AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 collect the dust tomorrow, tonight we burn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: collect the dust tomorrow, tonight we burn   Sam 14 Déc - 1:17


Up in the sky, we die
But we live, we live
we breathe, we breathe
we burn, we burn
we die, we die.

15 Octobre 2014

La grossesse. Qu'est-ce que cela impliquait? Tout de suite, tout le monde pensait à un enfant heureux et en bonne santé, dans une famille aimante, des parents qui s'occuperaient du nouveau né et qui feraient absolument tout pour que leur enfant se sente à l'aise, aimé, chéri et choyé. Bullshit. Pas de cela dans le vie d'Ava, elle, tout ce qu'elle avait, c'était les maux de tête, les nausées, les allers retours aux toilettes et cette salle sensation dans son dos qui l'empêchait de dormir. La blonde détestait par dessus tout ces premiers mois de grossesse, elle ne pouvait littéralement faire sans être constamment rappelé que oui, elle était enceinte. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle n'avait même pas l'air enceinte, non même pas... Non, pas avec le genre de robe qu'elle portait. Ce soir, Ava était seule, pour cause, elle avait plus ou moins viré Chris et Dave de l'appartement, les deux hommes constamment sur son dos, lui posant des questions diverses et variées sur sa grossesse, quoi de plus normal après tout, c'était leur premier enfant. La blonde était tout simplement lasse et fatiguée de répondre aux mêmes questions, questions qui ne lui donnaient plus vraiment l'impression d'être vivante ou même d'exister, non elle n'était pas Ava, elle était juste un ventre. Un putain de ventre avec une chose en train de pousser à l'intérieur d'elle. Je ne suis pas un four, avait terriblement envie d'hurler Ava, la blonde continuait cependant de sourire et ce soir, elle avait pris Chris à part et l'avait supplié d'emmener son petit ami loin de leur appartement pendant quelques heures. Juste quelques heures, c'était tout ce dont elle avait besoin.

Et une fois la porte refermée sur le couple, Ava avait poussé un énorme soupir. Avant de sauter sur place et de se précipiter vers la cuisine. Pour s'attaquer au frigo, tout y passa, des saucisses crues à la préparation à cookie aux fraises qui traînaient là, la Sparks engloutit tout, un peu comme une vengeance, un coup de pied dans le derrière de Dave qui ne la laissait pas manger tout ce qu'elle voulait juste pour son bien et celui du bébé. Et vous savez quoi? Jamais la glace à la vanille n'avait été aussi bonne. Ava en poussait même de véritables gémissements, là, assise sur le sol de la cuisine. Prise d'un second élan, elle laissa tomber ses vêtements et alla dans la salle de bain pour se regarder sous toutes les coutures. Nez trop long, cheveux fourchus et son ventre qui commençait à grossir. Non, on oubliait, elle était à L.A., elle voulait sortir, elle voulait toucher la nuit et même les étoiles et sentir le plus frais des vents dans ses cheveux. Elle voulait exister même si ce n'était qu'un soir, ce soir même, tout irait bien. Elle ouvrit le jet d'eau et elle passa du temps sous la douche, à frotter chacune des parties de son corps jusqu'à être pleinement satisfaite, il fallait qu'elle soit propre, complètement propre et immaculée comme si elle était toute nouvelle dans ce monde-ci. La blonde avait pris son temps, elle s'était lissé les cheveux réussissant à dompter les boucles blondes, ses cheveux retombant élégamment sur ses épaules, elle s'était maquillée, très discrètement pour faire ressortir ses lèvres et ses yeux en amandes. Ava avait enfilé des sous vêtements rouge et ensuite une robe bleu nuit, la robe trop courte dévoilant ses longues jambes mais pas assez courte pour être vulgaire, juste pour donner envie de voir ce qui pouvait bien se cacher en dessous, le tissus mettait également bien en valeur sa poitrine, le seul point positif dans toute cette histoire en fait. Ava n'allait pas être ingrate non... Elle allait juste sortir.

Chaussant ses Louboutin noires, Ava fit un rapide tour sur elle même avant de sortir elle aussi de l'appartement. Elle était bonne comédienne, on aurait dit qu'elle croyait vraiment à son propre mensonge alors qu'elle hélait un taxi et qu'elle lui demandait s'il connaissait des bons bars, rien de trop branché non plus, mais qui ne se rapproche pas des clichés des bars de motards ou quelque chose dans ce goût là. Avant qu'elle ait le temps de revenir sur sa décision ou même de tenter de se raisonner, Ava se retrouvait devant le videur d'un bar qui lui lança un regard plus qu'appréciateur avant de la laisser rentrer. Alors comme ça L.A était une ville aussi select que New York? C'était bon à savoir. Le bar n'était pas trop bondé mais quelques clients étaient là et quelques groupes s'étaient déjà formés et ce fut là qu'Ava hésita. Elle n'y avait pas pensé, elle allait encore se retrouver seule, et ça c'était juste impensable. Non pas ce soir. Prenant une profonde inspiration, Ava fendit la foule et se dirigea vers le comptoir, ses yeux se promenant sur les quelques clients accoudés au comptoir. Rapidement, elle repéra un homme avec les cheveux court, mignon et à en juger par la façon dont ses vêtements lui collaient bien à la peau, il avait de belles surprises à offrir. Oui, un autre inconvénient de la grossesse, Ava avait tendance à remarquer de plus en plus les hommes et elle n'aurait pas dit non contre un voyage au septième là tout de suite. Surtout pas avec lui. Oh que non... Imperturbable et avec son sourire si bien travaillé sur les lèvres, elle s'installa sur la chaise juste à côté du jeune homme. "Je dois faire quoi pour que vous me payez un verre?" lança Ava en croisant négligemment les jambes. Et vous savez quoi? Elle se sentait presque belle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: collect the dust tomorrow, tonight we burn   Mer 1 Jan - 19:44

« Une bière s’il vous plait. »

Et celle-ci, il la méritait. Il s’était réveillé ce matin-là en sursaut, se débattant au milieu de ses draps pour finir par s’écraser sur le parquet de sa chambre dans un fracas terrible. Il avait pourtant entendu son réveil, mais bien évidemment, il avait eu la bonne idée de repousser l’instant fatidique où il devrait enfin quitter son lit, bénissant le bouton «snooze» et refermant les yeux avec un sourire illuminant son visage reposé. Lui qui avait du tirer un trait sur le confort d’un véritable matelas pendant toutes les années où il avait servi son pays, n’arrivait tout simplement plus à se convaincre qu’il était parfois utile et même nécessaire d’abandonner son lit. Il avait donc sursauté en rêvant qu’il s’était rendormi et qu’il s’en était rendu compte bien trop tard pour qu’il puisse ensuite être capable de trouver une excuse potable à fournir à ses supérieurs. Il y avait eu une période, juste après son retour, où il continuait de se lever aux aurores, ne parvenant pas à se débarrasser des habitudes militaires en un coup de baguette magique. Mais depuis qu’il avait découvert à quoi la vie normale ressemblait, le jeune homme s’en donnait littéralement à coeur joie. Oh, Luke n’était pas non plus du genre à faire trop d’excès mais disons simplement qu’il rattrapait le temps perdu. Non, pas perdu, ce temps passé à servir avait été utile et il fallait bien avouer que parfois, cela lui manquait... Il ne saurait pas expliquer, de toute manière à quoi bon ? La question ne se posait même pas. Il était rentré, point final.

Le beau brun massa le bras sur lequel il avait atterri avant de se rendre compte que ses songes avaient été prémonitoires. Le réveil avait sonné pendant deux bonnes heures et il n’était toujours pas sorti de chez lui. Bordel. Il se précipita sous la douche, enfilant un débardeur blanc puis une chemise claire qu’il gardait ouverte. Il se glissa dans son jean de la veille avant de passer une main entrainée dans ses cheveux, se brossant les dents et faisant l’impasse sur les quelques poils de sa barbe qui commençaient sérieusement à pointer le bout de leur nez. Sans perdre davantage de temps, il saisit sa veste et ses clés de voiture avant de disparaitre au travail pour le restant de la journée, essayant de ne pas trop se faire remarquer pour que personne ne vienne lui poser de questions sur ce monstrueux retard. Luke avait ensuite vu défiler de nombreux jeunes garçons dans son bureau, quelques rares filles aussi mais qui semblaient bien plus insolentes et turbulentes que tous les autres adolescents qu’il avait pu croiser jusqu’à ce jour. Il était resté tard, la nuit ayant déjà commencé à tomber sur la cité des anges, préoccupé par un cas qui lui donnait pas mal de fil à retordre.

Et puis il était sorti du boulot, les deux mains fourrées dans les poches de son jean, levant le nez vers le ciel et soupirant. Une journée de plus qui venait de s’écouler et qu’il n’avait vraiment pas vu passer. Luke soupira, regardant autour de lui comme s’il ne connaissait pas le quartier et qu’il n’avait jamais mis les pieds ici. Il hésitait simplement. Fallait-il qu’il rentre maintenant ou allait-il s’autoriser un détour dans le bar du coin pour boire une bière ou deux avant de retrouver son appartement ? A quoi bon de toute façon, il était seul, il n’avait aucune raison de rentrer si tôt. Pour quoi faire exactement hein ? S’asseoir sur son canapé dans le plus simple appareil ou juste vêtu d’un caleçon, regarder la télévision pendant des heures, s’abrutir devant des matchs de football, tomber sur un vieux film en noir et blanc qui le ferait rire cinq minutes avant de s’endormir devant un bêtisier ou une autre stupidité du même genre. Au moins là-bas, il avait servi à quelque chose, il s’était rendu utile. Il était doué, pour ne pas dire qu’il l’était tellement que cela aurait pu s’avérer inquiétant. Combien de fois avait-il manquer sa cible ? Peut-être deux ou trois seulement. Lucky Luke. Oui, on l’avait appelé ainsi sur le terrain, l’homme toujours en train de parler de son sniper comme s’il s’agissait là de la plus belle des créatures. « Ce truc n’est pas une femme Fincher, tu en parles vraiment comme si c’était le cas. » Tant pis si ces coéquipiers ne le comprenait pas, son arme pourrait le faire à leur place. Et maintenant que tout ceci avait disparu, que restait-il au final ?

Juste Luke. Plus d’uniforme, plus d’armes, plus rien pour se camoufler. Seulement Luke.

Il s’était mis à cogiter sans réaliser que ses jambes le guidaient vers le bar où il avait l’habitude de se rendre après le travail, se retrouvant déjà au comptoir de ce dernier, commandant une bière à l’homme qui se tenait derrière le bar. Oh, il aurait très bien pu choisir de se taire, il aurait tout de même eu sa boisson, devenu habitué de ce lieu dans lequel il venait tuer le temps. Et que faisait-il d’ordinaire ? Pas grand chose, il observait les gens en souriant, il abordait parfois quelques personnes pour échanger certaines opinions ou simplement pour rencontrer du monde. Luke était plutôt du genre à être à l’aise en société, et il n’avait aucune crainte à se retrouver seul dans un lieu pareil ; il savait d’expérience qu’il ne resterait pas dans son coin très longtemps et si on ne venait pas l’aborder, il se chargerait de le faire sans hésiter. Mais ce soir-là, sa bière était seulement à moitié vide lorsqu’on l’interpela. Intrigué, et pas certain qu’on lui adressait la parole, il se tourna pour être certain de l’origine de ces propos.

C’est alors qu’il la vit.

Une jolie blonde vêtue d’une robe qui la mettait parfaitement en valeur. Luke laissa son regard parcourir le corps de l’inconnue sans paraitre trop insistant non plus, ne s’égarant qu’une fraction de seconde sur ses jambes. Ses yeux croisèrent les siens et le beau brun sourit avant de reprendre une gorgée de sa bière, se tournant vers elle sans pour autant se rapprocher. Que devait-elle faire exactement pour obtenir un verre ? Oh, vraiment, pas grand chose. Elle pouvait rester là simplement, lui faire oublier cette mauvaise journée en lui racontant sa vie. Elle pouvait même mentir et inventer l’histoire la plus fabuleuse qui soit, Luke ne lui en voudrait pas. Il voulait rire, faire le pitre, amuser la galerie, voir les yeux de cette inconnue se mettre à perler tant elle ne pouvait plus s’empêcher de s'esclaffer. Il voulait faire rire les autres pour s’oublier un peu, qu’on se souvienne de lui avant tout pour son humour et sa facilité à rouler des mécaniques. Après tout, tout ce qu’il aurait à dire en dehors de cela ne serait pas intéressant, alors pourquoi tenter ?

« Oh pas grand chose. Continuez de sourire comme ça, et je vous assure que je commande une bouteille de champagne dans la minute. » Il fit signe au garçon tandis qu’il finissait sa bière d’une seule traite. Lui qui pensait rentrer tôt allait finalement être en retard le lendemain matin, une fois encore... « Sauf si vous préférez autre chose... Hmm... Je sais qu’ils font de bons cocktails, je n’ai jamais eu l’occasion de les goûter. Choisissez pour cette tournée, on verra pour la suivante. » Il souriait encore, se tournant à nouveau face au comptoir, ne lâchant pas la bouteille vide qu’il avait entre les mains, s’amusant avec le récipient. « Au fait, Luke. Enchanté. Vous ne venez pas souvent dans le coin, je me trompe ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: collect the dust tomorrow, tonight we burn   Mer 15 Jan - 23:28

Ava n'était attirée que par les mauvais garçons. C'était un fait que la blonde avait accepté depuis longtemps et elle ne faisait absolument rien pour tenter de déroger à cette règle. En fait, à part son petit ami du lycée, que sa mère lui avait présenté au passage, elle n'avait pas le souvenir qu'un homme auquel elle était attachée l'ait traitée correctement. Au lycée, elle s'amusait à jouer les petites filles modèles pour que la réputation de sa mère soit intacte et pour que tout le monde ait envie d'être à sa place dans cet uniforme et au bras de ce garçon là. Un beau mensonge, un petit rôle que l'adolescente jouait dans ce film nommé la vie tout simplement... Elle arrivait tellement bien à cette époque à faire semblant d'être absolument et tout bonnement parfaite devant tout le monde, elle arrivait même à en éblouir certains. Ce n'était certainement pas la même jeune fille qui était tombée enceinte seulement quelques mois plus tard, encore une mauvaise rencontre, une rencontre qu'elle avait voulu, après tout, elle ne pouvait s'attendre à rien d'autre, surtout pas en rencontrant un type dans un bar miteux et pas après avoir fait l'amour avec ce même inconnu dans un motel plus que douteux. Selon Ava, elle n'avait eu que ce qu'elle méritait. Et après cette première grossesse, après l'accouchement, elle avait quitté la Floride pour... tout et rien à la fois. Elle n'avait pas d'attache, elle était libre, libre d'aimer, libre d'avoir le coeur brisé. Entre les hommes qui partaient le lendemain, ceux qui en fait avaient une femme ou ceux qui la trouvaient beaucoup trop envahissante, la blonde en avait connu des déceptions. Toujours des hommes qui lui prenaient toujours tout en partant et qui n'hésitaient pas à lui marcher dessus. Elle se sentait comme une moins que rien et pourtant elle souriait toujours, elle continuait de se faire mener en bateau et tout ça pour quoi... Pour un peu d'attention.

À 28 ans, Ava avait accepté sa nature destructrice depuis longtemps et elle savait que quitte à choisir entre être écrasée contre un mur et vivre...Ses options étaient limitées. Ajoutez à cela toutes les hormones qu'abritait ce corps de femme enceinte et c'était une combinaison ... dangereuse. Mais cet homme, Luke était affreusement mignon, craquant et quelque part, elle avait envie de lui faire confiance. Déjà, il la fixait comme une véritable femme, belle et désirable. C'était peut être complètement stupide et superficiel mais c'était tout ce dont Ava avait besoin en ce moment. Au diable les hommes bons et humbles et droits qui auraient pu s'occuper d'elle, au diable Dorian et ses milliers de confidences et ses messages adorables, au diable tout ça... Elle n'avait pas envie d'être raisonnable, enceinte ou pas, elle restait tout de même Ava Sparks.  "Donc le coup de la blonde écervelé ça marche encore... Je n'étais pas certaine." lança Ava avec un sourire aux lèvres tout son corps tourné vers Luke. Qu'on ne s'y méprenne pas, Ava Sparks ne savait pas comment draguer quelqu'un, elle n'avait jamais véritablement su, elle se contentait juste de quelques sourires et en général cela suffisait à faire en sorte que l'homme en question ait envie de l'emmener dans un endroit un peu moins bondé. Sans le vouloir, les yeux d'Ava dévièrent sur les mains de Luke qui tenaient toujours sa bouteille de bière. Et pendant une fraction de secondes, Ava imagina ces mêmes mains-là, ailleurs, sur elle, juste , contre ses cuisses et... Ava, please focus. Le blonde se secoua mentalement avant de relever son regard vers le visage de Luke. Hmm... Way too cute.

"Est-ce que ça se voit tant que ça que je ne suis pas d'ici, j'essaye pourtant de travailler mon air pour qu'on pense que je suis née à Los Angeles. Je crois qu'il va falloir que je le  travaille un peu plus." Elle ponctua sa phrase en se passant une main dans les cheveux. "Enchantée je suis Ava." Même si elle ne comptait pas revoir Luke le lendemain, la jeune femme ne voyait pas vraiment l'intérêt de lui donner un faux prénom ou même un pseudonyme. Non, le seul soucis, c'était qu'Ava ne pouvait pas boire d'alcool et elle ne voulait pas vraiment avouer pourquoi. Pas de doute que si Luke savait qu'elle était enceinte, il prendrait la fuite et irait se trouver une autre blonde à qui il offrirait cette fameuse coupe de champagne. Ava allait donc devoir improviser, aussi, elle se pencha vers Luke, murmurant presque ses prochaines phrases. "Et en fait je vais vous avouer quelque chose, je viens d'adhérer à une nouvelle religion qui m'interdit de boire ne serait-ce qu'une seule goutte d'alcool. Mais si je dois vraiment être honnête, et pourquoi ne pas le faire avec vous vu que vous avez l'air très charmant je suis en train de tester une nouvelle théorie."  Ava se redressa alors, lissant d'une manière ô combien innocente les pans de sa robe avant de reporter son attention vers Luke. "Une de mes amies prétend que les hommes de cette ville sont très doués au lit... Je lui ai demandé en quoi, elle m'a dit qu'il pouvait tenir beaucoup plus qu'une dizaine de minutes et qu'avec eux, c'était l'orgasme garanti à chaque fois." Elle observa Luke de la tête aux pieds avant de lancer un soupir très naturel et d'ajouter: "Je demande à voir."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: collect the dust tomorrow, tonight we burn   Dim 2 Fév - 13:16

On accusait souvent les hommes. Oui, après tout, c’était souvent eux les salauds, les ingrats, ceux qui pouvaient partir sans demander leur reste et sans jamais être jugé, sans qu’aucune insulte ne parvienne à les atteindre d’une quelconque façon. Alors on les pointait du doigt et à l'usure, les femmes avaient fini par se méfier, et qu’elles soient fortes ou naïves, elles étaient finalement hors d’atteinte à force de dire qu’elles ne se feraient plus avoir. Elles se barricadaient toutes et avant d’obtenir un regard de leur part il fallait parfois patienter pendant une éternité. Luke n’était franchement pas du genre à supplier. S’il sentait qu’il n’intéressait pas la jeune fille qu’il avait dans le collimateur, alors tant pis, la vie en mettrait une autre sur sa route et peut-être que cette fois-ci ce serait la bonne. Peut-être oui… Impossible de savoir au final, et c’était ça le plus rageant. Car Luke était comme ça ; au fond, c’était un grand romantique, même sous la carapace, même sous son uniforme et derrière son arme. Il croyait à toutes ces choses, au coup de foudre, à l’amour au premier regard, au destin qui décidait de lui faire rencontrer telle ou telle personne. Peut-être aussi que son âme soeur se trouvait quelque part sur cette planète, sa moitié sans doute, il n’en savait rien. Mais quand il la trouverait, il savait déjà qu’elle n’aurait aucune peine à lui faire mettre un genou à terre, qu’elle pourrait être témoin de ses faiblesses et panser ses blessures les plus profondes. Et alors il pourrait s’excuser, lui demander pardon de ne pas être arrivé plus tôt dans sa vie, de ne pas avoir su la protéger par le passé, lui disant qu’il en avait bavé lui aussi en attendant de la trouver, qu’il avait pensé à elle souvent et qu’il avait eu hâte de la rencontrer.

Pour l’heure, il ne savait pas où elle était, ni à quoi elle ressemblait. Aucun indice, la moindre aide lui ayant été refusé. Alors à chaque fois qu’il croisait un nouveau regard, il se posait la question. Est-ce que c’était elle ? C’était sans doute exagéré, certains pourraient même se permettre de dire que c’était désespéré. Malgré tout Luke avait besoin de cela, il ne pouvait pas s’empêcher de le penser. Et chacune des jeunes femmes qu’il rencontrait méritait qu’on s’attarde sur ce qu’elle était véritablement, au-delà des sourires charmeurs et des escarpins, et des belles robes qu’elles mettaient du temps à choisir simplement pour attirer les regards ou provoquer des pluies de compliments afin de rougir par la suite comme si ce n’était pas l’intérêt premier de la manœuvre… Ainsi, Luke ne disparaissait jamais au beau milieu de la nuit. Il attendait le petit matin, prenait le temps de discuter encore au réveil, ne manquait pas de préparer quelque chose à grignoter s’il était chez lui, et n’oubliait pas non plus de fournir son numéro de téléphone. Après tout, ce pouvait être elle, pas vrai ? Et peu importait au fond si l’histoire ne durait pas plus d’une semaine ou si c’était l’affaire de quelques mois, Luke savait au moins qu’il ne pouvait pas regretter la manière dont les choses s’étaient déroulées. Il avait mis toutes les chances de son côté à chaque fois, il avait toutes appris à les connaitre ; et certes, parfois, ça n’avait pas marché. Oui, bon, au final, cela n’avait jamais fonctionné. Mais tant pis, il continuerait d’essayer, jusqu’à ce qu’elle arrive, qu’elle débarque dans sa vie en lui donnant la sensation qu’elle avait toujours été présente et qu’elle l’avait désespérément cherché.

Pour la millième fois de sa vie donc, Luke dévorait cette jeune femme des yeux, les mêmes mots traversant son esprit alors qu’elle lui parlait, ravie de constater que le coup de la blonde écervelée marchait encore. Le jeune homme ne retint pas son rire, son regard s’attardant l’espace d’un instant sur les lèvres de la blondinette en question. Pour ne pas paraître trop insistant, ou plutôt pour ne pas non plus se faire griller trop rapidement, il reporta toute son attention sur sa bouteille vide qui devenait alors la plus belle des distractions. Mais son oreille était toujours aussi attentive et il buvait les paroles d’Ava, qui n’était vraisemblablement pas née ici. Il n’était pas moins captivé lorsqu’elle lui fit part de ce qui l’empêchait de boire la moindre goutte d’alcool, et cette nouvelle eut le don de le surprendre... Sur quoi était-il encore tombé ? Les questions qu’il se posait depuis qu’elle lui avait adressé la parole s’évaporaient bien rapidement à présent, Luke ne voyant même pas comme il pourrait envisager son quotidien auprès d’une personne aussi stricte et exigeante avec elle-même que cela. C’était humain de boire un peu de temps en temps, pas vrai ? Et observant toujours sa bouteille vide, Luke se sentait presque pitoyable de l’entendre parler en ces termes… À moins que… Il tourna lentement la tête pour la regarder à nouveau. Est-ce qu’elle n’était pas plutôt en train de se jouer de lui ? Un sourire en coin se posa sur les lèvres de Luke tandis qu’elle lissait les pans de sa robe de manière presque trop théâtrale pour que cela ne soit pas murement réfléchit. « Une de mes amies prétend que les hommes de cette ville sont très doués au lit... Je lui ai demandé en quoi, elle m'a dit qu'il pouvait tenir beaucoup plus qu'une dizaine de minutes et qu'avec eux, c'était l'orgasme garanti à chaque fois. Je demande à voir. » Dommage que Luke n’ait plus rien à boire, car il aurait volontiers vider une deuxième bouteille de bière d’une seule traite, simplement pour se retenir d’emmener Ava dans un coin sombre sur le champs et passer sa frustration sur autre chose. Ou peut-être que c’était ce qu’elle voulait au final, elle venait tout de même de le dire sans détour… Et pour la première fois depuis longtemps, Luke ne savait clairement pas quoi répondre. Lui, Luke Fincher, n’avait plus de répartie. Il se contentait d’observer ses jambes et le reste du corps d’Ava. Il savait bien au fond qu’elle ne voulait que cela. Ce ne pouvait pas être elle parce qu’elle se fichait de ce qu’il était, elle ne s’intéressait pas à tout ce qu’il avait déjà vécu ou ce à quoi il aspirait. Elle ne pensait qu’à son plaisir et après tout, c’était totalement légitime. Combien d’hommes, combien de salauds le faisaient chaque jour sans que personne ne leur jette jamais la pierre ? Alors elle avait le droit de jouer à son tour, elle avait le droit d’obtenir ce qu’elle voulait de lui simplement parce qu’elle l’avait demandé. Luke savait parfaitement qu’il se réveillerait seul, ou peut-être même qu’ils ne prendraient pas le chemin du retour, peut-être qu’ils se diraient adieu ici, accoudés à ce même comptoir, mais c'était ainsi, pas vrai ?

Quelque chose au fond de Luke lui disait qu’il ne fallait pas qu’il cède, qu’elle n’était pas le genre de fille qu’il recherchait. Mais tant pis. Oui, voilà. Tant pis. Il essaierait d’obtenir son numéro, comme à chaque fois, juste pour l’inviter à prendre un verre ensuite, si elle voulait bien croiser son regard une autre fois, quand elle ne serait pas trop occupée à jouer les femmes fortes en quête de chair fraîche. Et puis si elle refusait, ce n’était pas elle, tout simplement, et il y aurait un autre soir, une autre Ava avec qui il discuterait pendant des heures et avec laquelle il pourrait rire aux éclats. Elle arriverait un jour, peut-être pas dans ce bar-ci, mais elle finirait par pointer le bout de son nez. En attendant, ce n’était pas encore l'heure, alors Luke n’eut aucun mal à retrouver ses esprits, reposant la bouteille de bière sur le comptoir comme s’il venait de prendre la décision la plus importante de toute sa vie. Son sourire était toujours fermement accroché à ses lèvres, et sans plus attendre, il se tourna vers la jeune femme, se rapprochant d’elle, sans pour autant devenir envahissant. La distance parfaite pour qu’elle comprenne qu’elle n’aurait aucun mal à obtenir ce qu’elle voulait. « Oh, not only in bed if you know what I mean. » Luke arqua un sourcil avant de reprendre. « We’re good anywhere, any places really. Up against a wall, on the backseat of a car, on the floor, on the counter. In the darkest corner of a bar even. » Il ne bougeait plus, parce que c’était à elle de faire le premier pas, à elle de confirmer que c’était effectivement ce qu’elle attendait et pas simplement des paroles en l’air.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: collect the dust tomorrow, tonight we burn   Dim 9 Fév - 1:11

Avait-elle été un jour amoureuse? Ava aurait très certainement répondu non et pourtant, dans les faits, dans la réalité, tout était différent. Elle avait déjà dit je t’aime, elle s’était déjà laissée gagné par ce sentiment qui faisait rêver des milliers d’autres femmes et qui quelque part faisait tourner le monde. L’amour, quelque chose de préfabriqué, qu’on pouvait acheter, qu’on pouvait même quelque part fabriquer. La jeune femme n’était pas dupe, elle savait ce qu’elle avait eu au fil des années et si elle avait dit je t’aime et si elle avait fait de belles et grandes déclarations, c’était tout simplement pour ne pas se retrouver seule. Il n’y avait rien de pire et elle préférait faire semblant, hocher la tête plutôt que de se retrouver … Sans personne. Alors il fallait toujours bien paraître, toujours être parfaite, toujours sourire, toujours dire oui et ne jamais montrer que la situation lui déplaisait … Pour Ava, il ne s’agissait même pas de trouver la bonne personne avec qui passer le reste de sa vie, non, il s’agit juste de trouver quelqu’un, pour une nuit, même peut être pour deux, du moment qu’on voulait bien d’elle. Du moment qu’elle pouvait se blottir contre le torse de son sauveur de la nuit une fois que le silence se faisait entendre dans la chambre, se coller contre cette peau qu’elle venait juste de découvrir, laisser ses mèches blondes se balader contre les muscles et poser son oreille juste au dessus du coeur de ce parfait inconnu. Elle n’oubliait jamais les prénoms, elle pouvait prétendre autant qu’elle le voulait, mentir même, oui, mentir au possible à quiconque voulait bien entendre son histoire, Ava n’en menait pas large. Elle se rappelait de tous les noms, ils étaient imprimés sur sa peau et elle devait dire merci à tous ces hommes qui avaient cru qu’elle en valait la peine et qu’il ne fallait surtout pas la laisser seule. Ava était… eh bien elle était une taré, une dégénéré, une erreur de la nature et elle n’avait pas eu besoin que Maman le lui rabâche à longueur de journée, à l’âge de quinze ans, elle avait fait cette simple constatation. Les autres filles parlaient de garçons, de se retrouver le week end au centre commercial, de vivre, d’être libre… Ava elle ne pouvait s’empêcher d’être écoeurée et dégoûtée en permanence et elle ne voulait faire qu’une seule chose: hurler. Hurler jusqu’à sa gorge lui fasse mal et qu’elle en perde sa voix, elle ne pouvait pas le faire à l’époque, elle se contentait juste de sourire, juste de sourire…

À force de sourire comme ça, tu vas finir par te faire remarquer, voilà ce qu’il lui avait dit. Aidan, il s’appelait Aidan, il travaillait au garage du coin et il était venu aider la jeune adolescente qu’elle était, l’histoire était simple, Maman avait trop bu alors elle s’en était pris à la voiture et c’était Ava qui devait expliquer qui donc avait crevé les pneus. Il ne l’avait pas jugée, non, il lui avait offert un sourire et une poignée de main, la sienne était sale, couverte d’huile de moteur, et puis ils avaient discuté. Plusieurs fois, trop de fois même, à dire vrai, Ava avait oublié ce qu’elle avait dit, elle mentait encore à l’époque, elle ne se souvenait que de cette nuit là, quand il l'avait attrapée par les hanches pour la faire basculer sur son lit de fortune, il squattait une pièce à l’arrière du garage où il bossait, il avait trouvé ses jambes facilement, sa place était entre elles, et il lui avait dit d'arrêter de mentir. Il l’avait embrassée et il lui avait fait l’amour cette nuit là, elle en avait tremblé, gémit, haleté et elle s’était perdue dans ses bras, ravie de constater que c’était normal de se sentir aussi bien, c’était normal de crier à présent, c’était normal d’avoir envie que cela ne finisse jamais. C’était normal. Alors quoi? Il suffisait qu’elle est un homme entre ses cuisses pour avoir l’impression de fonctionner correctement? Aussi tordu soit-il… C’était un peu ça l’idée. Elle n’en avait pas honte, c’était quelque chose qu’elle gardait pour elle, et qu’elle ne disait tout simplement pas. Elle se moquait bien de l’image que cela pouvait lui donner auprès des hommes. Traînée? Peut être, ce n’était vraiment pas ce genre de choses qui l’empêchait de dormir la nuit. Et puis Ava n’était pas complètement coupable, elle aidait des gens pas vrai? Cette vie qui grandissait à l’intérieur d’elle, ce n’était pas pour rien. Cet enfant n’était pas le sien, ne serait jamais le sien, pas besoin de se sentir coupable en plus de tout ça.

Mais Luke était là, Luke et son regard qui ne quittait pas Ava. Il était littéralement en train de la dévorer du regard et si elle n’avait pas eu un peu plus de contenance que cela, elle se serait certainement mise à rougir. Elle connaissait ce regard, il essayait sans doute de déterminer dans quelle catégorie la ranger, elle et ses sous entendus plus qu’explicite. Est-ce que c’était la femme de sa vie ou juste un coup d’un soir? Si Ava avait eu un peu plus de courage, elle lui aurait répondu qu’elle pouvait tout être, qu’elle pouvait lui donner toute l’éternité s’il promettait de ne jamais la laisser partir et de toujours la garder près de lui et ce peu importe les circonstances et peu importe la raison en personne…. Si seulement il le promettait et il le jurait. La blonde conserva le silence et leur regard se croisèrent alors que Luke se rapprochait d’elle, doucement, mais assez pour qu’Ava prenne une profonde inspiration, ses yeux dans ceux du jeune homme. Les mots suivants de Luke la clouèrent littéralement sur place, elle eut le souffle coupé avant de prendre une autre inspiration, un sourire sur les lèvres, et peut être que c’était ridicule comme réaction mais tant pis, elle ne s’était jamais sentie aussi vivante de toute sa vie. Chaque centimètre carré de sa peau brûlait et elle pouvait sentir l’excitation glisser sur sa peau et son rythme cardiaque s’accélérer. C’était plus que clair, elle ne quitterait pas le bar sans Luke, ou même avant d’avoir eu Luke, l’un dans l’autre c’était la même chose. Et Ava ne réfléchissait déjà plus alors qu’elle quittait la chaise sur laquelle elle était assise, sur ses deux pieds à présent, se rapprochant davantage du brun, ses mains trouvant les pans de sa chemise et tirant dessus, légèrement, juste assez pour qu’il comprenne qu’elle était sérieuse et qu’elle avait envie. Envie de lui tout simplement, qu’il lui fasse oublier tous les autres, qu’il lui rappelle juste que dans le fond elle n’était qu’une femme et que lui n’était qu’un homme, peu importe le reste du monde, peu importe leur responsabilité, leur croyance respective, le fait que c’était sans doute moralement incorrect… Peu importe.

« Show me… Now. Show me. I don’t even care if you call me back tomorrow or if you forget my name after we’re done, just show me. »  La voix d’Ava n’était qu’un murmure mais son regard suppliant était sans équivoque. Show me what you can do and let me burn against your skin, I just want to forget.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: collect the dust tomorrow, tonight we burn   Mar 11 Mar - 19:53

Luke ne la quittait pas des yeux. C’était comme si sa vie dépendait de cet instant précis, que son destin tenait à la respiration de la blondinette qu’il avait en face de lui. Il ne bougeait plus, les secondes s’écoulant lentement, un léger sourire toujours accroché à ses lèvres qu’il humidifia en passant rapidement sa langue sans même s’en rendre compte. Il l’observa quitter sa chaise pour se rapprocher de lui, lentement, dangereusement, le coeur du Fincher s’emballant dans sa poitrine sans qu’il ne parvienne à expliquer pourquoi. Si, c’était sans doute parce qu’elle était belle, qu’il avait envie de se serrer tout contre elle et de se blottir juste là, entre ces cuisses qu’il avait pris le temps de dévorer du regard lorsqu’elle s’était assise en face de lui quelques minutes auparavant. Ava tira ensuite sur un pan de sa chemise, le faisant à peine pencher vers l’avant, ses paupières ne se refermant toujours pas et ses yeux braqués sur les lèvres d’Ava. Ce qu’elle dit ensuite eut l’effet d’une bombe, son corps tout entier s’embrasant soudainement sans qu’il puisse lutter ni opposer de résistance.

Cela ne lui ressemblait pas pourtant. Ce n’était pas dans les habitudes de Luke de s’isoler dans le coin sombre d’un bar pour laisser ses mains parcourir le corps d’une parfaite inconnue. Il aimait faire les choses bien et même si cela ne durait parfois pas plus d’une semaine, il estimait que chaque femme avait droit à un matelas digne de ce nom. Bien sûr, il avait déjà connu quelques débordements dans les taxis, les ascenseurs, les cabines d’essayage, les piscines municipales… Bref, tout un tas d'endroits plus atypiques les uns que les autres. Mais vraiment, était-il capable de… ça ? Certes, pour l’heure il n’était pas en mesure de réfléchir ou même de se poser la question, mais le véritable problème serait de savoir s’il n’allait pas regretter juste après que les choses se soient produites. Après tout, si c’était vraiment elle, leur première fois méritait tout de même d’être inoubliable, et pas simplement bâclée entre deux bières dans le brouhaha d’un café, aussi branché soit-il… S’il avait pu, Luke aurait soupirer avant de se retourner vers le comptoir mais tant pis. Pour une fois il serait fou et sans scrupule. Il ne jouerait pas les goujats, non, ce n’était pas ce qu’il comptait faire ; et de toute façon il n’en était tout simplement pas capable. Mais il refusait de perdre son temps et puisqu’on lui demandait, alors à quoi bon jouer les mecs difficiles et ne pas se laisser tenter ?

Il quitta son siège à son tour comme s’il laissait derrière lui cette facette de sa personnalité qu’Ava ne verrait sans doute jamais pour l’avoir sollicité de cette manière. Elle n’avait pas été patiente, elle avait voulu l’obtenir dès le début, après quelques paroles échangées et rien de plus. Elle se fichait de ce qu’il avait à dire ou à raconter, des choses qu’il avait vécu, elle n’avait que faire de son passé et de son avenir. Elle n’avait pas attendue de se retrouver seule avec lui tant il avait été aguicheur. Il aurait pu la repousser dès le début en lui disant qu’il attendait quelqu’un d’autre, qu’il cherchait cette femme qu’il désirait rencontrer pour tomber éperdument amoureux d’elle et pour ainsi fonder la famille dont il avait toujours rêvé... Mais non, il ne l'avait pas fait. Au lieu de ça, il avait abandonné le Luke trop romantique et trop mélancolique vers le comptoir. Ce dernier resterait sûrement seul jusqu’au milieu de la nuit avant de rentrer en titubant jusqu’à son appartement vide, désespérément vide, avant de s’endormir sur son lit froid, encore habillé, les pensées accaparées par tout un tas de choses qui lui donnait encore un peu d’espoir... Mais pour l’heure, il était sûr de lui, charmeur, séduisant, irrésistible. Il se mordait doucement la lèvre tandis que ses mains trouvèrent naturellement les hanches d’Ava pour qu’elle se tienne encore plus près de lui et qu’il puisse lui sourire une fois encore avant de se détacher d’elle pour l’emmener vers les toilettes du bar.

À peine eut-il vérifier que personne ne se trouvait dans les parages que déjà Luke ne songeait plus à rien, à part à elle et ses beaux cheveux blonds, sa robe qui lui allait à ravir, et ses jambes… S’ils s’étaient retrouvés ailleurs, il n’aurait pas perdu une seule seconde et il aurait commencé par là, il aurait déposé de légers baisers sur ses mollets avant de remonter le plus doucement du monde en la regardant se cambrer en le suppliant pour qu’il cesse de la faire languir de la sorte et qu’il en vienne directement au fait. Mais les lieux dans lesquels ils se trouvaient ne lui permettait pas franchement ce genre de pratique, et n’y tenant plus, il avançât pour la contraindre à se retrouver contre le mur le plus proche, son front collé contre le sien, ses yeux plongés dans ses prunelles bleues. C’était étrange de le voir ainsi, se mordillant doucement la lèvre, immortalisant ce moment comme s’il était d’une extrême importance. Il voulait l’observer, prendre le temps de se souvenir de chaque détail et ainsi apprécier le moment fatidique où leurs bouches allaient se retrouver scellées l’une contre l’autre. Mais d’abord, ses mains ne tenaient plus en place, et n’étant pas capable de les garder pour lui, il avait commencé par caresser ses hanches avant de descendre vers ses cuisses, remontant alors doucement les pans de sa robe sans aucune gêne, sans la quitter des yeux une seule seconde. Il refit le même mouvement plusieurs fois de suite, appréciant la sensation de sa peau mise à nue sous ses doigts, s’enivrant de ce simple contact. Le jeune homme passa de longues minutes à la toucher ainsi, d’abord à l’extérieur des cuisses, puis enfin, quand il sentit qu’elle était prête et qu’elle n’attendait plus que cela, il laissa une de ses mains remonter lentement à l’intérieur, juste entre ses jambes, s’arrêtant enfin contre la barrière de textile que formaient ses sous-vêtements. Ses doigts ne s’immobilisèrent pas pour autant, sa main flattant la jeune femme à l’endroit où elle en avait le plus besoin, le plus lentement du monde. La respiration de Luke se faisait de plus en plus profonde tandis qu’il sentait tout son corps s’embraser littéralement dans le regard de cette femme, dans le souffle d’Ava.

« Damn, you’re beautiful. », dit-il, presque à l’agonie. Et sur ces simples mots, il l’embrassa enfin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: collect the dust tomorrow, tonight we burn   Dim 6 Avr - 2:16

Elle voulait juste oublier.

Oublier son prénom, oublier qui elle était, oublier la peine qu'elle avait pu ressentir par le passé, oublier le fait qu'elle était déjà mère et qu'il y avait de fortes chances pour qu'elle ne revoit pas tous ses enfants, car ils n'étaient au final que des personnes sans visage et des gens qu'elle avait abandonné. Facilement, trop facilement, pourquoi? Parce qu'Ava avait eu peur tout simplement, parce qu'elle ne voulait pas les décevoir, parce qu'elle savait de quoi elle était faite et elle savait que tôt ou tard, elle finirait par commettre une faute impardonnable, et si elle pouvait l'accepter pour sa propre personne, c'était tout simplement hors de question pour son... son... son enfant? Non, elle ne voulait pas y penser, elle voulait juste oublier, et quoi de mieux que l'étreinte d'un parfait inconnu, un nouveau parfum contre sa peau, un souffle chaud contre elle, des muscles agréablement pressés contre son maigre corps? Ava voulait juste oublier, elle ne voulait pas être Ava Sparks, elle voulait juste être une femme, juste être libre, insouciante, sans toutes ses responsabilités pour une fois. Alors non, face à Luke, elle n'avait pas reculé, elle avait retenu son souffle tandis que l'homme s'était levé, il était beaucoup plus grand qu'elle et peut être qu'une autre femme aurait fait une remarque stupide, pour lui lancer un autre compliment mais Ava avait déjà dit ce qu'elle voulait. Oui, elle voulait voir à quel point il était doué, voir s'il pouvait faire naître du plaisir dans chacune des cellules de son corps, voir s'il était capable de l'électriser, de la faire chanceler et s'accrocher à ces larges épaules là pour tenter de conserver un tant soit peu de raison.  Elle ne respirait toujours pas alors que les mains de Luke trouvaient ses hanches, lentement, facilement, rapprochant leur deux corps ensemble. Trop proche, beaucoup trop proche et en le voyant sourire, Ava voulait lui demander s'il se voyait faire ça pendant des nuits complètes et des jours entiers, la tenir comme ça, tout près de lui et faire en sorte qu'elle n'ait jamais peur. Oh s'il pouvait faire ça... S'il pouvait faire ça, elle risquait de ne plus jamais partir et de toujours rester à ses côtés.

Ava était perdue dans ce sourire, perdue dans ce qu'elle voulait trop et elle le suivit encore, s'inventant déjà une histoire, leur histoire, parce qu'elle avait besoin que ce soit plus qu'un simple coup d'un soir, non, cette soirée, cette nuit devait être son épiphanie et elle devait en sortir changée. Changée et meilleure, parfaite même, parfaite entre les doigts de Luke, oui, voilà ce qu'elle voulait ce soir. Et elle ne voyait absolument rien en dehors de Luke, elle le suivit dans les toilettes du bar et elle ne manqua pas le regard qu'il jeta dans la pièce et encore moins quand ces yeux-là se retrouvèrent poser sur elle. Il s'approcha et bêtement elle se recula, mais c'était ce qu'elle voulait, désespérément ce qu'elle voulait et elle eut un léger tremblement alors que son dos heurta un mur. Elle n'allait nul part, elle le voulait lui, il était son monde à présent, la chose la plus importante de son monde et son coeur battait tellement fort, tellement vite. Car il n'y avait rien d'autre qui comptait à part ce moment, rien d'autre que Luke. Elle prit une profonde inspiration alors qu'il se rapprochait encore, son front plaqué contre celui d'Ava, ses mains à elle étaient posées contre le mur. Il ne lui avait pas encore donné l'autorisation et ce soir, Ava était entre ses mains à lui et elle ferait absolument tout ce qu'il voulait, il pouvait absolument tout lui faire pourvu qu'il lui accorde ce moment, quelques heures, elle n'avait besoin que de cela pour exister... Elle sentait le regard de Luke sur elle, et elle attendait, incapable de penser, incapable de réfléchir, elle aurait voulu lire ses pensées pour savoir ce qu'il comptait bien lui faire. Allait-il se contenter de faire ce qu'il voulait faire pendant quelques minutes et la laisser là, sans demander son reste? Peu importe, même une minute était suffisante, elle ne demandait pas beaucoup, elle ne pouvait pas être exigeante, elle n'était rien pas vrai?

Les mains de Luke bougèrent enfin, elles étaient toujours bien présentes sur ses hanches à elle et la respiration d'Ava se fit de plus en plus bruyante alors qu'il la caressait là, tout doucement. Juste de légères caresses et pourtant c'était suffisant pour que le rouge lui monte aux joues et qu'elle en veuille plus, mais elle ne demanda rien, trop perdue dans les yeux de Luke et dans la façon dont il la regardait. C'était la première fois qu'on la regardait ainsi et elle se disait que peut être, il y arriverait, lui, à la faire se sentir absolument parfaite. "Oh god..." Une autre intonation lui échappa tandis que les mains de Luke descendaient, lentement sur ses cuisses, remontant négligemment le tissus de sa robe. Sentir les doigts de Luke courir sur sa peau était plus enivrant qu'elle ne l'aurait cru et si cela n'avait pas été pour ce regard braqué sur elle peut être qu'elle lui aurait dit de faire quelque chose, n'importe quoi, d'accélérer de juste... "God... Luke..." Encore un murmure, un autre, son coeur qui s'accélérait encore, sa respiration saccadée et sa poitrine qui se soulevait alors qu'une de ses mains à lui se glissaient là, juste là entre ses jambes, lentement oh tellement lentement... Ava crut presque mourir à ce contact, elle avait l'impression qu'on la touchait pour la première fois, comme s'il était en train de la redécouvrir. Elle fut incapable d'arrêter les sons suivants qui quittèrent ses lèvres, de légers gémissements, là, juste entre eux, dans cet espace qui n'appartenait qu'à eux. Elle rougit davantage alors que la main de Luke trouvait enfin ses sous vêtements, pas une seule once d'hésitation dans ses mouvements ou même dans la façon dont il la regardait.

God, he was perfect.

C'était lui, juste lui, juste sa main et juste ce plaisir, lentement, tout doucement qui arrivait, Ava ouvrit la bouche pour dire quelque chose n'importe quoi mais elle fut réduite au silence par les mots de Luke. Belle, il la trouvait jolie, elle, et presque comme une promesse, enfin il l'embrassa et Ava se sentit enfin parfaite, enfin vivante alors que sa langue trouvait celle de Luke et qu'elle l'embrassait en retour. Qu'elle l'embrassait comme elle n'avait jamais embrassé un autre homme, car il la trouvait belle, peut être même qu'il la trouvait parfaite, et il ne savait rien d'elle à part son prénom, juste son prénom et cela avait suffit. Oh god, yes, it was enough, more than enough, se disait la jeune femme et ses propres mains bougèrent enfin, trouvant la chevelure de Luke, se perdant dans les mèches brunes tandis qu'elle l'embrassait avec tout ce qu'elle avait, se rapprochant de lui, faisant tout pour que leur deux corps se fondent l'un dans l'autre, ses hanches bougeant contre sa main à lui. More, she wanted more, she needed more. Les mains d'Ava quittèrent les cheveux de Luke pour ses épaules, son dos, ses bras, ses fesses, anything, ses doigts bougeant frénétiquement caressant et touchant tout ce qu'elle pouvait atteindre. "I need you, I need you now, god Luke, please, just touch me please, do something, anything." Elle ne se rendait même pas compte de ce qu'elle disait, elle ne réalisait même plus ce qu'elle lui demandait, elle respirait tout simplement et il n'y avait que le parfum de Luke et Luke sous ses doigts alors que ses mains glissaient sous la chemise du jeune homme, et juste Luke contre elle et...

Peu importe si le monde tanguait et qu'elle ne savait plus qui elle était dans quelques heures, pour le moment... Luke était là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: collect the dust tomorrow, tonight we burn   Lun 21 Avr - 17:25

Luke se mordait la lèvre tandis qu’il se séparait de celles d’Ava, l’observant juste un instant pour apprécier ce délicieux spectacle. Bien sûr qu’elle était belle, elle l’était même sans doute trop et pour la première fois depuis longtemps, Luke se demandait s’il avait pris la bonne décision et surtout, Luke avait peur. Oui, peur. Lui qui avait passé tant d’années à combattre, à ramper dans la poussière, à tirer sur le premier inconnu qui paraissait menaçant et qui se trouvait dans son champs de vision. Lui qui avait passé des nuits entières, blotti contre son arme au cas où il faudrait quitter le campement à la hâte sans prendre la peine de regrouper ses affaires. Lui qui avait craint les prises d’otages et les exécutions, qui avait frôlé la mort en entendant siffler les balles à quelques centimètres de ses oreilles. S’il y avait bien une seule personne sur cette planète qui pouvait mesurer clairement ce qu’était le danger et la peur, qui pouvait connaitre toutes les horreurs que ces simples mots dissimulaient, c’était Luke. Et face à elle, c’était étrange et différent, ce n’était plus la même appréhension, mais il n’était pas rassuré. Il ne voulait pas tout gâcher, il ne voulait pas l’abimer ni la froisser, et à chaque fois que les joues de la blondinette rougissaient, Luke avait un petit pincement au coeur. Est-ce qu’il pouvait faire ça, se fondre en elle juste un instant et prendre le risque de ne plus exister dans sa vie par la suite ? Est-ce qu’il assumerait ensuite d’avoir pu posséder quelque chose d’aussi beau et de l’avoir sali ? Parce qu’il était loin d’être parfait, il était loin d’être utile, et il n’était rien qu’un homme de plus, un autre parmi des milliers. Il n’avait rien qui le fasse sortir du lot à part peut-être ses muscles et son sourire charmeur et son envie de faire croire au monde entier qu’il allait bien et qu’il était heureux.

Peut-être qu’il aurait du se mettre à genoux, là, maintenant. Pour lui demander pardon et lui promettre quelque chose de mieux que tout ceci, un vrai soir, un restaurant, une sortie, une après-midi sur son canapé à ne rien faire d’autre qu’à s’embrasser, Ava vêtue de l’une de ses chemises et assise sur ses genoux. Il aurait du lui présenter ses excuses et lui avouer qu’il avait envie de la découvrir différemment, qu’elle méritait mieux que les toilettes d’un bar mais il n’avait pas pu s’arrêter parce qu’elle était trop belle et qu’il voulait avoir la sensation d’être désiré pour la millième fois, avoir l'impression d'exister pour une véritable raison. Luke n’aurait jamais cru qu’une personne aussi parfaite puisse un jour avoir envie de lui. Mais il ne fallait pas qu’il s’emballe pas vrai, ce n’était ni le lieu ni le moment et Ava n’avait que faire de ce qu’il pouvait lui dire. Il n’avait jamais parlé, on ne lui avait pas appris à le faire et continuant de sourire comme si tout était facile, il arqua un sourcil en l’écoutant gémir et en voyant qu’elle bougeait les hanches contre sa main immobile. Les doigts de la jeune femme se baladait sur le corps de Luke qui ne restait pas insensible face à toute cette attention, et échappant un léger rire satisfait, il l’embrassa à nouveau, se nichant parfois dans son cou où il pris un temps fou à ne rien faire d’autre qu’humer son parfum avant de poser ses lèvres ou de laisser courir sa langue le plus lentement du monde à cet endroit précis, remontant jusque vers son oreille où il venait susurrer quelques mots, prenant un malin plaisir à bouger doucement ses doigts entre ses cuisses, caressant ses sous-vêtements, les frôlant parfois simplement juste pour la voir bouger vers l’avant afin d’en obtenir davantage. « Want me to touch you… Like this ? » murmura-t-il au creux de son oreille tandis que sa main appuyait davantage là où elle en avait besoin, provoquant alors un tremblement chez la jeune femme qui eut le don de le réjouir. « Or maybe… » Luke poussa alors le vêtement d’Ava sur le côté, laissant le champs libre pour ce qu’il avait prévu de faire ensuite. Portant ses doigts jusqu’à sa bouche, il les lécha rapidement avant de les remettre au même endroit, ne la prévenant pas au préalable, se mordant la lèvre et l’observant toujours tandis qu’il entrait en elle. « …Like this ? »

Il bougeait toujours avec une lenteur extrême, ses doigts allant et venant sans que Luke ne se soucie même plus de rien à part d’elle et de ses gémissements. Tant pis, s’il devait se faire une raison et apprendre à vivre avec le fait qu’il n’aurait jamais rien de plus que tout ceci, après tout c’était déjà suffisant non ? Évidemment que ça l’était, comment pourrait-il obtenir mieux que cela et par quel miracle aurait-il la chance d’être assez bien pour une fille comme elle ? Il se contenterait de l’honorer du mieux qu’il le pourrait et au diable tout le reste. Elle se cambrait sous ses doigts et Luke n’en demandait pas plus mais à force de sentir à quel point elle le désirait, il se faisait prendre à son propre piège et déjà il avait envie d’aller plus loin, se rapprochant d’elle et se collant contre son corps en rêvant de ne faire plus qu’un avec elle. Il patienta encore quelques précieuses minutes, le temps de lui arracher quelques soupirs ou autres cris de satisfaction, sa main agissant de manière plus rapide mais le mouvement toujours ample et calculé, quittant ensuite son corps avec regret, ses yeux plongés dans les siens, ses lèvres se posant sur celles d’Ava tandis qu’il s’attaquait à la boucle de sa propre ceinture. Il baissa légèrement son pantalon et son caleçon sans réfléchir davantage, la soulevant alors contre le mur pour venir placer ses jolies jambes autour de ses hanches. Mais il ne bougeait pas pour l’instant, il se frottait simplement là, son regard posé sur elle pour voir ce qu’elle allait dire ou faire en le sentant contre elle mais pas encore de la manière dont elle l’aurait souhaité. Il frémissait à chaque fois qu’elle passait ses mains dans ses cheveux, et tandis que son bassin la frôlait lentement, il l’embrassait sans cesse, ses gestes entrecoupés de paroles qu’il ne maitrisait plus. « God, you’re so beautiful… I could kiss you all night. » Il avait envie d’elle mais il voulait qu’elle le désire encore davantage. « But you want more right ? I can feel you want more. You just feel so warm… »

Luke l’embrassait sans cesse, encouragé par les mains de la jeune femme, son désir s’arrêtant juste au bord du sien alors qu’il était parcouru d’un frisson. Il pourrait la prendre, là, maintenant. Elle pourrait lui appartenir s’il ne s’était pas arrêté dans sa course en songeant qu’il faisait peut-être une erreur et qu’il fallait qu’il se calme, qu’il arrête de penser qu’il pouvait aller aussi loin comme si elle le désirait vraiment pour autre chose que ça, ses caresses, sa voix grave et sa bouche parfaitement dessinée. Il ne bougeait plus, la bloquant contre le mur, une de ses mains encerclant sa taille pour la maintenir en équilibre tandis qu’il glissait l’autre dans la poche arrière de son jean pour en sortir un emballage qu’il tendit à la jeune femme avant de reprendre une position plus confortable, se séparant légèrement d’elle avant de lui offrir un sourire dont lui seul avait le secret. « Can you put it on for me please ? », dit-il en priant pour qu’elle se mette alors à rougir et pour qu’il puisse ensuite poser de délicats baisers sur ses joues, et que les mains d'Ava, qu’il voulait croire innocentes et aussi pures que son regard et que sa petite robe, allaient venir se glisser à cet endroit précis de son anatomie pour le rendre complètement fou. Et qu’il lui appartienne, juste pour un instant, parce qu’elle en avait décidé ainsi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: collect the dust tomorrow, tonight we burn   Dim 4 Mai - 22:53

If I fall, are you going to be the one catching me?

Peut être qu'elle délirait tout simplement. Peut être que ce n'était pas le monde autour d'elle qui tournait trop vite, c'était juste ses pieds à elle qui n'étaient plus sur le sol, elle qui avait le coeur qui battait la chamade, elle qui respirait fort, elle qui gémissait, elle qui tremblait... Elle qui vivait. Tout simplement et purement, elle se sentait en vie pour la première fois depuis trop longtemps, depuis des années et tout simplement parce qu'il était en train de l'embrasser, en train de murmurer des mots doux contre son oreille et parce qu'il la touchait et... Et... Il n'y avait rien à part lui et elle, au diable le lieu, le temps et même le fait qu'elle soit enceinte, sous son toucher, elle n'était rien d'autre qu'une femme et il n'était rien d'autre qu'un homme. Et mon dieu, elle ne s'était jamais sentie aussi belle et désirable. À croire que si Luke cessait de la toucher, lui, lui et personne d'autre cesserait d'exister, elle était à lui, sa petite étincelle, sa petite flamme et s'il la laissait s'éteindre, c'était lui qui allait en payer le prix, pas elle, elle ne pouvait que lui dire merci, merci de m'avoir permis d'exister, merci de m'avoir... Aimée. Ou peut être qu'elle délirait mais elle ne savait plus, elle avait chaud et froid à la fois, elle tremblait, elle était excitée et... Ava ne savait plus, Ava ne savait tout simplement plus et en sentant la langue de Luke dans son cou, tandis qu'il clamait encore qu'elle était belle, magnifique, elle perdit la raison, agrippée à ses épaules de toutes ses forces, laissant échapper d'autres sons. Elle ne se reconnaissait plus, elle découvrait une autre part d'elle même, oui, juste là, juste sous ses doigts, il était en train de créer la nouvelle Ava.

Elle gémit alors qu'il capturait de nouveau ses lèvres, les mains d'Ava ayant de nouveau trouvé leur place dans les cheveux de Luke, ses mains à lui bougeaient également et Ava ne pouvait s'empêcher de bouger contre le brun, à la recherche de tout ce qu'il pouvait lui donner. Il jouait avec elle et elle le laissa faire, se mordant la lèvre inférieure, avant de laisser échapper un soupir, sa poitrine de femme se soulevant contre celle plus dure et plus ferme de Luke. "Hmm... No, not like this, just..." Murmure désespéré alors qu'elle laissait sa tête tomber sur le côté, lui donnant un meilleur accès à son cou. Qu'est-ce qu'elle aimait le plus dans tout ça? Ses lèvres? Ses mains? La façon si particulière qu'il avait de jouer avec ses nerfs mais toujours pour la contenter? Elle eut un sursaut alors que la barrière de tissus était poussé de sa peau sensible, remplacée par les doigts de Luke. Doigts qu'il avait au préalable portés à sa bouche, sous le regard d'Ava qui avaient les deux joues complètement rougies, la jeune femme ayant perdu un instant l'usage de la voix. "Oh god... Luke, just like this, Just. Like. This." Son soupir de plaisir accompagnait le mouvement de l'homme ainsi que ses hanches, tout son corps complètement à la merci de Luke. Elle était à lui, complètement lui, il pouvait faire tout ce qu'il voulait, elle ne pouvait que gémir et lui en réclamer plus. Elle le voulait tellement, elle ne pouvait rien voir d'autre à part ça. Rien d'autre que ça, ce mouvement, juste ça, Ava ne s'était même pas rendue compte qu'elle était complètement cambrée contre la main de Luke, quelques mèches blondes lui masquant la vue et ... "God." Elle en tremblait tellement c'était bon, c'était peut être simple à dire mais c'était plus que ça, beaucoup plus que ça, elle était en vie, complètement, elle brûlait et tout ça c'était grâce à lui, juste grâce à lui. Elle en voulait plus, tellement plus. Elle n'avait même pas remarqué ses mouvements, trop perdue alors qu'il l'embrassait, elle avait décidé qu'elle ne voulait plus rien d'autres que ses lèvres, plus rien ni personne ne pouvait la sauver à présent, il n'y avait que lui qui pouvait.

"Fuck... Luke!" Laissa t-elle échapper alors qu'il la soulevait, sans véritable effort, naturellement, elle enroula ses jambes autour de lui, le gardant proche, proche au point qu'ils partagent le même air, que leur coeur battent à l'unisson et que leur corps ne fassent plus qu'un. Presque, presque, elle le sentait, juste là, entre ses jambes, tellement proche, il était là juste entre ses cuisses et elle laissa échapper un autre gémissement, ses mains sous la chemise de Luke, lui caressant le bas du dos. Elle hocha la tête alors qu'il lui demandait s'il en voulait plus, elle n'avait pas besoin de le dire, pas de doute que cela était visible sur son visage et audible dans chacun des sons qui quittaient ses lèvres. Et elle s'impatientait, se demandant ce qu'il attendait pour juste prendre ce qui lui revenait de droit et elle gémit un peu plus tandis qu'il lui faisait une démonstration de sa force. Oui, dans ses bras à lui, pour ce soir, pour cette minute, elle pouvait se considérer à l'abris, elle n'avait besoin de rien d'autres.

« Can you put it on for me please ? »

Bien sûr, évidemment, comment avait-elle pu oublier ce léger détail. Ava rougit, oui, c'était complètement ridicule mais dans cet espace clos il n'y avait qu'eux et cette simple question avait un double sens, plus question de faire marche arrière. Ava n'hésita pas un seul instant et d'une main elle s'empara du préservatif, l'autre venant se placer sur le nuque de Luke, pour l'embrasser encore une fois. God those lips. Ses lèvres là, elle allait probablement mourir en sentant la langue de Luke caresser la sienne avec autant de passion et... Fuck. Ava s'écarta à contre coeur, manquant d'air, pressant son front contre celui de Luke. "We don't need that. Don't worry, we don't need it, I'm on the pill, you can just... Just... Get inside of me and..." Elle n'arrivait pas à trouver les mots, elle le voulait trop, elle le voulait tellement qu'elle en avait le souffle coupé et qu'elle ne pouvait plus penser à rien d'autre que cela. Elle laissa tomber l'emballage sur le sol et sans aucune hésitation, elle glissa sa main dans le pantalon de Luke, venant elle aussi toucher ce qui lui appartenait pour ce soir. Sa respiration s'accéléra encore alors qu'elle constatait à quel point il la voulait. "God you're so... Don't need to wait, just do it, please, make love to me Luke. Now."

Les spoilers de mamie Désirée ... LE RETOUR !!!! :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: collect the dust tomorrow, tonight we burn   

Revenir en haut Aller en bas
 

collect the dust tomorrow, tonight we burn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» • I hope that tomorrow will be better
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» DUST : 1947, les alliés ont merdé : la 2ème GM n'est pas finie.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-