AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bienvenue à tous. C’est une nuit idéale pour sauver des vies. Alors amusons nous. JAMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Bienvenue à tous. C’est une nuit idéale pour sauver des vies. Alors amusons nous. JAMES   Dim 15 Avr - 19:57

“They say the bigger your investment the bigger your return. But you have to be willing to take a chance. You have to understand you might lose it all. But if you take that chance, if you invest wisely, the payoff just might surprise you.” »


Pourquoi vouloir un jour devenir chirurgien ? L'école de médecine est l'une des plus exigeante qui soit. Si vous ne faites pas le poids, nul doute que vous serez brisé en mille morceau avant la fin de votre première année. Mais l'école n'est rien à coté de ce qui vous attendra durant votre internat. On dit que l'esclavagisme à était supprimer aux Etats-Unis, mais on ne parle pas du statut d'interne. Passé 48 heures debout, à surveiller les patients, réalisés des tâches toujours plus ingrates, savoir un nombre de donné incalculable pour pouvoir combler les trous de mémoires des titulaires qui ont bien d'autre chose à faire que de savoir des choses aussi élémentaire, se faire engueuler pour rien, courir tout le temps, ne pas avoir de vie social, et surtout ne pas faire d'erreur. Les études de médecine était probablement les pires qui soient, et on ne peut pas vraiment souhaiter à quelqu'un de faire médecine. On lui souhaite de survivre à médecine, voilà tout. Alors pourquoi vouloir un jour devenir chirurgien ? Pour sauver des vies ? Pour être abattu à chaque vie que l'on aura pas pu épargner ? Pour pouvoir enfin se prendre pour dieu ? Honnêtement Joey ne savait pas. Elle l'avait fait parce que c'était naturel. Parce que presque toute sa famille avait fait médecine. Qu'elle était brillante, et que naturellement elle ferait comme tout le monde, en mieux peut être. Mais maintenant qu'elle y était, elle ne se voyait pas faire autre chose. Elle ne se voyait pas un jour sortir de l'hôpital et ne jamais revenir. Elle ne se voyait pas s'appeler autrement que Docteur Abbott. C'était impensable. Ce n'était même plus une histoire d'égo. C'était chez Joey une histoire de santé mentale. La seule chose que Joey savait encore contrôler était ses faits et gestes à l'hôpital. Quand elle travaillait, son cerveau la laissait en paix, elle pensait pontage cardio vasculaire, bypass et autre opération importante qu'elle pourrait peut être avoir si elle était génial. Si elle faisait les analyses de tous les patients, si elle faisait plus d'heure que les autres aux urgences, si elle connaissait à merveille toute ces sutures.

Etre debout un dimanche matin de bonne heure en aurait agacé plus d'un. Devoir quitté mari et enfant encore plus. Mais pour Joey c'était presque une bénédiction. Elle ne prenait pas de jour de congé. Et parfois on était même obligé de la jeter en dehors de l'hôpital. Quand les gens normaux compilait 35 heures de travail par semaine, Joey était le plus souvent entre 80 et 120 heures par semaine. Et ce n'était pas un problème. Elle dormait peut, presque pas d'ailleurs. N'avait pas vraiment de hobbies en dehors du travail, n'était pas particulièrement sociale, et sa vie de famille se portait honnêtement mieux quand elle n'était pas là. Et aujourd'hui Joey était particulièrement contente d'être à l'hôpital. Car aujourd'hui était l'anniversaire des parents Abbott, et signifiait réunion de la famille au complet. Et comme le disait Lou-Ann, sa belle soeur et meilleure amie, ce genre de soirée sont juste un enfer. D'ailleurs Lou-Ann s'était arrangé pour se retrouver à l'hôpital aussi, tant pis si les deux filles laissaient Jaxson affronter la situation terrifiante seul. Les deux amies avaient bossés seule de leur coté toute la matinée, courant d'un endroit de l'hôpital à l'autre, apportant les différents dossiers à leur responsable. Réanimant un ou deux patients au passages qui avait décidé de se faire la mal. Vérifié que Madame Wellington était bien aller au toilette après son opération... J'en passe des vertes et des pas mures. Pour le déjeuné elles s'étaient retrouvées dans la chambre de Jésus Terlington un charmant monsieur que Joey avait opéré il y a de ça quelques semaines, et qui était tombé dans le coma. Pas vraiment la faute de Joey d'ailleurs. Elle n'avait rien fait de mal sur ce coup là. Mais le coeur était faible et on avait pas encore réussit à le ramener à lui. Mais son activité cérébrale était bonne, et il n'y avait pas de raison de s'inquiéter. Il fallait juste le surveiller régulièrement pour voir si son coeur ne faisait pas de bêtise, ou mieux s'il se réveillait. En plus l'endroit était plutôt agréable pour un déjeuné. Après tout il ne bronchait pas, et personne ne venait les emmerder dans la chambre d'un patient. « Tu penses qu'il va se réveiller ?» avait demandé Joey, à Lou-Ann qui elle était bien plus spécialisé en neurologie. Lou-Ann avait fait basculé sa tête sur le coté, puis s'était levé son sandwich à la main et avait été regarder le patient. Elle faisait toujours d'étrange grimace lorsqu'elle auscultait les gens. « Honnêtement ? Il est trop canon pour ne pas se réveiller...» Lou-Ann éclata de rire, avant de regarder encore une dernière fois le patient. Elle sursauta d'un coup avant de crier « Il m'a regardé. Il est réveillé...» Joey avait eu un bref sursaut, et avait fait tombé la moitié de son plateau par terre, et s'était approcher en mangeant sa pomme du patient. Elle s'était approché près de lui pour vérifier ses fonctions respiratoire et pour voir s'il la regardait bien... « Tu déconnes grave Lou... Il n'a pas ouvert les yeux... Ah il a tirer la langue !»Joey et Lou-Ann avait fait un bon d'un mètre à coté du patient et le regardait étrangement. Lou-Ann commença la première à se rapprocher. « Jésus... Si tu peux faire un miracle, lève toi et marche ! » Joey regarda son amie et lui lança son trognon de pomme à la figure avant de s'approcher aussi. «Monsieur Terlington est-ce que vous m'entendez ? Ouvrez les yeux si vous m'entendez» Elles avaient finit par se rapprocher toutes les deux très près et touchaient par petit coups le nez du patient pour voir sa réaction. Soudainement Lou-Ann qui faisait face à la porte se releva brutalement la bouche plein de sandwich, et fit un vague signe de main à Joey avant de sortir rapidement de la chambre, laissant Joey se redresser rapidement pour se tourner vers ce qui avait forcé le départ de son ami. Elle resta muette et interdite devant son supérieur hiérarchique. Le docteur Sutherland la regardait de manière assez étrange. En même temps une seconde plutôt elle touchait le nez du patient, et la chambre s'était transformé en tchernobile pour nourriture... Joey une fois redressé essaya d'expliquer.. «Ecoutez ce n'est pas ce que vous croyez... On était là pour surveiller monsieur Terlington, et ma collègue à cru le voir ouvrir les yeux, et je suis persuadé qu'il a fait un mouvement de langue... Seulement après tout est redevenu normal, et on s'est rapprocher pour voir quel stimuli l'avait fait réagir la première fois... Et comme on a beaucoup de boulot on s'était dit qu'on pouvait le surveiller en mangeant que ça ne causerait pas de tord... Mais bien sûr je m'apprêtais à tout nettoyer... » Elle baissa ses yeux en regardant ces chaussures... De toute façon à chaque fois qu'elle était avec Lou-Ann il lui arrivait des misères... mais normalement pour Docteur Sutherland elle devait être l'interne modèle pas celle qui bouffe presque par dessus ses patients...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Bienvenue à tous. C’est une nuit idéale pour sauver des vies. Alors amusons nous. JAMES   Mar 24 Avr - 2:16

James se retourna dans son sommeil et son bras musclé vint se glisser sur la fine taille d'une silhouette aux courbes indubitablement féminines. Il avait passé les dernières vingt-quatre heures débout, dans une salle d'opération, à s'occuper d'un cas aussi complexe que fascinant et qui requérait une concentration intense et une dextérité telle que cela avait pompé une bonne partie de son énergie, dont il avait gaspillé les restes dans les bras d'une charmante infirmière aguicheuse. C'était un dimanche matin. Soit, James n'avait pas pour habitude d'être présent ici même à une heure aussi matinale. Il aurait probablement dû être chez lui, dans les bras de celle qu'il appelait officiellement sa petite-amie, au lieu de se prélasser contre le corps nu d'une jeune femme de dix ans de moins que lui qui lui faisait oublier la fatigue de ses longues journées chirurgicales. Il aurait probablement dû. Mais la veille avait été si éprouvante qu'après avoir entraîné la jeune Jessica dans la salle de garde vide pour lui faire l'amour comme il le faisait au moins trois fois par semaine, il s'était endormis et n'aurait pas songé une seule seconde à rejoindre son domicile. Le son d'un bippeur extirpa le chirurgien des méandres de ses songes lubriques. Il ouvrit un œil avec difficulté et lâcha en quelques mots étouffés : « c'est le tien ! » Avant de s'efforcer à retrouver la douceur de l'étreinte de Morphée. Quelques secondes plus tard, une main délicate vint se poser sur son épaule, taquinant l'agacement du jeune homme qui ne demandait que le repos à cet instant précis. « Le docteur Abbott a besoin de vous. - » « Lequel ? » grogna-t-il. « Jaxson ». Après un petit instant d'hésitation, James émit un soupir et se redressa avec une vivacité qu'il était loin de posséder. Il n'y avait que son ami pour pouvoir le tirer de son lit pour un appel qu'il devinait bénin. Il enfila son tee-shirt avec rapidité avant de se redresser pour rejoindre la porte. Tout en passant le petit appareil électronique d'urgence à sa taille, il ajouta « N'oublies pas ta petite culotte, ça serait dommage qu'un autre tombe dessus, n'est-ce pas ? » Il n'y eu pas de réponse, puisque la porte claqua la seconde d'après.

James revint à l'hôpital sur les coups de midi. Contrairement à l'accoutumée, il s'agissait d'une journée tranquille sans réels déboires tragiques apportant des cas intéressant aux urgences. Dommage, songea le jeune Sutherland qui aurait aimé pouvoir toucher à son bistouri pour ouvrir quelques poitrines. C'était parfois étrange que de se mettre dans la tête d'un chirurgien spécialisé dans le cardio-vasculaire. Parce qu'il n'y a pas le moindre état d'âme à désirer le malheur d'un autre pour pouvoir résoudre celui-ci, et mettre à l'épreuve ses talents. C'est peut-être monstrueux. Sûrement. Mais toujours aussi excitant. James monta à l'étage et s'adossa à la réception son café à la main pour consulter les quelques dossiers de ses divers patients pour en constater les avancées. Il fut ravis de constater que Mr Sommers n'avait pas succombé durant la nuit comme il l'avait préalablement craint. C'était parfait. Pour la deuxième fois de la journée, James soupira. Une catastrophe ne pouvait-elle donc pas se présenter, là, maintenant, tout de suite ? Il but une gorgée amer de sa boisson chaude tandis que son regard électrique balayait son service … avant de s'arrêter sur une chambre. Les stores étaient ouverts, il n'eut aucun mal à voir deux silhouettes penchées sur un patient, une mine curieuse gravée sur les traits de chacune. Ces internes songea-t-il avec un dédain prononcé , trop impressionnables. Il jeta son gobelet dans une corbeille et se dirigea vers la chambre pour y pénétrer. À peine avait-il fait un pas, que Lou-Ann tourna la tête vers lui et le titulaire arqua un sourcil dubitatif qui fit rapidement fuir la rouquine. Soit, en ce cas, ce sera à Miss Abbott de s'expliquer. Lorsque la concernée se retourna vers la porte pour constater sa présence, elle se figea avant de prendre la parole ; « Écoutez ce n'est pas ce que vous croyez... On était là pour surveiller monsieur Terlington, et ma collègue à cru le voir ouvrir les yeux, et je suis persuadé qu'il a fait un mouvement de langue... Seulement après tout est redevenu normal, et on s'est rapprocher pour voir quel stimuli l'avait fait réagir la première fois... Et comme on a beaucoup de boulot on s'était dit qu'on pouvait le surveiller en mangeant que ça ne causerait pas de tord... Mais bien sûr je m'apprêtais à tout nettoyer... » Mh. Une mine indéchiffrable fut adoptée par le visage de James. Il faut dire qu'il avait un brin d'estime pour la jeune interne qui lui faisait face, sauf lorsqu'elle se ridiculisait avec autant de facilité. Il l'a savait bourré de talent, mais bon dieu, pourquoi foutait-elle un bordel pareille dans la chambre d'un patient ? « Bien sûr. Un mouvement de langue vous dîtes. Et qu'en pensez-vous ? » s'enquit le titulaire en s'approchant de son élève. Une pointe de sarcasmes s'étaient glissée sous ses mots et elle n'était pas négligeable. Pourtant, oserait-elle prendre la mouche et débattre avec son supérieur ? Il l'en savait capable. Peut-être même souhaitait-il la faire réagir. Mais soit. Il sortit une lampe de la poche intérieure de sa veste et s'approcha du vieillard pour ouvrir ses paupières et faire un examen rapide. Ses pupilles réagissaient, nulle attaque cérébrale parfois probable après des opérations chargées. « Je vous laisse mener la suite de l'examen Abbott. Puisque ce patient est sous votre responsabilité, j'attends vos hypothèses. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Bienvenue à tous. C’est une nuit idéale pour sauver des vies. Alors amusons nous. JAMES   Ven 27 Avr - 20:44

“They say the bigger your investment the bigger your return. But you have to be willing to take a chance. You have to understand you might lose it all. But if you take that chance, if you invest wisely, the payoff just might surprise you.” »


Joey n'était pas réellement le genre d'interne à avoir un respect étouffant pour ses supérieurs. Elle se jugeait souvent meilleur que la plus part dans son domaine, et il lui était d'ailleurs arrivé de prouver cette supériorité à certain d'entre eux... Qui avait dans son souvenir pas tellement apprécié, et qui la prenait aujourd'hui en grippe. Heureusement ou pas pour elle, ce n'était pas le cas du Docteur Sutherland qui était ce qu'on pouvait appeler un dieu de la médecine. En plus il était un dieu tout cours ce qui n'arrangeait rien, mais qui n'avait rien à faire dans la présente conversation. Il était extrêmement doué, un futur chef de la chirurgie sans aucune doute, et Joey avait pour lui le plus grand respect. Respect qui était néanmoins entaché par les jours ou elles le voyaient trainé avec Jaxson et retombé dans une immaturité qu'elle n'imaginait ni à James Sutherland, ni à Jaxson. Et quand bien même ça la faisait rire de voir Jaxson dans cet état, il était toujours étrange d'imaginer son supérieur dans ce genre de situation. Résultat elle était obligé de compartimenter son cerveau pour le boulot et la maison, pour les fois ou elle devait l'appeler Docteur Sutherland, et les autres ou elle pouvait se permettre de l'appeler James. Bien sûr Joey était probablement l'une des personnes les plus aptes à faire cette compartimentation des vies, elle qui avait un cerveau vif, et constamment bien ranger, sauf en période de crise. Mais néanmoins, il y avait toujours une différence dans sa tête, parce que le docteur Sutherland est aussi James. Qu'il était un dieu, un dieu de cardio, et un attardé mental machiste avec les filles. Et si généralement ça ne la dérangeait pas le moins du monde d'avoir ce genre d'information en tête, ça lui permettait surtout lorsqu'il cherchait à l'intimider à se passer l'une des scènes ridicules auxquelles elle avait assistée, ou que Jaxson lui avait racontée... Et la le docteur Sutherland pouvait dire ce qu'il voulait, se montrer aussi monstrueux, con et méchant qu'un titulaire peut l'être avec une interne, Joey ne fléchirait pas, et tant qu'elle serait sûr d'avoir raison elle pourrait lui tenir tête. Et dans tout l'hôpital il n'y avait pourtant que deux internes à oser tenir tête à James Sutherland. Joey. Et Lou-Ann qui l'avait dragué pendant toute son adolescence, et qui avait vécu avec lui. Justement les deux protagonistes qui se trouvaient dans la chambré à faire des conneries au dessus d'un patient. Mais bien sûr tout ceci était encore la faute de Lou. Parce que bien sûr dès qu'il y avait une connerie dans l'hôpital c'était toujours Lou qui était responsable, c'était un peu comme une règle de base. Quelque chose qu'on ne peut pas ignorer. Malheureusement pour elle, Joey se faisait intégrer dans certaine de ses croisades... Bon il fallait dire que Joey avait déjà embarqué Lou dans des histoires douteuses de vol de cadavre pour pouvoir s'entraîner, donc bon il était fort possible que depuis le temps elle soit quitte... Mais ce n'était pas une excuse pour fuir comme une lâche dès que le charmant docteur se pointe les yeux étonnés et menaçant. Surtout que pour une fois Lou aurait pu l'aider... Enfin elle aurait pu le draguer, et ça l'aurait peut être apaisé... Non parce qu'il était clair que Joey ne ferait pas se genre de chose. D'abord parce qu'elle n'était pas particulièrement à l'aise dans l'exercice. De plus c'était le meilleur ami de son mari et son titulaire... Ce qui pouvait être un peu étrange par la suite. Il valait largement mieux raviver son cerveau brillant que de le draguer ou là elle courrait rapidement au véritable fiasco.

En temps normal Joey n'était pas le genre de personne à se sentir con. Pour la simple raison qu'elle ne l'était pas, et qu'elle ne l'était pas. Mais voilà devant son titulaire/dieu de la cardio, à raconter des conneries sur son déjeuner et sur un patient comateux qui tire la langue, elle se sentait misérablement stupide et se demandait véritablement ce qu'elle allait pouvoir lui dire pour rattraper cette connerie. Elle n'osait pas vraiment approcher le patient pour balayer son torse de la main et retirer les miettes de Sandwich que Lou avait laissé sur la poitrine du patient. Ce n'était pas bien venu devant son titulaire, mais pourtant dans toutes la salles elle ne voyait que ça. Ces quelques miettes insignifiantes. « Bien sûr. Un mouvement de langue vous dîtes. Et qu'en pensez-vous ? » Elle leva un sourcil. Il était sérieux ? Ce qu'elle en pensait ? Elle ne voulait rien en penser, c'était ridicule comme idée, et elle n'avait pas tellement envie de s'enfoncer dans une hallucination. En même temps si ça avait été une hallucination elle le saurait. Elle n'était pas du genre à en avoir. En tout cas pas au boulot. Elle était quelqu'un de sérieux, qui gérait bien ses patients. Elle évita un moment le regard de James pour chercher ses mots. Elle aimait pas trop son regard, amusé, amusant qui allait bientôt attraper son élève et le broyer ou quelque chose comme ça. « J'en pense que ce n'est pas commun, et que ça sonne très ridicule... Mais après tout le patient à un cerveau en parfait état de marche, et il peut bien être possible que son subconscient provoque des réactions non contrôlé dans son corps. Après tout quand on rêve, ils nous arrivent de tomber, alors on se rattrape, alors qu'il n'y a aucune raison de le faire... Admettons qu'il rêve qu'il est gamin et qu'on l'ennui... Il pourrait vouloir tirer la langue... » Pourquoi avait-elle tant parlé ? Une petite phrase aurait peut être suffit, et toute son histoire de rêve bien qu'elle puisse tenir debout, la rendait encore plus folle et ridicule. Elle ferma les yeux s'infligeant une tape mentale pour se punir de sa débilité avant de lever les yeux vers son titulaire. « En bref il pourrait se trouver dans un état de semi-conscience entre le rêve et la réalité, et il ne parvient pas à se réveiller. » Oui là tout de suite ça sonne très Inception. Mais en vérité c'est un concept très simple. Quand on dors profondément, on rêve. Ou un truc du genre. Les comateux vivent souvent une sorte de rêve. Il n'est pas loin de se réveillé, ce qui permet à son corps de bouger suivant certaine de ses impulsions. Mais on ne sait pas pourquoi il ne parvient pas à se réveiller complètement. Et il reste coincé dans cet état de demi-conscience. Parfois des années malheureusement. « Je vous laisse mener la suite de l'examen Abbott. Puisque ce patient est sous votre responsabilité, j'attends vos hypothèses. » Joey détestait faire tout son petit travail devant les titulaires. Non qu'elle est peur de se tromper. C'est juste qu'elle aimait faire ça comme elle voulait, et qu'elle détestait avoir quelqu'un pour l'observer. Elle fit donc tout ce qu'il fallait faire comme examen aux premier abord et finit par dire de manière mécanique. « patient stable, réactif, mais qui ne se réveille pas suite à une chirurgie cardiaque. Le coeur est encore faible, mais régulier. Il a perdu beaucoup de sang pendant l'opération. Il est affaibli... C'est probablement un coma seulement pour laisser le corps récupérer... D'ou la potentiel légèreté du coma, et ces gestes inattendus... Il devrait se réveiller d'ici quelques heures, ou jours suivant comment il récupère... Enfin normalement. » Parce que les comas sont difficile à diagnostiqué et qu'on ne peut pas prévoir quand il se réveillera pour de vrai. Et puis ce n'est pas vraiment le domaine de prédilection de Joey. D'ailleurs ça relève plus de la prédiction que de la médecine ce qu'il venait de lui demander...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bienvenue à tous. C’est une nuit idéale pour sauver des vies. Alors amusons nous. JAMES   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bienvenue à tous. C’est une nuit idéale pour sauver des vies. Alors amusons nous. JAMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» bienvenue à tous les nouveaux inscrits
» ¤ Première nuit à Diantra pour le métisse | PV
» [Anniv'Swann] Bienvenue à tous ! (RP> Sans tour de jeu)
» ~ Bal de Nowel ~ Bienvenue à tous !!!
» Bienvenue à tous!!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-