AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Ven 25 Mai - 13:23

    Ce matin là, Lumen arriva un peu plus tôt à son travail. Elle avait besoin de terminer de la paperasse importante et de ranger son bureau. Elle ne savait pas encore ce que le patron avait prévu pour elle aujourd'hui. En effet, comme elle travaille au bureau du FBI depuis peu de temps, elle ne pouvait pas prendre ses propres décisions et devait respecter les choix de son supérieur. Par exemple s'il décidait de la mettre sur telle affaire et bien elle pouvait protester seulement si elle avait une bonne raison. Sachant qu'en général elle n'avait jamais le dernier mot et puis de toute façon elle évitait de réclamer quoi que ce soit si elle comptait garder son job. Elle avait une heure devant elle pour faire du rangement et pour trier tous ses papiers. Elle était là depuis même pas un an qu'elle avait déjà des tonnes de choses éparpillées dans son bureau. On pourrait croire qu'elle y est installée depuis dix ans ! C'est pour cela qu'elle s'était motivée la veille pour faire un ménage de printemps. Même si elle persiste à dire qu'elle se repère mieux dans son ‘bordel intersidéral‘, c'est un peu mal vu d'accueillir des personnes ici. *Faire un effort* se dit-elle en parcourant la petite pièce du regard. Elle devrait prendre exemple sur Thomas, l'un de ses collègues, qui lui gardait tout en ordre dans son bureau.
    Elle commença d'abord par trier par ordre alphabétique les dossiers qui s'empilaient sur son bureau, pour ensuite pouvoir les ranger dans les tiroirs de son petit placard métallique. Petit, car pour le peu de cas qu'elle avait traité jusqu'ici, il ne servait pas à grand chose qu'elle demande un énorme placard. Lorsqu'elle est eut tout mis en ordre, son bureau lui parut étranger. Il n 'y avait plus que son pc portable, un pot à crayon et un trieur en plastique vide. Lumen sourit et se félicita, tout de même fière d'elle. A ce moment là un collègue entra dans la pièce, ne prennant évidemment pas la peine de frapper avant. La jeune femme lui lança un regard qui en disait long mais comme elle était la ‘bleue‘, tout le monde s'en fichait.
    « Le patron veut tous nous voir dans cinq minutes » lâcha t-il.
    « Bonjour à toi aussi Williams » répondit Lumen sur un ton ironique. Oh et puis tant pis s’il était pas content ! Dire bonjour le matin c’est quand même la moindre des choses, non ? Il répondit par un « B‘jour » presque inaudible et referma la porte derrière lui. La jeune femme se leva et alla rejoindre les autres dans la salle de réunion. En entrant elle salua tout le monde et se posa près de l’agent Henley qui était pour ainsi dire le seul à se montrer aimable envers elle ici. Une fois que tout le monde fut arrivé, le patron commença son récit. Il parlait de l’affaire ‘Red heads‘, il s’agissait d’un groupe de trafiquants se faisant appeler ainsi. Lumen avait déjà travaillé sur cette affaire et se souvenait parfaitement des détails. Seulement après des mois de recherches, l’affaire avait été mise de côté jusqu’à ce que de nouveaux indices viennent s‘ajouter. Visiblement c’était le cas puisque le patron réouvrait l’enquête. Une fois qu’il eut terminé, il assigna chaque agent à un poste spécifique. Vint le tour de Lumen.
    « Agent Stevens, rendez-vous à quatorze heure en salle d’interrogatoire. Vous serez en charge d’interroger votre premier suspect en autonomie. » La jeune femme ne s’y attendait pas. Les seules fois où elle avait mis les pieds dans une salle d’interrogatoire, elle se chargeait seulement d’observer son collègue à l’oeuvre et de donner des informations. Mais jamais elle n’avait mené un interrogatoire seule. « Bien monsieur » répondit-elle au bout d’un moment. Cependant elle n’était pas sûre d’être entièrement prête. Surtout pour affronter un suspect de l’affaire ‘Red Heads‘. Pour une première fois, le patron aurait pu y aller en douceur.
    Dès que tout le monde fut sortit de la salle, la demoiselle alla le rejoindre. Il la regarda d’un air de dire ‘c’est quoi son problème ?’.
    « Je ne suis pas sûre d’être à la hauteur... ce sera ma première fois en autonomie et ayant étudié l’affaire je ne sais pas si... » Il n’attendit pas la fin de sa phrase et ajouta d’un ton sec: « Agent Stevens si vous voulez être reconnue pour votre bon boulot ici, il va falloir vous bouger un peu ! Vous saviez bien que tôt ou tard vous alliez conduire un interrogatoire seule. » « Oui mais... » « Il n’y a pas de ‘mais’ ! Stevens je vous fais confiance. Maintenant c’est à vous d’avoir confiance en vous même. A vous de jouer. Et ne me décevez pas. » Puis il sortit de la salle de réunion, la laissant seule perdue dans ses pensées. *Il a raison, j’en suis capable et si j’ai choisi ce métier ce n’est pas pour rester une ‘bleue’ toute ma vie* pensa t-elle pour se donner du courage. Elle récupéra le dossier mis à jour et retourna dans son bureau. Le suspect qu’elle interrogerait cet après-midi s’appelait Jackson Monroe.


Dernière édition par Lumen L. Stevens le Sam 18 Aoû - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Sam 26 Mai - 11:35

Jackson avait passé la nuit à courir. Il n'y avait que ça pour le calmer. Pour faire redescendre son agressivité, sa nervosité. Ces temps si il était une véritable boule de nerf. Rien ne se passait comme prévu, et si en prison il était aisé de rester clean puisque les occasions manquaient cruellement, une fois dehors c'était le véritable enfer qui commençait. Mais il avait promis à Savannah qu'il croyait morte qu'il ne rechuterait pas, qu'il ferait les choses correctement dorénavant. Qu'à vingt huit ans, il était enfin temps de grandir. Bien sûr Savannah était vivante. Bien sûr Savannah le haïssait profondément. Bien sûr il était encore plus con et minable qu'il ne l'avait jamais pensé auparavant, mais honnêtement ce n'est pas une raison pour ressombrer. Surtout que si jamais il retouchait à la drogue il pouvait être sûr que Savannah ne lui pardonnerait jamais. Alors il essayait de se tenir à carreau, d'éviter les bagarres, éviter les tentations. Mais rapidement il s'emmerdait, et ses anciennes fréquentation avait su retrouver son numéro assez facilement. Il n'était pas doué pour se cacher. Il était même particulièrement mauvais à ce jeu. Il avait essayer de se trouver des excuses, essayer de s'enterrer dans le garage ou il travaillait pour ne pas passer trop de temps dehors. Il c'était même enfermé chez lui en envoyant la clé dans les canalisations des toilettes, juste pour être sûr qu'il ne sortirait pas. Il avait oublier que ça le rendrait fou, de rester là, enfermé à crayonné sur ses planches à dessin. Il avait oublier qu'il lui arrivait d'être intelligent lorsqu'il tournait en rond, et qu'il n'hésiterait pas à passer par la fenêtre pour sortir. Alors il avait couru, couru et encore couru. Dans les quartiers riches là ou il aurait moins de chance de tomber sur des connaissances à lui. Il avait passé plusieurs heures à courir, jusqu'à ce qu'il soit fatigué finalement. Et il s'était alors rendu compte que c'était nettement plus compliquer de rentrer chez sois par la fenêtre que dans sortir. Il pensa que lorsqu'il était désespéré il lui arrivait vraiment d'être très con. Le matin avait finit par arriver. Le gardien de l'appartement c'était réveillé et avait finit par ouvrir l'appartement à Jackson, qui lui avait fait un sourire penaud, sans rien dire. De toute façon valait mieux pour lui qu'il ne l'ouvre pas trop. Son téléphone sonna dans le salon mais il arriva trop tard pour le prendre. Il remarqua six appels en absence. Il espéra un instant que ça soit Savannah, ou même cette fille Charlie qui s'excuserait de l'avoir mal jugé. Mais l'un comme l'autre c'était fort peu probable. Il était assez simple à juger comme mec. Il laissa son portable et parti prendre sa douche. Qui que ça soit, s'il voulait l'avoir il le rappellerait bien encore une fois. Lorsqu'il sortit de la douche son téléphone sonna une nouvelle fois. Bingo. « Monsieur Monroe » Jackson acquiesça d'un grognement sourd. Les appels qui commence part un monsieur Monroe n'annonce rien de bon. « Votre présence est requise au commissariat à quatorze heures cette après midi. Je dois vous rappelez que selon les conditions de...» Jackson serra sa mâchoire et coupa tout de suite l'officier de police « Je sais. Je serrais là. » Avec son récent emprisonnement, et sa très récente libération, il était tenu de rester dans les parages et de se pointer au commissariat dès que l'envie en venait au policier. Il les détestait. Ses têtes de con qui ne trouvait véritablement rien de mieux à faire qu'à l'emmerder. De toute façon il était fiché, et pour eux il ne changerait jamais. La mauvaise graine... Vous savez ce qu'on en dit. Honnêtement il ne savait pas ce qu'on pouvait lui vouloir. Il n'avait rien fait. Depuis deux semaines qu'il était sortit, il était presque un ange quand on y pense. On allait pas l'emmerder pour avoir arnaquer quelques jeunes femmes en leur faisant miroiter un brillant avenir alors qu'il se contenterait de les baiser un bon nombre de fois dans la nuit et une dernière le matin lorsqu'il les abandonnerait à leur propre sort de pouffiasse. Certes une nuit il était resté droit comme un piquet sur le port ne sachant pas trop quoi faire de ses poches pleine de coke. Mais presque tout avait finit dans le port grâce à l'une de ses fabuleuses ex conquête... Alors normalement il n'avait aucun moyen de remonter jusqu'à lui. Même s'il avait trouver la coke dans le port... Jackson passa encore une fois la matinée à tourner en rond. Sa phobie des postes de police était bientôt à l'égale de la haine qu'il éprouvait pour tout ces crétins des forces de l'ordre. Et généralement il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre. Une fois ton étiquette coller sur ton front ils sont incapables de distingué le vrai du faux. Et sur le front de Jackson c'était marqué coupable. De toute ce que vous vouliez. Même de meurtre s'il le fallait. Il était typiquement le genre de petit branquignole de bas étage, qui ne fait pas grand chose de mal, mais qui traine avec les plus mauvais et qui se fait sans cesse accusé de bien plus gros que ce dont il est capable.

Il se point à l'heure, voir même légèrement en avance au commissariat. Bien qu'il aurait adoré les mettre en pétard, il savait que généralement ça ne le servait pas du tout, et qu'il valait mieux éviter ce genre de chose. Pour l'occasion il s'était néanmoins composé sa gueule de connard, et avait laissé au placard celle de celui paumé qui cherche à aller mieux. Il arriva au commissariat en trainant les pieds, arriva jusqu'au comptoir d'accueil, le visage fermé, la mâchoire visiblement serré et les yeux sombres alors qu'il était d'un bleu si profond. « Jackson Monroe » lâcha-t-il rapidement avant que le mec lui indique une salle d'interrogatoire. Putain sur quoi on voulait l'interroger? Il releva les yeux vers le pauvre officier en charge de l'accueil. S'il ne détestait pas tant la police il l'aurait peut être même plaint. Mais honnêtement c'était bien fait pour lui. « J'pourrais avoir une feuille et un stylo ? » Bien quoi ? Vous n'avez jamais vu quelqu'un demander de quoi dessiner en attendant qu'on lui passe un tabac pour une raison qu'il ignore ? Le flic leva les yeux étonner vers lui et lui tendit une feuille, mais pas de stylo. « Je suis désolé les règles sont claires... » Jackson fronça les sourcils avant de comprendre. Il était sérieux ? Il n'allait pas lui donner de stylo parce que ça pouvait lui servir d'arme pour planter l'agent qui lui parlerait ? «J'ai une tête de meurtrier idiot ? En plus flingue contre stylo qui gagne à ton avis ? » Il le regarda, un fureur sourde dans le regard. Forcément il devait lui faire peur au petit poulet qui faisait la moitié de la taille de Jackson et ce n'était probablement pas le moyen de lui faire croire qu'il n'était pas dangereux. Mais c'était plus fort que lui, il s'énervait, et se contrôlait assez peu. « Je suis désolé... Les règles... » bafouilla le poulet. Jackson grogna et leva les yeux au ciel avant de dire « Et un café et touillette je peux ? » dit-il avec cette même voix agacée. On ne sait jamais qu'il considère le café comme une arme aussi. Le policier acquiesça doucement d'un mouvement de tête et se leva pour aller chercher le dit café. Il finit par ramener le café et envoya Jackson s'installer dans la salle d'interrogatoire. Jackson s'installa et commença à gribouiller sur sa feuiller avec son café. Oui oui il y a des gens qui le boivent... D'autre qui dessine avec la substance coloré que c'est... Bon il aurait eu un stylo ça aurait été mieux. Mais pour se détendre il fallait qu'il fasse quelque chose avec ses mains, sa tête... Sinon il allait probablement étrangler la personne qui rentrerait pour l'interroger sur je ne sais quoi... Soudainement une femme rentra dans la pièce. Jackson releva les yeux brusquement et lâcha immédiatement sa feuille. On devait se foutre de lui non? On envoyait pour l'interroger une fille aussi jeune que sa petite soeur, absolument sublime. Si c'était sa queue qu'elle voulait interroger il n'y aurait pas de problème, autrement il était hors de question qu'il dise quoique ce soit. Peut importe le sujet... Ou Jackson savait être classe. Mais s'il détestait les flics. Les femmes flics étaient encore pire. Elle se servait souvent de leur putain de charme pour arriver à leur fin. Elle était vicieuse et garce et honnêtement toute des pouf. Enfin non... pas Ash'. Mais Ash c'était différent... C'était Ash. Il lâcha un léger rire décontracté. C'était dit il n'en ferait qu'une bouchée. « Si tu cherches à t'envoyer un ex détenu... Tu pouvais juste leur demander mon adresse et te pointer chez moi. Ah moins que ton fantasme soit de le faire dans une salle d'interrogation... Ce que je comprend tout à fait... » Il fit un grand sourire, presque autant carnassier que charmeur. C'était décidé qui qu'elle soit, elle allait avoir affaire à Jackson en version con et gros connard. Ca le changerait bien de ces dernières semaines.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Jeu 21 Juin - 13:32

    Il restait quelques heures à Lumen avant de devoir se rendre en salle d'interrogatoire pour interroger un certain Jackson Monroe. Elle en profita donc pour relire l'affaire de drogue dont elle devrait parler à cet homme pour essayer d'avoir des informations. S'il pouvait lui en donner du moins. Elle parcourut le dossier tout en croquant de temps à autre dans son sandwich. Il s'agissait d'un trafic de drogue déjà bien développé en ville mais également à l'étranger. De toutes les personnes que le FBI avait déjà interrogé, aucun n'avait su dire où se trouvait le QG des trafiquants. Ils auraient pu mentir, faire comme s'ils ne savaient rien alors qu'ils savaient parfaitement le lieu, mais les agents en avaient conclu qu'ils disaient la vérité et qu'ils ne savaient strictement rien de l‘endroit. La plupart du temps, dès qu'ils allaient chercher leur dose, on leur donnait rendez-vous dans un lieu précis: Un bar, un hôtel, un parking désert. Mais jamais dans un endroit qui aurait pu servir de stockage et de centre pour les trafiquants. Comme un entrepôt par exemple. Lumen avait visionné une bonne vingtaine de fois chaque enregistrement des interrogatoires des différents témoins. Et à chaque fois une chose lui sautait aux yeux: Ils semblaient tous effrayés dès que l'on mentionnait le pseudonyme 'Marshall'. Marshall était soi-disant le chef du trafic, celui qui en était à la tête et que personne n'avait réussi à trouver. Lumen avala la dernière bouchée de son sandwich avant de boire d'un trait ce qui lui restait dans sa bouteille d'eau. Elle jeta un oeil à l'heure. Plus les minutes avançaient, plus elle stressait. Ce qui n’était pas très bon signe. C'était son premier interrogatoire, certes, mais en aucun cas elle ne devait laisser transparaître ses émotions. Sinon ce serait le suspect qui aurait le dessus sur elle et non l'inverse. En parlant du suspect ou plutôt du témoin (même si la première possibilité était également envisageable), il s'agissait d'un jeune homme de 29 ans, connu des services de police pour trafique de drogue et plusieurs autres délits. Il avait passé quelque temps en prison et en était sorti il y a à peine deux semaines. Deux semaines étaient relativement court comme période, ce qui laissait penser à la jeune femme qu'il n'aurait tout de même pas pu replonger là-dedans en si peu de temps. Mais comme on dit: Il ne faut jamais dire 'jamais'. En tout cas on avait demandé à Jackson Monroe de venir au commissariat pour lui poser quelques questions, non pas pour le suspecter de quoi que ce soit alors il fallait que Lumen soit prudente. Si elle ne disait ne serait-ce que la phrase 'Vous êtes un suspect dans l'affaire ...', jamais il ne lui donnerait les informations qu'elle espérait obtenir. Mieux valait lui dire qu'il s'agissait de simples questions de routine, rien de plus. Elle referma les dossiers et les déposa dans un coin de son bureau. 13h45. Bon sang. Dans un quart d’heure elle serait dans la salle d'interrogatoire, seule, pour la première fois. Qu'est-ce qu'elle aurait aimé avoir l'agent Henley à ses côtés, comme avant. Elle passa aux toilettes pour se rincer le visage à l'eau fraîche. Peut-être que ça la détendrait un peu. Elle recoiffa ses boucles brunes, ajusta ses vêtements ainsi que son badge où était inscrit son nom et sortit. C'était l'heure. Le témoin était certainement déjà arrivé. La jeune femme récupéra le dossier dans son bureau et partit en direction de la salle. Elle entra d'abord dans la première, celle où se trouvait un autre agent qui surveillait le déroulement de l'interrogatoire derrière le miroir sans tain et s'occupait de son enregistrement. Elle jeta un regard et vit le fameux Jackson Monroe, assis sur une chaise, dos au miroir. L'agent lui souhaita bonne chance et la jeune femme inspira profondément avant d'ouvrir la porte pour rejoindre la chaise qui l'attendait patiemment. Le jeune homme semblait occupé avec une feuille et un café mais cessa toute activité lorsqu'il vit Lumen entrer. Cette dernière s'installa en face de lui. Il lâcha un petit rire agaçant. Et avant même qu'elle ne put dire quoi que ce soit il lança:
    « Si tu cherches à t'envoyer un ex détenu... Tu pouvais juste leur demander mon adresse et te pointer chez moi. Ah moins que ton fantasme soit de le faire dans une salle d'interrogation... Ce que je comprend tout à fait... ». Ça commence bien, pensa la jeune femme. Elle ne riposta pas et se contenta simplement de dire:
    « Monsieur Monroe, je suis l’agent Stevens. J’ai quelques questions à vous poser par rapport à l’affaire Marshall. » Le jeune homme ne cessait d’afficher son sourire narquois. Rien qu’à voir l’attitude qu’il avait, Lumen savait à quel genre de personne elle avait affaire. Le genre qui croit qu’un interrogatoire n’est rien d’autre qu’un jeu. Si elle avait vu juste, elle allait avoir du mal à obtenir les réponses à ses questions. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle se sentait découragée. Au contraire elle se sentait bien plus détendue et déterminée qu’elle ne l’avait été quelques secondes plus tôt. Elle jeta un oeil sur la table où était étalée une feuille de papier à moitié imbibée de café. Elle ne savait pas exactement ce qu’il avait voulut faire mais en tout cas le café qu’il avait demandé n’était pas destiné à être bu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Ven 22 Juin - 15:00

En temps normal Jackson se serait fait un plaisir de jouer avec les poulets, les keufs, les flics ... Surtout lorsqu'il découvrirait qu'il n'était pas là parce qu'il s'était encore mis dans des emmerdes. Oui en temps normal il aurait planifié de leur en faire baver, il aurait même dévoilé toute sa méchanceté dans l'unique but de réussir à faire pleurer cette pauvre agent du FBI. Tout simplement parce que les flics était tous des cons, et qu'il n'avait qu'une faible idée de la justice. Jackson n'en avait peut être pas une meilleure, et il était loin d'être un citoyen modèle, mais lui au moins quand il rendait justice à sa manière - entendre avec des coups de poing - généralement la personne qui se prenait les coups avait fait quelque chose pour le mérité. Alors que ces poulets avaient un talent inné pour foutre des innocents en prison. Alors oui il avait une dent bien mérité contre ces satanés bonhommes en uniforme qui se croient réellement au dessus de tout le monde. Mais depuis qu'il avait retrouvé Ashleigh c'était différent, il essayait parfois de discerné les bons flics des mauvais flics, et surtout il essayait de se tenir à carreau et de ne pas finir au trou. Et par se tenir à carreau il y avait entre autre ne pas être trop méchant avec les jolies nouvelles recrues du FBI. Et puis elle avait l'air un peu pommé, quoique très jolie, à essayé de ne pas répondre au débilité qu'il avait commencé à sortir. Dommage tout de même, il ne mentait pas totalement, une partie de jambe en l'air avec la demoiselle n'aurait pas été de refus. « Monsieur Monroe, je suis l’agent Stevens. J’ai quelques questions à vous poser par rapport à l’affaire Marshall. » Il releva subitement ses yeux bleus vers l'agent Stevens. Savait-elle vraiment ce qu'elle lui demandait ? Il chercha à sondé le regard de demoiselle en vain, elle gérait presque bien son truc.

***

Jackson se souvenait bien de la première fois ou il avait entendu de Marshall. Qui ne s'appelait probablement pas comme ça, mais à l'époque il s'en fichait pas mal. Il trainait avec Byron, l'ex de Savannah. Sur le coup il pensait que c'était le bon temps. Il avait de l'argent facilement, et travaillait peu d'heure par jour. Il passait surtout son temps à suivre Byron, à faire quelques courses pour lui et parfois à cogner pour lui... Parce que c'était encore ce qu'il savait faire le mieux, et malgré son apparence bien plus chétive que beaucoup de brute du milieu, il était adroit, violent et particulièrement fort. Et surtout il n'avait pas peur. Généralement quand il suivait Byron il arrivait dans des endroits mystérieux, le genre d'endroit que même le meilleur sens de l'orientation ne pourrait pas retrouver. Là il y avait toujours des armoires à glace qui gardait les lieux clôt. Le genre de personne qui glacerait le sang à n'importe qui. Mais de leur grosse voix ils finissaient par demander. « Qui vous envoie ? » et Byron répondait d'un calme similaire. « Marshall. » Et les gorilles s'inclinait presque devant eux. Jackson n'avait jamais cherché à comprendre. Ce n'était son genre de vouloir en savoir plus. Et souvent dans le milieu, moins l'on en sait, mieux l'on se porte. Lorsqu'il avait été arrêté une première fois, les flics l'avaient mis au pied du mur, et lui avait demandé tout ce qu'il savait sur Marshall. Il leur avait dit la vérité, il ne savait rien. Mais les petits flics de pacotille pensait que Jackson mentait. Et il avait plongé. Pourtant lors de son transfert vers la prison il avait vu dans les yeux des hauts responsables qu'il avait été piégé. Mais ils en avaient rien à foutre. Ils n'étaient même pas désolé à l'idée d'envoyer en prison un pauvre paumé plutôt qu'un gros connard.

***

Depuis ce jour là Jackson avait compris qu'il ne fallait pas trop jouer avec le feu avec un mec comme Marshall. Ni comme Byron d'ailleurs... Quoique ça il ne l'avait compris que récemment en apprenant pour Savannah. D'ailleurs le jour ou ce connard sortirait de prison... Aujourd'hui Jackson en savait plus sur Marshall. Parce qu'il avait cherché à savoir. Mais il faisait toujours l'ignorant. Parce que c'était mieux. Et de toute façon il était le débile de la bande, celui à qui ont faisait faire les plus basses tâches, et celui qui se faisait chopé en premier lieu. Mais une chose était sûr. Quand bien même il en saurait assez sur ce Marshall pour le faire tomber, il ne dirait rien. Pas à la police en tout cas. C'était ce suicider. Et ce n'était pas encore au gout du jour de Jackson. Il fit un sourire à l'agent et planta son regard dans le sien. «Je vais faire un effort... Parce que vous êtes jolie... Vous ne trouverez personne qui acceptera de vous dire quoique ce soit à propos de Marshall. D'ailleurs qui vous dit que c'est plus qu'un nom ? Si vous voulez clôturer votre affaire... Jouer à son petit jeu... Falsifié des preuves, inventé des témoins... Bref faite ce que fait généralement le FBI dans ce genre de dossier... Mentez... » Il sourit. Bon c'était probablement un cliché que le FBI pouvait sortir du cadre des lois pour arrêter les malfrats, mais il s'en fichait. Il n'aimait pas les flics, et lorsque cette espèce ne mentait pas, elle omettait juste de faire son travail correctement. « Et puisque je suis suspecté de rien, j'aimerais partir... J'ai un boulot que je n'aimerais pas perdre. » Ca ne lui allait pas vraiment, cette gentillesse, ce professionnalisme, et ce sérieux. Il était souvent plus amusant quand il faisait le con. Il tritura la feuille blanche sur lequel était dessiner un pauvre mec dans une salle d'interrogatoire avec des tâches de café.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Jeu 28 Juin - 13:47

    Si Lumen avait tout d'abord appréhendé son tout premier interrogatoire seule, maintenant qu'elle se trouvait dans la pièce face au suspect, cette appréhension semblait s'être évaporée. Elle faisait même preuve de plus de professionnalisme qu'elle ne s'était crue capable. Ainsi elle ne fit pas attention à la remarque quelque peu désobligeante de ce cher Monroe. S'il y a bien certaines personnes qu'elle n'oserait jamais 's'envoyer' -comme avait gentiment dit Monroe- c'était bien les anciens détenus. Elle valait bien mieux que ça tout de même. Cela dit, elle garda ses pensées pour elle. A la place, elle se présenta tout simplement et lui indiqua qu'elle avait des questions à lui poser sur ce fameux Marshall. Au moment même où elle prononça le nom, le jeune homme releva la tête d'un coup. Ce qui était une bonne chose puisque cela signifiait que le nom ne lui était pas inconnu. Alors qu'il continuait à la fixer de ses yeux bleus -très charmants au passage- Lumen le fixait tout autant, sans détourner le regard. *Il faut leur montrer qu'ici c'est toi le patron et pas l'inverse* lui avait une fois appris un collègue avant d'entrer en salle d'interrogatoire. Il y eut un instant de silence. Plus personne ne parlait. On entendait seulement le bruit de la climatisation qui tournait dans un coin de la pièce. Mais la jeune femme comprenait que des choses se passaient dans la tête de Jackson. Serait-ce des souvenirs ? Il avait légèrement baissé le regard sur sa feuille de papier imbibée de café. Lumen, quant à elle, ne lâchait pas. Son regard était insistant. Elle voulait savoir. Elle jeta un coup d'oeil au miroir sans tain en face d'elle, toujours en attente d'une réponse de la part du suspect. Elle faillit dire quelque chose pour le sortir de ses pensées et pour le faire parler, mais au bout d'un moment il releva la tête, la fixa de nouveau et afficha un petit sourire. Lumen haussa les sourcils pour l'inciter à dire ce qu'il avait à dire.
    « Je vais faire un effort... Parce que vous êtes jolie... Vous ne trouverez personne qui acceptera de vous dire quoique ce soit à propos de Marshall. D'ailleurs qui vous dit que c'est plus qu'un nom ? Si vous voulez clôturer votre affaire... Jouer à son petit jeu... Falsifié des preuves, inventé des témoins... Bref faite ce que fait généralement le FBI dans ce genre de dossier... Mentez... » finit-il par lâcher, satisfait de sa réponse. Évidemment qu'il ne dirait rien. Si c'était ça son effort, le FBI n'était pas plus avancé. Mais il avait raison sur un point: Ils ne trouveraient personne qui parlerait de Marshall. Le FBI avait déjà interrogé une dizaine de personnes suspectées d'avoir trempées dans le trafic de cet homme, mais aucune information n'avait été révélée. Et il s'avérait qu'en réalité ses personnes ne savaient absolument rien de Marshall. Elles ne savaient même pas à quoi il ressemblait. Voilà que Lumen se retrouvait au point de départ. Encore une fois. Pourtant il y a forcément quelqu'un qui a déjà côtoyé ce fameux trafiquant. Il ne pouvait pas agir sans arrêt par un intermédiaire. Quelque chose leur échappait, mais quoi ? Lumen remarqua que le jeune homme semblait remonté contre le FBI ou plutôt contre les flics en général. Il fallait qu'elle trouve quelque chose pour le faire parler davantage.
    « Et puisque je suis suspecté de rien, j'aimerais partir... J'ai un boulot que je n'aimerais pas perdre. » ajouta-t-il. Alors comme ça il se souciait vraiment de son travail ? Lumen posa ses deux avant-bras sur la table et s'approcha un peu plus de lui.
    « Votre travail attendra un peu monsieur Monroe. Vous ne savez rien de Marshall, je veux bien vous croire. Mais je suis sûre que vous pouvez m'en dire un peu plus sur ce réseau de trafiquants. Parlez moi des personnes à qui vous avez déjà eut affaire. Parlez moi des différents endroits où avaient lieux vos rencontres par exemple. » Elle espérait vraiment récolter des informations. Non seulement parce que c'était le premier interrogatoire qu'elle menait seule, mais aussi parce qu'elle -tout comme le FBI- voulait boucler une bonne fois pour toute cette affaire qui traînait en longueur. Elle attendit donc une réponse de sa part. Elle le voyait qui triturait sa feuille de papier. C'est à ce moment-là qu'elle se rendit compte de ce qu'il y avait dessus. Il ne s'agissait pas d'une simple trace de café, mais d'un dessin représentant un personnage assis dans une salle. Il avait représenté la scène qui se déroulait actuellement: Lui-même, assis sur sa chaise dans une salle d'interrogatoire. Si les circonstances avaient été différentes, Lumen l'aurait sûrement complimenté sur son oeuvre. Car réussir à dessiner avec un bâton de bois qui servait habituellement de touillette et du café, ce n'était pas donné à tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Ven 6 Juil - 17:36

« Votre travail attendra un peu monsieur Monroe. Vous ne savez rien de Marshall, je veux bien vous croire. Mais je suis sûre que vous pouvez m'en dire un peu plus sur ce réseau de trafiquants. Parlez moi des personnes à qui vous avez déjà eut affaire. Parlez moi des différents endroits où avaient lieux vos rencontres par exemple. » Elle pensait aller ou comme ça ? Ces bras posé solidement sur la table en se rapprochant de lui. Elle pensait l'impressionner ? Le faire plié grâce à sa jolie bouille et son regard qui se voulait capable de virer menaçant ? Que pensait-elle ? Que c'est la première fois qu'il se retrouvait face à une flic charmante et jolie ? Son ex et meilleure amie était une flic charmante et jolie, sans mentionner parfaite... Tu me diras il lui disait presque tout. Enfin pas tout à fait... Il ne parlait jamais des conneries qu'il avait faite, de la police et donc de Marshall en somme. Sinon les discussions allaient vite finir en queue de poisson et ni l'un, ni l'autre ne voulait ça. Alors la petite midinette mignonne qui pense que Jackson va faire l'agneau tout doux et balancer ce qu'il sait et à toujours fait semblant d'ignorer... Il n'avait d'ailleurs jamais dit qu'il ne savait rien de Marshall, Jackson n'était pas un menteur. Il avait seulement dit qu'elle ne trouverait personne qui accepterait d'en parler. Jackson se recula pour s'adosser correctement sur le dossier de chaise, et croisa les bras contre son torse laissant un sourire paisible contre son visage. Elle avait raison, son boulot attendra. Il fera faire un jolie papier par l'officier de police comme quoi Madame l'agent Stevens l'aura emmerdé pendant tant de temps et qu'il était donc dans l'incapacité de se rendre au boulot.

C'était tout de même con. Il ne voulait rien dire... Non seulement par principe, mais aussi parce qu'il doutait fortement que ça lui apporte quelque chose dans la vie... Au mieux ça la apporterait une mort rapide d'une balle entre les deux yeux... Au pire il mourrait comme le mec pour lequel il s'était fait arrêté pour meurtre... D'une overdose contrainte et forcée, lente et douloureuse. Et encore ces mecs étaient vraiment doué dans la recherche de moyen d'assassinat abject et glauque. Bref il ne voyait réellement aucune raison de balancer quoique ce soit.... Et énormément de raison de ne rien dire... Donc résultat des courses il allaient probablement fermer sa belle petite gueule d'ange.. Le problème était que s'il ne parlerait pas, elle pourrait peut être le cuisiner pendant très longtemps, et que ça allait vite être agaçant. D'un coté ça serait peut être bien moins désagréable que ce qui l'attendait dehors s'il parlait... Et puis elle était si jeune et si jolie qu'il y avait même peut être moyen de s'amuser un peu... Il allongea ses pieds sous la table et finit par dégager l'un de ses bras pour se la jouer à l'italienne et lié les gestes au parole... « Premier interrogatoire seule ? Toutes mes condoléances...» Déjà qu'un interrogatoire seule ça devait être chiant, mais tombé en plus sur la crème de la connerie ça devait être particulièrement relou. Jackson ne réfléchissait pas, et n'imprimait pas d'autre menace que celle des brutes dont il connaissait bien plus que la réputation. Avec l'agent Stevens il ne risquait actuellement pas grand chose... Il n'avait rien fait de mal. « Je dois vous dire que déjà pour commencer... Votre posture est mauvaise... On vous prendra pas au sérieux comme ça... Trop cliché... Vous me rajouteriez la lumière aveuglante dans la gueule et on aurait le début d'un mauvais polar... » Il fallait dire la vérité... Après tout c'était ce qu'on demandait lors d'un interrogatoire.. De dire la vérité... Bien sûr Jackson ne le disait pas sur ce qui intéressait la brunette, mais bon... Il ne fallait pas trop en demander non plus... Il finit par recroiser ses bras et par ajouter un sourire vicieux sur les lèvres... « J'ai bien une idée de ce qui pourrait me faire parler.. Mais vous ne serez probablement pas pour... » Car oui en plus d'être con Jackson avait aussi des instincts particulièrement basique et primaire que la brunette comblerait à la perfection... Il en était certain. En soit son idée était particulièrement déplacé, mais comme il ne l'avait pas évoqué à voix haute elle ne pouvait pas le punir pour ça.

Il resta ensuite dans un silence parfait. Il n'était pas bavard, et n'avait surtout plus rien à dire pour l'énervé. Il laissa sa respiration ralentir comme s'il se préparait à rentrer dans une période de sommeil. De toute façon il n'était probablement pas sorti de là avant un moment... Alors autant en profiter pour piquer un somme...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Lun 30 Juil - 20:41

    Cela faisait déjà une demi-heure que l'interrogatoire avait débuté. Et bien sûr, Jackson n'avait rien révélé du tout. Du moins pas encore. Il ne faut jamais s'avouer vaincu et Lumen n'est pas du genre à lâcher l'affaire comme ça. Surtout que c'était son premier interrogatoire sans un autre agent dans la pièce pour la guider. Alors elle devait faire fonctionner ses méninges pour faire cracher le morceau à Monroe. Hors de question qu'elle déçoive son supérieur. Seulement le jeune homme n'en était pas à son premier interrogatoire et semblait tout comme elle, déterminé à résister. Oui, mais pour combien de temps ? Car s'il le fallait, Lumen le garderait ici toute la nuit. Et rester dans cette salle face à un agent pendant plusieurs heures serait sans doute bien désagréable pour quelqu'un comme lui. Quand la jeune femme prenait la parole, elle pesait chacun de ses mots. Elle avait appris pendant ses années d'études qu'il faut savoir trouver les bons mots si l'on veut réussir quelque chose. Cependant, dans ses cas là, il n'y a pas que les mots qui comptent. La façon de se comporter y est aussi pour beaucoup. Par les gestes, les mouvements, il faut montrer au suspect qui à l'avantage ici. C'est en se remémorant certains cours qu'elle prit de nouveau la parole, avançant ses deux coudes sur la table ainsi que son visage qui était plus proche de celui de Jackson qu’il ne l’avait été quelques secondes plus tôt. Sans lâcher les yeux du jeune homme, elle lui demanda de parler. Parler du réseau, des endroits où se faisaient les rencontres entre dealers et clients. Toujours sans desserrer les dents, Jackson s'adossa à sa chaise et croisa les bras avec, encore, sur son doux petit visage d'ange, un sourire qui s'avérait, charmant certes, mais qui commençait vraiment à énerver Lumen car elle savait très bien qu'il faisait ça pour jouer. Cela dit il avait remis une certaine distance entre eux ce qui confortait la demoiselle dans l'idée que peut-être ces techniques d'interrogatoire finirait pas porter leurs fruits. Un silence s'était installé après la dernière requête de l'agent. Ce n'est pas pour autant qu'elle le lâchait des yeux. Au bout d'un moment, tout de même, il finit pas ouvrir la bouche: « Premier interrogatoire seule ? Toutes mes condoléances...» Sérieusement ? Il se foutait d'elle. Elle l'avait remarqué depuis le début et pourtant elle avait espéré que quelque chose de censée sorte de sa bouche. Mais non. Et puis comment le savait-il ? Était-ce par pur hasard qu'il avait dit ça ou quoi ? Elle ne répliqua rien, resta impassible, puis il reprit la parole: « Je dois vous dire que déjà pour commencer... Votre posture est mauvaise... On vous prendra pas au sérieux comme ça... Trop cliché... Vous me rajouteriez la lumière aveuglante dans la gueule et on aurait le début d'un mauvais polar... » Bon. Visiblement il avait envie de dormir ici cette nuit. Il avait déjà passé quelque temps en prison, c'était peut-être la raison pour laquelle il croyait tout savoir des flics. Lumen se leva lentement de sa chaise. Debout sur ses deux pieds, elle entreprit de faire un petit tour de la table, toujours sans dire un mot. « J'ai bien une idée de ce qui pourrait me faire parler.. Mais vous ne serez probablement pas pour... » continua-t-il, son sourire moqueur que commençait à connaître la jeune femme. Puis de nouveau le silence s'installa. Lumen réfléchissait. Jackson commençait presque à fermer les yeux. Comment pouvait-il avoir envie d'une sieste dans un endroit pareil ? Cet homme était définitivement idiot. Sans cesser de tourner autour de la table, ses pas raisonnants chaque fois qu'elle avançait, Lumen entreprit de le réveiller par ses mots: « Vous savez, j’ai du temps devant moi. Et quelque chose me dit que vous n’allez pas beaucoup dormir cette nuit. Enfin sauf si vous acceptez de me glisser quelques informations... » Elle s’arrêta à sa gauche et se cala sur le bord de la table. « Vous vous plaisez à faire votre petit numéro j’imagine. Alors allez-y, faites-moi part de votre fabuleuse idée qui pourrait éventuellement vous faire parler. On ne sait jamais. » Elle savait très bien où il voulait en venir en parlant d’une ‘idée dont elle ne serait probablement pas pour‘. Comme il persistait à jouer, et bien dans ce cas elle aussi allait jouer. Elle attendait sa réponse, toujours postée sur le rebord de la table. Elle soupira, afficha un léger sourire aux lèvres et continua: « Oh vous savez à cette heure-ci il ne doit plus y avoir personne derrière le miroir sans tain. Pause café vous comprenez. » Elle se dirigea vers la petite caméra situé en haut dans le coin droit de la salle et appuya sur un petit bouton qui fit passer la diode de la couleur verte au rouge. « Et puis plus de caméra non plus. » Elle ne savait pas d’où elle avait pris cette soudaine assurance, mais à présent plus rien ne pouvait l’arrêter. Elle revint vers Jackson, et se baissa à sa hauteur avant de lui souffler à l’oreille: « Il ne reste plus que vous et moi. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Lun 6 Aoû - 9:26

Jackson ne supportait pas cette autorité légale qui se croyait tout permis parce qu'il oeuvrait pour une sorte de justice. Justice mon cul, il se tamponnait complètement des innocents qui risquait de souffrir dans le processus. Et puis il ne parlait pas du nombre d'erreur judiciaire que ces abrutis commettait. Ni même de leur intransigeance. Bref rare était ceux qui faisait les choses correctement et qui savait gagner le respect de Jackson. D'ailleurs aujourd'hui il y avait qu'une seule personne des forces de l'ordre qui avaient gagné ce respect. Ashleigh ! Peut être parce qu'il avait l'impression de la connaître depuis toujours. Peut être parce qu'elle était la seule et unique personne avec qui il était sorti, et qu'il avait probablement aimé finalement. Peut être aussi parce que c'était elle qui s'était battu pour faire rétablir la vérité et le sortir de prison lorsqu'il n'y avait pas sa place. Alors oui, si jamais les informations qu'il possédait était d'une importance capitale, il n'existe finalement qu'une seule personne à qui il accepterait de les dire. Et ce n'était surement pas l'Agent Stevens. L'Agent Stevens était trop jeune, trop jolie, et faisait trop de zèle pour que Jackson puisse lui faire confiance. Il ne la sentait pas... « Vous savez, j’ai du temps devant moi. Et quelque chose me dit que vous n’allez pas beaucoup dormir cette nuit. Enfin sauf si vous acceptez de me glisser quelques informations... » Ah oui ?! C'est bien connu les malfrats on besoin de dormir mais les flics non ? Jackson releva le regard vers Lumen, l'oeil neutre et froid. Elle pouvait penser ce qu'elle voulait, lui dire ce qu'elle voulait. Elle ne pouvait pas le torturer, il était suspect de rien, il n'avait pas aucune connerie pour le moment, alors rien ne l'empêcherait de dormir sur cette chaise inconfortable. D'ailleurs il croisa ses bras sur la table et enfoui sa tête dedans, fermant les yeux, un sourire plutôt satisfait sur les lèvres. « Bonne nuit Agent Stevens ! » Sauf que techniquement ce n'était pas encore l'heure de piquer un somme, mais bon c'était seulement pour montrer à l'agent qui était le plus fort et que ce n'était pas ses petites dépassées qui allait le faire sortir de ses gonds et le forcer à parler. L'avantage de Jackson c'était qu'après avoir passé quatre ans en prison, il avait un certain sens de la patience, et savait ne pas adresser la parole à un flic.. Ou a un camarade de chambre que l'on apprécie guère. « Vous vous plaisez à faire votre petit numéro j’imagine. Alors allez-y, faites-moi part de votre fabuleuse idée qui pourrait éventuellement vous faire parler. On ne sait jamais. » En soit il fut étonné par ce qu'il entendit. Mais il feignit toujours l'ignorance restant dans son rôle d'endormi au creux de ses bras. Elle cherchait juste à rentrer dans son jeu. Jeu qui se révélait vite être agaçant, et que Jackson délaisserait peut être pour un mutisme total qui marchait peut être mieux que l'arrogance du "prisonnier". D'ailleurs elle ne devrait peut être pas trop jouer avec le feu. Il ne savait pas vraiment ce qu'il pouvait apprendre dans leur école de flic, mais Jackson supposait qu'à moins de très bien connaître le mec que l'on interroge il vaut mieux s'en tenir à des techniques d'interrogatoire classique. Enfin bon, Jackson se savait pas méchant, et puis surtout il n'avait guère envie de se faire emprisonner pour mauvais comportement face à un agent, mais il se connaissait, et si elle poussait trop loin, il serait difficile pour lui de ce retenir. « Oh vous savez à cette heure-ci il ne doit plus y avoir personne derrière le miroir sans tain. Pause café vous comprenez. » Là Jackson ne put s'empêcher d'ouvrir les yeux. Ce n'était plus du jeu banal qu'elle faisait. C'était carrément du rentre dedans. Jackson releva la tête de ses bras et regarda successivement l'agent, et le miroir. Bon dieu il était si prévisible. Ses muscles se tendirent et il serra la mâchoire, détournant son regard de la jolie agent du FBI. « Et puis plus de caméra non plus. » Ses yeux furent immédiatement appelé par la caméra. Son regard presque inquiet. Pour lui ou pour elle, il ne savait pas franchement, mais cette situation commençait à sentir le roussit. Il n'aimait pas l'assurance de la demoiselle. Il cherchait à comprendre jusqu'où elle voulait avec son petit jeu. Elle n'avait pas l'air d'être le genre de personne à vraiment vouloir s'envoyer en l'air avec l'un des indics ex taulard... Alors elle cherchait quoi ? Elle se rapprocha rapidement et sans bruit de Jackson pour lui murmurer à l'oreille. « Il ne reste plus que vous et moi. » Là Jackson fit un bon avec sa chaise pour s'éloigner de Stevens, qu'il regarda mi-effaré, mi- hors de lui. « Vous jouez à quoi ? Rallumez moi ça... Vous m'entrainerez pas dans vos conneries. » Après tout il n'était pas dupe, si elle disait vrai et qu'il n'y avait personne derrière le miroir sans teint, et que la camera ne fonctionnait plus, que c'était vraiment que lui et elle, alors il était bien dans la merde. Parce qu'au fond elle pourrait dire ce qu'elle veut qu'on la croirait elle, et que lui se ferait baiser. Et il n'avait franchement pas envie de se faire baiser de la sorte. « Je suis accusé de rien. Je n'ai rien à vous dire. En revanche vous ne pouvez pas me garder. » Enfin normalement non ? D'un coté il ne savait pas franchement ce n'était pas comme s'il avait fait des études de droit ou un truc du genre... Il était tendu, et faisait nettement moins le caid que tout à l'heure. En même temps tout à l'heure l'autre n'était pas aussi à l'aise. Et puis il avait probablement plus à perdre qu'elle en faisant une connerie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Sam 18 Aoû - 21:28

    Lumen avait l'impression de perdre son temps. Jackson n'avait toujours pas décroché un mot, sauf évidemment pour faire l'imbécile. Cela va bientôt faire une heure qu'elle est ici à l'interroger et elle n'a pour ainsi dire recueilli aucune information. Car des informations elle était sûre que Jackson en possédait. Il ne voulait simplement pas en parler. Elle était agacée. Pour son premier interrogatoire seule, on aurait pu lui coller un crétin suspecté d'avoir volé à l'étalage à la place. C'aurait été bien plus simple. Cependant elle essaya de rester le plus calme possible. S'énerver ne servirait à rien et puis ça ne ferait qu'amuser encore plus le jeune homme. Après un instant de silence, Lumen qui marchait à présent dans la salle, lui expliqua qu'elle avait du temps devant elle et que par conséquent il risquait de passer sa nuit ici s'il ne disait rien. Peu de chance que ça ait un impact, pensa t-elle, mais au point où elle en était... Cela ne l'enchantait certainement pas plus que Jackson de passer la nuit ici, mais le travail c'est le travail. Cela dit, pouvait-elle le garder ici autant de temps qu'elle le désirait ? ça elle en doutait. En effet, on ne pouvait pas dire que, concrètement, monsieur Monroe était suspecté de quoi que ce soit. Il savait des choses, oui, mais trempait-il dans le trafic en ce moment ? Pas sûr. « Bonne nuit Agent Stevens ! » répondit-il en posant sa tête entre ses bras croisés sur la table. Prévisible. Ensuite, Lumen eut l’impression de parler à un mur. Même quand elle lui demanda d’exprimer sa ‘fabuleuse’ idée à haute voix, il ne réagit pas. Elle décida de changer de technique. Qu’est-ce qui pourrait le réveiller ? Toujours en marchant dans la salle, elle jeta un regard au miroir sans tain. Histoire de provoquer le jeune homme, elle lui assura que plus personne ne devait surveiller l’interrogatoire à cette heure-ci, car il se trouvait que c’était l’heure de la pause café. Et là, par elle ne sait quel miracle, Jackson releva la tête. Tiens donc. Elle poussa la provocation un peu plus loin en allant déconnecter la petite caméra qui avait pour but d’enregistrer l’interrogatoire. Il détourna rapidement le regard vers le petit appareil qui se trouvait dans le coin de la salle. Elle se rapprocha de lui en soufflant qu’il ne restait plus qu’eux deux à présent. A voir la tête qu’il faisait, elle en aurait presque rit. Mais ce n’était pas l’attitude à adopter. Le jeune homme fit un bon de sa chaise et s’éloigna d’elle, le regard furieux: « Vous jouez à quoi ? Rallumez moi ça... Vous m'entrainerez pas dans vos conneries. » s’exclama t-il. Monsieur Monroe serait-il effrayé ? « Vous voyez , moi aussi je sais jouer. Moi aussi je peux me montrer idiote. C’est ça que vous voulez ? » demanda t-elle tout en l’observant. « Je suis accusé de rien. Je n'ai rien à vous dire. En revanche vous ne pouvez pas me garder. » assura t-il toujours sur le ton de l’énervement. « Pour l’instant, en effet, vous n’êtes accusé de rien. Mais je peux bien vous garder autant de temps que je veux. » répliqua t-elle sachant pertinemment que le choix de le garder ici ou non ne reposerait pas sur son unique décision, mais sur celle de ses supérieurs. Elle soupira. « Bon sang monsieur Monroe, tout le monde sait que vous étiez en contact avec les trafiquants de Marshall, vous avez même fait de la taule pour ça, ça vous revient ? Alors ne me dites pas que vous ne savez rien sur eux. » Il y eut de nouveau le silence. Comptait-il arrêter son jeu idiot ou se déciderait-il à raconter quelque chose ? Lumen se dirigea vers la petite caméra et la ralluma. Elle revint vers le jeune homme, les bras croisés sur sa poitrine. « Je vous laisse encore une chance. Réfléchissez-y. » lança-t-elle. Puis elle se dirigea vers la porte. Elle ordonna au garde de surveiller Jackson et pendant ce temps, sortit de la salle pour aller chercher à boire. Peut-être que ces quelques minutes permettraient au jeune homme de se concentrer de nouveau sur les questions que lui avait posé l’agent Stevens. Et peut-être finirait-il par parler. Lumen avait espoir. Tout n’était pas perdu, même si, il faut bien avouer, l’interrogatoire n’avait pas très bien commencé. Elle en vint à se demander si un autre agent aurait réussi à régler ça en moins d’une heure. Elle appuya sur le bouton de la fontaine à eau et se servit dans un gobelet qu’elle but d’un trait. Elle se servit une deuxième fois et emporta le gobelet avec elle. Elle revint tranquillement vers la salle d’interrogatoire, remercia le garde et referma la porte derrière elle. Jackson s’était de nouveau assis sur sa chaise, le regard perdu droit devant lui. Lumen but une gorgée d’eau, s’installa sur sa chaise juste en face du jeune homme et posa son gobelet sur la table. Elle attendit un petit instant puis reprit la parole: « Recommençons de zéro si vous voulez bien. Monsieur Monroe je suis l’agent Stevens. J’aimerais que vous me parliez du réseau de trafiquants dirigé par Marshall. » C’était sa dernière tentative. S’il ne disait rien, elle ne voyait pas comment elle pourrait lui faire cracher le morceau. Elle ne pouvait même pas lui faire peur en lui disant qu’il allait finir en prison s’il continuait car lui, tout comme elle, savait pertinemment qu’elle n’en avait aucun droit. Et elle n’avait surtout aucune preuve. Alors elle attendit patiemment qu’il réponde quelque chose. Tout reposait sur lui à présent. S’il parlait, il n’aurait plus à revoir l’agent Stevens. S’il continuait à ne rien dire, quelque chose disait à la jeune femme que tôt ou tard ils finiraient par se revoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Ven 31 Aoû - 10:20

De toute évidence Monroe était le genre de mec à être la plaie des flics. Peut être parce qu'il méprisait l'autorité toute puissante de la police. Peut être parce qu'il n'avait pas peur de leur petit badge. Peut être parce que venant d'eux... Il n'avait rien à perdre. Un peu de temps tout au plus... Mais clairement la justice, la police, lui avait déjà arraché quatre ans de sa vie, quelques heures de plus ou de moins ne serait pas franchement un désastre. Parfois il se demandait même ce qu'il espérait de lui. Qu'il essaye de jouer au héros ? Qu'il fasse comme tout le monde, à faire semblant de croire que parce qu'on porte un badge brillant et un flingue à la ceinture on veut effectivement changer et améliorer le monde ? A faire semblant de croire que le monde peut encore être changer et améliorer ? Et que les gros méchants puissent être éradiquer de la planète ? Blablablabla foutaise ! La seule chose qu'il risquait à parler trop c'était de se prendre une balle dans la tête. Ou pire... Comme le mec qu'il avait vu mourir sous ces yeux, forcé à faire une overdose. Et qu'on se le dise, si Jackson devait mourir d'une overdose, ou d'une balle dans la tête, ça serait de son propre chef, pas question que quelqu'un l'aide. Quitte à être con, autant être seul aussi.

La suite il ne l'avait pas franchement prévu. Habitué des interrogatoires il avait plutôt tendance à voir les policiers s'impatienter, perdre leur sang froid, et manquer de devenir violent. C'était d'ailleurs de la sorte qu'il réussissait à couper court à l'interrogatoire, en amenant le flic à risquer la faute professionnel. Finalement ici c'était presque le seul endroit ou il perdait le moins son sang froid - quasiment inexistant à l'habitude. Peut être parce qu'il faut le reconnaître, si l'autorité est insupportable, injuste, stupide et j'en passe des vertes et des pas mures, elle est protectrice, et entre ses murs confinés, Jackson ne risque rien, tant qu'il se tient à une politesse minimal. Alors que dehors, face au gros bras, rien ni personne ne viendra te sauver, et à trop faire le con, on se récupère des bleus phénoménal... Sauf lorsqu'on sait en donner des plus gros. Mais Lumen c'était différent. Bien sûr son agacement se faisait sentir... Les flics avaient tous cette mauvaise habitude d'être particulièrement impatient. Mais au lieu de s'énerver et de relâcher Jackson, elle entra dans le jeu du Monroe qui se sentit rapidement piégé. Le FBI c'était plus que la police. Et s'il se fichait pas mal de passer des heures dans une salle d'interrogatoire, il avait le sentiment qu'ils avaient le bras assez long pour le faire tomber pour n'importe quoi - même quelque chose de parfaitement inventé - dans le seul but de l'emmerder profond. Des cons je vous dis. « Vous voyez , moi aussi je sais jouer. Moi aussi je peux me montrer idiote. C’est ça que vous voulez ? » Il avait explosé loin d'elle. Pour se protéger des éclairs vicieux que lançait le regard de Lumen. Il se renfrogna sur lui même, ignorant avec une superbe non feinte la question de l'agent Stevens. Qu'elle aille au diable avec sa plastique parfaite, son port de reine, et sa classe. Il les emmerderait tous jusqu'au bout. Très constructif comme pensée. « Pour l’instant, en effet, vous n’êtes accusé de rien. Mais je peux bien vous garder autant de temps que je veux. » Evidement, ça ne serait pas drôle si les deux partis ne s'emmerdait pas mutuellement. Habituellement Jackson surpassait largement la capacité d'emmerdement des flics qui lui faisait face... Lumen avait l'air de posséder un sacré caractère, qui la placerait peut être sur un plan d'égalité avec lui... Ce qui était plutôt franchement chiant et difficile à digérer compte tenu qu'elle soit... Une femme. D'ou le faite que quand bien même il reconnaîtra la supériorité de l'agent Stevens, il ne lui fera toujours pas le plaisir de l'ouvrir. Il sourit doucement, et fit un air blasé avant de répondre. « Comme vous le dites si bien... Vous faite comme bon vous semble agent Stevens. » De manière à faire comprendre, allez y, je m'en tamponne le derrière de vos heures d'interrogatoire. « Bon sang monsieur Monroe, tout le monde sait que vous étiez en contact avec les trafiquants de Marshall, vous avez même fait de la taule pour ça, ça vous revient ? Alors ne me dites pas que vous ne savez rien sur eux. » Gnagnagna ça vous revient ? Non, non, il ne s'en souvenait absolument pas de ses années de prison, de la manière dont ça avait bouffé sa vie. De ces heures de désespoir à ce dire qu'il ne sortirait jamais de ce trou. Elle le faisait exprès d'être aussi conne, ou c'était seulement pour essayer de le bouger ? Elle pensait que lui rappeler des évènements traumatisant, l'aiderait à se confier sur ses mauvaises fréquentations de l'époque ? « Je vous laisse encore une chance. Réfléchissez-y. » Une chance ? Et sinon quoi ? Qu'est ce qu'elle pouvait bien lui faire ? La torture était interdite à priori, elle ne pouvait en somme rien faire s'il persistait à jouer au con... Il la vit sortir, et ferma les yeux, soupirant. C'était long, trop long, et franchement il en avait marre. Comme quoi ces poulets lui pourrirait la vie jusqu'au bout. Réfléchir à quoi ? C'était tout réfléchit... Il ne pouvait pas risquer d'être une balance, ce n'était pas franchement négociable. L'agent Stevens rentra dans la salle quelques minutes plus tard avec un verre d'eau à la main. Elle posa le verre sur la table et s'installa sur sa chaise. « Recommençons de zéro si vous voulez bien. Monsieur Monroe je suis l’agent Stevens. J’aimerais que vous me parliez du réseau de trafiquants dirigé par Marshall. » Monroe souleva son sourcil surpris. Elle était sérieuse. Une poignée de main aussi ? Il resta impassible avant de dire « J'ai soif ! » Si elle pouvait boire, il n'y avait pas de raison qu'il ne puisse pas. Il resta assis quelques minutes en silence, ce faisant chiez comme un ras mort il finit par dire. « Je vais vous raconter une histoire Agent Stevens. Deux frères et soeurs qui débarquent de Chicago, qui rencontre un mec - Byron, je sais plus quoi dans le réseaux qui vous intéresse, et qui est en taule au passage. La suite est simple, la fille s'entiche du mec, le frère un peu con suit le mec dans ses conneries, dans son trafic. Le mec fait plongé le frère, la soeur rompt avec le mec... Le frère finit par sortir de prison, par un malheureux concours de circonstance et de connerie la soeur est témoin d'un meurtre fait par le mec sensé vous intéresser mais donc vous vous fichez parce que celui là vous l'avez déjà. Bref la soeur disparaît de la circulation pendant 4 ans, sous protection judiciaire... Du FBI peut être... Et tout le monde la croit morte. Vous savez ce que c'est de pensée que votre soeur, votre famille, la seule personne qui vous aime de manière inconditionnel est morte agent Stevens ? » Là Jackson perdait son sang froid finalement. Pour une fois que c'était en mot et non avec des poings ce n'est pas plus mal. Quoiqu'il s'était rapproché de la table, et que ses doigts cherchaient à s'enfoncer dans la table. « Alors dites moi. Savez vous quel sort on réserve au balance dans le milieux ? Qu'est ce que vous ferez pour moi si je dis quelques choses ? Si j'ai quelque chose à dire ? Non parce que vous m'avez déjà pris quatre année de ma vie, dans vos prisons pour des motifs de merde, dont 3 ans ou j'étais parfaitement innocent. Alors qu'est ce que vous ferez, hein ? Alors je n'ai rien à vous dire sur le réseaux de trafiquant dirigé par Marshall. Je n'ai même JAMAIS entendu parler d'un Marshall. Et parlez en bien fort autours de vous, qu'on ne me soupçonne pas d'être une balance... Après tout les flics ne sont pas les seuls à accuser sans preuve. » Jackson avait balancé son venin. Et finalement c'était bien plus jouissif que de faire le con pendant des heures... Il aurait du y penser avant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    Mer 12 Sep - 19:39

    Jackson Monroe savait parfaitement ce qu'il faisait. Et il n'était pas vraiment décidé à répondre aux questions de Lumen. Alors plutôt que de s'énerver et d'abandonner l'interrogatoire, la jeune femme était entrée dans son jeu. Elle fut satisfaite de la réaction du jeune homme: Il ne s'attendait pas du tout à ce qu'elle agisse ainsi. Bon, peut-être que les choses allaient enfin bouger. Elle aussi pouvait jouer à l'idiote si elle le désirait. Il n'était pas le seul à vouloir jouer avec les autres. Il avait littéralement pété un plomb, visiblement énervé que ses petits pics ne fonctionnent pas sur l'agent Stevens. Il croyait pouvoir partir plus tôt ? Et bien ça, c'était avant qu'il est affaire à elle. Elle ne le lâcherait pas de si tôt. Pas avant d'avoir entendu sa version des faits. En effet il n'était accusé de rien pour le moment. Mais elle lui assura que si elle avait envie de le garder encore deux heures ici, elle le ferait. Peut être qu'au bout d'un moment il finirait par en avoir marre. Cependant, la demoiselle avait pu constater que Jackson était différent des personnes qu'elle avait pu rencontrer en salle d'interrogatoire. Le tout premier interrogatoire auquel elle avait assisté était celui d'un homme soupçonné d'avoir volé de l'alcool dans une épicerie. L'agent Henley avait rapidement clôt l'affaire puisqu'au bout d'une demi heure seulement, l'homme s'était mis à pleurer en disant qu'il ne voulait pas aller en prison et qu'il ne volerait plus jamais de sa vie (soi-disant qu'il avait été à court d'argent et qu'il s'était dit qu'emporter une misérable bouteille de Vodka sans la payer ne se verrait pas). Malheureusement, en ces années où la nouvelle technologie est présente sous toutes les formes, il n'avait pas pensé que l'épicerie était fournie en caméras de surveillance. Pauvre chose. Bref. L'histoire fut réglée assez rapidement. Une autre fois, il s'agissait d'une affaire un peu plus grave: Un meurtre. Une femme avait été accusée d'avoir tué son mari durant son sommeil. Thomas et Lumen avait passé plus de temps dans la salle d'interrogatoire que pour la première affaire. Et pour cause: La femme assurait qu'elle n'était pas responsable et ne cessait de pleurer en répétant que son mari était un homme bien. A ce moment-là, Lumen n'avait pas su quoi en penser. Disait-elle la vérité ou était-elle très bonne menteuse ? Quoi qu'il en soit, après quelques chantages et des promesses sur l'allègement de sa sentence si elle disait enfin la vérité, la femme avait craqué. Oui, elle l'avait tué. Et oui c'était pour pouvoir profiter de son fric. Là encore, même si cette femme avait pu apparaître très bonne menteuse, elle n'avait pas tenue bien longtemps. Alors que Jackson... Lui était un cas différent. Peu importe ce que disait Lumen, il ne révélait rien. Il avait même semblé plutôt détendu à un moment. Il disait qu'il se fichait de rester ici autant de temps que l'agent le désirait. Et visiblement ce n'était pas des paroles en l'air: Il avait réellement l'air d'en avoir rien à faire. Après son petit épisode 'Je joue avec l'agent' et 'Finalement elle m'énerve, je perds mon sang froid', voilà qu'il semblait reprendre son éternelle assurance, et privilégiait une fois de plus le silence. Le silence tue l'insolence comme on dit, et ça il l'avait bien compris. Lumen lui rappela qu'il avait déjà mis les pieds en taule à cause d'une histoire de drogue et que par conséquent, il était temps qu'il parle. Son regard c'était un peu plus assombrit mais il ne disait toujours rien. Lumen décida de lui laisser une dernière chance. Elle sortit de la salle, le temps d'aller chercher à boire et revint. Elle déposa son verre d'eau sur la table, s'installa et fit comme si l'interrogatoire commençait à peine. « J'ai soif ! » fut tout ce que répondit Jackson, le regard de nouveau pétillant et sournois. « Vous avez déjà eu droit à un café tout à l’heure. Même si vous vous en êtes servis pour autre chose. » répondit-elle en jetant un regard au dessin qu’il avait fait avant que l'interrogatoire ne commence. Un silence s’installa à nouveau. Lumen ne disait plus rien, elle se contentait d’attendre. Puis tout d’un coup il prit la parole. « Je vais vous raconter une histoire Agent Stevens... » Il commença ce qui s’avéra être un récit. La jeune femme l’écoutait attentivement. Une jeune femme sous protection judiciaire pendant quatre ans... Il parlait de sa soeur, Savannah Monroe. « Vous savez ce que c'est de pensée que votre soeur, votre famille, la seule personne qui vous aime de manière inconditionnel est morte agent Stevens ? » Non elle ne sait pas ce que c’est car ses parents sont comme morts pour elle. Toute sa famille... c’est comme si elle n’existait plus. Il lui reste seulement ses frères qu’elle voit très peu. Alors est-ce qu’il y a une personne pour l’aimer d’une manière inconditionnelle aujourd’hui ? Non. Est-ce qu'au moins une fois dans sa vie on la aimé d'une manière inconditionnelle ? Probablement pas. Car les personnes qui aurait pu en avoir l'occasion ont préféré la jeter dehors. Elle commençait à se perdre dans ses propres pensées quand le jeune homme reprit son récit. Il la regardait droit dans les yeux à présent. Il expliqua clairement qu’il n’avait rien à lui dire. Qu’il ne connaissait personne du nom de Marshall. Pour tout dire, il n’avait jamais autant parlé que maintenant. Lumen ne savait pas quoi répondre. Il avait décidé de ne rien dire. Encore une fois. Elle ne pouvait rien faire d’autre. Elle lui avait laissé une chance de s’expliquer. Il ne l’avait pas saisie. Elle jeta un regard sur le miroir sans tain comme pour demander ce qu’elle pouvait bien faire de plus. C’était son premier interrogatoire seule, elle avait échoué. Elle n’avait pas été capable de recueillir ne serait-ce qu’un dixième d’information inédite sur l’affaire. Jackson semblait ressentir une haine profonde pour les flics en général. Depuis le début il comptait ne rien dire. Il était venu par devoir, c'est tout. Au bout d’un moment, Lumen se leva: « Je pense que nous avons terminé. » déclara t-elle. Autant le laisser partir, de toute façon cet interrogatoire ne mènerait à rien. Du moins pas dans ces circonstances. Elle laissa Jackson se lever et se dirigea vers la porte. Mais avant de tourner la poignée, elle ajouta: « Je ne suis pas une mauvaise personne. Je fais simplement mon travail. » Elle avait ressentit le besoin de lui dire. Tous les flics ne sont pas des pourris. Ils sont là pour protéger la population et pour arrêter ceux qui s'amusent à défier les lois du pays. Elle marqua une pause et plongea son regard dans celui du jeune homme: « Si jamais, vous savez où me joindre. » ajouta t-elle avant de le laisser partir. Il ne la rappellerait sûrement jamais. Mais quand bien même cela lui viendrait à l’idée, elle pourrait l’écouter. Sans tous ces dispositifs d’interrogatoire. Juste elle. Elle revint s’asseoir sur sa chaise et but une gorgée d’eau. Puis elle ressortit et se dirigea vers son bureau. Elle avait besoin d’être seule avant qu’on ne vienne faire le point sur son interrogatoire.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ    

Revenir en haut Aller en bas
 

L'agent et le suspect ROUND ONE ϟ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» fichier suspect
» ROOKIE + AGENT LIBRES
» 1.05 The Usual Suspect
» QUAND L'AGENT AGRICOLE ET LE FAUX INGENIEUR PIETINENT UN AGRONOME ETUN INGENIEUR
» Former Crack Cocaine User to the Second Round of Haiti’s Fraudulent Election
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-