AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 let's find some beautiful place to get lost ∞ ft. zach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: let's find some beautiful place to get lost ∞ ft. zach   Dim 4 Aoû - 16:02


Leann & Zach





Someday, someone will walk into your life and make you realize why it never worked out with anyone else. ▬ Leann était dans la voiture, sur le siège arrière à côté d’April, de retour de vacances en famille dans les parcs nationaux. C’était la nouvelle lubie de leur père, aller au contact de la nature pour se ressourcer. Inutile de préciser que ses plans avaient fait râler les deux filles. Non pas qu’aller dans la nature déplaisait à Leann, mais elle n’était pas partie en vacances avec ses parents depuis la fin du lycée. Cela dit, à force d’insister, elle et April avaient fini par céder. Le séjour avait été assez rocambolesque, puisqu’ils avaient campés ou dormis dans de petits motels la plupart du temps. Il fallait voir leurs parents, purs new-yorkais, essayer de monter une tente ou dormir dans des chambres sans conforts. Cela dit, soyons honnêtes, les deux sœurs n’en menaient pas large non plus. Si Leann avait été bluffée par les paysages magnifiques qu’ils avaient vu, elle devait bien admettre qu’elle n’était pas mécontente de retrouver le confort de son appartement. Et c’était sans compter sur le fait que Zach lui manquait. Leur relation était encore toute récente, et voilà qu’elle s’était retrouvée dans des endroits où elle parvenait à avoir du réseau à peu près un jour sur trois. Ce n’était pas vraiment l’idéal pour communiquer, il fallait bien le reconnaître. D’autant plus que la jeune femme essayait de rester discrète. Elle n’en avait parlé à personne pour plusieurs raisons. D’une part, elle préférait éviter les questions sur sa capacité de passer du grand-frère au petit-frère Porter. Ça ne lui donnait pas une image très reluisante, mais ce n’est pas comme si elle avait choisi ses sentiments pour Zach, au contraire elle avait même lutté contre pendant un bon bout de temps. D’autre part, elle devait bien admettre qu’elle avait envie de profiter de cette relation encore un petit moment sans que personne ne soit au courant. Non pas qu’elle voulait se cacher, mais elle trouvait ça agréable qu’ils n’aient à en parler à personne pour le moment et qu’ils aient juste à profiter d’être ensemble. D’ailleurs, pendant le peu de coups de fil qu’ils avaient pu échanger pendant ces deux dernières semaines, ils s’étaient mis d’accord pour s’accorder quelques jours de vacances ensemble, à San Francisco. « Tu es sûre que tu ne veux pas rester dormir à la maison ce soir ? » demanda sa mère alors qu’ils arrivaient à Los Angeles. « Tu ne dois plus rien avoir dans ton frigo ! » ajouta-t-elle. L’inquiétude d’une mère pour l’estomac de sa progéniture, toute une histoire ! « Certaine… Je t’ai dit que je dois partir de bonne heure demain matin avec des copines pour San Francisco ! » C’était un petit mensonge évidemment. Mais elle se voyait mal dire qu’elle partait en voyage avec Zach et ensuite devoir camoufler leur relation. Ils en parleraient lorsqu’ils seraient prêts et en attendant, mieux valait ne rien dire. « Je suis sûre que tu t’envoles avec un garçon ! » la taquina April, tandis que Leann la fusillait du regard. Sa sœur avait le chic pour la mettre dans l’embarras aux mauvais moments. « Tu crois que je ne t’ai pas vu passer tes coups de fil en douce ?! » ajouta-t-elle avec son petit sourire en coin. Ce qu’elle pouvait être pénible lorsqu’elle faisait ça ! « Je crois surtout qu’à force de lire les romans de papa, tu deviens parano ! » répliqua Leann. La conversation en resta là au grand soulagement de la jolie brune.

Sa soirée fut consacrée à faire une machine à laver et à préparer un sac pour quelques jours. Elle ne se fit pas prier pour s’écrouler sur son lit et s’endormir dans les cinq minutes qui suivirent. Le lendemain matin, son réveil sonna à cinq heures du matin. Ils avaient prévu de partir de bonne heure pour éviter les embouteillages et surtout pour pouvoir profiter pleinement de la journée une fois qu’ils seraient à San Francisco. Elle avala un thé et un une pêche, puis prit une douche rapide, avant d’enfiler un jean slim, un tee-shirt à l’effigie des Beatles et ses ballerines noires. Elle devait passer chercher Zach chez ses parents, la résidence universitaire étant évidemment fermée pendant l’été. Leann se gara un peu plus loin dans la rue et lui envoya un message pour le prévenir qu’elle venait d’arriver. A une heure aussi matinale, il y avait peu de chance qu’elle croise qui que ce soit. Mais malgré tout, elle ne se sentait pas très à l’aise à cette idée. C’était surtout Josh qu’elle redoutait, et comme elle n’avait aucune certitude quant à sa présence ici, elle préférait ne rien risquer. Quelques minutes plus tard, elle aperçut la silhouette de Zach sortir de son jardin et s’avancer vers la voiture pour s’y installer. « Bonjour », dit-elle avec un sourire malicieux, une fois qu’il fut à l’intérieur, avant de l’embrasser tendrement. C’était sans doute ridicule, mais il lui donnait envie de sourire comme une adolescente lors de son premier baiser. Le fait est qu’elle était bien trop contente de le retrouver après deux longues semaines pour pouvoir le camoufler et jouer l’indifférence. Qui plus est, aujourd’hui, elle n’avait plus aucune envie d’être indifférente. Après lui avoir avoué les sentiments qu’elle avait pour lui, elle n’avait plus besoin de l’être. « Prêt à partir à l’aventure ? » demanda-t-elle avec une pointe d’humour. Bon d’accord, elle exagérait un peu, ils ne partaient pas au fin fond de l’Amazonie, juste à San Francisco, mais elle avait eu particulièrement hâte de ces quelques jours en tête à tête, alors oui, d’une certaine façon, c’était une aventure toute nouvelle.






Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: let's find some beautiful place to get lost ∞ ft. zach   Ven 11 Oct - 21:42

“Heaven is a place on earth with you, tell me all the things you wanna do. I heard you like the bad boys, honey is that true ? It's better than I ever even knew. They say that the world was built for two, only worth living if somebody is loving you. Baby now you do.”— Lana Del Rey

Zach esquissa un mince sourire à l'intention de l'employée rousse qui lui versa une généreuse quantité de café avant de se retirer en roulant consciencieusement des hanches. Aveugle à cette démarche pourtant éloquente, le pianiste en herbe plongea distraitement les lèvres dans sa tasse tiède frappée d'un “I Love LA” avant de se pencher derechef sur la rubrique des petites annonces du Los Angeles Times. Il n'avait encore rien décidé —en réalité, il n'était bon qu'à stagner entre le marteau et l'enclume ces derniers mois— mais l'idée d'un studio dans le centre-ville lui tournait en tête comme un disque rayé depuis plusieurs jours. Plusieurs semaines à vrai dire. Les conversations entre son père et lui s'écourtaient de plus en plus à mesure que la date-limite des inscriptions universitaires approchait sans qu'il n'ait envoyé de dossiers. Sa mère avait décidé de ne prendre aucun parti dans le débat qui opposait son mari à leur plus jeune fils et, Joshua ne s'était pas vraiment exprimé sur le sujet. Seule sa sœur aînée avait daigné soulever la possibilité qu'un plongeon dans l'inconnu à l'autre bout du pays pourrait lui être bénéfique. Après tout, Joshua ne s'était-il pas accordé une année sabbatique en Australie ? N'avait-elle pas bouclé ses valises pour vivre à Princeton les trois quarts de l'année ? Mais bien entendu c'était différent puisque Joshua poursuivait des études de droit et qu'elle remplissait un master de neurosciences. Depuis, un climat de guerre froide s'était installé sous leur toit et il ignorait encore quelle serait la meilleure solution à ses problèmes. Il aurait préféré trouver une réponse pour satisfaire tout le monde, mais force était de constater qu'il n'existait rien de tel et qu'il était peut-être temps de faire passer ses aspirations devant les attentes de son entourage. Son séjour à New York lui avait ouvert les yeux sur le genre de vie qu'il désirait mener dans un avenir proche : et elle ne ressemblait certainement pas à celle d'un jeune homme dans la fleur de l'âge, vivant aux crochets de ses parents, blasé de ne pas avoir su saisir les opportunités placées sur son chemin. Évidemment, c'était un gouffre à sauter. Mais si ses aînés y étaient parvenus, pourquoi pas lui ? Zach poussa un soupir inaudible, repoussa négligemment le feuillet et se laissa couler contre la banquette en cuir. Il avait passé la majeure partie de l'été à Los Angeles, à travailler à la réception d'un hôtel —le Shutters on the beach— en réponse à un besoin d'indépendance financière qui en définitive s'était révélée ... pénible. “Au cas où” s'était-il inlassablement répété lorsqu'il rentrait épuisé au beau milieu de la nuit prêt à passer les premières heures du jour à composer avant d'aller se coucher. Il se l'était répété si souvent que le sens même de la chose s'était dissipé. Au cas où ? En imaginant qu'il aboutisse un jour à une décision définitive qui viendrait mettre un terme aux dilemmes de son existence oui !
L'indécis dégaina son téléphone pour consulter l'heure et un sourire s'épanouit naturellement sur ses lèvres lorsque son fond d'écran révéla le sourire plein de fossettes de sa petite amie. Sa petite amie ! Ça semblait parfois si irréel qu'il ne résistait jamais à l'envie de se pincer douloureusement la peau pour s'assurer de son éveil. Dans quelques heures seulement, il pourrait mettre ses préoccupations entre parenthèses et enfin profiter de la compagnie de Leann, sans modération, sans s'imposer de frein, sans craindre d'être surpris par les mauvaises personnes. C'est pourquoi ils avaient décidé de se rendre à San Francisco. Vivre leur relation sans avoir à surveiller leurs arrières. Zach n'avait décliné la véritable version des faits qu'à Ruben —puisque c'est avec lui qu'il prétendait séjourner. Il s'empressa de pianoter un court message à l'intention de sa dulcinée : Can't sleep, too excited about tomorrow. Love u.
Il glissa un billet de cinq dollars sous sa tasse après l'avoir vidée d'une seule traite. Il avait découvert ce café à l'ambiance rétro grâce à l'un de ses collègues du SONTH et y avait régulièrement trouvé refuge au cours des dernières semaines : pour se détendre autour d'une boisson chaude, pour laisser ses pensées glisser sans contrainte, pour ne pas avoir à rentrer directement à Pasadena où les silences étaient X fois plus lourds qu'ils ne l'étaient dans cette ambiance douillette. Après avoir salué la propriétaire âgée d'une soixantaine d'années, Zach quitta l'établissement et enfourcha souplement sa nouvelle moto. Il mit les voiles et le grondement mécanique de sa bécane s'éteignit progressivement dans la ruelle.

Une fois rentré, il s'étendit quelques heures sans réussir à trouver le sommeil —comme à la veille d'une rentrée scolaire ! Son estomac s'en retrouvait noué d'impatience. Il sombra dans cet ailleurs planté entre éveil et inconscience jusqu'à ce que son téléphone portable émette les premières notes délicates d'une chanson de Birdy pour le ramener doucement à bon port. Parfaitement alerte, il s'habilla dans le noir par crainte de réveiller ses parents —ou pire, Joshua !— et révisa rapidement le contenu de son sac de voyage. Zach était un adolescent tout ce qu'il y a d'organisé. Mais chaque année c'était la même chose ! Il oubliait d'ajouter un élément incontournable à son inventaire et se retrouvait forcé d'acheter une brosse à dents, un rasoir, un déodorant ou un simple pot de gel à l'épicerie locale, une fois arrivé. Ses pupilles glissèrent une dernière fois sur les contours de sa chambre et s'arrêtèrent fébrilement sur la boîte de préservatifs qu'il avait acheté quelques jours plus tôt. Il ne s'était toujours pas décidé à la ranger entre ses t-shirts et ses caleçons “au cas où”. Principalement parce qu'il ignorait si Leann et lui avaient atteint ce seuil-là et craignait de brusquer les choses en lui soumettant l'idée. Et puis ! Quel genre de petit ami se risquait à poser ce genre de questions hein ? “A lame one”, répliqua une petite voix sardonique à l'arrière de son cerveau. L'idée de ne rien avoir emmené avec lui s'ils en venaient précisément à cette étape au cours de leur séjour le mortifiait à l'avance et après une dizaine de minutes de réflexion durant lesquelles il descendit à la cuisine pour dévorer un bol de ChocoPops, Zach ajouta la boîte à son paquetage sans plus réfléchir. Un poids invisible s'envola de ses épaules une fois cette décision prise et il referma soigneusement son sac dans un zip sonore.
Zach terminait de graver une compilation de chansons pour la route, mêlant les goûts de Leann aux siens pour qu'ils y trouvent chacun une dose de satisfaction —il ne résista pas à l'envie d'y ajouter la mélodie qu'il avait composée et enregistrée pour elle— lorsque son téléphone pivota légèrement sur lui-même dans un vibrement sourd. Elle l'attendait. Il éteignit précipitamment son ordinateur et rangea précautionneusement le disque dans une boîte avant d'épauler son sac et d'ouvrir la porte de sa chambre : il sursauta avant de se raidir devant la silhouette à demi-nue de Joshua qui se tourna vers lui, les boucles harmonieusement désordonnées : “Tu décolles déjà ?” S'étonna-t-il d'une voix encore éraillée par le sommeil.  Comme si ça avait été la chose la plus ridicule du monde que de s'éveiller aux aurores pour un séjour entre potes. Zach hocha lentement la tête en tirant machinalement sur un coin de sa chemise ouverte : “Okay ... Eh ben ... Ne fais rien que je ne ferais pas hein !” Il lui donna une tape sur l'épaule en étouffant un bâillement avant de rejoindre sa chambre d'une démarche traînante. “Ah ! Et m'man m'a dit de te demander d'appeler quand t'arrives” Ajouta-t-il avant de fermer la porte. Zach resta planté dans le couloir à fixer celle-ci durant quelques secondes, avant de se mordre la joue en rejoignant la rez-de-chaussée.

Le soleil semblait tout juste s'être lancé à la conquête des cieux lorsqu'il discerna enfin les contours de la voiture de Leann. Il pressa consciencieusement l'allure, la démarche un peu gauche, manquant de s'emmêler les pieds tant il était dans le brouillard. Il glissa son sac sur la banquette arrière du véhicule avant de venir tranquillement s'installer sur le siège passager : “Bonjour”, répondit-il d'un ton infiniment doux, comme s'il s'agissait d'une réponse rituelle dont eux seuls connaissaient la véritable signification. Il sourit contre ses lèvres, caressa brièvement sa joue du bout des doigts avant de s'écarter lentement pour boucler sa ceinture. “Seulement si des pancakes sont en jeu !”, plaisanta-t-il en redressant le visage vers elle. Il se contorsionna durant quelques secondes pour atteindre son sac et en sortir le CD qu'il glissa bientôt dans le lecteur : “Je me suis dit qu'un peu de musique ne serait pas de trop”, précisa-t-il alors qu'un titre d'Ellie Goulding “Light” commençait à tourner. Il s'agita quelques instants alors qu'elle démarrait, à la recherche d'une position confortable : “Aucun soupçon ?”, lui demanda-t-il en faisant principalement référence à April qui avait développé un talent aiguisé pour découvrir la véritable nature des affaires de sa cadette. “Tu m'as manqué”, avoua-t-il en glissant une main sur celle de la jeune femme, qui guidait le levier de vitesse.
Les kilomètres s'allongèrent et ils ne tardèrent pas à s'aventurer dans la banlieue angeline en échangeant quelques nouvelles des deux dernières semaines qu'ils avaient dû passer l'un à l'écart de l'autre. Malgré lui, Zach s'assoupit trois quarts d'heure après leur départ, bercé par la conduite souple de Leann et les titres doux diffusés par la radio. Il se sentait bien, comme dans un petit cocon embaumé du parfum fruité de la jeune femme. Sentir sa présence à proximité, s'accompagner des perspectives qu'offraient un séjour avec elle en tête-à-tête ... C'était l'idéal ! Recroquevillé, il se réveilla deux heures plus tard tandis qu'ils s'arrêtaient à un péage. Une brise s'engouffra dans l'habitacle lorsque Leann abaissa sa vitre pour récupérer son ticket et il s'ébroua dans un frisson. Il scruta les alentours en se frottant adorablement les paupières, légèrement déboussolé : “Oh man. J'ai dormi longtemps ?” Lui demanda-t-il d'un ton d'excuses, en se massant machinalement la nuque endolorie. Il écarquilla les yeux en découvrant l'heure : ils n'étaient plus qu'à une heure et demie de San Francisco, maximum ! “Wow ! J'appelle à la halte Wonderwoman ! Je t'offre un bon grand café” Décréta-t-il en se penchant pour indiquer le panneau d'une aire de repos à deux cents mètres.

Ils s'étaient installés sur une table de pique-nique en bois de l'aire de stationnement pour ne pas avoir à supporter les foules de voyageurs qui se bousculaient les uns les autres à l'intérieur. Zach revint une dizaine de minutes plus tard, les mains encombrées de deux grands gobelets fumants et d'un énorme muffin aux myrtilles qu'il avait demandées avec le reste de sa monnaie —il savait que les cafés des stations-service n'étaient pas dignes de ceux qu'ils auraient pu trouver dans le centre de LA, alors autant faire passer le goût avec une gourmandise. “Attention, c'est très chaud !”, l'avertit-il en déposant rapidement le tout devant elle dans une grimace. Il déposa la viennoiserie devant elle avec un air triomphal : “Et voilà pour la meilleure !”, ajouta-t-il en enfourchant le banc pour s'asseoir près d'elle. Il déposa un baiser claquant sur le coin de son épaule nue avant de se frotter les mains pour en chasser les brûlures : “J'ai hâte de te montrer San Francisco ... Tu n'y es jamais allée, non ?” S'enquit-il avant de souffler très doucement sur sa boisson chaude. “Il y a le Golden Gates évidemment, les ferries —j'adore les ferries tu sais bien—, les Suthro Baths sont plutôt cool à visiter ...” Il glissa une main autour de sa taille dans un désir de proximité physique en énumérant d'autres places incontournables de SF “... Et j'ai réservé des places pour le Great American Music Hall, jeudi soir”. Il sourit, se pencha pour l'embrasser tranquillement. Se conduire comme un adolescent énamouré ne le dérangeait pas, au contraire. Surtout après s'être refusé des démonstrations d'affections publiques au cours des dernières semaines : “J'espère que tu as pensé à embarquer un maillot de bain parce que les plages, c'est pas ce qui manque non plus !” Ajouta-t-il en riant.


Dernière édition par Zach T. Porter le Mer 15 Jan - 0:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: let's find some beautiful place to get lost ∞ ft. zach   Ven 1 Nov - 15:29


Leann & Zach





Someday, someone will walk into your life and make you realize why it never worked out with anyone else. ▬ Leann avait l’impression d’être le cliché de l’adolescente amoureuse. Elle avait passé ses vacances à traquer le moindre réseau pendant son périple familial afin de pouvoir avoir des nouvelles de son petit-ami. Pour le moment, ils avaient décidé de ne parler de leur relation à personne. Ca ne déplaisait pas à la jeune femme, loin de là. Non pas qu’elle était adepte des histoires cachées, mais elle était persuadée que compte tenu de la situation, ils en auraient besoin. Certes, ils avaient attendu un an avant de sauter le pas, mais il n’en restait pas moins le frère de Joshua et elle n’avait aucune idée de comment réagirait ce dernier lorsqu’il l’apprendrait. Pour être tout à fait honnête, elle préférait chasser ces questions de son esprit et se concentrer simplement sur Zach. Raison pour laquelle, il était préférable qu’ils vivent cette histoire dans leur bulle, sans pression extérieure. Leann ne l’avait donc dit à personne, ni à ses amis, ni à ses parents, ni même à sa sœur April. Pourtant cette dernière s’était montrée curieuse pendant les vacances. Si la plus jeune de la famille Johnson avait essayé de se montrer aussi discrète que possible, ça n’avait pas toujours été une mince affaire. Sa sœur était terriblement curieuse de nature, alors essayer de lui cacher avoir un petit-ami alors qu’elles avaient partagé une tente pendant plusieurs semaines, avait été assez épique ! Si sur le coup, elle avait levé les yeux au ciel un nombre incalculable de fois face aux questions de son aînée, avec le recul, elle en souriait. Ca faisait simplement partie des moments cocasses des vacances en famille. Maintenant qu’elles étaient terminées, un nouveau voyage se préparait. Celui-là, Leann l’attendait avec impatience puisqu’elle s’apprêtait à partir avec Zach, à San Francisco. C’était la première fois qu’elle partait en couple. Elle avait presque l’impression d’être adulte… Ce qu’elle était dans les faits bien entendu ! Mais d’un autre côté, son statut d’étudiante la laissait encore dans un entre-deux ce moment de la vie où l’on continue de se chercher. A vrai dire, elle ne s’était jamais autant cherchée que cette année, conséquence directe de sa rupture avec Joshua. Elle avait grandi en même temps que cette relation et se retrouver soudainement seule lui avait donné l’impression désagréable de ne plus se connaître. Elle n’avait pas toujours pris les bonnes directions, se laissant influencer la plupart du temps par ce qu’on pouvait penser d’elle. Elle était quelqu’un d’assez réservé, pas forcément adepte des flirts à répétition. Elle s’y était essayée… Inutile de préciser que ça avait été un échec monumental. Et puis elle avait réalisé quelque chose qui semblait probablement évident au reste du monde, mais qu’elle avait eu du mal à comprendre. Réservée ou non, elle était elle-même. Avoir un manque de caractère était une formule terriblement fausse. Chacun avait sa personnalité, personne n’en était amputé. Simplement, elle n’était ni aguicheuse, ni exubérante. Elle était peut-être moins évidente, plus difficile à cerner. Est-ce que c’était mieux ou moins bien ? Elle n’en avait aucune idée. Mais au moins, être elle-même sans se préoccuper des autres était la meilleure décision qu’elle avait prise.

Tôt le matin, elle était montée dans sa voiture, en direction de Pasadena où la famille de Zach vivait. Ils avaient convenu qu’elle passerait le chercher là-bas. Dire qu’elle avait hâte de le revoir était un euphémisme. Certes, les messages qu’ils s’envoyaient étaient adorables, entendre sa voix au bout du fil la faisait sourire invariablement. Mais le voir ? Ce n’était pas comparable, tout simplement. Arrivée à destination, elle sortit son téléphone portable de son sac à main pour prévenir le jeune homme qu’elle l’attendait dehors. Elle avait pris soin de se garer un peu plus loin, même si elle se doutait que les Porter devaient dormir à points fermés à cette heure-là. Elle n’avait pas envie de prendre le risque d’être vue. Pour le moment, leur relation restait secrète et il n’était pas question de lâcher une bombe pareille sans être sûrs, sans avoir préparé le terrain avant. Quelques minutes plus tard, elle vit la silhouette de Zach sortir de la propriété de ses parents. Inutile d’essayer de retenir son sourire, il était déjà accroché à ses lèvres. Il mit son sac de voyage sur la banquette arrière, avant d’entrer dans la voiture et de s’installer sur le siège passager. A nouvelle, elle se sentait comme un cliché d’adolescente amoureuse, à afficher ce sourire béat, ses yeux brillants… Mais peu importe, c’était un cliché tout à fait agréable à vivre, en particulier lorsqu’ils s’embrassèrent, geste tendre qui lui avait terriblement manqué au cours de ces dernières semaines. A la nuée de papillons qu’elle avait au creux du ventre, elle avait presque l’impression de l’embrasser pour la première fois. « Bonjour » Elle continua de sourire, avant de lui demander s’il était prêt à partir à l’aventure. « Seulement si des pancakes sont en jeu ! » Il était en train de la prendre par les sentiments compte tenu de son amour pour les petits déjeuners. « C’est négociable Porter ! » répondit-elle avec un sourire malicieux aux coins des lèvres. Tandis qu’elle démarrait la voiture, elle vit qu’il cherchait quelque chose dans son sac, en sortant finalement un CD. « Je me suis dit qu'un peu de musique ne serait pas de trop » Elle ne pouvait pas dire le contraire. La veille, elle avait consacré sa soirée à préparer ses affaires et n’avait pas pensé à graver quelques chansons sur un disque pour accompagner leur voyage. « Bonne idée ! » répondit-elle alors que « Light » se faisait entendre dans les hauts parleurs. « J’adore Ellie Goulding ! » ajouta-t-elle avec enthousiasme en tapotant machinalement ses doigts contre le volant. « Aucun soupçon ? » Elle plissa légèrement les yeux à sa question. « Si, quelques-uns de la part d’April ! » répondit-elle. « Essaie de garder une vie privée en partageant une tente avec elle ! » ajouta-t-elle avec une pointe d’humour dans la voix. « Mais elle ne se doute pas que c’est toi », dit-elle finalement en lui jetant un bref coup d’œil. « Et de ton côté ? » demanda-t-elle. Elle ne savait pas comment sa famille à elle prendrait les choses, mais il n’y avait pas de raison pour qu’ils le prennent mal. En revanche, du côté de Zach, c’était forcément plus problématique. « Tu m'as manqué » Elle se sourit en se mordillant doucement la lèvre inférieure, sentant la main du jeune homme sur la sienne. « Tu m’as manqué aussi, » lui répondit-elle avec une sincérité évidente.

Ils avaient rencontré quelques embouteillages au moment de sortir de Los Angeles, ce qui n’était guère une surprise. La Cité des Anges était surtout la Cité des Voitures. A croire qu’elles étaient plus nombreuses que les êtres humains ! Cela dit, elle n’avait pas vraiment vu passer le temps, occupée à bavarder avec Zach, chacun racontant les dernières nouvelles le concernant. Tandis que la route s’étirait le long de la côté, Leann avait regardé brièvement son petit-ami, endormi profondément. Il était attendrissant, presque trop pour être honnête ! Elle se concentra à nouveau sur la route, n’ayant définitivement pas cœur à le réveiller. « Oh man. J'ai dormi longtemps ? » Elle tourna la tête vers lui, un air amusé au visage, après avoir refermé sa fenêtre une fois le ticket de péage entre les mains. Elle fronça légèrement le nez, comme si elle réfléchissait à la réponse qu’elle allait lui donner. « Suffisamment pour que j’envisage de te surnommer la Belle au bois dormant ! » répondit-elle d’un air faussement sérieux, avant d’être trahie par ses fossettes. « Wow ! J'appelle à la halte Wonderwoman ! Je t'offre un bon grand café » Elle hocha la tête en riant, en voyant le panneau de l’aire de repos qu’il lui désignait. Après les embouteillages, elle avait plutôt bien roulé si bien qu’ils n’étaient plus très loin de leur destination. Elle avait hâte d’arpenter les rues magnifiques de San Francisco, voir son architecture si typique… Mais une pause ne leur ferait pas de mal, et un café non plus d’ailleurs !

Pendant que Zach s’était engouffré à l’intérieur pour s’occuper des cafés, tandis que Leann s’était installé à une table de pique-nique. Compte tenu du monde qu’il y avait, il était certain qu’ils seraient plus tranquilles dehors. Qui plus est, Californie oblige, le soleil était radieux. L’été était pratiquement permanent ici, alors en plein mois d’août, les températures étaient plus supportables le matin. « Attention, c'est très chaud ! » Perdue dans ses pensées, elle ne l’avait même pas entendu revenir. « Et voilà pour la meilleure ! » Elle sourit avec un attendrissement non-dissimulé en voyant le muffin qu’il déposait devant elle. A la myrtille qui plus est, son préféré ! D’agréables frissons parcoururent sa colonne vertébrale tandis qu’il déposait un baiser contre son épaule. Elle se retourna légèrement vers lui et caressa délicatement sa joue, avant de l’embrasser au coin des lèvres. « On dirait que tu me fais de la concurrence à ce niveau-là », répondit-elle dans un murmure, en relevant son regard malicieux vers les sien. « J'ai hâte de te montrer San Francisco ... Tu n'y es jamais allée, non ? » Les années précédentes, ses parents avaient surtout manifesté leur envie de retourner sur la Côte Est, pour radicalement changer d’air. Cet été était la première fois qu’ils avaient eu envie de découvrir les mystères de l’Ouest ! « Jamais ! » répondit-elle. « Et j’ai hâte d’y être ! » ajouta-t-elle. Ce qu’elle préférait dans une relation amoureuse, c’était découvrir petit à petit l’univers de l’autre, ses passions, ses goûts. Alors partir en voyage ensemble était forcément un moment particulier et elle avait hâte de voir ce qu’il aimait tant dans cette ville. « Il y a le Golden Gates évidemment, les ferries —j'adore les ferries tu sais bien—, les Suthro Baths sont plutôt cool à visiter ... » Elle l’écoutait en parler avec un certain émerveillement, en avalant une gorgée de son café. Ce n’était pas le meilleur café du monde, loin de là, mais elle se fichait éperdument du goût qu’il avait, le moment étant suffisamment parfait pour le lui faire oublier. Instinctivement, elle se resserra un peu plus contre lui, tandis qu’il passait son bras autour de sa taille. « ... Et j'ai réservé des places pour le Great American Music Hall, jeudi soir » Est-ce qu’il avait seulement conscience d’être un petit-ami absolument parfait ? Elle prolongea leur baiser pendant quelques instants supplémentaires. Certes, garder leur relation secrète était un accord commun entre eux. Cela dit, c’était terriblement agréable de pouvoir le retrouver pleinement après ces semaines sans se voir, sans aucune crainte d’être surpris. « Si tu essaies de me séduire, sache que ça fonctionne à merveille ! » répondit-elle amusement. « Je suis impatiente de découvrir tout ça avec toi ! » ajouta-t-elle. « J'espère que tu as pensé à embarquer un maillot de bain parce que les plages, c'est pas ce qui manque non plus ! » Si le soleil la rappelait à l’ordre en permanence en faisait rougir sa peau de porcelaine, elle adorait la plage. Pas forcément essayer de bronzer pendant des heures, mais surtout s’amuser dans les vagues. « Evidemment ! j’ai déjà prévu de te faire boire la tasse au moins une fois ! » le taquina-t-elle avec espièglerie. Elle attrapa le muffin aux myrtilles et en prit un morceau. « T’en veux ? » lui demanda-t-elle en lui tendant la pâtisserie. Une vingtaine de minutes plus tard, leurs cafés étaient terminés, le muffin ne formait plus que quelques miettes, ils étaient prêts à repartir.







Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: let's find some beautiful place to get lost ∞ ft. zach   Mer 15 Jan - 0:25

“Heaven is a place on earth with you, tell me all the things you wanna do. I heard you like the bad boys, honey is that true ? It's better than I ever even knew. They say that the world was built for two, only worth living if somebody is loving you. Baby now you do.”— Lana Del Rey

“Pas vraiment” lui répondit-il, en ajustant la sangle de sa ceinture sur son épaule, lorsqu’elle lui retourna sa question—à savoir si des soupçons s’étaient manifestés du côté de sa famille. “Enfin, pas à propos d’une escapade amoureuse en tout cas !” Il lui adressa un mince sourire pour lui signifier le peu d’importance qu’il accordait à la confiance désormais bancale que lui conféraient ses parents depuis son excursion à New York quelques mois plus tôt. Du moins, en façade—mais Zach tenait beaucoup trop au bon déroulement de leur séjour à San Francisco pour venir l’obscurcir avec ses problèmes familiaux qui, de toute manière, sauraient très bien attendre son retour pour faire surface. Il espérait seulement que ce manque de crédit ne viendrait pas les handicaper une fois sur place. Il ne manquerait plus que Mme. Robinson—une voisine et amie de longue date de ses parents— ne vienne s’incruster pour vérifier ses déclarations. Un nouveau sourire de ravissement s’épanouit sur ses lèvres et, ses pupilles pétillèrent à l’unisson lorsqu’elle lui avoua que lui aussi lui avait manqué. Oh non il n’en doutait pas. C’était terriblement bête de sa part à vrai dire, mais cette transparence vis-à-vis des sentiments qu’ils partageaient réussissait encore à le prendre par surprise—surtout venant de Leann à laquelle il avait fallu des mois avant de sauter l’obstacle du déni. Sa conduite souple et les notes d’Ellie Goulding le conduisirent aux grandes portes du sommeil. Des portes qui s’ouvraient sur l’univers de tous les possibles où Leann avait longuement régné au cours des deux dernières années; avant qu’elle ne dépose la couronne pour devenir une réalité, avec plus d’éclat, plus de charme, plus de défauts, qu’il pouvait aimer sans culpabilité ni concessions. Si bien qu’en définitive, il ne trouvait plus la moindre utilité à s’endormir tout court.

“Faut bien, tu risquerais de te reposer sur tes lauriers !” répliqua-t-il malicieusement lorsqu’elle l’eût remercié pour le muffin aux myrtilles. Zach se rapprocha un peu d’elle, un bras autour de sa taille, le second occupé à pianoter machinalement les mesures irrégulières d’une mélodie fugitive à côté de son gobelet de café. “Tu vas adorer” lui assura-t-il avec un enthousiasme non dissimulé—si ce n’est indissimulable—avant de se lancer dans une énumération sans fin des lieux incontournables, selon lui, de la cité californienne. Beaucoup vantait la beauté de la Côte Est: New York, Miami, Philadelphie—et il ne lui viendrait pas à l’esprit de remettre ça en question, ayant énormément apprécié la Grosse Pomme lorsqu’il y était. Cependant, lui était tombé amoureux de ce côté de l’océan, où le charme séduisait les cœurs d’une manière bien différente qu’à trois heures de décalage horaire plus loin. Zach avait passé la majeure partie de ses vacances d’été à San Francisco et même lorsqu’Haley et Joshua avaient commencé à partir seuls de leurs côtés, il n’y avait pas renoncé. Évidemment, c’était différent cette année. Il avait toujours considéré cette maison comme un havre de paix, une zone sans combat. Il n’aurait certainement pas consenti à ruiner cet endroit avec des ondes aussi négatives que celles que dégageait dernièrement sa famille. “Évidemment ! J’ai déjà prévu de te faire boire la tasse au moins une fois !” lui apprit-elle avec un air si désinvolte qu’il ne put que lui renvoyer un regard aussi éberlué qu’amusé : “Oh, vraiment ? On verra ça !” C’était presque lui tendre un bâton pour se faire battre à ce stade-là, mais ça n’avait aucune importance. “Merci” ajouta-t-il lorsqu’elle lui tendit un morceau de sa viennoiserie dont il ne fit qu’une seule bouchée. Ils passèrent encore une bonne dizaine de minutes à discuter, plaisanter, ne rien dire et à se cajoler. Puis l’heure de reprendre la route se présenta et ils se séparèrent presque à regret. Zach s’empressa de glisser leurs consommations dans une poubelle avant de la rejoindre près de la voiture. Il ouvrit la portière et se tint immobile quelques secondes, le temps de consulter son téléphone. Plus par bonne mesure que par réelle nécessité, il adressa un message bref à sa mère afin d’endormir ses suspicions, puis se glissa dans l’habitacle. Bientôt, ils seraient à San Francisco.

“Allô, maman ? Ouais, on est arrivés !” l’informa-t-il en empoignant solidement la valise de Leann, le téléphone calé entre l’épaule et l’oreille. Le peu d’attention qu’il accordait au monologue préventif d’Amanda Porter se dissipa au moment même où il surprit le geste de Leann. Il l’arrêta du regard lorsqu’elle fît mine de tendre la main pour récupérer son bagage: “What do you think you’re doing ? Tiens, les clés” sourit-il après avoir étouffé le microphone de son mobile le temps de l’échange. Il lui confia le trousseau et se pencha sur la plage arrière pour récupérer son propre sac avant de sonder le pavillon voisin. Il fut presque soulagé de constater que le Hummer de Mme Robinson ne s’y trouvait pas—sans doute était-elle allée se prélasser sur la plage. Chaque année, elle lui menait une compétition sans vergogne en matière de bronzage et chaque année, la génétique l’emportait sur ses efforts. Zach referma prestement la voiture avant de soulever ses charges, les traits crispés. La maison s’élevait sur deux étages. Deux baies vitrées  face Ouest et Est laissaient constamment entrer une lumière solaire reposante qui se réfléchissait sur les murs blancs du salon. La demeure entière s’accordait à la saison et pendant une fraction de seconde, il se demanda quel en serait l’effet s’il venait pendant les fêtes de Noël.

“Maman ! Non tu ne peux pas parler à Ruben. Comment ça pourquoi ? Il dort !” protesta-t-il, scandalisé par une insistance qu’il n’aurait pas cru recevoir de sa mère. “Oui, oui. Je passerai la voir quand elle sera rentrée”. Il croisa le regard de Leann, en claquant la porte du pied et roula des yeux pour lui traduire l’ennui que lui apportait déjà cette conversation. “Je dois raccrocher, je file en courses là. Les placards sont vides, tu connais la routine !” prétexta-t-il en cherchant à couper court. En dépit de cet argument imparable, quelques minutes furent encore nécessaires avant qu’il ne puisse à raccrocher. Il poussa un long soupir de soulagement avant de s’étirer comme s’il avait cherché à toucher le plafond. “Ma mère” précisa-t-il comme si ça avait été la meilleure explication du monde pour une Leann qui n’avait pu suivre qu’un seul côté de la conversation. Il lança son téléphone sur le canapé de coton couleur ébène avant de vérifier réellement les placards. Du café, deux paquets de pâtes, quelques conserves. S’ils n’avaient pas le cœur à se lancer à l’assaut des épiceries dans l’immédiat, ils auraient de quoi passer la journée. Et dans le pire des cas, ils pourraient toujours se faire livrer.
“Tu devrais enfiler quelque chose de moins lourd” lui conseilla-t-il en désignant le slim qu’elle avait sur elle, se rappelant les températures que pouvait atteindre cette région de la Californie en plein été. “Il y a une salle de bains ici, une chambre-là, n’hésite pas à t’étaler !” ajouta-t-il en désignant successivement les pièces mentionnées. “Je te montrerais l’étage plus tard si tu veux”. Il tira sa valise et son propre sac vers la chambre et déposa le tout sur le lit, sans prendre le temps de la consulter. Le geste avait été spontané, presque naturel. Mais sans doute aurait-il marqué plus d’hésitations s’il avait daigné y réfléchir ne serait-ce qu’une seconde. Il tira un débardeur et un short de son propre barda et laissa son contenu exposé à la vue de tous en se tournant vers la salle d’eau qui communiquait avec la chambre. Il en laissa machinalement la porte entrouverte et s’empressa de se changer. Il s’accorda quelques minutes pour se passer de l’eau sur le visage, ordonner ses boucles brunes et passer une main sur ses joues avant d’estimer qu’un coup de rasoir éclair n’était pas nécessaire. Il passa une touche de déodorant avant d’élever la voix : “Je peux revenir ?”
Il manqua de rougir violemment lorsqu’une fois  dans la chambre, ses yeux se posèrent sur la boîte de préservatifs. Dans sa précipitation pour récupérer ses affaires, il l’avait laissée n’importe comment—autrement dit, immanquable. Il releva le menton et pendant quelques instants, il se demanda si Leann l’avait remarquée. Il ouvrit la bouche pour l’interroger et elle sembla remarquer son trouble. “Tu as … ?” Il se dégonfla au dernier moment et il s’empressa d’enfourner son jean et sa chemise dedans. “Euh … Qu’est-ce que tu voudrais faire ? Il y a la plage à, genre, 100 mètres. On peut aller manger avant si tu as faim. Ou alors, si tu es fatiguée, je peux te laisser dormir un peu et aller faire quelques courses. T–Tu as un régime particulier, des allergies ou … ?”
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: let's find some beautiful place to get lost ∞ ft. zach   

Revenir en haut Aller en bas
 

let's find some beautiful place to get lost ∞ ft. zach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-