AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Mar 1 Oct - 22:21


    Une folle plénitude s'empara d'une âme vulnérable. Sensation de flottement, cette impression d'être allongée sur un bateau voguant vers des contrées inconnues, les vagues qui viennent bercer un corps inanimés mais réceptifs. Doux chant, musique apaisante. Le temps n'a pas de valeur dans ces conditions. Rien ne passait la barrière qui éloignait Dylan Winston de la société actuelle. Un mur l'empêchait de raisonner. Plus rien ne détenait d'importance, juste cette sensation de fluidité intense. En réalité, la jeune femme se trouvait sur le sol, cachée dans une ruelle.

    Combien de temps occupa-t-elle cette place ? Qui l'avait aperçu ainsi ? Pourquoi se sentait-elle ailleurs ? La cause de cette errance : l'alcool. La nuit dernière, Dylan avait fui sa mère, Joyce, et son grand-frère, Scott. Elle ne voulait pas qu'on lui indique comment réagir face à son souci, qu'on prenne des décisions à sa place comme par le passé. De plus, la blondinette ne souhaitait pas causer du tord à sa famille. S'évaporer demeurait son désir. Alors, elle s'était posée dans ce coin de rue. Telle une clocharde, elle ne le quittait pas. Aussi, sa bouteille lui servait d’oreiller. Pitoyable était son état. La belle ne savait plus ce qu'elle faisait. Elle n'était plus maître d'elle-même. Ses choix se concevait après la prise d'un fond de bouteille, entamée depuis peu. Dylan souhaitait se cacher de tous. Elle se terrait dans sa merde.

    En sortirait-elle un jour ? Évidemment, ses proches ne la laisseraient pas couler. Scott aimait trop sa petite-sœur pour cela. Il l'avait déjà retrouvé à moitié morte une dizaine d'années auparavant. En effet, la jeune femme ingurgita une bonne dose de médocs pour en finir avec la vie. Heureusement, elle reçut une autre chance. Enfin... c'était vite annoncé, elle la gâchait toute seule comme une grande. Winston abandonna sa études pour devenir policière. Elle possédait les capacités pour exercer la profession mais pas le mental. Ses rêves s'envolèrent trop rapidement.

    La blonde traîne une forme de maladie : la dépression. Elle ressent constamment un vide en elle qu'elle doit impérativement combler. Son père ayant laissé tomber sa mère dès sa naissance altéra sa philosophie de la vie. Bien-sûr, Joyce et Scott lui donnèrent de l'amour. Il l’élevèrent avec ferveur, sans relâcher le coté éducation mais surtout attention et partage. Or, ce syndrome persista. Sans le vouloir, le noir gratte l'intérieur du corps de la belle pour s'inviter et laisser place au néant. Il y a peu, elle sombra dans la bouteille suite à une rencontre.

    Christopher l'a initié aux plaisirs des jeux dangereux. Le résultat est loin d'être en concordance avec les attentes du couple : Chris est mort d'une overdose, et Dylan, reste alcoolique. Winston n'arrive pas à effacer l'image de son petit-ami, mort, gisant sur le sol du salon. Elle a même fui les flics pour ne pas devoir s'expliquer. Irrespect de la profession qu'elle admirait tant ! Désormais, elle n'était plus rien : une loque, bonne à pourrir dans son trou à rats. Des policiers la ramassèrent au bout de la deuxième nuit. Elle ennuya des jeunes de passage dans la ruelle au point d'énerver assez une nana pour qu'elles se battent. Constat : garde à vue.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Dim 3 Nov - 23:20






Dylan & Ashleigh

« Passer derrière les barreaux. »


« Vous êtes un flic bordel de merde, pas une justicière ! » Oui, j'étais au courant de ce détail. Car au lieu de me pavaner en cuir moulant, je portais ce que j'appelais l'uniforme ''NY Section criminelle''. Si j'avais su que c'était compris dans le forfait des gradés, je me serais plutôt tourné vers les mœurs où porter un jean n'est pas assimiler à un manquement grave au règlement. « Savez-vous le temps que ça va me prendre de remplir cette foutue paperasse ? Sans parler du coups de fils qui vont tomber et où je devrais m'excuser platement pour vos conneries ! » Conneries ? Là cela allait trop loin pour moi. Je n'avais pas le sentiment de m'être si éloignée que ça de ce qu'impliquait mon travail. Je n'avais pas le sentiment d'avoir dérapé.

« Ce mec allait planter sa femme ! » la rage enraillait ma voix. « Alors oui, j'en suis venue aux mains à défaut de lui plomber le cul. J'ai préféré le mettre KO avec mes poings plutôt que de le tuer. Et vous savez quoi ? Il est derrière les barreaux et sa femme est toujours en vie ! »

Mon boss acquiesça à contre cœur de la tête, les lèvres pincées. « Je ne dis pas le contraire, vous avez empêché le pire d'arriver, seulement voilà vous lui avez donné l'occasion de porter plainte contre ce service ! »

« Ce système est pourri. »lâchai-je entre mes dents.

Ce qui me valut de me faire foudroyer du regard par le big boss. « Monaghan ! Sortez de mon bureau avant que je change d'avis et que je vous sanctionne ! TOUT DE SUITE ! »

Je sortis en trombe du dit bureau non sans claquer la porte. Je commençai à en avoir par dessus la tête de me faire taper sur les doigts pour des broutilles. Car oui, pour moi c'en était. Il avait mérité que je lui casse la gueule, et pas seulement pour ce qu'il comptait faire à sa femme. Il terrorisait sa famille, battait ses gamines, violentait également sa femme qui, morte de trouille, n'osait piper mot sur ses agissements, ne portait jamais plainte. Résultats des courses, il s'en était toujours sorti. Car la loi le lui permettait. Et nous dans tout ça ? Nous avions les mains liées. Je ne dis pas pour autant que j'avais raison de me comporter comme ça. Je n'avais pas encore perdu la boule, je savais que ce que j'avais fait était mal, que je n'avais pas le droit d'agir ainsi. Mais j'étais au bord de la crise de nerf. Les illusions que j'avais pu avoir en choisissant cette voie s'envolaient peu à peu, je perdais foi en la justice, j'avais le sentiment d'être plus inutile que jamais.

Alors que j'étais sur le point de quitter le commissariat, je remarquai un visage familier. La jeune femme était assise devant le bureau d'un officier, menottée. Je stoppai net, me pinçant l'arrête du nez après avoir jeter un regard las à la porte principale. Tant pis, il me faudra attendre encore un peu avant d'aller me plaindre de la terre entière à mon frangin. J'interpellai l'officier qui semblait s'occuper de son cas et le questionnai. État d'ébriété sur la voie publique et bagarre. Nom d'un chien ! Je lui demandai alors de me laisser discuter avec elle avant d'aller plus loin dans la procédure. Il rechigna, évidemment, mais je sorti le joker « j'suis un peu ta supérieure mon pote alors lâche le nonosse ». J'en profitai pour lui prendre les clés des menottes.

« Roh, ça va ! Elle est entourée de flics, on sait qui elle est, c'est pas comme si elle allait se barrer. » Il me fusilla du regard. Ouh, j'ai peur! C'était bien l'un des seuls avantages que je kiffai dans mon statu de gradée. Et si j'osai... Oh et puis merde, j'étais lieutenant ou pas ? « Ah, et si tu pouvais nous apporter deux cafés ce serait sympa. »

Je lui tapotai sur l'épaule et m'éloignai, jouissant d'avoir pu jouer les connasses gratuitement. On se change les idées comme on peut. J'enlevai ses entraves à Dylan et m'installai sur une chaise face à elle. Mon coude sur le bureau, mon menton reposant dans la paume de ma main, je plongeai mon regard dans le sien.

« Je te manquai à ce point ? La prochaine fois, un coup de fil fera l'affaire. » J'accompagnai ma remarque d'un petit sourire. L'officier revînt avec deux grands gobelets de café noir qu'il posa sans délicatesse devant nous, puis reparti aussitôt. « Le service laisse à désirer. »


code by Oh!Darling


Dernière édition par Ashleigh L. Monaghan le Sam 9 Nov - 2:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Lun 4 Nov - 13:10


    La réalité venait toujours rattraper ceux qui pensaient en être loin. Elle cognait à leur porte afin de les réveiller. Tout ne demeurait pas possible dans ce monde. Des comptes restaient à rendre. Personne ne possédait le droit d'effectuer ce qu’il voulait sans se soucier des conséquences. Sinon, l'anarchie surplomberait la société actuelle, les principes seraient bafoués, la morale n'existerait plus, et le chaos s'installerait. Dylan Winston croyait échapper éternellement aux règles. Elle se renfermait pour vivre pleinement une addiction qui la rendait différente. Son physique changeait : visage plus creusé, plus terne, amaigrissement. Sa santé craignait, elle en prenait un coup. De plus, la blondinette adoptait un caractère amer. Elle se marginalisait, préférant se cacher que d'assumer son problème. Elle mentait constamment à ses proches. Aussi, elle devenait de plus en plus exécrable si on s'approchait trop près d'elle.

    Présentement, la belle se retrouvait menottée, installée devant le bureau d'un représentant de la loi. Elle ne savait plus comment elle atterrit dans ce lieu. Le trajet lui parut invisible, peut-être avait-elle dormi ou était-elle perdu dans ses pensées dirigées vers la boisson. Par contre, elle se rappelait très bien de l'altercation avec la jeune femme. Dylan chercha un groupe de jeunes. Leur allure fêtarde et leur discussion basée sur l'argent la dérangeaient. Alors, la sœur de Scott s'enquit de les insulter. Une fille répliqua et Dylan se mit à réagir au quart de tour. Elle ne sentait pas les coups. Dans sa condition, elle se sentait invincible et la colère la rendait également semblable à un bloc de glace à l'intérieur d'elle-même, ce dernier l'empêchait de ressentir toute douleur sur l'instant voulu. Après, il s'agissait d'une autre histoire. L'autre fille s'en sortit avec un coquard et ses collants déchirés donc ses genoux éraflés à cause du contact avec le béton. Winston détenait l'arcade sourcilière éclatée et quelques bleus. Rien de grave. La jeune femme l'avait bien cherché.

    La belle ruminait depuis son arrivée au poste. Elle souhaitait qu'on la laisse tranquille, elle désirait reprendre son quotidien... . Or, ce n'était pas elle qui effectuait la loi. Son regard s'illumina quand elle croisa une silhouette qu'elle connaissait bien : celle d'Ashleigh Monaghan. Cette personnalité lui plaisait bien : une femme de caractère qui ne se laissait pas marcher sur les pieds. Elle avait l'étoffe pour bosser dans ce lieu. La blonde conseilla Dylan par le passé lors d'une sorte de forum des métiers. Winston aurait tout donné pour être flic. Elle entreprit même des études dans le domaine, elle intégra une des meilleures écoles pour tout laisser tomber. Elle devait résoudre ses soucis personnels avant de s'engager. Sa dépression l'aveuglait également. Si elle continuait, elle finirait plus au bord d'un fossé, agonisante, qu'autre chose. Personne ne savait la convaincre de renoncer à son addiction. Ce qu'elle vécut pendant ses études la travaillait. Était-elle faite pour cette profession ? Elle ne se questionnait même plus. A l'instant, Dylan sourit en apercevant Ash' qui s'approchait, elle balayait ses pensées au même moment. Apparemment la trentenaire était venue discuter avec Winston alors qu'elle semblait sur le point de repartir. La blonde s'amusait littéralement à casser les pieds à l'officier présent. Elle exigea même deux cafés, avant d'avoir pratiquement libéré la frangine de Scott : pas totalement puisque des procédures s'en suivrait..... Quel pouvoir ! Le type s'exécuta. Dylan restait admirative. Monaghan s’installa, prête à démarrer une conversation. Elle s'y prenait avec humour et recul de la situation. Salut, désolé je te fais perdre ton temps. Elle sourit de nouveau. Tu as un de ces dons pour commander ce genre de gars ! Elle évoquait l'officier qui avança deux gobelets. Ash' ne put s'empêcher de critiquer le service. Son interlocutrice se mit à rire grâce à cette remarque. Je te remercie. Alors toujours en accord avec ton service à ce que je vois... . Ironie. Je suppose aussi que tu ne viens pas me raconter ta vie, si?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Sam 9 Nov - 13:36






Dylan & Ashleigh

« Passer derrière les barreaux. »


« Salut, désolé je te fais perdre ton temps. » D'un geste de la main je lui fis comprendre que ça n'avait pas d'importance. Mon temps n'était pas spécialement précieux et en prendre pour discuter avec elle n'était pas une perte. Au contraire vu la situation actuelle. Dylan avait les traits tirés, quelques ecchymoses probablement dûes à l'altercation. Les choses avaient empirées apparemment. Je savais qu'elle était dans une mauvaise passe, mais je n'avais pas pensé une seule seconde que c'était à ce point.

« T'as pas dormi depuis quand ? Et j'entends par là une vraie nuit de sommeil... Dans un lit de préférence. »

Pour avoir quelques insomnies à mon actif, j'en reconnaissais les signes. Et aussi les risques. J'étais déjà allée jusqu'au stade des hallucinations et croyez-moi, cela n'avait rien d'amusant dans le genre effets d'une drogue, il n'y avait là que les mauvais côtés. « Tu as un de ces dons pour commander ce genre de gars ! » A vrai dire, depuis ma promotion je ne savais plus vraiment comment me comporter avec eux. Je regrettais le temps où je pouvais aller m'en jeter un avec eux après le boulot, où on s'échanger des blagues vaseuses et douteuses. Ok c'était déjà légèrement tendu à l'époque, parce qu'à leurs yeux j'avais de mauvaises fréquentation, qu'un flic ne devrait pas papoter avec des ex taulards... Mais j'arrivai tout de même à me faire respecter. Maintenant, le lieutenant Monaghan était encore moins excusable à ce que j'avais compris. Sans parler que ma promotion leur semblait déplacée. Que beaucoup d'entre eux auraient mérité d'être à ma place. Alors quand je leur demandais un service, la plupart m'envoyait paître. Donc je passais au stade supérieur et transformais cela en ordre officiel, ce qui leur restait en travers de la gorge, mais ils finissaient par obéir, amers. Ce qui me mettait mal à l'aise.

« Cela m'étonnerait qu'ils soient du même avis. »

D'ailleurs je ferais probablement mieux de ne pas boire ce café... Il n'irait jamais jusqu'à m'empoisonner, mais je n'étais pas à l'abri d'un crachat de haine... Ni de laxatif. Surtout qu'il avait bien pris soin de disposer les gobelets de telle sorte que je ne prenne pas celui de la jeune femme à qui je tenais compagnie. Mouais, j'allais m'abstenir. Dylan n'avait rien à craindre, elle, il n'oserait pas s'en prendre à une civile, arrêtée ou pas. « Je te remercie. Alors toujours en accord avec ton service à ce que je vois... » C'était les autres qui étaient en total désaccord avec moi plutôt. Plus ça allait et moins j'avais l'impression d'avoir ma place ici. Jusqu'à présent je mettais des œillères et me contentais de faire mon boulot avec la satisfaction de la justice rendue. Mais parfois, comme aujourd'hui, la justice me lâchait et mon travail me semblait absurde.

« Pour eux je ne suis qu'une emmerdeuse. »

Encore mieux. J'étais THE emmerdeuse. Je n'avais pas droit qu'à Miss Détective comme surnom, non, ils avaient fait plus élaboré. La old lady. Ouais, parce qu'ils ne regardaient pas que des films à la télé, ils étaient également addict de séries, dont celle sur ce gang de motards, avec leurs nanas prêtes à tout pour eux. Voilà comment certains me considéraient ici. A cause de Jacks. A cause de Jay. Mais hey, qu'est-ce que j'y pouvais moi si j'aimais ces types et que je voyais au delà de leur casier ? Merde à la fin. « Je suppose aussi que tu ne viens pas me raconter ta vie, si? »

« Bah surtout qu'elle n'est pas très passionnante dernièrement, donc non. » Encore qu'il y avait des choses à raconter, comme le fait que mon couple avait explosé, que Jay avait fini par partir, probablement dans son pays. A croire que je l'avais fait fuir, lui qui avait tellement voulu me protéger de lui même. « Mais si tu me parlais plutôt de la tienne miss. » Étant donné que cela devait être le nœud du problème. Le commissariat pouvait se vanter de coller au slogan de Total. Dans le genre ''vous ne viendrez plus chez nous par hasard'' on se posait là. « Admet qu'il y a mieux comme endroit pour passer sa soirée. »



code by Oh!Darling


Dernière édition par Ashleigh L. Monaghan le Dim 10 Nov - 3:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Sam 9 Nov - 22:15

    Ashleigh Monaghan représentait une personne agréable, sympathique, avenante et sans prises de tête. Elle avait repéré Dylan Winston et elle se présenta carrément à elle alors qu'elle quittait le commissariat. La sœur de Scott était ravie de pouvoir discuter avec cette jeune femme. Elle l'admirait quelque peu car la blonde effectuait la profession rêvée selon elle, celle qu'elle n'était pas prête de rejoindre. Déjà, elle abandonna ses études. Mais surtout, elle demeurait ronger par un souci intérieur, tout cela se passait dans sa tête : Dylan déprimait, ses idées noires revenaient par périodes. Présentement, elle avait touché le fond du gouffre. Serait-elle en ressortir ? Elle refusait toute aide. Peut-être que cette conversation avec Ash l'aiderait à y voir plus clair. Le lieutenant prêta attention aux cernes de la responsable d'une bagarre. Elle lui demanda depuis quand elle n'avait pas effectué une nuit de sommeil, elle précisa même le matériel sur quoi se coucher. En plus de son problème d'alcool qui la rendait complètement instable et qui modifiait les traits de son visage, l'apparence de son corps, la belle ne trouvait plus le sommeil depuis quelques jours, sauf la veille dans cette ruelle.

    Depuis une semaine environ. Mais ça va, je ne vois pas encore de visages fondre ou de corps flotter.

    Elle évoquait de possibles hallucinations. Dylan en avait mais elle remettait cela sur le dos de la boisson, sa bonne amie qui l'aidait à fuir ce monde. En y repensant, Winston commençait à trembler. Depuis son arrivée au poste, elle n'avala aucunes gouttes d'alcool. Pourquoi y avait-elle pensé ? Désormais, elle était foutue, elle détenait cela en tête : les addictions ne s'évaporaient pas en un claquement de doigts. La jeune femme se permit de boire une gorgée du gobelet de café qu'on lui offrit. Évidemment, il était dégueulasse mais il s'agissait de pallier au manque d'un autre liquide. Dylan gardait le sourire. Elle ne souhaitait pas afficher tous ses soucis à la vue de son interlocutrice, même si la représentante de la loi avait certainement capté son état lamentable. Si elle allait bien, elle ne se situerait pas sur cette chaise alors qu'elle voulait devenir policière. Pouvait-elle se transformer en un personnage comme Ash rien qu'en y croyant très fort ? Dylan portait une admiration envers cette femme, elle lui vouait une sympathie sans nom. La blonde la conseilla merveilleusement bien lors de cette journée dédiée au forum des métiers quelques années plus tôt. Ce visage, cette présentation du corps de métier, elle se la repassait souvent en tête. Monaghan donna l'envie à Winston de continuer sur cette voie, de se lancer. A l'instant, cet élément ne changea pas. Ashleigh dégageait quelque chose : une présence, un caractère, elle soulignait ce que Dylan rêvait d'être. Elle ne se priva pas pour exprimer son contentement à la vue des prestations de Monaghan quand elles concernaient le fait de s'adresser à ses collègues. Elle démontrait une force, une répartie impressionnante.

    Pourquoi tu dis cela ? Le type t'a obéi. Le lieutenant se répétait quand Dylan s'intéressait au service de la magnifique blonde. Cette dernière exprimait un désaccord. Lequel ? Était-il justifié ? C'est parce que tu fais bien ton boulot et ils sont jaloux. Dylan continuait de sourire, elle se sentait bien aux côtés de Monaghan. Que te reprochent-ils ? Winston souhaitait en savoir plus sur le quotidien de son interlocutrice. Elle osait demander. Tu peux toujours me raconter. Je ne vais pas te repousser. La suite la rebutait un peu mais elle parlerait d'elle en temps voulu. Elle rit juste légèrement à la remarque de Ash.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Mar 12 Nov - 19:30






Dylan & Ashleigh

« Passer derrière les barreaux. »


« Depuis une semaine environ. Mais ça va, je ne vois pas encore de visages fondre ou de corps flotter. » Dylan ne semblait pas prendre le problème au sérieux. Ou bien n'avait-elle aucune conscience du dit problème. J'avais eu ce genre de soucis il y a quelques années. Je n'avais alors pas le moral. J'étais en deuil, ou du moins dans la phase de colère de celui-ci. Je m'étais réfugiée dans les fêtes étudiantes, refusant de faire face à la situation, de voir l'éclaircie après la tempête. Et pour l'avoir vécu, je savais que le manque de sommeil ne faisait que nous tirer vers le fond.

« Ce n'est pas seulement ce bon vieil éléphant rose qui te pend au nez. »

Je ne l'avais rencontré qu'une seule fois celui-là. Un soir où je ne m'étais pas contentée d'alcool. Je ne saurais vous dire exactement ce que j'avais consommé, un cocktail des plus explosif dirons-nous. Bref, bien loin de l'image que je m'en faisais jusque là avec les cartoons, j'avais vu cette espèce de pachyderme vérolé cramoisi débouler sur fond d'acide dans le salon de mon frangin. Est-ce nécessaire de préciser que dans ma vision il avait tout saccagé sans que personne d'autre que moi ne le remarque ? Mais je vais m'arrêter là dans cette digression.

« Peu importe ce qui t'a collé cette insomnie, ça ne va pas aller en s'arrangeant. Quand tu sortiras d'ici, rentre chez toi, prend une bonne douche, glisse toi dans ton lit et dors ! Je suis sérieuse. »

D'ordinaire je conseillerais à la personne de prendre un bon somnifère et hop le tour était joué, mais étant donné les effluves d'alcool que je percevais de là où j'étais assise, ce serait le risque de signer son aller direct pour un lavage d'estomac, et encore, dans le meilleur des cas. Dylan ne semblait pas voir la réalité quant à ma popularité dans ces lieux. Ce n'était pas plus mal, cela voulait dire que nous donnions bien le change. Dans le cas contraire nous serions passés pour des branquignoles du genre de « Police Academy ». « Pourquoi tu dis cela ? Le type t'a obéi. » Bon, d'accord, il s'était exécuté, mais là n'était pas le soucis. C'était plutôt les bâtons qu'ils me mettaient parfois dans les roues qui m'emmerdaient. Quand ils ne me transmettaient pas directement les informations, qu'ils me court-circuitaient et que je passais pour une branleuse. Cela n'avait pas toujours été le cas, mais depuis quelque temps j'étais la femme à abattre. Ils en avaient marre de ma tronche.

« Ouais. Mais la mutinerie n'est pas loin. Et le supplice de la planche qui va avec non plus. »

« C'est parce que tu fais bien ton boulot et ils sont jaloux. » Je ris à cette remarque. C'était une possibilité, aussi je haussais les épaules. Mais n'était-ce pas un peu prétentieux d'y croire ? Oui, je faisais bien mon travail, j'avais un bon pourcentage d'arrestation à mon actif, j'étais efficace... Mais de là à les soupçonner de jalousie ? « Que te reprochent-ils ? » Ouh, la liste était probablement longue.

« Par où je pourrais commencer... » Je tapotais mon menton de mon index. « Mon tempérament de merde. Mon langage. Mes méthodes. Mes fréquentations. En fait, tout ce qui fait de moi ce que je suis. »

Et je ne pouvais pas complètement leur en vouloir. On ne peut obliger tout le monde à nous apprécier. Mais j'aurais aimé qu'ils me foutent un peu la paix. Je ne me connaissais que trop bien. Plus ils me les briseraient et plus mon comportement empirerait, plus je me braquerais. Je savais comment cela allait se terminer. Ils auraient ma tête au bout d'une pique. A moins que je ne fasse couler le navire avant. « Tu peux toujours me raconter. Je ne vais pas te repousser. » Dylan éludait clairement ma question et tentait de noyer le poisson. Hors, ce n'était pas au vieux singe qu'on apprenait à faire la grimace.

« Hey ! Ce n'est pas moi qui termine la journée menottes aux poignets. » Je me penchais en avant, un air de conspiratrice sur le visage. « Nous avons les moyens de vous faire parler. » Ajoutais-je avec un accent qui se voulait allemand. « Plus sérieusement. Comment t'as fait ton compte pour terminer au poste ? »



code by Oh!Darling
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Lun 18 Nov - 21:54


    Dylan Winston ne comprenait pas la phrase de son interlocutrice. Ashleigh semblait parler en connaissance de cause concernant les troubles du sommeil. Qu'est-ce qui l'attendait ? Le fait de peu dormir engendrait plus de faiblesse et de paresse pour effectuer des actions et peut-être des visions faussées, voire des problèmes de concentration. Or, Dylan n'imaginait pas les soucis en plus liés à cette problématique. Le pire restait son alcoolisme qui lui faisait rencontrer des hallucinations, des pertes de conscience, et qui provoquait la concernant, une personnalité changeante, un état alarmant. Se réfugier dans une ruelle ne relevait pas d'un acte lucide. Sa maladie demeurait peut-être plus à prendre en compte, le manque de sommeil représentait juste un symptôme. Or, Winston s'intéressa à ce thème.

    Quoi d'autre ? Monaghan remarque sûrement qu'il n'avait pas le fait de peu dormir qui entourait le quotidien de la petite sœur de Scott. Ouais, merci pour les conseils. Je pense que ça me fera le plus grand bien.

    Ensuite, la représentante de loi s'enquit de revenir sur sa réputation quand Dylan annonçait un avis idéalisé sur la question. La blondinette croyait en ce qu'elle observait. Apparemment Ash' possédait du coffre, elle savait se faire respecter, elle donner des ordres sans plus attendre à ses collègues un peu moins gradés qu'elle. Elle assurait. Elle détenait une répartie monstre, une intelligence profonde, elle magnait les mots comme elle maîtrisait son poste : vraiment elle en imposait – présence et caractère. Qu'est-ce qui n'allait pas ? La jalousie devait emporter ses camarades. La belle blonde évoquait une possible mutinerie de la part de ses sujets. Elle usait de traits d'humour. Or, un air préoccupé se dessinait sur son visage. Elle ne sentait pas à son aise. Dylan s'interrogeait sur les raisons de ce malaise. Que lui reprochaient ses collègues ? Ashleigh dévoila la liste de ses éventuels défauts. Son tempérament de merde, il en fallait dans ce boulot donc elle avait tout intérêt à s'imposer. Elle le faisait très bien d'ailleurs. Son langage, fleuri parfois mais tout à fait acceptable dans cet univers d'hommes. Ses méthodes, du moment qu'elles portaient ses fruits ou se situait le problème? Ses fréquentations, tant qu'elles ne l'influençaient pas dans le mauvais chemin et qu'elles ne ramenaient pas de soucis au travail, elle ne demeurait pas en tord.

    Tu as le droit d'avoir un caractère et un langage bien à toi, cela devrait être admis. S'imposer est logique dans ce monde, surtout dans un commissariat, au moins tes collègues savent qui tu es, tu gardes ta personnalité et tu peux rivaliser avec eux. Tu fais bien d'être ainsi, ne le regrettes pas. Ils sont jaloux. Elle sourit. Quelles genres de méthodes tu adoptes ? Ça paie de coutume ? Si oui, ils n'ont rien à te reprocher ! Si non, tu fais de ton mieux et c'est parfait. Pour les fréquentations, tant qu'elles ne te causent pas du tord, genre si elles changent ta façon d'être, surtout au travail, si elles t'influencent dans un mauvais sens, là il y a danger, sinon non, tu fais de mal à personne. Dylan tentait de rassurer son interlocutrice qu'elle trouvait adorable au passage. Ce n'est pas juste on parlait de toi. Si je peux aider, si ça te fait du bien de parler, je suis là. La suite la fit sourire. Ah tu le prends comme cela ! Elle rit. Tu n'en rates pas une ! C'est bien imité. Elle marqua une légère pause avant d'avouer. Je me suis bagarrée avec une nana dans la rue, elle n'était pas seule. En ce moment, je galère un peu dans ma vie, j'ai même arrêté mes études… elle s'arrêtait par peur d'apercevoir une once de déception chez cette femme qui l'avait tant conseillé par le passé. J'ai pas mal de soucis à régler mais je ne souhaitais pas finir au poste rassures-toi.  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Lun 18 Nov - 23:52






Dylan & Ashleigh

« Passer derrière les barreaux. »


Quoi d'autre ? La blondinette me prenait-elle pour un toubib ? Je savais pertinemment que ma tenue de travail pouvait donner l'impression que j'étais plus sage, plus professionnelle et plus compétente, mais je n'avais jamais imaginé que cela pouvait aller jusque là. Encore heureux que je ne porte pas de lunettes ! J'avais l'horrible sensation d'être la moralisatrice, pour le coup. Moi qui étais pourtant loin d'être la dernière à repousser mes limites, à me croire immuniser contre les fléaux qui s'abattaient sur le commun des mortels et qui redescendais toujours sur terre avec une bonne gueule de bois. Voilà que je devais aider Dylan a ouvrir les yeux sur ce qui la menaçait. On aurait dit un mauvais présage. Ça y était, il allait pleuvoir des grenouilles, les poules allaient se retrouver dotées de dents et tout le tintouin. La fin du monde !

« Euh... Tu vas devenir un vrai zombie, tu piqueras du nez et ça sera potentiellement dangereux pour les autres. » Et elle se retrouverait probablement avec la mort de quelqu'un sur la conscience. Manquerait plus que ce soit un mioche qui y passe. « Tu vas devenir plus soupe au lait qu'une de ces obèses mises au régime à qui on refuse un pepsi. » J'avais assisté à une scène du genre dans l'un des nombreux fast-food du coin. J'avais longuement hésité entre m'interposer entre l'hystérique et la pauvre serveuse ou rester dans mon coin et me marrer. Étant donné qu'il n'y avait eu aucune réelle menace pour l'employée, j'avais opté pour la deuxième solution. Et il m'arrivait d'en rire encore en y repensant. Mon côté sadique. « Sans parler de la dépression. Bref, il n'y a que du joli qui t'attend à ce rythme. »

Avec le laïus qui suivit, j'eus l'impression de faire face à un avocat que l'on m'aurait commis d'office et qui préparait son argumentation. Cela m'extirpa un grand sourire. Dit comme ça, j'étais la flic idéale, non ? On pourrait même en faire une bonne publicité de recrutement. Ashleigh Monaghan, nouvelle égérie de la police de Los Angeles. Ça en jetterait. Et c'est à ce moment que mon dernier surnom en date me remonta dans la gorge, brûlant comme de la bile. Miss détective. Ouais, c'était complètement ça. Et merde. Sans le savoir, Dylan venait de m'ouvrir les yeux. Je voyais enfin ce qui gênait certains de mes collègues. Ça me ferait chier aussi de bosser avec un personnage de fiction à la con. Non pas que j'avais changé d'avis sur Bullock ou sur ce film, cela restait un bon divertissement, mais je n'avais pas le moins du monde envie d'être un stéréotype. Et puis dans la suite, Gracie Hart était complètement tarte. Encore un film qui n'aurait jamais du voir le jour. Enfin bref.

« Je ne voudrais pas briser tes rêves, mais ce qui est beau sur grand écran fait tâche dans la réalité. » Je poussais un profond soupir avant d'étendre mes bras devant moi, mains posées à plat sur le bureau. « J'suis une vraie casse couille et j'en fais généralement qu'à ma tête. Ce qui est problématique pour mon patron qui fait de son mieux pour gérer mes humeurs et celles de ses propres supérieurs. » Il avait le cul coincé entre deux chaises comme on dit. Puis je désignais négligemment du pouce mon dernier souffre douleur en date. « Nous apporter du café ne fait pas partie de ses attributions. J'ai beau ne pas le blairer et réciproquement, il a bien mieux à faire. » Comme de remplir la paperasse pour Dylan, mais ça je n'allais pas le mentionner. « Pour ce que j'en sais ça va peut-être le retarder pour rejoindre sa petite femme. » Dans le genre « j'ai plus de mec alors à toi aussi les heures supp' » ça se posait là. « Et non, mes fréquentations n'ont aucunes influences sur moi. Cependant, il m'est arrivé de ruer dans les brancards pour aider un ami et même si j'avais raison de le faire, je n'ai pas respecté la marche à suivre dans les moindres détails, j'ai dérangé pas mal de monde, ça a fait un peu de bruit là-haut. Si j'étais parano, je dirais que je suis sur liste noire depuis. » Je haussais les épaules. « En gros, je suis ce foutu papillon de merde qui frime avec ses ailes pleines de poudres dégueulasses et qui pourrait provoquer une catastrophe naturelle pour un simple caprice. » Quoi ? Vous ne saviez pas encore que j'avais horreur de ces bestioles ?

J'avais volontairement omis de développer la partie concernant mes méthodes. Pendant longtemps j'avais été un flic exemplaire, j'avais toujours suivi le protocole, bref, irréprochable. Puis, peu à peu j'avais cessé de voir le monde en noir et blanc pour ne le voir qu'en nuances de gris. Et j'avais fait relâche quant aux manières employées par-ci par-là. Je n'étais pas non plus devenue une de ces ordures qui passe les suspects à tabac. Ouais, encore que le dernier gars... Par chance Winston avait fini par lâcher prise et acceptait enfin de parler d'elle.

« Non, on s'est assez étalé sur mes états de service. Et puis je ne voudrais pas te dégoûter du métier. »

Et j'avais assez d'un psy pour m'épandre sur mon cas. Je fronçais les yeux lorsqu'elle évoqua l'altercation et aussitôt le fait qu'elle avait mis un terme à sa formation. Ok. Ce qui me sembla tout d'abord décousu comme ces films auxquels je ne comprenais jamais rien me parut ensuite révélateur. En gros, tout venait de son changement de vie. Je connaissais pas mal de monde en vrac, Dylan ne faisait que s'ajouter à la liste. Aussi je me doutais qu'il devait y avoir quelque chose d'assez noir derrière tout ça, mais je n'étais pas certaine de vouloir le découvrir si vite. Je ne la connaissais pas depuis assez longtemps pour vouloir me plonger dans ses emmerdes. Ce qui ne m'empêchait pas d'écouter pour autant.

« Personne ne souhaite croupir dans une cellule, même pour quelques heures. Surtout pas ce soir, ça pue la pisse là derrière. » Grâce à Georgie le poivrot de service qu'on ramassait en moyenne deux fois par semaine, et ce depuis des années. « J'espère simplement que tu ne fais pas partie de ces gens qui se sentent capable de régler leurs problèmes seuls, surtout si ça les amène dans des endroits comme celui-là. » Je posais une main sur la sienne. Non pas que ce soit dans mes habitudes, je ne suis pas vraiment le genre de personne qui aime les contacts physique, mais je décidais d'enfreindre une ou deux règles pour la peine. « Ca me fait chier de l'admettre mais les psys peuvent aider. Parfois. » Ça m'écorchait quand même pas mal la gueule.


code by Oh!Darling
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Mer 20 Nov - 20:27


    Dylan Winston se sentit un peu bête d'avoir demandé à son interlocutrice ce qui l'attendait. Tout d'abord, la blonde ne demeurait pas médecin, ni assez proche d'elle pour s'exprimer sur le sujet. On sentait le vécu chez Ashleigh, peut-être que partager l'ennuyer, alors Dylan venait d'effectuer un faux pas en demandant des précisions à la jeune femme car cela pouvait lui rappeler de sales souvenirs. Puis, qu'est-ce qui avait de bien à savoir ? Connaître le reste des symptômes qui allaient apparaître à cause du manque de sommeil ne la sauverait pas. Monaghan lui conseilla de faire une bonne nuit point, elle devait juste l'écouter et arrêter de poser ses questions. Au pire, sa dépression la rendrait folle bien avant. Elle possédait plus de conséquences que les insomnies, elle provoquait même ces dernières. Bien pire l'attendait. Cela, elle choisit de le garder pour elle.

    Désolé de t'avoir demandé cela, je pense que j'y suis allée un peu fort. Je vais juste écouter ton conseil qui me paraît bien sage et avisé. J'ai l'impression que tu as connu ce genre de situations et j'en suis navrée. Mais tu as raison, il ne faudrait pas que cela entache la vie d'autrui, les erreurs surviennent rapidement.

    Sinon elle ne se situerait pas dans ce lieu. A cause de son état, la petite sœur de Scott avait agressé cette bande de jeunes : en les insultant puis en acceptant de se battre. Franchement, son comportement craignait. Elle s'enfermait dans un univers sombre. Elle errait seule, en se cachant des autres. Elle buvait de plus en plus. Elle laissait la déprime gagnait sa place. Le pire restait sa trahison envers ses proches : elle leur mentait de a à z. Ces faits dessinaient une nouvelle personnalité et un autre physique. Enfin, la jeune femme dissimulait cette réalité. Par la suite, les soucis d'Ash' rencontrés à son travail arrivèrent sur le tapis. Trop admirative de cette flic, Winston prenait sa défense. Elle souhaitait argumenter dans le bon sens car elle sentait que Monaghan faiblissait concernant sa propre opinion sur elle-même. Elle se fustigeait sans arrêt. Certes, elle ne représentait pas un ange mais exagérer tous ces traits ne sonnait pas comme la meilleure solution. Ashleigh paraissait juste avoir du mal avec elle-même et son service. Pourquoi ne pas changer ses défauts en qualités?

    Être têtue n'a rien de négatif, cela s'appelle de la persévérance. On sent que tu aimes ton travail malgré ces petits clashs. Ensuite, la blondinette avança un argument de taille : il était vrai qu'elle ridiculisait ses collègues avec ses tâches ingrates qu'elle leur faisait faire. Pas digne d'une nana plus gradée ? Au moins, elle s'imposait, elle montrait qui détenait la loi dans ce commissariat. Oui je comprends. Elle marqua une légère pause, attentive. Concernant tes fréquentations, tu n'as rien fait d'illégal pour eux donc bof, déroger à quelques règles ne t'écarte pas du moule, en gros : tu n'as rien à te reprocher et tes camarades non plus. Je ne savais pas qu'être flic voulait dire : être parfaite et irréprochable. Belle métaphore avancée par Ash' ! Tu crois ? Tu te fustiges trop vite, on pourrait limite croire que tu n'as pas confiance en toi, ne laisses personne te faire douter, tu es juste une femme de caractère. Ashleigh ne semblait plus encline à parler d'elle. Dylan la respectait. Tu penses que je vais passer la nuit ici ? Les dires de la flics ne l'avaient pas rassuré. Bon elle avait mérité son sort ! Winston ne put rebondir sur la suite : « touché-coulé » en somme. Ash' démontra de la sympathie, cela touchait son interlocutrice. Dylan retira sa main à l'entente des paroles de Monaghan. Jamais ! Je n'ai pas besoin de ce genre de conseils. Merci quand-même pour ton aide. Je ne vais pas te monopoliser. Dylan était refroidie. Elle but une gorgée du café dégueulasse servit par le collègue de Ashleigh.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   Ven 22 Nov - 13:52






Dylan & Ashleigh

« Passer derrière les barreaux. »


A défaut de lui donner le remède miracle qu'il lui fallait, il semblerait qu'au moins mes conseils ne tombaient pas dans l'oreille d'une sourde. Elle avait laissé tomber l'humour désinvolte. Si je parvenais à faire quelque chose de bien de ma journée, c'était toujours ça de pris. Qui sait ? Peut-être que sur ma lancée j'arriverais à combattre mes propres démons. Encore qu'à mon avis il me faudrait remettre tout ça à plus tard. Voir à l'année prochaine. D'où l'adage « fais ce que je dis et pas ce que je fais ». Je souris à cette réaction toute sérieuse de Dylan.

« Je m'en fous pas mal d'autrui. C'est juste que je ne voudrais pas que tu te retrouves dans la merde simplement parce que tu ne fais pas tes huit heures de sommeil. »

Elle ne démordit pas, persistant à prendre ma défense. C'était quelque peu flippant, comme si elle était en adoration devant moi. Elle se faisait une telle image de la personne que j'étais alors qu'elle ignorait beaucoup de chose sur mon compte. Mais je pouvais le comprendre. J'avais également mis des gens sur un piédestal, ou encore je refusais d'accepter l'image que certaines personnes voulaient donner d'elle. Comme pour Jacks. Je ne le verrais jamais comme un ex junkie queutard qui avait le don de se fourrer dans les emmerdes. Je gardais l'image du gars qui avait fait battre mon cœur il y a tant d'années. Par contre je tenais à insister sur un point auprès de Dylan.

« Oh que si ! A partir du moment où t'es une nana dans un monde d'hommes, il te faut te surpasser, prouver que t'as ta place parmi eux. Pendant la formation, si on te demande dix pompes ou tractions, faut en faire plus. Pas pour la frime, pas pour épater la galerie, non, juste pour faire fermer leur gueule à ceux qui te disent faible. La moindre erreur, le moindre faux pas... » Je m'avachis sur la chaise, épaules affaissées. « Même le simple fait d'être flic... Je veux dire, on met les gens en taule dès qu'ils font une connerie, alors si ça nous arrivait on serait immédiatement sous le feu des projecteurs. Et faut pas oublier les Boeufs-carottes. »

Tiens. Ma phrase avait fait mouche. Elle commençait à réaliser qu'elle pourrait se retrouver coincée ici pour un moment.

« Tout dépend de la nana avec qui tu t'es battue. Si elle porte plainte...  »

Je ne m'étais pas attendu à une telle réaction lorsque j'avais évoqué le psy. Ok. Bon, j'aurais du voir le coup venir. A sa place j'aurais même répondu de façon plus agressive et je me serais barrée tout de suite. Après avoir envoyé un crochet du droit. Mais ce n'est pas pour autant que je l'acceptais.

« Hey ! Ne mords pas la main que je te tends. »

Je ne pouvais m'empêcher de me faire du soucis pour cette jeune femme. Comment la personne que j'avais rencontré il y a de cela un moment maintenant et qui aspirait tant à devenir flic pouvait terminer au poste ? Oui, bon, cela m'était arrivé par le passé également mais je m'étais montrée futée, j'avais toujours esquivé, aussi les seules fois où j'avais passé plus d'une heure dans un tel endroit c'était plutôt pour venir récupérer mon frère, excepté peut-être la fois où je m'étais trouvée au mauvais endroit, au mauvais moment et avec les mauvaises personnes. Une broutille qui n'avait jamais valu de me faire endosser un casier judiciaire. Clairement, sur papier j'étais une sainte avant d'entrer à l'école de police.

« Écoute... Tu veux toujours faire partie de ça ou pas ? » D'un geste je désignais ce qui nous entourait avant de me pencher en avant et de tapoter de l'index le bureau. « Si oui, va falloir te reprendre en main avant tu n'sois obligée de t'asseoir définitivement sur ce projet. »


code by Oh!Darling
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:   

Revenir en haut Aller en bas
 

Passer derrière les barreaux [PV: Ashleigh]:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Comment faire pour passer derrière le trou de ma base?
» Du sang sur ses ailes, une colombe derrière les barreaux ~ Yu Yona
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» 11 Choses à faire pour passer le temps chez WalMart !!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-