AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Phone Ҩ Aidan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Phone Ҩ Aidan   Jeu 19 Jan - 19:09




Vous êtes bien sur la messagerie d'Aidan. Laissez moi un message et j’essaie de vous joindre rapidement. Billie, si c'est toi, non je n'ai pas de nutella à la maison.
Welcome Mister De Conti.

NUMERO Ҩ 811-321-221
LANGUE DU TELEPHONE Ҩ ITALIEN
BATTERIE Ҩ ■■■■□
MESSAGES RECUS Ҩ 3 NOUVEAUX MESSAGES
MESSAGES VOCAUX Ҩ 2 NOUVEAUX MESSAGES
BROUILLONS (02) ENVOYES (271)
sonneries, crédits et contacts.

SONNERIE Ҩ sheryl crow - if it makes you happy
SMS Ҩ sonnerie 3
CREDITS Ҩ les on frat




Dernière édition par S. Aidan De Conti le Jeu 8 Nov - 14:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Jeu 19 Jan - 19:10

NOUVEAU MESSAGE RECUT DE ...


    (c)Datura
    Votre message


Code:
<div style="padding-LEFT:30px; padding-RIGHT: 30px;"><div style="background-COLOR: Lavender ; text-ALIGN: justify;"><div style="background-COLOR:indianred;text-ALIGN:center;"><span style="color:white;font-size:16px; font-weight:bold;">NOUVEAU MESSAGE RECUT DE ...</span></div>
[table border=0][tr][td][list][img]http://illiweb.com/fa/pbucket.gif[/img]
[size=8](c)copyright[/size][/list][/td][td][list]<span style="font-size:15px;credit-site-css:mycandids.tk: font-family:Georgia;color:#AA85B6;font-weight:bold;font-style:italic;"></span><div style="line-height:14px;width:400px;height:100px;overflow:auto;font-size:12px;">[justify]Votre message[/justify][/list]</div>[/td][/tr][/table]</div> </div><div style="font-size:10px;text-align:right;padding-right:15px;">[url=http://mycandids.tk]CRÉDIT - CSS[/url]</div>


Dernière édition par S. Aidan De Conti le Jeu 8 Nov - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Sam 21 Jan - 23:15

♫ Hello, do you miss me ? I hear you say you do, but not the way I'm missin' you ♪

Savannah déposa les clés de son domicile dans le petit bol prévu à cet effet, sur le buffet de l'entrée et déchaussa promptement avec ravissement ses chaussures qu'elle laissa négligemment traîner dans un coin du couloir, avant de pénétrer dans le salon. Le silence serein qui régnait dans l'appartement lui fit comprendre que ses colocataires n'étaient pas présents ce soir là, et bien que cela soit d'une ingratitude qui lui était peu coutumière, la jeune Monroe se réjouissait de leur absence. Cela lui permettrait de pouvoir s'installer sur le sofa, devant le premier film qui passerait à la télévision et qu'elle jugerait potable sans entendre les protestations de Jeremy à son côté. Elle passerait une soirée calme et sereine, sans avoir besoin de faire la conversation à qui que ce soit et cela lui convenait parfaitement. Elle se dévêtie rapidement, abandonnant ses vêtements sur son lit pour ne plus conserver qu'une légère chemise blanche sur ses épaules. Peu tracassée par l'heure qu'il était, la jeune femme se prépara un bol de céréales avec du lait froid, avant de s'installer confortablement entre deux coussins et d'allumer la télévision, espérant ne pas tomber sur un nouveau film dit « inédit » et dont le budget semblait être encore plus bas que celui accordé à une troupe de lycéen. Elle porta sa cuillère à ses lèvres vermeilles, tout en changeant les chaînes lorsque soudainement, le téléphone sonna. Elle ne bougea pas, se contentant d'ignorer la sonnerie qui retentis une fois ... deux fois ... trois fois. Savannah soupira et quitta sa posture décontractée pour rapidement décrocher, songeant que ce n'était l'affaire que de quelques secondes : personne n'appelait sur le fix, si ce n'est les publicités.

« Tanya c'est Aidan. Tu vas bien ? »

Le palpitant de la jeune femme bondit hors de sa poitrine et la jeune femme faillit lâcher le téléphone tant la surprise était saisissante. Elle n'avait eu aucun mal à reconnaître la voix masculine du jeune De Conti, mais elle était d'autant plus étonnée qu'il connaisse Tanyah. Mal à l'aise, elle ne su que répondre : savait-il qu'elle vivait ici ?

« Euhm, Tanyah n'est pas là, je peux lui laisser un message ? s'enquit-elle, en se sentant très idiote. Après quelques fractions de secondes, elle ajouta ; c'est Savannah au bout du fil ... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Lun 23 Jan - 16:57

♫ Hello, do you miss me ? I hear you say you do, but not the way I'm missin' you ♪

Un silence pesant se déposa sur la ligne de conversation et Savannah se mordilla nerveusement la lèvre inférieure, attendnat une réaction, n'importe laquelle, venant du jeune homme. Pourquoi appelait-il ici ? Le hasard avait-il était cruel au point de l'envoyer auprès d'une de ses proches ? Ironie n'avait jamais été plus écoeurante.

« Où est Tanya ? »
« Je ne sais pas, elle doit être sortie avec Jeremy, répondit-elle avec douceur, tout en enroulant une mèche de ses cheveux ébènes autour de son index. »

Nouveau silence. Celui-ci parut sensiblement différent du précédent et l'estomac de la jeune femme se contracta progressivement, comme si son être entier présageait quelque chose de mauvais pour elle-même. Elle ne le perturba pas, se contenant de se lover dans l'attente taquine d'une réaction de sa part. Elle ne s'attendait pas à ce qui allait suivre.

« Tu a décidé de te rapprocher de ma cousine pour détruire ma vie, c'est ça ? Que ce que tu compte lui dire sur moi, hein ? Que je suis un salaud de t'avoir rejeté alors que tu revenais après 4 ans d'exil ? Tu vas bientôt me mettre Birdie à dos aussi ? »

Sanguine, Savannah sentie ses nerfs brûler à vif et son tempérament partir au quart de tour. Elle contint cependant l'impulsivité de sa colère qui menaçait de déferler dans l'appareil pour atteindre le jeune homme et pris une seconde pour conserver son calme, mais aussi stratégiquement. Il ne lui en laissa pas le temps :

« Répond Savannah ! »
« Absolument Aidan, mon but ultime est de m'immiscer dans ta vie par le biais de cette charmante Tanyah, j'ai pensé qu'elle pourrait m'être très utile pour l'accomplissement de mes sombres desseins ... Non, mais tu t'entends ? siffla-t-elle avec un cynisme mêlé à la colère que lui inspirait ses allégations. Raisonner par l'absurde semblait être la méthode la plus adéquate pour mettre en évidence l'incohérence des propos du jeune De Conti dont la fureur semblait transportée ses hypothèses insensées à leur paroxysme. Elle soupira de mécontentement et une fraction de seconde plus tard, ajouta : Je ne pouvais pas rester à l'hôtel, donc j'ai pris l'annonce la plus satisfaisante qui me passait sous le nez et malheureusement, il n'y avait pas l'arbre généalogique de mes futurs colocataires en informations complémentaires, cela te suffit-il où tu as encore d'autres accusations à faire peser contre moi ? »

Elle relâcha la mèche brune d'entre ses doigts et s'adossa au mur avant de se laisser glisser contre celui-ci, les genoux repliés vers sa poitrine et le combiné encore bien plaqué contre son oreille. Elle pouvait sentir la tension d'Aidan aussi aisément que s'il s'était tenu près d'elle. Son coeur s'emballa.

« Pour ce qui est de Birdie, je ne compte pas la mêler à notre situation. Je ne désire pas qu'elle prenne mon parti, parce que cela signifierait que nous sommes en guerre et nous ne le sommes pas. N'est-ce pas ? »

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Lun 30 Jan - 12:13

♫ Hello, do you miss me ? I hear you say you do, but not the way I'm missin' you ♪

« Tu te crois drôle ? T'as fini ? Pourquoi a-t-il fallut que de toutes les collocations possible tu réponde à celle de Tanya ? »

Savannah soupira, faisant ainsi écho à l'exaspération que cette soudaine complication inspirait à son interlocuteur. Elle resta silencieuse, se mordillant la lèvre inférieure avec une nervosité telle qu'elle n'en avait plus connu depuis un certain temps, si l'on exceptait sa dernière rencontre avec le De Conti : c'était donc l'effet qu'il aurait désormais sur elle … Et la colère serait celui qu'elle aurait sur lui. La jeune femme sentie ses genoux s'entrechoquer et son corps glissa le long du mur, jusqu'à ce qu'elle se recroqueville sur elle-même, le combiné plaqué contre son oreille, ses cheveux enroulés autour de ses doigts. À cet instant précis, bien que la voix du jeune homme se faisait plus pressante au bout du fil, elle retrouvait cette triste solitude qui demeurait à ses côtés et qui ne semblait plus vouloir la quitter, comme une étreinte permanente qui s'étant accrochée à elle tant d'années, ne pouvait plus s'en défaire. Elle clos ses paupières et le noir l'enveloppa peu à peu. Les seules choses qui existaient à présent, c'était le mur dans son dos, le sol sous ses cuisses et la voix qui la jugeait amèrement …

« Tu comptes m'entendre dire un truc précis ? Parce que je ne sais pas ce que nous sommes Savannah pour être franc. Je ne sais pas ce que tu attends de moi. »
« Moins de haine, murmura-t-elle pour toute réponse. »

Elle ne s'attendait pas à de grandes effusions affectives, elle ne s'attendait pas non plus à ce qu'il accepte immédiatement la situation dans laquelle elle l'entraînait dès lors. Cependant, elle avait espéré un minimum de tolérance, de compréhension, rien qui n'incluait une acceptation instantanée, mais qui n'éjectait pas un minimum de respect.

« Une chose est sur : laisse Birdie en dehors de tout ça. Et Tanya n'as pas à savoir, je n'ai pas envie de voir mes amis me tourner le dos sous prétexte que je suis un salopard qui se comporte mal avec les femmes ».
« Je n'ai pas la prétention d'avoir recherché la compagnie de Tanyah, répondit-elle simplement, encore moins maintenant que je sais qu'elle t'ait apparenté, ajouta-t-elle en replaçant une mèche de ses cheveux derrière son oreille, songeant qu'il était clair qu'elle n'aurait pas l'idée de confier le moindre de ses remords à sa jeune colocataire, aussi sympathique pouvait-elle être. Ça deviendrait trop compliqué et elle avait surtout besoin d'objectivité … Tu as une piètre image de moi, poursuivit-elle en étendant ses longues jambes devant elle. Tu crois vraiment que je te considère comme un salaud doublé d'un goujat ? Ses yeux brillèrent dans la pénombre de la pièce. Laisse moi vite te détromper, je ne le pense pas. »

Il n'était pas dans sa tête, le simple fait qu'il s'accorde le droit de transfigurer ses pensées gênait la jeune femme, pour la simple et bonne raison qu'elle était mal interprétée par la suite. De toute façon, la jeune femme était de celle qui était toujours malaisé à cerner … là encore plus qu'à l'accoutumée.

« Et sinon, ce message ? S'enquit-elle, pour briser le silence soudain et évacuer la tension qui vibrait sur la ligne. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Jeu 2 Fév - 8:02

♫ Hello, do you miss me ? I hear you say you do, but not the way I'm missin' you ♪

« Ah bon ? Me voilà rassuré. C'est bizarre parce qu'avant, je savais quelle opinion tu avais de moi, j'avais la prétention de te connaître par cœur. Mais maintenant je ne sais plus ce que tu pense et je crois que je m'en fou »

Un sourire très particulier étirait les lèvres rosées de la jeune femme : pourtant, les mots étaient aussi acérés qu'une aiguille et l'avait atteint précisément là où cela faisait mal. Le sourire en soi, était indéchiffrable, autant que pouvait l'être la jeune femme, qui oscillait entre rire franchement ou pleurer silencieusement.

« Ce n'est pas parce que tu prétends t'en foutre complètement, que je me dois de faire de même envers toi. répondit-elle simplement, presque avec une pointe d'amusement dans la voix. Comme si elle discutait avec un vieil ami. »

La jeune femme se redressa rapidement et sans s'apercevoir qu'à ce moment précis, son interlocuteur effectuait des gestes similaires, elle chercha au fond de la poche de sa veste ses cigarettes qu'elle ne tarda pas à allumer avant de rejoindre la fenêtre, qu'elle entrouvrit, offrant son visage à la caresse nocturne. Elle lui laissa tout le temps de répondre à sa question suivante, tandis que chacun de ses muscles se détendaient sous l'effet du tabac. Jeremy n'appréciait pas qu'elle fume dans l'appartement : elle lui avait rétorqué qu'elle n'appréciait pas le bruit de la télévision à quatre heures du matin. Elle avait pourtant la décence d'ouvrir la fenêtre. Pour une fois.

« Oh je vois, tu a certainement mieux à faire... Savannah leva les yeux au ciel, exaspérée : c'est comme s'il cherchait à la cerner à chaque mot qu'elle pouvait prononcer en faveur de son appel. Tu pourra demander à Tanya si elle a récupérer mon porte-feuille ? »
« Bien sûr, répondit-elle, soudainement taciturne. »

Un long silence, devenu coutumier, s'installa une nouvelle fois entre eux et Savannah attendit : qu'il dise quelque chose, n'importe quoi, car s'il ne faisait rien, elle allait raccrocher. Ils avaient beau se lancer des piques successives, certaines plus blessantes que les autres, elle préférait en redemander plutôt que de ne plus entendre le son de sa voix.

« Avant de raccrocher... Il y en a eu un autre ? Enfin je veux dire, pendant ces 4 ans, il y a eu quelqu'un ? »
« Tu oublis que tu es censé t'en foutre, répliqua Savannah sur un ton posé. Si ce que je te dis reste dans le vent, autant me taire. Ajouta-t-elle, se faisant à moitié cruelle dans sa réponse, puisqu'elle savait qu'il en avait besoin. Mais elle voulait l'entendre dire. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Sam 4 Fév - 18:47

♫ Hello, do you miss me ? I hear you say you do, but not the way I'm missin' you ♪

Savannah était penchée vers l'extérieur, ses longs cheveux de jais soulevé par la brise nocturne. Elle fut incapable de briser le silence lorsque celui-ci pesa entre eux, rythmant d'une note affreuse leur conversation. Elle tira sur sa cigarette et bientôt, rejeta la fumée vers le ciel étoilé, la contemplant pensivement. Intérieurement, elle le suppliait de parler, pour ne pas devoir mettre fin à cette discussion si inattendue autant pour lui que pour elle. Bien évidemment, elle avait aussi conscience que celle-ci n'aurait jamais eu lieu s'il avait su qu'elle vivait précisément ici … Mais qu'importe. Peut-être ne rappellerait-il plus jamais, au moins, il avait appelé une fois. Elle répondit à ses mots sur un ton plus éthéré que la question le sous-entendait : elle voulait qu'il sache, sans avoir à demander, comme il le faisait si bien autrefois. Qu'il devine avec cette justesse incroyable qui ajustait l'harmonie de leur couple brisé.

« Bien. Je ne vais pas t'obliger à me répondre... Tu m'as répondu, d'une certaine façon »

La réponse déplût considérablement à Savannah qui cette fois-ci, ne pu admettre une décontraction comme celle-ci. Sanguine, elle sentie ses nerfs s'enflammer d'un seul coup et son cœur sortir de sa poitrine tandis que l'énervement propulsait ses mots hors de sa bouche, elle en avait presque envie de crier.

«  Je t'ai répondu d'une certaine façon ? Je vais t'en répondre d'une autre dans ce cas : Ça fait quatre années entières que je me lève le matin pour aller travailler, que je mange alors que je n'en ai pas la moindre envie, que je reste silencieuse toute la journée durant, si ce n'est lorsqu'on s'adressait à moi, parce que rien n'arrivait plus à m'intéresser, me contentant de faire mon job sans m'impliquer avec qui que ce soit, que je rentre chez moi tard le soir, dans un appartement vide, et que je fais des insomnies ou des cauchemars monstrueux, à me remémorer un meurtre avec la trouille au ventre qu'on me retrouve, alors non Aidan, non. Pour avoir une relation avec quelqu'un d'autre, encore aurait-il fallu que mon cœur ne soit pas en miettes. »

Ses derniers mots parurent définitifs. Elle en avait fini. Sa respiration s'était accélérée, tout autant que son rythme cardiaque et dégoûtée, elle jeta sa cigarette par la fenêtre et referma celle-ci. Ses yeux lui piquaient désagréablement.

«  Il est temps que je raccroche, je pense, dit-elle d'une voix brisée, pas parce que j'ai mieux à faire, mais parce que je … parce que je ne veux pas que entendes mes pleurs … Parce que je crois qu'on s'est tout dit, pour ce soir du moins … »

Elle patienta quelques secondes, puis, comme la tension était insoutenable, elle raccrocha sans préavis et à cet instant précis, des perles salées étincelantes sous la lumière lunaire roulèrent sur ses joues …
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Dim 6 Mai - 17:47


Le temps était grisâtre et la pluie battante s'écrasait avec force contre les vitres de l'appartement. Savannah était allongée sur le canapé, les mains liées sur son ventre plat et le regard fixé sur les craquelures du plafond. Elle était immobile, comme si à cet instant précis, rien n'avait la capacité suffisante pour la faire bouger, ne serait-ce que d'un centimètre. La tempête balayait tout en elle, détruisant toutes ses convictions sur son passage dévastateur, l'éjectant contre ses craintes et la rendant inapte ne serait-ce qu'à déclencher un sursaut de conscience pour effectuer un mouvement, aussi futile soit-il. Pour combler le silence pesant sur les lieux, elle avait passé l'unique disque qu'elle possédait. C'était un vieux CD de Tina Turner qu'une ancienne colocataire lui avait légué, il y à de cela des années. ♫ I can't stand the rain against my window, bringing back sweet memories. I can't stand the rain, against my window, 'cause he ain't here with me ♪ La veille, le frère de son ex-fiancé, Enzo, était passé au bar pour lui rendre une petite visite à laquelle la jeune femme ne s'attendait pas une seule seconde. Ses propos avaient été divers, futiles, blessants. Comme si dès le départ, il s'était attribué un but précis qu'il avait mené dans la conversation par des détours subtiles. Savannah n'aurait pas été étonnée d'apprendre qu'il soit un merveilleux joueur d'échecs. Un bébé … ♫ hey window pain, tell me do you remember, how sweet it used to be ? When we were together. Everything was so grand ! Now that we've parted, there's just a sound, that I just can't stand. ♪ Pourquoi ne lui en avait-il pas parlé ? Cela faisait des mois qu'elle était de retour à Los Angeles dans le but flagrant de revenir vers lui. Elle avait compris que ce qui s'échouait entre elle et lui était son futur mariage avec Ciara. Elle avait pensé pouvoir gérer cela. Mais un enfant avec Charlie … Non, elle ne comprenait pas pourquoi il ne l'avait simplement pas éconduite. Il allait être père. Pourquoi l'avait-il mené en bateau en la laissant espérer ? ♫ hey hey rain, get out of my window, 'cause he ain't here with me. I can't stand the rain against my window, bringing back sweet memories … ♪ Son cœur se contracta avec violence. Dans un sursaut, elle chercha à tâtons la bouteille de rhum qu'elle avait abandonné quelques instants auparavant, pour porter cette dernière à ses lèvres salées. Non, le déclic ne s'effectuait pas. C'est comme si les pièces du puzzle de son existence auquel elle donnait forme depuis son retour venaient de cesser de s'accorder, la narguant pour la forcer à recommencer depuis le début, voire même à l'inciter à abandonner la partie. Se levant du sofa, la jeune mexicaine ouvrit d'un mouvement brusque sa fenêtre, laissant la pluie s'écouler sur le sol de l'appartement et serrant sa bouteille contre elle, elle sortie son portable, composant le numéro d'Aidan à l'aveugle avant de presser l'appareil contre son oreille. La tonalité. Une …. deux … trois … Come on, pick up your phone ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Mer 9 Mai - 15:27


La tonalité pulsait contre son oreille comme l'aurait fait un cœur paisible, n'ayant nulles craintes d'être messager d'affreuses nouvelles attendant confirmation. Savannah but plusieurs gorgées de rhum dont le breuvage consuma sa gorge asséchée par l'amertume qui pénétrait les pores de son myocarde. Les effluves alcoolisées embaumaient ce dernier, l'enveloppant d'un baume de paix aussi réconfortant qu'artificiel. « Allô ? » Sa sérénité précaire se brisa en mille morceaux lorsque les longues sonorités laissèrent place à la voix de son ex-fiancé. Elle désira décrypter ce simple mot pour en découvrir les nuances qu'il pouvait dissimuler, mais peut-être était-elle trop enivrée pour y parvenir, si bien qu'une fraction de seconde s'écoula avant qu'elle ne réponde ; « C'est Savannah. » Comme s'il avait besoin de cette précision, comme s'il ne pouvait pas reconnaître le timbre de sa voix. Elle déposa bruyamment sa bouteille à côté d'elle et s'allongea sur le sol, légèrement étourdie. Elle inspira longuement, sans rien ajouter à cela. Comme si elle rassemblait ses pensées pour pouvoir les exprimer, mais ces dernières étaient si confuses qu'elle s'enveloppa dans son mutisme quelques minutes supplémentaires. Des doutes planaient sur la ligne, qui ne tardèrent pas à crisper le moindre nerf de la demoiselle. Comment devait-elle aborder cela ? En premier lieu, cela n'aurait pas dû être de son devoir. Non, c'est lui qui aurait dû l'appeler, c'est lui qui aurait dû murmurer les réponses sans qu'elle n'ait la moindre question. Elle déglutit difficilement, avant de dire ; « J'ai reçu une visite inattendue au bar hier. Commença-t-elle en se remémorant le visage d'Enzo qu'elle avait appris à déprécier durant cette longue nuit d'insomnie qui avait succédé à cette soirée. Ton frère est aussi agréable que tu me l'avais décrit, ironisa faiblement la demoiselle. Il m'a confié certaines choses. Des choses que je n'ai pas pu croire, parce qu'elle ne venait pas de ta bouche Aidan. » La jeune mexicaine se sentait prise de nausée et un bref instant, elle passa une main contre son ventre comme pour calmer les crises de son organisme que son esprit avait rendu malade suite aux confessions de l'aîné De Conti. « Un enfant Aidan … Un enfant de Charlie ! Est-ce qu'il a menti ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Dim 20 Mai - 0:07


De l'autre côté de la ligne, Savannah redoutait. Ses craintes s'amplifièrent au quintuple, d'autant plus lorsqu'elle perçut l'agitation soudaine du jeune homme à ses mots précédents : aurait-il réagit autrement s'il n'avait rien eu à se reprocher, rien qui ne pesa sur sa conscience ? Ou peut-être s'inquiétait-il seulement des méfaits causés volontairement par les paroles mensongères rependues par Enzo dont la facette calculatrice avait élu une cible parfaitement ajustée à la précision de ses mots, ses traits foudroyant qui s'étaient fichés profondément dans son cœur. Un instant, ivre, elle s'enferma dans cette excuse. Elle était prête à s'aveugler volontairement pour ne pas voir les faits, les respirations révélatrices d'Aidan, n'importe quoi pour qu'il lui confessa la traîtrise de son frère. C'était toujours plus doux que cette vive douleur qui transperçait sa poitrine, tandis que la lame glacée de l'anéantissement se chargerait de l'achever. « Non ... » Son cœur se froissa comme un vulgaire morceau de papier. Allongée le long du sol, Savannah sentie son corps entier se tendre à son maximum tandis qu'une vague à larmes remontait le long de sa gorge, pour s'y bloquer en attendant les éclats de sa peine, de sa douleur et de ses regrets. Elle aurait souhaité être forte, conserver ce calme olympien qui l'avait caractérisé jusqu'ici, malheureusement, cette femme qu'elle était, ne pouvait encaisser une nouvelle si énorme sans flancher. La seule impression qui l'habitait dès lors, c'était une désorientation affreusement douloureuse. Où se trouvaient ses repères désormais ? Quel but pouvait-elle se fixer ? Sans objectif, il n'y a pas d'avancée. Sans avancée, il y a une âme qui s'isole et dépérit. Qu'est-ce que tout cela voulait-il dire enfin de compte ? Qu'Aidan était définitivement hors de sa portée ? Qu'elle devait tracer sa route ? Elle ne savait plus. Cette simple pensée la fit trembler d'effroi. Il n'y aurait plus d'avenir pour elle si le De Conti n'en faisait pas partis. Rien, il n'y avait plus rien. Cette perspective la terrifia d'autant plus.

Elle mit un instant à comprendre que ses épaules s'agitaient en spasmes désordonnés et que ses larmes débordaient à flot de ses prunelles étincelantes dans l'obscurité de la pièce. La pluie faisait désormais écho à sa peine. Le bruit tapageur qu'elle produisait sur le parquet du salon en était presque devenu rassurant. Elle ne pouvait réprimer les longs gémissement qui s'extirpait avec autant de sa gorge. Comme pour étouffer sa plainte, elle passa sa main contre sa bouche. Souffrir en silence. « Je ne sais pas comment t'expliquer Savie ... Ce n'était pas prévu ... J'ai voulu l'aider et une fois que j'ai compris mon erreur elle était enceinte ... » D'un geste pesant et maladroit, Savannah attrapa sa bouteille d'alcool qu'elle porta à sa bouche en grimaçant. Aider Charlie. Aider Charlie à avoir un gosse. Mais qui faisait ça nom de Dieu ? Son esprit s'embrumait peu à peu, ne lui léguant plus une seule once de retenue, lui conférant seulement la vérité que l'on ne pense pas. « Tu peux m'expliquer ce qui était prévu dans ce cas ? Je suis paumée Aidan. Complètement paumée. Qu'est-ce qui m'empêche d'aller « aider » quelqu'un dis-moi... dit-elle sur un ton traînant. Après tout ça fait quatre ans que j'ai joué l'égoïste, serait peut-être temps de me faire généreuse ! Ironisa-t-elle avec un rire qui sonnait incroyablement faux. Mais c'était vrai. En quatre ans, aucune histoire n'était venu entacher sa vie, pour la simple et bonne raison que tout appétit sexuel l'avait déserté, comme si durant tous ce temps elle avait été anesthésiée face à la sensualité du sexe opposé. Pourquoi ne pourrait-elle pas y céder, maintenant que plus rien ne semblait compter ? Le pire tu sais ce que c'est ? C'est que j'en suis pas capable, souffla-t-elle contre le combiné de son téléphone. La seule personne que j'ai toujours voulu c'est toi et personne d'autre. Et aujourd'hui, il y a de l'orage, je suis seule, comme toujours, avec une bouteille d'alcool et je suis en train de te faire culpabiliser. Bordel Aidan … quel est mon rôle dans cette histoire ? S'il n'y a plus rien … Qu'est-ce que je fiche ici ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Dim 27 Mai - 15:47


Nevermind I found, someone like you ! I wish nothing but the best, for you too ! Don't forget me, I beg, I remember you said, « sometimes it lasts in love, but sometimes it hurts instead. »

Les rétines océanes de Savannah se voilèrent l'espace d'un instant, tandis que son esprit ivre de rêves avortés déroulait le fil d'une existence qu'on lui avait arraché. Des centaines de fois, elle s'était plongée dans les méandres du monde des « et si », imaginant sans mal la vie qu'elle aurait pu partager avec Aidan s'ils n'avaient pas été séparés. La maison qu'ils se seraient offert, le restaurant qu'ils auraient ouvert ensemble, les nuits d'amours qu'ils auraient échangé, les enfants qu'ils auraient pu avoir. Des enfants. L'estomac de Savannah se rebella contre cette idée, ayant à présent la désagréable impression de toucher à ce qu'elle n'aurait plus jamais. Son cœur l'élançait douloureusement, à l'instar des pulsations d'une ecchymose sous une peau à la membrane fine, qui rappelle constamment, à longueur de minutes, que quelque chose a frappé et continue à faire mal. « Je ne sais pas trop ce que tu veux entre Savie ... Je n'avais pas prévu de devenir père et encore moins que ce soit Charlie la mère, tu le sais bien ... » Non, elle ne le savait pas. Elle ne savait plus. Comment aurait-elle pu, puisqu'il n'avait pas eu le courage ni la décence de lui parler de cet enfant, de lui apprendre qu'il allait devenir père. Les membres de la jeune femme s'agitèrent et Savannah se recroquevilla sur elle-même, comme pour lutter contre l'affreuse vague qui la ballottait chaotiquement contre ses peines, acérant une colère qui n'était pourtant pas la sienne. Sa sensibilité écorchée vive par ses révélations et mise à nue par l'alcool déversé dans ses veines lui faisait perdre l'esprit. Des mots qui dépassèrent sa pensée furent prononcés par ses lèvres tremblantes. Elle regrettait à peine après les avoir énoncé, sachant que cela blesserait Aidan, suffisamment pour qu'il réagisse. Pourtant ce n'était pas ce qu'elle souhaitait, lui faire du mal. C'était bien la dernière des choses qu'elle voudrait faire. Pourtant, son mal la dévorait de l'intérieur : les « pourquoi » et « les et si » dansaient en couple dans son esprit, martelant les pans de son mental des pas cadencés de leur slow endiablé. Elle passa une main sur son front, frémissante. Elle aurait aimé pouvoir faire disparaître, l'ignorance était bien plus douce … « Ne me fais pas payer ta disparition Savannah ! Tu me reproche d'avoir avancé, c'est bien ça ? Tu pense que ça a été facile toutes ces années sans toi ? J'ai détesté ce moment où je t'ai dis adieu sur le pas de ta porte mais je t'ai aussi dis que c'était compliqué ! Je ne peux pas faire comme si ces quatre dernières années n'avait pas existé, tu comprend ?! » Elle voulait sentir de nouveau son corps contre le sien. Cette fameuse nuit où il l'avait accompagné chez elle après avoir veillé Billie. Cette soirée où sur le pas de sa porte, leurs visages s'étaient rapprochés l'un de l'autre et pour la première fois depuis quatre ans, leurs lèvres s'étaient scellées, comme si deux moitiés venaient de se retrouver. Elle se remémorait la chaleur diffuse qui s'était rependue dans son abdomen, et son besoin de se tenir près de lui. Son parfum masculin qui lui était monté aux narines et qui l'avait attiré plus près encore. Et l'adieu déchirant qui s'était ensuivit. Parce que c'était compliqué, alors que leur amour en soit, était pourtant un air simple et entraînant. Ils avaient brisé la symphonie. S'étaient séparés une seconde fois. « Je ne te reproche pas d'avoir avancé ! Je te reproche de lui avoir donné l'occasion de me faire du mal ! Tu aurais réagis comment toi, si Jackson était venu cogner à ta porte avec un grand sourire pour t'apprendre que je vais être mère ? » lâcha-t-elle, tentant confusément de lui faire comprendre la situation dans laquelle elle avait été placée la veille. « Oui, je comprends. » ajouta-t-elle dans un soupir en se redressant pour faire tourner son index autour du goulot de sa bouteille. Elle demeurait pourtant amère.

« Je ne sais pas Savie ... Je ne sais pas ! Tu veux me faire croire que tu es resté ici simplement pour moi ? Je t'ai dis que j'allais me marier pourtant ... » Les sourcils de Savannah se froncèrent, tandis qu'elle s'adossait au mur du couloir pour ne pas céder aux effluves de l'assoupissement qui l'appelaient. Oui, il le lui avait dit le premier soir où elle était revenue du Mexique. Pourtant, il y avait une grande différence de rôle entre devenir un mari, et devenir un père. Parce que l'un pouvait encore être défait, alors que l'autre était scellé. « Oui, tu me l'as dis. Je pouvais avoir l'égoïsme de priver une femme d'un mari, mais je ne pense pas être suffisamment ingrate pour arracher son père à un enfant. » dit-elle en relevant ses prunelles étincelantes de larmes vers le plafond. Elle avait grandi sans mère, ce qui avait entraîné la fuite de son père. Certes, la situation n'était pas la même mais elle savait pertinemment ce qu'était de vivre sans emblème parental. Elle n'aurait pas causé ce malheur à un petit être qui n'avait même pas encore connu la lumière du jour. « … Te voir devient insupportable parce que je ne t'aurai plus jamais, parce qu'as chaque fois que tu verra un bébé, tu pensera à celui qu'on aurait put avoir si la vie n'avait pas été aussi dégueulasse avec nous. Je t'aime toujours, et je sais que ce sera toujours le cas ... » Ses sanglots firent écho à ceux du jeune De Conti. C'était comme sentir une détresse énorme grandir en elle, manquant de la dépasser tant elle était protubérante. ♫ If i tell the world i'll never say enough 'cause it was not said to you and that's exactly what i need to do, if I end up with you, should i give up, or should i just keep chasing pavements, even if it leads nowhere ? ♪ Savannah se leva et d'un coup maladroit, éteignit la radio qui continuait d'émettre des chansons qui résonnaient bien trop fortement en elle. « Je t'aime aussi, toujours. Depuis la première fois que je t'ai vu. » murmura-t-elle, se remémorant cette journée de discussion aux parloirs qu'elle avait eu avec Jackson, après avoir aperçu le De Conti à quelques mètres d'elle. Ses paupières se fermèrent sous le doux souvenir et son corps entier frémit. « Mais ce n'est pas suffisant, n'est-ce pas ? » ajouta-t-elle, comme pour dire à voix haute ce qu'ils pensaient pourtant tout les deux. Ils avaient beau être épris l'un de l'autre, ça ne pouvait effacer le fait que des responsabilités attendait l'un, aux dépends de l'autre. « Crois le ou non, mais il n'y a rien entre Charlie et moi. Elle voulait devenir maman et je l'ai aidé. Le bébé vas arrivé et je vais être père, je ne peux pas changer le cours du temps Savie ... Sinon j'aurais déjà changé pas mal de chose ... » So do I, pensa Savannah en percevant des élans de nostalgie s'immiscer plus profondément en elle. Si le temps pouvait être un sablier qu'on aurait loisir à retourner, encore et encore, pour rattraper des erreurs coincées entre chaque grain de sable … « C'est bon Aidan. Je te crois. » inspirant profondément, elle poursuivit ; « Ça sera une jolie poupée ou un petit soldat ? » s'enquit-elle, mettant sa détermination à l'épreuve pour prendre sur elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   Sam 16 Juin - 15:48


Nevermind I found, someone like you ! I wish nothing but the best, for you too ! Don't forget me, I beg, I remember you said, « sometimes it lasts in love, but sometimes it hurts instead. »

« Je t'aime, je t'aime, je t'aime, plus qu'hier, moins que demain, mais bon dieu que je t'aime. » semblait chanter son myocarde, pulsation par pulsation. Savannah s'était assise contre le mur frais de son appartement, le combiné de son téléphone posé délicatement contre son oreille et le regard perdu dans l'énorme flaque d'eau qui se rependait peu à peu sur son parquet, à cause de la pluie qui le martelait depuis près de dix minutes. Elle sourit. D'un sourire énigmatique, qui ne voulait probablement rien dire. Cela ne suffisait plus, avait-il dit. Pourtant, elle pouvait aisément deviner que ce qu'ils pensaient tout deux irrévocable finirait par trouver une issue. N'importe laquelle. N'avaient-pas été témoins des aléas d'un destin imprévisible ? Lorsqu'ils pensaient vivre de jours heureux jusqu'à la fin de leur existence, ils avaient été brutalement arrachés l'un à l'autre. À présent qu'ils pensaient à leur relation et qu'ils avaient la conviction que le monde était retourné contre eux, qu'ils croyaient ne plus pouvoir vivre leur idylle, jamais, le Destin pourrait-il se montrer contradictoire ? La chute n'est jamais celle à laquelle on s'attend. Cela pansa les plaies superficielles de la jeune femme, suffisamment du moins pour qu'elle puisse admettre cette posture inconfortable dans laquelle ils étaient tout deux placés. L'admettre, sans pour autant l'accepter. Un pas après l'autre, elle ne souhaitait pas trébucher. Parce qu'elle savait qu'elle ne pourrait sûrement pas se relever, si cela venait à arriver. Elle amena le sujet de cet enfant sous un nouvel angle, un aspect auquel peu pouvait se douter qu'elle puisse y trouver un intérêt. Ce n'était pas une curiosité malsaine, non, loin de là. C'était pour savoir, parce que les questions de Savannah sont parfois inattendues. Elle ne souhaitait pas laisser la douleur prendre ses aises, se sentir désarmée. La Monroe s'en défendait, tel un parasite sur son territoire. Pourtant, un être perspicace pouvait parfaitement sentir les conséquences que cela avait en elle, les débris n'étaient certes pas flagrants, mais ils existaient bel et bien, pour qui sait observer. Ses yeux se fermèrent lorsqu'elle entendit Aidan s'étouffer d'un sanglot de l'autre côté de la ligne et une perle étincelante glissa sur sa joue. Ils se consumaient tout les deux, ils se consumaient et bientôt, ne restera plus qu'un tas de cendres soufflé par la brise nocturne d'un passé mélancolique. « Un garçon. » dit-il. Elle ne pu s'empêcher d'imaginer Aidan, accompagné d'un petit bonhomme avec une adorable frimousse et des cheveux en bataille, caractéristique. Les imaginer tout deux, se baladant mains dans la mains, sur la baie de Santa Monica, un soleil estival éclairant la scène de leurs batailles familiales dans le sable fin. Elle espérait un tel bonheur pour lui. Son cœur se serrait simplement à l'idée de ne pouvoir en faire partie. « Au revoir Aidan. » murmura-t-elle. Ce n'était pas une interruption brutale. C'était simplement quelques mots prononcés avec douceur, qui semblaient marquer la fin d'une ère particulière qui allait manquer. Trois mots qui pourtant, dans leur inconscience mutuelle, semblait promettre bien plus que leurs espoirs brisés. « every new beginning comes from some other beginning's end »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Phone Ҩ Aidan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Phone Ҩ Aidan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Perséphone Dupré|Terminer ^^
» Quand le téléphone portable peut sauver la vie...
» athéna perséphone zubrowka ☞ hey baby (uc).
» Hadés et Perséphone en Europe.
» Cassie's phone
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-