AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « you're my home » ft billie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: « you're my home » ft billie   Lun 7 Mai - 12:56



ezra and billie

« C’est mon banc. » Ezra ouvrit les yeux et découvrit un vieux clochard édenté qui l’observait avec un air farouche. Comment quelqu’un pouvait-il posséder un banc ? La notion même était étrange, mais on était la nuit et tout le monde sait que dans l’obscurité la réalité prend un autre visage. Se relevant doucement, il fit une grimace en sentant la puanteur émanent de l’homme. S’il s’était habitué à la sienne depuis quelques jours, cela ne le rendait pas immunisé aux autres odeurs putrides. « Tu ferais mieux de partir, ce territoire est déjà occupé. » On était en guerre ? C’était comme si une population différente occupait la ville la nuit, des soldats au repos prêt à se battre pour leurs terres au cas où un envahisseur ferait son apparition. Suivant les conseils de l’homme, il s’écarta de la zone et recommença à errer à la recherche de sa destination. Son jean était couvert de tâches diverses et son t-shirt s’était solidifié par endroits à cause de la crasse. Aux pieds, il portait de vieilles baskets dont la semelle avait été scotchée à plusieurs reprises. Quand à sa tête, ses cheveux étaient trop longs et lui tombaient sur le visage, le camouflant presque entièrement. Comment il avait réussi à venir jusqu’ici, il n’en était plus très sûr. Tout ce qu’il savait c’était qu’après avoir passé quelques semaines à la Nouvelle Orléans il s’était rendu compte qu’elle ne représentait pas grand-chose pour lui sans les jumelles et qu’il avait décidé de rejoindre Billie à Los Angeles. Montant dans des voitures, des camions, marchant des heures, il avait fini par passer les portes de la ville. Cependant, son sac, son portable, son argent, ses papiers, il n’avait plus rien sur lui si ce n’est des vêtements usés. La faim lui tiraillait le ventre et sa bouche était seiche. Quand il avait tenté de demander aux gens son chemin, ils l’avaient chassé ou ignoré en pensant qu’il était un clochard leur demandant de l’argent. Il avait fini par errer dans la ville pendant plusieurs jours, espérant tomber par miracle sur l’adresse de la belle. Entrant dans une nouvelle rue, il regarda la plaque et cru rêver. C’était là, l’endroit qu’il avait cherché des heures durant se trouvait à quelques pas d’ici et il allait enfin pouvoir retrouver son foyer, celle qui représentait tant pour lui. Comptant les numéros, il finit par trouver celui de l’immeuble de Billie. Avançant un doigt hésitant vers l’interphone, il retint sa respiration en appuyant sur le bouton associé au nom Salinger. Une minute plus tard il manquait de tomber en reprenant enfin sa respiration, à deux doigts de s’évanouir de l’avoir retenue trop longtemps. Pourquoi ne répondait-elle pas ? Une nouvelle fois il appuya, sans succès. Il lui fallut essayer de trois mélodies connues avant d’accepter qu’elle ne devait pas être chez-elle et que l’appartement était vide.

Une brise vint lui décrocher un frisson. Cela faisait un moment qu’il se sentait fiévreux, à frissonner pour un rien et à ressentir des vertiges. Après tout, cela devait bien faire deux jours qu’il n’avait rien mangé et il se sentait faible. Jetant un rapide coup d’œil autour de lui il repéra un frigo assez grand pour le contenir en position fœtus à la condition d’enlever les grilles à l’intérieur. Utilisant ses dernières forces pour les enlever et le tirer devant le porche de l’immeuble sur un mètre, il s’installa à l’intérieur et s’endormit presque instantanément. Dans cette petite boite, il se sentait étonnamment bien et en sécurité. Profitant d’un sommeil sans rêve au départ, sa fièvre le rattrapa et le renvoya quelques semaines plus tôt sur scène. Le silence était étouffant, lui qui avait toujours entendu plus que tout le monde, connaissait chaque son, se retrouvait isolé. Comment la musique pouvait-elle l’abandonner ainsi ? Hurler, oui il devait hurler pour entendre, mais cela ne changeait rien. Soudain, il se réveilla et s’aperçut qu’il était entrain de crier dans la rue et qu’il avait agrippé le col de quelqu’un s’étant penché sur lui. La regardant un peu mieux, un sourire se dessina sur ses lèvres. « Billie » Enfin il l’avait retrouvée. « Je suis tellement heure… » il s’écroula en prononçant cette phrase, relâchant enfin son corps après des jours de recherches.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: « you're my home » ft billie   Mar 8 Mai - 10:14



ezra and billie


Billie tournait en rond dans son lit. Comme d'habitude elle n'arrivait pas à dormir. C'était plus fort qu'elle. A chaque fois elle se donnait de dix minutes, à une heure de sommeil avant de se réveiller en sursaut, en sueur, et sans pouvoir rien faire. Elle en venait à avoir peur de dormir. Parce que ça lui faisait mal toutes ses conneries. Et sa nouvelle sobriété forcée n'arrangeait rien. Elle ne pouvait même plus profiter des sommeils lourds de la barrique trop pleine. Son appétit ne s'améliorait guère non plus. Quoiqu'elle avait de plus en plus envie de certaine chose bien particulière alors que la majorité des autres choses lui faisait horreur. En se regardant dans la glace elle se fit presque peur. Elle n'aimait pas ce qu'elle voyait. Elle n'aimait pas se ventre trop plat qui n'annonçait rien de bon pour elle. Elle n'aimait pas ses traits tirés qui en disait tout autant. Elle avait beau vouloir faire des efforts, toute seule elle n'arrivait à rien. Mais en même temps elle n'imaginait pas arrivé comme une soeur, et déballé à tout le monde, que sa situation déjà pas bien glorieuse, n'allait que s'empirer dans les mois à venir, au fur à mesure que son ventre grossirait. D'un coté peut être que c'était aussi la seule chose qui pouvait la sauver. Lui donner envie de se reprendre, de ne pas se laisser complètement aller à la boucle d'autodestruction qu'elle avait reprise de sa soeur. Peut être. On verra bien. Mais pour l'instant elle se débattait surtout dans ses draps à essayer de trouver le sommeil, de se calmer, de respirer calmement.

Un mouton, deux moutons, trois moutons, quatre mouton... quinze moutons, seize moutons...quartante thons mous... Et merde. Billie envoya valser les couvertures à l'autre bout du lit. Et se dirigea vers le placard ou elle attrapa un jogging. Elle n'arriverait pas à dormir de si tôt, et elle commençait à étouffer dans sa chambre. Ca devenait invivable. Il fallait qu'elle sorte. Pour son propre bien. Etonnement l'appartement était vide. C'était assez rare ses derniers temps. Mais Josh devait être à un concert, voir peut être même à son propre concert, et soit Savannah était parti l'écouter, ou alors peut être qu'elle travaillait encore. Elle quitta alors l'appartement dans l'espoir que sa petite course l'aiderait à évacuée mauvaise pensée, mauvaise toxine, et sentiment de manque par rapport à l'alcool. Elle courut longtemps, rapidement, jusqu'à avoir envie de s'effondrer sur le sol. Jusqu'à avoir des crampes d'estomacs. Un instant elle se plia en deux au milieu de la rue et voulu hurler de douleur. Elle était probablement aller trop loin. Elle ne pouvait plus tester ses limites physiques de la sorte. Pas tant qu'elle ne serait pas correctement alimentée et reposer. Pas tant que l'enfant ne serait pas né. Elle était définitivement conne et irresponsable. Elle arriverait jamais à venir au bout de la grossesse. Elle se dirigea machinalement vers l'un des bars ouvert toute la nuit ou elle avait passé pas mal de temps, avant. Il servait d'incroyable cocktail, souvent à base de milkshake. Un régal qui te saoulait aussi rapidement qu'il te nourrissait. Mais la n'était pas la question. Elle avait faim. Le truc dans son ventre avait faim. Alors elle n'avait pas trop son mot à dire. Mains contre le ventre pour lutter contre les crispations de son estomac elle se rendit jusqu'au bar qui se trouvait à quelque bloc de là, et finit par y arriver, demandant au barman. « Milkshake à la fraise Tom s'il te plait. » Le dit Tom se retourna vivement vers elle, avec un grand sourire. Il l'aimait bien, elle était marrante, et avait souvent été l'une de ses meilleures clientes. « Avec du rhum je suppose » Billie se mit à grimacer. Oui ça serait plaisant. Mais non ça ne serait pas responsable. Elle serra les mâchoires son nez chatouillé par les relans d'alcool. « Sans » lâcha-t-elle fasse au regard médusé du barman qui ne comprenait pas grand chose. « Tu... »« Ta gueule. Merci » Billie avait faim, était fatigué, et avait surtout envie d'arracher la tête à la première personne qui se pointerait devant elle, suite logique de tout ses manques. Le barman fit un maigre sourire avant de lui tendre son milkshake. Billie paya et sortit du bar. Elle ne supportait pas cette odeur, et c'était légèrement un supplice. Tout était la promesse d'un oublie rapide et d'une euphorie garantit qu'elle ne connaissait plus vraiment ses derniers temps. Elle marcha dans les rues de Santa Monica, avalant son milkshake et contentant visiblement son ventre. Néanmoins il faudrait éventuellement qu'elle dorme... Quand elle y arriverait.

En arrivant à proximité de son appartement, elle entendit un hurlement. Elle regarda mais rien dans les parages. Seulement un vieux frigo, probablement déposé là pour partir au encombrant. Mais les hurlements continuaient. Elle n'était pourtant pas saoule, et n'hallucinait donc pas. Un instant elle se demanda si rien n'était coincé dans le frigo. L'idée lui paru stupide. Mais ça l'était autant que tout ce qui se passait dans sa vie, alors juste pour faire taire ses hurlements catastrophiques elle ouvrit le frigo et un silhouette probablement inconnu s'agrippa à son col. Elle eut peur, et ne retient pas à cris de surprise, lâchant la fin de sa boisson pour agripper à son tours le jeune homme. Soudainement le jeune homme s'arrêta d'hurler, ouvrit les yeux et eut un sourire en la regardant. Billie fronça les sourcils d'incompréhension. Et fut encore plus étonné quand il prononça son nom. « Billie » Hum. Elle le connaissait donc. Elle chercha à savoir d'ou elle pouvait connaître cette silhouette trop fine, trop affamé. Elle essaya de le remplumé mentalement, de l'imaginer plus propre, avec ce même sourire perdu sur le visage. « Ezra » Elle ne fit pas attention à son apparence, ni même à son odeur, et le serra dans ses bras, alors qu'il continuait à parler « Je suis tellement heure… » Surprise de ne pas l'entendre finir sa phrase elle regarda un instant vers lui, et fut tentée de paniquer le sentant s'évanouit. Son pouls s'accéléraient brusquement. Ils le faisaient donc tous exprès ? Elle n'avait rien d'une infirmière, ni même de quelqu'un assez forte pour avoir le sentiment de perdre tout ceux à qui elle tenait presque dans ses bras. Elle chercha à le soutenir, et à l'amener jusque dans son appartement. Elle ne savait pas si c'était heureusement pour elle, ou pour lui, mais il avait l'air de mangé au moins aussi peu qu'elle, et était donc suffisamment léger pour qu'elle puisse encore le transporté. En même temps que son trajet elle en pouvait s'empêcher d'appliquer de petite tape contre le visage de son ami, essayant tant bien que mal de le réveiller. « Ezra réveille toi ! » En même temps elle aussi donnerait n'importe quoi pour pouvoir s'endormir comme ça. D'un coup, d'un seul. Elle hésita un moment à l'allonger sur le canapé, et à attendre qu'il se réveille. Mais même si elle le sentait respirer doucement contre son cou elle n'aimait pas cette état d'inconscience. Et puis subitement l'odeur du jeune homme vint lui bruler les narines, et elle qui était beaucoup plus sensible à ce genre de chose fut obliger de prendre une direction et de le mettre dans la baignoire. Qui aurait au moins pour effet et de le laver, et probablement de le réveiller. Elle s'agenouilla devant la baignoire, observant un instant son ami... Comment avait-il pu en arriver jusque là? Pourquoi n'était-elle pas au courant qu'il était à Los Angeles ? Décidément il ne valait pas vraiment mieux l'un que l'autre. Elle hésita un instant à l'asperger d'eau, puis finit par se résigner. Ses nerfs craqueraient s'il ne se réveillait pas. Elle alluma doucement l'eau jusqu'à avoir de l'eau tiède, et finit par lui balancer dessus, passant en même temps sa main dans ses cheveux, pour lui montrer sa présence.« Ezra t'inquiète pas. C'est finit. C'est Billie. Tout va bien. » dit-elle en sentant qu'il sursautait. Elle descendit sa main contre la joue du jeune homme et vint l'embrasser sur son front. Elle avait du mal à le reconnaître. Elle avait changer depuis la dernière fois qu'il s'était vu... Depuis presque dix ans il fallait dire. Il avait murit, s'était affiné, beaucoup affiné. Il avait des traits fins parfaits qu'elle distinguait bien malgré la fatigue et la crasse qui cherchait à le rendre peu regardable. « Tu vas mieux ? Tu as faim ? J'ai des vêtements propres pour toi si tu veux... » Elle avait effectivement encore des cartons d'affaire qu'elle avait récupéré au studio de Reaver... Le sien aussi accessoirement, avant de le mettre ne vente. C'était pas raisonnable, mais elle n'avait pas encore osé s'en débarrasser. Et puis même si Reaver était plus costaux qu'Ezra, il rentrerait bien dedans. Elle posa le pommeau de douche, puisqu'il s'était réveillé, et s'assit sur le rebord de la baignoire avant de lui sourire. Il était là, après tout ce temps. C'était monstrueux à quel point il lui avait manqué. Elle caressa sa joue avant de dire « Tu m'as tellement manqué » A un moment il était tout pour les jumelles. Il était le seul reste de son enfance, de ces moments de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
 

« you're my home » ft billie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» Billie-Eve Ϟ Jesus, he knows me
» Billie
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-