AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Ven 10 Fév - 21:22


→ Charlie & Birdie

Vous êtes vous déjà réveillé un matin avec la net impression que vous êtes envie et que c'est vivifiant ? Vous avez dormi parfaitement, fait des rêves tous plus doux les uns que les autres. Vous ne vous en souvenez pas du tout mais il y a cette douceur qui se blottit contre votre coeur et qui vous fait dire que tout devait être parfait. Vous ouvrez vos volets et il fait un temps splendide. Normalement votre cerveaux devraient se manifester et vous faire remarquer que vous habitez à Santa Monica et qu'il ne fait jamais moche. Mais là vous vous émerveillez devant le ciel bleu et le soleil brulant. Vous en profitez pour respirer l'air frai et là vous pensez je suis vivante, c'est merveilleux. Normalement ce genre de réflexion nous vous arrive jamais. Déjà c'est stupide de remarquer qu'on est vivante, comme si on pouvait mourir... Oui enfin plutôt comme si on l'avait déjà envisager. Ou alors vous vous réveillez le coeur lourd avec l'envie de penser bordel, je suis vivante, pourquoi moi ? Vous ne voulez pas pour autant mourir bien sûr, c'est seulement une manière exagérer de dire qu'on voulait rester au lit. Mais aujourd'hui Birdie s'était réveillé, le soleil perlait déjà à travers les volets, et était venu lui chatouiller le visage. Elle avait ouvert ses yeux parfaitement reposé et frai, avait sourit un instant. Puis le temps s'était suspendu quelque seconde, comme si elle était soudainement suspicieuse de quelque chose. Elle se leva précipitamment de son lit, sauta dans toute sa chambre jusqu'au volet qu'elle ouvrit d'une main, et renversa un peu tout le bazars qui trainait sur son bureau afin de trouver son portable, elle composa un numéro qu'elle connaissait sur le bout des doigts et attendit la sonnerie, en tapant légèrement du pied comme une petite fille impatiente d'annoncer une bonne nouvelle à sa meilleure amie. Les sonneries passèrent Vous êtes bien sur le portable de Birdie je suis occupée avec mon saxo et je ne vous entend pas, à moins que ça ne soit parce qu'on me fait crier trop fort, quoiqu'il en soit je ne vous répondrais pas tout de suite, alors soit vous n'êtes pas pressé et vous ruinez votre forfait soit vous laissez un message et je vous rappellerais peut être quand j'aurais finit de faire du bruit. Birdie sourit et attendit le bip sonore avant de commencé à parler « Lou, c'est Billy, enfin tu as probablement déjà reconnu ma voix. Il faut que je te raconte mon rêve, incroya... » Elle fut soudainement prise d'un énorme doute lâcha le téléphone et chercha son portefeuille qu'elle avait du faire tomber par terre, dans l'empressement elle se cogna l'épaule contre le bureau et étouffa un cris de douleur, elle remarqua son épaule, ne compris pas, et trouva son portefeuille et l'ouvrit rapidement pour trouver sa carte d'identité. Birdie Lou Salinger Elle se laissa tomber sur ses chevilles et envoya valser son porte feuille à l'autre bout de la chambre. Wesley débarqua dans la chambre inquiète et demanda d'un air concerné comment ça allait. Birdie leva les yeux vers sa colocataire avant de faire un haussement d'épaule douloureux évidement « Je suis vivante, c'est... Merveilleux » Seulement ce merveilleux là sonnait comme un pas croyable, ou alors un bordel pourquoi est-ce que ça m'arrive encore. Wesley répondit d'un faible sourire, visiblement Birdie était déjà chiante et bizarre avant l'accident, mais maintenant c'est la cerise sur le gâteau. Elle finit tout de même pas lâcher. « Programme de remise en forme dans cinq minutes. Met un truc décent, ou pas... » Birdie sourit en se souvenant de la relation ... compliquée qu'elle entretenait avec ça colocataire. Elle enfila rapidement un jean et un T-Shirt plus présentable et qui cacherait le bandage immonde de son épaule. Elle grimaça d'ailleurs violemment en essayant de l'enfiler.

Dans la cuisine Wesley avait lancé les vinyles les plus joyeux, et servit un Irish Coffee comme elle le faisait si bien, avec le seul gâteau qu'elle savait faire et que Birdie adorait. Le jeune femme eu presque envie de sourire. Elle s'assit à table et fit un grand sourire à Wesley en remerciement. Elle commença à boire l'Irish Coffee, maintenant elle avait presque l'habitude d'en boire comme on boit de la grenadine et c'était probablement une très mauvaise habitude. Soudainement alors que Wesley se désolait qu'on ne puisse pas reprendre les répétitions à cause de la blessure de Birdie qui l'empêchait de porter son instrument correctement, Birdie prit une boucher du gâteau magique. Elle se réveilla comme d'un mauvais rêve, de sa torpeur matinal post je suis en vie c'est merveilleusement bizarre. « J'ai l'idée du siècle. Bouge pas. Enfin si fait ce que tu veux. Il faut que je sorte, je reviens ce soir, je t'explique tout ! Faut que je parle à Charlie » Elle se leva rapidement de table, avala le reste de son coffee alcoolisé, mangea le reste de sa part de gâteau et se rua dans sa chambre pour rassembler toutes les partitions qui trainaient dans sa chambre. Toutes ses derniers textes et ses dernières trouvailles. Celle de Wesley aussi, et d'autre membre du groupe, bref tout ce qui lui tombait sous la main et qui parlait de musique. Elle sortit en trombe de sa chambre, et passa dans le salon pour faire un bisous sur la joue de Wesley avant de sortir de l'appartement. Le mieux pour passer outre cette journée qui commençait plus que bizarrement était de rester occupé. Comment avait-elle pu oublier tout ce qu'elle avait fait, tout ce qui s'était passé, toutes ses erreurs, enfin tous ces derniers mois, et penser que tout était un rêve.

Elle se serait bien retourné cette question encore et encore dans sa tête, mais il valait mieux éviter pour la santé mentale de la jeune femme. Déjà que vu le regard de Wesley et le plan programme de remise en forme qui avait été préparé, Birdie tournait surement en rond depuis des jours. D'ailleurs suivant ces souvenirs c'était le premier jour ou elle avait vraiment le droit de ce lever. Car elle se rappelait pas être sortit les autres jours et ce n'était pas son genre... Bon en tout cas elle profitait de l'air légèrement frai de Santa Monica qui faisait qu'avec une bonne veste c'était tout à fait agréable de se balader dans les rues. Génial. Heureusement pour son cerveau trop fécond elle arriva bientôt dans la maison de mademoiselle Middleton. Une femme charmante, bon de toute façon ça ne serait pas le cas, elle l'aimerait quand même, c'est la meilleure amie d'Aidan. Et déjà que Birdie n'aime pas Ciara alors si en plus elle n'aime pas Charlie... La Aidan la tuerait surement. Mais de toute façon Charlie était la plus adorable des femmes, et il y aurait facilement plus de chance que ça soit Charlie qui ne puisse pas supporter Birdie à l'inverse. Surtout Charlie avait une voix splendide. Mais voilà. Birdie sonna à la porte de la demoiselle qui vint lui ouvrir. Birdie fit un grand sourire, fit une bise rapide à la jolie brune et rentra comme une furie dans la maison de la demoiselle. Elle ne fit pas particulièrement attention à l'apparence de la jeune femme, sans quoi elle aurait remarqué les vêtements larges suspect, et puis tout de même le gros ventre. Elle se mit à parler vite « J'ai eu une idée de génie ce matin. Comme pour le moment je peux plus vraiment jouer de musique, j'ai repenser à tout ce qu'il pouvait manqué dans notre band... » Elle marcha en même temps jusqu'à une table et commença à sortir tout son bordel. « Bonjour au faite. Et donc j'ai eu l'illumination de ma vie et de ma journée, je suis sûr que je te l'ai déjà dit. Mais pour t'avoir entendu chanté par pur hasard tu as une voix de déesse. » Elle sourit, et continua dans sa virée de la femme qui enchaine le plus d'idée possible de Los Angeles. « Sérieusement si je jouais aussi bien que tu chante, on serait riche. Et donc il nous manque une voix. Les mecs chantent pas trop mal, mais ce sont des filles qui écrivent les paroles... Alors il nous faut une chanteuse. Tu es notre chanteuse... » Elle fit un dernier sourire immense de folle furieuse, ouvrit ces bras comme si elle esquissa un immense TADAAA, grimaça encore de douleur parce qu'elle avait bougé son épaule alors qu'elle devait la garder en place, et finit par ajouter «On ne dit pas non à une blessée... » Elle battit des cils comme pour charmé la jeune femme qui était tout ce qu'il y a de plus hétéro, comme elle d'ailleurs pour son plus grand problème avec Wesley...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Sam 25 Fév - 23:24


→ Birdie&Charlie

Charlie dormait comme un loir. Un joli petit loir enfin un loir ce n'est pas vraiment beau mais bon, disons que si elle avait été un loir, elle, elle aurait été très belle et aurait fait honneur à son espèce. La demoiselle était complètement emmitouflée dans ses couvertures. Elle faisait un rêve étrange mais reposant en même temps. Elle était redevenue une petite enfant et se trouvait dans une grande salle de danse. D'ailleurs, elle dansait comme une vrai danseuse, comme elle avant, lorsqu'elle n'avait pas eu son accident. Elle était heureuse, elle souriait et faisait des sauts et bien d'autres mouvements consacrés à la danse. Elle se sentait même s'envoler. Elle regarda en dessous et c'était ce qui se passait. Elle volait sans être accrochée, elle volait vers le ciel et alors qu'au début elle se sentait bien, elle commença à paniquer d'un coup. Elle voulait redescendre et criait pour qu'on la repose. D'ailleurs, elle criait hors de son rêve. Ses chiens s'approchèrent d'elle, aboyant pour qu'elle se réveille. Tout ceci n'était qu'un rêve, rien de plus.

A force d'aboiements, elle fini par se réveiller. Elle vit ses trois chiens la regarder et attendre qu'elle leur dise que tout allait bien. Charlie se tourna pour ne pas les voir. Non, elle n'allait pas bien. Pourquoi tout irait bien? Elle toucha son ventre et sentit son enfant bouger en elle. Elle sentit les coups de pieds qu'il lui donnait pour le plaisir ou non; qu'en savait elle. Elle posa ses deux mains dessus et imagina que tout allait bien même si ce n'était pas vrai. Après un quart d'heure, elle finit par se lever. Il fallait bien qu'elle se lève, sinon, elle allait finir par passer la matinée au lit.


Près de deux heures étaient passées lorsqu'elle entendit quelqu'un qui sonnait à la porte. Elle qui chantait un air de 30 Second to Mars qui était assez bruyant dans la salle à manger, préparait quelques petits trucs à manger. Charlie n'avait en réalité mais entendu mais l'attitude de ses chiens lui montrait bien que quelqu'un était en train d'attendre. Elle finit donc par ouvrir la porte et vit entrer une furie. Charlie ne repéra pas immédiatement qui était en face d'elle. Il fallait aussi avouer que bien qu'elle connaisse Birdie par le biais d'Aidan, elle ne s'était pas attendu à ce qu'elle vienne chez elle. La demoiselle lui parlait et elle écoutait en mettant du temps à comprendre ce qu'elle lui disait. Après un monologue qu'elle trouva sans fin, Charlie eu le droit de parler.

Depuis le début, Charlie avait de gros yeux interrogateurs mais ils le devinrent encore plus lorsqu'elle l'entendit dire qu'elle était leur chanteuse. Charlie rigola un instant toute seule. Rire lui fit du bien, depuis le temps que ça ne s'était pas produit. Elle retrouva son sérieux et s'adressa à Birdie. « Tu es blessée et moi j'ai un cabinet à gérer donc désolée chérie mais tu vas devoir trouver quelqu'un d'autre ». Elle lui souriait bien que la réponse ne soit pas celle attendu par Birdie. Et un bébé en attente pensa-t-elle. Alors chanter n'était pas dans ses priorité de la demoiselle. Petit 1, elle ne pensait pas être douée pour chanter. Petit 2, le cabinet lui prenait un temps fou alors elle ne voyait pas comment elle pourrait se libérer car entre lui, sa soeur et ses chiens, elle avait déjà du mal à trouver du temps pour elle. Petit 3, avec un enfant dans le ventre, elle ne pourrait pas chanter, tout du moins c'est ce qu'elle pensait. Voilà donc comment dire non à une blessée. xD Une blessée pas vraiment blessée d'après ce qu'elle pouvait voir mais elle se doutait juste que Birdie n'allait pas lâcher le morceau de si tôt. Après être venue telle une furie, comment le pourrait elle? Elle se le demandait.

Charlie se rendait donc vers la cuisine. « Tu veux boire quelque chose? Jus d'orange ou thé? Tu m'excuseras, je ne te proposes pas de café, tu as l'air d'en avoir déjà bu plus de dix tasses ce matin. » Charlie sourit. Elle mangea deux petites bouchées de ce qu'elle avait préparé et tandis l'assiette à Birdie au cas où elle en voudrait aussi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Dim 26 Fév - 15:43

Birdie ne s'en rendait pas encore compte. Mais en ce moment elle était pitoyable. D'ailleurs si aujourd'hui elle était encore plus ou moins amnésique de la totalité des merdes de sa vie, ou que si elle n'en saisissait pas encore complètement l'ampleur c'est qu'elle devait être encore sous l'effet excitant et amnésique de l'alcool qu'elle avalait presque sous forme d'intraveineuse depuis qu'elle était sortie de l'hôpital. Au moins c'était bien elle ne se shootait au pas au anti-douleur. Si on la regardait de plus près on pouvait avoir la désagréable impression qu'elle était complètement droguée au café ou à autre chose... Elle avait un sourire irréelle, et une motivation hors du commun, elle avait les mains qui tremblaient de manière probablement imperceptible mais qui dénotait une certaine nervosité, et tout le trouble mental qui l'habitait dont elle ne se rendait même pas compte. Ce matin elle avait d'ailleurs failli croire que toute sa vie n'était qu'un rêve. A quel point fallait-il être fêler pour penser ça, alors que tous les matins elle se réveillait normalement avec la gueule de bois, et les membres, les organes et la tête plus lourde que le béton armée des bunker nazis. Mais ce matin elle s'était lever avec le feu au fesse, et le cerveau incroyablement clair et bien portant. Aucun souvenir de la veille mise à part qu'il avait l'air d'avoir été un long rêve sur les neuf dernier mois. D'ailleurs Birdie ne s'était même pas demander ce qu'elle avait pu faire la vielle complètement absorbé par la mission qu'elle devait remplir aujourd'hui. Ramener une chanteuse extraordinaire dans le groupe. En plus Charlie avait vraiment le profil idéal. Quoiqu'elle l'imaginait mal être aussi tordue qu'elle et Wesley et le reste du groupe, elle pourrait justement en être l'élément rationnel, gentil et qui apporte un peu de douceur à l'excès de l'art dans toute sa splendeur. D'ailleurs elle ne s'était pas rendu compte qu'elle avait débarqué comme un boulet de canon parlant avec une vitesse absolument affolante, et sans même faire de pause pour respirer ou voir la réaction de Charlie. Comme si au fond ça n'avait pas d'intérêt. Comme si pour une fois au lieu de se noyer dans l'alcool elle se noyait dans les paroles et dans l'excitation. Au final s'arrêter un instant pour se reposer, ça rimerait immédiatement à se rappeler tout ce qu'elle avait complètement oublier en se levant se matin et qui la mettrait à terre encore une fois. Aujourd'hui elle voulait profiter à fond de ce je suis vivante c'est merveilleux qui était sorti dans le doute à son réveil. « Tu es blessée et moi j'ai un cabinet à gérer donc désolée chérie mais tu vas devoir trouver quelqu'un d'autre » Et bam. On avait décidé de l'exterminer et de ne jamais être d'accord avec elle se me semble. Sérieusement en ce moment Birdie avait seulement d'entendre un petit oui dans sa vie. Ou alors un je t'aime, je te pardonne mais tout ça c'était une autre histoire bien différente. Il y avait tellement de bordel dans la vie que c'était quasiment impossible à gérer, alors parfois elle avait juste besoin de quelque chose marche correctement. Et clairement, Charlie la vilaine sorcière n'avait pas l'air d'avoir envie d'accéder au maigre volonté de Birdie. Elle s'arrêta subitement dans ses pensées. Sérieusement c'était quoi sont problèmes à elle ? Elle avait le sentiment de se retrouver de nouveau dans un cas de figure qu'elle n'avait plus rencontrer depuis bien longtemps. Le cas de figure ou sa gentillesse apparente cachais des pensées toujours bien plus sombre qui finissait toujours par de mauvaise action de la part de Birdie. Sauf qu'étant aussi Birdie ces dernier temps elle savait bien comment ça allait finir et ça n'annonçait rien de bon. « Premièrement quand on appelle quelqu'un chérie, on ne dit pas non. C'est une règle de base tu devrais le savoir... Ou pas tu es célibataire... mais je te le dis, non chérie ça ne passe jamais. Désolée chérie aussi d'ailleurs... Ce genre de phrase à toujours une proportion à mettre hors de toi les gens qui reçoive la phrase... » Elle faisait un grand sourire, et avait adopté le même débit assez rapide que la dernière fois. Birdie n'avait effectivement rien contre Charlie, et c'est pour cela que rien dans son ton ne montrait aucune animosité ou une quelconque méchanceté. Pourtant ces paroles dans la bouche de quelqu'un qui n'appréciait pas Charlie aurait pu prendre un tout autre sens. Si on continuait longtemps sur ces voix là, la bonne humeur, l'excitation anormal de Birdie allait vite finir par retomber au profit de quelqu'un de profondément blessé et de mauvaise humeur. « Ensuite ça ferait de la pub pour ton cabinet. Et puis je n'ai personne d'autre, tu es la meilleure que je connaisse. Et tu pourrais au moins faire semblant d'y réfléchir, écouter tout mes sublimes arguments, avant de décliner l'offre de ta vie. Tu es faite pour l'art, pas pour masser des vieux qui ont des os bizarres... » Bonjour je m'appelle Birdie et j'ai tendance à faire des phrases assez particulière et pas toujours sympa avec tout le monde. Elle s'étonna elle même de sa vivacité et de sa gentillesse aussi étrange. Elle sentait clairement qu'elle était... Birdie. Comment avait-elle pu en douter ce matin ? Bordel je deviens vraiment comme elle. Un instant elle se regarda même les mains qui tremblait toujours de manière imperceptible comme une fille en manque. Elle haussa mentalement les épaules. Après tout là tout de suite qu'elle soit Birdie, Billy ou n'importe qui d'autre c'était le cadet de ces soucis. Elle voulait à tout pris avec Charlie dans son groupe.

Allez savoir pourquoi mais c'était véritablement sa fixette de la journée. Elle ne savait pas pourquoi elle même, mais ça lui était apparue être la solution à tout ses problèmes... Elle fixa la jeune femme, visage absolument magnifique, cheveux splendide, elle avait tout d'une jazz star. Chanteuse far d'un groupe qui ferait des ravages. Et qui en faisait déjà malgré leur voix bien moins mélodieuse que celle de Charlie. Parce que c'était ça le truc. Ils n'avaient pas de vrai chanteur, et pourtant avant des tonnes de chanson à chanter, la faute à Birdie et Wesley qui composait trop. Alors il chantait comme il pouvait avec leur voix normal, mais sans timbre particulier. Bien sûr ça marchait parce que derrière ça les instruments étaient dingue et ravissant, mais avec une vrai voix devant ça pourrait juste envoyer du pure pâté à la terre entière au lieu d'être seulement dans les Etats Unis. Et ça serait tout de même franchement la classe il me semble. Elle mis un certain temps à se rendre compte que Charlie avait bouger pour aller vers la cuisine. Sortie de ses pensées vives elle s'empressa de rejoindre son ami. D'ailleurs il était étonnant qu'elles ne soient pas de meilleures amies que ça au vu de leur lien fort avec Aidan. « Tu veux boire quelque chose? Jus d'orange ou thé? Tu m'excuseras, je ne te proposes pas de café, tu as l'air d'en avoir déjà bu plus de dix tasses ce matin. » Birdie laissa échapper un rire nerveux qui ne faisait que donner raison à Charlie. C'était probablement l'IrishCoffee qui la mettait dans cette état plus autre chose mais elle ne saurait pas dire quoi alors. Mais elle se voyait mal dire ça à la brune qui avait l'air d'être l'une des personnes les plus clean du monde. « je veux bien un whisky... » hein sérieusement ? Il fallait vraiment qu'elle s'entende parler. Elle se rattrapa extrêmement rapidement en éclatant de rire avant de dire « Je plaisante, un thé sera parfait... Quoique la théine à environs les mêmes effets que la caféine, si tu veux pas que je me mette à sauter partout un jus d'orange serait peut être plus enviable. » Bien rattraper Billy. Elle se passa la main sur les yeux pour se donner une giffle mentale. Depuis quelques jours elle ne savait pas vraiment ce qu'il se passait mais elle déconnait grave, et pourtant ce n'était pas trop le moment. L'accident avait vraiment du la secouer. Elle refusa gentiment de manger. Après tout elle s'était goinfré du meilleur gâteau de Wesley il y a peu. Elle s'appuya sur le meuble de cuisine avant de dire avec la même énergie qui l'animait depuis le début. « Si je peux me permettre d'insister. Je ne te demande pas d'abandonner ton job... Quoique ça serait le pied et que tu ne manquerais pas d'argent pour autant. Mais tu pourrais commencer pour le fun, juste à venir voir ce qu'on fait, voir si les paroles t'inspire, t'intéresse, et si tu aimes la musique. Ca pourrait juste être des moments agréable, et marrant de détente. On s'amuse vraiment, et si nous c'est notre métier, une chanteuse comme toi, à mi-temps, à quart de temps ou même à dixième de temps ça serait bien. » Elle sourit pour se remettre à respirer normalement, tapant des doigts sur le meuble pour vaincre sa nervosité maladive.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Ven 2 Mar - 22:07

Charlie n'avait pas été très cool avait Birdie et peut être même un peu trop directe ou sèche bien que son ton ne l'ai pas été et qu'elle ai sourit. Elle ne voulait nullement froisser son amie mais là tout de suite, elle n'avait pas la tête à ça. Surtout que son repas l'attendait et qu'elle commençait à sentir quelques coups de pieds. Toujours qu'elle ne mit bien entendu pas Birdie à la porte et qu'elle se doutait qu'elle allait répliquer quelque chose. Ce qu'elle fit avec un sourire et le même ton qu'elle l'avait elle même fait.

Birdie ne pouvait pas comprendre ce que la kinésithérapie signifiait pour elle. C'était plus qu'un métier, c'était une manière de remercier. Remercier la personne qui lui avait rendu espoir, remercier la personne qui l'avait soigné et remercier la personne qui lui avait donné l'envie d'exercer ce métier. Elle savait très bien que sans cet homme, elle ne serait probablement plus de ce monde. Lorsqu'elle a appris que la danse était fini pour elle, que jamais elle ne pourrait en faire son métier et donc danser en tant que professionnelle, tout s'était effondrée pour elle. Tout ce en quoi elle croyait, toute sa vie même. Elle qui consacrait son temps libre à s'entraîner, elle qui s'était quelque peu coupée de ses amies, elle était revenue à un point nul. Rencontrer cet homme l'avait aidé. Il l'avait écouté, l'avait conseillé sans jamais la juger. Il lui avait redonné goût à la vie et il l'avait aimé comme elle l'avait aimé. Jamais elle ne pourrait l'oublier et si elle n'exerçait plus ce métier, c'était comme un oubli à tout ce qu'il avait fait pour elle. Mais cela signifiait avant tout abandonner ses clients alors qu'ils ont besoin d'elle qu'importe ce que les gens peuvent en penser. La relation client/kiné était une relation très importante pour elle et pour eux car sans même le dire, elle sait très bien ce que cela peut apporter. « Être kinésithérapeute, c'est bien plus que masser. Ce métier m'a sauvé la vie d'une manière dont tu ne peux comprendre Birdie. Jamais je ne pourrais l'abandonner. C'est bien trop important pour moi. » Elle lui souriait toujours. Charlie ne voulait pas gâcher le rêve de Birdie mais il fallait dire que ni le temps, ni l'envie n'était là. De plus, elle avait son cabinet à gérer. « Quand à faire de la pub pour mon cabinet, je n'en ai pas besoin. Sinon il faudrait que j'en ouvre un second et je ne peux me le permettre. » Avec la naissance de l'enfant, elle ne pourrait déjà pas gérer le cabinet par elle même alors faire de la pub pour n'était pas la meilleure solution. Surtout qu'elle voulait être avant tout reconnue par la qualité de sa prestation et non comme une chanteuse bien que ça pourrait être sympathique. Le truc est que Charlie n'a jamais été passionné par le chant. Certes, elle chante à longueur de journée et même très bien mais ça s'arrête là. Elle ne se croit vraiment pas douée. « Et tu pourrais au moins faire semblant d'y réfléchir, écouter tous mes sublimes arguments, avant de décliner l'offre de ta vie.» Charlie la regarda avec compassion. Ca ne devait pas être facile pour Birdie. Que quelqu'un lui dise non alors que seul un petit oui pourrait la faire bondir de joie. Charlie était consciente quelque peu de ça. Elle détestait dire non mais qu'elle le fasse assez souvent car elle devait aussi penser à elle. S'arrêtant quelque peu de parler, elle recommença avant que Birdie en remette une couche. Charlie ne se souvenait pas de l'avoir vu aussi loquace mais là, c'était comme si elle ne pouvait pas l'arrêter. « Je t'écoutes, quels autres arguments me propose tu?» Après tout, elle pouvait bien faire semblant de réfléchir même si il était clair et net que ça décision était déjà prise. Vous la voyez vraiment sur une scène? Elle, elle ne s'y voit pas du tout.

Birdie agissait bizarrement. Parler aussi vite ne lui ressemblait pas le moins du monde.  « Je veux bien un whisky... » Quant à de l'alcool à cette heure du matin, si ça pouvait lui ressembler mais pas à celle qu'elle avait devant elle depuis quelques temps déjà. Charlie savait parfaitement que quelque chose n'allait pas mais elle ne voyait pas comment elle pouvait y remédier pour le moment. Elle lui proposa donc à boire. « Remarque, le jus d'orange est aussi un excitant. Je me demande si un verre d'eau ne serait pas le mieux. » La miss Middleton lui servit cependant un jus d'orange car après tout, de l'eau toute seule, n'était pas vraiment très bon. Quoique ça dépendait mais il fallait avouer qu'à cette heure là, Charlie avait elle aussi envie de sucré. Elle se servit donc elle aussi un jus d'orange puis picora encore dans l'assiette que Birdie ne voulait pas. Tant mieux, ça lui en ferrait plus pour elle.

Charlie écoutait les arguments de Birdie tandis qu'elle s'était assise. Même avec toute la plus grande volonté du monde, elle ne voyait pas comment elle aurait pu accepter le poste. Avec un enfant qui allait naître, elle ne voulait pas donner de faux espoirs à son amie. Surtout que le cabinet lui prenait désormais quasiment tout son temps. Pour dire vrai, elle travaillait vraiment trop et ce n'était pas forcément très bon pour sa santé car après tout, elle est enceinte de cinq mois quand même bien qu'elle essaye de le cacher du mieux qu'elle peut. Toujours qu'elle sur une scène? Non non, elle ne pouvait pas. Si jamais tout devait s'arrêter comme la danse s'était arrêtée, elle ne voit pas vraiment comment elle pourrait le supporter. Certes l'enfant pourrait l'aider mais bon, ce serait tout aussi difficile et avec la prise en charge d'un bout de chou à nourrir et à choyer, elle ne pouvait se le permettre. « Birdie sérieusement. Tu es sure que tu m'as bien vu? Moi dans un groupe? Même si ça peut paraître très amusant, ce n'est juste pas moi. En plus, ne le prends pas mal mais je n'ai vraiment pas le temps pour ça. J'ai déjà à peine le temps de prendre soin de moi. » Quant à ne pas être elle, c'était quelque peu faux. Le chant, n'était pas elle, ça c'était certain mais la scène, c'était elle. C'était là où elle avait passé une grande partie de sa vie. Là où elle avait grandit. Sauf qu'elle ne pouvait pas l'avouer. Penser à une scène même si ce n'était que devant un petit public et même un public très différent de celui devant lequel elle dansait, cela la déchirerait de l'intérieur. « En plus, je chantes très mal, je ne vois pas pourquoi tu t'entête à penser le contraire. » Peut être parce qu'elle avait vraiment une voix magnifique mais qu'elle n'a jamais pris le temps de s'écouter. D'écouter la totalité qu'elle avait et la justesse qu'elle procurait.

Charlie ne voulait pas vraiment parler de ça bien qu'elle avait dit qu'elle écouterait les arguments de son amie. La demoiselle ne voulait juste pas être une chanteuse et pour dire vrai, le comportement de Birdie l'inquiétait. Enfin ce n'était pas très inquiétant non plus mais elle avait cette impression que ce n'était pas la seule chose qui la tracassait. Certes lorsque l'on veut vraiment quelque chose, on se met à parler vite en espérant un oui, on essaye de convaincre la personne par tous les moyens que l'on trouve mais elle trouvait que c'était différent aujourd'hui. « Birdie, tu es sure que tout va bien? Je veux dire, tu me demandes un whiskey et je sais que ce n'était pas que pour plaisanter et tu es une pile électrique, je ne t'ai jamais vu comme ça. Dis moi tout. Tu sais que tu peux compter sur moi. » Charlie pouvait se tromper après tout mais quand même, pas à ce point là si? Charlie connaissait quelque peu Birdie bien que cette dernière soit plus une amie d'Aidan, son meilleur ami ou son ancien meilleur ami. Le froid installé entre eux était plus que polaire en ce moment. La faute quelque peu à Charlie mais il avait aussi abusé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Dim 4 Mar - 9:59

Birdie n'était pas quelqu'un de pacifiste. Elle n'était pas non plus du genre pleurnicharde, et ne s'abattait pas sur elle même. Plutôt mourir que d'être vraiment pathétique et de se plaindre pour de vrai. Quand ça allait mal, elle préférait en vouloir au monde entier, elle l'a première que de s'avachir dans un fauteuil et attendre que quelqu'un lui apporte la corde pour se pendre. Même si ce n'était pas son genre, elle était bien plus à même d'aller chercher la corde toute seule, plutôt que de bassiner les oreilles de tout le monde jusqu'à ce que quelqu'un pris de pitié lui apporte enfin une corde. Elle s'était levé comme une bombe, un peu déstabilisé par son amnésie passagère, qui lui apportait tout de même le plus grand réconfort. Seulement au fur et à mesure des minutes, et des non à répétition de Charlie, les évènements récent lui retombait sur la tête les uns après les autres et l'accablait de plus en plus, alors qu'en façade elle gardait un sourire immense, et une excitation hors du commun. Quoique plus la belle brune parlait, plus Birdie avait envie de lui arracher la tête. Bien sûr elle appréciait beaucoup Charlie. C'était la meilleure amie d'Aidan, elle n'avait certes jamais eu trop d'autre choix que de l'accepter, mais il fallait dire que ce n'était pas non plus bien compliquer de l'apprécier. Charlie était quelqu'un de génial, mais aujourd'hui elle perdait complètement de sa génial attitude aux yeux de Birdie. C'est bon elle avait compris, elle ne voulait pas être sa chanteuse, mais il fallait vraiment qu'elle arrête de le répéter sous toutes les coutures, sinon Birdie allait se vexé pour de bon, et lui foutre son poing dans la figure.. Quoique Birdie n'est pas aussi violente... Enfin, normalement. Elle trouverait peut être un moyen plus vicieux de se venger du non à répétition dans la bouche de son amie. En revanche Birdie n'avait jamais été vraiment diplomate, c'était plus fort qu'elle, s'arrêter cinq seconde pour réfléchir lui apparaissait être une aberration. Elle préférait rester dans un état de nervosité affairée, plutôt que de laisser entrevoir cinq seconde de blanc qui trahirait que là, elle ne sait plus quoi dire, plus quoi faire, et qu'elle était vide. Etonnement, ce matin Billy agissait automatiquement comme Birdie, sans même trop réfléchir, sans faire aucun effort. C'était comme si le comportement de sa soeur sortait dans les moments désastreux. « Être kinésithérapeute, c'est bien plus que masser. Ce métier m'a sauvé la vie d'une manière dont tu ne peux comprendre Birdie. Jamais je ne pourrais l'abandonner. C'est bien trop important pour moi. » Le regard de Birdie s'assombrit brusquement, et elle tourna violemment la tête pour respirer normalement et essayer de se calmer un petit peu avant de faire face à son ami. Elle était arrivé dans un état d'excitement qui était égal à l'énervement qui grimpait en elle beaucoup trop rapidement. La balance des humeurs se faisait assez mal aujourd'hui. Seulement plus que Birdie, au fond c'était surtout Billy qui s'énervait sur ses dernières paroles. Tu ne peux pas comprendre Birdie. Même dis d'une voix agréable, et douce, c'était le genre de phrase que Billy n'avait jamais supporté. Qui pensait-il qu'elle était pour ne pas comprendre les choses? Si dans un manque de tact et de réalisme cruel, elle s'était moqué de la profession de kinésithérapeute, ce n'était pas du tout pour rabaisser le métier et lui dire de le quitter. En plus ni Billy, ni Birdie de toute façon n'était conne au point de ne pas comprendre ce qu'on leur disait. Tu ne peux pas comprendre Birdie. Aurait-on fait cette remarque à Billy ? La jumelle parfaite, brillante à tous les degrés, qui ne manquait presque jamais de tact. Ou alors c'était les remarques réservé à Birdie, qui n'avait jamais fait d'étude, ne s'y était jamais intéressé, ne réfléchissait souvent qu'après avoir agit, et enchaînait généralement les bêtises, pour son plus grand plaisir. Surtout que d'une certaine façon elle comprenait très bien. A la mort de Birdie, et à son erreur stupide, elle s'était retrouver projeter dans le monde musical qu'elle ne fréquentait plus depuis des années, et avaient brutalement abandonné son futur prometteur à jamais. Et le droit avait depuis bien longtemps été toute sa vie, et l'idée de ne plus jamais exercer son talent lui avait presque paru un temps inimaginable. Dans les premières semaines elle trainait à l'université, regarder les étudiants sortir de leur cours. Elle avait même assister à certain d'entre eux. Heureusement on aura juste dit Birdie, la soeur anéantit par la mort de sa soeur, qui erre gentiment sur les traces de sa jumelle. Et puis finalement Billy avait pris son pied dans la musique de sa soeur, et elle avait finit par s'acclimater à tout le bordel. Avant que tous ne recommence à exploser bien entendu. Ce n'était pas exactement pareille, et si elle ne connaissait pas toute l'histoire, la sienne était peut être à un niveau différent, elle comprenait. « Je ne suis pas débile, merci. Je ne débarque pas comme une bombe chez toi dans l'idée de te faire tirer un trait sur ta vie pour t'en créer une nouvelle dans la musique. Ca serait ridicule... » Elle avait du mal à se contenir et ça se ressentait bien dans voie. Surtout le rire un peu jaune qu'elle ne put s'empêcher de lâcher, qui marquait bien ce qu'elle pensait. C'était une idée tellement saugrenu de lâcher toute sa vie pour en avoir une autre qu'elle l'avait justement fait plusieurs mois plutôt. Qu'est ce qu'elle pouvait être conne quand elle s'y mettait. « Je te demandais de regarder ça comme un loisir, quelque chose que tu ferais pour toi, pour te changer les idées. Parce que ça change les idées, c'est prendre un grand bol d'air de liberté, de jeunesse, et d'idéaux dans la figure en quelques heures de concert. Mais bien sûr tu est trop concentrer sur tes petites affaires personnelles pour vraiment écouter ce que je dis et correctement le prendre en compte. » BAM, bonjour Birdie qui s'est clairement lever du pied gauche ce matin. Et si on retrouvait parfois dans ses paroles les choses très sensé que Billy avait l'habitude de sortir dans ses plaidoyer récurant, le ton, et l'attitude était Birdietesque jusqu'au bout des ongles. Comme depuis toujours, et maintenant qu'elle était toute seule avec la mauvaise identité c'était plus flagrant, Billy avait toujours été le cerveau et la parole, tandis que Birdie était les actes. Birdie est clairement les actes manqués de sa jumelle.

« Je t'écoutes, quels autres arguments me propose tu?» Birdie était-elle paranoïaque ou avait-elle raison de penser que Charlie ne faisait ça que pour ne pas la froisser. Comme si la faire parler sur ce qu'elle voulait suffirait à la remplir de joie et lui ferait oublier qu'elle recevait des non à la pelle pour la même petite proposition de rien du tout. Ou alors peut être c'était qu'elle était trop agacé, et qu'elle même ne voulait rien entendre, et qu'elle ne voyait aujourd'hui que le mal partout. Elle se renfrogna sur elle même, croisa les bras contre son ventre et agita ses doigts contre elle même, comme pour marquer le rythme de sa propre nervosité. « C'est bon Charlie... Je ne suis pas une gamine capricieuse qu'on doit caresser dans le sens du poil... Tu es bien assez grande et intelligente pour savoir tout ce que je te propose. Et je vois que de toute façon tu es bien trop bornée pour réfléchir à la chose ne serait-ce qu'une seconde de ton temps. Après si jamais un jour tu es dans de meilleure disposition, je serais toute disposé à te dire tout ce que tu manque en refusant quelques heures de plaisir par semaine. Mais aujourd'hui tu n'as pas besoin de faire semblant pour ne pas culpabilisé de m'avoir froissée.» Son débit de parole n'avait pas vraiment diminué. Il était seulement plus sombre et bien moins enjoué. Ses yeux regardait légèrement dans tous les sens. Comme si ses pieds refusaient catégoriquement d'aller vers la porte d'entrée et de sortir en claquant la porte comme elle le ferait probablement si elle était complètement Birdie et qu'elle manquait cruellement de manière. Elle avait l'envie de se trouver un endroit pour exploser, pour s'effondrer, mais n'avait pas vraiment envie de le montrer à Charlie. Après tout ces états-d'âmes ne la concernait pas vraiment. Et déjà que la brunette la regardait de manière assez piteuse, elle ne voulait pas que la pitié se rajoute à l'inquiétude et la compassion.

Charlie finit par lui servir un jus d'orange, ce qui apaisa légèrement la Salinger. Bien sûr elle ne plaisantait absolument pas à propos du verre d'alcool tout à l'heure, et ces derniers temps il n'y avait rien du mieux qu'un verre pour la soulager, peut importe soit l'heure. Mais il était évident que ça ne se disait pas. C'était pitoyable de boire aussi tôt, et Birdie ne se montrait pas au gens de la sorte. Car Birdie pouvait tout être, libre, drôle, extravertie, exubérante, cruelle, vicieuse, libertine, fêtarde etc... mais elle n'était jamais pitoyable. Ça n'avait jamais été dans ses plans de l'être. Elle entendit Charlie se défendre sur le faite que ce n'était pas fait pour elle, et n'entendit qu'un ramassis de connerie lui monter aux oreilles. Elle cherchait à se défendre de quelque chose d'indéfendable puisque Birdie savait bien que Charlie était faite pour le milieu. « Tu vas me flaire pleurer Charlie... Tu es peut être excellente dans le domaine d'expertise en kinésithérapie. Mais quand il s'agit de la musique pour le moment il vaut quand même mieux que tu évite de dire ton avis te concernant. Laisse moi te dire ce que je vois. Tu as une voix rare et envoutante, avec des totalités qu'aucun des membres du groupe actuelle n'arrive à atteindre. Tu as ton harmonie qui t'es propre alors à mon avis tu ne peux pas me regarder dans les yeux et me dire que tu n'as jamais jouer d'un instrument de ta vie, tu t'y connais parfaitement en musique. Quand ce qui est de toi dans un groupe... Je ne vois pas mieux. Tu as l'allure de quelqu'un qui pourrait passer sa vie sur scène, tu as le tempérament pour ne pas te faire bouffer par un groupe et apporté la meilleure touche de toi, et tu es loin d'être asociale donc en moins de deux tu seras intégrée et adorée. De toutes les personnes que je connaisse, tu es de loin, le meilleur choix. Alors tu peux avoir toutes les raison de refuser... Mais celle que ça ne te va pas, et que tu n'es pas faite pour ça n'en est pas une. » Heureusement qu'elle n'était pas partie en claquant la porte. Heureusement qu'elle s'était laissé porté par la musique, par sa passion, et qu'elle avait décider que malgré l'entêtement peu sympathique de Charlie, elle pouvait tenter le tout pour le tout. Néanmoins elle n'arrivait pas descendre le débit, comme si elle avait peur que Charlie refuse de l'écoute jusqu'au bout et la stop en pleine éloge de la jeune femme et de ses compétences artistiques. Généralement elle ne se trompait pas trop sur les gens, mais avec Charlie ça restait encore à prouver.

« Birdie, tu es sure que tout va bien? Je veux dire, tu me demandes un whiskey et je sais que ce n'était pas que pour plaisanter et tu es une pile électrique, je ne t'ai jamais vu comme ça. Dis moi tout. Tu sais que tu peux compter sur moi. » Ca c'était inattendu. Et gênant. Qu'est ce qu'elle allait bien pouvoir raconter ? Parce que dans ce genre de cas la personne en face avait déjà une idée relativement précise de l'état de l'autre et un simple, je suis sûr que tout va bien, ne ferait pas du tout l'affaire. Mais en même temps Birdie n'allait pas vraiment raconter ce qui n'allait pas. Petit un parce que ce n'est pas son genre de se plaindre de ce qui ne va pas. De deux parce que Charlie la prendrait pour une folle furieuse. Alors il fallait trouver quelque chose qui pouvait la tracasser. Que Charlie pourrait facilement comprendre, et qui ne causerait aucun problème et qu'on pourrait éludé assez facilement. Soudainement Birdie eut l'envie de sourire. Aidan était le sujet parfait. Charlie le connaissait très bien, et quoique Birdie dise à son sujet, elle était sûr que Charlie serait d'accord. Surtout depuis que Ciara était dans les parages. « Non, non tout va bien. C'est juste qu'entre toi et Aidan, j'ai l'impression d'être nulle pour faire entendre raison au gens. Enfin c'est pas exactement la même chose. Aidan est vraiment entrain de déconné, et est devenu complètement irrationnel avec son mariage avec Ciara, surtout avec tout ce qui se passe dans sa vie... Mais il n'écoute pas. Il ne m'écoutera pas. Ca me tue de ne rien pouvoir faire. J'aimerais être plus efficace pour toi. » Pourquoi avait-elle sorti la dernière phrase ? Ah si la dernière fois qu'elle avait parler à Aidan, elle avait cru comprendre que ce dernier était en froid avec Charlie, mais il avait tellement de chose à rattraper, qu'il ne lui avait pas vraiment expliqué de quoi il s'agissait, pas au téléphone en tout cas. Birdie avait supposé que c'était important, et pour passer vite sur le sujet de tu n'as pas l'air bien aujourd'hui elle avait préféré montrer qu'elle était du coté de Charlie sur je ne sais quoi, pour éviter d'entamer un autre désaccords. Au moins ça serait vite passer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Dim 15 Avr - 14:15



Charlie n'avait jamais vu Birdie dans un tel état. Elle était excitée comme une puve et bien qu'elle la connaissait très énergique, c'était complètement différent ce coup ci. Alors qu'elle avait envie d'être au calme, de rester paisible avec ses chiens, rien n'y faisait, c'était comme si Birdie avait décidé de s'installer chez elle. Certes, elle était aussi responsable car après tout, c'était bien elle qui lui avait proposé à boire. Il fallait avouer qu'elle n'aurait pas pu dire non à la demoiselle sans essayer en quelque sorte de la consoler. La consoler était un bien grand mot mais disons que ça lui faisait mal de lui dire non. Quoique mal n'était pas non plus le bon mot. Birdie lui avait déjà demandé d'être chanteuse dans son groupe et elle avait déjà refusé. Charlie ne se sentait pas capable de pouvoir chanter quoique se soit alors imaginez la devant un public et là, elle vous rie au nez, c'est certain. Toujours que si elle avait bien voulu voir un peu plus loin que le bout de son nez, elle se serait aperçut que la belle disait vrai. Et oui, Charlie est une excellente chanteuse. Elle a une voix envoutante mais ne le pense pas ce qui est bien dommage pour elle et Birdie. Dommage pour elle car elle pourrait probablement devenir célèbre et dommage pour Birdie car elle aurait enfin la chanteuse dont elle rêve. Sauf qu'en plus du fait de ne pas y croire, la grossesse de miss Middleton lui fait dire qu'elle n'a pas le moins du monde le temps. Comment pourrait-elle en avoir d'ailleurs alors qu'elle a son cabinet à gérer. Et bien que Birdie lui dise qu'elle ne veuille pas qu'elle l'abandonne, parler de son cabinet et de son métier est toujours un point sensible pour la demoiselle. Si vous lui dite qu'elle est plus que douée, elle va vous aimer mais si vous lui dite qu'elle peut abandonner pour quelques heure ses patients, elle va vous rire au nez ou devenir méchante, sur la défensive. C'était d'ailleurs ce qui venait de se passer. Birdie avait slon Charlie critiqué son entreprise et elle ne pouvait pas l'accepter. La kinésithérapie l'avait sauvé, elle en était certaine alors elle ne pouvait pas l'abandonner.

Il était vrai qu'elle lui avait demandé plus par politesse que par envie ce qu'elle avait à lui proposer. Après tout, si ça pouvait lui permettre que Birdie la laisse un peu tranquille, elle n'en serait pour dire vrai que plus heureuse. Bien qu'elle apprécie énormément Birdie hein^^. Certes, elle pouvait être un peu trop énergique et elle connaissait la miss, surtout par rapport à Aidan mais bon, ce dernier la considérait comme sa petite sœur et Charlie elle, avait surtout envie de la protéger, de savoir ce qui n'allait pas. Après tout, bien qu'elles ne se connaissent peu, Charlie sentait qu'elle avait un petit plus et quelque chose qui la tracassait. En plus, Charlie est plutôt une bonne amie sur qui l'on peut compter. Certes pas dans le cas du « J'ai envie que tu deviennes ma chanteuse » mais sinon oui.

La belle ne donna ni raison, ni tord à Birdie. Cette dernière avait l'air plutôt sure d'elle et Charlie n'avait pas envie de se la mettre à dos ce jour ci. Pas tant que le bébé continuerait à lui mettre des coups dans le ventre. Et puis au fond, elle espérait que ce que Birdie lui dise était vrai. Après tout, bien qu'elle n'ai jamais vraiment pensé devenir chanteuse, elle aimait la scène ou tout du moins l'avait aimé lorsqu'elle dansait. Sur scène, elle était radieuse, éblouissante et époustouflante. Alors pourquoi n'en serait-il pas de même en ce qui concerne le chant. Elle n'avait jamais jamais pris de cours pour ça, ne s'était jamais vraiment exercée devant d'autre personnes mais il était vrai que lors de karaokés, on lui avait dit qu'elle chantait bien, sans qu'elle ne prenne ça sérieusement ou comme possibilité de carrière. Et si elle avait tord, ce serait juste merveilleux non. Être de nouveaux sur scène, devant un public. Mais non! Elle rêvait debout la miss! Même si ce rêve n'avait été que de quelques secondes.

Birdie lui semblait complètement différente et parler d'alcool ne lui ressemblait pas. Tout du moins, à cette heure là du matin, elle doutait que ça puisse lui ressembler car après tout, elle ne la connaissait pas si bien que ça. Charlie voulu savoir ce qui n'allait pas dans la vie de la miss qui bien évidemment ne lui dit pas la vérité. Comment le pourrait-elle alors qu'elle devrait avouer à une amie pas si proche que ça qu'en réalité elle n'est pas elle mais sa sœur qui est morte. Charlie l'aurait surement pris pour une folle d'ailleurs. Après tout, elle ne pouvait pas comprendre ce que ressentait la belle blonde. Elle ne possédait pas de sœur jumelle et bien que différente de sa sœur à elle, elle n'aurait pas pu prendre la vie de sa sœur ni changer de caractère juste comme ça. « Non, non tout va bien. C'est juste qu'entre toi et Aidan, j'ai l'impression d'être nulle pour faire entendre raison au gens. Enfin c'est pas exactement la même chose. Aidan est vraiment entrain de déconné, et est devenu complètement irrationnel avec son mariage avec Ciara, surtout avec tout ce qui se passe dans sa vie... Mais il n'écoute pas. Il ne m'écoutera pas. Ca me tue de ne rien pouvoir faire. J'aimerais être plus efficace pour toi. » En entendant parler d'Aidan, Charlie eu un mouvement de recule mais se rattrapa rapidement. Elle espérait que Birdie ne l'aurait pas vu. Le prénom de son meilleur ami était en ce moment un prénom tabou. Charlie n'avait pas apprécié sa dernière visite chez Aidan. Certes, le résultat était à peu près de sa faute mais lui même n'avait pas été totalement honnête. Elle qui connaissait bien Aidan savait depuis un moment qu'il voudrait faire partie de la vie de leur enfant. Elle comprenait la chose mais elle ne pouvait pas l'envisager. C'était comme si il lui demandait de devenir amie avec Ciara et ça, elle ne le pourrait pas malgré le fait qu'elle tienne énormément à lui. Ciara était juste une femme infecte aux yeux de la belle et ce n'était pas près de changer. Toujours que là, si elle était en froid avec Aidan, c'était d'abord parce qu'elle lui avait caché sa grossesse pendant près de cinq mois enfin quatre à proprement parlé et qu'elle lui avait posé un ultimatum. Un ultimatum qu'elle n'aurait pas apprécié qu'il lui pose mais qu'elle a fait. Après tout, il l'avait cherché. Il hésitait tellement à lui dire qu'il voulait faire partie de la vie de leur enfant qu'elle, elle avait pris la décision. Et comme souvent, cette décision ne plaisait pas. Il faut avouer qu'elle en a ras le bol qu'on lui demande de choisir ou de prendre une décision ou autre et que finalement, ça n'aille pas à la personne et qu'elle s'en prenne plein la figure. Elle a envie de crier que dans ces cas là, ils ne doivent pas lui demander son avis. Non mais c'est vrai quoi, ça en est plus qu'agaçant! Charlie n'était donc pas d'accord pour laisser son enfant au soin d'un homme qui allait se fiancer avec quelqu'un qu'il n'aimait pas. Charlie n'avait jamais voulu lui demander qu'il choisisse entre elle et Ciara. Non, ce n'était pas son genre et pourtant elle l'avait fait sans vraiment le vouloir, comme si les mots étaient sortis de sa bouche sans qu'elle ne le veuille. Toujours qu'au fond, c'était vraiment ce qu'elle désirait et que c'était mieux ainsi. Mieux dans le sens où elle savait désormais -tout du moins selon elle- qu'Aidan tenait plus à son mariage qu'à elle ou à leur enfant. Elle avait d'ailleurs du mal à l'accepter.

Charlie savait que Birdie ne désirait pas non plus voir Aidan se marier avec Ciara. Chacune avait des raisons différentes mais pensaient avant tout au bien de leur ami. Bien que proche de Birdie par la voix d'Aidan, la miss ne se doutait pas qu'elle aurait pu prendre partie dans leur histoire. Tout du moins, dans leur amitié mais elle était contente de savoir que Birdie la soutenait, elle et son enfant. Ca signifiait beaucoup pour elle. Bien plus probablement que Birdie ne pouvait le penser car après tout, elle connait la relation étroite qu'entretiennent ses deux amis. Charlie attrapa une des mains de la Salinger. Elle semblait vraiment peinée de ne pas pouvoir faire plus pour elle. Charlie avait envie de la rassurer. « Ce me touche énormément ce que tu dis Birdie. Mais comment pourrais tu être plus efficace? Si tu as essayé, c'est le plus important et tu n'as pas à t'en faire pour moi, pour nous. Je suis une grande fille tu sais. Aidan a choisi son mariage plutôt que notre enfant et tu n'y pourras rien. C'est son choix. » Charlie lui souriait. Bien qu'un brin triste, elle ne pouvait pas en vouloir à Birdie. Seul son meilleur ami était responsable de cette situation car oui, tant qu'elle ne se serait pas retourné sur les faits, elle ne pourra pas avouer qu'elle aussi est coupable dans toute cette histoire. La vie de son enfant, l'éducation qu'elle peut lui offrir est bien plus importante que tout ce qu'il peut penser.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Mer 18 Avr - 11:36

Une idée. C'est souvent minuscule. Et ça ne veut souvent pas dire grand chose. C'est une simple phrase que l'on pourrait balayer d'une simple pichenette dans le cerveau. Que l'on pourrait vous faire oublier facilement, et vous ne vous en rendriez même pas compte. Une idée en soit ce n'est pas grand chose. Mais tant que vous l'avez dans la tête, vous pourriez bien ne pas en démordre. L'idée simple qui habitait le cerveau de Billie ce matin était : Charlie devrait être ta chanteuse, ça remettrait ton groupe sur les rails, et toi avec au passage. Il est bien simple de penser qu'une personne pourrait changer sa vie, ta vie avec, et surtout ne rien perdre au passage. Dans ce genre de cas, Billie n'était pas particulièrement lucide. De toute façon depuis qu'elle se disputait avec Reaver, et qu'elle se laissait aller à la personnalité de Birdie, il lui arrivait souvent de perdre cette lucidité qui caractérisait Billie. Certes elle gagnait en liberté, en spontanéité, en impulsivité. Mais elle perdait presque tout en ce qui concerne la raison, et le respect qu'elle pouvait avoir des autres. Certes souvent Billie avait trop de respect, n'osait pas assez de chose avant d'être sûr, sûr, sûr, et était donc passé à coté de beaucoup de chose. Mais à coté de Birdie qui fonçait dans le tas et réfléchissait après, c'était tout de même un autre monde. En soit elle savait qu'elle n'avait pas grand chose à faire là. Qu'elle n'aurait pas du sauter sur Charlie pour lui demander de presque tout lâcher pour être chanteuse. Bien sûr elle était intimement persuadé que ça lui ferait plaisir. Que elle aussi ça la changerait. Quand elle regardait Charlie, elle avait parfois l'impression de se revoir en Billie. Bien sûr en moins fort. Vers la fin, Billie en était arrivé à se cacher derrière des sourires tellement faut, et elle dissimulait en elle un vide, et un malheur immense. Billie et Birdie n'avait jamais eu un seul équilibre. L'une avec l'autre, elles rayonnaient, et elles fonctionnaient à la perfection. Elles étaient normal, et équilibrés. Mais séparée, c'était le chaos total. Séparées Billie n'était plus que la jumelle parfaite, condamné à se faire chiez dans sa tête raisonnable toute sa vie. Séparées Birdie n'était plus que la jumelle folâtre et sans règle qui foncerait droit dans le mur, à un moment ou à un autre, sans que Billie puisse venir la récupérer. Au final Billie l'avait toujours su. On ne sépare pas des jumelles comme elles. C'est absurde et presque dangereux. Bien sûr Charlie s'était différent. Elle avait l'air d'aller bien. Elle avait un métier qui semblait lui plaire. Un meilleur ami à qui elle avait envie de casser la gueule a priori. Une soeur bientôt mariée et épanouis avec une fille. Bref elle avait encore une famille, et ce n'était pas parce que tout était particulièrement bien ranger dans sa tête, qu'elle allait faire comme Billie, et exploser sauvagement avant de déparer complètement. Enfin pas nécessairement du moins. Parce qu'en proposant l'aternative, devient une chanteuse à Charlie, elle avait sentit un malaise. Enfin pas un malaise, mais elle s'était braquée tellement fort contre l'idée que ça ne devenait même plus justifié. Certes Billie avait peut être manquée un peu de tact, mais il n'y avait pas besoin de réagir si fort. Enfin pas si tu ne risques pas d'exploser à tout moment et de partir en cacahuète. Billie commençait à avoir une certaine certitude que vivre une vie bien ranger et parfaite en tout point n'était pas possible. Pourtant elle avait voulu y croire, et à l'instant elle ne voulait vraiment pas regarder ce que ça avait donné.

C'était dans le silence que tout se jouait. Que Billie comprenait mieux la personne à qui elle avait à faire. C'était souvent pour ça qu'elle était douée, et qu'elle étai partie pour être une fine avocate. Avant de tout foutre en l'air en tout cas. En quelque regard elle parvenait à comprendre quelques partie élémentaire de la personne qui se trouvait en face d'elle, et savait adapté son discours pour qu'il la touche mieux. Elle l'avait souvent fait face au "juge". Bien sûr avec Charlie c'était bien plus simple. Elle l'a connaissait déjà, et en n'était même pas à sa première intervention, "tu seras ma chanteuse". A dire vrai, c'était la première qui ressemblait vraiment à une croisade, et ou Billie avait laissé les mots gentils, et à demi-mots pour sortir l'artillerie lourde, l'excitation, et dégager à grand coup de balais toute raison de ses propos. D'ailleurs à quoi servirait bien l'analyse psychologique de Charlie, puisqu'il y avait peu de chance que Birdie, enfin Billie n'en face cas pour défendre son idée. Billie/ Birdie préférait largement se battre avec les mauvaises armes, il y avait plus de challenge.. Ou plus de connerie liberté. De toute façon elle n'arrivait pas à concentrer son cerveau sur un "plan d'attaque". Avec l'excitation, la fatigue, la caféine, l'alcool aussi, elle se grillait les neurotransmetteur, et préférait remettre les phases trop intellectuelle à plus tard. Mais Charlie avait de base plutôt tendance à agir comme Billie. Elle ne répondait rien et gardait le silence pour ne pas risquer de blesser Birdie. Mais elle n'en gardait pas moins son idée en tête. Elle agirait plus tard, quand le moment serait opportun. Billie et Charlie se ressemblaient qu'elles ne le pensaient probablement. Mais peut importe puisque Billie se faisait dynamité par Birdie dans sa propre tête.

Billie avait perdu le fil, et n'avait même pas sentit quand la conversation avait dévié sur Aidan. Le pire dans tout ça c'est qu'elle était consciente de l'avoir elle même commencé... Elle comprenait pourquoi Birdie devait avoir des problèmes à convaincre les autres... Si elle se laissait si facilement embarquer sur d'autre conversation. Quoique c'était peut être le problème du mixe des personnalités. Malgré l'impulsivité, l'excitation, l'absence total de conscience, Billie restait quand même quelqu'un de plus sensible que ça soeur, et un échec se répercutait immédiatement dans la zone sensible. Ce qui avait probablement projeter la conversation du Aidan qui était en ce moment l'un de ces plus grand échec avec Reaver. Mais Reaver elle ne pouvait pas en parler, parce que Birdie n'était pas sensé s'intéresser au fiancé de sa soeur. Alors Aidan était sortie de nul part, ses regrets qu'elle avait envers lui. Son incapacité qu'elle avait de lui ouvrir les yeux, de lui montrer quel connerie ça serait, à quel point il n'arriverait pas à vivre avec cette erreur. Pourtant il devait la croire. Elle l'avait fait l'erreur de laisser tomber l'amour de sa vie, pour autre chose qu'elle pensait mieux sous bien des aspects. Ce n'était pas exactement la même chose certes, mais au finale, ça revenait un peu au même. Elle se consumait quand même de remord et de culpabilité. Derrière son excitation elle cachait une boxeuse professionnel qui se détruisait le cerveau, le coeur, pour se punir de sa connerie. Oui elle savait ce que c'était de se tromper, de sans vouloir, et de ne pas savoir comment revenir en arrière. Et elle n'avait vraiment pas envie que tout cela arrive à Aidan. Il méritait d'avoir tout. D'avoir Savannah, pour toute la vie. Et puis s'il le fallait, elle foutrait elle même un coup de pied dans les burnes de son père si ça pouvait le soulager lui. Elle ne savait pas d'ou sortait vraiment la conversation, ni pourquoi elle lâchait tout devant Charlie. Après tout elle n'était pas habituée à parler de chose aussi sérieuse entre elle. Enfin bien sûr elles étaient toutes les deux particulièrement proche d'Aidan, et ça paraissait logique qu'elles viennent à parler de lui. Surtout qu'elle était plutôt d'accord sur le faite qu'Aidan faisait une véritable connerie à épouser Ciara. En voyant Charlie avoir un geste de recul quand elle parla, elle compris qu'elle était plutôt sur la même longueur d'onde. En même temps le contraire aurait été étrange, et être pas d'accord avec Charlie, et sur le faite qu'elle devrait être chanteuse, et sur Aidan, et la boxeuse à l'intérieur de la tête de Billie se serait violemment retournée contre Charlie. « Ce me touche énormément ce que tu dis Birdie. Mais comment pourrais tu être plus efficace? » Oula, Billie ne comprenait probablement pas tout ce qui se tramait. Elle avait exprimer une simple opinion qui la concernait elle, et à priori pas tellement Charlie, et voilà que ça la touchait énormément... Soit elle avait loupé une étape dans toute la fabuleuse vie d'Aidan De Conti. Ou alors, elle était encore plus à coté de la plaque qu'elle ne pouvait le pensée, et il fallait vraiment qu'elle arrête de boire... « Si tu as essayé, c'est le plus important et tu n'as pas à t'en faire pour moi, pour nous. Je suis une grande fille tu sais. Aidan a choisi son mariage plutôt que notre enfant et tu n'y pourras rien. C'est son choix. » Sans exagérer les yeux de Billie s'écarquillèrent d'incompréhension, sa mâchoire se déboita de manière à laisser tomber bouche, ouverte de manière à attraper toutes les mouches de la pièce. Et au moment présent elle sentait aussi une massue s'abattre sur sa tête. « Votre quoi ? » En soit elle avait entendu. Enfant, Enfant, Enfant. Elle avait compris! Mais c'était quoi ce bordel ? Charlie et Aidan ? Mais quand ? Que ? Qui ? Quoi ? C'était juste abbérrant. Billie s'était levé et marchait de long en large, complètement bouleversé par la nouvelle qui la choquait bien plus que le choix idiot qu'avait encore pu faire Aidan. Par intermittence elle se retournait vers Charlie pour lui poser des questions. « Je suis la dernière qu'on met au courant ? » Non parce que maintenant qu'elle le savait, on distinguait clairement un ventre plutôt imposant sous la robe de Charlie. D'ailleurs comment avait elle vraiment fait pour le rater tout ce temps ? Peut être seulement parce qu'elle ne voulait pas le voir. « Et je suis la seule à trouver ça complètement étrange, bizarre, que dirais-je stupide de se faire engrosser par son meilleur ami ? Qui est fiancé à une conne et amoureux d'une autre femme ? Non parce que là quoique tu fasses, si tu veux qu'Aidan soit le père de ton enfant, il va grandir dans un harem le bout de chou... » C'était dingue cette histoire. Elle vivait dans un monde de dingue... Quand elle pensait que Charlie était trop parfaite pour ne pas péter de câble, visiblement elle avait eu raison, elle avait déjà péter son câble.. Elle s'arrêta subitement dans sa marche et se retourna vers Charlie l'air suspect. « Tu n'es quand même pas amoureuse d'Aidan, si ? » Non parce qu'en soit c'était tout de même l'option la plus potable pour expliquer pourquoi elle s'était faite mise en cloque par son meilleur ami... Elle finit par recommencer à faire ses tours, furax contre Aidan « Je vais le tuer... Mais quel con celui là! » Bien sûr c'était purement affectif. Quoique parfois on en doutait. Mais il lui avait fait tellement de reproche sur sa manière de gérer la situation de la mort de sa soeur, que maintenant c'était juste une grosse blague la manière dont il gérait je ne sais quel situation, parce que tout allait presque bien dans sa vie, mise à part la manière dont il compliquait lui même les choses. S'il voulait vraiment du compliqué. Pas la peine de le créer. Billie pouvait lui en passer. Elle se retourna une dernière fois vers Charlie pour demander « Le bébé, c'est pour quand ? » Histoire de savoir combien de temps elle avait pour détruire Aidan et le faire changer d'avis... Parce qu'il allait pas garder 3 femmes et un enfant... La petite soeur était plutôt contre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Ven 11 Mai - 21:38

Charlie pensait sincèrement qu'Aidan avait fini par la mettre au courant, que c'était pour ça qu'elle espérait faire plus pour elle mais non, elle s'était trompée. Charlie ignorait alors de quoi Birdie pouvait bien parler. Pourquoi voudrait-elle faire plus pour elle? Juste parce qu'elle s'était disputée avec le jeune homme? Ca paraissait quelque peu irréaliste ou excessif. C'est vrai que tous les deux n'étaient pas du genre à se battre ni à se prendre la tête et que là, c'était probablement la pire engueulade que jamais ils pourraient avoir s'ils se remettaient à se parler, chose qu'elle doutait fortement. Charlie avait une dent contre Aidan et elle ne comptait pas changer d'avis de si tôt. Il lui avait brisé le cœur et elle ne voyait pas comment il pourrait arranger les choses. Enfin si, la chose qui ferrait qu'elle lui reparlerait, lui ferrait confiance, serait la fin de son mariage mais ça semblait impossible; Aidan avait été clair à se sujet. Charlie serait donc protectrice envers son enfant si c'était ce qu'il fallait pour l'éloigner de Ciara et qu'importe ce que le père demanderait, jamais elle ne l'accepterait.

En voyant les yeux de Birdie s'écarquiller, elle comprit qu'elle avait fait une bourde. La demoiselle ne parlait pas de leur enfant. Quelle idiote elle avait été. Elle aurait du s'assurer que c'était bien d'enfant, de leur progéniture à laquelle Birdie semblait tenir, du fait qu'elle ne désirait pas voir deux parents se déchirer. Sauf qu'elle s'en était pas assurée et qu'elle avait fait une erreur. Charlie ne pensait pas être la bonne personne à devoir annoncer sa grossesse à la demoiselle mais surtout le fait qu'Aidan allait devenir père. Charlie était moins proche de Billie qu'Aidan ne l'était. Elle avait fait une bien belle erreur. « Je suis la dernière qu'on met au courant ? » La dernière? Oh ça non, peu de personnes savaient pour sa grossesse ou tout du moins, plusieurs personnes se doutaient car franchement, son ventre se voyait et elle n'avait jamais eu un ventre comme ça au par avant mais personne ne savait qui était le père. Hormis Cass', ses parents et ses deux meilleures amies, Charlie n'en avait parlé à personne. A quoi bon ça aurait servit? Elle désirait un enfant, pas un père. Elle désirait être mère célibataire bien que ce ne soit pas forcément la meilleure décision pour un enfant qui à besoin d'un père et d'une mère comme on lui a si souvent répété lorsqu'elle était jeune. La maîtresse de maison ne répondit même pas. Après tout, elle n'avait aucun compte à rendre à Birdie. Surtout qu'elle sentait que la discussion allait être houleuse et longue, trop longue pour qu'elle le supporte. « Et je suis la seule à trouver ça complètement étrange, bizarre, que dirais-je stupide de se faire engrosser par son meilleur ami ? Qui est fiancé à une conne et amoureux d'une autre femme ? Non parce que là quoique tu fasses, si tu veux qu'Aidan soit le père de ton enfant, il va grandir dans un harem le bout de chou... » La situation, il était vrai était devenue complètement bizarre depuis la nuit qu'elle avait passé avec Aidan. Lorsque l'on s'approchait de plus près pour voir ce qui c'était passé, on voyait qu'au début, tout était normal. Tout du moins aussi normal qu'une fille puisse demander à son meilleur ami de lui faire un enfant. Disons juste que dans la vie d'Aidan, rien n'était encore arrivé. Pas de fiancée, pas d'amour revenant, rien de tout ça. La situation de l'enfant n'aurait donc du être qu'un tout petit peu anormal sauf que car oui il faut bien un sauf, Aidan s'était fiancé quelques temps après, créant un petit mique mac puis un bordel immense avec la réapparition de Savie. Comme si tout s'était orchestré pour que la grossesse de Charlie ne devienne qu'une mascarade futile, infantile et mal placée dans tout ce chaos. Comme si, c'était Charlie qui avait été la plus stupide de toute pour être enceinte mais au contraire, c'était ce mariage et cette réapparition qui étaient de mauvais goût. C'était tout ce que la demoiselle détestait car non seulement, elle avait attendue près de quatre mois avant d'annoncer au père qu'il allait devoir assumer des responsabilités que désormais il n'aurait pas mais en plus, il semblait désormais insensé d'avoir un enfant avec un homme qui allait se marier bien que ce n'était qu'un fâcheux concours de circonstances. Si au moins, il y avait eu un sens logique à tout ça mais non, il n'y en avait pas et il y en aurait probablement jamais. Elle allait désormais accoucher d'un enfant, sans père comme elle l'avait prévu, ce qui ça était probablement la meilleure chose au monde. « First of all, Never I will slept with Aidan if he was engaged. NEVER! Who do you think I am? » Là, c'était comme si Birdie la prenait pour une personne qu'elle n'était pas. Elle aurait mieux fait de se regarder avant de juger ne serait-ce qu'un petit peu Charlie. Après tout, ce n'était pas elle qui se cachait derrière un autre prénom, derrière le visage de jumelle et pour cause, elle n'en avait pas. Toujours que quitte à critiquer quelqu'un, autant se regarder avant pour voir si on n'exagère pas. Toujours que là, Charlie ignorait qui était réellement Billie, la prenant encore et toujours pour Birdie. Elle qui aurait pu la prendre pour une personne censée ou tout du moins aussi censée que puisse l'être Birdie, elle était désormais une personne qu'elle n'appréciait guère et qui en plus se trouvait dans sa maison. « And I won't never let you judge my decision. » Charlie avait monté la voix. Certes pas intentionnellement mais de toute manière, elle n'allait pas se laisser attaquer d'une quelconque manière dans sa maison. Billie pouvait la juger si elle le désirait mais pas ici, pas chez elle. « About what he will be for my child, this is personnel. » Et certainement pas encore bien déterminé pour la future maman. En quelque sorte, ça l'était puisqu'elle espèrait sincèrement qu'il ne toucherait jamais aux cheveux de son enfant si il devait encore être avec cette harpie de Ciara. L'ultimatum avait été posé et il avait décidé de choisir l'italienne; chose que Charlie n'acceptait pas et n'allait pas dire à Birdie. Après tout, cette dernière n'était pas concernée dans leur histoire. Bien que Birdie soit proche d'Aidan, et pour cause, ils étaient comme frère et sœur, Charlie elle, n'était qu'une amie de la jeune demoiselle. En ce qui concernait la partie de sa vie, de sa grossesse, Birdie n'avait aucun droit dessus. Elle pouvait porter un jugement si cela l'amusait ou juste si elle le désirait mais la Middleton n'en prendrait pas compte. Ces derniers temps, elle n'avait pas que ça à faire que de prendre en considération les pensées des autres à son sujet. Après tout, elle avait l'avenir d'un enfant à organiser.
Quand à la question qu'elle posa par la suite, elle fut si surprise qu'elle se serait probablement étouffée si elle avait été en train de manger. « Tu n'es quand même pas amoureuse d'Aidan, si ? » Cela aurait-il été grave si elle avait été amoureuse de son ancien meilleur ami? Il fallait croire que oui au vue de la question posée par Birdie. Charlie elle, ne voyait pas en quoi ça aurait été si mal que ça. Elle aurait juste eu le cœur en trois milliards de morceaux car aidan aimait Savannah et allait se marier avec Ciara mais sinon, ça n'aurait pas été mal, juste perturbant. Heureusement pour elle, elle n'était pas amoureuse.

« No, I am not in love wih him. He is my best friend or rather he was. » Charlie amoureuse d'Aidan? Là, ça aurait été le pompon bien qu'un tant soit peu logique. Ca aurait expliqué pourquoi elle était enceinte de son ancien meilleur ami et aussi probablement pourquoi elle lui avait demandé de se rétracter en ce qui concernait le mariage bien que pour ce dernier point, elle ai sa propre explication. Toujours qu'il manquerait plus qu'elle soit amoureuse d'un homme fiancé qui aime une autre personne que sa fiancée. Heureusement pour elle, elle n'était pas amoureuse et ne comptait pas l'être avant bien longtemps ou tout du moins avant de voir son bout de chou. Après tout, elle tomberait probablement amoureuse de son enfant non?

Charlie trouvait que Birdie se montrait un peu trop intéressée par sa vie. En temps réel, elle aurait apprécié mais là, ça l'énervait. Elle se permettait de juger sa vie, ses actions. Qu'allait-elle faire maintenant de sa réponse sur le nombre de mois qu'il restait au bébé à passer dans la ventre de la future maman? « Le bébé, c'est pour quand ? » Birdie le saurait bien tôt ou tard alors quitte à être embêter par la jumelle autant qu'elle sache le maximum que Charlie estimait qu'elle devait savoir. « It's for four months.» Qu'y avait il de plus à dire? Encore quatre mois de grossesse, quatre mois de coups de pieds, d'hormones déréglées et encore quatre mois à se demander comment va se passer la suite. Charlie n'avait qu'à moitié envie de le savoir. Tout était bien trop compliqué pour le moment avec Aidan. Chaque jour, elle sentait un vide en elle. Il était si précieux à ses yeux que même avec le fait qu'il ai choisit Ciara plutôt que leur enfant n'empêchait son esprit de penser à lui. C'est lors de ces moments là qu'elle détestait son esprit mais que pouvait elle faire contre son amitié envers le père de son enfant bien qu'elle essaye de la détruire au maximum, sachant que rien ne pourra changer le fait qu'il ai trahi ce en quoi elle croyait: leur amitié.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Dim 20 Mai - 9:37

Billie n'était pas vraiment du genre à savoir agir sur le coup. Elle manquait toujours de tact et sortait les premières choses qui lui venait à l'esprit. Enfin c'était surtout Birdie l'impulsive qui ne réfléchissait pas avant de parler. Mais en ce moment, Billie, Birdie, c'était bien du pareille au même. On lui balançait une bombe, et elle se faisait sauté le cerveau, la raison, et toutes les politesses qui pouvaient exister. L'histoire de Charlie et Aidan était étrange, et honnêtement Billie l'a trouvait particulièrement aberrante. Il fallait dire qu'elle ne pouvait pas comprendre. Qu'Aidan est été fiancé ou non à l'époque, il était assez étrange de demander à son meilleur ami de lui faire un enfant. On peut avoir l'envie d'être mère célibataire... Et encore au yeux de Billie cette idée était débile. On est mère à deux, pour le bien de l'enfant. Deux hommes, deux femmes, même deux chats ça ne la dérangerait pas, du moment que l'on est deux. C'était peut être con à penser, mais dans sa tête un enfant arrivait parce qu'il y a avait un désir fort, un amour immense entre deux personnes. Et entre Charlie et Aidan... Ils n'avaient pas ça. Enfin Billie était persuadé qu'Aidan n'avait jamais eu envie de fonder une famille avec Charlie. Peut importe toute l'affection et l'amour amicale qu'il puisse éprouvé pour elle. Oui c'était sûr. Billie ne comprenait rien. Elle était encore plus vexée de ne rien savoir. Aidan aurait du lui dire. Surtout qu'elle imaginait bien que ça avait du lui retourner la tête. Elle connaissait presque tout de sa famille désastreuse, de ses parents pas terrible, et pour lui un enfant était vraiment une grosse affaire. « First of all, Never I will slept with Aidan if he was engaged. NEVER! Who do you think I am? » Effectivement elle avait peut être parler un peu vite, et avec un peu trop de véhémence. Elle avait réussit à énerver la femme enceinte. Et les hormones peuvent être plutôt désastreuse à ce qu'il paraît. Enfin Billie n'en sait rien. Mais en voyant les yeux de Charlie cracher du feu, elle se douta que le bout de chou n'était pas de très bonne humeur non plus. Ou quelque chose dans le genre. Billie grimaça. Elle n'était pas particulièrement fan des altercations. Il faut dire qu'il était difficile d'être fan de ce genre de chose. En plus elle ne savait jamais comment réagir correctement. Elle n'était pas typiquemenet le genre de fille, très sympathique, qui sait immédiatement avoir de la compassion à revendre et qui en deux trois mots arrange le tout. Généralement elle était plutôt doué pour empirer la situation. Car automatiquement, une personne qui démarre sur les chapeaux de roue à quelque chose qui n'était pas fondamentalement dit contre elle, dans l'unique but de l'attaquer, la mettait hors d'elle. C'était bon, elle pouvait descendre de ses grands chevaux. Ce n'est pas la peine dans faire tout un plat. Elle n'avait jamais insinuer que Charlie était une grosse pute... Mais si ça pouvait lui faire plaisir elle pouvait l'insinuer... Et non. Voilà justement l'exemple. Elle partait d'une certaine bonne intention, déjà très mal annoncé, et finissait toujours par s'énerver et partir en cacahuète. « Oh I don't know who you are. And actually you can be who ever you want, it's not my business. But i can't help... Aidan must be in a pretty bad shape with all this. » Elle connaissait effectivement Aidan sur le bout des doigts. Après tout il était son grand frère, la seule personne à qui elle disait tout. Elle ne savait pas exactement ce qui s'était passé entre Aidan, Charlie et le futur enfant à venir, mais elle se doutait au vue de la réaction de Charlie, qu'Aidan avait plutôt mal réagit, et que c'était probablement sur le sujet de Ciara. De toute façon ces derniers temps, dès qu'Aidan réagissait mal, c'était sur le sujet de Ciara... Ce qui avait tendance à mettre Billie hors d'elle. Mais elle était sa petite soeur. Et elle lui avait promis de lui apporté tout le soutient qui était possible. Après tout, il lui apportait avec toute l'histoire de Birdie, bien qu'il ne soit pas d'accord du tout. « And I won't never let you judge my decision. » Oui là elle lui cassait surtout les pieds. Comment devait-elle réagir. Lui dire félicitation ? Ne pas avoir deux secondes d'adaptation après s'être pris une bombe monumental par la tête ? Charlie était adorable. Billie adorait Charlie. Et puis Charlie chantait admirablement bien et c'était l'une des choses que Billie appréciait le plus chez Charlie. Mais il était vrai qu'elle était toujours très droite dans son opinion, et qu'elle avait difficilement des nuances. Et pour Billie, la reine de la nuance, de l'arc en ciel, et du gris c'était souvent difficile en encaisser. Elle avait surtout envie de lui dire de péter un coup et de ne pas en faire une montagne... Mais qui sait elle pourrait accoucher en pétant... Ou pas, ça lui ferait juste pas plaisir d'entendre ça. Billie souffla un grand coup pour se calmer. « I don't judge you. I was surprise that all. I wasn't expect this at all. » Le contraire aurait d'ailleurs été plutôt étonnant. C'était la situation la plus étrange qu'elle avait entendu. Et en y pensant, entre elle et Aidan, elle ne faisait clairement pas dans la dentelle... C'était amusant. « About what he will be for my child, this is personnel. » Là Billie écarquilla les yeux. Ce n'était pas à Charlie de décider ce genre de chose. Ou alors c'était horrible. Pensait-elle plus à elle ? Plus à l'enfant ? Plus à Aidan ? Quoiqu'il en soit c'était ridicule. Billie était persuadé des capacités d'Aidan à être un excellent père. « Actually... This is biological... He is the father. And even if i don't judge you or anything... You really don't want a child whithout father... If not you choose an anonymous donnor... » Techniquement elle sentait les reproches de Charlie arriver à dix kilomètre. Là encore elle se mêlait d'autre chose que ces affaires. Mais ce n'était presque pas de sa faute. Elle adorait Aidan bien plus qu'elle n'adorait Charlie. Et même si Aidan avait probablement fait une faute elle ne pouvait pas s'empêcher d'être un peu de son coté. Ou tu du moins d'essayer de concilier les deux. Et puis elle qui était une enfant adopté, par deux fois sans famille, elle savait ce que c'était de vouloir savoir qui était ses parents, pourquoi on avait du vivre tout ça. Et elle ne souhaitait ça à personne. A moins d'avoir une excellente raison, de vie ou de mort. Et avec Aidan c'était plutôt loin d'être le cas. « No, I am not in love wih him. He is my best friend or rather he was. » La question était légitime. Elle ne se voyait pas demander à quiconque de la foutre enceinte. Mise à part Reaver, et là encore elle voulait attendre, mais c'était une autre histoire. C'était quelque chose d'important, et non seulement parce qu'elle ne voulait pas se faire sauter par n'importe qui, et puis parce qu'un enfant ce n'est pas rien, et que quitte à connaître le père, ça signifie tout de même qu'il lien particulièrement fort les unis. Elle grimaça à l'évocation du passé. Une amitié pouvait-elle vraiment finir de la sorte ? Peut être. Billie espérait que non. On sait bien que le sexe à toujours tendance à tout compliquer. Mais tout de même. La vie était bien trop tordu et garce pour que deux amis qui se sont si bien trouver ne se quitte pas. Elle ne savait pas trop quoi répondre à ça. Elle ne voulait pas, mais à mon avis Charlie était la plus grosse tête de mule que le monde n'est jamais porté. Et si elle décidait quelque chose, c'était pas vraiment la peine de renchérir. « It's for four months.» Oh, tout de même. Ca signifiait que ça faisait tout de même plusieurs mois qu'elle ne savait rien. En même temps pas sûr que Charlie est dit quoique ce soit à Aidan. Ou alors elle aurait vraiment le droit de découper son frère en petit morceau. « Oh ! I understand why you don't want to go on stage now. You know... When you want to, the place always be free for you. A single mum is pretty much like a singer mum, don't you think ?»Elle sourit. Elle ne savait pas vraiment comment agir, et allait finir par vite s'emmêler les pédales. Elle finit par se relever, ne quittant pas Charlie du regard. « I should leave i think. I'm pretty sure baby don't like me...» En réalité c'était plus qu'elle avait l'impression que Charlie allait essayer de la tuer si elle continuait. Et puis elle avait Aidan à aller engueuler. Ca aussi allait lui prendre un certain temps.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   Lun 11 Juin - 17:13

Charlie avait fait une bien belle erreur en disant à Birdie qu'elle était enceinte mais comment aurait elle pu deviner que ce n'était pas de la même chose dont elles parlaient? Franchement, s'assurer que le sujet est bien le même serait ce qu'elle ferrait désormais en sa compagnie car en plus d'avoir avouer qu'elle était enceinte, Birdie n'était pas d'accord. Bon comment pourrait elle l'être alors que la vie d'Aidan était plus que compliquée en ce moment même. Sauf que ce n'était pas de sa faute, non vraiment pas. Enfin si un peu parce qu'il se retrouvait père mais ce n'était pas elle qui venait de revenir d'entre les morts ou qui avait décidé de se marier avec quelqu'un qu'elle ne connaissait pas. En tout cas, il n'en fallut pas plus à Charlie pour qu'elle se mette quelque peu en colère. Birdie la jugeait alors qu'elle n'avait aucun droit de le faire, cette histoire ne concernait après tout qu'Aidan et elle même et même si Birdie était importante dans la vie d'Aidan, pour Charlie, elle l'était moins. Non elle ne la détestait pas mais disons qu'après tout, elle ne connaissait Birdie que par l'intermédiaire d'Aidan et elle savait que qu'importe la décision, ce serait auprès d'Aidan qu'elle se retournerait. Tout du moins, Charlie le pensait amplement pour que ce soit la vérité. En tout cas, elle pensait sincèrement que Birdie la jugeait et elle détestait ça. La décision qu'ils avaient prise avait une raison. Une raison qui pouvait échapper à plus d'une personne mais pas à Cassandra ou à ses parents. Si Birdie ne pouvait la comprendre, ce n'était pas son problème. Encore que pour la comprendre, il aurait fallut que Charlie s'explique et elle ne le désirait pas. Sa tête semblait exploser et franchement c'était bien assez suffisant pour elle. « I don't judge you. I was surprise that all. I wasn't expect this at all. » Si elle s'était attendue à ça, ça aurait été suspect d'ailleurs. Enfin non, ça aurait voulu dire qu'elle savait pour l'enfant et qu'elles n'auraient pas eu cette conversation ce qui en réalité aurait été la meilleure des choses.
« Oh I don't know who you are. And actually you can be who ever you want, it's not my business. But i can't help... Aidan must be in a pretty bad shape with all this. » Charlie ne demandait pas vraiment de l'aide, juste de la compassion, enfin non, pas de la compassion, elle n'en avait pas besoin mais disons que si Birdie arrêtait de parler d'Aidan, bien que vu le sujet, c'était pas possible, elle n'irait que mieux. « Actually... This is biological... He is the father. And even if i don't judge you or anything... You really don't want a child whithout father... If not you choose an anonymous donnor... » Comme si c'était aussi simple. Birdie ignorait les proportions qu'avaient pris la grossesse de Charlie. Elle ignorait qu'elle lui avait donné un ultimatum et qu'il avait préféré finir avec Ciara. Bon c'était pas vraiment ça, il n'avait juste pas voulu choisir mais pour Charlie, c'était entièrement ça, une trahison qu'elle n'avait pas supporté et qu'elle ne pourrait probablement jamais pardonné. Si il lui avait donné un tel ultimatum, elle était à peu près persuadée qu'elle l'aurait choisit lui et pas celui qu'il aurait détesté. Après tout, les meilleurs amis sont faits pour nous ouvrir les yeux, pour nous protéger et nous guider. Charlie avait tout fait pour que ce soit le cas mais lui n'avait pas du voir les choses comme elle, ce qui était bien dommage. Maintenant, ils ne pouvaient plus rien être l'un pour l'autre. Alors si Birdie pensait que c'était si facile, elle se trompait énormément. « It's more complicated that what you think. Aidan can't destroy the life of my child and think that I will be ok with that. Charlie n'avait pas envie de s'étendre plus sur le sujet. Parler d'Aidan la mettait en colère et plus qu'un petit peu. D'ailleurs, elle était obligée de se calmer par elle même, se déchainant, sur le peu d'aliments qui lui restait dans son assiette. A peine fini, elle rangea violemment son assiette dans le lave-vaisselle et l'aurait cassé si elle l'avait mit dans le l'évier.

« Oh ! I understand why you don't want to go on stage now. You know... When you want to, the place always be free for you. A single mum is pretty much like a singer mum, don't you think ? » Etait ce pour détendre l'atmosphère? Oui probablement mais Charlie n'était pas vraiment d'humeur à vouloir rire ou même sourire. Le fait d'avoir annoncer à Birdie qu'elle était enceinte l'énervait quelque peu. Elle aurait plutôt pensé qu'Aidan l'aurait fait parce qu'après tout, c'était lui qui faisait figure de frère dans la vie de Birdie. Elle, elle était juste une amie ou quelque chose dans le genre, elle ne savait pas très bien.
« I should leave i think. I'm pretty sure baby don't like me...» Aussi déroutant qu'appréciable, Birdie pensait à s'en aller. Charlie pour dire vrai n'allait pas la retenir, elle n'avait pas vraiment la motivation pour ça. Et puis, elle n'avait pas envie de tergiverser pendant quinze ans sur la situation et Birdie allait devoir digérer l'annonce. « Baby doesn't know you, it's different. But I need to rest so I call you later, I guess or you can call when you will be sure you're ok with all that thing. » Il était vrai que Charlie était quelque peu en colère, notamment parce qu'elle pensait que Birdie était du côté du futur père et ça, elle ne pouvait l'accepter. Certes, elle était responsable de beaucoup de choses et surtout de la manière dont avait évolué leur relation mais franchement, elle ne l'admettrait pas le moins du monde. La seule personne qui savait ce qu'elle ressentait était Cassandra et encore, lorsque cette dernière le lui disait, elle rétorquait que c'était faux. Elle n'avouerait pas d'ici demain que c'était vrai. Elle sourit néanmoins à Birdie comme pour lui dire qu'elle ne lui en voulait pas, ou tout du moins pas entièrement et que ça allait s'arranger bien qu'elle ne voyait pas le moins du monde comment.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE   

Revenir en haut Aller en bas
 

I had a dream, you and me on stage, and the world at our feet. CHARLIE&BIRDIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» Horse Dream RPG
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-