminé à faire parti de ses plans pour le reste de la journée et de faire en sorte que son après midi soit inoubliable. "Ma très chère Helena, tu ne sais pas qu'à force de jouer avec le feu, on finit par se brûler." Je finis par répondre en haussant les sourcils. Je jetai un coup d'oeil sur l'étage auquel nous nous trouvions, forcé de constater que je n'avais que quelques secondes pour agir. Parfait, me plantant devant les portes et me rapprochant à mon tour d'elle, j'ajoutai lentement."Et crois moi rien ne me ferait plus plaisir de faire des trucs dans cet ascenseur avec toi, mais on pourrait commencer par quelque chose d'un peu plus simple non?" Gentleman? Oui, peut être, peut être, peut être une fois de temps à autre les soirs de pleine Lune et quand toutes les planètes étaient alignées. Je n'étais pas tout le temps un goujat avec les femmes, oui, Harry Stone était un être un minimum complexe et qui pouvait être complètement imprévisible. Encore heureux d'ailleurs sinon je serais le type le plus ennuyeux de toute la terre et il y a fort longtemps que je me serais tiré une balle. Quoi qu'il en soit Helena, une bonne distraction, jolie à regarder, elle pouvait me permettre de passer le temps. Oui, dans le fond c'est ça, un homme de mon âge (shhh je n'ai que 39 ans) qui a déjà tout ne cherche que le moyen de se distraire pendant quelques heures. Oh bien entendu, j'ai des tonnes de trucs administratifs qui m'attendent sur mon bureau et deux ou trois autres projets personnels en cours mais je suis prêt à mettre tout ça en stand by juste pour elle. Vous voyez à quel point je suis gentil?

"Je veux dire j'ai une assistante plutôt bien payée et une dizaine de cartes de crédit, on pourrait aller s'enfermer dans mon bureau et commander tout ce qu'on veut." Certes, j'avais fait plus romantique comme rendez vous mais j'étais le roi de l'improvisation et fort heureusement, mon compte en banque me permettait de faire les pires des folies. Est-ce qu'Helena sera de la partie? Excellente question. "Sauf si tu insistes vraiment, on peut se mettre tout nu et voir ce qui arrive, par contre il faut que je te prévienne, il a une caméra de surveillance dans l'ascenseur."  Pour appuyer mon propos je fis un signe de tête en direction de la petite boite noire qui se trouvait là haut, dans un coin. Évidemment, cela ne me dérange pas du tout d'avoir un public... "Le type de la sécurité s'appelle Gary, un type très sympa, je pourrais toujours lui demander d'accidentellement appuyer sur le bouton off de cette caméra-là. Ou alors on peut alors déjeuner et voir comment se passe notre repas, mais c'est vrai que parfois c'est bien de sauter les préliminaires. C'est toi qui décide." Bon timing ou pas, les portes de l'ascenseur s'ouvrirent à ce moment là et je tendis les bras, lui bloquant l'accès à la sortie.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Saying no is overrated anyway... - Helena    

Revenir en haut Aller en bas
 

Saying no is overrated anyway... - Helena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Helena Ramus [Serdy]
» Helena G'il Sayan [Validée]
» Cours Helena ! Cours !
» " Dortoir n°1 : Mary, Kenza, Helena... "
» L'été promet d'être chaud! #Helena
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-