AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 .bar. ♫ - test me if you dare for Thayer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: .bar. ♫ - test me if you dare for Thayer   Ven 16 Déc - 21:44

Un rayon de soleil timide s'immisça entre les volets pour poursuivre sa course audacieuse jusqu'au lit et se déposer sur la fine silhouette qui l'occupait, caressant furtivement ses courbes sans pour autant éveiller la belle endormie. Quelques minutes s'écoulèrent avant que ce tableau d'une douceur idyllique ne soit brisé par la sonnerie stridente d'un réveil : la délicieuse créature entrouvrit lentement ses paupières délicates et ses prunelles d'un saphir intense se fixèrent sur l'élément perturbateur de ses songes. Ses doigts fins ne tardèrent pas à mettre fin au tourment que lui inspirait ce son désastreux et bientôt, Savannah étirait gracieusement ses membres pour chasser la langueur de sa fatigue. Cela faisait quelques jours seulement qu'elle était de retour à Los Angeles, elle avait encore énormément de mal à s'habituer au calme privilégié dont elle bénéficiait : l'hôtel n'était sûrement pas le meilleur que l'on puisse trouver en ville, peut-être même se situait-il dans les moins chers et donc, dans les plus sordides, nonobstant, il y régnait une tranquillité qu'elle n'avait jamais eu lorsqu'elle vivait au Mexique. Peut-être avait-elle brièvement oublié ce que signifiait avoir une vie confortable. Elle se redressa bientôt pour quitter ses draps poussiéreux dont l'ouverture subtile invitait à un repos supplémentaire dont elle ignora l'appel pour se rendre jusqu'à la petite salle de bain jouxtant la pièce maîtresse. Elle fit couler l'eau dans l'espoir que celle-ci s'échauffe vite et se débarrassa de son tee-shirt ainsi que son short qui furent abandonnés au sol. Savannah avait conscience qu'elle prenait beaucoup de soin à ne pas penser à Aidan et à l'annonce qu'il lui avait faîte la dernière fois qu'elle l'avait vu : pour une femme qui avait songé chaque jour à cet homme, c'était une tâche rude à laquelle elle était pourtant déterminée à s'adonner. Elle avait besoin de concentration et ce n'était pas une catégorie dans laquelle le sujet Aidan pouvait aisément se classer. Elle se glissa bientôt dans sa cabine de douche et fut déçue lorsqu'elle s’aperçut que la température de l'eau était tout juste tiède. Elle se résigna à rester sous le jet médiocre et lava sa longue chevelure ébène ainsi que son corps élancé. Inexorablement cependant, ses pensées se tournèrent vers Aidan, réflexe qui était devenu quotidien et duquel elle ne pouvait plus se séparer, quand bien même sa volonté si acharnait. Cela revenait à se jeter contre un mur de pierres façonné par les années d'exil qu'elle avait dû subir, à s'imaginer ce qui pouvait bien se passer de l'autre côté. Il allait se marier. Et la femme qui mêlerait sa vie à la sienne n'était pas elle. Il allait passer le reste de ses jours avec une autre. Et elle, Savannah Monroe, resterait seule car dès lors que les voeux seraient prononcés et les uniraient, cela dissoudrait aussi le coeur qui n'avait battu que pour le marié. Savannah eu un bref étourdissement et due s'appuyer un instant contre le carrelage du mur contre lequel elle posa son front, les yeux à demi-clos. Le malaise restait intense. Elle coupa l'eau et sortie, interrompant sa douche et s'enveloppa dans une serviette rugueuse avant de démêler ses cheveux avec le premier peigne qui pouvait lui passer sous la main. Elle se surpris à sa propre brusquerie et s'efforça au calme, mais elle savait d'ores et déjà qu'elle n'atteindrait plus jamais cet état : elle devait s'occuper l'esprit. La jeune femme retourna dans sa chambre et consulta le journal sur lequel de grands cercles rouge vif étaient tracés sur la page des jobs. Elle ne pouvait décidément pas faire du sur place, d'une certaine manière elle devait se donner les moyens d'avancer ... La jeune femme s'assit sur son siège et téléphona à bon nombre des entreprises ayant passées les annonces : le hasard fut cruel au point que chaque numéro appelé avait déjà été comblé pour leurs postes vacants. Savannah finit par raccrocher avec lassitude et s'habilla d'un jean, d'un débardeur blanc et enfila sa veste en cuir avec la ferme intention de trouver une solution à ses problèmes. N'était-ce pas ainsi que ces derniers pouvaient se régler ? Penser simplement aux solutions qui s'offraient à elle.

Elle vagabonda un long moment, visitant des lieux qu'elle n'avait plus foulé depuis des années. Se remémorant des instants qui lui semblait à présent bien loin, si loin qu'elle pouvait presque avoir l'impression de les avoir simplement rêvé. Sans réellement avoir conscience de ce qu'elle faisait, la jeune femme héla un taxi et monta à l'intérieur, donnant l'indication de la plage de Venice. Elle eut même le plaisir de discuter avec le chauffeur tout en restant très évasive sur les questions qu'elle jugeait bien trop directes. Elle paya ensuite sa course et ôta ses bottines pour apprécier à sa juste valeur la texture poudreuse du sable sous ses pas. Elle s'approcha, telle une âme solitaire, des eaux montantes et descendantes, sans réellement se préoccuper de ceux qui profitaient du soleil. L'air marin lui procurait simplement un bien-être sans égal. Tant qu'elle en fut revigorée au maximum et plus optimiste qu'elle ne l'avait été depuis ce début de semaine chaotique. Elle erra ensuite dans les rues, sans but en tête. Ses prunelles cristallines déshabillèrent les vitrines, dévorèrent le moindre article attrayant. Dans sa contemplation, elle manqua de ne point apercevoir la pancarte indiquant un poste libre plaquée sur la devanture d'un bar. Savannah, les mains dans les poches, hésita un bref instant. Elle n'y perdrait rien à essayer une fois de plus, après tout. Et c'était sans doute mieux, au moins, aucun de ses interlocuteurs n'auraient l'indécence de lui raccrocher au nez trente secondes après sa prise de parole. Elle désirait un job, quand bien même cela l'abaissait à reprendre un rôle de serveuse. Elle baignait là-dedans depuis trop longtemps pour réellement s'en plaindre. Elle pénétra dans l'établissement quelque peu fréquenté et se dirigea vers le comptoir auquel elle s'assit en cherchant des yeux une personne susceptible de la renseigner. Bientôt, un homme fit son apparition et elle l'interpela :

« Excusez-moi ! Pourriez-vous me dire où je peux trouver le patron s'ilvouplait ? demanda-t-elle avec une amabilité presque familière. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: .bar. ♫ - test me if you dare for Thayer   Sam 31 Déc - 20:49



thayer and savannah


« Grumph » C’est un Thayer grognon qui ouvrit les yeux ce matin-là, réveillé à dix heures par son réveil, il ne désirait que se rendormir. Après tout, il ne dormait que depuis quatre heures et il ne se rendrait pas dans son bar avant l’après-midi. Etirant son bras à l’aveugle, il partit en recherche de l’interrupteur qui arrêterait cette torture sonore. Ce qu’il trouva sous sa main fut tout autre chose. « Moelleux » fut ce qu’il pensa à voix haute. Doux et chaud, comme une petite brioche sortant du four avec une petite pépite de chocolat au centre. Malaxant un moment ce petit bijou pâtissier, il finit par réaliser le souffle chaud sur sa nuque et la femme splendide dans son lit. Sortant peu à peu de sa torpeur du matin, il se rappela l’avoir ramenée chez-lui après avoir fermé son bar. La veille, Erin avait découvert des photos d’eux nus datant de la première fois qu’ils s’étaient rencontrés. Une nuit qu’elle avait complètement oubliée et que Thayer ne lui avait jamais rappelée durant ces deux années où ils étaient devenus amis. Après une dispute des plus violentes, la belle était partie de chez-lui en claquant la porte, le laissant seul une nouvelle fois. Une constante dans sa vie, la perte de ses proches. Il aurait dû s’y habituer depuis le temps, on ne peut avoir confiance en personne, même pas en soi-même. Un abandon de plus pour lui montrer qu’il devait arrêter d’accorder sa confiance connement. Ce soir-là, il était retourné au bar avec l’idée de boire, mais avait résisté. Cela lui avait pris des mois pour se sevrer, avec l’aide d’Erin et de quelques rares personnes, s’il explosait tout à présent il n’aurait aucun moyen de s’en sortir à nouveau, pas sans elle. Seulement, son envie de boire avait été tellement forte ce soir-là, qu’il n’avait pu se contrôler par ailleurs. Sa colère, sa passion, tout était partie en vrille. Explosant un verre sur le mur près de sa serveuse, la virant après l’avoir traitée de tous les noms, explosant le visage d’un mec qui essayait trop lourdement de ramener une fille chez-lui, ramener la fille qu’il désirait dans son propre appartement et lui faire l’amour sauvagement sans penser à son plaisir à elle. Oui, Thayer avait merdé et il ne se sentait pas de meilleure humeur. Il se saisit de son portable et le jeta au pied du lit après avoir confirmé qu’Erin ne l’avait pas contacté de la nuit. Il ne serait pas le premier à l’appeler, après tout elle devait admettre qu’elle était aussi dans l’erreur, qu’il n’était pas le seul en faute à l’époque. « Hé ! » Il avait poussé la fille à côté de lui pour la réveiller. « Si tu pouvais bouger, j’aimerais dormir je dois bosser cet après-midi. » Elle le regarda avec des yeux ronds. « Oui d’ailleurs, si tu comptes m’insulter et me frapper parce que je suis un connard fini, fait le maintenant. Je ne compte pas te revoir par la suite. » Une gifle et quelques insultes plus tard, il était de nouveau dans son lit et la fille était partie. Thayer n’était pas une telle enflure d’habitude, ne choisissant de passer la nuit qu’avec des femmes consentantes et n’attendant rien de lui. Il arrivait souvent qu’il leur prépare un petit déjeuner et il était toujours charmant et poli. Seulement, on ne peut toujours être parfait et lorsque le jeune homme était de mauvaise humeur, il en faisait profiter tous ceux l’entourant ou le croisant.

Quelques heures plus tard il se réveillait, prenant une douche rapide et appliquant une eau de toilette, il enfila une paire de jeans et une chemise blanche avant de se rendre à son bar. Aujourd’hui, il lui faudrait trouver une nouvelle serveuse et cette fois il comptait bien en engager une avec laquelle il ne désirerait pas juste coucher, mais qui saurait aussi réfléchir et servir des verres. Il posa une affichette sur la porte de son bar et décida d’attendre tranquillement. Le temps passait lentement, il était encore de mauvais poil et c’est pourquoi il décida de faire un petit tour dehors. « Excusez-moi ! Pourriez-vous me dire où je peux trouver le patron s'ilvouplait ? » Longues jambes, fesses rondes, poitrine généreuse, hanches affirmées, longue chevelure brune bouclée, elle avait piqué son intérêt. Il espérait juste qu’elle ne serait pas une amie de la fille de la nuit dernière. Dans le doute, il valait mieux être prudent. « Vous lui voulez quoi ? » Après tout, cela serait sûrement plus amusant ainsi. « Il est parti faire un tour, il devrait bientôt revenir. Je suis le barman, je peux vous faire faire un tour si vous voulez. » Il lui fit un petit clin d’œil et un grand sourire. Si par chance elle venait pour le boulot de serveuse, il préférait savoir à qui il avait à faire avant de se révéler. Si par contre elle venait venger sa copine, c’était aussi une idée judicieuse que de cacher qui il était véritablement. Cet après-midi serait peut être moins long que prévu. Mettant de côté ses idées noires dû à Erin, il se concentra sur la splendide brune devant lui.


Dernière édition par Thayer J. Weston le Dim 4 Mar - 22:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: .bar. ♫ - test me if you dare for Thayer   Sam 14 Jan - 23:36

Les pas hasardeux de Savannah l'avaient mené aveuglément vers un endroit, si précis était-il que son esprit lui-même ne l'aurait sûrement pas envisagé de son propre-chef. Elle avait premièrement arpenté avec soin le chemin sinueux de ses souvenirs les plus éloignés, égarant maintes fois la piste à laquelle elle s'accrochait avec fermeté, pour finalement la retrouver quasiment intacte quelques mètres plus loin. La jeune Monroe avait ensuite tenté de réprimer l'amertume qui s'installait progressivement sur le bout de sa langue, ce goût fielleux qui prenait ses aises face à la confusion qui se livrait désormais exclusivement à son existence et qui ne lui inspirait que répulsion, cela annihilant avec une aisance désespérante la force dont elle était naturellement dotée et qui l'avait incité à reprendre avec véhémence sa vie là où elle avait été contrainte de l'abandonner. Les mains plongées au fond de ses poches, Savannah contemplait à présent la devanture d'un bar qu'elle n'avait pas connu lorsqu'elle vivait autrefois à Los Angeles. Elle en examina les moindres détails extérieurs, comme pour se donner une excellente raison de tourner les talons pour poursuivre ses vagabondages volubiles ... N'y trouvant rien à redire, la jeune femme songea qu'une occasion s'offrait à elle, peut-être même meilleure de celles qu'elle avait sélectionne dans le journal et qu'elle ne devrait sans doute pas la décliner sans avoir pris connaissance de ce qu'elle pouvait éventuellement manquer. C'était un des nombreux fonctionnements de Savannah, qui refusait désormais l'idée de se dérober à quoi que ce soit. Avoir été arrachée si brusquement à sa vie avait fait germer un trait de caractère neuf au sein des innombrables facettes de la Monroe : prendre immédiatement ce que la vie offrait sur un plateau d'argent, sans poser de question. C'est ainsi que la jeune femme finit par hausser des épaules pour chasser ses réflexions intempestives et s'engagea le pas ferme vers l'établissement.

À peine eut-elle effectué quelques pas vers le comptoir que Savannah ressentie une onde chaleureuse décontracter ses membres les plus nerveux. Elle n'aurait su préciser exactement l'origine de cette assurance soudaine, de ce vif sentiment de sécurité, mais elle l'appréciait à sa juste valeur : ses premières impressions étaient généralement celles auxquelles la demoiselle se fiait, comme si les premières apparences sous lesquelles, personnes ou bien lieux, se dévoilaient, restaient graver systématiquement dans son esprit. Il y avait peu de monde à cette heure de la journée, Savannah n'eut donc aucune peine à prendre place sur un siège adossé au comptoir avant de héler un homme dont l'air sérieux peint sur le visage lui laissa penser qu'il était un responsable. Savannah haussa un sourcil en notant le rapide examen qu'il entretint sur son physique, un regard qu'elle jugea déplacé, mais dont les conclusions eurent au moins le mérite de lui faire obtenir son attention.

« Vous lui voulez quoi ? »
« Je viens postuler, répondit Savannah en indiquant du bout de l'index la pancarte encore accrochée dans la vitrine. J'espérais pouvoir m'entretenir avec lui ... »
« Il est parti faire un tour, il devrait bientôt revenir. Je suis le barman, je peux vous faire faire un tour si vous voulez. »

Savannah se tût une fraction de seconde. Durant celle-ci, elle hésita entre quitter les lieux pour éventuellement revenir plus tard, et peut-être aussi pour échapper à l’œillade que lui présentait cet homme qui bien que charmant, demeurait bien trop direct dans ses propositions pour s'attirer ainsi sa sympathie. Seulement, elle se remémora que rien ne l'attendait dehors, si ce n'est la solitude familière qui l'accompagnait partout où elle se rendait. À cette pensée, son estomac violemment, avant de se détendre faiblement. Elle préférait de loin entrer dans le jeu du jeune barman, plutôt que remuer ses pensées et le passé.

« S'il doit bientôt revenir, autant l'attendre ici-même, dit-elle en croisant les bras sur sa poitrine, d'ailleurs puisque vous vous sentez l'âme si avenante, pourquoi ne me tiendriez vous pas compagnie en me servant un café ? renchérit-elle, en plongeant son regard océanique d'une intensité particulière dans le sien. Troublante. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: .bar. ♫ - test me if you dare for Thayer   Lun 30 Jan - 19:39



thayer and savannah



« S'il doit bientôt revenir, autant l'attendre ici-même, dit-elle en croisant les bras sur sa poitrine, d'ailleurs puisque vous vous sentez l'âme si avenante, pourquoi ne me tiendriez vous pas compagnie en me servant un café ? » avait-elle renchérie en plongeant son regard dans le sien, l’occasion pour lui de s’y perdre un court moment. Il appréciait son répondant, montrant son habileté à gérer les avances de l’autre sexe. Avec un corps comme le sien, cela ne devait pas être la première fois qu’elle se faisait dévisager ainsi. La serveuse qu’il recherchait devait être habile, vive et apte à s’adapter à de nombreuses situations, ce qui n’était pas le cas de celles qu’il avait engagé jusqu’à maintenant. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle il avait renvoyé l’une d’elles quelques jours plus tôt. Sa décision avait beau pu être aussi impulsive que violente, il ne la regrettait pas et il espérait à présent trouver quelqu’un d’assez expérimenté pour pouvoir former son autre serveuse qui à défaut d’autre chose, était des plus motivées. « Avec plaisir. » Un clin d’œil plus tard, il s’était tourné pour préparer le café de la belle. « Vous avez de l’expérience au moins ? Non, parce que la dernière en date était… comment dire ? Physiquement intelligente. » Sur ces deux derniers mots, il s’était tourné pour poser le café chaud devant Savannah, un sourire aux lèvres. Ecoutant sa réponse avec attention, il eut un hochement de tête appréciateur. S’il s’était initialement concentré sur ses longues jambes et sa poitrine généreuse, il s’intéressait maintenant de près à ses compétences. Apparemment, ce n’était pas sa première fois en tant que serveuse et il ne la voyait pas mentir sur ce point-là, de toute manière cela se verrait assez rapidement. « Vous savez, le boss ici a un sacré passif. » Venait le moment de voir si elle saurait garder sa place ou si elle était du genre à fourrer son nez partout, attribut qui n’était pas du tout recherché par Thayer. Ne lui laissant pas le temps de réagir, il reprit. « Je suis arrivé un peu après l’ouverture, mais on m’a raconté. Il parait que c’est un ancien alcolo, il buvait les réserves du bar le soir quand il pensait que personne ne le voyait. et » S’appuyant sur le bar, il se rapprocha assez d’elle pour pouvoir lui chuchoter la suite à l’oreille. « sa dernière serveuse, il lui aurait envoyé un verre au visage. Il l’a ratée de près, mais elle aurait eu une méchante éraflure. » Tout ce qu’il disait était vrai, mais il était curieux de voir quelle serait sa réaction. Prendrait-elle ses jambes à son coup ? Elle ne semblait pas être le genre. S’il ne se trompait pas, elle serait plus du style à noter précautionneusement ces informations dans son esprit avec une note « à valider » sans aller plus loin, il la sentait du genre méfiante. Trait que l’on remarque facilement chez les autres quand on le possède également.

Tout en écoutant sa réponse, il récupéra son portable et tapota discrètement sous la table un message à sa serveuse. « Viens me voir et prétends que tu as un truc que tu ne peux pas annuler et que tu dois partir, précise de prévenir le patron. » Envoyé. Un court moment plus tard il en envoya un autre. « et après sors du bar et rentre chez-toi. » On n’est jamais trop prudent, cette fille n’avait jamais brillée par son intelligence. Deux minutes plus tard, Amber venait vers eux avec un visage des plus théâtrales, apparemment elle n’était pas non plus douée pour les arts de la scène. C’est avec une main sur le front – oui, oui – qu’elle entama sa plainte. « Oh mon dieu ! Que faire ? Je dois absolument aller nourrir mon cochon d’inde ! » Son quoi ? « Je n’ai pas eu le temps ce matin, si je n’y vais pas il va mourir ! » Elle lui prit la main et continua d’une voix suppliante. « S’il te plait Thayou, préviens le chef pour moi ! » Thayou ? « Oui, oui aucun soucis. » Se mordillant la lèvre pour ne pas exploser de rire face à cette interprétation des plus absurdes, il lui fit signe de la main et attendit qu’elle soit sortie pour lancer sa prochaine réplique, qui sonna tellement faux qu’il se crut dans une Telenovela. « Mais que va-t-on faire ? Le patron n’est pas là et la serveuse est partie ! » Sentant l’embarras l’envahir, il décida d’arrêter les frais et se contenta de lui passer le plateau. « Montre moi tes talents ma belle. » Tentant de refaire son sourire charmeur, il abandonna et se contenta d’un haussement de sourcil provocateur. Il n’était pas prêt de passer dans une série de la CW.


Dernière édition par Thayer J. Weston le Dim 4 Mar - 22:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: .bar. ♫ - test me if you dare for Thayer   Dim 12 Fév - 13:05

« Avec plaisir. »

Savannah était désormais assise, avec une décontraction coutumière, sur un siège du comptoir. Les jambes croisées en une posture typiquement féminine, elle observa avec sérénité le jeune barman qui s'occupait de la commande qu'elle venait d'effectuer dans le but de lui offrir pour distraction toute autre chose que son physique, sur lequel il semblait mener une contemplation plus que déplacée. Elle n'en était pas troublée, étant serveuse depuis l'adolescence, la Monroe avait eu plusieurs fois affaire à des hommes qui ne parvenaient pas à détourner le regard de ses courbes, voire à garder leurs mains dans leurs poches. Ce n'était donc pas l'attitude irrévérencieuse du jeune barman qui allait réellement la mettre mal à l'aise.

« Vous avez de l’expérience au moins ? Non, parce que la dernière en date était… comment dire ? Physiquement intelligente. »

Savannah ne pu s'empêcher d'émettre un rire éthéré aux mots du jeune homme avant d'y répondre. Étrangement, elle visualisait avec aisance le type de serveuse qui l'avait précédé, suffisamment bien proportionnée pour attirer la clientèle, mais pas assez pour la servir. Un bref instant elle se demanda si c'était réellement ce que recherchait le patron qui gérait l'établissement. Si tel était le cas, elle savait qu'elle ne poserait pas son choix ici. Néanmoins, le fait que la dite employée ne soit plus du personnel lui fit comprendre que ce ne devait pas être un critère exclusif, sinon il n'y aurait aucun poste à pourvoir.

«  Je suis serveuse depuis des années, répondit-elle, au début c'était pour payer mes études, et finalement c'est resté. J'ai même ouvert un petit restaurant, plus petit que celui-ci, au Mexique, mais la vie californienne a due me manquer.»

En effet, en quatre année passées dans le pays hispanique, Savannah était parvenue à monter seule, une petite affaire à Tijuana, certes peu fructueuse lorsque l'on comparait avec un établissement comme celui-ci, mais bien assez pour lui permettre de payer un loyer et occuper le statut de gérante. Elle se perdit momentanément dans ses élucubrations, se remémorant qu'elle avait alimenté ce projet depuis toujours et bien que pitoyablement accompli, elle n'avait pu le poursuivre pour retrouver sa vie ici, à Los Angeles. Parce que ce rêve, avant son départ, elle avait appris à le partager et que sans cette personne, rien ne valait vraiment la peine d'être bâti. La jeune femme le remercia lorsqu'il déposa sa tasse devant elle et la Monroe saisie la petite cuillère pour mélanger le liquide âpre dans lequel elle mis trois sucres.

« Vous savez, le boss ici a un sacré passif. »

Surprise par le ton emprunté du jeune homme, Savannah releva les yeux vers lui tandis qu'il s'attribuait un air de confidence qui déplût presque systématiquement à la demoiselle. Elle appréciait peu les commérages, peut-être parce qu'en soit, cela ne la regardait pas et que raconter les moindre aléas de la vie d'une personne semblait une passion peu glorieuse à ses yeux.

«  Ah oui ? Fit-elle mine de s'intéresser en buvant une gorgée de sa boisson. Elle l'invitait à poursuivre sans en monter le moindre enthousiasme, comme pour désamorcer la suite des révélations. Ce qui ne fonctionna pas. »
« Je suis arrivé un peu après l’ouverture, mais on m’a raconté. Il parait que c’est un ancien alcolo, il buvait les réserves du bar le soir quand il pensait que personne ne le voyait et sa dernière serveuse, il lui aurait envoyé un verre au visage. Il l’a ratée de près, mais elle aurait eu une méchante éraflure. »

La mine de Savannah se fit indéchiffrable, tandis qu'il s'était penché au-dessus de la surface lisse du comptoir pour lui souffler ces derniers mots à l'oreille. Ce qui frappa la conscience de Savannah, ce ne fut pas le contenu des paroles du barman, en soit, ce qui était arrivé aux autres filles lui importait peu, parce qu'il y avait trop peu de chance que cela lui arrive lorsque l'on connaissait ne serait-ce qu'un tout petit peu le caractère enflammée de la Monroe. Elle ne permettrait jamais que quelqu'un, aussi supérieur hiérarchique pouvait-il être, lève la main ou quoi que ce soit d'autre sur elle. Si telle chose arrivait, elle serait sans doute trop impulsive pour ne pas lui rendre chacun de ses coups, comme il se doit. Non, ce qui la choqua, ce ne fut pas la teneur de son discours. Ce fut sa présence de ses confidences dans leur conversation. Il ne la côtoyait que depuis moins d'une dizaine de minutes qu'elle avait déjà connaissance des noirs secrets de son patron. Avec un franc-parler comme le sien, la remarque ne pu que s'échapper d'entre ses lèvres vermeilles et à son tour, se penchant légèrement au-dessus du comptoir en instaurant un air de complicité feint, car elle était loin de lui faire confiance jusque-là, elle lâcha ;

«  Dis-moi, ça t'arrive souvent de faire les commérages de la vie de ton patron aux oreilles d'une inconnue ? Parce que, si cela intéresse quelqu'un, soit, seulement ce n'est pas vraiment mon cas et je pense que tu devrais, au moins en tant qu'employé, faire preuve d'un peu plus de respect envers sa vie privée. »

Son ton avait été sec et sarcastique, ses yeux saphirs accusateurs. Son transport avait été tel que sans s'en apercevoir, la demoiselle était passé du vouvoiement aimable, au tutoiement familier dont elle faisait usage chaque jour. Peut-être que parce que plus il parlait, plus la jeune femme se méfiait. Le seul portrait qu'elle avait de lui à cet instant, c'était un homme aux yeux gourmands et à la langue irréfléchie. Ce n'était pas très flatteur, mais il ne lui inspirait rien de plus et peut-être qu'au fond, elle ne cherchait pas réellement à gratter sous la surface. Bientôt, une jeune femme arriva en gesticulant et Savannah haussa un sourcil circonspect.

« Oh mon dieu ! Que faire ? Je dois absolument aller nourrir mon cochon d’inde ! Je n’ai pas eu le temps ce matin, si je n’y vais pas il va mourir ! S’il te plait Thayou, préviens le chef pour moi ! »

Savannah sentie les prémices d'une hilarité exacerbée chatouiller sa gorge tandis qu'elle tentait de réprimer celle-ci, née des larmoiements de la serveuse. Était-il possible d'atteindre un tel degrés de sottise, inconsciemment ? Savannah baissa les yeux vers sa tasse vide en dissimulant un sourire derrière sa fine main. Elle se contraint à regarder ailleurs, se contentant d'imploser de rire.

« Oui, oui aucun soucis. Mais que va-t-on faire ? Le patron n’est pas là et la serveuse est partie ! Montre moi tes talents ma belle. »

Le jeune homme lui présenta un plateau. Savannah haussa un sourcil, comme pour s'assurer de son sérieux et la provocation qui régnait dans les prunelles noisettes de son interlocuteur l’amena à comprendre qu'il était tout ce qu'il y avait de plus sérieux. Elle se leva donc, retirant sa veste qu'elle déposa sur le dossier de sa chaise et d'un geste vif, releva sa longue chevelure brune en un chignon à demi-défait dont les mèches plus courtes encadraient gracieusement son visage. Elle saisit enfin le plateau et lança, avec un sourire taquin ;

« C'est mignon Thayou dis-moi, c'est ton petit nom ? »

Elle lui lança un dernier regard au-dessus de son épaule, amusée puis se dirigea entre les tables occupées. Il n'était pas difficile pour elle de repérer un client qui venait d'arriver et un client qui s'apprêtait à partir, c'est ainsi qu'avec l'habilité que lui conférait l'expérience, la jeune femme débarrassa plusieurs tables, plaçant en équilibre de nombreux verres qui ne tremblèrent pas une seconde grâce à la stature assurée de la demoiselle, et pris plusieurs commandes. Lorsqu'elle revint, la jeune femme passa derrière le comptoir pour placer la vaisselles sales dans l'évier avant de lancer s'avancer vers le jeune homme pour lui lancer ;

«  Ça fera un pepsi, deux cafés, un ice tea et deux bières, »

La jeune femme s'empara d'un chiffon et s'occupa de laver les verres qu'elle venait de ramener pour les ranger sur les étagères derrière elle. D'un œil, elle surveillait la salle, s'assurant que personne n'avait besoin de son service. Bientôt, elle demanda ;

«  Il arrive dans combien de temps le patron tu m'as dis ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: .bar. ♫ - test me if you dare for Thayer   Mar 20 Mar - 23:38



thayer and savannah

Thayer n’avait jamais été un géni de la mise en scène, après tout ce n’était pas pour rien qu’il était gérant d’un petit bar et pas metteur en scène à Broadway. Tant que son jeu se limitait à imiter un barman, cela restait dans ses cordes, cependant simuler une situation d’urgence où une serveuse était nécessaire, là c’était déjà trop loin de ses compétences. Surtout s’il devait compter sur une actrice, certes à la plastique parfaite, mais surtout complètement cruche. Cependant, la belle brune s’était prêtée au jeu, se retenant même de rire ouvertement. Un bon point pour elle. Tant qu’il n’était pas lui-même passé à la phase d’auto dérision, il n’était pas prêt à entendre les moqueries d’une inconnue. Il l’observa enlever sa veste et commencer à servir d’une main de maitre les tables. Apparemment, son histoire d’expérience au Mexique n’était pas de l’intox. « C'est mignon Thayou dis-moi, c'est ton petit nom ? » Ok, elle n’avait pas complètement pu résister à la tentation. Il lui adressa un sourire aussi doux que l’expression d’un chien ayant la rage avant de mordre. Toutefois, une fois celle-ci retournée, il ne put se retenir de rire. Il était rare pour lui de se retrouver dans une scène aussi ridicule qu’on aurait cru sortie tout droit d’un drama. Un cochon d’inde ? Il se demanda s’il ne devrait pas la virer juste pour avoir trouvé une raison aussi merdique… non aussi pour le surnom, il aurait du mal à s’en débarrasser de celui-là. Sorti de ses pensées par un bruit de vaisselle, il regarda la jeune femme qui se tenait devant lui « Ça fera un pepsi, deux cafés, un ice tea et deux bières, » Rien que ça ? Ok, pour être tout à fait franc, Thayer était rarement derrière le bar, préférant largement se concentrer sur un certain type de clientes. Le genre aux jolies formes et sourires coquins, bref vous voyez le tableau. Son rayon c’était plus de manager la joyeuse troupe, de faire les comptes, s’occuper du stock et aider une ou deux fois au bar. Alors toutes ces commandes lui donnaient le vertige. Perdu sous le bar, il se cogna la tête en se relevant après avoir entendu la voix de la jeune femme « Il arrive dans combien de temps le patron tu m'as dis ? » Grognant et se frottant la tête, il décida qu’il était peut être temps de dire la vérité. « Un bon point pour toi. » Oui, il n’était pas complètement con et il était certain qu’elle avait vu clair dans son jeu. « Savoir entrer dans les délires du patron est définitivement une qualité requise. » Lui tendant la main, il attendit qu’elle la serre avant de continuer. « Thayer Weston, patron du bar… et pour me servir ? » Un sourire éclatant apparu sur son visage et il attendit qu’elle se présente avant de continuer. « La plupart des gens qui viennent sont des habitués et ils se sont fait à l’idée d’attendre pour leur conso et de souvent avoir la mauvaise, c’est largement compensé par le décolleté de nos serveuses. » S’apprêtant à faire un rire gras, il se retint en comprenant qu’il se plantait de publique. « bref, ça fera du bien au bar une serveuse compétente pour une fois et si tu pouvais former les autres sur le tas je dis pas non, je te paierais plus qu’elles pour le coup. » Cela ne le dérangeait pas, il était certain qu’il gagnerait plus avec elle dans le coin même s’il avait à la payer plus. « Question vestimentaire, tu es libre de mettre ce que tu veux. On a pas que des vieux graveleux, donc tu devrais pouvoir choper des pourboires auprès des familles et autres personnes qui ne viennent pas en attente de baver sur tes atouts si tu n’as pas envie de jouer là-dessus. » Il continua vers l’arrière salle. « Tu trouveras ici tout le stock dont tu as besoin, mon bureau est juste en face mais je n’y suis pas souvent. Si tu as besoin de téléphoner, n’hésite pas tant que c’est pas en Europe ou au Japon. » Se tournant à nouveau vers elle, il continua. « Tu l’auras remarqué, on se tutoies ici et on s’appelle par nos prénoms. Sinon, ta vie personnelle et tout le tralala je m’en fou, donc même si tu es une tueuse en séries, tant que tu ne fais pas de victimes dans mes habitués ça me va. » Revenant au bar, il commença à préparer les commandes. « J’ai parfois une humeur de merde et dans ces moments là je suis un vrai connard, il faudra t’y faire ou gueuler comme tu veux. Si t’es pas d’humeur, t’es pas obligé de me sourire à moi, mais fait un effort devant les clients. » Les boissons prête, il les plaça sur le plateau. « Je pense avoir fait le tour, bienvenue à bord et j’espère qu’on fera du bon travail ensemble. »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: .bar. ♫ - test me if you dare for Thayer   

Revenir en haut Aller en bas
 

.bar. ♫ - test me if you dare for Thayer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Nouveau test de répartition
» Mélanie passe le test HIV (pv Guillaume et un autre médecin)
» Test : qui est ton idole...
» Le langage des fleurs... Petit test...
» Etes-vous attentifs aux autres ??? Petit test...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-