AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La théorie du père indigne - Tobias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: La théorie du père indigne - Tobias   Mer 2 Avr - 16:24

Le vendredi, je finis tard. Mon dernier cours est de 16h à 17h, je suis fatiguée, les élèves sont fatigués et surtout fatigants, ils n'arrivent pas à se concentrer, c'est pour ça que j'ai décidé que le vendredi, c'était compréhension orale. Comme ça, je mets des musiques françaises, je leur fait regarder des passages de films. J'évite au maximum les feuilles à lire et les cahiers à remplir. La sonnerie retentit, tout le monde sort sans se faire prier, et moi aussi. Direction mon petit appartement.

Je m'affale dans le canapé, qu'est-ce que j'aimerais avoir une baignoire, là, maintenant. J'en rêve. Un bon bain, là, ça serait tellement pas de refus. Avec de la mousse partout, de l'eau bien chaude, et de la musique relaxante. J'y serais tellement bien, que je m'y endormirais, j'en suis sûre. Mais pour l'instant mon salaire ne me permet pas de vivre dans un bel appartement avec une vraie baignoire. Non, moi, j'ai une salle de bain tellement petite qu'on ne peut pas y entrer à deux. Ca tombe bien, je vis seule.

Après une heure et demi de glandage, en zappant les chaînes à la télé, je me rends compte qu'il faudrait peut-être que je me prépare. Ce soir, les copines viennent à l'appartement manger et faire l'apéro, et ensuite on sort dans un bar. Bon, à défaut de pouvoir prendre un bain, je me contente d'une bonne douche. J'évite de mouiller mes cheveux, parce que sinon c'est hyper galère pour s'occuper d'eux, vu la masse que j'ai. Sortie de la douche, je file dans ma chambre et me poste devant mon placard. Qu'est-ce que je vais mettre, encore ? Je me fiche complètement que le voisin d'en face peut me voir portant seulement une serviette de bain. Finalement, j'opte pour une petite robe noire en dentelle, moulante et courte, avec les manches longues. L'avantage d'habiter à Los Angeles, c'est qu'il fait toujours beau, donc qu'on est toujours en été et donc qu'on est tout le temps bronzé. Donc pas besoin de collants sur mes jambes, ce soir. Finalement, j'enfile mes escarpins rouges, et vais préparer le repas.

Les lasagnes sont au four, et je suis en train de débarrasser le coin bureau de la table pour qu'on soit plus à l'aise, quand l'interphone sonne. Ouais, l'immeuble est vieux et mal isolé, mais on a quand même un interphone, c'est cool ça. Comme ça, on sait quand les voisins reçoivent du monde. Je vais ouvrir aux filles, et vide complètement la table le temps qu'elles montent.

- Heyyyyy, comment ça va ?
- Bah, ça va, ça fait du bien d'être en weekend !
- Ouiiiii, on va se faire draguer ce soiiiiir !


Ashley, mon ancienne colocataire, et Emily, la troisième de notre bande, sont comme des folles. Embrassades, trépignades, cris de joie, c'est toujours comme ça lorsqu'on se retrouve. C'est la première fois depuis 5 ans qu'on ne se voit pas au minimum tous les deux jours. Ca me fait vraiment plaisir de les revoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Mer 2 Avr - 17:48

« Aller, hop ! Dans le bain ! » Je dépose Louise sur le sol carrelé de la salle de bains et commence à faire couler l’eau pour remplir le bain. Pendant ce temps, la petite se déshabille. Une fois que la baignoire est à moitié remplie, je la fais grimper dedans. « Papa, je peux avoir mes jouets s’il te plait ? » Je souris et lui donne les jouets en plastique qu’elle aime. Je remplie encore la baignoire d’un peu d’eau pour que ça lui arrive à la taille. « Tu joues quelques minutes et après, tu te laves, Louise, d’accord ? » Elle hoche la tête, et commence à jouer. Je me relève, et sort de la salle de bains, laissant la porte ouverte pour pouvoir l’entendre. Je vais jusque dans la cuisine et commence à préparer le repas. Qui sera jambon-purée. Je ne suis pas un cordon-bleu. Alors ce sera bien suffisant.
 Tandis que la potence cuit, j’entends l’interphone. Ce n’est pas le mien. C’est celui d’à côté, ou d’en dessous… ou d’au dessus. C’est génial d’habiter dans un immeuble mal isolé. Quelques secondes plus tard, j’entends des talons venir de l’appartement supérieur. Génial. J’essaye de faire abstraction des éléphants au dessus, et continue de préparer à manger pour Louise.
« PAPAAAAA ! » Je souris et éteint le feu pour aller dans la salle de bains. Louise est toujours assise dans la baignoire, avec encore du savon un peu partout. « Ah bah t’es belle. Viens-là, je vais te laver les cheveux. Il faut que tu sois toute magnifique pour ton spectacle de demain ! » Elle frappe dans ses mains, tous sourire. Depuis que j’ai obtenu sa garde, depuis l’incident avec sa mère, elle m’a demandé si je pouvais l’inscrire dans un cours de danse où ses copines allaient. Donc, comme je suis un papa poule, je n’ai pas pu refuser. Et demain, c’est son premier spectacle. Elle n’est pas dans les premières, mais elle progresse vite. Je suis vraiment très fière d’elle.
 Je finis de lui laver les cheveux. Et la rince complètement pendant que la baignoire se vide. J’enroule Louise dans une grande serviette chaude et la sort de la baignoire. Je l’aide à se sécher et à mettre son pyjama. Comme elle veut avoir les cheveux frisotés pour demain, je tente de lui faire des tresses. « T’es pas doué, papa, tu sais. Tu devrais trouver une fiancée pour que j’ai une maman et qu’elle me fasse des nattes parce que toi, tu sais pas. » Merci Louise. Je mets l’élastique au bout de ses cheveux et la prend dans mes bras en la chatouillant. « Je me débrouille très bien, ma petite. Je n’ai pas besoin d’une fiancée. » Elle rit et passe ses bras autour de son cou. J’attrape son ours en peluche et lui donne. Immédiatement, elle le serre contre elle et met son pouce dans sa bouche. Elle fait ça depuis qu’elle n’a plus le droit à la tétine. Elle suce sont pouce. Je l’emmène dans la grande salle et la pose sur l’une des chaises. Je mets la table et lui sert la purée et le jambon. Je m’assois en face d’elle et nous commençons à manger tandis qu’elle me parle de son spectacle du lendemain.
 Pendant ce temps, j’entends encore les talons et les paroles fortes des filles au dessus. Ca ne va pas être possible, là. En une vingtaine de minutes, Louise a fini de manger et j’ai rangé la cuisine. « La voisine, au dessus, je crois qu’elle reçoit des gens. » Annonce Louise, à moitié endormie. « Oui, elle doit avoir des copines. Aller, toi, tu tombes de sommeil. Au lit. » Alors, elle se redresse un peu et me regarde avec de grands yeux. « Oh non, papa ! Je peux regarder un peu la télé ? » Je secoue la tête et me lève en souriant. Je la prends dans mes bras et avance en direction de sa chambre. « Non, petite princesse. Tu dois être en forme pour demain. » Elle pose sa tête sur mon épaule et soupire un peu. « Tu peux me lire une histoire s’il te plait ? » Je la mets dans son lit et la borde. Je m’assois sur le bord du lit et commence l’histoire qu’on avait déjà commencée quelques jours plus tôt. Au bout d’à peine dix minutes, Louise dort déjà. Je repose le livre et embrasse son front. « Bonne nuit, Louise. Je t’aime. » « Je t’aime papa. » Je sors de la chambre, laissant une veilleuse et la porte un peu ouverte. Je commence à ranger la cuisine et la salle quand un éclat de rire de la part des éléphants du dessus retentit dans l’appartement. J’entends par la suite Louise remuer dans son lit. Elles vont la réveiller, c’est pas possible. Je finis de ranger l’appartement et elles n’ont toujours pas baissé le volume. Je décide d’aller voir par moi-même.
 Je vérifie que Louise est encore un peu endormie et sort de l’appartement. Je monte rapidement les quelques marches qui montent à l’étage supérieur et frappe fortement à la porte. Au bout de quelques secondes, une jeune femme vient ouvrir. Elle n’a pas besoin de me demander pourquoi je suis là, je crois que mon regard le dit bien. « Ca vous dérangerait de faire moins de bruit ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Mer 2 Avr - 20:23

Quand on regarde 90210, on voit des profs de mon âge, trop sexys, et qui habitent des baraques de malade dans Beverly Hills. Oui, bon, c'est vrai qu'ils enseignent à Beverly Hills, donc l'école a quand même beaucoup plus de sous que la mienne, mais quand même, c'est de la publicité mensongère ! J'ai un appartement miteux qui fait à peine 30m², et une cuisine minuscule qui n'a même pas de plan de travail. Mais j'ai quand même un four ! D'ailleurs, je sors les lasagnes alors que les filles en sont à leur 2ème verre de rosé chacune.

La seule chose que ma mère m'ait apprise, en tout cas de son initiative, c'est de faire à manger. Bien faire à manger. Mon père aussi fait très bien à manger. Il m'a appris sa recette de lasagnes. Et elles sont délicieuses. "Alors, Zo, toujours pas de mec dans ta vie ?" Ashley court aux potins. Elle réussit à encore avoir une conquête par semaine, même après la fac. Je secoue la tête, en prenant une gorgée de mon rosé. "Sérieux ? Mais y'a pas de prof sexy dans ton lycée, là ? Même pas un prof de maths mignon avec des lunettes ?" J'éclate de rire. "Non, le prof de maths, c'est un vieux chnoc, je plains mes élèves de devoir aller en cours avec lui !"

Nos assiettes sont vides lorsqu'on frappe violemment à ma porte. J'ai un sursaut, et Emily fait de grands yeux en se levant. "Ouuuuuuh. Allez j'y vais ça va être drôle." Je n'ai pas le temps de réagir qu'elle est à la porte. Lorsqu'elle l'ouvre, l'individu perturbateur est caché par la porte. J'entends ensuite la voix de Tobias. Oh non, pas lui. Qu'est-ce qu'il vient nous soûler par rapport au bruit, franchement. Emily, ses cheveux blonds brillants, se retourne vers moi avec un sourire, et ouvre en grand la porte. Je peux enfin voir ce cher voisin. Mais franchement, lui, moins je le vois, mieux je me porte. "Ouuuuh, Zolaaaa, tu nous avais caché que tes voisins étaient sexyyyyys !" Je lève les yeux au ciel, elle est pompette. En même temps, moi aussi, j'ai la tête qui tourne un peu. Je me lève et échange de place avec Emily, qui vient s'asseoir près d'Ashley. Deux vautours qui salivent d'avance sur leur proie, les deux, là.

Je regarde mon voisin du dessous avec un sourire. "Bonsoir, Tobias, comment allez-vous ?" Je me tiens sur le cadran de la porte, une main sur ma hanche. "Je ne suis pas sûre d'avoir bien entendu, on fait trop de bruit ?" J'ouvre grand les yeux et fais une petite moue triste. Ouais, l'alcool monte vite. Je suis plus... réservée d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 3 Avr - 9:04

 La fille qui ouvre la porte… je ne sais pas qui c’est. Surement l’une des invités de Zola. Elle a l’air complètement bourrée. Magnifique, si la brune est dans le même état, je sens que je ne vais pas réussir à garder mon calme. D’un côté, je ne peux pas dire que je ne les comprends pas, elles n’ont qu’à peine la vingtaine. Je sais que j’étais pareil lorsque j’avais le même âge. Maintenant, j’ai changé. Un peu. Déjà, j’approche de la trentaine – même si, ça, je m’en passerais bien – et puis, surtout, j’ai une fille de quatre ans. Je ne peux plus me permettre de boire à outrance, de m’amuser de la même façon qu’eux. J’ai Louise, et franchement… ça ne me manque pas. Pas du tout.
 La blonde qui m’a ouvert la porte me regarde de haut en bas, et semble plutôt apprécier ce qu’elle voit puisqu’elle sort quelque chose de mélioratif à mon sujet vers Zola. Que je vois enfin, assise à la table de son appartement. Je croise les bras, ne répondant pas, et regarde l’assistance, plus basé qu’autre chose. Zola se lève et vient vers moi, son amie repart dans les abîmes de l’habitation colorée. Je sais que je ne devrais pas faire ça, puisqu’on parle de Zola, mais elle est particulièrement sexy ce soir. Je suppose que ces demoiselles ont prévu de sortir. Mais bien qu’elle soit indéniablement attirante, je n’oublie pas que c’est Zola Fitzgerald. L’éléphant du dessus. Et que, de toute façon, on a au moins cinq ans d’écart, et puis que je suis père. Je ne peux pas me permettre de sauter sur tout ce qui bouge.
 Elle s’accole au chambranle de la porte et me regarde. Vu sa façon de parler très différente de d’habitude, je devienne qu’elle n’est pas sobre. Elle n’est pas aussi soule que son amie mais n’en est tout de même pas très loin. Pour ma part, je reste sur ma position, bras croisés, la regardant droit dans les yeux. Je ne compte pas redescendre temps qu’elle ne m’aura pas assuré de faire moins de bruit. Je ne veux pas lui demander le silence complet, juste moins de claquage de talons et de rires exagérés.
« Bonsoir, Tobias, comment allez-vous ? Je ne suis pas sûre d'avoir bien entendu, on fait trop de bruit ? » Je la jauge, elle se fout de ma gueule. Je sais que je faisais autant de bruit qu’elle, voir plus. Mais je n’avais pas encore la garde de Louise. Je ne déments pas que je faisais ça pour l’emmerder, et que je le referais surement – d’une autre façon, surement – mais là, depuis qu’il y a Louise, je ne veux plus de ce genre de bagarre. En tous cas, pas quand ça peut déranger  ma fille. « Bonsoir, Zola. J’irais mieux si vous vouliez bien arrêter de faire autant de bruit. Je ne sais pas si vous avez vu l’heure, mais, moi, j’ai une petite fille qui aimerait bien dormir. » Elle ne sait pas que j’ai une fille. Enfin, je ne crois pas. Peut-être qu’elle l’a déjà croisé, vaguement, dans l’ascenseur ou dans un couloir. Mais je suis presque sûr qu’elle ne me pense pas capable d’élever un enfant. Eh bien si.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 3 Avr - 9:43

Ouuuuh, Toby n'est pas content. Pas content du tout. Je sais pas ce qui lui prend, je crois qu'on a inversé les rôles. Trop bizarre. D'habitude c'est moi qui toque à la porte, énervée, pour lui demander de faire moins de bruit. Généralement parce que je bosse, et que contrairement à lui, je n'arrive pas à mon concentrer avec de la musique. Surtout pour corriger du français barbare écrit par mes étudiants.

Je garde ma petite moue un moment, jusqu'à ce qu'il prenne la parole. "Bonsoir, Zola. J’irais mieux si vous vouliez bien arrêter de faire autant de bruit."  J'ai un peu du mal à comprendre pourquoi on fait du bruit. On parle normalement, on va pas non plus faire une soirée mime, quoi. On mange, et on se donne les nouvelles. On pottine. On fait les filles, quoi. "Je ne sais pas si vous avez vu l’heure" Je regarde vite fait ma montre. Il est à peine 21h, c'est quoi son problème avec l'heure ? "mais, moi, j’ai une petite fille qui aimerait bien dormir." Heu what ? Je relève la tête pour le regarder, haussant un sourcil. Ce mec là, avoir une petite fille ? Sérieusement ? Je le jauge de haut en bas. Non, vraiment, c'est pas possible. "Une petite fille ?" Un sourire se forme sur mon visage. Très vite, ça devient un vrai rire. Oui, je ricane. C'est une blague, c'est sûr.

Je me tourne vers l'intérieur de l'appartement. "L'autre il me sort qu'il a une gamine !" Les filles aussi se mettent à rire. L'avis est unanime, ce mec ne peut pas être père. Je me retourne vers lui, reprenant un peu de mon sérieux. Seulement un peu. Il a l'air encore moins content. "Non, à mon avis, vous êtes sortis hier, et vous avez la gueule de bois." "C'est sexy un père..." "Non mais Ashley t'arrêtes de sauter sur tout ce qui bouge, là ? C'est sûr que c'est faux, ça se voit trop." Les filles commencent à faire des hypothèses sur qui ferait un bon père, ça parle d'acteurs, de poussettes, de bébés. Bon, elles vont devoir arrêter le rosé, là. Je les écoute au début, puis repose mon attention sur Tobias. "Sérieusement, il est 21h, on parle normalement. On va pas chuchoter juste pour vos beaux yeux."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 3 Avr - 10:32

 Comme je me doutais, elle ne me croit pas. « Une petite fille ? » Je vais répondre à sa question mais je n’ai pas le temps, elle se tourne vers ses amies. « L'autre il me sort qu'il a une gamine ! Non, à mon avis, vous êtes sortis hier, et vous avez la gueule de bois. » « C'est sexy un père... » « Non mais Ashley t'arrêtes de sauter sur tout ce qui bouge, là ? C'est sûr que c'est faux, ça se voit trop. » Je les laisse parler. J’avoue que je suis un peu blessé qu’elles pensent que je ne suis pas capable d’avoir une fille. J’ai déjà assez de problème avec le regard des gens, surtout à cause de la mère de Louise. Surtout qu’elles ne me connaissent pas ces filles. S’il y a bien une chose que je déteste, c’est les gens qui jugent au premier abord. Même si je ne toute pas que Zola leur ait parlé de moi, je ne pense pas qu’elles aient le droit de me juger comme ça. Je ne m’occupe pas de leurs remarques et reporte mon attention sur Zola, qui se fout toujours de ma gueule. « Sérieusement, il est 21h, on parle normalement. On va pas chuchoter juste pour vos beaux yeux. » Je lève les yeux au ciel. « Eh bien, figurez-vous, mesdemoiselles, que j’ai une petite fille de quatre ans qui s’appelle Louise, vous n’allez quand même pas m’obliger à sortir une photo d’elle ? » Je reste un moment silencieux. Et puis je me redresse et mets mes mains dans mes poches, regardant fixement Zola, pour être sûr qu’elle intègre tout ce que je dis, comme elle a l’air bien amochée par l’alcool déjà. « Ecoutez, Louise a un spectacle de danse demain, et c’est très important pour elle. Alors, je ne vous demande pas de vous taire complètement, juste d’éviter de marcher trop en talons et de rire trop fort. Je ne suis pas là pour vous emmerdez Zola. » Oui, je dis des choses très sérieuse et mature. Je sais, c’est surprenant venant de moi. Mais depuis que j’ai Zola, je suis obligé. Elle a déjà une mère complètement alcoolique et droguée, qui plus est en prison, donc je ne veux pas qu’elle ait une vie plus difficile. Je veux lui donner une vie parfaite. Et si je ne suis pas capable de ça, je considère que je ne suis pas un bon père. Je ne veux pas qu'elle ait à se plaindre de la vie qu'elle a avec moi. Elle a déjà assez vécu avec sa mère. Il y a des limites, quand même. De toute façon, il va falloir qu’on déménage, un jour. L’immeuble n’est pas des meilleurs lorsqu’on a des enfants. Mais pour le moment, je n’ai pas les moyens. Donc je pense que Zola peut comprendre, et qu’elle va comprendre. Après tout, il me semble qu’elle est professeur, qu’elle connait les enfants. Donc elle devrait comprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 3 Avr - 13:58

Les filles parlent toujours entre elles, et je dois m'occuper du gentil monsieur qui a décidé de me soûler un vendredi soir, alors que si j'organise cette soirée, c'est pour décompresser. "Eh bien, figurez-vous, mesdemoiselles, que j’ai une petite fille de quatre ans qui s’appelle Louise, vous n’allez quand même pas m’obliger à sortir une photo d’elle ?" Ouh c'est que monsieur élabore son petit mensonge, c'est drôle. Je ricane encore, et passe ma main dans mes cheveux. "Non, c'est bon, pas besoin de photo, je suis certaine qu'elle vous ressemble beaucoup." Un grand sourire, le sarcasme s'entend dans ma voix. Il a l'air de plus en plus furieux, c'est drôle. Ca change de quand c'est moi qui m'énerve et lui qui se moque de moi. Qu'est-ce que ça fait du bien !

Il me fixe, avec des yeux noirs, je vais me faire tuer, je le sens. Il oserait pas. Enfin, j'espère. J'ai pas envie de me faire tuer par mon voisin, moi. "Ecoutez, Louise a un spectacle de danse demain, et c’est très important pour elle. Alors, je ne vous demande pas de vous taire complètement, juste d’éviter de marcher trop en talons et de rire trop fort. Je ne suis pas là pour vous emmerder Zola." J'arque un sourcil, mon sourire disparaît. "Ouais alors ça c'est à voir, hein." "Han un spectacle de danse ! J'adore la danse moi !" Je me fais couper la parole par Ashley, qui s'est approchée et qui fait les yeux doux à Tobias. Sérieux ? Combien elle a bu, elle ? Je regarde la bouteille de rosé sur la table. Elle est vide. Ah ouais, je comprends. Bon. Je prends le bras de la brune pour qu'elle me regarde. "Toi, tu bois plus jusqu'à ce qu'on soit arrivées au bar. Et toi non plus !" Je pointe le doigt vers Emily, qui finit justement son verre. Les deux font des moues tristes.

Je repose le regard sur Tobias, gardant le bras d'Ashley dans ma main pour qu'elle ne fasse pas des trucs trop bruyants dans l'appartement, ou le couloir. "Je pense que depuis le temps que j'habite ici, Tobias, vous avez puisé dans toutes vos réserves pour m'emmerder, comme vous dites, et que maintenant vous improvisez. Vous êtes sûr que votre petite fille n'a pas plutôt 20 ans et qu'elle n'a pas prévu de dormir ?" Je penche la tête sur le côté. Ashley est repartie s'asseoir avec Emily, et les deux échangent des messes basses. J'aimerais bien savoir sur quoi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 3 Avr - 15:27

« Ouais alors ça c'est à voir, hein. » « Han un spectacle de danse ! J'adore la danse moi ! » Putain, je sens que ça va être long. Et je ne peux pas me permettre de rester ici trop longtemps, si jamais Louise se réveille, elle va se demander où je suis. Elle va paniquer, c’est certain. La copine de Zola arrive à notre niveau et commence à me faire les yeux doux. Tu peux toujours rêver, ma petite. Je ne la regarde même pas, sauf avec une pointe de mépris et de dégout, peut-être. Je reporte mon regard vers ma voisine mais elle est déjà en train d’engueuler ses amies. « Toi, tu bois plus jusqu'à ce qu'on soit arrivées au bar. Et toi non plus ! » Je suis content de savoir, au moins, qu’il y en a une d’assez sobre pour surveiller les actions des autres pour qu’elles ne fassent pas de conneries. Je ne sais pas pourquoi ça ne m’étonne pas que ce soit Zola. Elle m’avait parut assez coincée la première fois que je l’ai vu. Même si, depuis, mon jugement a relativement changé, je dois l’avouer. « Je pense que depuis le temps que j'habite ici, Tobias, vous avez puisé dans toutes vos réserves pour m'emmerder, comme vous dites, et que maintenant vous improvisez. Vous êtes sûr que votre petite fille n'a pas plutôt 20 ans et qu'elle n'a pas prévu de dormir ? » Sa réponse me blase. Sérieusement. Je ne suis pas assez désespéré pour l’emmerder à ce point là. Surtout que je suis un menteur absolument merdique. Demandez à Louise, je suis incapable de mentir. Je me frotte les yeux, et croise à nouveau les bras. « Vous savez quoi, Zola, je me fous complètement de ce que vous pensez. Je vous dis que j’ai une fille, qu’elle a quatre ans et qu’elle a besoin de dormir mais vous ne me croyez pas, tant pis. Croyez bien ce que vous voulez. Cependant, vous ne pouvez pas nier que depuis quelques mois, j’ai arrêté de vous emmerder avec le bruit, alors j’aimerais que vous me fassiez cette faveur : arrêtez au moins de marcher fort avec vos talons. S’il vous plait. Maintenant, excusez-moi, mais je dois retourner la voir avant qu’elle ne se réveille et qu’elle remarque que je ne suis plus là. Bonne soirée, Zola. » Je ne la laisse pas ajouter quoi que ce soit et tourne les talons pour redescendre dans l’appartement.
 Comme prévu, le bruit ne s’arrête pas. Surtout, Tobias, ne t’énerve pas. Je prends une grande inspiration et vais voir par l’embrasure de la porte ma petite Louise. La lumière est allumée et elle est en train de jouer avec ses peluches. Je souris et vais à côté d’elle. « Tu ne dors pas, ma chérie ? » Elle secoue la tête et viens se blottir contre moi. « Les dames d’en haut, elles font trop de bruit. Et puis j’ai peur pour demain, aussi. Tu crois que je vais y arriver à danser ? » « Mais bien sûr, ma princesse, que tu vas y arriver. Je sais que tu n’as pas commencé la danse depuis longtemps mais tu es déjà très douée et puis tes copines pourront t’aider. » Elle hoche la tête et fourre son visage dans mon cou. Je caresse ses cheveux, essayant de la calmer. Au bout de quelques secondes, le bruit, à l’étage, n’a toujours pas cessé. « Tu veux jouer avec moi et mes doudous ? » Je lui souris et hoche la tête. Nous jouons, pendant quelques minutes. J’espère que ça pourrait la fatiguer assez pour qu’elle passe outre le bruit. Finalement, elle commence à cligner des yeux, et à bailler. « Tu veux essayer de dormir encore, Louise ? » Elle ne hoche même pas la tête et se scratche sur l’oreiller. Je souris et remonte la couverture sur elle. « Bonne nuit, mon ange. » Alors que je n’ai même pas eu le temps de me relever, un bruit sourd retentit à l’étage. Je grommelle une injure dans ma barbe, et les petits gémissements de Louise me mettent de plus en plus en colère. Elle m’énerve cette femme, sérieusement ! « Papa… » Louise se recroqueville sur elle-même et je vois des petites larmes perlées à ses yeux fatigués. Je la prends dans mes bras et me lève. Je vais la mettre sur le canapé, et l’enroule dans une couverture. « Tu ne bouges pas de là, princesse. Je vais voir ce qu’il se passe, et qu’elles arrêtent de faire du bruit. Je reviens dans pas longtemps, promis ma puce. » Je l’embrasse et allume la télévision, mettant une chaine de dessin animé à un volume réduit. Je sors de l’appartement et laisse Louise enfermée à l’intérieur. Je remonte à l’appartement de Zola et frappe avec force.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 3 Avr - 16:21

Mes copines continuent de se raconter des trucs à voix basse et de pouffer de rire. Je ne les écoute pas, je suis plutôt étonnée par le comportement de mon voisin. Je ne l'ai jamais vu comme ça. Il n'a même pas fait de commentaire déplacé, ce qui n'est jamais arrivé. Il se met à me faire un laïus : "Vous savez quoi, Zola, je me fous complètement de ce que vous pensez. Je vous dis que j’ai une fille, qu’elle a quatre ans et qu’elle a besoin de dormir mais vous ne me croyez pas, tant pis. Croyez bien ce que vous voulez. Cependant, vous ne pouvez pas nier que depuis quelques mois, j’ai arrêté de vous emmerder avec le bruit, alors j’aimerais que vous me fassiez cette faveur : arrêtez au moins de marcher fort avec vos talons. S’il vous plait. Maintenant, excusez-moi, mais je dois retourner la voir avant qu’elle ne se réveille et qu’elle remarque que je ne suis plus là. Bonne soirée, Zola." Et il se retourne et rentre chez lui avant que j'aie le temps de réagir. Je reste là, sans voix, regardant la cage d'escalier dans laquelle il a disparu. Je me sens assez mal, et si c'était vrai ? Il a raison, j'ai bien remarqué que la musique qui résonne la journée stoppe vers cinq heures. J'imaginais qu'il avait enfin compris le concept des écouteurs, ou qu'il sortait jusque tard le soir. Mais maintenant qu'il m'a dit ça, c'est vrai que c'est les horaires d'une école. Merde. Je vais lui donner le bénéfice du doute.

Je referme la porte, et enlève directement mes escarpins. Je les pose par terre, et me tourne vers les filles qui me regardent avec de grands yeux. "Donnez-moi vos chaussures. On les mettra en partant." Toutes les deux s'exécutent avec des petits sourires. Je les pose à côté des miennes, et finalement je vais m'asseoir en face d'elles. Seulement maintenant, je me rends compte qu'elles ont comploté. Elles sont trop sages, là. Et leurs sourires en coin se voient à des kilomètres. "Quoi ?" "Il est mignon, ton voisin." Emily pouffe de rire à côté. Je lève les yeux au ciel. Qu'est-ce qu'elles ont prévu. "Et ?" "Vous avez couché ensemble ?" "Quoi ? Non." Je les regarde avec un air dégoûté. Comment je pourrais coucher avec un mec comme ça. Beurk. Sérieusement, beurk. "Vraiment ? Ya un truc entre vous, c'est pas possible autrement." Je regarde Ashley, blasée. "Ce mec me pourrit la vie depuis que je suis arrivée ici." "Zo, ça se voit trop qu'il y a un truc ! Allez viens, on va le faire remonter juste pour te faire plaisir." "Quoi ? Non..." Je n'ai pas le temps d'arrêter Emily qu'elle se lève et frappe fort du pied sur le sol. "Putain Emily mais t'es folle ? Ca va pas la tête ? Je vais me faire tuer !" Je suis vraiment énervée contre elle, là. Je prends ma tête dans mes mains tandis que la blonde se rassoit avec un air satisfait.

Boum boum boum. Voilà, je le savais. Je regarde Emily, énervée. "T'es contente ? Si je me fais assassiner c'est de ta faute." Je me lève et vais ouvrir la porte à moitié. "Désolée, vraiment. Regardez, on a enlevé les chaussures !" Je glisse derrière la porte pour que Tobias puisse voir que les 3 paires sont alignées à l'entrée. Je reprends ma place d'origine. "C'est mon amie, elle voulait vous faire remonter." Je lève les yeux au ciel, pour bien lui montrer que ce n'était pas mon idée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 3 Avr - 16:44

 La porte s’ouvre doucement, et le visage désolé de Zola apparaît. Pourtant, ma colère ne désemplit pas. C’est pas possible, quoi. Qu’elle ne me croit pas, d’accord, ce n’est pas mon problème, mais elle pourrait au moins faire un effort pour respecter ce que je lui ai demandé ! Je crois les bras et écoute ce qu’elle me dit. « Désolée, vraiment. Regardez, on a enlevé les chaussures ! C'est mon amie, elle voulait vous faire remonter. » Je lève un sourcil et lance un regard à ses amies, derrière, qui ont l’air assez fières d’elles. Zola a l’air vraiment désolée, donc ça me calme un peu. Je me détends. « S’il vous plait, Zola, faîtes quelque chose pour les tenir. Je ne les connais pas, mais je vois bien qu’elles s’amusent de peu de chose. Bien que leur mine défoncée montre qu’elles ont dû abuser de l’alcool. Enfin, ce n’est pas mon problème. Tout ce que je veux, c’est que ma fille puisse dormir, c’est tout. » Je regarde derrière Zola, ses copines ont vraiment l’air complètement torchées. Et aussi très contente de leur affaire. Je ne sais pas ce qu’il se passe ici ; bien que j’ai deux sœurs et que je les ai souvent entendu comploter avec des histoires de garçon. Je ne doute pas que leur tentative pour me faire remonter à l’appartement est en partie due à ça. « Zola, soit vous trouvez un moyen de les contrôler, soit… je m’en occupe moi-même. Je sais que c’est vraiment très exagéré, je suis tout à fait d’accord, mais Louise n’a que quatre ans, elle a besoin de dormir. Elle n’a pas eu des dernières années faciles pour une petite fille donc je voudrais bien que… j’aimerais que le bruit cesse. En tous cas… je vous remercie d’avoir essayé de faire moins de tapage en enlevant vos talons, je vous en suis très reconnaissant. » Je la regarde quelques secondes, puis je lance un regard aux deux amies, toujours dans le même état. Je me racle la gorge avant de reporter mon regard sur Zola.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 10 Avr - 20:50

Je regarde Tobias pendant qu'il me fait une leçon de morale. Il a l'air moins énervé mais quand même, il utilise des mots assez tranchés. "S’il vous plait, Zola, faîtes quelque chose pour les tenir. Je ne les connais pas, mais je vois bien qu’elles s’amusent de peu de chose. Bien que leur mine défoncée montre qu’elles ont dû abuser de l’alcool. Enfin, ce n’est pas mon problème. Tout ce que je veux, c’est que ma fille puisse dormir, c’est tout." Mon sourcil se hausse de puis en plus au fur et à mesure de ses mots. Je me retourne pour voir mes copines. Elles ne sont pas "défoncées" comme mon cher voisin le dit. J'ouvre la bouche pour rétorquer, mais il continue. "Zola, soit vous trouvez un moyen de les contrôler, soit… je m’en occupe moi-même. Je sais que c’est vraiment très exagéré, je suis tout à fait d’accord, mais Louise n’a que quatre ans, elle a besoin de dormir. Elle n’a pas eu des dernières années faciles pour une petite fille donc je voudrais bien que… j’aimerais que le bruit cesse. En tous cas… je vous remercie d’avoir essayé de faire moins de tapage en enlevant vos talons, je vous en suis très reconnaissant." Il commence à me soûler un peu, là. Je suis légèrement irritée. On a juste bu une bouteille de rosé à trois, c'est pas comme si c'était de la vodka. Je suis juste plus joyeuse et plus franche que d'habitude. Enfin, là, je suis énervée. Je suis donc aussi plus lunatique que d'habitude. Quoique, avec cet homme, mon humeur change déjà très vite lorsque je suis sobre, donc on ne peut rien en conclure. Et puis c'est quoi cette histoire avec sa supposée fille qui n'a pas eu des "années difficiles" ? Je ferme la porte derrière moi, et croise aussi les bras. On a l'air bien, là, l'un en face de l'autre les bras croisés. "Oh, vous allez me faire pleurer. Arrêtez de jouer à l'histoire triste, ça marche pas. Vous voyez, peut-être que dans un moment de faiblesse j'ai cru à votre petite histoire, mais là vous en avez trop fait, je suis pas dupe." Je le regarde avec un air dégoûté, c'est tellement nul d'inventer une histoire comme ça. Je décroise mes bras et montre du doigt la porte derrière moi. "Et puis, pour votre gouverne, elles ne sont pas défoncées, comme vous dites, elles sont toujours comme ça. C'est comme ça qu'elles s'amusent."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 10 Avr - 21:18

 Elle a l’air de plus en plus énervée alors que j’essaye de rester calme. Je sens qu’on est vraiment dans une impasse là. Je la vois fermer la porte derrière elle et se mettre face à moi, bras croisés. Elle me lance un regard meurtrier. Je crois qu’elle ne me croit toujours pas à propos de Louise. Enfin, ce n’est pas important. « Oh, vous allez me faire pleurer. Arrêtez de jouer à l'histoire triste, ça marche pas. Vous voyez, peut-être que dans un moment de faiblesse j'ai cru à votre petite histoire, mais là vous en avez trop fait, je suis pas dupe. Et puis, pour votre gouverne, elles ne sont pas défoncées, comme vous dites, elles sont toujours comme ça. C'est comme ça qu'elles s'amusent. » Son air dégouté mon confirme bien qu’elle me prend pour un salaud. Son avis, je m’en contre fout. Ce qu’elle pense de moi, encore plus. Je prends une grande inspiration pour essayer de me calmer. « Vous savez quoi, laissez tomber. Bonne soirée, Zola. » Je lui lance un regard entendu et tourne les talons en direction des escaliers. J’entre dans l’appartement et ferme la porte à clefs derrière moi. Je vais voir sur le sofa, Louise est toujours réveillée. Ses yeux sont gonflés par la fatigue et rougis par les larmes. Je la prends dans mes bras et éteint la télévision. « Tu vas dormir avec papa, ce soir, ma chérie. Tu pourrais te cacher sur tu entends du bruit, d’accord. » Elle passe ses bras autour de mon cou en reniflant et je l’emmène dans ma chambre. Je la mets sous les couvertures et presque instantanément, ses yeux commencent à se fermer. Je souris et vais me changer, prenant une douche. Je reviens dans la chambre et me glisse à côté d’elle. Je la regarde dormir, d’un sommeil encore un peu léger, il semble. Elle vient prendre ma main, et j’embrasse sa tempe. « Dors bien, mon petit ange. » Je la regarde quelques minutes encore, pour être bien sûr qu’elle va s’endormir correctement. Finalement, je plonge également dans le sommeil, essayant de ne pas penser au bruit que font les filles à l’étage supérieur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 17 Avr - 18:51

Je m'attendais à tout sauf à ça. Je pensais qu'il allait s'énerver, me dire que je suis une idiote, quelque chose dans ce goût-là. Mais non. Au lieu de ça, il souffle un grand coup et me lâche un "Vous savez quoi, laissez tomber. Bonne soirée, Zola." avant de se retourner pour descendre les escaliers. Heu, c'est pas normal. J'avais déjà prévu de lui répondre méchamment, c'est pour cela que j'ouvre la bouche pour rétorquer quelque chose, avant de me rendre compte de ce qu'il venait de me dire, et qu'en face de moi ne se trouvait plus son visage, mais son dos. Je ferme la bouche, et hausse les sourcils. Je suis très décontenancée. Et c'est la deuxième fois de la soirée ! C'est pas normal. Je passe quelques instants toute seule dans le couloir, essayant de remettre mes pensées en ordre. Lorsque je retrouve les filles dans mon appartement, je me rends compte que Tobias a ruiné ma soirée. Je n'ai plus envie d'être là, ce soir. "Allez, les chéries, on va se balader ! Je n'ai pas envie de rester ici." Emily fait une petite remarque sur mon altercation avec le voisin du dessous, mais je ne relève pas. Je lance des ballerines dans mon sac, enfile mes escarpins, et en quinze minutes, nous sommes sorties de l'immeuble.

Il est six heures du matin lorsque je rentre chez moi, avec le premier métro. Los Angeles n'a pas un réseau souterrain très développé, mais au moins il dessert mon quartier. C'est très utile. J'ai les pieds en feu, ce matin je prends l’ascenseur. Je ne lui fait pas trop confiance, étant donné l'âge de la machine. C'est pour ça que d'habitude, je monte les trois étages à pied. Mais pas aujourd'hui. Une fois chez moi, je m'affale dans mon lit, après n'avoir retiré que ma veste et mes chaussures. Je n'ai pas besoin de beaucoup de temps pour m'endormir. On a fini en boite, j'ai dansé toute la nuit, je suis crevée. Je me réveille vers treize heures. Je suis un zombie. Jus d'orange à fond, ma cure de désintox maison. Ca fait des merveilles sur une gueule de bois. Si seulement j'avais appris ça plus tôt. Ca m'aurait évité les petits déjeuners que mon estomac menaçait de rejeter à chaque lendemain de soirée. Vers quatre heures, et après une bonne douche, je décide d'aller faire un tour à la plage. J'enfile un short et un tee shirt au dessus de mon maillot de bain, des tongs, et je sors. Direction les escaliers. Arrivée au deuxième étage, l'ascenseur s'ouvre devant moi et une petite fille en sort. La conversation d'hier soir avec un certain habitant de cet étage revient dans ma mémoire. Serait-ce possible que... ? Je m'arrête, et à ce moment là Tobias sort de la machine. Un sourire se forme sur mes lèvres. Je ne sais même pas s'il m'a vue. "Bonjour, c'est la vôtre ? Vous l'avez kidnappée ?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Jeu 17 Avr - 20:36

J'ai plutôt bien dormi. Et Louise, une fois que le bruit des voisines se soit arrêté, a encore mieux dormi que moi. C'est d'ailleurs elle qui me réveille le lendemain matin, à dix heures. Je grogne alors qu'elle saute sur le lit comme une folle. « Debout, papa ! Debout ! C'est aujourd'hui la danse ! » Je lui grommelle quelque chose et elle descend du lit et cours dans le canapé. Elle n'a que quatre ans, mais elle sait utiliser la télécommande de la télévision, c'est certain. Je finis par me lever et je traîne les pieds jusqu'à la cuisine où je lui prépare son petit déjeuner : des céréales et un biberon de chocolat chaud. Je ne prends pas de petit-déjeuner. J'en prends rarement. Ou alors, je pique dans le paquet de gaufrettes à la fraise que je garde pour le goûter de Louise. Je pose son bol et son biberon sur la table basse et la petite brune se jette dessus. La matinée se passe... normalement. Elle regarde la télévision pendant une petite heure, nous mangeons tôt puis je la prépare pour son gala. Enfin, j'essaye. Je finis surtout avec beaucoup de paillettes un peu partout et je m'arrache les ongles à essayer de lui faire une coiffure comme l'ont demandé les professeurs de danse. Au final, on arrive à un résultat pas trop mal. Nous partons et tout ce passe bien. C'est bon signe, non ?

J'applaudis la petite tête brune qui salue sur la scène. Elle est adorable dans son tutu rose, ses cheveux relevés, des paillettes plein le visage. Après qu'ils aient salué une deuxième fois, je me dirige vers les coulisses où leur professeur les félicite. Dès qu'elle me voit, Louise vient se jeter dans mes bras. « Comment j'étais, papa ? Dis, j'étais bien ? » Je souris et dépose un baiser sur sa joue. « Tu étais parfaite, ma chérie. Une vraie pro ! » Elle sert ses petits bras autour de mon cou et me signale qu'elle veut descendre. Je la laisse aller dire au revoir à ses amis, puis nous sortons du bâtiment pour rentrer. Tout de même, elle est très fatiguée et elle a besoin de ne rien faire le reste de l'après-midi. Il n'est que quatre heures, pourtant.

Je me gare dans le sous-terrain de l'immeuble et prend l'ascenseur, Louise accrochée à mon bras, toujours en tutu mais les cheveux détachés, le pouce dans la bouche et son ours sous le bras. L'ascenseur monte doucement au deuxième étage. Quand la sonnerie retentit et que les portes s'ouvrent, Louise ne m'attend pas et gambade vers la porte de l'appartement. « Lou, attends-moi ! » Je sors de l'ascenseur et vois ma petite fille arrêtée devant une femme que je connais. Zola. On dirait qu'elle est sur le point de sortir à la plage, elle n'est pas très habillée. Je souris à sa réplique, un peu amer, me souvenant de l'épisode d'hier. « Bonjour, c'est la vôtre ? Vous l'avez kidnappée ? » Je pose une main sur la tête de Louise et lève les yeux sur moi et sourit, en se rapprochant de mes jambes. Elle est d'habitude très joviale avec les étrangers, mais là... elle est fatiguée, donc casanière. Un peu comme moi, en fait. « Bonjour, Zola. Non, je ne l'ai pas kidnappée. C'est ma fille, vous vous souvenez, je vous en ai déjà parler. Louise, tu dis bonjour s'il te plait ? C'est la demoiselle qui habite l'appartement au dessus, elle s'appelle Zola. » La petite brune se frotte les yeux et regarde Zola avant de prononcé d'un ton plus enjoué que celui auquel je m'attendais : « Bonjour, mademoiselle Zola. Enchantée de vous rencontrer, je m'appelle Louise. » Sur ce, elle lui tend sa petite main, attendant qu'elle lui serre comme les grandes personnes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Lun 5 Mai - 15:53

Qui aurait cru que monsieur Tobias le chieur de l'immeuble avec sa musique tonitruante avait vraiment une fille ? Pas moi en tout cas. J'étais toujours persuadée en partant hier soir que ce n'était qu'un mensonge parmi d'autres. Mais il se trouve que cette fois, c'était vrai. "Bonjour, Zola. Non, je ne l'ai pas kidnappée. C'est ma fille, vous vous souvenez, je vous en ai déjà parler. Louise, tu dis bonjour s'il te plait ? C'est la demoiselle qui habite l'appartement au dessus, elle s'appelle Zola." C'est mignon comment il parle à sa fille. Je sais bien qu'il n'a pas kidnappé la petite, elle lui ressemble quand même beaucoup. Je baisse la tête vers la petite fille qui s'était réfugiée derrière les jambes de son père. Et je souris lorsqu'elle me dit bonjour en tendant sa petite main. C'est chou les enfants. Enfin, quand ils ne crient pas et tout ça,  quoi. Quand je ne dois pas m'en occuper, aussi. Je suis impressionnée de sa politesse, je ne pensais vraiment pas qu'une petite fille de son âge connaisse l'expression "enchantée de vous rencontrer". Je lui fais un sourire et me baisse pour serrer sa main. "Enchantée de te rencontrer aussi, mademoiselle Louise." Je lâche sa main et me relève pour regarder Tobias. Notre altercation d'hier me revient en tête, et j'ai un peu honte. Je suis persuadée que mes joues se sont colorées d'un joli rouge. Je passe la main dans mes cheveux. "Hm. Je crois que je vous dois des excuses... Je ne pensais vraiment pas que vous pouviez élever un enfant, mais en fait si." Je baisse les yeux sur la petite, et revient vers lui, mais j'ai du mal à le regarder directement. Je lâche un petit rire nerveux. "Je vous voyais plus du genre à vous évaporer dans la nature, si on vous annonçait que vous alliez être père, en fait." Je ne sais pas faire d'excuses, donc je ne pense pas qu'il prenne bien ce que je viens de lui dire. Mais bon. C'est quand même un compliment, dans un sens, qu'il ne soit pas aussi nul que je ne le pensais. "Et puis elle est juste trop mignonne."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   Lun 5 Mai - 17:43

Je regarde Louise serrer la main de Zola, comme une grande. Cette gamine m'épatera toujours. « Enchantée de te rencontrer aussi, mademoiselle Louise. » Je souris, tout comme ma fille qui revient se coller contre mes jambes, mettant son pouce dans sa bouche. Ouh là, oui. elle est vraiment fatiguée, la puce. Quand on rentre, c'est un biberon de chocolat devant la télévision. Je pose ma main sur la tête de Louise qui vient entourer son bras autour de ma jambe. « Hm. Je crois que je vous dois des excuses... Je ne pensais vraiment pas que vous pouviez élever un enfant, mais en fait si. » Je lève la tête vers Zola. Ses joues se sont empourprées. Elle peut être désolée. Elle m'a quand même traité de menteur. Je serais incapable de mentir sur ce genre de chose... de toute façon, je ne mens quasiment jamais. Sauf à Louise mais l'histoire du Père Noël, du Lapin de Pâques et de la Fée des Dents, ça ne compte pas. « Je vous voyais plus du genre à vous évaporer dans la nature, si on vous annonçait que vous alliez être père, en fait. » Je lève un sourcil d'exaspération et me penche pour prendre Louise, qui s'endort debout, dans mes bras. Sa tête se pose sur mon épaule tandis qu'elle essaie tant bien que mal de garder les yeux ouverts. « Non, ça... c'est plutôt le genre de la mère. » Je pose mon doigt sur le nez de ma petite fille, ce qui la fait doucement rire. Ca m'arrache un sourire. « Et puis elle est juste trop mignonne. » En entendant qu'on parle d'elle, Louise regarde Zola et commence à parler avec son pouce dans la bouche. « Louise, tu enlèves ton pouce de ta bouche quand tu parles... » La petite brune se redresse et enlève son doigt de sa bouche. « Désolé. Merci, Zola. Les gens disent que je ressemble à mon papa. Et, je trouve que vous êtes très, très jolie. » Elle sourit et viens reposer sa tête contre mon épaule, et elle commence à parler à son ours. Elle fait ça de plus en plus souvent. Je sens que l'ami imaginaire ne va pas tarder à arriver.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La théorie du père indigne - Tobias   

Revenir en haut Aller en bas
 

La théorie du père indigne - Tobias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Théorie] Giovanni, père de Sacha ?
» [Théorie] Le Père Noël dans l'Univers Pokémon
» Mais c'est qui Père Tobias en fait ?
» père Tobias
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-