AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Serena & Mason : friendship never ends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Serena & Mason : friendship never ends   Mer 25 Avr - 20:35


→ Serena & Mason« friendship never ends »



    Ces derniers temps, Mason en avait vu de toutes les couleurs. Il n'avait jamais reçu autant de nouvelles en à peine quelques heures. Son ex, Joyce, avec qui il avait quasiment tout construit, était de retour après quatre ans sans nouvelles. En même temps, il n'avait pas cherché à en avoir de sa part et il avait longtemps filtré tous ses appels lorsqu'elle voulait le contacter les premiers mois après la connerie qu'elle avait faite. La jeune femme l'avait trompé quelques jours avant leur mariage et pas avec un inconnu, évidemment. Avec son meilleur pote. En quelques secondes, il avait perdu son ami et la femme de sa vie. Pendant des mois - même des années - il s'était dit que s'il la revoyait, il allait l'éviter ou lui claquer la porte au nez. Il ne voulait plus jamais la revoir. Mais quand cela fût le cas, quand elle fût devant lui, le visage rempli de remords, il n'avait pas pu s'empêcher d'être conciliant. Lui pardonner ? Peut-être pas mais il pouvait oublier et faire de sorte qu'ils gardent de bons rapports. Après s'être retrouvés d'une manière assez particulière, elle lui avait annoncé, quelques secondes après qu'il eut remarqué une étrange cicatrice dans le bas de son ventre, qu'il était père. Bien évidemment, il ne la crut pas mais il vit par la suite qu'elle était très sérieuse. Mason avait peine à y croire. Après tout, elle s'était envoyée en l'air avec Tyler alors, pourquoi lui était-il directement évincé ? D'après elle, elle avait appris quelques heures avant sa bêtise qu'elle était enceinte. Il n'y avait donc plus aucun doute.

    Le jour qui suivait cette nouvelle, il avait annulé tous ses rendez-vous. Tant pis pour l'argent qu'il aurait pu gagner, il avait vraiment besoin de se remettre de cette nouvelle. Apparemment, son enfant était un petit garçon et il s'appelait Mathis. Il avait de la peine à croire que Joyce l'avait caché aussi longtemps. En même temps, le petit avait déjà une famille, il avait un père qui prenait sûrement bien soin de lui. Et ça tombe, Mathis ne voudrait pas le voir, alors, à quoi bon ? Après avoir passé la matinée enfermé chez lui, il décida, en début d'après-midi d'aller faire un tour en voiture. Ca avait le don de le calmer. Conduire l'amenait un peu dans un autre monde, et il pouvait aussi réfléchir. Il roula pendant des heures avant de se décider d'aller voir Serena, sa meilleure amie. Elle avait toujours été là pour lui, depuis qu'ils étaient gosses. Ils se connaissaient depuis plus de vingt ans et, depuis quatre ans, elle était la seule en qui il avait vraiment confiance. Il savait que jamais elle ne le trahirait. Ces quatre dernières années, elle avait été présente plus que jamais. Mason avait été là quand il avait appris que le mari de Serena s'était fait tiré dessus. Pareil lorsqu'elle avait adopté sa petite fille. Ils s'étaient toujours beaucoup aidé, comme les amis doivent le faire.

    Arrivé devant chez elle, il gara sa voiture et en sortit avant d'aller sonner à la porte. Il avait assez peur de la réaction de la jeune femme lorsqu'elle apprendra qu'il était père. Enfin, c'était plutôt de savoir que Joyce le lui avait caché qu'il avait peur. Il savait que Serena ne portait plus Joyce dans son coeur depuis les évènements qui étaient arrivés il y a quatre ans de ça. Et c'était normal. Il sortit de ses pensées quand il vit la jeune femme ouvrir avec sa fille de deux ans et demi dans ses bras. Mason ne pût s'empêcher que de sourire. Il savait bien qu'elle allait l'inviter à entrer mais il le fit par lui-même ^^. En passant le pas de la porte, il fit la bise à Serena et déposa un bisou sur le front de sa fille.

    - " Comment vont les plus belles ? "
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serena & Mason : friendship never ends   Jeu 26 Avr - 14:58

« MASON & SERENA »

† Friendship never ends

© Ilyria



    Attablé à son bureau, Serena reposé sa tête entre ses mains, jetant des coup d’œil furtif à l'horloge posé contre le mur. Cela faisait plus de deux heures qu'elle était ici, la tête plongé dans ce dossier sordide, à se demander si elle ne ferait pas mieux de démissionner et d'aller ouvrir une patisserie à l'angle de chez elle. Des pâtisseries, tout le monde aime, non ? Lyra était très férue des éclairs au caramel, alors que Serena aurait donné sa vie contre une part de tropézienne. Oui, c'était absurbe comme idée, surtout quand on sait que Serena est bien plus douée pour les manger que pour les préparer, mais quand même, c'était une idée à garder en tête pour le jour elle déciderai de rendre son tablier de justicière. L'horloge venait de passer à l'heure d’après. Dans un éclat de lucidité, Serena se promit de terminer sa page et d'aller se coucher. Quel exemple elle donnait à sa fille ! Ces derniers temps, la travail était la seule chose qui lui permettait de penser à autre chose que la mort de Dean. Deux ans qu'il était mort, mais deux ans que Serena ne pouvait songer à autre chose qu'as ça. Alors , la tête dans ses dossiers lugubres, elle se remplissait le crane d’atrocités et aretter de songer, un instant, à la mort de son époux. La page terminé, Serena referma le dossier, poussant un long soupir. Ce gars là était un vrai psychopathe, le genre à changer de trottoir en sa présence et à déclarer fou dangereux à ces voisins.

    La pièce était plongée dans le noir, seule la lampe de bureau éclairait les différents papier étalés. Aprés c'être étiré, Serena se leva, mit un peu d’ordre et quitta le bureau, en prenant soin de le verrouiller. Cette pièce était interdite à qui que ce soit, même à sa petite fille. Serena préserver son intimité et voulait éviter à sa fille de tomber ses des photos qui risqueraient de traumatiser à vie l'enfant. La maison était silencieuse, plongée dans l’obscurité la plus totale. N'importe qui ne se serait pas sentit en sécurité, mais pas Serena. Elle avait décidé d'enfouir ses peurs, de ne pas se laisser bouffer par son travail et par les traumatisme qu'elle avait vécue dans sa vie. Le noir pouvait être effrayant, mais c'était aussi une aide précieuse pour réfléchir. Silencieuse, elle traversa la maison et grimpa à l'étage, passant par la chambre de Lyra. La petite dormait à poing fermés, son doudou fétiche dans le creux de ses bras. Toujours en silence, Serena pénétra dans sa propre chambre, ôta son ensemble et mit son tee-shirt pour dormir. En vérité, il appartenait à Dean. C'était le genre de tee-shirt trop horrible pour sortir dehors, trop grand et mal taillé avec un logo immonde. Mais c'était le tee-shirt de Dean, celui qu'elle aimait porter pour garder un souvenir de lui, celui qui portait son odeur, du moins avant qu'elle ne le passe chaque nuits.

    Le lendemain, la journée semblait être plutôt radieuse. Los Angeles avait connue quelques jours de grisaille où la pluie c'était invité à chaque matinée. Mais ce matin là, un soleil timide était de sortie, rendant à Serena un sourire de satisfaction. C'est Lyra qui vint réveiller sa mère, grimpant la retrouver dans son lit. La petite brésilienne vint frotter son nez tout humide sur celui de sa mère, cherchant à créer le contact. Serena aimait ce petit moment de complicité, elle aimait sentir sa fille tout contre elle, elle aimait se rappeler qu'elle était son plus beau cadeau. Quand elle regrdait la petite, elle en oubliait presque qu'elle était différente, qu'elle avait la peau foncé et des cheveux crépus. Elle voyait simplement son sourire enjôleur, ses petites mains pleines de tendresse et ce simple mot : « Maman .. », qui était à ses yeux, le plus beau qui soit. Un jour, Lyra demanderai à sa mère pourquoi elle est noir et pourtant sa mère est blanche. Un jour, quand elle serait en âge de comprendre, Serena lui expliquera qu'elle l'as adopté. Mais ce jour est encore loin, du moins c'est ce que Serena espère. De bonne humeur, Serena fini par se lever, entrainant la petite avec elle qui trottine derrière elle. Aujourd'hui, Serena ne travaillera pas ou du moins quand la petite dormira.

    Il doit être 16h30 quand on sonne à la porte. Toute excité à l'idée d'avoir de la visite, Lyra saute de son siège et cours vers la porte, rattrapé in extremis par Serena. De nature méfiante, elle interdit constamment à sa fille d'aller ouvrir sans elle. De plus, elle ne vois qui viendrait la voir. Serena a peu d'amis ou du moins, elle en vois beaucoup moins depuis la mort de Dean. Quant à ses collègues, ils ne viennent jamais chez elle, connaissant assez la jeune mère pour savoir qu'elle aime garder un semblant d'intimité. Serena attrape donc lyra en vol et se dirige vers la porte. A peine a t'elle ouvert que son visage se détend et que Lyra tend les bras vers le jeune homme. Mason ! « Comment vont les plus belles ? », demanda t'il aussitôt tout en déposant un baiser à chacune. Lyra lui sourie et se dégage de sa mère, toute heureuse que ton tonton vienne lui rendre visite. « Entre. Ça me fais plaisir de te voir », avoue t'elle en le laissant rentrer. Avec Mason, elle se sent naturelle et n'as pas besoin de se cacher de quoi que ce soit. Il n'est pas dans la police, la connait depuis toujours, c'est le seul en qui elle est réellement confiance. « Ça tombe bien, on allez gouter. Ca te dis une part de gâteau fais maison ? », dit-elle en se dirigeant vers la cuisine. Mason ne prend pas trop de risque, il sait que sa meilleure amie cuisine très bien, enfin surtout les desserts.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serena & Mason : friendship never ends   Ven 27 Avr - 19:07


→ Serena & Mason« friendship never ends »



    Voir sa meilleure amie ainsi que sa fille le fit sourire. Il considérait Serena comme sa soeur, et donc, pour lui, c'était tout à fait normal que Lyra soit sa nièce. La jeune femme avait beau être plus âgée que lui, il avait toujours essayé de prendre soin d'elle dès la première seconde où ils s'étaient rencontrés. Bien entendu, il avait lâché prise lorsque son idylle avec Dean fût plus sérieuse, il n'aurait pas aimé que quelqu'un se mêle de ses affaires de couple alors il comprenait que Serena voulait être uniquement avec son homme. Il n'allait pas lui en vouloir pour si peu. Par contre, même s'il n'en aurait jamais douté, elle n'avait jamais été aussi présente pour lui que lorsqu'il quitta Joyce il y a quatre ans. Mason, qui s'était toujours montré fort et droit, ne craquait qu'avec sa meilleure amie. Jamais il n'aurait pu le faire avec quelqu'un d'autre. Il savait qu'elle n'allait jamais le plaindre, justement, elle allait lui dire de passer à autre chose, ou même de prendre son temps pour se reconstruire. Et Mason lui avait renvoyé l'appareil quand elle perdit son mari il y a quelques années. Ils étaient bien malheureux tous les deux mais compter l'un sur l'autre était une chose importante. De plus, Serena devint maman peu de temps après cette tragédie. Alors, elle avait beaucoup plus à s'inquiéter que lui. Après tout, il n'avait qu'à prendre soin de lui, pas Serena.

    « Ça tombe bien, on allait gouter. Ca te dis une part de gâteau fais maison ? » Ca, il ne fallait pas le dire deux fois au jeune homme. Mason était un vrai estomac sur pattes même si depuis quelques temps, il ne mangeait pas beaucoup. Ou alors des cochonneries. Mais là, il savait que la gâteau de son amie n'était pas quelque chose de mauvais. Et puis, même si ça l'était, tant pis s'il prenait un peu de poids, il n'allait pas en mourir. Pour toute réponse à son amie, il esquissa un large sourire et fit un signe positif de la tête. Il n'allait pas refuser un si bon gâteau. Soudainement, la petite Lyra vint se mettre sur le canapé. Il s'asseya à son tour à côté d'elle. Un large sourire vint se poser sur le visage de la petite fille. Bien qu'elle était le contraire de sa mère physiquement, elle avait le même large sourire et le même caractère qu'elle. Mason se souvenait clairement du premier jour où il avait rencontré cette petite princesse toute bouclée avec des grands yeux bruns. C'était peu dire qu'il avait fondu devant elle. Mason la prit sur ses genoux et lui glissa quelques paroles dans l'oreille qui la fit rire. Il lui fit un bisou sur la joue par la suite quand il vit Serena revenir avec le gâteau.

    - "Laisse, je vais le couper"

    Il savait bien que son amie détestait ça mais c'était comme ça. A chaque fois qu'il venait, il avait droit à un bon gâteau alors il allait se rendre un peu serviable. Il se leva, reposant Lyra sur le canapé et prit le couteau des mains de Serena. Il coupa le gâteau en parts plus ou moins égales et donna une part dans une assiette à chacune des demoiselles en face de lui. Il se servit aussi et s'asseya dans le fauteuil en face du canapé. Il chercha un moment comment annoncer toutes ces nouvelles à sa soeur de coeur. Elle n'allait pas être au bout de ses surprises

    - " Alors, vous me racontez quoi de beau ?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serena & Mason : friendship never ends   Mer 2 Mai - 14:39

    A la vue de Mason, tout devenait plus claire. Mason avait ce don pour vous mettre à l'aise, pour vous faire comprendre que vous êtes une personne formidable. Du moins, c'est ce que ressentait Serena quand elle était en présence de Mason. Dans ses yeux, elle pouvait retrouver la Serena d'autrefois, cette gamine rebelle et son côté garçon manqué qui amusait beaucoup Mason. Au contraire des autres garçons de son âge, Mason avait tout de suite vu en Serena la femme adorable et déterminé d'aujourd'hui. Quand les autres enfants se moquait de son air de goss farouche et isolé, Mason, lui, venait pret d'elle et entamé la discussion. A bien y réfléchir, il avait été sa bouée de sauvetage, son sauveur. Au moins, quand elle était avec lui, elle oubliait durant un temps ce qui se passerait chez elle quand elle rentrerait après l'école. Pourquoi ne lui avait-il tourné le dos comme les autres ? Pourquoi c'était il obstiné à vouloir rester prêt d'elle quand tous les autres goss la traitait de moche et de pouilleuse ? Serena c'était toujours posé la question. Mais dans le fond, la réponse n'avait pas vraiment d'importante. Mason était son sauveur, son meilleur ami, le frère qu'elle aurait aimé avoir plutôt que ses trois imbéciles qui la ruait de coups chaque soirs. Si elle avait un peu de chance dans sa vie, Mason en faisait partie.

    Tandis que Serena était partie en cuisine afin de sortir le plat fumant du four, elle entendait les gloussements de sa fille depuis le salon. Lyra était une enfant remarquable. Elle était polie, souriante et volontaire. Elle aimait aider sa mère, lui rendre service, même si à son âge, la vie était encore trop vaste pour qu'elle en saisisse tous les sens. Parfois, quand Serena broyait du noir, Lyra venait simplement sur les genoux de sa mère et posait sa tête contre son coeur. Elle laissait Serena pleurer en silence tandis qu'elle caressait tendrement les cheveux blonds de sa maman. Ce qui faisait le plus de mal à Serena, c'était de se dire que Lyra grandirait sans père. Elle même n'avait que peu de souvenirs de son paternel, celui-çi ayant prit la poudre d'escampette sans donner de raison. Serena n'avait jamais cherché à le retrouver. Pour elle, c'était un lâche, un en foiré qui avait abandonné une femme formidable et quatre enfants, qui, manifestement, avaient grand besoin d'un recadrement. Finalement, Serena les rejoignit au salon, déposant avec douceur le gâteau encore chaud sur la petite table basse. A peine eut le temps de plonger la lame du couteau dans le gâteau que Mason se porta volontaire. « Laisse, je vais le couper », lui dit-il en lui prenant le couteau des mains et en coupant quelques parts. Lyra resta près de son tonton, cherchant surement la part le plus grosse à se mettre sous la dent. Lyra faisait partie de ses enfants qui raffolaient des sucreries mais qui ne prenait pas un gramme. Souriante, Serena contempla cette image, celle de Mason faisait rire la petite tout en tendant une part aussi grosse qu'elle.

    « Alors, vous me racontez quoi de beau ? », dit-il une fois assis et une cuillère en main. Serena se trouvait en face, plongeant sa cuillère dans le chocolat fondu. Dés la première cuillère, elle sut qu'elle l'avait réussi. Autre signe de cette victoire, la bouche pleine de chocolat de sa fille et son nez plein de sucre glace. « Suis allé à la crèze et ... », comme toujours, Lyra débattu de ce qu'elle gardait en tête jusqu'as la prochaine visite de son tonton. Poliment, Mason l'écoutait d'une oreille attentive et réagissait à chacun de ses mots. Serena se demanda si il comprenait vraiment tout ou si il faisait semblant. Mais le plus important, c'était que la petite puisse s'exprimer sans se sentir piéger dans une discussion d'adulte. Quand elle eut fini, elle se tourna vers Serena. « Ai' fini maman. A toi parler », avec émotion, Serena constata une fois de plus sa petite fille se tenir comme une grande. « Et si on parlait de toi plutôt ? », dit-elle à l'intention de son meilleur ami. Serena n'aimait pas trop parler de son travail devant sa fille, ni de Dean. Elle savait que sa fille ne tarderait pas à se sentir fatigué et qu'une fois mise à la sieste, Serena pourrait parler plus librement en présence de Mason. « Ou en est le chapitre Lexie/ Mason ? Parce que cette histoire m’intéresse fortement vois tu », dit-elle avec un large sourire aux lèvres. Elle était heureuse que Mason se soit trouvé une nouvelle "amie", du moins une fille qui semblait avoir beaucoup d’intérêt aux yeux du jeune homme. Au moins, Joyce semblait lointaine dans les pensées de Mason, et c'était bien mieux ainsi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serena & Mason : friendship never ends   Jeu 3 Mai - 14:26


→ Serena & Mason« friendship never ends »



    Mason adorait venir chez son amie. Il n'avait pas l'impression d'être jugé lorsqu'il passait du temps avec Serena. Il pouvait vraiment se laisser aller et d'ailleurs, il ne comptait plus le nombre de fois où il avait fondu en larmes quelques semaines après qu'il ai arrêté sa relation avec Joyce à cause de sa tromperie. D'ailleurs, il lui arrivait même encore à l'heure d'aujourd'hui d'avoir le cafard, de repenser sans cesse à cette histoire, à ce qu'il avaient vécu avec Joyce pendant deux années et qui n'avait plus aucune importance. Et le faite que sa meilleure amie ne l'avait jamais laissé tomber, ça avait énormément d'importance pour lui. En même temps, il aurait été déçu si elle n'avait pas été présente pour lui alors que leur amitié durait depuis tant d'années. Mason avait aussi été présent lorsqu'elle n'allait pas bien, et jamais il n'avait hésité à venir la voir quand elle l'appelait. S'il devait annuler des rendez-vous, il les annulait sans problème. Son amitié avec Serena était bien plus importante à ses yeux que n'importe quel rendez-vous professionnel même s'il aurait pu gagner de l'argent en plus.

    Pendant qu'il coupait le gâteau, il tenta d'écouter la petite Lyra. Cette gamine était incroyable. Elle avait beau n'avoir que deux ans et demi, on pouvait un petit peu parler avec elle sans problème. Elle racontait des petites choses que les enfants racontent: leur journée, ce qu'ils avaient fait à l'école, ce qu'ils avaient mangé au matin, à midi, s'ils avaient été au parc. Bref, des petites choses qui n'ont pas vraiment d'importance pour les adultes mais qui le sont pour les enfants. Mason n'était peut-être pas psychologue mais il avait eu des cours de psychologie alors qu'il était encore aux études et il se souvenait d'un stage dans un hôpital où il s'était occupé d'une petite fille de sept ans qui s'était cassé la cheville et qui venait deux fois par semaine à l'hôpital pour la rééducation de son pied. Lui qui s'occupait tout le temps de vieilles personnes, avoir un moment avec un enfant qui malgré sa blessure, gardait toute sa spontanéité, ça le changeait. Et bien, avec Lyra, c'était la même chose. Il adorait cette petite fille et la voir lui faisait vraiment plaisir. D'ailleurs, il se demandait s'il serait comme ça aussi avec son fils. Il n'y avait pas de raison pour qu'il soit différent même s'il savait qu'il allait avoir du mal au début. Il espérait juste que Mathis ne le rejetterait pas parce qu'il n'avait pas été là ces quatre dernières années.

    « Et si on parlait de toi plutôt ? ». Mason releva la tête vers sa meilleure amie. Oh non, pitié, pas ça. Il en avait marre de parler que de lui, de ne jamais entendre la voix de Serena sur les choses qui l'inquiétaient, sur ce qu'elle voulait. A chaque fois qu'ils se voyaient, c'était tout le temps sur lui qu'ils discutaient. A vrai dire, il savait que Serena n'aimait pas parler de la mort de Dean et il la comprenait car même après seize ans, il avait toujours autant de mal de parler de la mort de sa mère et de sa soeur. Les avoir perdues à quelques mois d'intervalles, ça avait été la chose la plus difficile qu'il avait vécue. Et un gosse de douze ans qui vit ça, ça n'est pas facile pour lui. Enfin, à n'importe quel âge perdre un proche ça n'était pas facile. Aux paroles de son amie, Mason resta muet. Il ne savait pas par où commencer avec ces nouvelles. Il mangea un bout de la part du gâteau qu'il s'était servie en espérant qu'elle n'allait rien ajouter d'autre.« Ou en est le chapitre Lexie/ Mason ? Parce que cette histoire m’intéresse fortement vois tu » Et zut ! Trop tard. Le jeune homme laissa sa tête aller en arrière sur l'appuie-tête du fauteuil. Il soupira doucement

    - "Y'a rien à ajouter. C'est purement physique et c'est très bien comme ça."

    Bon, sans vous mentir, il savait que Serena n'allait pas le croire. Elle avait un radar quand les gens mentaient et là, c'était le cas. C'était peut-être purement physique mais ça n'était pas si bien que ça. Du moins cela ne convenait pas - ou plus - à Mason. Il s'était attaché à Lexie, elle commençait sérieusement à compter pour lui et avec ce qu'il avait appris comme nouvelle, qu'il avait un fils, ça lui faisait peur. Il n'était pas bête, Lexie avait vingt-quatre ans, elle était jeune et s'il lui disait qu'il était père, ça allait partir en cacahuète.

    - " Et c'est peut-être pas le moment de lui dire que je tiens à elle plus qu'elle ne le pense."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serena & Mason : friendship never ends   Jeu 10 Mai - 10:44

    Pour Serena, Mason était comme un psy, qu'elle ne payait pas. Après sa première agression, toute l'équipe de Serena l'avait poussé à aller voir un psychologue. Par dépit et aussi par curiosité, elle y était allée. A cette époque, elle était meurtris, elle avait l’impression d'être morte à l'intérieur, comme si son corps avançait seul et que son esprit c'était mit en mode pause. Tout était sans saveur, plus rien n'avait d'odeur, tout autour d'elle lui semblait fade, résolut. La vie ne l'inspirait plus si bien qu'elle aurait put se laisser mourir, préférant oublier le choc qu'elle avait subit. Mais non, c'était sans compter sur Mason et Cheryl. Cette dernière avait été dépassé par les évènements, elle avait tout fait pour mettre Serena à l'aise alors qu'elle même faisait du strip-teaseuse dans un club de la ville. Serena ne lui en jamais voulu pour ça, au moins elle, elle vivait, elle avait même fait la connaissance de Kellyan. C'est là que Mason c'est montré le plus crucial. Loin de se désintéressé de Serena qui se laissait envahir par des démons, il fit son possible pour la sortir de son cauchemar éveillé. Plus question qu'elle ne reste prostrée, plus question qu'elle n'ose plus sortir de chez elle de peur que tout cela recommence. Mason avait prit soin d'elle, l'avait escorté quand elle se mettait à flancher, il l'avait accompagné à son examen d'entrée à l'école de police et l'avait attendu à la sortie, un pain au raisin, sa pâtisserie préférée en main. C'était ça un véritable ami. C'était ça un grand frère. Elle sut alors qu'elle n'aurait plus besoin de voir un psychologue qu'elle payait une fortune. Plus besoin d'attendre de ce professionnel qu'il lui dise qu'elle avait vécu un lourd traumatisme, ça, elle le savait déjà. Alors que Mason n'était pas du genre à lui faire oublier, mais plutôt à la forcer à aller de l'avant. A l'obliger à créer une carapace, un bouclier que personne ne pourrait fissurer, qu'elle pourrait utiliser à nouveau si un autre malade venait à la défigurer.

    « Y'a rien à ajouter. C'est purement physique et c'est très bien comme ça », dit-il alors en prenant un air dégagé. Mais Mason ne trompait personne et encore moins Serena qui le connaissait comme sa poche. Mason avait ce petit tic, à chaque fois qu'il mentait, deux petites rides apparaissaient entre ses yeux, lui donnant un air assez sexy. Serena connaissait cette faille depuis longtemps mais elle la gardait pour elle, se ventant légèrement d'être la seule femme à le connaitre si bien. Amusé, elle fit un petit sourire qui en disait long sur le bobard qu'il venait de lui sortir. Elle s'allongea un peu plus dans le fauteuil, étalant ses mains sur les accoudoirs. « Tu sais que tu ferrai un très mauvais joueur de poker, toi ? », dit-elle avec un sourire non dissimulé. En espérant qu'il n'essaye jamais. Serena avait déjà travaillé en tant qu'interne sur une mission de ce genre, à devoir coincer une équipe de poker clandestine. Elle détestait ce genre d'homme, tout ce qu'elle haïssait. Heureusement pour Mason, il se ferait plumer une fois et ensuite ce serait bon, il n'y retournerait plus. Mason sut à l'instant même que sa meilleure amie ne marcherait pas dans son jeu. C'était dans ce genre de moment que Serena était heureuse d'avoir croisé le chemin de Mason. Parce qu'entre eux, c'était vrai, c'était sincère. Parce qu'il ne pouvait pas lui mentir et elle non plus, parce qu'il ne se gênait pas pour lui dire ce qu'il pensait et vice versa.

    « Et c'est peut-être pas le moment de lui dire que je tiens à elle plus qu'elle ne le pense », ajouta t'il alors, convaincus que Serena attendais patiemment qu'il s'exprime à nouveau. Serena avait donc vu juste. Après que Joyce se soit tiré, emmenant avec elle le peu de confiance que Mason possédait, celui-çi avoua à Serena qu'il ne tomberai plus jamais amoureux. A cette époque, Serena était la seule famille qui lui restait, une sœur de remplacement, une meilleure amie qui avait même accepté d'être demoiselle d'honneur pour Joyce, qu'elle adorait. Quand Mason lui avait appris ce qu'il avait vu, elle avait bien crut qu'il divaguait, qu'il était sous l'influence d'une drogue ou quelque chose s'en approchant. Mais quand elle avait vu la colère dans ses yeux et les larmes de chagrin au bord de ses paupières, elle sut qu'il disait vrai. Tout ça n'avait aucun sens, c'était juste totalement irréel. Serena commençait à désespérer de voir un jour Mason heureux à nouveau. Mais il avait le rencontre de Lexie ... Et il avait changé. Cette fille l'avait transformé, dans le bon sens espérons le. « Et pourquoi ça ? Tu compte le faire dans 10 ans, quand il sera peut être trop tard ? Si tu aime Lexie, je vois pas ce qui t’empêche de le lui dire », dit-elle. Elle savait qu'elle n'était pas la mieux placé pour dire ça, elle qui mettait sa vie entre parenthèses depuis la mort de Dean. Elle qui sortait avec James depuis 5 mois mais qui n'avait pas trouvé le courage d'en parler à Lyra, qui se cachait comme une gamine lorsqu'elle embrassé James, qui refusait de le faire entrer chez elle de peur de faire fuir le fantôme de Dean ... Quand Serena regarda Mason, elle comprit aussitôt que quelque chose n'allait pas. Cette expression sur son visage avait tout d'une grosse histoire qu'il ne valait mieux pas que Lyra entende. Serena se tourna donc vers sa fille qui avait fini de gouter et qui semblait apaiser. « Chéri tu dis au revoir à tonton Mason ? Tu vas allez faire une petite siècle », Lyra, docile comme toujours, grimpa sur le fauteuil, fit un câlin à Mason et suivit sa mère jusqu’à l'étage. Serena lui enleva sa robe, rinça son visage avec un gant de toilette et la mit au lit en culotte. Un bisou sur le front et Lyra était déjà aux pays des rêves. Serena redescendis aussitôt. « J'peux savoir ce que tu me cache ? », demanda t'elle aussitôt en fixant Mason. Elle n'aimait pas s'imaginer les pires scénarios, elle n'était pas au travail en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serena & Mason : friendship never ends   Mer 16 Mai - 14:07


→ Serena & Mason« friendship never ends »



    Contrairement à ce qu'elle pouvait penser, Serena avait été - et était toujours - d'une grande aide envers son ami. Après avoir rompu avec Joyce, le jeune homme avait été plus bas que terre. C'était vraiment peu dire qu'il n'allait pas bien parce qu'il avait été anéanti. C'était un peu comme si on lui avait arraché ses organes de son corps et qu'il n'était plus qu'un tas, qu'une merde. Pendant de longs mois - presque un an - Mason s'était considéré comme tel: il n'était qu'un amas de conneries, qu'une petite merde. Il avait filtré tous les appels de la femme qu'il aimait juste parce qu'il était trop fier, qu'il y avait sa fierté en jeu. Si seulement il lui avait répondu, une fois, juste une seule, tout aurait pu être différent. Joyce ne serait pas malheureuse comme il l'avait vu sur son visage la veille, Mathis aurait eu un père et une mère avec lui, même s'il savait que le mari de son ex prenait grand soin du gamin et qu'il le considérait comme son propre fils. Maintenant, s'il y avait bien quelque chose dont Mason avait peur, c'était que cet homme ne le laisse pas voir Mathis.Il le comprendrait et d'ailleurs, jamais il n'obligerait le garçonnet à le voir. Mais faire valoir ses droits alors qu'il n'avait pas été là pendant un peu plus de quatre ans, que cet homme avait élevé Mathis comme son enfant. De toute façon, qu'il se passe n'importe quoi, Mason remerciera cet homme d'avoir pris soin de la prunelle de ses yeux.

    « Tu sais que tu ferrai un très mauvais joueur de poker, toi ? ». Oh ça oui qu'il savait qu'il vallait mieux qu'il ne touche jamais à une carte pour faire un poker parce que duper les gens, c'était pas facile. Surtout Serena qui le connaissait depuis des années et qui le connaissait par coeur. Il ne voulait pas lui mentir ni lui cacher des choses, c'était juste que tout arrivait en même temps: ses sentiments envers Lexie qui changeaient, l'annonce de Joyce concernant leur progéniture, ça faisait beaucoup d'un coup pour Mason. Et puis, il savait qu'il devrait bien dire tôt ou tard les vérités aux personnes concernées. A Lexie qu'il était fou d'elle, qu'il était père mais que cela ne changeait absolument rien. A Joyce qu'il l'avait aimé plus que tout au monde et que s'il y avait bien une femme avec qui il aurait voulu avoir des enfants, c'était bien elle, qu'il lui pardonnait et qu'il voulait enterrer la hache de guerre. C'était bizarre parce qu'en quelques jours seulement, il avait appris ou réalisé des choses et il ne voulait pas les détruire. Il savait que, concernant Lexie, ça allait être spécial, ou plutôt difficile car il la connaissait et il savait qu'elle et les enfants, ça ne faisait pas la paire idéale mais il espérait qu'elle ne serait jamais capable de lui demander de choisir. Mais si elle le faisait, sa décision était déjà prise.

    « Et pourquoi ça ? Tu compte le faire dans 10 ans, quand il sera peut être trop tard ? Si tu aime Lexie, je vois pas ce qui t’empêche de le lui dire ». Mason passa ses mains sur son visage. Pour Serena, tout avait l'air d'être très simple et ça devait l'être aussi pour des tas de gens. Néanmoins, pour Mason, ça ne l'était pas. Leur relation n'était déjà pas simple, elle changeait du tout au tout depuis qu'ils s'étaient embrassés et depuis qu'ils avaient passé la nuit ensemble, c'était encore pire. Wellington avait l'impression d'être obsédé par elle, sans que cela soit de l'obsession dans le mauvais sens. C'était bête parce qu'il avait un peu l'impression d'être redevenu un pré-adolescent ou un adolescent encore assez jeune et qu'il revivait son premier coup de coeur. Mais il avait presque vingt-huit ans, il n'était plus un gamin et il devait rester rationnel: il y avait plus de chances que Lexie le rejette après avoir appris qu'il avait un enfant que de lui dire que ce n'était pas grave. « Chérie tu dis au revoir à tonton Mason ? Tu vas aller faire une petite sieste ». Lyra vint se mettre sur les genoux du jeune homme avant de lui faire un câlin puis un bisou qu'il ne manqua pas de lui rendre.

    Pendant tout le temps où Serena était partie mettre coucher la petite, Mason resta silencieux et pensif, comme la plus part du temps. Il pensait tellement qu'il en avait des maux de crâne. Quand son amie revint, il releva les yeux un instant avant de les baisser en entendant sa question.

    - "Joyce est revenue, on a ... peu parlé mais elle m'a dit que... Qu'elle était mariée et qu'elle avait un petit garçon. Et son mari n'est pas le père, ce... C'est moi le père. Je vais prendre mes responsabilités, j'ai envie plus que tout au monde de connaître cet enfant, de m'occuper de lui, de rattraper tout le temps qu'on a perdu mais ..."

    Wellington marqua un temps d'arrêt, soupirant. Rien que le faite d'en parler librement lui faisait du bien mais il en était encore très ému et avait encore du mal à réaliser ce qu'il lui arrivait.

    - "... j'ai peur que Lexie l'apprenne ou que je lui dise tout simplement et qu'elle le prenne mal. Je ne veux pas choisir entre elle et Mathis, ça serait trop difficile. Je sais qu'elle n'aime sûrement pas les enfants. Et elle n'a que vingt-quatre ans après tout, je ne vais pas la forcer à cette "vie de famille", si ce n'est pas ce qu'elle veut"
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serena & Mason : friendship never ends   Dim 27 Mai - 15:21

    Être préoccupé, sentir les choses nous glisser entre les doigts ... C'était le quotidien de Serena ces derniers temps. Aussi loin qu'elle s'en souvenait, elle n'avait jamais eut l'esprit tranquille, apaisé. Elle c'était toujours sentit envahis par le doute, la peur ou la colère. Elle faisait partie de ces personnes qui voyaient la vie en noir, qui avaient le cœur obscurci de doute et d 'angoisse. Enfant, déjà, elle se repliée sur elle même, se protégeant d'un monde effrayant où sa propre famille aimait à lui rendre la vie impossible. Dans la cour de récréation, tandis que les autres enfants jouaient au loup, Serena se cachait dans un coin, attendant impatiemment que la cloche sonne la fin de la pause pour s'enfermer à nouveau dans le bâtiment et rêver à une vie meilleure. En se libérant de l'emprise de ses frères et en emménageant avec Mason, elle pensait tenir une liberté, elle pensait que sa vie n'en serait que plus belle. Mais elle c'était fait agressé et la noirceur du monde l'avait envahis de nouveau. Ces moments de liberté se révélaient être peu nombreux. Son mariage, cette tranquillité de s'endormir dans les bras de Dean, cette euphorie de faire des manèges en compagnie de Mason, cet amour en tenant Lyra pour la première fois ... Et de nouveau, le chaos. La mort. le vide.

    Aux côtés de Mason, Serena s'attendait au pire. Elle n'aimait pas ce qu'elle voyait, cette mélancolie dans le regard, cet apitoiement peu connu à Mason depuis qu'il avait sortit la tête de l'eau. « Joyce est revenue, on a ... peu parlé mais elle m'a dit que... Qu'elle était mariée et qu'elle avait un petit garçon. Et son mari n'est pas le père, ce... C'est moi le père. Je vais prendre mes responsabilités, j'ai envie plus que tout au monde de connaître cet enfant, de m'occuper de lui, de rattraper tout le temps qu'on a perdu mais ... ». Elle c'était attendu à tout, sauf à ça. Joyce, en ville ? Serena se trouvait dépourvu de mots. Elle ne comprenait pas tout. Mason semblait effondré, visiblement, il ne devait être au courant depuis longtemps, sinon elle aurait sut la vérité plus tôt. Un enfant ? Serena qui d'ordinaire trouvait toujours quelque chose à dire se trouva sans voix. Elle s'assit à même le sol, posant sa tête contre le fauteuil de Mason. Elle avait besoin de digérer ce qu'elle venait d'entendre, d'être bien sur d'avoir saisit chaque mot. Mason fit une pause, reprenant son souffle. Serena tourna son regard vers son meilleur ami, comprenant soudain ce qui devait se passer dans sa tête, les émotions qu'il devait ressentir. « Joyce t'as caché l'existence de ton fils ? », c'était peu, mais c’était tout ce qu'elle avait réussi à articuler. C'était tellement irréel, tellement inconcevable. Encore fois, cela lui rappelait qu'elle était bien la seule de son entourage à être dépourvu de fertilité.

    « ... j'ai peur que Lexie l'apprenne ou que je lui dise tout simplement et qu'elle le prenne mal. Je ne veux pas choisir entre elle et Mathis, ça serait trop difficile. Je sais qu'elle n'aime sûrement pas les enfants. Et elle n'a que vingt-quatre ans après tout, je ne vais pas la forcer à cette "vie de famille", si ce n'est pas ce qu'elle veut ». Serena songea quelques seconde à cette idée. En effet, elle voyait mal Lexie prendre part à tout ça. Après tout, Lexie était encore jeune et on ne pouvait pas vraiment dire que sa relation avec Mason était simple. Quand Mason prononça le prénom Mathis, Serena écarquilla ses yeux. Alors le fils de Mason s'appelait Mathis ... Elle avait encore du mal à croire que Mason puisse être père et pire encore, que Joyce lui ait volontairement caché son existence. Penaude, elle posa sa tête contre le genoux de Mason, cherchant à lui redonner espoir tandis qu'il était aussi perdu que la situation le demandait. « Je pense que tu vas trop vite. Tu réalise que tu est papa ? Tu prend conscience de la situation ? Joyce n'avait pas le droit de te priver de ça et encore moins de faire élever votre enfant par un autre. », la colère pouvait se lire à travers ses mots. Serena avait détesté Joyce dés le moment où elle avait vu le chagrin de Mason, quand elle avait laissé pleurer dans ses bras après qu'il ait surprit sa fiancée dans les bras de son témoin. « Lexie n'as pas le droit de t'en vouloir en tout cas. Tu n'étais pas au courant, tu ne pouvais pas imaginer tout ça ! », même si elle savait qu'entre la théorie et la pratique, c'était tout un cap.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serena & Mason : friendship never ends   Ven 1 Juin - 22:08


→ Serena & Mason« friendship never ends »



    « Joyce t'as caché l'existence de ton fils ? » Serena n'y était vraiment pas, mais alors pas du tout. Enfin, en même temps, c'était de la faute de Mason. Les semaines et les mois après leur rupture, elle n'avait cessé de l'appeler, de lui téléphoner et lui avait même envoyé plusieurs lettres, qu'il n'avait pas lues, elle avait tout fait pour qu'ils parlent, qu'ils recommencent là où ils en étaient restés mais non. Mason n'avait pas ni répondu ni décroché son téléphone. Peut-être avait-il été trop dur. Peut-être aurait-il du lui laisser une seconde chance. Après tout, tout le monde faisait des erreurs. Mais les mois qui avaient suivis leur rupture avaient été tellement difficiles moralement et aussi physiquement car Mason s'était, étonnamment, laissé aller et il avait fait une petite dépression avec une perte de poids assez importante. Avec le recul, et surtout avec la nouvelle que Joyce lui avait annoncée concernant leur enfant, Mason savait qu'il avait fait une erreur et qu'il aurait du décrocher, parler avec la Kaplan, lui dire comment il se sentait, c'est-à-dire comme une merde, lui poser les questions qui lui trottaient dans la tête comme il l'avait fait quand ils s'étaient revus quelques heures auparavant. Mais le passé était le passé et même s'ils avaient aprésent un enfant en commun, Mason ne se voyait pas être de nouveau en couple avec Joyce bien qu'il l'avait aimé comme un fou. Il devait aller de l'avant, construire une nouvelle vie, Joyce aussi ne devait plus regarder en arrière et vivre la vie qu'elle devait vivre avec son mari.

    Mason sourit légèrement lorsque Serena vint à lui et posa sa tête sur son genou. Face aux mots que son amie avait dit, Mason fit un signe négatif mais il n'eut même pas le temps d'ajouter quelque chose car elle avait surenchéri par ces mots: « Je pense que tu vas trop vite. Tu réalise que tu est papa ? Tu prend conscience de la situation ? Joyce n'avait pas le droit de te priver de ça et encore moins de faire élever votre enfant par un autre. ». Mason soupira doucement, se passant une main derrière son cou. Il ne savait plus où il en était, ça c'était sûr. Et, ça paraissait peut-être nul mais Mason avait du mal à parler de ça... Surtout que c'était encore tout chaud et qu'il en était encore très sensible. Et inévitablement, il commença à avoir la voix tremblante.

    - "Je ... Non... Non je réalise pas que je suis papa et... Et encore moins que je n'ai pas été là pour mon fils pendant ces quatre dernières années. Je m'en veux... Je m'en veux d'avoir été aussi égoïste. J'aurais du au moins décrocher une fois ce putain de téléphone et même si Joyce et moi on n'aurait jamais repris notre relation, j'aurais au moins été là pour Mathis depuis le début. Tu sais, elle... Elle m'a dit qu'il faisait comme s'il me parlait avant de dormir... Joyce veut que je le vois, elle ne me prive de rien, elle sait trop ce que ça fait de ne pas avoir de père et je... J'ai envie de le voir, Serena, tu n'as même pas idée à quel point. Mais j'ai peur que ça ne se passe pas comme je le veux. Et cette histoire avec Lexie n'arrange rien..."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Serena & Mason : friendship never ends   

Revenir en haut Aller en bas
 

Serena & Mason : friendship never ends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Serena Van der Woodsen
» Serena Van Der Woodsen
» ¤ Serena de Saphir ¤
» Serena la démone
» [ROSA] Distribution du Feunnec de Serena !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-