AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You are the port of my call ~ Aylina & Trenton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 2 Mar - 19:06

You are the port of my call



Il ne méritait peut-être pas que je prenne tous ses idéaux en considération. J’étais pourtant en train d’emprunter ce chemin parsemé d’embuches. Nous avions choisi chaque mot avec soin. Des mots souvent venimeux. Malgré cela, nos cœurs continuaient de s’attirer comme des aimants, et j’avais vraiment le sentiment de lui appartenir. Pour tout avouer, j’avais toujours été convaincue que je n’aimerais personne d’autre que Trenton. Comment aurait-il pu en être autrement ? Sous mes paupières fermées, son visage apparaissait. Durant ces quatre années, j’avais sombré dans un profond désespoir. J’avais enchainé les relations superficielles.  Aucun frisson à l’horizon. Aucune surprise. Des déceptions constantes qui m’avaient mis les nerfs en pelote.  Nostalgique, j’avais passé mon temps à composer le numéro de Trenton. Et puis, la boite vocale m’avait rappelé à l’ordre. Il ne voulait plus s’entretenir avec moi. Par la suite, j’étais tombée sur des enregistrements automatiques. Il avait changé de numéro de téléphone, probablement parce qu’il en avait marre de ces coups de fils incessants. Ma gorge se nouait, lorsque les souvenirs rejaillissaient. Je devais vraiment cesser de me tourner vers le passé.

Mon hilarité m’empêcha de broyer du noir. « J’espère bien ». Fis-je, avant de lever les yeux au ciel. Il fut un temps où nos petits piques étaient représentatifs de notre quotidien. J’aurais tout donné pour faire machine arrière et retrouver la simplicité de l’adolescence. Lorsque j’avais le cafard, on s’empiffrait devant des matchs de basket. Il finissait par me traiter de garçon manqué, avant que je lui pique sa télécommande et lui fasse du chantage. Des anecdotes qui me faisaient beaucoup rire, encore aujourd’hui. Avant qu’on finisse par aborder un sujet sérieux, et que la tristesse nous anime. « Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer ». J’étais reconnaissante, certes, mais je ne souhaitais pas qu’il baisse les bras. Gabriel ne le méritait pas. Pire que tout, je n’arrivais pas à envisager l’idée qu’il s’en aille à nouveau. Malgré les zones d’ombre qui ne disparaissaient pas de mon esprit. Devais-je lui faire une place dans la vie de notre enfant ? Je ne savais toujours pas quelle option choisir. C’était trop tôt, sans doute. Je ne savais même pas quels sentiments il éprouvait à mon égard. Etait-ce vraiment important ? Sans doute. Pas pour Gabriel, mais pour moi. « Je ne suis pas seulement une amie, c’est ça ? Je suis complètement paumée. Tu viens tout juste de re débarquer dans ma vie. Tout ce que je sais, c’est que je ne supporterais pas que tu t’en ailles à nouveau ». Je le suppliai du regard, avant de déposer un baiser dans le creux de son épaule.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 2 Mar - 22:18

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Si notre relation passée semblait bel et bien morte et enterrée, j'avais envie et besoin de croire que nous pouvions construire quelque chose d'autre ensemble quand même. Quelque chose de bien plus fort encore. Une relation d'adulte à adulte cette fois ci. Parce qu'en quatre ans, nous avions tous les deux bien mûris. Au cours des premières années, j'avais vécu des choses qui m'avaient fait réfléchir et obligé à voir la vie en face. Je ne voulais plus être le jeune homme insouciant qui ne vivait que d'aventures en tous genres, dont de nombreuses aventures sexuelles. Je voulais devenir quelqu'un d'important. Et pas uniquement une personnalité connue du monde entier, non. Je voulais être une personne importante, pour quelqu'un d'autre aussi. Et pas n'importe qui. Pour Aylina. Je voulais être l'homme fait pour elle. Celui pour lequel j'étais parti sans donner de nouvelles. A cette époque, je savais qu'elle méritait mieux que moi. Et en quatre ans, j'avais évolué de telle sorte, que je voulais maintenant croire que j'étais fais pour elle. Que je pouvais être cet homme là. Mais si vraiment sa rancoeur était trop forte et que finalement elle me détestait plus qu'autre chose, eh bien je n'aurais plus qu'à prendre mes clics et mes clacs et à disparaître pour de bon, pour simplement les laisser tranquilles elle et Gabriel.

« Lina ... Ne pense pas que ça signifie que je vais baisser les bras. J'ai envie et besoin d'être dans ta vie. Dans la sienne aussi, dans quelques temps, si tu arrives à me laisser une place. » Lui appris-je doucement. Elle semblait dérangée par l'idée que je puisse disparaître de nouveau. Mais ce n'était que dans l'hypothèse où elle me demandait, d'elle même, de partir. Parce qu'il était évident que je n'éprouvais pas la moindre envie de la quitter de nouveau. Si je pouvais demeurer éternellement à ses côtés, je le ferais avec le plus grand des plaisirs ! Quand elle me demanda ce que j'attendais de nous, j'eus un mal fou à lui avouer les faits. Et quand je le fis, elle sembla évidemment plus perdue qu'autre chose. Oh non, elle n'était pas juste une amie et ne l'avait même jamais été. « Tu n'as jamais été juste une amie. Tu as été ... Ma protégée, ma petite soeur, ma meilleure amie ... Mais pas seulement ... » Commençai-je doucement, avant de retrouver le silence. Après un soupir, je vins déposer un tendre baiser sur son front. « Aylina ... Après cette nuit là ... Je suis partie pour te laisser une chance de trouver l'homme qu'il te fallait vraiment. Le genre ... Mec sérieux prêt à se poser avec qui tu pourrais fonder une famille et tout le tralala. » Lâchai-je doucement, avant de serrer doucement sa main dans la mienne. « Je pense pouvoir être cet homme. C'est ce que je veux quand je demande une nouvelle chance ... » Finis-je par lâcher en sentant mon coeur s'emballer férocement. J'avais vraiment peur d'un refus ou d'une rebuffade. « Je ne te demande évidemment pas de me faire une telle place dans ta vie, du jour au lendemain ! Juste ... Que je puisse te faire la cours convenablement ... Gagner ton pardon et gagner cette place ... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Lun 3 Mar - 20:39

You are the port of my call



Ces prunelles azurées me regardèrent fixement, et je les associai tout de suite à celles de Gabriel. Cette vision m’arracha un sourire. C’est avec Trenton, que je voulais tisser notre bonheur. Je ne voulais pas imprimer leurs traits angéliques dans ma mémoire. Je ne souhaitais pas en ressentir le besoin. Je voulais les contempler tous les jours, dès mon réveil. Leur transmettre ma bonne humeur légendaire. Les faire rire. Chasser toute once de rancœur et me focaliser sur notre avenir. J’aurais vraiment aimé en avoir la capacité. Parce que je n’imaginais pas ma vie sans lui à mes côtés. Je ne voulais pas envisager cette possibilité. Et lui non plus, apparemment. Les mots sortirent tous seuls de sa bouche, et je luttai contre les larmes. Il avait enfin réussi à m’émouvoir. Je prenais conscience du fait qu’il n’était pas devenu un être dénué de sensibilité, à la manière des autres célébrités. Il était toujours celui que j’aimais au plus haut point. J’avais eu l’impression que sa richesse et son succès corrompraient notre relation. Qu’il refuserait de me faire une place dans sa nouvelle vie. J’étais tellement banale et sans intérêt, du point de vue des stars du cinéma. Je me rendais compte qu’il s’en moquait et qu’il recherchait la vérité. Il ne prenait pas en compte mon tour de poitrine. Il n’ordonnerait pas à Gabriel de se mettre sur son trente et un pour aller à l’école. « Il ne mériterait pas que tu lâches prise si facilement. C’est une perle. Il me fait souvent penser à toi, d’ailleurs ». Répliquai-je, à présent convaincue du fait qu’il ne souhaitait pas faire disparaître son âme d’enfant.

Lui-même avait préservé sa simplicité. La chaleur se répandit dans mon organisme lorsque pour la première fois en huit années, il m’avoua son ressenti. Du moins, à demi-mots. Des mots que j’avais toujours rêvé d’entendre. « Ta petite sœur. C’était une relation très incestueuse, dans ce cas-là. Je comprends ce que tu veux dire. Du moins, je l’espère ». Oui, je savais qu’il était mon Trenton, et que j’étais probablement sa Ayli. Ce qui nous unissait était au-delà de l’amitié. Au-delà de l’amour. Une relation bien à nous, en quelque sorte. « Mais je n’ai jamais été attirée par ce genre de type. Et de quel droit as-tu osé prendre ce genre de décisions à ma place ? ». Pestai-je à voix haute. « Je ne veux pas que tu sois cet homme. Je veux que tu sois toi ». Je n’avais toujours eu d’yeux que pour lui. Je ne cherchais pas à me caser avec l’homme parfait. Je voulais construire une relation solide avec mon âme sœur. Celui qui était capable de m’envoyer des décharges électriques, sans effectuer le moindre geste. C’était le cas, à présent, et j’acquiesçai d’un signe de tête. « Tu veux dire dîner aux chandelles et tout ce qui va avec ? Je devrais pouvoir m’y faire ». Mettre ma rancœur de côté, le temps d’une soirée. En espérant qu’elle finirait pas disparaître une bonne fois pour toute.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Lun 3 Mar - 23:04

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Pour la première fois depuis que nous nous étions "retrouvés", il me semblait que l'atmosphère était vraiment très détendue. Et ça faisait un bien fou, pour sûr. je craignais un peu moins, à présent, qu'elle ne se montre froide ou carrément agressive à mon encontre. Elle semblait soudainement plus sereine. Elle semblait même plus ou moins me faire entendre que je pourrais un jour gagner ma place légitime auprès de Gabriel. C'était une chose à laquelle je ne croyais que moyennement, tant elle semblait m'en vouloir et être bien trop proche de notre fils pour pouvoir me laisser ma place de père que je souhaiterais pourtant ardemment occuper. « J'aimerais vraiment apprendre à le connaître ... » Lâchai-je doucement. Et honnêtement, il allait être compliqué pour moi de patienter et d'attendre que ce soit Ayli elle même, qui décide quand ce serait le mieux que je fasse pleinement connaissance avec mon fils. Mais c'était pour son bien à lui, à elle et puis sans doute pour le miens aussi, quelque part. Je ne voulais pas non plus précipiter les choses. Déjà, il fallait que je gagne ma place aux côtés d'Aylina. Mais plus en tant que frère ou meilleur ami cette fois. Je visais plus haut.

Je ris quelque peu quand elle mentionna le côté presque incestueux de notre relation, puisque je venais de dire l'avoir considéré comme ma petite soeur. « Euh oui non, à ce moment là je ne te voyais plus comme telle ... » Remarquai-je en plissant le nez. Non vraiment, le côté inceste c'était pas top du tout. Je grimaçai quelque peu à la réaction de la jeune femme. Bon, elle ne réagissait pas si mal que ça non plus, d'apprendre que j'étais parti dans l'espoir qu'elle puisse rencontrer un homme qui lui correspondrait davantage que moi. Quelqu'un de sérieux et de posé. Ce qui était loin d'être le cas à l'époque. Aujourd'hui, si je n'étais toujours pas plus sérieux, j'étais au moins prêt à me poser vraiment. Avec elle ! « Moi ? Même en sachant que j'ai plus de défauts que de qualités ? Mon incapacité à rester sérieux plus de cinq minutes ? Mes blagues parfois peu drôles, mon penchant pour les fêtes jusqu'à pas d'heure ? Mon goût prononcé pour les dessins animés et mon incapacité à cuisiner ? » Demandai-je en plaisantant ... Tout en étant sérieux. Parce que j'étais tout ça. Un éternel gamin dans le fond. « Ouais ce genre de soirée. Un dîner au restaurant suivit d'une glace au bord de l'eau. Tu serais disponible genre, demain soir ? » Oui, quoi !? J'avais aussi un goût prononcé pour les glaces. Et non, je ne trouvais pas ça bizarre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mar 4 Mar - 19:24

You are the port of my call



J’avais l’impression d’être la pire des ordures. Une gamine capricieuse qui faisait passer ses besoins avant ceux des autres. Je n’oublierais jamais ces quatre années. Toutefois, je savais pertinemment qu’il ne méritait pas que je contrôle son existence. Que je le prive de Gabriel pour le restant de ses jours. Je prenais sur moi. Je laissais entendre qu’un rapprochement serait sans doute envisageable. Je ne pourrais pas lutter éternellement. Trenton était son père. C’était moi, qu’il avait trahi. Il n’avait jamais voulu faire de mal à notre fils. Et puis, j’étais bien forcée de me rendre à l’évidence. Gabriel avait vraiment besoin d’une figure paternelle aimante. J’étais bien forcée d’admettre que je n’arrivais pas toujours à avoir le dessus sur lui. Les sourires qu’il m’adressait me faisaient fondre. Il était aussi malin que son père. Il jouait de son pouvoir de séduction. Il obtenait tout ce qu’il désirait. Je prenais toujours sa défense, lorsque la mère de Trenton tentait de me faire voir la réalité en face. Tous les enfants se roulent par terre dans les magasins, non ? Non ?

Un peu trop possessive sur les bords, je ne pus m’empêcher de le protéger, avant même qu’il ne l’attaque. « Ne lui brise pas le cœur, s’il te plait. Il est très fragile. Là-dessus, il tient de moi, malheureusement ». J’étais pourtant persuadée que Trenton ferait tout son possible pour le rendre heureux. Notre petit bonhomme. Encore une fois, j’avais parlé sans réfléchir. Je m’en voulais. Mes doigts caressèrent ses lèvres tendrement, tandis que je laissai échapper un léger rire. « Et maintenant ? ». Une meilleure amie avec qui il avait eu un enfant, ou une petite amie potentielle ? Je souhaitais l’entendre me le dire à haute voix. Je me laissai aller à quelques confidences. « Mais je ne veux pas t’empêcher de rêver. Et je n’ai jamais été très mature, moi non plus. Tes petits défauts, je les aime. Tu serais important pour moi, même si tu avais une haleine de phoque. Même si tu dormais en chaussettes. Même si tu avais vingt kilos en trop. Par contre, je ne te pardonnerai jamais d’être parti. Je ne pourrai plus jamais te faire confiance, ou ça sera très long. Est-ce que tu penses que tu tiendras le coup ? ». Je l’aimais. Je l’acceptais tel qu’il était. Toutefois, je n’étais pas capable de tirer un trait sur le passé. Je voulais essayer, néanmoins. C’est pour cela que j’acceptai sa proposition. « Il faut que je vérifie mon agenda…c’est bon pour demain soir. Je me sens capable d’affronter tes groupies. Par contre, le baiser n’aura pas lieu avant le troisième rendez-vous. C’est la règle ». Je n’étais même pas sûre d’être capable d’attendre, mais soit.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mar 4 Mar - 22:41

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Je n'arrivais vraiment pas à envisager sérieusement l'idée qu'Ayli puisse accepter que je joue mon rôle de père auprès de Gabriel. Ou plutôt, je ne pensais pas qu'elle puisse l'envisager, même pour dans quelques temps. Je pensais plutôt qu'il lui faudrait de nombreux mois, avant de commencer à seulement l'envisager. Bref, je me réjouissais de son comportement plutôt positif à ce sujet. C'était un très bon début. Et j'espérais que ce n'était justement encore qu'un début ! Que la suite serait encore meilleure. Et ce, de plus en plus au fil du temps encore. N'était-il pas permit de rêver après tout ? « Je ne ferai jamais une chose pareille, je te le promet ... » Mais vu comme j'avais disparu du jour au lendemain une fois par le passé, j'étais bien capable de recommencer. Enfin non ... Moi je savais que ça ne risquait pas d'arriver puisque je préférerais encore mourir que de me détacher une nouvelle fois de celle que j'aimais ! Mais elle, de son côté, ne pouvait pas lire dans mes pensées. Et puis elle devait bien avoir du mal à me faire confiance. Ou même à juste envisager l'idée de me faire de nouveau confiance un jour. Mais ça, je le comprenais parfaitement et n'aurais jamais dans l'idée de le lui reprocher. Je savais déjà qu'il allait lui falloir un temps fou avant de pouvoir un tant soit peu me faire confiance. Mais j'étais prêt à attendre le temps qu'il faudrait ... Parce que je l'aimais et que, forcément, ça avait son importance ... « Maintenant ? maintenant je te vois comme une femme incroyable, avec laquelle j'ai envie d'avoir une relation sérieuse. » Je faillis dire "amoureuse" mais songeai qu'il était trop tôt pour lui avouer carrément mes sentiments, les vrais, que j'avais pour elle.

Je ne me sentais pas encore le courage de passer une telle étape. Même si dans le fond, je me doutais bien que ça dénouerait bien des soucis et arrangerait pas mal de problèmes. Mais c'était plus fort que moi. J'avais encore un peu peur qu'elle ne change d'avis et ne me rejette pour x raison. Un faible sourire flotta sur mes lèvres quand elle me fit part du fait que je serais tout autant important pour elle, même si j'avais quelques autres défauts qu'elle me cita. Et quand elle mentionna l'histoire de la confiance, justement, je soupirai quelque peu et vins poser une main sur sa joue pour caresser de mon pouce avec tendresse. J'étais prêt à tout vivre et tout subir, tant que je pouvais la garder ... « Ca prendra le temps que ça prendra, mais je gagnerai de nouveau ta confiance, un jour. » Lui promis-je doucement. « Je pense pouvoir supporter beaucoup de choses. Tu peux même me faire implanter une puce pour pouvoir me garder à l'oeil si tu le veux. » Plaisantai-je, pourtant à moitié sérieux. Non mais plus sérieusement, elle pourrait être jalouse et possessive, que je n'aurais que ce que je méritais ! « Quoi ? Hein ? Non mais ... Non mais ça ne compte pas, puisque nous n'avons pas fais les choses dans le bon ordre. Sérieusement je veux dire ... Ou alors il faut que je t'invite à déjeuner à midi, à boire un café à seize heures et enfin à dîner le soir. Comme ça on a nos trois rendez-vous dans la même journée ! » Emis-je comme idée totalement stupide, avant de laisser errer mon regard sur ses lèvres. Non vraiment pas tenir. Et là, rien qu'à regarder sa bouche, je passai inconsciemment la pointe de ma langue sur mes lèvres. Non vraiment, je n'allais pas tenir ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mer 5 Mar - 22:19

You are the port of my call



J’avais perdu tous les membres de ma famille, les uns après les autres. Mon père m’avait enseigné de nombreuses leçons de vie. Toutefois, il ne m’avait jamais appris à pardonner, à construire une relation sérieuse avec quelqu’un, à faire confiance. J’aurais donné ce que j’avais de plus cher, pour les ressusciter et recevoir leurs merveilleux conseils. Pour les avoir à mes côtés. Leur présenter les deux hommes de ma vie. Pleurer sur leurs épaules. Leur demander ce qu’ils pensaient de Trenton. Est-ce que je prenais la bonne décision, en lui confiant Gabriel le temps d’une demi-journée ? Fallait-il que je le chasse de notre vie, une bonne fois pour toutes ? En y réfléchissant, j’étais seule au monde. Je ne pouvais quand même pas me réfugier dans les bras de sa propre mère, et lui demander son avis. Elle ne serait pas très objective. Elle me supplierait de laisser une nouvelle chance à son fils. Ils avaient toujours entretenu une relation fusionnelle. Je ne pouvais pas leur reprocher cela. Bien au contraire, je les comprenais mieux que quiconque. Je me focalisais toujours sur Gabriel, en tant que mère célibataire. J’aurais agi ainsi, même si Trenton était resté à nos côtés. J’en étais convaincue. Il était mon rayon de soleil. « Tu n’as pas intérêt. Je t’ai frappé une fois. Je peux recommencer ». Le menaçai-je, d’une moue rieuse. Je n’étais pas violente de nature. Qui plus est, j’avais la force d’un moineau. Je serais incapable de le blesser. De toute façon, je n’en avais pas l’intention.

J’estimais qu’on avait la capacité de régler nos problèmes sans user de ce type de stratagèmes, en tant qu’adultes pacifistes et responsables. Enfin, pas trop quand même ! J’avais cinq ans d’âge mental. Je le regardai avec de gros yeux ronds lorsqu’il tira des plans que la comète. « Une relation sérieuse ? Métro, boulot, dodo ? Ce n’est pas pour moi ». Je réprimai un soupir de béatitude. En vérité, j’avais toujours voulu qu’il me fasse de telles propositions. Mais pas par devoir. Par amour. Eprouvait-il ce genre de sentiments à mon égard ? Je n’osais pas lui demander. Il se mettait à nu devant moi. Il essayait d’arranger les choses. Je ne pouvais pas tout exiger de lui. Et je vivais toujours dans la crainte qu’il change d’avis et me tourne le dos. Que mes sentiments ne soient pas partagés. « J’espère. J’en ai vraiment marre d’être en colère ». Vrai. J’étais une fleur fragile qui ne supportait même pas des allusions de violence. Ainsi, les mots que je prononçai…« Si je fais ça, je vais être arrêtée pour tentative de meurtre. Je n’aime pas la façon dont elles te regardent ». Ils ne me ressemblaient pas. Je ne les pensais pas. A bien y réfléchir, j’aurais peut-être été capable d’insulter ses groupies, si elles avaient franchi les limites. J’étais un peu terrifiée, à l’idée de les croiser en cours de route. Je ne voulais pas faire la une des magazines, qui plus est. D’un autre côté, j’étais prête à faire des sacrifices, pour passer plus de temps avec Trenton. J’acceptai sa proposition sans rechigner. « Va pour trois repas. Je passerai te voir quand tu seras en plein tournage, histoire de marquer mon territoire ». Un point partout. D’une main maladroite, je caressai sa joue, avant d’y déposer un baiser. Novice sur les bords, je ne savais plus quoi faire. Quoi lui dire. Je devais sans doute lui rendre sa liberté, le temps d’une soirée, non ? « Donc…à demain midi…bonne nuit ? ».



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Jeu 6 Mar - 18:30

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


J'étais heureux et soulagé de constater que les choses pouvaient encore rentrer dans l'ordre entre Aylina et moi. Oh, bien sûr, il allait quand même falloir un peu de temps avant qu'elle ne parvienne à me pardonner tout à fait. Mais du temps, j'étais prêt à lui en accorder autant qu'elle le souhaitait. Tout simplement parce que j'étais vraiment prêt à tout pour elle. Et même plus encore, si tant est que ça soit possible. En tout cas, je commençais tout juste à éprouver cette folle sensation de bonheur, en la retrouvant peu à peu comme je l'avais quitté ou presque. C'était juste incroyablement bon et je ne voulais surtout pas que l'on s'arrête en si bon chemin. J'osais donc espérer que c'était pour de bon. Que tout n'allait pas prendre fin de façon brutale, comme ça avait été le cas la première fois. « Mais peut-être que j'aime ça, quand tu me frappes ... » Je lâchai assez soudainement, en lui adressant un regard taquin et coquin à la fois. Bon ok, non, je n'aimais pas l'idée d'être frappé. Mais je devais tout de même bien admettre que d'éventuelles morsures ou ongles plantés dans la chaire, pendant l'acte, ça ne me dérangeait pas du tout. Tout au contraire même !

Je roulai des yeux à l'idée qu'elle semblait se faire d'une relation sérieuse. Non mais vraiment, on aurait tout entendu ! « Bon sang non ! De toute façon, je n'ai pas un métier qui permet ce genre de vie là. » Lui fis-je remarquer sur un ton entendu. « Par relation sérieuse, j'entends ... Une relation sérieuse quoi. Je ne peux pas te donner une définition exacte, puisque je n'ai jamais tenté un truc pareil. » M'exclamai-je ensuite, presque perturbé par tout cela. Bon déjà, je pensais à la fidélité pour commencer. Parce que oui, je savais que j'étais parfaitement capable d'être fidèle avec elle. Même si je ne le lui avais pas encore avoué, je l'aimais. Et forcément, ça changeait tout. « Elles ne font que regarder ... » Tentai-je maladroitement, sans pour autant savoir comment m'y prendre pour la rassurer tout à fait. Juste avant que nous ne nous mettions d'accord pour trois rendez-vous dans la même journée. Histoire d'accélérer les choses. Je ne pourrais tenir plus longtemps ! Et l'idée qu'elle parte pour la nuit, me fit tiquer. Je soupirai doucement avant de faire la moue. « T'es sûre de pas vouloir rester cette nuit ... ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Jeu 6 Mar - 23:33

You are the port of my call



Une plaisanterie qui n’eut pas vraiment l’effet escompté. Mon visage se tordit en une grimace. Une scène à jamais gravée dans ma mémoire. Celle de nos retrouvailles. Si on pouvait appeler cela des retrouvailles. J’avais fait saigner son cœur. J’avais poussé des cris de rage. En lui donnant un coup de poing dans le ventre, j’avais vraiment agi comme la pire des crapules. Imperméable à ce que je pouvais ressentir, il me l’avait bien fait comprendre. « Tu ne m’as pas fait cette impression, quand on s’est croisé sur le plateau de tournage ». Je ne tenais pourtant pas à revenir là-dessus. Le mal était déjà fait. Je devais arrêter de faire machine arrière. Il était préférable d’imaginer ce que l’avenir nous réservait. A vrai dire, je n’en avais strictement aucune idée. « Alors quelle vie pourrais-tu nous offrir ? ». Lui demandai-je, penaude. Je ne savais pas du tout à quoi ressemblait la vie d’un réalisateur. En réfléchissant bien, j’étais prête à faire beaucoup de sacrifices, si Gabriel trouvait le bonheur au final. Pudique, il ne se livrait jamais à moi. Il me posait rarement des questions sur son père. A croire qu’il craignait que je fonde en larmes par sa faute.

Des peurs qui disparaitraient si Trenton prenait une place importante dans sa vie. Encore fallait-il que je parvienne à chasser la colère qui montait parfois en moi, en sa présence. Encore fallait-il qu’il réussisse à regagner ma confiance. Ce n’était pas gagné. En tant que réalisateur, il était très adulé. Un peu trop, à mon goût. J’étais assez jalouse de nature, et j’avais des milliers de rivales à éradiquer. Je ne voulais pas ressembler à une pauvre malade, qui regarderait le téléphone de son mari avec suspicion. Je ne voulais pas non plus me promener avec un sac sur la tête, histoire de fuir une horde de paparazzis. Et pourtant, j’étais en train d’emprunter ce chemin. Quoi que…visiblement, il ne collectionnait plus les relations d’un soir. Il n’avait jamais construit de relation sérieuse avec qui que ce soit. « Ah…ah…», lâchai-je, surprise. Avant de pousser un soupir de soulagement. Je n’aurais pas supporté l’idée qu’il soit tombé amoureux d’une autre femme. Je ne voulais pas non plus l’imaginer dans le lit d’une autre femme. « Tu n’as jamais mis une ou deux groupies dans ton lit ? ». Je me mordis la langue aussitôt. Non, je ne voulais pas le savoir. Les mots étaient sortis brutalement de ma bouche. J’étais sur le point de me lever lorsqu’il me stoppa dans mon élan, ce qui me fit sourire. Je n’avais pas du tout envie de m’en aller. N’avait-il pas exigé qu’on recommence à zéro ? Peu importait. « Ce n’est pas un peu…précipité ? Et puis je pourrais devenir insupportable. Voire matérialiste. Tu n’aurais pas un jacuzzi, par hasard ? ».



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Ven 7 Mar - 17:37

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Je fis la moue, sans rien répondre au sujet de ce coup qu'elle m'avait flanqué. Un geste d'une rare violence et hautement surprenant venant d'elle. Mais en un sens, c'était peut-être juste mérité. Dans le fond, j'avais vraiment mal agis en disparaissant comme je l'avais fais. Alors je ne pouvais aujourd'hui que m'en prendre à moi même. Donc pour sûr, je ne lui en voulais pas pour ça et c'était presque déjà oublié ! parce qu'il le fallait. C'était le mieux pour continuer d'avancer. Et comme je voulais qu'on avance à deux, c'était encore mieux. « Je sais que tu n'es pas matérialiste et tout ça ... Mais vous seriez tous les deux à l'abris du besoin. Entre autres. Et puis on voyage pas mal dans mon métier. Vous découvririez le monde avec moi. » Enumérai-je, plongé dans d'intenses réflexions ou presque. Je pensais vraiment que tout cela pourrait leur convenir et leur plaire à tous les deux. J'espérais qu'elle ne m'en voudrait pas de mentionner le côté argent. Ce n'était aucunement une façon de les acheter tous les deux. Et j'espérais qu'elle s'en rendait tout de même compte. C'était vraiment important pour moi. Et puis on ne pouvait nier que c'était une excellente chose, que d'avoir de l'argent !

Il fut bientôt de nouveau question des femmes autour de moi. Plus précisément ,de toutes celles qui rêvaient de finir dans mon lit. Je lui fis finalement remarquer qu'elles ne faisaient que regarder. Pure vérité. Aucune de mes fan n'avait jamais terminé sa nuit dans mon lit. Je n'étais pas intéressé. Je n'aurais pas supporté cette impression de tout simplement profiter de mon statut de personnalité connue. Et de toute façon, je n'étais plus le coureur de jupons que j'avais jadis été. Finalement, je n'avais même pas profité de ma notoriété, puisque j'avais changé juste peu de temps avant d'être connue. « Je ne suis pas le genre à profiter de sa notoriété. Si j'avais été connu quelques années plus tôt, peut-être que oui. Mais depuis ... Depuis nous, non. » Lui avouai-je sans l'ombre d'une hésitation. Quitte à aller de révélation en révélation, autant le faire vraiment et y aller jusqu'au bout. Tant pis si elle finissait par se foutre de moi et de tout ce que je pouvais lui avouer. J'acceptais de prendre un tel risque. « C'est peut-être un peu précipité ... Mais je n'ai pas envie de te voir quitter cette villa ce soir. » Répondis-je doucement, en laissant courir mon regard sur son visage. « Et oui j'ai un jacuzzi. Un grand, grand jacuzzi ... Appelons ça un caprice de star ... » Répondis-je ensuite d'une voix caressante, en laissant le bout de mes doigts courir sur son ventre nu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Sam 8 Mar - 0:28

You are the port of my call



J’avais l’impression d’avoir refroidi l’ambiance en commençant à débattre sur des évènements passés. Et pour preuve, il ne prit même pas la peine de me répondre. Je ne lui en voulais pas. J’avais encore gaffé. C’était dans des situations comme celle-ci, que je prenais vraiment conscience de notre différence d’âges. Il réussissait toujours à prendre le recul nécessaire. Il changeait de conversation pour ne pas envenimer les choses. Lorsqu’il se mit à parler de notre avenir, il creusa un fossé considérable entre nous. J’espérais avoir la capacité de lui redonner une nouvelle chance. Toutefois, je me rendais compte qu’aujourd’hui, nous marchions dans des directions opposées. J’étais une simple assistante sociale, qui n’avait pas la possibilité de voir le monde. Une employée de bas étage, coincée entre ses quatre murs. Et pourtant, cette vie-là me convenait. Je n’avais pas du tout l’intention de démissionner. J’aimais mon métier. J’avais toujours ressenti le besoin d’aider les autres. Les individus qui, financièrement, étaient dans une impasse. Ils n’avaient pas connu de ‘Trenton’ susceptible de les épauler. Je les comprenais mieux que quiconque. Sans doute parce que je m’étais retrouvée dans la même galère. Après avoir appris le décès de ma tante, j’étais partie sans un sous en poche. Je ne souhaitais à personne d’osciller entre tristesse et désespoir. Je souhaitais aussi aider les jeunes mamans à devenir plus indépendantes. Le départ de Trenton m’avait profondément affectée. Il était parti du jour au lendemain. Il n’avait pas pris la peine de vérifier si mon réfrigérateur était rempli. Si j’avais assez d’argent pour régler mes factures. Certes, j’avais trouvé un travail.

Néanmoins, sa simple présence me sécurisait. Pleine d’amertume, j’en étais arrivée à la conclusion selon laquelle tout pouvait s’effondrer du jour au lendemain. Ainsi, je passais la majeure partie de mon temps à aider les plus démunis. J’avais été bien contente de trouver la mère de Trenton. « Je n’ai pas beaucoup de jours de congés, par contre. Je n’ai pas le boulot le plus arrangeant du monde. Et je ne veux pas de ton argent. Je t’en dois déjà beaucoup. Je ne veux pas profiter de ta situation ». Non, je préférais toucher mon salaire misérable et rester dans mon cinquante mètres carrés. Pour l’instant, du moins. Et je craignais vraiment qu’il soit rendu à l’autre bout du monde tous les quatre matins. J’essayai d’arrêter d’y penser. Nous n’avions rien entamé, de toute manière. Je rebondis sur sa remarque à propos des autres femmes. A quoi étais-je en train de jouer ? A croire que je voulais tester sa fidélité, avant même que nous nous mettions en couple. « Même s’il s’agissait d’une magnifique brune aux yeux noisettes ? ». Un sourire s’étira sur mes lèvres lorsqu’il alla directement à l’essentiel. « C’est intéressant, puisque je n’ai aucune envie de partir ». Non, je n’avais pas envie de passer la soirée à me morfondre. L’attente serait interminable. Son geste m’extirpa de mes pensées. Une caresse subtile qui me fit perdre le nord. « Hum…il vaut mieux que tu évites de faire ça. On y va ? Je ne dirais pas non à un verre de champagne ».



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Sam 8 Mar - 13:49

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


J'étais bien conscient que, désormais, nos vies étaient vraiment à l'opposé l'une de l'autre. Pour autant, j'osais espérer que nous pouvions faire en sorte de les rapprocher et les faire se lier davantage. Parce que je savais que je ne pouvais plus vivre sans elle, qu'elle était essentielle à ma survie en un sens. Aussi étrange et excessif que cela puisse paraître. Je ne me sentais tout simplement pas capable de vivre plus longtemps sans elle. « Il n'est pas question de profiter de mon argent Lina. Mais en tant que couple, on partage tout, non ? Et il n'était pas non plus question de te faire abandonner ton emploi, si c'est ce que tu étais en train de penser. » Soufflai-je doucement, sans la quitter du regard. Je pouvais aussi comprendre son besoin d'indépendance et son envie de travailler, là n'était pas la question. Simplement, si on devait s'installer un jour ensemble, je ne me sentais pas le courage ou même l'envie d'aller vivre dans un petit appartement. J'avais réussis ma vie et avais aujourd'hui les moyens de m'installer dans un truc plus grand et plus rempli. Alors pourquoi me priver ? Certes, ça lui profiterait aussi par le même coup. Mais il allait bien falloir qu'elle s'y fasse parce que moi je tenais sincèrement à ce que l'on vive un jour ensemble, tous les trois.

Un bref instant plus tard, Aylina ne dissimula pas sa jalousie grandissante. D'un côté, je pouvais comprendre ses craintes. Elle s'inquiétait du fait qu'avec ma notoriété, certaines femmes tournaient beaucoup autour de moi. Mais le fait est que je n'étais amoureux que d'elle et que je ne serais jamais assez idiot pour tout gâcher en allant voir ailleurs. C'était tout bonnement impossible ! « Rien à foutre de toutes les brunettes de la terre, de toutes les rousses, de toutes celles qui ne sont pas toi. Je te veux toi, point. » Lui répondis-je avec une passion folle, en affichant un sourire taquin. Non vraiment, aucune autre femme ne me tentait. Depuis que nous avions partagé cette nuit de folle passion, je ne m'intéressais pas même à beaucoup de femmes. Preuve en était la réduction flagrante de mon nombre d'aventures éphémères. C'était elle que je voulais. Depuis bien longtemps maintenant. Et ça n'allait pas changer du jour au lendemain. Je souris de façon amusée quand, à la caresse de mes doigts, elle me fit remarquer qu'il valait mieux que j'arrête ça. Je fis mine de ne pas l'avoir entendu et laissai courir le bout de mes doigts, sur sa peau. Je remontai ainsi le long de son buste et passai dans la vallée de ses seins, avec naturel. « Tu veux vraiment du champagne ? Ou tu fais ça pour me tester ? » Demandai-je, sourcils arqués. Avant de m'emparer de ses mains et quitter le canapé en l'entraînant avec moi. Une fois debout, je vins coller mon corps contre le sien, l'air de rien, mon buste contre le sien et sa poitrine contre mon torse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Sam 8 Mar - 21:02

You are the port of my call



J’avais l’impression que mon cerveau fonctionnait à vive allure. J’étais déjà en train de me demander qui devrait régler les factures. Je n’avais pas les moyens de vivre dans une villa de rêve. J’étais parvenue à m’assumer toute seule. Je ne souhaitais pas faire machine arrière et faire en sorte que tout repose sur les épaules de Trenton. Quelque part, j’avais appris de mes erreurs. Si nous étions en train d’enterrer la hache de guerre, je ne voulais pas précipiter les choses. J’avais besoin de me convaincre que je prenais les bonnes décisions. J’avais besoin de prendre l’air, de réfléchir, d’évacuer toute cette tension accumulée. Il avait raison. En amour, on partageait tout. Eprouvait-il ces sentiments, à mon égard ? Etais-je capable de lui apporter cette stabilité ? Je n’avais jamais vécu avec Jason. Et pourtant, il ne m’avait jamais tourné le dos du jour au lendemain. Finalement, nous étions à égalité là-dessus. Je n’avais jamais construit de relation vraiment sérieuse. Et j’avais été forcée de trouver une routine, sans lui à mes côtés. Je devais vraiment être sûre de nous, avant de m’engager véritablement. Pire que tout, je devais en éprouver l’envie. Que ferait-on, si la magie finissait par retomber ? « Nous sommes amis, pour le moment ». J’haussai les épaules en feignant le détachement le plus total. Je n’en pensais pas un mot. Je l’aimais.

Toutefois, c’était une manière de lui suggérer de caler son rythme sur le mien. Je lâchai un rire à sa remarque. « Je vais finir par croire que tu es tombé amoureux de moi ». Fis-je, l’air de rien. J’espérais qu’en le provoquant, j’obtiendrais enfin la réponse à ma question. Il pouvait très bien me jurer fidélité dans l’optique de respecter Gabriel. Je l’avais surnommé ‘le coureur de jupons’, à une période. Toutefois, je ne l’avais jamais associé à ces ordures qui salissaient la mère de leur enfant en permanence. Il m’avait abandonné. Toutefois, pendant quatre années, il s’était montré respectable. En réfléchissant bien, il s’adonnait souvent à des pratiques peu catholiques. La preuve, je gémis légèrement sous le contact de ses mains expertes. J’encerclai mes bras autour de sa taille et lui volai un baiser, pressant mon bassin contre le sien. « Bien sûr. Rejoins-moi dans le jacuzzi avec les deux verres. Si je ne me perds pas en cours de route. C’est gigantesque. Je me sens plus à l’aise dans mon taudis ». Riai-je avant de lui adresser un regard lourd de sous-entendus, et de filer en direction du couloir. Je jetai quelques coups d’œil par ci par là, à la recherche des traces de notre passé. Sans grand succès. Lorsque j’atterris dans la salle de bain, je fis couler l’eau en l’attendant et fredonnai une chanson débile.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Sam 8 Mar - 22:48

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Amis ... Nous n'étions qu'amis pour le moment, selon elle. Oui certes ,c'était une façon de voir les choses. Ce n'était clairement pas ma préférée. Mais soit. A quel moment nous considérerait-elle comme un couple ? Après nos trois rendez-vous ? Ou bien plus tard ? Si on devait attendre qu'elle me fasse de nouveau confiance, pour pouvoir trouver ce statut de couple, ce n'était sans doute pas prêt d'arriver. Ce n'était pas que j'avais une hâte folle ... Enfin si un peu tout de même. J'étais fou d'elle. Alors forcément, je serais fier de pouvoir la présenter comme ma petite amie. Mais pas forcément dans les magasines, précisons le. Parce que je n'étais pas certain qu'elle éprouve la véritable envie d'être vu dans les potins de ce genre .Surtout qu'ils s'en donneraient à coeur joie, dès lors, pour tout raconter. Et même m'inventer des aventures, à n'en pas douter. Parce qu'ils semblaient beaucoup aimer détruire la vie des "stars". « Certes ... » Répondis-je seulement, en souriant faiblement. Avant de me figer quand elle émit l'idée que j'étais amoureux d'elle. J'ignorais comment prendre ses paroles. Est-ce qu'elle tournerait mes sentiments à la blague si elle réalisait que c'était le cas, que j'étais bel et bien fou amoureux d'elle ? Ou apprécierait-elle de le savoir ? C'était difficile de le savoir. Et je craignais beaucoup trop l'idée qu'elle se moque de moi, pour le lui dire tout simplement et sans hésitation aucune. « Ce serait si bizarre que ça ? » Tentai-je l'air de rien, pour savoir ce qu'elle pensait de cette idée. J'espérais être rassuré. Parce que si elle trouvait ça hilarant, ça voudrait dire que de son côté elle ne risquait pas d'éprouver ça pour moi.

Un instant plus tard, debout l'un contre l'autre, je profitais de la chaleur de son corps contre le mien, alors qu'elle enroulait ses bras autour de moi et déposait un baiser sur mes lèvres. Ce qui me fit doucement soupirer d'aise. J'aimais le moindre des contacts entre nous. Je la suivis du regard quand elle s'éloigna, laissant volontiers mon regard errer sur son postérieur. Magnifique vision que voilà. « Je collerai des étiquettes sur chacune des portes, pour ta prochaine visite. » Répondis-je sur un ton distrait, sans parvenir à détourner mon regard de son corps aux courbes alléchantes. Ce ne fut que lorsqu'elle disparut au détour d'un couloir, que je retombai sur terre. Un bref soupir plus tard, je filai en cuisine pour récupérer une bouteille et deux coupes. Avant de la rejoindre dans la salle de bains principale. Je posai l'ensemble par terre à côté du jacuzzi, avant de venir me coller à son dos, enroulant mes bras autour de sa taille. Et pendant que l'eau coulait, je m'amusais à laisser mes lèvres au creux de son cou, parfois mes dents qui taquinaient sa peau délicate.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 9 Mar - 18:56

You are the port of my call



J’avais une longueur d’avance sur toutes les hystériques qui tournaient autour de Trenton. Je lisais en lui comme dans un livre ouvert. J’avais passé quatre années à décortiquer toutes ses mimiques. Ainsi, je devinai très vite que quelque chose n’allait pas. « Est-ce que tu m’en veux ? ». Lâchai-je en grimaçant. Et pourtant, j’avais du mal à regretter mes paroles. Elles étaient fondées. Il était censé me faire la cour convenablement. Nous avions fait les choses à l’envers, incapables de réprimer nos envies. Et si c’était à refaire, je le referais sans hésiter. Je n’étais pourtant pas accro au sexe. J’avais attendu plusieurs mois, avant de passer à l’acte avec Jason. Je m’étais toujours vantée de ne jamais être confrontée à des espèces de montées d’hormones. J’étais peut-être un peu trop sentimentale, mais je plaignais les femmes qui collectionnaient les aventures sans lendemain. Elles passaient peut-être à côté d’une belle histoire. Et puis nous n’étions quand même pas des animaux. A présent, je comprenais mieux ce phénomène. Trenton était le seul à pouvoir me faire grimper au rideau. J’étais devenue dépendante du plaisir qu’il me prodiguait. Je l’aimais, certes, mais j’apprenais également à aimer les activités qui pouvaient se pratiquer dans un lit. Souhaitais-je l’avoir comme amant ? Certainement.

Néanmoins, j’espérais quand même qu’on pourrait construire une relation plus solide. J’avais toujours le même souhait –qu’il regagne ma confiance et qu’on essaye enfin d’être heureux-. Je ne voulais pas qu’on se précipite. Je voulais également être certaine que mes sentiments étaient partagés. « Je t’ai connu il y a huit ans. Je suppose que tu me l’aurais déjà dit depuis longtemps, si c’était le cas ». Tentai-je en feignant l’innocence. Dans un sens, j’avais raison. Il avait eu des centaines d’occasions. Il ne m’avait jamais avoué ce qu’il éprouvait pour moi. J’exagérais peut-être. Je m’étais montrée très mystérieuse, moi aussi, lorsqu’on parlait de notre relation. Pourtant, mes gestes me trahissaient. Bien rapidement, je l’invitai dans la salle de bain, une expression aguicheuse sur le visage. J’espérais bien que ma nudité le pousserait à vouloir combler son appétit. Un bruit de succion parvint à mes oreilles. J’haletais lorsque je me rendis compte que le jacuzzi était plein. « Viens…. ». Lui ordonnai-je en prenant place dans la baignoire. Lorsque le jet hydro massant entra en contact avec ma zone sensible, je ne retins pas mes gémissements de plaisir. « C’est très agréable ». Le provoquai-je gentiment.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 9 Mar - 22:32

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Elle était vraiment douée pour lire en moi avec facilité. Je m'en rendis pleinement compte, quand elle me demanda si je lui en voulais. Inutile de lui demander ce qui lui faisait dire ça. Je devinais sans aucun mal, qu'elle avait senti que ses paroles avaient eut un impacte certain sur moi. Mais de là à lui en vouloir ... C'était impossible. Raison pour laquelle je souris avec tendresse, en plantant mon regard dans le sien. « La seule personne à qui j'en veux aujourd'hui, c'est moi. Parce que si j'avais agis en adulte il y a quatre ans, nous n'en serions pas là aujourd'hui. » Remarquai-je d'une voix douce, avant de venir lui voler un bref baiser. C'était juste plus fort que moi. Amis selon elle, peut-être. Mais je n'allais pas parvenir à me tenir loin de ses lèvres bien longtemps, c'était certain. J'espérais donc sincèrement qu'elle n'allait pas me faire le coup de sérieusement me priver de ça. Le moindre contact physique entre nous, était important pour moi. J'en étais déjà sacrément dépendant. Un instant plus tard, elle me parlait sentiments amoureux. Et là, je ne su plus trop ce que j'étais supposé dire. J'avais peur de faire un faux pas.

Et en même temps, devais-je faire mine de ne pas l'aimer alors que j'étais fou d'elle depuis longtemps ? « Lina ... Si je n'avais pas de sincères sentiments pour toi, penses-tu vraiment que j'aurais changé, concernant les aventures, pendant ces quatre années ? Que je serais là aujourd'hui et prêt à tout pour te reconquérir ? Si je n'avais pas des sentiments pour toi, penses-tu que j'aurais fais ce que j'ai fais il y a quatre ans, en disparaissant ? Ce que tu prends pour de la lâcheté, ou je ne sais quoi, je l'ai vécu comme un sacrifice douloureux ... » Finis-je par lui avouer doucement. J'étais de moins en moins hésitant quant à savoir si je devais lui révéler ou non mes sentiments. Sans doute tout simplement parce que je prenais peu à peu confiance devant le fait qu'elle ne les tournait pas à la dérision. De provocation en provocation, nous finîmes par nous retrouver devant le jacuzzi. Et quand elle y prit place en m'invitant à le faire, je ne perdis pas de temps à la rejoindre, regard plongé dans le sien. J'eus bien du mal à avaler ma salive, quand elle laissa échapper des gémissements. Bien vite, je me retrouvai tout contre elle et m'emparai de ses lèvres avec fougue. « Bon sang, j'ai tellement envie de toi. Encore ... » Soufflai-je en attrapant le rebord de la baignoire d'une de mes mains, avant de glisser l'autre le long de son dos, pour finalement refermer mes doigts autour de sa fesse, et attirer son bassin contre le mien, avec fermeté, mon désir ne tardant pas à se manifester.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Lun 10 Mar - 18:51

You are the port of my call



Je poussai un léger soupir de soulagement en entendant sa remarque. Je n’aurais pas supporté l’idée qu’il soit triste par ma faute. Probablement trop gentille, je présentais toujours mes excuses aux personnes qui m’avaient blessé, et que je blessais en retour. Je n’étais pas le genre de personne qui restait fâchée durant plusieurs semaines consécutives. J’aimais bien trop les gens qui m’entouraient pour me permettre de leur faire du mal. Pire encore, j’avais toujours l’impression d’être la fille de Satan en personne, lorsque je leur passais un savon. Trop naïve de nature. Trop innocente. J’étais un rayon de soleil. J’avais le pouvoir d’illuminer un monde apocalyptique par le biais d’un simple sourire. Je n’exagérais pas. Je ne cherchais pas à m’envoyer des fleurs. Bien au contraire, je savais que je n’étais rien d’autre qu’une ‘bonne poire’. Cependant, je savais m’opposer lorsque les circonstances l’exigeaient. Et Trenton m’avait brisé le cœur. « Je ne devrais pas remuer le couteau dans la plaie mais c’est vrai que tu as agi comme un con… ». Par réflexe, je plaquai une main sur ma bouche. J’avais vraiment la dernière des dernières. Je ne pouvais pas m’empêcher de la ramener. Ma rancœur à son égard était sans limites.

J’aurais voulu l’effacer, pourtant. Il ne faisait que l’alimenter. J’étais heureuse, qu’il me révèle ses sentiments, et j’avais même envie de faire la danse de la joie. De le remercier. De succomber à son charme et de me jeter à ses pieds en lui avouant qu’ils étaient partagés. Mais j’aurais voulu qu’il le fasse plus tôt. Qu’il prenne le téléphone et qu’il me demande pardon. Il ne l’avait pas fait. Quatre ans, c’était long. Il m’en avait fait voir de toutes les couleurs. Les yeux gonflés, j’avais fait peine à voir. « Si je ne t’avais pas croisé sur ce plateau de tournage, tu n’aurais jamais pris de mes nouvelles. Je trouve ça un peu facile. Tu ne m’as jamais laissé d’adresse. Tu n’as même pas passé un seul coup de fil. Tu ne t’es jamais soucié de moi, pendant ces quatre dernières années. Tu ne m’as jamais demandé comment j’allais. Si j’avais assez d’argent pour manger. Tu t’en moquais, au fond. Sinon tu te serais manifesté ». Grognai-je amèrement. Je ne fus pas assez méprisante. Je ne refusai pas son baiser. Au contraire, j’attrapai ses mains timidement. «Désolée. J’ai du mal à te croire. Mais je ne veux pas m’en aller. Et je ne veux pas qu’on annule nos rendez-vous ». Il était difficile de me suivre. Je changeai brutalement d’attitude. Très vite, dans le jacuzzi, ma langue joua avec la sienne, tandis que je pressai davantage mon bassin contre le sien. Je fis en sorte que son organe de plaisir se frotte contre mon intimité, puis se presse contre mon fessier. Un soupir de bien être s’échappa de mes lèvres. « Assouvis tous tes fantasmes. Fais de moi ta prisonnière. Je ferai tout ce que tu demanderas ».



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Lun 10 Mar - 19:58

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Au cas où j'aurais oublié que j'avais agis comme le dernier des cons, Aylina semblait prendre un malin plaisir à me le rappeler, encore et encore. Je ne pouvais pas vraiment mal le prendre, parce que j'avais quand même bien cherché. Et aujourd'hui, je n'avais que ce que je méritais. Mais ça faisait quand même mal à entendre, que je le veuille ou non. « Comme le dernier des cons, je sais ... » Répondis-je malgré tout, alors qu'elle semblait déjà regretter d'avoir parlé trop vite .Ce n'était pas si grave. Enfin, ça le deviendrait si elle continuait de la sorte, quand même. Je voulais croire que j'étais assez patient pour faire face et résister à toutes ses attaques. Mais rien n'était moins sûr. Plus parce que chaque remarque sa part était douloureuse, que parce que je risquais de m'énerver ou quoi que ce soit de ce genre. Aylina semblait quand même oublier que j'avais également souffert pendant ces quatre années. Mais le lui faire remarquer serait sans doute assez culotté. Alors je taisais ces détails en pensant que ça finirait peut-être par lui passer, un jour ou l'autre, quand la colère et la rancoeur auraient enfin disparu. Parce que ça allait bien finir par arriver, non ?

« Lina, je te l'ai dis ... La seule fois où je suis passée dans le coin parce que j'étais incapable de demeurer loin de toi, je t'ai entendu affirmer à ma mère que tu allais bien et étais plus heureuse sans moi. De quel droit je me serais imposé ? Tout ce que je voulais, c'était que tu sois heureuse. Et tu semblais l'être sans moi ... » Lui rappelai-je doucement. Je ne voulais pas insister là dessus ... Mais il ne fallait quand même pas oublier ces détails que je trouvais, pour ma part, super importants. J'avais voulu revenir et avais même bien commencé. Mais j'avais fais demi tour. Encore une fois, pour son bien. « J'ai pensé à toi, chaque jour que j'ai passé loin d'ici. Et j'ai réalisé que je ne pouvais pas vivre sans toi, quand j'ai manqué mourir. C'est là que je suis revenu comme un dératé ... » Soupirai-je. Je ne tenais pas à détailler sur ma vie de ces quatre dernières années. Mais les faits étaient là en tout cas. Qu'elle daigne ou non y croire. Encore une fois, l'ambiance eut tôt fait de changer quand on se retrouva dans mon jacuzzi, nos langues se livrant une bataille sans merci alors que nos bassins se rencontraient avec ardeur et envie. Elle se retrouva bientôt dos à moi et je conservais mon bas ventre contre ses fesses, ma virilité gorgée de désir, pressée tout contre elle. Je m'emparai de l'une de ses mains, pour la poser sur le bord de la baignoire et entremêler nos doigts. Tandis que mon bassin cognait doucement contre elle, à intervalles régulières. Joue contre son crâne et paupière close, je ne prêtais attention qu'au moindre contact physique de nos corps, bien conscient de chaque frôlement de peau. Je glissai ma main libre sur sa poitrine, la titillant de mes doigts avant de malaxer doucement ses seins, presque avec tendresse. Je fis ensuite glisser mes doigts le long de son ventre, avant de s'enfouir entre ses cuisses ouvertes. Là encore, je pris le temps de la caresser et la titiller de façon taquine. Avant d'unir enfin nos corps, avec force. Un premier grognement m'échappa alors que je pressais plus encore mon torse contre son dos. « Je devrais faire poser un miroir en face de ce jacuzzi ... » Chuchotai-je d'une voix caressante au creux de son oreille, avant d'entamer des mouvements secs, francs, presque brutaux. Et pour retenir fermement son corps et la maintenir prisonnière tout contre le mien, je n'hésitai pas à la plaquer contre le bord de la baignoire et à empoigner sa hanche.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Sam 15 Mar - 21:14

You are the port of my call



Je jouais avec le feu. Je continuais d’appuyer sur ses points sensibles. Je n’agissais pas par pure méchanceté. Je n’avais pas du tout pour objectif de l’anéantir. Je laissais sortir la colère qui s’était logée au fond de mon cœur le jour où il était parti. Ses mots n’étaient d’aucun remède. Il était impossible de m’arrêter. Il n’aurait pas dû s’éclipser ainsi. Il aurait dû faire en sorte qu’on ait une discussion sérieuse. Me transmettre une lettre, en guise d’explication. Demander à sa mère de jouer l’intermédiaire. Je ruminais cette histoire. Les souvenirs du passé refaisaient surface. Pourtant, j’avais les pieds sur terre. J’avais toujours envisagé de vivre le moment présent, sans regarder en arrière. Face à Trenton, j’échouais misérablement. « Comme un enfoiré. Je me demande comment tu réagirais, si Gabriel et moi on disparaissait du jour au lendemain, sans te donner d’explication. Je devrais peut-être essayer de m’aventurer sur ce terrain, tiens ». Bien entendu, je ne mettrais jamais mes menaces à exécution. Je ne serais franchement pas capable de faire une chose pareille. Et je m’étais leurrée. En effet, je n’avais jamais envisagé l’idée que Trenton agirait de cette façon-là. A croire que je l’avais idéalisé. Quelle franchise épatante. Il méritait de recevoir la palme d’or du type le plus honnête et le plus courageux de la terre. Il m’avouait les choses quatre ans plus tard. Qui plus est, il était revenu peut-être plus d’un an après m’avoir laissée en plan. Pour, encore une fois, partir comme un lâche. « Bien sûr. Tu es passé. Au bout de combien de temps ? La prochaine fois, pense à venir me saluer avant de déserter ». Ripostai-je en manquant de le gifler. Il s’était enfermé dans un mutisme que je ne comprenais toujours pas. Et que je ne voulais pas comprendre. Je l’avais toujours écouté lorsqu’il avait éprouvé le besoin de me parler, et réciproquement. J’aurais été capable d’accepter ses réticences.

Il m’avait vexée, dans son attitude. Pire encore, il avait eu besoin d’un déclic pour comprendre le lien qui nous unissait. A l’inverse de moi. Je l’aimais depuis le premier regard. « Je n’aurais pas besoin de risquer ma vie pour me rendre compte que nous sommes faits l’un pour l’autre ». Me trahis-je avant que ma colère retombe une bonne fois pour toutes. J’oubliai toute cette histoire en sentant mon organe de plaisir se resserrer autour de ses doigts, tandis que je criai son nom. Ma poitrine se souleva au rythme de ma respiration saccadée. Une sensation exquise. Mes jambes tremblèrent. Je ne pus retenir mes gémissements. Suivis par le rire qui passa la barrière de mes lèvres. « On pourrait changer de pièce. Ou utiliser ta caméra. Tu figurerais dans ton prochain film ». Plaisantai-je, avant que mon corps réclame l’ultime jouissance. Je le sentis s’engouffrer au plus profond de moi. Je m’accrochai au rebord de la baignoire. Je lâchai une flopée de jurons lorsqu’il donna plus d’intensité à ses coups de reins. Je lui adressai des demandes un peu crues et explicites pour l’encourager à faire preuve de brutalité. Je m’emparai d’une de ses mains pour qu’il cajole mon bouton de plaisir. J’happai ses lèvres et gémis dans sa bouche lorsque l’orgasme me frappa. Je sortis de la baignoire et nouai une serviette autour de ma taille. Il me fallut plusieurs secondes pour reprendre mes esprits. Plusieurs questions se bousculèrent dans mon esprit. Je lui en fis part. « Qu’est-ce qu’on va faire, concernant Gabriel ? ».



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 16 Mar - 11:23

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Je savais parfaitement que j'avais agis comme un véritable con. Elle n'avait vraiment pas besoin de me le rappeler. Et c'était pourtant bien ce qu'elle était en train de faire, encore et encore. J'étais un véritable enfoiré, oui, j'en étais bien conscient. « Si vous disparaissiez, j'en serais anéantis. » Confirmai-je d'une voix faible. A quoi bon continuer comme ça ? Prenait-elle du plaisir à me faire ainsi du mal ? A quoi est-ce que ça lui servait au juste ? A part nous détruire un peu plus, nous mêmes et ce que nous tentions de sauver entre nous ? Et elle continua sur cette voie là. J'avais beau tenter de m'excuser et affirmer que j'étais revenu parce que je ne pouvais vivre sans elle, elle refusait de m'entendre. Ou elle m'entendait mais n'écoutait pas et n'acceptait pas. Que pouvais-je faire de plus ? Sans doute rien du tout. « Arrête ça ... arrête ... » C'était presque une supplication, avant que je ne perde le courage de l'affronter du regard et doive détourner la tête. Je ne savais plus que lui dire pour lui faire comprendre combien je regrettais. Elle refusait de m'entendre. « Je sais que j'ai fais erreur sur erreur et que tout est de ma faute. Je suis désolé, je le suis vraiment. Mais si chacune de mes excuses ne fais que t'énerver plus encore, que puis-je faire de plus ? » Soupirai-je doucement. Elle voulait des excuses, un minimum. Et quand je lui en donnais, elle s'énervait plus encore, pointait la moindre de mes erreurs du doigt.

Mais la colère n'avait plus sa place au cours de l'acte suivant. Nos deux corps étroitement enlacés dans mon jacuzzi, mes doigts sur sa peau et sa bouche contre la mienne. je souris à sa réponse formulée entre deux cris de plaisir. Pour ma part, je préférais encore le miroir. Ca offrait une meilleure vu sur l'acte présent et en direct. « Je refuse de partager la vision de ton corps avec qui que ce soit .Ce serait alors un film très privé. » Répondis-je d'une voix caressante, avant de faire monter d'un cran notre étreinte, en la possédant enfin toute entière. Cette étreinte ne ressemblait à aucune autre. Elle était plus brutale, plus sauvage que toutes les autres. C'était peut être parce que nous venions de nous disputer. Ou simplement parce que chaque étreinte était plus passionnée et plus ardente que les précédentes. Mais la salle de bain résonnait de nos gémissements et cris de plaisir. De ses hurlements et supplications auxquelles j'obéissais sans me faire prier. Une main dans la sienne et l'autre positionnée entre ses cuisses. Nous finîmes par jouir l'un après l'autre, à quelques secondes d'intervalles. Avant que je ne trouve la force, quelques minutes après, de détacher mon corps du sien. Elle ne me laissa guère le temps de redescendre de mon petit nuage, avant de m'interpeller. Peut-être que quand nos histoires seraient enfin apaisées, on pourrait retrouver le plaisir de voir notre jouissance retomber, dans les bras l'un de l'autre et en silence. Je soupirai doucement et m'adossait au bord du jacuzzi, posai un bras sur ce rebord et ma main sur mon visage. « Que veux-tu faire ? » Je ne cherchais pas à éviter de lui répondre. Simplement, elle était mieux placée que moi pour savoir ce qui était le mieux pour notre fils. Notre fils ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Dim 16 Mar - 18:37

You are the port of my call



Je pris une mine désolée et me retins de passer un bras autour de ses épaules lorsqu’une aura de tristesse l’enveloppa. J’étais en train de tout saboter, comme d’habitude. J’agissais sans réfléchir aux conséquences. Bientôt, son visage serait inondé de larmes par ma faute. Je ne voulais pas en arriver là. Je ne souhaitais pas non plus mettre un terme à notre histoire. Si je pouvais me permettre de parler d’histoire, bien entendu. J’avais toujours été la première de la classe, mais quand il était question des relations amoureuses, j’étais novice. Je m’étais toujours jurée de ne jamais faire souffrir les personnes que j’aimais. Pourtant, je m’en donnais à cœur joie. Je me freinai dans mon élan. Je devins muette comme une carpe. Je lui avais déjà exprimé le fond de ma pensée, de toute manière. « Rien. Il n’y a plus rien à dire ». Il n’y avait rien qu’il pût faire dans le but d’accéder à mon pardon. Avec un peu de chance, avec le temps, je ne lui en voudrais plus. L’avantage, c’était que nous nous entendions à merveille sur le plan sexuel. Il rentra dans mon jeu. « A bien y réfléchir, moi non plus. Retenons ma première proposition ». S’adonner à des activités interdites dans toutes les pièces de sa demeure ?

Pourquoi pas. Dans tous les cas, j’aurais refusé que ses groupies aient la possibilité de contempler les parties les plus intimes de son anatomie. Il ne me laissa pas le temps d’y réfléchir. En pleine action, je fis des demandes audacieuses. Il n’y avait plus de place pour la tendresse. Je voulais qu’il me prenne avec fougue. Il s’exécuta. Je criai mon bonheur à chaque intrusion. Il m’arracha de nouveaux gémissements en titillant une nouvelle fois mon bouton de chair. Si j’avais pu imaginer qu’il ferait subir pareil traitement à mes parties intimes. Au paroxysme de l’excitation, j’accordai une dernière caresse à son organe de plaisir avant de prendre mes distances. Quand la magie retomberait, je devrais prendre des décisions importantes. Je ne voulais pas décevoir Gabriel. Je devais agir au mieux, pour lui. Il n’y avait pas de recette miracle, à mon grand désespoir. « Tu devrais peut-être passer plus de temps avec lui, avant de lui annoncer la vérité ». Lui suggérai-je, sans grande conviction. Je lui tendis les bras dans le but de l’aider à se relever. Troublée par sa nudité, je le regardai avec appétit. « Si je t’en laisse le temps. Je commence à devenir dépendante ». Plaisantai-je.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Lun 17 Mar - 21:33

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Jusqu'où pouvait-elle aller comme ça ? Elle était bien partie pour continuer sur cette voie douloureuse, encore longtemps. Plus je m'excusais et plus mauvaise elle était à mon encontre. J'essayais pourtant. J'essayais de toutes mes forces. Mais elle semblait bien incapable d'accepter mes tentatives pour me faire pardonner ou au moins me faire comprendre quand j'affirmais que je regrettais beaucoup de choses nous concernant. Je fus presque soulagé qu'elle baisse les armes et confirment qu'il n'y avait rien de plus à dire. C'était effectivement ce que je pensais aussi. En tout cas, il était temps de mettre de côté nos problèmes toujours plus gros et de ne penser qu'à tous les points positifs qui étaient toujours présents. A savoir, notre incroyable entente sexuel. Ainsi, ce fut sans me faire prier que je me laissai aller à mes envies toutes plus dingues les unes que les autres. J'émis l'idée de faire poser un miroir dans la salle de bains. Parce qu'ainsi positionné derrière elle, j'imaginais le spectacle oh combien fantasmagorique, que nous devions offrir tous les deux. Mais de son côté, elle pensait à une vidéo. Ce qui me fit lever les yeux au ciel. Plutôt mourir que de partager la vision de rêve de son corps, avec d'autres. Et elle semblait penser pareille et préférer tester toutes les pièces de mon immense villa. Voilà qui était nettement préférable, en effet.

Ce que nous partageâmes ensuite tous les deux, dans ce jacuzzi, aurait pourtant vraiment mérité d'être immortalisé. Mais dans l'instant, toute mon attention n'était que trop accaparée par le plaisir que je prenais à cet ébat mouvementé, pour y penser tout à fait. J'en voulais encore et encore. Mais il fallut retomber sur terre et se détacher l'un de l'autre. Quand elle me tendit les bras, ce fut sans hésiter que je quittai la baignoire et la rejoignait, un léger sourire au coin devant son regard. Je vins me coller à elle, sans aucune honte quant à ma nudité. Je l'embrassai avec délicatesse. « On fera ce que tu voudras, comme tu voudras et quand tu voudras. » Lui répondis-je d'une voix douce. Et je ne parlais, évidemment, que de Gabriel et ma relation avec lui. Cela allait de soit. Je déposai un dernier tendre baiser sur ses lèvres, avant de me détacher d'elle pour aller récupérer une serviette avec laquelle je me séchai rapidement. « Alors, tu restes cette nuit ? J'ai un lit ... Immense ... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Mer 19 Mar - 21:04

You are the port of my call



Je n’avais jamais songé au fait qu’en mettant cette conversation en suspens, j’arriverais enfin à lui pardonner et à laisser le passé loin derrière nous. Je n’étais plus cette jeune fille optimiste et naïve qu’il avait connu. J’aurais aimé l’être. A cette époque, tout était si simple et accessible. J’avais des rêves à n’en plus finir. Je n’avais jamais baissé les bras. J’aurais tout donné dans le but de les réaliser. Aujourd’hui, je m’étais rangée. J’avais choisi d’exercer un métier à responsabilités. Je peignais de moins en moins. Je ne voulais pas remuer le couteau dans la plaie une deuxième fois en lui faisant de telles confidences. Toutefois, il était en parti responsable de mon devenir. J’avais baissé les bras dès l’instant où il était parti. J’avais fait des études, certes, et je ne regrettais pas vraiment d’avoir fait ce choix. Mais j’avais également choisi la facilité. Je n’avais pas écouté les précieux conseils de ma tante. J’aurais pourtant voulu lui ressembler. Etre capable de tout lâcher. Vivre d’amour et d’eau fraiche. D’un autre côté, mon statut de mère célibataire ne me l’aurait pas permis. Et Gabriel était une pure merveille qui méritait toute mon attention.

J’essayai de ne pas me focaliser sur ce genre de détails. Je me perdis dans l’ivresse du plaisir. Pour une fois, je parvins à profiter du moment présent. Je ne pensais pas à Gabriel qui pouvait nous surprendre à tout moment et ne retins pas mes cris d’extase. Je laissai échapper un soupir discret lorsqu’il revint se coller à moi. J’avais failli lui déclarer mes sentiments plusieurs fois d’affilée. « Je… » sortit une nouvelle fois de ma bouche avant que je réussisse à reprendre mes esprits. Il me faisait un effet délirant. Mais je ne me sentais pas prête à franchir ce cap. Qu’il claque la porte les jours suivants me dévasterait plus encore. Je me contentai de tourner les choses à la rigolade. Une habitude que je n’avais pas perdue avec l’avancée en âge. Le thème me tenait pourtant à cœur puisqu’il s’agissait de notre fils. De mon fils. De notre fils, il fallait vraiment que je m’habitue à cette formulation ? « Tu parles toujours de Gabriel ? ». J’avais quand même une boule à l’estomac en y pensant. J’avais vraiment peur qu’il m’en veuille. De redescendre dans son estime. Qu’il donne raison à Trenton. Et pourtant, comme une idiote, je ne lui en tins pas rigueur. Je n’avais pas du tout l’intention de m’en aller. « A condition que tu me portes ». Lui suggérai-je en enroulant mes bras autour de ses épaules.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Jeu 20 Mar - 21:58

Aylina & Trenton ₰ You are the port of my call.

When I fall to my feet wearin' my heart on my sleeve. All I see just don't make sens. ▲ Mika


Ce n'était pas la première fois qu'Aylina semblait vouloir me dire quelque chose, avant de se rétracter et se taire en faisant mine de rien. Je craignais qu'elle ne m'envoie sur les roses si je lui posais la moindre question à ce sujet, pour tenter de comprendre ce qu'elle n'arrivait pas à me dire. Alors je me taisais mais n'en pensais pas moi. Est-ce qu'elle était sur le point de m'aimer ? Penser cela relevait du véritable fantasme. Je doutais qu'à l'heure d'aujourd'hui et compte tenu du mal que j'avais pu lui faire en partant comme un voleur, elle puisse être encore amoureuse de moi. Je ne le méritais même pas, c'était un fait. Mais ça ne m'empêchait pas de le souhaiter plus que tout. Parce que pour ma part, j'étais fou amoureux d'elle. Et je n'éprouvais pas la moindre gêne à ce constat. J'avais juste un peu peur de le lui avouer. Si c'était pour qu'elle me foute un vent en retour ... Je n'étais pas certain de pouvoir le supporter. Non, j'étais même sûr de ne pas être assez fort pour ça. Alors je continuais juste de me taire. C'était tout aussi bien me semblait-il. Enfin pas vraiment bien non plus. Mais mieux que de souffrir encore un peu plus.

Alors qu'il était question de Gabriel, je lui soufflai mon point de vu. A savoir que l'on ferait ce qu'elle voudrait, de la façon dont elle voudrait et au moment où elle le voudrait. Mais je réalisai que mes paroles pouvaient être prise d'une autre façon, quand elle m'interrogea. A ce constat, je souris en coin avant de hausser brièvement les épaules. « Oui je parlais encore de Gabriel. Mais maintenant que j'y pense ... Ca vaut pour tout. » Lui répondis-je doucement, avant de caresser doucement son visage du bout de mes doigts. « Tu as l'air tourmentée ... Dis moi ce à quoi tu penses ... » Tentai-je en fronçant légèrement les sourcils. Si elle avait des doutes ou autre, je voulais être mis au courant. Je voulais savoir ce qui lui passait par la tête à l'instant présent. Peut-être que je pourrais l'écouter et l'aider pour qu'elle se sente un peu mieux ? Je le voulais vraiment. Je voulais qu'elle soit au mieux. Je voulais la voir toujours avec ce sourire que j'aimais tant sur son visage. Je finis par rire quand elle émit une condition pour qu'elle puisse dormir aussi. Soit, ce n'était pas comme si l'idée me dérangeait. Ca m'allait, plutôt. Alors j'attrapai ses cuisses pour la soulever de terre et l'inciter à enrouler ses jambes autour de ma taille. Position fort ... Intéressante. Mais je tâchai de faire mine de rien, malgré un bref baiser que je ne pu m'empêcher de déposer sur ses lèvres rosées. Je la portai ensuite sans véritable effort, jusqu'à ma chambre. En arrivant devant mon lit, bel et bien immense et rond par dessus le marché, je la laissai tomber dessus l'air de rien. J'allai éteindre la lumière principale, avant de la rejoindre dans le lit, la plaquer dos contre le matelas pour l'embrasser avec tendresse et douceur, pendant un long, très long moment. Mes lèvres bougeaient sur les siennes de façon sensuelle, parfaitement moulées contre. Quant à ma langue, elle taquinait la sienne, s'éloignait, revenait, s'enroulait autour, la caressait, la frôlait. Bref, je l'embrassais comme jamais je ne l'avais fais. Ce fut finalement à bout de souffle que je détachai ma bouche de la sienne, pour plonger mon regard dans le sien. Comment un simple baiser pouvait-il à ce point me chambouler ? Parce que pour l'être, je l'étais sacrément ! « J'avais l'impression de ne t'avoir jamais vraiment embrassé. » Me justifiai-je en prenant l'air d'un petit garçon qui tentait de se faire pardonner une petite bêtise.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   Sam 29 Mar - 13:39

You are the port of my call



La froideur dont je faisais preuve empêchait Trenton de déceler les éclats de joie qui glissaient dans les profondeurs de mes yeux clairs. Je ne voulais pas que le moindre sourire s’arque sur mes lèvres fines. Mes yeux aura ient du s’humidifier à son contact. Lorsqu’il avait osé pénétrer dans mon territoire, j’aurais dû le dévisager avec stupéfaction et lui ordonner de faire demi-tour. J’avais lâché le morceau avec une facilité déconcertante. Il mettait mes nerfs à rude épreuve. Pourtant, je ne pouvais nier l’attachement que j’éprouvais pour lui. Son absence aurait réduit en cendres tout ce qui m’entourait. J’étais bien placée pour le savoir. J’ignorais si nous aurions la capacité de construire quelque chose ensemble. Toutefois, j’avais besoin qu’il gravite autour de moi. Comme autrefois. Cette habitude mécanique était insupportable. Si les propos amers qu’il m’avait lancés en plein visage revenaient encore dans ma mémoire, j’étais également tentée de suivre mon instinct. Nos blagues et échanges verbaux débiles l’emportaient souvent malheureusement. Le naturel revenait au galop. « Tu es un diable. J’étais quelqu’un de très sage jusqu’à présent. Heureusement, ton logement est bien isolé ». Ris-je aussitôt. Je n’aurais jamais fait ce genre de confidences à Jason. J’avais toujours gardé mes distances avec les autres hommes. Je connaissais Trenton depuis un certain nombre d’années. Nous avions tout partagé. Forcément, j’étais plus à l’aise pour parler de mon intimité avec lui. Même si j’éprouvais encore certaines réticences. Il faudrait me payer cher pour que j’en arrive à lui déclarer ma flamme. Sachant que je n’étais pas du tout vénale. Il ne méritait pas que je lui dévoile mes sentiments. Il m’avait arraché le cœur.

Il s’était excusé au bout de quatre années. Et encore, il avait mis le temps. Il avait tenté de rejeté toutes les fautes sur moi. Je sortis la carte de la prudence. « J’ai peur qu’il me déteste. Je n’ai que lui sur cette Terre. Ce n’est pas très glorieux mais c’est la vérité ». Je pouvais lui faire cette confidence sans risquer quoi que ce soit. J’étais forcée d’admettre que je soignais chaque mot que je prononçais en sa présence. J’avais peur qu’il s’en serve contre moi. Pire encore. J’étais en colère et je préférais me fermer comme une huître, bien souvent. Mes bonnes résolutions s’envolèrent lorsqu’il me porta jusqu’à sa chambre. Je restai clouée sur place, les yeux ronds, en voyant la richesse de ses meubles. Il devait avoir un porte-monnaie bien garni. Je n’accordais pas d’importance à ce genre de détails. Je me serais retrouvée quand même dans son lit s’il avait été endetté. Dos contre le matelas, mes jambes encerclèrent sa taille et une nouvelle contraction me lacéra le bas ventre. Ses lèvres fraiches s’écrasèrent contre les miennes avec une infinie douceur et je répondis immédiatement à son appel. Je caressai sa langue en un ballet délicat. Je l’embrassais comme si ma vie en dépendait. Je lâchai un grognement de frustration lorsqu’il s’arrêta. « Tu te débrouilles plutôt pas mal. Mais tu piques. Et tu ressembles à un homme des cavernes. C’est très sexy, ceci dit ». Oui, je ne pouvais pas m’empêcher de lui lancer quelques piques au passage. Après tout, il s’était mal comporté. « Est-ce que tu dois te lever tôt demain ? Je travaille mais…». Lâchai-je finalement. Une phrase lourde de sous-entendus.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You are the port of my call ~ Aylina & Trenton   

Revenir en haut Aller en bas
 

You are the port of my call ~ Aylina & Trenton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Port du scramasax
» La bataille du Grand-Port...
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-