AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You are the port of my call ~ Aylina & Trenton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Jeu 6 Fév - 18:01

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Ce puissant et douloureux sentiment de vide qui m'habitait depuis la veille à peine, me rappelait grandement quelque chose. C'était tout simplement un brutal retour en arrière, de quelques années plus tôt. Quand j'avais disparu du jour au lendemain après une folle nuit de passion avec Ayli. Je m'étais sentis vide pendant des semaines, des mois. A la limite de la dépression, sans exagération. Cette douloureuse sensation d'avoir perdu ma moitié, mon âme soeur. Parce que même encore maintenant, je pensais qu'elle l'était. Ca pouvait sembler idiot et bien utopiste comme façon de voir les choses, la vie. Mais c'était ainsi. Et je n'en éprouvais pas la moindre honte ni gêne. Même si je n'irais pas non plus jusqu'à l'avouer à Aylina. Oh, j'aurais bien pu. Mais compte tenu de notre relation actuelle, c'était tout bonnement impensable. Elle me rirait au nez et aurait une nouvelle arme à utiliser contre moi, pour me blesser et me détruire. Or, elle en avait déjà bien assez comme cela. Et je me savais bien incapable de faire face à plus de douleur, plus de blessures de sa part. Je n'étais pas capable de me détacher de cet insoutenable sentiment de vide qui me brouillait totalement l'esprit et la raison.

Depuis la veille, je tournais en rond. Pendant une bonne partie de ma journée, ça avait été le cas sur le plateau de tournage. Et mon équipe l'avait bien vu. Ca avait été à un point tel, que j'avais mis fin à la journée de travail, avec six heures d'avance. Certains s'en étaient réjouis, voyons le bon côté des choses. Quant à moi, ça n'avait été que pour mieux tourner en rond. Et sur le chemin du retour, j'étais passé chez le traiteur chinois pour me prendre à manger. De la bouffe pour tout un régiment. Parce que je mangeais quand je déprimais. Comme une nana, selon certains. Mais je me foutais bien des qu'en-dira-t-on. Je déprimais -à côté de mon téléphone qui plus est- et j'assumais. Enfin pas trop non plus. J'en mourrais de honte si Ayli venait à apprendre ça. Mais comment pourrait-elle l'apprendre de toute façon ? Elle ne me rappellerait jamais. Et je n'étais même pas certain qu'elle accepte toujours de me laisser son fils une demi journée par semaine. Parce que oui, je m'étais également résolu à accepter l'idée que ce n'était pas mon enfant et qu'il ne le serait jamais. Ce n'était pas mon choix. C'était le sien. Et je ne me sentais pas le droit de la contraindre à quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 9 Fév - 0:40

You are the port of my call



Des douleurs à n’en plus finir, semblables à des déchirures qui me donnaient le sentiment d’être encore en vie. Un cœur rongé par les ténèbres. J’avais cherché à m’apaiser en déversant ma colère. Au lieu de briser une vitre avec mon poing en l’absence de Gabriel, je m’étais vengée sur Trenton. Quelque part, il était responsable de tous les maux qui s’étaient abattus sur moi. Depuis qu’il était parti, je ne parvenais pas à mettre ma rancœur de côté et à déserter les lieux où il se trouvait, sans broncher. Je me détestais pour cela. Je ne réussissais pas à trouver le bon dosage. Mes parents auraient levé les yeux au ciel en entendant les propos déplacés que je lui avais lancés en plein visage. Il ne s’agissait pas de la vraie Ayli. Ayli n’aurait jamais pu être condamnée pour des gestes haineux. Mes amis d’enfance m’auraient probablement fixé comme si j’étais une bête de foire, s’ils avaient eu connaissance des derniers évènements. A croire qu’en me tournant le dos, Trenton m’avait métamorphosé en félin. A présent, l’instinct animal reprenait le dessus. J’allais finir par me focaliser sur le sexe et la nourriture. Je m’étais déjà aventurée sur ce terrain, avant-hier soir. Bon sang, qu’est-ce que je m’en voulais. Je m’étais toujours jurée de traiter les individus qui m’entouraient avec un respect irréprochable.

Or, j’avais fait de lui un objet sexuel. Je le jetais quand bon me semblait. Puis, l’attirance revenait au galop. Bien sûr que non. Pour être honnête, je ne savais absolument pas où j’en étais. Mes sentiments envers lui étaient toujours contradictoires. La passion m’ordonnait d’obtempérer. Mon cœur refusait de se laisser malmener de la sorte. Dépendante de son être, je revins pourtant vers lui, n’aspirant qu’à replonger dans nos souvenirs. Une ambiance saine et rassurante. Après une journée de travail intensif, je déposai Gabriel chez sa grand-mère. J’en avais assez de broyer du noir. De me repasser en boucle les conversations que nous avions eues. Et puis, j’étais complètement masochiste, certes, mais je n’arrivais pas à affronter cette sensation de manque. J’ouvris des yeux ronds, n’ayant franchement pas l’habitude de tout ce luxe. Hésitante, je finis tout de même par enfoncer mon doigt sur la sonnette. Mes prunelles brillantes croisèrent les siennes. Je lui sautai dans les bras, comme au bon vieux temps. « Mon Dydyn d’amour ! ». Avant de me ressaisir et de faire quelques pas en arrière, l’air gênée.  « Désolée. C’est l’habitude. Tu es parti très rapidement. J’ai eu l’impression que tu étais furieux ».




made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 9 Fév - 10:57

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


A manger comme j'étais en train de le faire, j'allais bien finir par être malade à un moment ou à un autre. J'avalais plus que mon corps ne pouvait contenir. Et ce, à cause d'un bref coup de déprime stupide. Je n'avais pourtant pas fait un truc pareil quand j'avais disparu du jour au lendemain, en abandonnant Ayli derrière moi. Certes, c'était certainement du au fait que j'étais parti en croisade dans tel et tel pays, pour faire des reportages dignes de ce nom. Du coup, niveau bouffe, je n'avais ni eus le temps ni même pensé, à y sombrer comme j'étais en train de le faire. Certains tombaient dans l'alcool. Moi, c'était dans la nourriture. Tout à fait normal. Et je commençais déjà à avoir une crampe d'estomac, qui me poussa à m'allonger sur le canapé en marmonnant des injures bien senties à l'encontre d'Ayli. Parce que oui, tout était entièrement de sa faute. C'était de sa faute si je déprimais à ce point. De sa faute si je ne voyais pas le bout de ce putain de tunnel. J'avais envie d'en sortir, vraiment. Mais je ne savais pas comment faire. J'avais cru avoir trouvé la solution en la retrouvant elle. Mais il fallait se rendre à l'évidence ... Elle avait fait une croix sur nous. Et je ne pouvais m'en prendre qu'à moi même. Malheureusement, elle avait décidé de se venger. Ca fonctionnait plutôt bien compte tenu de mon état actuel. Mais pour sûr, j'allais faire en sorte de ne plus jamais lui laisser un tel pouvoir sur moi.

J'étais en train de prendre cette décision, quand la sonnette de la porte d'entrée se fit entendre. Surpris, je lançai un coup d'oeil à ma montre. Je ne voyais vraiment pas qui pouvait venir me déranger à une telle heure. Il n'y avait pas grand monde qui avait mon adresse. J'y étais bien forcé si je ne tenais pas à voir débarquer des fans en furie et j'en passe. Parce que contrairement à la plupart des stars hollywoodiennes, je ne vivais pas dans une immense villa à l'écart de la ville. Mais dans un luxueux appartement, dans un luxueux immeuble. Dont le concierge filtrait les visiteurs d'ailleurs. Et je n'avais pas autorisé grand monde à venir. Oh, il y avait bien Ayli que j'avais mentionné. Mais elle n'avait pas la moindre raison de venir me voir. Et surtout pas si peu de temps après tout ce qui s'était passé entre nous. Et pourtant, quand j'ouvris la porte, j'eus la surprise de voir sa chevelure blonde, rien qu'une seconde avant qu'elle ne me saute au cou. J'eus un mouvement de recul, sous le coup de la surprise. Et eus tout juste le temps de me délecter de son parfum, qu'elle se reculait déjà. Mon visage se ferma et je l'observais avec suspicion, sans faire le moindre geste pour la faire entrer. Dydyn ... Réalisait-elle combien ça faisait mal de l'entendre m'appeler ainsi aujourd'hui ? Quant à savoir si j'étais parti furieux ... Le faisait-elle exprès ? « A quoi tu joues ? » Demandai-je froidement, sans la quitter du regard. « Si t'es venue remuer le couteau dans la plaie, tu ferais mieux de partir ... » Ajoutai-je toujours sur le même ton, avant de crisper les mâchoires. « Oh ... Non, j'y suis ... T'es venue pour une partie de jambes en l'air, à la fin de laquelle tu me diras "tu m'as donné du plaisir, mais ça ne change rien. Maintenant je dois y aller, je ne veux plus te voir" ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 9 Fév - 19:04

You are the port of my call



Masochiste, je me faisais tout un montage, alors que je me trouvais derrière sa porte l’air hésitante. Je ne connaissais que très vaguement les raisons qui l’avaient poussé à claquer la porte pour la seconde fois. L’avais-je offensé avec des simples propos ? Je n’avais fait qu’assurer la protection de Gabriel. Je ne connaissais même pas la réponse aux questions qu’il m’avait posées. S’agissait-il d’une amitié améliorée à ses yeux ? Après tout, je pouvais en arriver à cette conclusion. Il revenait sans doute pour connaître les joies de la paternité, et un dérapage était vite arrivé. Je perdais mon temps et mon énergie, en m’immisçant dans son intimité. Un nœud grandissait dans mon estomac, alors que je l’imaginais aux côtés d’une autre femme. J’aurais l’air complètement quiche, si l’actrice principale de son tournage m’ouvrait la porte, vêtue d’une tenue très légère. J’envisageais le pire scénario. Les risques de la vie. Je décidai d’affronter le problème et de me lancer. Il apparut enfin. La mine défaite et les cheveux ébouriffés. J’eus un pincement au cœur, laissant mes lèvres se poser sur sa joue avec douceur. Il déjoua mes plans avec une facilité déconcertante. Une froideur mortifère qui me tira de mes songes.

Les yeux ronds, je tentai de me donner un brin de contenance en le toisant avec dédain, à mon tour. Moi qui, habituellement, gardais la tête froide en toute occasion. Blessée dans mon orgueil, je ne pouvais pas m’empêcher de riposter. J’avais été stupide, de penser qu’il m’accueillerait à bras ouverts. Mais bon sang, il m’avait proposé de le contacter lorsque j’en aurais le souhait. A croire que j’aurais dû attendre la fin de la tempête. M’avachir sur le canapé. Me morfondre en regardant ‘autant en emporte le vent’ pour la centième fois, la larme à l’œil, le paquet de chips en main. Je n’aurais pas pu supporter son silence. J’avais dû faire avec pendant quatre malheureuses années. C’était bien assez. « Tu te moques de moi ? Tu me donnes ton adresse et ensuite tu m’envoies sur les roses ? Qui joue avec qui ? ». Ripostai-je, plus ou moins scandalisée par son attitude. J’estimais que j’avais ma part de responsabilité là-dedans, mais quand même. J’avais l’impression qu’il inversait les rôles. Je ne lui avais jamais ordonné de me laisser seule avec Gabriel. Au contraire, je lui avais permis de rester toute une nuit à mes côtés, chose que je regrettais amèrement, d’une certaine manière. « Arrête ton numéro. C’est toi qui te barre, d’habitude. Et tu étais parfaitement consentant. Même très coopérant. Ne me fais pas croire que tu riposterais si je te faisais une nouvelle proposition ». Je me fis provocatrice, approchant dangereusement mes lèvres des siennes, sans pour autant les toucher.



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 9 Fév - 19:58

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Je ne savais plus que dire. Ni que faire. J'étais totalement paumé. J'en voulais énormément à Ayli. Et en même temps, je savais qu'elle réagissait simplement à cause de mon erreur à moi, quatre ans plus tôt. Je ne devrais pas lui en vouloir autant alors qu'elle ne faisait finalement que réagir face à mes propres agissements. Mais je ne pouvais pas supporter qu'elle m'en foute autant dans la gueule. Se venger une fois, d'accord. Mais elle jouait plus qu'autre chose avec mes nerfs et avec mes sentiments. Et je n'arrivais tout simplement pas à faire face et à demeurer totalement insensible. Elle me détruisait à petit feu. Elle avait maintenant ce pouvoir. Et j'osais espérer qu'elle n'était pas trop consciente de cela non plus. Sinon elle allait très certainement jouer comme ça encore longtemps. Et j'étais trop faible et bien trop sous son emprise, pour trouver la force de la pousser ou de la faire tout simplement cesser, je n'étais que trop conscient de cela. Et, forcément, j'en n'étais pas franchement fier. Mais qu'y pouvais-je ? Tout simplement rien ... Coupable, je baissai le regard quand elle me répondit assez vivement. Elle n'avait pas tort. Je lui avais donné mon adresse, en espérant la voir débarquer ici. Mais je n'avais pas prévu qu'elle le fasse si vite et de cette façon. Me rappeler notre passé commun en m'appelant Dydyn, alors que j'étais encore sous le coup de nos retrouvailles plus douloureuses que véritablement plaisantes, ce n'était pas la meilleure chose qu'elle ait faite.

J'eus un involontaire mouvement de recule, quand elle approcha ses lèvres des miennes. Et je lui lançai un regard presque paniqué. « Arrête ça ... Tu sais très bien que je ne pourrai pas résister... » Murmurai-je en la suppliant presque du regard. « Mais je ne veux pas qu'on recommence si c'est pour ensuite se déchirer encore. C'est trop douloureux. Trop d'espoirs suivis de désillusions, je ne le supporte pas ... » Ajoutai-je doucement, avant de détourner un instant le regard. Je ne voulais pour autant pas qu'elle parte. Je ne le supporterais pas. J'avais un besoin presque vital d'elle. Et si elle avait fait un pas vers moi, je devais tenter de la retenir. Même si c'était encore prendre le risque de la voir mieux reculer ensuite, de façon à me blesser encore une fois. Je le savais, bien sûr. Mais je ne pouvais tout simplement pas m'empêcher de vouloir la retenir quand même. Pouvais-je vraiment espérer sauver quelque chose entre nous ? « Dis moi pourquoi tu es venue ... » J'osais espérer que c'était dans l'espoir de réparer un tant soit peu les pots cassés. Et non pas avec l'espoir de repartir pour une partie de jambes en l'air ou pour me torturer un peu plus, comme j'en avais émis l'idée quelques minutes plus tôt tout juste.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Lun 10 Fév - 19:20

You are the port of my call



Une expression impassible s’était peinte sur le visage de Trenton, dès l’instant où il m’avait aperçue. Terrée sur le seuil de sa porte d’entrée. Je ne supportais pas son cynisme. J’essayais de combattre la vague de déception dans laquelle mon monde intérieur était plongé, sans grand succès. J’enviais mes collègues de travail. Elles se comportaient parfois de façon puérile, certes, lorsqu’elles lisaient les derniers potins. Toutefois, lorsqu’en pleine pause-déjeuné, nous nous embarquions dans des discussions dérisoires, je réalisais à quel point nous étions instables psychologiquement. Trenton et moi. Je me sentais en retard, par rapport aux autres personnes de mon âge. Je passais mon temps à courir après un bonheur que je n’obtiendrais probablement jamais.  Mes connaissances étaient en parfaite synchronisation avec leur partenaire. De notre côté, nous jouions au jeu du chat et de la souris.  Le rythme du changement s’accélérait de jour en jour. Constamment en désaccord, j’ignorais si nous parviendrions à nous retrouver. S’il s’agirait d’une relation purement amicale, ou non. Tout ce que je savais, c’était que je ne pouvais pas me permettre de faire des belles promesses à Gabriel. Je me demandais encore si Trenton était tout simplement de passage. Est-ce que révéler sa paternité était réellement le meilleur comportement à adopter ? Je n’étais pas sûre de moi, sur ce coup-là. Je ne comprenais pas Trenton.

Quels étaient ses souhaits ? Aurait-il préféré que j’annonce à notre fils qu’il nous arrivait parfois de faire des choses pas très catholiques, mais que nous n’étions pas ensemble pour autant ? Nous marchions sur une pente raide et glissante. Toute légèreté envolée.  Autrefois, je réussissais à le comprendre par le biais d’un simple regard. Cette époque me manquait cruellement. Trenton me manquait. L’étreinte de ses bras. Les gamineries dont on faisait preuve. Les nuits passées à se faire des confidences. J’avais l’impression qu’on ne retrouverait jamais cet état d’esprit. Depuis que nous avions couché ensemble, je ne pensais qu’à recommencer ou lui décoller la mâchoire en sachant pertinemment que s’il était parti une fois, il pourrait recommencer sans problèmes. Pourtant, les jeux de séduction ne perdaient pas de leur attrait. « C’est dommage. Qu’est-ce que tu comptes me proposer à la place ? Un plateau télé ? On va bien finir par s’ennuyer. Donc plus jamais de rapprochement ? ». Je ris aux éclats, avant de laisser mes doigts courir le long de ses lèvres en gage d’excuses. Je levai les yeux au ciel. Il allait jusqu’à me poser la question. « Tu me manquais, idiot ! Et puis je n’aime pas que tu sois fâché ». C’était bien vrai. Une haute intonation de voix pouvait me mettre dans un état lamentable. J’étais bien trop sensible.



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Lun 10 Fév - 20:05

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


La sensation que j'éprouvais, de ne pas me trouver réellement en face de celle qui avait été ma meilleure amie pendant des années, était assez troublante. Si je l'avais longtemps désiré, ça n'avait rien à voir avec ce que je ressentais aujourd'hui. Peut-être parce que j'avais goûté au fruit défendu. Ou peut-être parce qu'elle avait mûrit et que les années lui avaient vraiment réussis. En tout cas, c'était un désir qui m'incitait presque à fondre encore et encore mon corps dans le sien, que je ressentais pour elle maintenant et de plus en plus. Pour autant, je voulais garder les idées claires et ne pas craquer trop vite. Ce serait bien trop facile, alors qu'il y avait tant de choses qui ne fonctionnaient vraiment pas comme il le fallait entre nous. Triste constat d'ailleurs. J'aurais préféré, évidemment. Mais c'était ainsi. Nous passions notre temps à nous déchirer. Et nous venions pourtant à peine de nous retrouver. Quoi que c'était sans doute justement à cause de ça que les choses étaient dans cet état. Je voulais croire que les choses finiraient par se tasser et rentrer un tant soit peu dans l'ordre au fil du temps. Mais pour ça, il fallait que l'on retrouve un minimum notre complicité d'antan. Or, je doutais que ce soit faisable si on passait notre temps à coucher ensemble -quand bien même c'était outrageusement tentant-.

Alors que ses doigts glissaient doucement sur mes lèvres, j'eus un mal fou à ne pas refermer ma bouche autour. Ou simplement laisser ma langue courir dessus. Mais je risquais de me perdre là dedans et nous perdrions bien vite le contrôle, je n'en doutais pas. Alors je me contentai de sourire légèrement. « On peut toujours se faire un Monopoly ... » Répondis-je en lui lançant un regard moqueur. « Quant aux rapprochements ... Voyons combien de temps on peut tenir ... » Proposai-je finalement, en continuant de sourire du coin des lèvres. On allait peut être même pas tenir le temps d'une soirée, si je m'en référais au temps que nous avions tenu la veille au soir. Pas très longtemps, pour résumer. « hm ... il est loin le temps où je ne me fâchais absolument jamais contre toi ... » Fis-je remarquer avec naturel, avant de hausser les épaules. Et puis doucement, j'allai fermer la porte, avant de m'emparer de sa main en plongeant mon regard dans le sien. Un regard doux et confiant. Parce que je voulais croire que nous pouvions encore sauver quelque chose entre nous. J'espérais pas uniquement notre amitié. J'avais envie de tellement plus. Et pas uniquement parce qu'il y avait Gabriel qui entrait largement dans l'équation. Pour nous aussi. Pour les sentiments forts que j'éprouvais encore pour elle malgré le temps qui était passé. « On peut toujours manger devant un DVD. Comme avant ... ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Jeu 13 Fév - 19:24

You are the port of my call



Tout ce travail. Toute cette énergie dépensée dans le but de reconstruire notre relation. Tout ça pour découvrir qu’en fin de compte, il se servait de moi pour nouer des liens avec son fils. Je ne pouvais pas m’empêcher d’envisager cette hypothèse. En tant que masochiste forcenée, je prenais quand même le soin de foncer droit dans le mur. Je n’avais d’yeux que pour le large sourire qui étirait parfois ses lèvres. Je ne voulais pas renouer avec la solitude. La vengeance était un plat qui se mangeait froid, certes, mais je n’aspirais qu’à passer mon bras autour de Trenton, histoire de sentir sa chaleur réconfortante. J’accordais une attention particulière aux traits de son visage. L’éclat de vie dans ses prunelles, qui me ramenait à Gabriel. Il était une partie de lui, et l’amour que je lui portais gagnait en intensité lorsque j’en arrivais à de telles pensées. Fa ible, je flanchais. Je relâchais la pression. Prenant mon courage à deux mains, je laissais mes doigts courir sur son visage. A croire que nous étions rattrapés par un passé commun. Pas si commun que cela, finalement. Nous avions passés de nombreuses années séparés.

La différence d’âges ne faisait que creuser un fossé entre nous. D’un autre côté, je ne lui avais jamais rien caché. Il connaissait mon histoire sur le bout des doigts. Je me fis taquine, lui murmurant des paroles dans le creux de l’oreille. « Je préfère le scrabble. J’étais une élève modèle, à l’époque du lycée. Tu devrais t’en rappeler ». Avant que ma main vienne se placer dans le creux de ses reins. « Tu t’avoues vaincu ». Je le poussai légèrement lorsqu’il m’envoya ce tissu de sornettes ridicules. J’avais l’impression qu’il passait son temps à me mettre les fautes sur le dos.  « Si tu t’étais mieux comporté, on n’en serait pas là ». Les mots étaient sortis tout seul. Je regrettais d’avoir agi ainsi. Déjà que mes yeux se remplissaient de larmes à la première altercation. Je ne voulais pas faire subir le même sort à autrui. Encore moins à Trenton, même si j’étais convaincue qu’il le méritait totalement. Le sourcil haussé et la moue boudeuse, j’acceptai quand même sa proposition. J’avais secrètement espéré qu’il ne me laisserait pas sur le palier. Curieuse, je souhaitais découvrir son nouvel univers, même si je savais que je ne serais pas en mesure de m’adapter à celui-ci. « Et si je prends froid, tu me réchaufferas avec une simple couverture, alors ? Je suis partante. Voyons si tu as amélioré tes compétences culinaires ».




made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Jeu 13 Fév - 21:54

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Une élève modèle ... A n'en pas douter, oui. Mais pas uniquement en cours à vrai dire. Il suffisait de voir avec quelle rapidité elle s'était faite à mes conseils au cours de notre nuit ... Tout bonnement fabuleuse. Tout ce que je lui avais appris ou conseillé de faire, et qu'elle avait fait encore mieux et de façon bien plus fabuleuse que prévue encore. La veille au soir, même, elle était parvenue à remettre tout ça en oeuvre. Mais je tentais de ne surtout pas penser au nombre d'hommes qui avaient eut, eux aussi, la chance de connaître tout cela avec elle. Ca me dérangeait bien plus que je ne voulais bien le montrer. Et c'était pourtant mon idée, qu'elle puisse avoir la chance de connaître d'autres hommes en la matière. Quelle idée stupide bon sang. Maintenant, je le regrettais amèrement. Et je m'en voulais sacrément de regretter tout ça. Après tout, je ne pouvais que m'en prendre à moi même. Malgré tout, je tentais de ne me focaliser que sur le fait qu'elle était actuellement là, en face de moi, chez moi. Et qu'elle ne semblait pas le moins du monde éprouver l'envie de partir. Ce qui était tout de même une bonne chose, non ? « Une élève qui apprend très vite, il est vrai ... » Soufflai-je d'une voix caressante, en affichant un léger sourire en coin. Mais la suite était tout de même moins plaisante. Et je soupirai quelque peu à sa répartie. Elle ne pouvait vraiment pas s'en empêcher !! Et moi non plus, certes.

« Si tu ne t'étais pas trimbalée à poils sous mon nez, je me serais mieux comporté. On peut aller loin comme ça ! » Lui répondis-je sur un ton plus boudeur que vraiment méchant ou froid. Je n'avais plus la force de me battre vraiment avec elle. Je n'avais que trop hâte de passer à la suite du programme, qui serait, je n'en doutais pas un seul instant, bien plus intéressante et constructive. Et elle parvint d'ailleurs à m'arracher un léger rire. « Tu ne vas vraiment pas lâcher l'affaire, hein ? Mon Dieu. Je suis devenu le sage et toi la dévergondée. » Ris-je sans la quitter de mon regard des plus amusés. Finalement, sans lui apporter de réelle réponse, je m'emparai doucement de sa main et l'entraînai avec moi, en direction de mon salon où la télévision était toujours en marche. « En fait, j'ai commandé plus de bouffe que je ne pourrai en manger tout seul. Mes talents culinaires seront à prouver une autre fois alors. » Déclarai-je l'air de rien. Avant de m'approcher du canapé, sur le dos duquel j'attrapai une couverture polaire, fine. « Tu vois, j'ai de quoi te tenir chaud ... » Déclarai-je en lui adressant un regard taquin. Je posai la couverture sur le canapé, près de la place où je m'installerais moi même. Avant de revenir près du lecteur dvd. « On regarde quoi ? Oh d'ailleurs ... Est-ce que tu es attendue ? Par Gabriel, par exemple. Ou est-ce que l'heure à laquelle tu rentres n'a pas d'importance ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Sam 15 Fév - 20:07

You are the port of my call



Je restai plantée devant lui, rouge pivoine. Je détournai le regard afin de lui cacher mon embarras. J’avais l’impression d’être une gamine qui avait commis des actes répréhensibles. Si j’étais constamment au bord de la crise de nerf lorsque je passais du temps avec Trenton, j’avais toujours une âme pure et innocente. Si j’avais toujours désiré qu’il se fonde en moi, j’avais également redouté ce moment. C’était très simple, j’avais toujours eu peur qu’il me fasse réaliser tôt ou tard que je n’avais pas été à la hauteur de ses attentes. Je manquais encore un peu d’assurance, lorsqu’il s’agissait d’aborder ce genre de conversations. J’étais sûrement plus habile, lorsqu’il s’agissait de passer à l’action. Du moins c’était ce qu’il essayait de me faire comprendre. A moins d’avoir l’esprit mal tourné. « Tu parles toujours des cours ? ». Je ris aux éclats en me moquant de ma propre bêtise. Je n’avais pas à être gênée lorsque je me retrouvais face à lui. Nous avions absolument tout partagé. Je ne pouvais pourtant pas m’empêcher de ressentir cet étrange malaise dans mon ventre. Encore davantage, lorsqu’il remua le couteau dans la plaie. « Plus tu avances en âge, et plus tu t’entêtes. Gabriel est tout sauf une erreur. Et puis ce n’est pas de ma faute, si tu n’as pas su gérer ton dysfonctionnement hormonal ». Un point partout. Il était sans doute temps d’arrêter de se comporter comme des gosses. « J’ai fait des rencontres intéressantes ». Après avoir lancé les dernières hostilités, j’entrai dans sa demeure. Un sourire ébahi se fondit sur mes lèvres, alors que je prenais pleinement conscience de sa richesse. J’avais beau être d’une simplicité déconcertante, j’étais comme un enfant qu’on lâchait dans une piscine remplie de friandises.

Quelque part, j’étais fière de la réussite de celui que je considérais comme mon premier amour. Je m’interdisais de le considérer comme mon unique amour. J’entendis à peine ses paroles, les yeux rivés sur le mur qui nous faisait face. Je cherchais des photos de nous. Je n’en voyais aucune. Un soupir franchit la barrière de mes lèvres. Je pris place à ses côtés. En faisant une moue taquine, je m’emparai de la couverture polaire. Je n’étais franchement pas partageuse, sur ce coup-là. « Très drôle. Et si c’était toi, qui te retrouvais frigorifié ? ». Je lui fis un clin d’œil, comme pour l’inviter à céder à la tentation. Je lui balançai un piètre mensonge. J’avais acheté la totalité de ses films. Et puis, je me mordis la langue. Je ne voulais pas qu’il soit fâché avec sa mère à cause de moi. « Fais-moi découvrir un de tes chefs d’œuvres. Hm, à ce propos…il est avec ta mère. J’espère que je n’ai pas fait de bourde. Tu veux bien l’appeler, pour vérifier qu’il va bien ? ». En tant que mère poule, j’avais besoin de contacter Gabriel au moins une dizaine de fois par jours, toujours scotchée à mon téléphone. Je l’assumais très bien. Nous avions été habitués à n’être que tous les deux. Nous étions dépendants l’un de l’autre. J’eus soudain un éclair de génie. Bondissant hors du canapé, je fis ma bouille rigolote, à la manière de Gabriel. « J’ai une idée. Si je réussis à m’enfiler une assiette de ces cochonneries en moins de 3 minutes, j’ai libre accès à ta console de jeux. C’est une console de jeux, non ? Quel luxe, impressionnant ! Si tu avais vu la tête de ta voisine, lorsqu’elle m’a vu débarquer. Mes fringues ne viennent pas d’une boutique de luxe ».



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 16 Fév - 11:45

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Quand elle rougissait, je la trouvais juste incroyablement craquante. Et j'avais l'impression de faire un bond en arrière. De revenir à cette époque où elle était bel et bien une jeune femme inexpérimentée dans tout et qui était très facilement gênée. Une époque où elle était à mille lieux des femmes que j'avais pour habitude de fréquenter. Et c'était sans doute pour cette raison là que j'étais tombé amoureux d'elle. En la retrouvant ces derniers jours, j'avais crains d'avoir totalement fait disparaître ce côté là de sa personnalité. Alors réaliser que ce n'était peut-être pas le cas et qu'elle était sans doute encore quelque part, là, me fit un bien fou. Et je ne pu m'empêcher de sourire légèrement alors que mon regard balayait son visage rougissant. « Tu sais très bien de quoi je parle ... » Me moquai-je d'elle, d'une voix douce. « Mon dysfonctionnement hormonal ? Tu plaisantes !? T'en rêvais, arrête donc ! » D'accord, c'était peut être un peu vache, cette façon de faire comprendre qu'elle n'attendait rien que le moment où je finirais par craquer. Je ne savais même pas si c'était vrai. Et à cette époque là, je ne la voyais que trop comme une parfaite innocente qui ne réalisait absolument pas le désir qu'elle pouvait suscitait chez moi, sans avoir grand chose -voir rien du tout- avoir à faire pour cela. Maintenant, j'ignorais toujours autant ce qu'il en était. Si, oui ou non, elle en était consciente à cette époque là. Peut-être que ce n'était toujours pas le cas.

Je me fermai quelque peu quand elle mentionna ses rencontres intéressantes. J'aurais préféré qu'elle affirme que j'étais la seule raison de son dévergondage complet. Réalisait-elle comme elle me broyait le coeur quand elle me faisait comprendre qu'elle avait connu beaucoup de personnes entre temps et quand elle insistait sur le fait que, par le même coup, ils étaient ce qui l'avait fait évoluer ? En sachant que par le passé j'étais le seul à la faire évoluer, à être là pour elle, à l'aider ... Certes, j'étais le seul responsable de tout ça. Mais ça ne m'empêchait pas de ressentir une effroyable jalousie. Une fois arrivés dans le salon, je la taquinai de plus bel en lui tendant une couverture. Mais fis la moue à ses paroles. Elle me provoquait sans l'ombre d'une hésitation. Et ... J'aimais énormément cela. « J'ai espoir que tu voudras bien me réchauffer. » Répondis-je simplement, en haussant les épaules d'un air désinvolte. Avant de mentionner Gabriel pour savoir s'il l'attendait ou si elle pouvait rester autant de temps qu'elle le souhaiterait. Sa réponse fit apparaître un léger sourire plus triste qu'autre chose, sur mon visage. Avant que je ne récupère mon téléphone et ne compose le numéro de ma mère, avant de le lui tendre. « Tu devrais plutôt l'appeler toi. Peut-être qu'il ne dort pas encore. » Remarquai-je doucement. J'étais bien conscient du fait qu'elle ne pouvait jamais tout à fait se détacher de lui. A tel point, que je doutais de pouvoir un jour trouver ma place à leurs côtés. Mais pouvais-je le lui reprocher ? Dans l'immédiat, je n'en avais pas la force. En tout cas, j'eus un véritable sursaut et un mouvement de recul, quand elle bondit assez soudainement. Mon coeur venait de louper un battement. Voir dix. Et mon regard, yeux écarquillés, était posé sur elle. Je finis par me détendre et rire quelque peu. Une véritable gamine. Etait-ce logique ce nouvel élan de désir que je ressentais rien qu'en la voyant dans cet état ? « T'as pas besoin de faire quoi que ce soit pour avoir accès à quoi que ce soit ici. » Lui fis-je remarquer avec amusement. « Et on s'en fout des fringues que tu portes. Tu n'as pas besoin de ça pour valoir plus qu'elles toutes. » Conclus-je sans même en être conscient, avant de désigner la télé d'un mouvement de menton. « Tu veux jouer alors ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 16 Fév - 19:32

You are the port of my call



On m’avait toujours reproché de ne pas me laisser torturer par les affres du désir et de la désinvolture. A l’époque du lycée, lorsque j’étais tombée sous le charme de certains hommes, les mots étaient souvent restés dans ma gorge. Je m’étais sentie affreusement ridicule. J’avais empoché le titre de ‘la coincée de service’, avant que ma sympathie légendaire fasse grimper ma popularité. J’avais toujours détesté mon manque d’assurance. Ce trait de caractère qui m’avait empêché de tenter quoi que ce soit avec Trenton. C’était dur à vivre. Me glisser quotidiennement entre ses bras, pour m’apercevoir qu’il ne serait jamais plus qu’un rêve inaccessible. A mes yeux, mes tentatives de séduction seraient vaines, et qu’il poufferait en prenant connaissance de ma virginité. Je ne m’étais pas pliée aux critères proposés par la société en permettant au premier venu de souiller ma pureté. Pourtant, l’odeur de la débauche avait fini par flotter dans l’air. Je ne regrettais pas d’avoir attendu si longtemps. J’avais toujours eu l’impression que Trenton et moi, nous étions compatibles. Le sexe était assez incroyable en soit, mais faire l’amour avait quelque chose de plus palpitant. Nous échangeâmes un large sourire à ce propos, l’esprit embrouillé par des souvenirs charnels. « Tu fais ton timide. Et si tu allais directement à l’essentiel ? ». Provocation subtile. J’aurais aimé qu’il m’en dise davantage.

Mon visage s’assombrit lorsqu’il fit allusion à cette époque révolue. Il m’avait échappé après m’avoir donné ce que j’avais toujours désiré obtenir. Je ne parviendrais jamais à m’y faire. Il avait massacré quatre années de mon existence. C’était assez énorme, lorsqu’on y repensait. « Mais je suis vite redescendue sur terre ». Nous détendîmes l’atmosphère. Un peu trop, à mon goût. Je ne savais pas sur quel pied danser avec Trenton. Pour rentrer dans son jeu, je repoussai volontairement la couverture avant de lui adresser un clin d’œil. « Je croyais que tu ne voulais plus coucher avec moi ». Je m’emparai du téléphone et entretins une conversation mielleuse avec Gabriel, avant de me remettre à rougir de nouveau lorsque sa grand-mère me posa des questions indiscrètes. En raccrochant, je me sentis blêmir. « Ta mère va très vite comprendre qu’on ne fait pas des choses toujours très catholiques quand on se voit. Je ne suis pas très fan de cette idée ». Je pouffai de rire malgré moi et fis de nouvelles allusions douteuses. « Tu parles des objets ou des personnes ? ». Ma main s’égara sur sa cuisse. « Même l’actrice de ton tournage ? ». Oui, j’étais toujours aussi jalouse d’elle, alors que je ne l’avais aperçu qu’une seule fois. Grande et mince. Et surtout, pleine aux as. Comme Trenton. Je chassai cette pensée de mon esprit en retrouvant ma joie de vivre habituelle. Il me fallut qu’un très court laps de temps pour saisir la manette. Comme Peter Pan, je n’aspirais qu’à passer ma vie dans le pays imaginaire. « Oui ! Tu ne vas pas faire un pli avec moi ».



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 16 Fév - 20:49

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Mentionner les aspects négatifs de notre relation et tout ça, ce n'était vraiment pas une bonne idée. Raison pour laquelle je finis par abandonner l'idée de lui répondre à propos de tout ça. Je voulais réellement que l'on se réconcilie. Que l'on retrouve notre complicité d'antan. Or, ce n'était franchement pas en continuant de se prendre le chou à propos de ces années difficiles de notre vie puisque nous avions été séparés, que ça allait rentrer dans l'ordre. Il fallait donc que l'on cesse ça à tout prix. Ce que je fis, lentement mais sûrement. Et quand nous arrivâmes dans mon salon, il me semblait que ça allait déjà un peu mieux entre nous. Même si ce n'était évidemment pas encore l'extase. Je doutais sérieusement que ça puisse changer du tout au tout, en un rien de temps. Je manquai m'étouffer avec ma propre salive, quand elle fit remarquer qu'elle pensait que je ne désirais plus coucher avec elle. Quoi !? Elle était totalement givrée, sérieusement. Comment pourrais-je ne pas éprouver l'envie féroce de coucher avec elle, au juste ? « Je n'ai jamais dis un truc pareil. C'est impossible d'ailleurs. Je dis seulement qu'il serait bien que notre relation ne soit pas uniquement basée sur le sexe. Même si ... Même si le sexe entre nous est ... Putain d'incroyable ! » Répliquai-je avec un emportement des plus passionnés. Mon Dieu rien que d'y penser, j'avais envie de lui sauter dessus et la prendre contre chaque mur et sur chaque meuble de cette pièce.

Finalement, je retrouvai le silence quand elle s'empara du téléphone pour discuter avec Gabriel. Je ne pu m'empêcher de sourire légèrement tant elle me semblait être une mère incroyable. Et la voir ainsi me confirma qu'elle n'était pas prête de me laisser avoir une place quelconque dans la vie de notre enfant. « En quoi c'est un problème ? Tu sais ... Elle a comprit qu'on avait couché ensemble, hein ... » Lui fis-je remarquer sur un ton de conspirateur, faisant référence au fait qu'elle avait tout de même porté mon enfant. Alors forcément, ce n'était pas arrivé en jouant aux cartes. Oui, je me foutais un peu d'elle. C'était habituel ça entre nous, par le passé. D'ailleurs, un léger sourire fit trembloter la commissure de mes lèvres alors que je la détaillais du regard. J'avais toujours la forte envie de lui sauter dessus et la plaquer contre les coussins du canapé. Mais je devais lutter à tout prix ! Encore une provocation de sa part quand elle rebondit sur mes paroles en laissant une main errer sur ma cuisse. Je grognai faiblement et laissai tomber ma tête contre le dossier du canapé. « Bon sang ... je vais pas tenir une heure complète à ce train là. » Grommelai-je doucement. Avant d'arquer un sourcil à sa remarque suivante. « Est-ce que tu es jalouse ? » Demandai-je finalement, quelque peu surpris à cette idée. Qui, dans un même temps, était loin d'être faite pour me déplaire ... Je retrouvai tout à fait le sourire, quand elle s'emballa littéralement pour la console de jeu. Que je finis par mettre en route avant de la rejoindre et prendre place à ses côtés. « Ne sois pas si sûre de toi. La déception n'en sera que plus grande. » Me moquai-je, avant que la partie ne démarre. Puis la suivante. Et encore la suivante. Je perdais la plupart du temps. C'était de sa faute. Elle me troublait. Oui, oui, vraiment ! « LINA TU TRICHES ! » Hurlai-je même sur un ton boudeur très gamin, en lui donnant un petit coup d'épaule. Comme quatre ans plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mar 18 Fév - 21:05

You are the port of my call



Il ne s’excusait toujours pas. Je l’avais vraiment en travers de la gorge. J’avais l’impression qu’il banalisait ce que j’avais éprouvé dès l’instant où il était parti, et même pendant ces quatre années. Le sentiment de haute trahison que j’avais ressenti était réduit au rang de simple réaction mécanique. Je passais mon temps à sur estimer les gens. J’attendais peut-être trop de la vie en général. J’avais tout misé sur cette relation, et je me demandais si j’avais vraiment compté pour lui. Il avait claqué la porte avec une facilité déconcertante, alors que j’avais tout misé sur cette relation. Il savait pourtant que je ne parvenais pas totalement à m’assumer toute seule. N’importe quel prétexte était bon pour lui téléphoner, lorsque je m’étais installée dans mon propre appartement. Chaque bruit lointain m’alertait, et j’avais souvent débarqué chez lui en plein milieu de la nuit. Il m’avait abandonné à mon triste sort. Et encore une fois, il ne s’excusait même pas. Alors comment lui pardonner d’avoir brisé mon cœur frêle ? Comme une pauvre sotte, je fermai les yeux sur ce trop-plein de désinvolture. Pour Gabriel ? Je mentirais si j’admettais cela. Ce désir brûlant dans ses yeux m’hypnotisait. Je n’avais qu’une envie.

Celle de le voir ôter tous ses habits, pour le plaisir de mes prunelles. L’heure de succomber à son charme avait sonnée. Joueuse, je feignis l’innocence. « Tu as parfaitement raison. On devrait arrêter tout ça pendant quelques semaines. On pourrait tenter d’être potes. Ou du moins, se détester avec un peu moins d’intensité ». Mon rire s’étrangla dans ma gorge lorsqu’après avoir raccroché, nous entremîmes une conversation à propos de sa mère et de notre vie intime. Pudique de nature, je n’avais franchement pas envie qu’elle nous imagine dans les pires positions. Beurk, j’avais la nausée rien qu’en y pensant. « Certes, mais elle n’a pas compris que ça pouvait avoir lieu sur chaque meuble, à tout moment de la journée. Ne me dis pas que tu lui as tout dit… ». Je le regardai avec des yeux ronds. J’étais vraiment la reine, pour raconter des conneries monumentales. J’attrapai mon menton lorsqu’il me fit part de ces pensées indécentes, l’air songeuse. « Prends une sucrerie à la place ». En vérité, mon bas ventre était en feu et je voulais repousser toutes mes concurrentes potentielles. Je me gardai bien de lui signaler, même si ma curiosité parla pour moi. « Est-ce que j’aurais des raisons de l’être ? Tu couches avec elle ? ». Je me sentais flancher. En un soupir, je laissai mon âme d’enfant prendre le dessus sur ma nature de femme. J’esquissai une grimace avant de sauter de joie. « J’ai gagné ! Voilà au moins une chose qui n’a pas changé. Tu es….nul là-dedans ! ».



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mar 18 Fév - 21:27

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


J'ignorais jusqu'à quand ça allait être aussi tendu et douloureux entre nous. J'osais tout de même espérer que ça n'était pas définitif et que ce n'était qu'une question de temps avant que les choses ne finissent par s'arranger entre nous. J'étais toujours aussi incapable de vivre sans elle. Même après ces quatre années passées loin d'elle. Le fait est que maintenant que nous nous étions plus ou moins retrouvés, je ne voulais et ne pouvais pas accepter de la perdre de nouveau. Alors comme un crétin, je savais parfaitement que j'étais capable de me raccrocher à elle et de tout faire pour la retenir près de moi, coûte que coûte. Et pour sûr ce n'est pas moi qui allais disparaître encore une fois. Jamais. Plutôt mourir. Mais je ne voulais pas que notre relation devienne purement sexuelle. Raison pour laquelle j'émis l'idée que nous ne couchions pas ensemble, au moins quelques temps .Sait-on jamais, si nous parvenions à retrouver notre complicité d'antan. Mais même si l'idée était de moi, je devais bien reconnaître que j'aurais préféré ne pas l'entendre me confirmer la chose et accepter cela. « Tu penses qu'on en est capables ? » Lui demandai-je finalement, soudainement bien moins sûr de pouvoir et de vouloir tenir face à ce désir incroyable et sans cesse grandissant, que je ressentais pour elle. Je ne la désirais que trop pour pouvoir me tenir loin d'elle bien longtemps, j'en étais plus que jamais conscient. Surtout en sachant combien nous nous entendions sur ce plan là, tous les deux. J'écarquillai les yeux quand, alors qu'il était question de ma mère, elle émit l'idée que j'ai pu lui raconter tous les détails. Et finalement, je ne pu m'empêcher d'exploser de rire devant les craintes d'Aylina. Elle était grave tout de même ! « Je ne lui ai pas dis que nous avions couché ensemble depuis mon retour, Lina ... Et je ne lui ai pas dis qu'on avait couché ensemble, il y a quatre ans. Je crois qu'elle a fait le rapprochement elle même ... » Lui fis-je remarquer sur un ton moqueur, sans pouvoir m'en empêcher.

Depuis le temps qu'elle jurait tous les Dieux que ça allait finir par arriver entre ma meilleure amie de l'époque, et moi ... Eh bien elle avait eut raison sur toute la ligne et c'était finalement arrivé. Une chose de laquelle je ne me plaignais plus le moins du monde aujourd'hui; Et de toute façon, ça aurait fini par arriver tôt ou tard. Je ne la désirais que trop, pour pouvoir résister éternellement à cette douce tentation. Si c'était moi qui avais eus l'idée que nous ne couchions pas ensemble trop rapidement, je fus bien vite en train de flancher, malgré mes tentatives de lutte. « Manger des sucreries ? Sur ton corps j'espère ... » Emis-je, l'air de rien, en laissant mon regard errer sur ledit corps. Bien plus attrayant que n'importe quelle sucrerie. Bon sang. J'avais tellement envie d'elle que ça allait me rendre dingue si elle ne passait pas la nuit dans mon lit. Je fus finalement quelque peu distrait, quand je réalisai qu'Aylina était jalouse. « Tu l'es vraiment ... » Insistai-je d'une voix douce et rêveuse, regard posé sur elle. « Mais non ... Aucune raison de l'être. Je ne couche pas avec elle. Je ne couche avec personne d'autre que toi en ce moment. » répondis-je finalement, sans parvenir à la quitter du regard. Et en parlant de coucher ... Hm non, ne plus y penser. Plutôt jouer et ne penser à rien d'autre qu'à ... Qu'à ce jeu débile auquel je perdis bien vite. Encore et encore. Elle était trop douée pour moi. Ou j'étais vachement nul. Au choix. Ou les deux. Je finis par gueuler. Et elle, se moquer de moi. Je lui lançai un regard noir, qui flamboya bien vite d'un désir fou, plus que de colère. J'avais la féroce envie de lui arracher ses fringues et de rouler sur le tapis, nos corps étroitement enlacés. « Je compense avec des talents d'un autre genre ... » remarquai-je avec naturel. Inutile de préciser quoi. Rien qu'au regard que je conservais sur elle, il était aisé de comprendre quoi. Mais je devais arrêter ça et vite ! Raison pour laquelle je me détournai et posai les yeux sur la table basse. « J'ai faim. » Grommelai-je en reprenant mon repas précédemment interrompu pour accueillir Aylina chez moi. J'avais faim, oui. Mais pas de nourriture.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mer 19 Fév - 20:59

You are the port of my call



Je mourrais d’envie d’arracher ses vêtements sans aucune pudeur. De le supplier de s’immiscer dans mes chairs brûlantes après les avoir tâté. Mes phalanges se glissaient contre sa peau. Gourmandes, elles continuèrent leur exploration jusqu’à la fermeture éclair de son jean. En constatant que j’étais en train de me lécher les lèvres comme une droguée qui n’avait pas eu sa dose, je reportai mon attention sur les ouvrages et les dvd disposés dans ses vitrines. « On a tenu pendant quatre ans ». Lui dis-je en feignant l’indifférence. En vérité, je souhaitais que nous laissions parler notre désir. Qu’il le fasse en premier, si possible. Il avait déjà du mal à me présenter ses excuses. A la recherche de ses souvenirs, mes prunelles se perdirent sur les nombreux objets qui ornaient chaque mur. Rien. Pas un seul indice à propos de sa vie passée. Moi qui souhaitais recoller toutes les pièces du puzzle, je me retrouvais projetée dans un océan sans fond, sans aucune alternative possible. Je n’osais franchement pas aborder le sujet avec Trenton. Lui demander par quoi il était passé, durant toutes ces années. Je craignais sa réponse. S’il avait tenté de construire une relation amoureuse avec une autre femme, je ne voulais pas le savoir.

Symboliquement, cette vérité cruelle m’arracherait les entrailles. Il interrompit ma rêverie, à mon plus grand bonheur. Allelujah, il n’entretenait pas ce genre de conversation avec sa mère. Je partis dans un rire franc. « Moi qui croyait qu’elle m’avait associé à la sainte vierge. Je suis bien  déçue ». J’aimais retrouver ce type de complicité avec Trenton. Echanger des propos dénués de sens. Oublier mes responsabilités de mère. Faire une croix sur mes parents, le temps d’une soirée. Tester mon pouvoir de séduction. A ses paroles, je remontai légèrement ma robe pour dévoiler mes courbes harmonieuses. « Ne me tente pas. J’en salive d’avance ». Lorsque nous échangeâmes quelques confidences, je fis une moue boudeuse. « En ce moment… ». J’avais un mal fou à me replonger dans la vieille époque. Il fut un temps où il se montrait avec ses conquêtes sans aucune gêne. Aujourd’hui, j’avais du mal à envisager l’idée même qu’il ait pu en connaître d’autres. Triomphante, j’agis comme si je ne comprenais pas ses allusions. « En effet. Tu es un bon réalisateur ». Mince. Je venais de lâcher une bombe, en quelque sorte. Je ne voulais pas qu’il sache que j’avais vu tous ses films. Je m’étais trahie toute seule. Mes deux mains enlacèrent sa taille, tandis qu’il ingurgita sa nourriture. « Ça tombe bien. Je suis comestible ».



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mer 19 Fév - 22:06

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Elle avait raison sur le fait que nous avions tenu pendant quatre ans, sans coucher ensemble. Mais ça, c'était avant de goûter à l'interdit et de se retrouver ensuite dans la même pièce pendant plus de cinq minutes et seul à seule. Difficile de tenir dans une telle situation. Impossible peut être même. En tout cas moi, je n'avais pas vraiment envie de lutter indéfiniment contre cette folle envie que j'avais d'elle et de son corps. J'avais même envie de lui sauter dessus sans plus tarder, encore. « Ouais mais c'était avant d'y goûter et de découvrir combien c'est bon ... » Lui fis-je donc remarquer, en lui lançant un regard entendu. Avant d'en arriver à lever les yeux au ciel quand, alors qu'il était question de ma mère, elle se mit à craindre que je lui ai raconté toute notre folle aventure. Ce qui était quand même assez bête dans le fond. Je ne racontais pas ma vie sexuelle à ma mère. Et puis je ne tenais pas non plus à mettre Aylina dans l'embarras non plus. « Une sainte, toi ? » Demandai-je en riant à moitié, yeux levés au ciel. Non vraiment, j'avais du mal à l'imaginer comme telle. En tout cas, plus depuis que nous avions couché ensemble. Avant ça, oui, je la voyais comme une gentille et parfaite petite sainte, des plus innocentes. Mais c'était une époque révolue.

Quitte à jouer la carte de la provocation, j'y allais jusqu'au bout. Comme ce fut le cas quand j'émis l'idée de manger quelques sucreries sur son corps. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me réponde avec autant de provocation, en faisant lentement remonter sa robe, dénudant peu à peu sa cuisse que je rêvais d'empoigner. Planter mes doigts dans sa chaire ferme. Ou mes dents. Avec force et sauvagerie. Avant de la prendre tout aussi ... Bref. Je devais arrêter d'y penser, sous peine de perdre totalement les pédales et le contrôle. Je fis la moue quand elle répété mes derniers mots, concernant le fait que je ne couchais avec personne d'autre qu'elle en ce moment. Oui, en ce moment. Je n'étais pas un saint. Je n'avais pas couché qu'avec elle, loin de là. Avant elle j'avais connu bon nombre de femmes. Et après elles, quelques unes. Nettement moins ceci dit. Et aucune ne m'avait marqué. Après avoir perdu une énième partie à la console, je lui rappelai que j'étais bon dans d'autres domaines. Sa répartie me fit hausser les sourcils. Avant que je ne les fronce en l'observant avec attention. « Dis moi la vérité ... T'as regardé tous mes films, lu tous les articles sur mon compte et suivis mon actualité ? » Demandai-je l'air de rien, mais sincèrement intéressé par la question. Bien vite, je tentai d'étouffer une faim, en répondant à l'autre. Mais ses mains qui vinrent s'enrouler autour de ma taille, me perturbèrent au plus haut point. Et je déglutis avec peine, une dernière bouchée. Je grognai un "bordel" un "Lina" et un "tant pis". Avant de pivoter brusquement pour plaquer mes lèvres contre les siennes avec fermeté et fièvre. L'une de mes mains se logea à l'arrière de son crâne pour maintenir son visage contre le mien et l'autre se posa sur sa cuisse. Tandis que je perdais peu à peu le contrôle de ce baiser qui se faisait toujours plus passionné, mes doigts firent lentement remonter l'ourlet de sa robe, pour dévoiler de nouveau sa cuisse ferme.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Ven 21 Fév - 21:36

You are the port of my call



Toutes les habitudes finissaient par changer. Les discussions animées. Les rires qui éclataient de bon matin. Les confidences entre amis, qui étaient revenus sur le tapis durant quatre années, à mon plus grand désespoir. Nous avions partagé plusieurs moments d’intimité. A partir de là, la nature de notre relation ne serait plus jamais la même. J’avais de plus en plus de mal à réaliser que nous étions en train de faire des allusions sexuelles. Plus précisément, nous étions en train d’échanger à propos de nos ébats torrides. Lorsque nous étions amis, nous avions pour habitude de faire des plaisanteries déplacées. Toutefois, je m’étais toujours empêché de multiplier les provocations. Tout simplement parce que je craignais qu’il découvre le poteau rose. Qu’il me chante l’éternel refrain ‘j’ai l’impression que je te plais, mais je préfère qu’on reste amis’. Aujourd’hui, je m’en donnais à cœur joie, prête à stopper toute forme de résistance. Je m’emparais de toutes les armes dont je disposais. Les atouts charnels en faisaient partis, selon ses dires, ce qui me rassurait un tant soit peu. Et oui, la différence d’âge aurait certainement pu jouer en ma défaveur. « Tu as l’air bien sûr de toi. Mais tu dis vrai. C’était exquis. Miam ». Je lui dévoilai mes pensées interdites, sans la moindre pudeur. Quoi que…j’avais toujours l’impression d’avoir les joues en feu. Heureusement qu’i s’agissait de Trenton. Une partie de moi continuait de le détester. Toutefois, j’étais forcée d’admettre qu’avec lui, je pouvais me permettre de sortir les pires conneries. Il ne fuirait pas. Il ne me toiserait pas avec dédain. Il me respecterait. Au moins sur ce plan là. Oui, il ne m’avait absolument pas respecté lorsqu’il était parti sans rien dire. Bref, je chassai cette pensée morose de mon esprit, trop absorbée par ses invitations silencieuses et par ces images enflammées qu’il faisait resurgir dans ma tête. Ce soir-là, j’avais bravé tous les interdits.

Des frissons naquirent au niveau de mon bas ventre. Je fus prise d’hésitation. Devais-je laisser mes mains déboucler sa ceinture ? « J’étais un peu débauchée, la dernière fois. Je veux bien l’admettre. C’était…trop ? ». J’introduisis un doigt dans ma bouche pour lui faire comprendre là où je voulais en venir avant de me racler la gorge, un peu honteuse. La crainte d’avoir fait une bêtise ? Un cœur d’enfant dans un corps de femme. Quelque part, je ne savais pas s’il serait très judicieux de passer à l’acte. Il ne voudrait pas entretenir une relation sérieuse avec moi. J’étais trop jeune. Il me l’avait dit. Il était parti à cause de cela, soit disant. Et je n’étais pas certaine d’avoir envie de lui redonner une nouvelle chance. C’était peut-être trop tôt. Je faiblis en réalisant qu’il avait tapé dans le mille. J’étais incapable de mentir. « J’en ai conservé quelques-uns. Pour pouvoir les montrer à Gabriel. Un jour… ». Le jour où je lui parlerais de son père. Je n’avais pas prévu qu’il resurgirait dans ma vie. Une lueur de tristesse apparut dans mes yeux, avant de laisser la place au désir insatiable. Je resserrai ma prise autour de sa taille, avant qu’il ne se jette sur moi comme un chien affamé, ce qui était loin de me déplaire. Un échange bestial et sensuel. Nos langues entamèrent un ballet endiablé. Ma respiration s’accéléra lorsque je sentis son regard errer sur mes courbes parfaitement dessinées. Je défis rapidement sa ceinture, libérant rapidement son organe de plaisir. Ma main vorace l’empoigna et fit de longs mouvements. « L’élève a dépassé le maître ». La provocation n’avait plus de secret pour moi.



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Sam 22 Fév - 13:23

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


A défaut de pouvoir retrouver notre amitié et complicité d'antan, j'osais quand même espérer que nous pouvions sauver quelques petites choses et retrouver un semblant de relation. Je l'espérais vraiment, parce que je me savais bien incapable de me séparer de nouveau d'elle et cette fois ci, de façon définitive. Mes sentiments revenaient au galop et bien plus forts que par le passé encore. Oui, c'était encore possible ! J'allais devenir totalement dingue. Raison pour laquelle je ne tentais même pas de ralentir le processus. A quoi bon de toute façon ? Et les allusions sexuelles, étaient en train de prendre une certaine ampleur. C'était fou avec quelle simplicité c'était en train de se mettre en place entre nous. Fait duquel je ne saurais me plaindre à vrai dire. J'aimais beaucoup trop ça. Comme le fait de l'entendre me confirmer que notre première fois avait été "exquise". Comment ne pas apprécier de l'entendre dire une chose pareille ? Je ne répondis guère, bien trop conscient du fait que ça n'allait que nous tenter plus encore, de se laisser aller à nos envies les plus folles. Du genre, coucher ensemble sur ce foutu canapé. J'avais vraiment très envie d'elle. Constat assez alarmant et en même temps, toujours aussi plaisant.

« Trop ? Bon sang non, c'était parfait ... » Répondis-je sur un ton rêveur, alors qu'elle émettait l'idée qu'elle ait pu être trop débauchée. Elle était complètement folle, sans déconner. Trop !? Impossible. Incroyablement parfait, ça oui. Même si le fait qu'elle ait été si inventive et tout ça, me rappelait un peu trop qu'elle avait connu plusieurs autres hommes après même. Et même si c'était entièrement de ma faute, je ne pouvais m'empêcher d'éprouver plus qu'une pointe de jalousie à cette pensée. Mais je tâchais de ne pas trop le faire remarquer. Elle pourrait se foutre de moi et me rappeler que tout ça était entièrement de ma faute. Et non pas de la sienne après tout. Je pinçai les lèvres quand elle mentionna Gabriel, me faisant sans doute comprendre par là, qu'un jour je ne serais plus dans leur vie. Et qu'alors, elle pourrait enfin avouer à son fils, qui était son père. Mais pas avant... C'était donc ça notre avenir ? « Un jour .. Quand tu m'auras chassé de votre vie et que tu pourras donc enfin lui révéler qui était son père. » Remarquai-je avec cynisme. Mais c'était sans doute la pure vérité. La seule existante. Mais il n'était plus temps d'avoir de sombres pensées. Alors que mes lèvres ravageaient les siennes au cours d'un baiser plein de fougue, je ne sentis pas de suite que sa main ouvrait mon pantalon. Je n'en pris conscience qu'en sentant sa main se refermer autour de moi et qui ne tarda pas à m'arracher un faible grognement d'excitation. Je lui adressai un regard fiévreux. « Ne sois pas trop sûre de ça ... » Susurrai-je d'une voix caressante. Avant de la plaquer sur le canapé avec fermeté, et me redresser pour glisser mes mains sous sa robe. Je lui ôtai rapidement son dessous. Et avec un sourire vorace aux lèvres, je fis remonter sa robe pour loger mon visage entre ses cuisses et jouer de mes lèvres, ma langue, mes doigts et mes dents sur la partie la plus intime de son corps.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 23 Fév - 17:29

You are the port of my call



Si Trenton connaissait la recette du bonheur, j’étais preneuse. Par ma faute, beaucoup de choses reposaient sur ses épaules. J’avais toujours cette fichue tendance à exiger de lui qu’il me guide dans ma vie de tous les jours. Notre différence d’âge y était pour beaucoup. La maturité qui se dégageait de lui, également. J’étais fébrile, et il s’était occupé de moi jusqu’à temps que je trouve un travail. Un peu trop généreux, sans doute. Amoureux ? Je refusais de m’embarquer dans de telles suppositions. Il aurait réfléchi à deux fois, avant de m’abandonner. Aujourd’hui, j’espérais secrètement qu’il m’aiderait à chasser cette rancœur destructrice qui menaçait de tout faire exploser. Je ne pouvais pas me permettre de lui tourner complètement le dos, à mon tour. Déjà, parce que je lui devais beaucoup. Ensuite, parce que Gabriel ne pourrait jamais me pardonner le fait d’avoir chassé son père. Et puis, accessoirement, j’avais des papillons dans le ventre lorsque je croisais son regard. J’aurais voulu qu’il m’aide à remettre de la clarté dans mon esprit. Je ne parvenais pas à envisager la suite. J’avais l’estomac noué à l’idée qu’on se fâche à nouveau. Je vivais avec la crainte permanente qu’il m’emmène jusqu’au tribunal, ou qu’il déserte sans même m’avertir. Je refusais donc de penser à demain, tout en étant dans l’incapacité d’y songer.

J’aurais voulu retrouver ma joie de vivre habituelle. Toutefois, j’étais une maman. J’étais forcée de m’inquiéter tous les jours, lorsqu’il s’agissait de l’avenir de mon enfant. Je tentai quand même de ne pas me compliquer la vie et de rester insensible à ses paroles. « Je n’ai pas envie de me projeter. Je préfère vivre au jour le jour. Et puis ce n’est pas toujours la femme qui fout tout en l’air. La preuve, tu as toi-même claqué la porte il y a quatre ans ». Sans y parvenir, réellement. Avant qu’il m’en laisse pleinement l’occasion. Je sentis sa langue enveloppante atteindre mon triangle intime, qui s’ouvrit à lui comme s’il s’agissait d’une fleur, tandis que ses doigts cajolaient mon bouton rose. « Bon sang, Trenton ! Ne t’arrête pas, je t’en prie. S’il te plait ». Je laissai échapper des halètements et des cris d’extase. Epanouie et heureuse, en le voyant assouvir des fantasmes inavoués. J’aurais pu tout accepter, s’il m’avait fait du chantage et avait cessé ses agissements, tant c’était bon. L’excitation parcourait mes veines. Mes doigts agrippèrent ses cheveux lorsqu’il me propulsa dans l’orgasme avec une force inouïe. J’en voulais davantage. J’attrapai son menton, d’une voix suppliante. « Encore. Tout de suite. Je ne peux plus attendre ».



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 23 Fév - 18:03

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Fallait-il vraiment que l'on s'attarde plus encore sur nos vies semées d'embûches et sur notre relation qui nous faisait encore plus de mal que de bien ? Etait-ce une bonne idée que nous perdions du temps à y penser plus encore, plutôt que de profiter de ce que la vie nous offrait ? A savoir, une sorte de seconde chance. Une sorte seulement. Puisque pour le moment, la rancoeur était trop présente entre nous, pour que nous parvenions à nous accorder une véritable seconde chance. Mais j'avais envie et besoin de croire que ce n'était qu'une question de temps avant que tout ne rentre dans l'ordre .Et peut-être qu'un jour, Ayli parviendrait à me laisser un peu de place, dans leur vie à Gabriel et à elle. Parce que je souhaitais réellement être un père présent et aimant pour lui. Je n'avais peut-être pas toutes les qualités et tous les savoirs pour faire un bon père. Mais je ne demandais qu'à apprendre. Et qui mieux pour ça, qu'Ayli elle même, puisqu'elle connaissait notre fils bien mieux que n'importe qui d'autre ... ? Après avoir d'ailleurs vaguement mentionné notre fils, je choisis de ne plus rien répondre à ce sujet. Je ne tenais pas à ce que ça se termine en une énième dispute et rappel douloureux du passé et du fait que j'avais disparu comme un lâche, du jour au lendemain.

A vrai dire, je préférais nettement m'occuper de ses lèvres et de son corps, qui représentaient un appel au péché à eux seuls. Alors même qu'elle venait de me provoquer pour la énième fois, en tentant de me faire croire que l'élève avait dépassé le maître, je pris soin de lui prouver que je pouvais encore la surprendre. Au vu du peu de fois où nous avions couché ensemble jusqu'à présent, je pouvais dire que j'avais encore quelques cartes en réserve. Et ce fut ce que je tâchai de lui prouver bientôt, en choyant une partie bien précise de son anatomie. Elle ne tarda guère à réagir, sous mes caresses aussi douces que passionnées et à gémir encore et encore. Ce qui m'incita à poursuivre de la sorte, de façon plus poussée encore. Plus elle haletait de plaisir et plus je me faisais pressant. Et à sa demande, après un dernier baiser, je me redressai pour revenir à sa hauteur. Et avant qu'elle n'ait eut le temps de redescendre tout à fait des hautes sphères sur lesquelles son orgasme venait de la propulser, j'unissais nos corps avec force. Ce qui m'arracha un franc gémissement, avant que je ne colle fermement mes lèvres aux siennes, pour retrouver sa langue de la mienne. Tandis que j'entamais des mouvements de bassin puissants et précipités. Des ébats qui ne laissaient que peu de place à la tendresse, alors que mes doigts empoignaient ses cheveux pour maintenir son visage en place. De sorte à ce que mes lèvres pouvaient faire le voyage entre ses lèvres que j'abîmais de mes dents dans des baisers sauvage, et son cou que je malmenais tout autant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mar 25 Fév - 19:45

You are the port of my call



Il ferait sûrement un très bon père. Je n’avais aucun doute là-dessus. Si j’avais été prise d’une maladie subite, je lui aurais probablement confié Gabriel sans hésiter. Trenton était quelqu’un de formidable. Il aurait certainement risqué sa vie pour une personne chère à son cœur. L’honnêteté était une valeur que j’avais toujours appréciée, et il en était pourvu. Ne parlons pas de sa générosité légendaire. Il aurait même assuré à Gabriel un confort matériel que j’étais incapable de lui donner, d’ailleurs. D’un certain coté, j’étais peut être en train de commettre une grave erreur. Je privais mon fils d’un bonheur qui aurait pu lui être accessible. Je n’arrivais pourtant pas à faire machine arrière. A faire une croix sur cette séparation qui avait duré quatre années. A envisager l’idée que Gabriel aille dormir chez lui de temps en temps. Je ne pouvais pas prendre le risque de lui faire ressentir une amère déception. Il était trop jeune pour être blessé. Dans l’idéal, je ne voulais jamais qu’il connaisse cela. J’étais peut-être trop idéaliste. Je ne pourrais pas éternellement le protéger du monde. Peu importe. J’avais envie d’essayer.

Le temps se figea. J’oubliai tous les problèmes entre ses bras. Ne pouvant plus attendre, je le suppliai de fondre son corps dans le mien. Savourant ce moment privilégié, je pris momentanément les devants en pressant mes mains contre son fessier, pour l’encourager à aller et venir avec plus de profondeur. Entre deux ballets langoureux, je gémis de bonheur, rythmant nos ébats avec des ‘oui’ hurlés sans la moindre pudeur. Je ne craignais pas que Gabriel débarque d’un instant à l’autre. Ses lèvres étouffèrent mes halètements. Lorsque je sentis une nouvelle vague de plaisir arriver, je me fis plus démonstrative, enfonçant mes ongles dans son dos. Je retrouvai enfin mon souffle, plaquée contre le canapé. Les doigts s’accrochèrent à mon cou. « Tu es un vrai vampire. Gabriel m’a demandé d’où venaient ces marques. Je me suis sentie bien bête ». Je lâchai un léger rire, avant que l’éternelle question se mette à trotter dans ma tête. Je me mordis les lèvres. J’avais vraiment peur de provoquer une nouvelle dispute. Pourtant, je ne supportais pas l’idée de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. « Est-ce que tu comptes me conduire jusqu’au tribunal ? J’en mourrais, si je perdais la garde de Gabriel ». Les mots s’extirpèrent de ma bouche. Quelque part, nous avions toujours eu pour habitude de nous livrer l’un à l’autre, lorsque quelque chose nous rongeait.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mar 25 Fév - 21:30

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Le temps était comme complètement suspendu. Totalement arrêté. Une scène des plus parfaites, tout simplement mise sur pause. Et ce n'était pas moi qui m'en plaindrais. Si j'avais pu décider d'une chose pareille, j'aurais fais en sorte que tout s'arrête maintenant. Que nous demeurions ainsi pour l'éternité, soudé l'un à l'autre, membres entremêlés et respirations saccadées. Le silence n'était interrompu que par le bruit de deux corps qui se cherchaient et se trouvaient sans cesse. Et par nos démonstrations de plaisir parfois excessives. Surtout les siennes, quand elle se mettait à hurler pour de bon, des oui et des encore. Je n'avais pas véritablement besoin qu'elle m'en fasse la demande, pour lui obéir aussitôt. Le besoin et l'envie étaient parfaitement là en tout cas. Et je fus aussi heureux que frustré, quand je ne pu retenir plus longtemps le plaisir qui explosa littéralement, accompagné par un râle sonore. A bout de souffle et en sueur, je demeurai parfaitement immobile et silencieux. Rire à la remarque d'Ayli, me demanda de grands efforts. « C'est que j'aime bien marquer mon territoire ... » Remarquai-je d'une voix douce, plus sérieux que taquin sur ce coup là. Je redressai quelque peu la tête, pour découvrir les marques bien visibles sur sa peau. Non, aucun regret à ce sujet !

A sa question soudaine, un soupir m'échappa. Et après une brève hésitation, je me laissai tomber à ses côtés, sur le canapé. Je remis brièvement de l'ordre dans ma tenue, avant de parfaitement m'allonger sur le côté, un coude en appuie sur les coussins du canapé et le crâne posé sur la main. Le tout, pour pouvoir ne surtout pas la quitter du regard. Doucement, tendrement, je m'emparai de l'une de ses mains, pour venir jouer avec ses doigts puis caresser sa paume. « Non Ayli, je ne compte pas faire quoi que ce soit de ce genre. En ce qui concerne Gabriel, je ne ferai jamais rien sans ton accord. » Façon de lui faire comprendre que je pourrais bien couper tous les ponts avec lui, si elle me le demandait ? Certainement, oui. Mais ça me tuerait, à n'en pas douter. C'était mon fils. Quand bien même je ne le connaissais pas, ce lien était là et bien réel. « C'est une façon ... De reconnaître mes torts ... Et de m'excuser. » Ajoutai-je plus doucement, en détournant son regard du sien pour me concentrer davantage sur nos deux mains liées, que sur autre chose.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mer 26 Fév - 21:58

You are the port of my call



Mes azurs brillèrent de tout leur éclat. Sa remarque me mit du baume au cœur. Je clignai des yeux plusieurs fois. C’était bien Trenton, qui avait prononcé de telles paroles. Je ne savais pas quel chemin emprunter. Je nageais dans une véritable brune, incertaine quant à la conduite à tenir. J’avais en tête des objectifs mal définis. Je ne pouvais pas envisager de construire une relation solide avec lui. Quatre années s’étaient écoulées. J’avais gagné en maturité. Je refusais de m’aventurer sur des terrains glissants. La vie nous avait séparés, et ce n’était peut-être pas sans raisons. Aurions-nous été heureux, tous les deux ? Peut-être que nous aurions testé une tonne de stratagèmes dans le but de nous mener la vie dure. Je l’aurais empêché de réaliser ses rêves. Il m’aurait empêché de réaliser les miens. Il m’aurait trompé sans cesse, terré dans un autre pays la plupart du temps, en tant que journaliste. Quant à moi…je me serais occupée de Gabriel. Je n’aurais jamais repris mes études. Il serait resté avec moi par pitié, et pour se donner bonne conscience. Ou bien, uniquement pour son fils. Se lancer dans de telles suppositions était parfaitement inutile, et j’en étais bien consciente. Etais-je en train de chercher des raisons qui me m’aideraient à lui résister ?

Peut-être bien. Néanmoins, j’en arrivais toujours au même point. Je fondais littéralement, lorsqu’il prononçait des paroles que j’avais toujours voulu entendre. J’avais toujours voulu qu’il soit jaloux des autres hommes que je fréquentais. Qu’il me considère comme une petite amie potentielle. En tant que clown de service, je pris quand même cela à la rigolade. « Tant que tu ne lèves pas la patte, tout ira bien ». Lorsque je fus rongée par mes inquiétudes, il me rassura. Comme autrefois. Prêt à laisser tomber tous ses principes, pour mes beaux yeux. Du moins, je le prenais comme cela. Avais-je tort ? Les yeux écarquillés de stupeur, je lui posai la question. « Tu veux dire que tu serais prêt à tout laisser tomber et à nous laisser tranquilles, si je te le demandais ? ». J’obtins ce que j’avais tant désiré. Des excuses. C’était sans doute stupide, mais je le prenais un peu comme une preuve d’affection. Ainsi, il me prouvait qu’il m’estimait, un tant soit peu. Qu’il me respectait. Pendant quatre années, il m’avait donné l’illusion qu’il s’en fichait royalement. Cela ne réparerait pas tout. Mais c’était une étape. Des larmes de reconnaissance manquèrent de jaillir de mes yeux. Je déposai un baiser sur sa main. « Merci. Je t’…». Je l’aimais. Je le pensais très fortement. Mais je ne pouvais pas me résoudre à lui révéler cette vérité. Et s’il fuyait ? Et s’il me rejetait ? Méritait-il de l’entendre ? Je ne parvins pas à reconnaître mon propre tort. Bon sang, s’il était resté, je ne lui aurais jamais caché l’existence de Gabriel. Il était parti sans me laisser une adresse, un numéro de téléphone, un simple mot. C’était bien la preuve qu’il ne pouvait plus me voir en peinture. C’était du moins ce que j’avais pensé. Aujourd’hui, je ne savais pas quels souhaits l’animaient. Mon pouce caressa le dos de sa main, tendrement, tandis que je sautai le pas. « Qu’est-ce que tu voudrais, pour nous ? Je suppose que la différence d’âge te pose toujours problème. Tu ne voulais déjà pas démarrer une histoire, alors avec un enfant en plus...».



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Ven 28 Fév - 16:11

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Si mes sentiments pour Aylina étaient les mêmes que quelques années plus tôt, je tentais de les mentionner davantage à voix haute cette fois ci. En lui disant clairement que j'aimais pouvoir montrer à tout le monde, qu'elle était mienne. Je savais bien, pourtant, que ce n'était pas le cas du tout. Ca l'avait presque été par le passé. Mais j'avais tout foutu en l'air en prenant la fuite comme un voleur. Aujourd'hui, je regrettais ça plus que n'importe quoi d'autre dans ma vie. C'était mon plus grand regret. Presque le seul. Mais ce qui était fait était fait et je ne pouvais tout simplement pas revenir en arrière. Même en le voulant de toutes mes forces ! Je tentais au moins de me racheter aujourd'hui. Quitte à me prendre le tout dans la tronche un peu plus tard ou même dès à présent. Je lui avouai donc qu'en effet, je voulais marquer mon territoire, d'une certaine façon. Montrer à tout le monde qu'elle était à moi. Ou l'avait été tout du moins. Parce qu'aujourd'hui, elle n'était plus vraiment mienne. Fut un temps où ça avait été plutôt le cas, puisque j'étais celui vers qui elle se tournait en cas de pépin ou juste par envie. Mais cette époque était malheureusement du passé, pour de bon. « Non, je devrais pouvoir me tenir, va ... » Répondis-je, hilare, quand elle rebondit sur mes paroles pour les tourner davantage à la dérision qu'autre chose. Je devrais pouvoir lui pardonner cela. Et puis mieux valait en rire de toute façon.

J'étais bien plus sérieux quand j'insistai sur le sujet de Gabriel. Je ne voulais pas qu'elle s'imagine que je voudrais lui enlever son fils. Certes, il était également le mien. Et certes, elle aurait du m'en parler. Mais au vu de mon comportement, je doutais d'avoir le droit de lui faire un truc pareil. Alors s'il le fallait, je pourrais même disparaître pour de bon cette fois. Ca me semblait somme toute assez évident à moi. Après tout, je ne voulais que son bonheur. Et si elle m'assurait qu'il ne pouvait qu'être sans moi dans sa vie, alors j'accepterais. Oh, pas sans mal, cela va s'en dire. Mais je le ferais pour son bien. « Si tu m'en faisais la demande en étant persuadée que ce serait au mieux pour toi ... Oui, je le ferais. » Lui répondis-je avec tout de même un pincement au coeur à l'idée qu'elle saute sur l'occasion pour justement me faire cette requête qui, à n'en pas douter, me détruirais. Je fronçai quelque peu les sourcils quand elle me remercia et continua sur sa lancée, avant de brusquement s'arrêter. J'ignorais totalement ce qu'elle avait faillit me dire et fis bien vite disparaître mon infime espoir comme quoi elle aurait été sur le point de me dire qu'elle m'aimait. Sauf que c'était impossible. Alors que sa main qui caressait doucement la mienne, ça c'était réel. Je me concentrai donc uniquement sur ça et ses interrogations et posai ma tête contre la sienne, pour enfouir quelque peu mon visage dans ses cheveux. Une manie que j'avais depuis longtemps. Celle de me blottir tout contre elle pour avoir la douceur et le parfum entêtant de ses cheveux. « A l'époque, j'étais aussi, et surtout, terrifié à l'idée de me caser de façon sérieuse. » Lui fis-je doucement remarquer. « Aujourd'hui ... Aujourd'hui, je ferais n'importe quoi pour que tu m'accordes une chance. » Finis-je par lâcher.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   

Revenir en haut Aller en bas
 

You are the port of my call ~ Aylina & Trenton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Port du scramasax
» La bataille du Grand-Port...
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-