AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hello, I love you! Won't you tell me your name? ft Billie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Hello, I love you! Won't you tell me your name? ft Billie   Jeu 7 Juin - 10:46

Jonah avait passé la première partie de la semaine à ne rien glander chez-lui. Seulement après avoir fini pour la cinquième fois la trilogie Mass Effect, il avait commencé à trouver le temps long. C’était pourquoi il avait décidé de venir à l’hôpital, l’une de ses activités principales bien que personne ne soit très sûr de sa réelle fonction ici. Le seul fait certain étant qu’il était une personne assez importante pour pouvoir faire renvoyer qui il désirait, décider de qui irait sur une opération et pouvoir se pointer quand il le voulait et prendre le boulot de tous. Un mystère pour tous, insignifiants pour beaucoup et énervant pour d’autres. C’était dans l’idée de persécuter la belle sœur de sa meilleure amie qu’il s’était pointé aujourd’hui. Elle était son souffre douleur préféré parce qu’elle avait un don pour le remettre à sa place ou l’ignorer avec tellement de superbe qu’il se demandait si elle n’avait pas des racines princières. Bref, en arrivant ce jour-là on lui avait appris qu’elle était partie au zoo. Fait anodin pour quatre-vingt dix-neuf pourcent des personnes de cet hôpital, mais pour elle cela relevait du miracle. Avait-elle été enlevée par des extra-terrestres ? Modifiée génétiquement ? Allait-elle commencer à manger ses céréales par le nez ? Faire caca des dragibus ? La réponse fut bien plus simple… Lou ! Elle avait apparemment gobé un bobard d’une infirmière comme quoi si on danse en sous-vêtements dans un endroit clé du zoo on peut rencontrer un fantôme capable de nous dire où trouver l’homme de sa vie. Il n’y avait qu’elle pour croire à ce genre de conneries, mais il lui envoya un sms pour qu’elle prenne en photo Joey quand elle apprendrait sa vraie raison là-bas, son visage serait juste priceless. En attendant, il était de retour à la case départ. Sans médusa et la tornade rousse, cet hôpital avait moins de cachet. Restait qu'à faire chier le reste du personnel. On lui avait dit qu’une nouvelle avait fait son apparition dans le service gynécologie et autres conneries s’occupant des femmes enceintes. Responsable des échographies et un sacré petit lot.

C’était la raison pour laquelle il avait tenté de lui rendre visite, mais – faisant face à une salle d’examen vide – avait décidé de l’attendre. Après avoir fouillé entièrement son bureau, il s’était mis à faire des tours sur sa chaise roulante. Lorsqu’il entendit des bruits de pas s’approchant de la porte, il était à la limite de l’évanouissement tellement il avait tourné. Reprenant ses esprits, il resta dossier face à la porte et s’empara d’un pull qu’elle avait laissé trainé là qu’il plaça en boule sur ses genoux. « Heu… Bonjour ? » C’était une voix de femme, il se tourna et – en caressant le pull – la regarda avec un sourire qui se voulait maléfique aux lèvres « Je vous attendais monsieur Bond » Phrase prononcée avec un pseudo accent russe et qui fut suivit d’un rire machiavélique. Quand il posa à nouveau ses yeux sur elle, il s’aperçut qu’elle ne portait pas de blouse et était visiblement une patiente. et merde… mais attendez un peu… ses yeux remontèrent ses jambes Bronzées, longues… passèrent rapidement sur le petit ventre de femme enceinte qui montrait le bout de son nez et se concentra un moment sur ses seins la grossesse est vraiment une chose merveilleuse… enfin, il détailla son visage ses yeux noisettes, ses jolies lèvres, ses cheveux bruns… « Je vous adopte et je me marierais à votre bébé » wait…whaaaaaat ? quel con ! « Je voulais bien entendu dire que c’est vous que je marierais et votre bébé que j’adopterais. » mais attend un peu… « J’ai parlé à voix haute ? » sourire de crétin, Jonah venait pour la première fois de sa vie de vivre un réelle coup de foudre.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hello, I love you! Won't you tell me your name? ft Billie   Ven 8 Juin - 16:01

Billie ne trainait pas les pieds, ne paraissait pas morose, ni détruite. Pour une fois. Elle avait l'air presque aussi fraiche qu'une rose, et semblait profiter de sa silhouette encore fine et élancée malgré ses quatre mois de grossesse. Son ventre elle le dissimulait parfaitement bien sous une jolie robe qui la rendait délicieuse. Comme si rien ne se passait, comme si rien ne s'était passé, comme si elle était la pupille de la terre, la meilleure chose qui existe au monde. C'était absurde de jouer ainsi avec les apparences. On dit qu'il faut tromper le monde pour mieux se tromper soit même, et quand Billie sentait son sourire lui réchauffer les entrailles elle imaginait que tout était vrai. Et puis ça lui revenait en pleine face. Mais elle préférait ne pas y penser. Mais c'était impossible, n'est ce pas ? Enfin pas avant l'enfant qui grandissait dans son ventre. Un enfant qui n'aurait jamais de père. Un enfant qu'elle avait peut être aussi détruit avec ces conneries. Aujourd'hui elle faisait attention. Elle avait du jour au lendemain assaini sa vie et jeté tout ce qu'il y avait de problématique à la poubelle... Si bien qu'il ne restait rien. Rien qu'un désert sentimental, et trop rationnel. Mais c'était mieux que le chaos. A ce qu'il paraît.

Elle allait donc à l'hôpital pour vérifié que tout allait bien, que malgré ses trois mois de déni de grossesse, ses doses d'alcool impressionnante, son manque de sommeil et de nourriture, l'enfant allait bien. L'enfant irait bien et dans six mois elle serait une maman comblé qui aura oublié avoir connu quelques pénibles souffrances dans sa vie. Elle avait besoin d'y croire, de s'y rattacher stupidement comme un bateau s'accroche à sa figure de proue. Rien que pour pouvoir avance, poser un pied devant l'autre, sans les racler au sol. Elle n'aimait pas les hôpitaux... C'était affreusement cliché, et aujourd'hui plus très justifié... Personne de sa vie n'était mort à l'hôpital. Elle avait cru que Birdie n'était jamais ressortit de son opération pour une tumeur du cerveau... Mais aujourd'hui elle savait, il n'en était rien. Non dans sa vie il n'y avait que des morts extraordinaires, un ouragan, un meurtre, un attentat... C'était même trop ridicule pour être vrai, non ? Mais elle n'avait toujours pas confiance.. Elle avait regardé grey's anatomy... Et franchement ils avaient tous l'air fêlé et avec presque plus de problème qu'elle... Ce n'était pas rassurant de ce faire soigné là dedans.... Enfin si jamais elle tombait sur un beau médecin, intelligent et parfait, ça pourrait illuminer sa journée. Elle pourrait même arrêter de penser à Adam. Pensées qui était d'ailleurs parfaitement déplacée vue les circonstances de sa vie actuelle... Elle était trop conne. Elle entra dans la salle que lui avait indiqué une infirmière et tomba sur un je ne sais quoi de dos, qui semblait avoir profiter de la chaise tournante... Ouai on va peut être passé sur le médecin beau, intelligent... Enfin beau elle ne pouvait pas jouer... Mais il avait l'air d'avoir quatre ans de la ou elle était. Suspicieuse elle finit par ouvrir la bouche. Parce que c'est tout de même plus simple pour pouvoir parler. « Heu… Bonjour ? » Le gamin de quatre ans se retourna un regard qu'elle ne savait qualifier entre vicieux et démoniaque ou un truc comme ça.. Enfin un mec qui avait visiblement craqué son slip. « Je vous attendais monsieur Bond » Les yeux de Billie s'ouvrir comme des soucoupes... Elle avait décidément l'habitude de tomber sur des phénomènes lorsqu'il s'agissait de ces médecins... Entre le docteur Donavan qui la prenait pour un pokémon table à repassé et celui là qui se prenait pour un agent double complètement fou.. La médecine fait réellement des dégâts irréversible sur le cerveau. En revanche il fallait avouer qu'elle avait eu tord de médire... Il était délicieux à regarder. Il était une sucrerie absolument appétissante... En parlant de sucrerie maintenant qu'elle semblait avoir passé le cap des vomissement intempestif elle avait un appétit hors norme lorsqu'on en venait au sucre... Enfin au gâteau surtout... Mais c'était encore loin de ce voir.

Soudainement le "monsieur bond" ce bloqua, son regard parcourant visiblement la silhouette de la jolie brune. Oui la grossesse lui allait bien... On en reparlerait dans plusieurs moi quand elle ressemblerait à une baleine mais pour le moment elle était parfaite. « Je vous adopte et je me marierais à votre bébé » Les extraterrestres le retour... Les yeux de Billie s'arrondir à nouveau comme des soucoupes... Il était sérieux ? Se rendait-il compte de l'absurdité de ce qu'il disait ? C'était-elle pas trop d'étage...? Elle regarda furtivement la note laissée par l'infirmière lui donnant le numéro de la salle, et s'étonna subitement de ne pas être dans l'aile de psychiatrie... Mais finalement le regard du jeune homme se ralluma et se planta dans le sien. Jolie yeux. Billie avait cet air amusé et incompris de celle qui se retrouve dans une situation incongrue et amusante. Elle ne pensait plus qu'à ça. Et même son gouffre intérieur lui paraissait plus paisible et joyeux. « Je voulais bien entendu dire que c’est vous que je marierais et votre bébé que j’adopterais. » Ce n'était pas bien plus raisonnable... Mais au moins ça faisait du sens. « J’ai parlé à voix haute ? » Là elle ne pu s'empêcher de rire. Il était parfait. Adorable à souhait... Et juste anti professionnel... Enfin s'il était professionnel. Mais il était étonnement charmant. Elle fit un sourire sincère pour appuyer sa question purement rhétorique, et finir par répondre « Qu'est ce qui vous fait penser que j'ai ou enfin il a besoin d'être adopté ? » Avec ces conneries elle aussi s'y perdait un petit peu... Il fallait dire que mère comme enfant avait besoin de père... Mais pour elle c'était un peu tard et au moins elle en avait eu deux pendant un temps... Et si elle avait réussit à vivre sans mère, puis ni père, son enfant le ferait bien aussi, non ?

Bon trêve de plaisanterie... Elle n'était pas là pour se trouver un mari... Trop tôt. Elle était là pour s'assurer que le bout de chou était aussi increvable que sa mère. « Vous êtes le docteur Bond et vous n'avez vraiment pas de chance ou alors ça faisait juste parti du décors pour la demande en mariage et en vrai vous êtes échographe ? » Elle commençait à prendre la mauvaise habitude d'être complètement à l'aise et décomplexée devant les médecins et même si elle gardait le vouvoiement de rigueur elle se permettait des familiarité humoristique qui lui aurait peut être valu la peine de mort dans certain pays. Vérifiant que la porte était fermée, elle retira sa robe pour pouvoir faire l'échographie et pensa tout de même qu'elle aurait pu penser à mettre un haut et un bas séparé... Ca lui aurait éviter de se retrouver en sous vêtement devant un mec qui s'appelle ou fait semblant de s'appeler Bond... Enfin on s'en fiche non ? Il est au pays des femmes enceintes.. il a du en voir d'autre...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hello, I love you! Won't you tell me your name? ft Billie   Mar 12 Juin - 16:44

Ceux qui connaissaient assez Jonah le savaient finalement assez secret. Quelle était sa réelle profession ? Quelle était réellement l’étendue de sa fortune et comme l’avait-il obtenu ? Qui était-il pour avoir un réseau d’information si important. Oui, de nombreux mystères entouraient le jeune homme, mais contrairement aux grand bruns ténébreux que l’on pouvait voir parfois, ce n’était pas ça qui l’aidait à séduire les femmes. Déjà parce que lorsqu’il rencontrait les gens la première fois on pouvait être sûr qu’il ferait au moins une gaffe le décrédibilisant complètement, mais aussi parce qu’il adorait raconter des heures durant des anecdotes absolument inintéressantes aux yeux des autres sur sa vie. Les seules filles qui osaient l’approcher le faisaient que parce qu’il avait un côté adorable derrière ses discours à la Woody Allen. Seulement, elles devaient à chaque fois se confronter à la présence de Lou-Ann et à la place qu’elle prenait dans la vie du jeune homme. Si la belle avait un homme pendant une période, cela restait vivable. On décelait certes une réelle frustration quand elle parlait de son couple ou lorsqu’il était confronté à l’homme, mais cela pouvait passer pour le comportement d’un meilleur ami possessif. Non, toutes ses relations finissaient par foirer parce que celles de son amie ne fonctionnaient jamais. Elle parce que c’était que des cons, lui parce qu’il n’était avec ces femmes dans le seul espoir d’en tomber amoureux et de pouvoir tourner la page Lou. Quand elle rompait, elle courait vers Jonah qui l’accueillait à bras ouverts et laissait tomber sans regret la jeune femme qui partageait sa vie jusqu’alors. Cruel ? Ce n’était rien comparé à ce qu’il ressentait depuis des années à voir inlassablement la jolie rousse tomber amoureuse encore et encore d’hommes qui n’étaient pas lui sans réaliser qu’il était l’homme de sa vie.

C’est pour cette raison qu’il s’était toujours dit qu’elle avait une longueur d’avance sur lui, qu’elle comprenait quelque chose qu’il se refusait à voir, qu’ils n’étaient pas destinés l’un pour l’autre. Bien qu’il était persuadé que ce n’était que des foutaises, il avait longtemps espéré trouver lui aussi cette perle rare qui lui ferait perdre tous ses moyens au premier regard et qui saurait le rendre raide dingue. Au fil des années, il avait fini par perdre peu à peu espoir et pourtant… Face à lui se trouvait la femme de sa vie, il en était persuadé. Etait-ce ses petits yeux noisette ? Ses longs cheveux bruns qui caressaient ses épaules ? Sa bouche parfaite qui – il le sentait – était capable de lui donner des frissons de plaisir d’un simple sourire ? Sa posture gracieuse ? Son corps si attirant ? Cette aura qu’elle dégageait donnant l’impression qu’elle était tout à fait ce genre de personnes au charisme naturel capable de vous rabattre le clapet en quelques paroles bien senties ? Ou était-ce le tout ? Dans tous les cas, il avait cette sensation que s’il laissait sa chance passer et qu’il lui avouait ne pas être son médecin, il ne la reverrait plus jamais. C’est pourquoi, après une entrée en matière des plus désastreuse, il décida de s’inventer échographe. Qu'est ce qui vous fait penser que j'ai ou enfin il a besoin d'être adopté ? « Oui, pourquoi ? Une panique sévère le pris aux tripes et il ne put retenir un rire nerveux. Etait-elle mariée à un bel étalon architecte ? Non, il ne pourrait se résoudre à détruire un couple – oui dans sa tête avec de la persévérance on arrive à tout – mais elle était tellement parfaite. Il fut tiré de cette pensée par une autre réplique de la belle. Vous êtes le docteur Bond et vous n'avez vraiment pas de chance ou alors ça faisait juste parti du décors pour la demande en mariage et en vrai vous êtes échographe ? « Il ne s’était pas trompé, elle avait du répondant. Quand à savoir si elle était en couple, il pourrait lui demander subtilement plus tard. Tentant tant bien que mal de prendre une posture professionnelle il se leva et commença à lui répondre Tout était… » sa bouche resta grande ouverte et il se retourna d’un coup, rouge pivoine. Elle venait de se mettre en sous-vêtements pour la visite. Quel con ! Quel médecin se retourne quand sa patiente se dévêtis ? Il prit son courage à deux mains et se retourna, tremblant. C’est que je suis nouveau… » il se frotta le haut du nez, comme toujours lorsqu’il était gêné. C’est la première fois que je le fais avec une femme. » il marqua une pause et continua, paniqué une échographie je veux dire » se calmant, il reprit je ne faisais que des hommes avant » Abrutis ! pour des tumeurs ! » il inspira et expira lentement et montra la planche d’observation. allongez-vous. » A ce moment la vraie échographe entra dans la pièce, au moment où elle ouvrit la porte Jonah se jeta sur elle. Janine ! Je t’ai déjà dit que ton bureau est à côté ! » elle le regarda interdite. va tout de suite voir ton supérieur, dis lui que Jonah Watson t’envoie ! » elle finit par partir plus que méfiante, mais notre ami savait que le supérieur le protégerait, encore un mystère. revenons-en à nos moutons ! » il alla s’assoir sur le tabouret à côté de sa patiente. Je n’ai pas eu le temps de lire votre dossier donc quelques questions pour commencer… » il marqua une pause et prit un air sérieux, notant les réponses au fur et à mesure qu’elle les lui donnait. Votre nom ? Combien de mois ? Je dirais quatre mois. Un compagnon ? » cette fois son stylo s’était mis à trembler en attente de la réponse, Jonah ou mister crédibilité.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hello, I love you! Won't you tell me your name? ft Billie   Jeu 14 Juin - 17:40

Billie n'était pas pudique. Billie n'était pas discrète. Il arrivait à Billie d'être douce. Bon il est vrai qu'en ce moment elle avait bien plus envie de jouer à la chieuse, la malheureuse, celle qu'il ne faut pas emmerder... Peut être parce qu'elle avait le droit. Mais aujourd'hui ça ne l'amusait pas. Etre plainte n'était pas si drôle que ça. La solitude était pesante, et honnêtement elle finissait par suffoquer. Et même si elle détestait le reconnaître, elle avait besoin d'aide. Besoin de quelqu'un pour la surveiller, pour veiller sur elle, pour lui permettre de faire un pas devant l'autre, de ne pas craquer, et de ne pas détruire cette petite vie qu'elle avait au creux de son ventre. Elle ne pouvait pas perdre la dernière chose qu'elle avait. Pourtant il fallait le reconnaître, elle était mal partie. Elle n'était pas particulièrement douée... Et elle était trop têtue et hyperactive pour vouloir réellement mettre le pied sur le frein. Il fallait dire que ces temps si, l'inactivité lui allait mal. Elle se perdait dans des souvenirs pénibles, finissait par s'endormir et par faire d'horrible cauchemar. Et ses amis voyaient qu'elle allait mal. Ses amis s'inquiétaient, et leur inquiétude la rongeait encore plus. Elle avait un foutu désir d'être normal. De ne pas être cette mère veuve avant même le jour de son mariage. C'était trop con et nul comme situation. Elle ne voulait pas voir les visages peinés... Ni les gens qui ne savait visiblement plus ou se mettre. Elle était juste une fille. 23 ans, enceinte pour la première fois, dieu merci. Et célibataire. Ca arrivait après tout. Une aventure un peu rapide, ou l'on a pas vraiment fait attention. Un donneur. Peut importe, tout serait mieux que la triste vérité. Parfois elle était même tentée de mentir... De dire que Reaver était toujours là. Qu'on s'extasie enfin devant la bonne nouvelle que représentait ce petit être au lieu de pleurer parce qu'il n'aurait pas de père. Les larmes ne le ramèneront pas. Les larmes ne penseront pas ses plaies. Les larmes n'arrangeront rien. Il fallait arrêter.

Finalement elle était contente d'aller voir le médecin. En voilà un qui normalement lui ferait les félicitation de mise à ce genre de situation. Ou alors c'était qu'elle avait plus merdé qu'elle ne le pensait. Mais elle ne voulait pas penser à cette éventualité. Et puis honnêtement il avait l'air d'être un drôle de médecin. Mais il aurait pu porter un nez rouge et faire le con que ça l'aurait presque encore plus arranger. Ou bon, il disait s'appeler Monsieur Bond, il faisait des blagues d'un gout parfait douteux. Mais il avait ce charme maladroit qui était amusant. Sans trop attendre d'explication pour le début bizarre de l'examen... ou dirons-nous seulement pour l'entrer étrange de Billie dans le bureau, elle se déshabillait pour permettre au médecin de faire ce qu'il avait l'habitude de faire. Mais alors qu'elle venait de retirer sa robe et qu'il s'apprêtait à répondre à sa petite attaque, il resta bloqué et se retourna violemment, rouge comme il n'était pas permis. Billie n'était pas pudique pourtant elle se sentit nue. Il n'était pas sensé être étonné de la voir se déshabiller. Il n'était pas sensé être gêné... C’est que je suis nouveau… » C'est vrai qu'il faisait jeune. Billie fit un faible sourire essayant de dominer la gêne qu'il lui provoquait. Elle n'était pas différente d'une autre. Et l'idée de faire de l'effet à son écographe était particulièrement étrange. C’est la première fois que je le fais avec une femme. » Alors que Billie avait lancé une recherche intensive dans son cerveau pour faire redescendre le niveau de gène, elle fut surprise parce que son médecin dit. Elle fronça légèrement ses sourcils. une échographie je veux dire » Un sourire amusé vint vite rejoindre son amusement... Il se débrouillait très bien lui même pour redonner confiance à Billie. Pas qu'il devenait subitement plus professionnel... Au contraire, il s'enfonçait. Mais Il avait quelque chose... Et il était tellement adorable qu'elle avait presque l'impression de faire face à un enfant. Quelqu'un qui ne pouvait pas penser s'intéresser vraiment à elle... C'était peut être horrible pour lui... je ne faisais que des hommes avant » Elle retint à rire. Il était réellement touchant... Il avait pourtant pas l'air si maladroit de loin... Il avait presque l'air de savoir ce qu'il faisait la plus part du temps... Mais une chose était sûr... Elle lui faisait perdre tout ces moyens... Peut être devrait-elle le prendre comme il venait, et être flattée. pour des tumeurs ! » Elle lui lança un sourire sincère, et hésita à l'enfoncer encore plus, ou plutôt à essayer de l'aider à remonter la pente. A la fois sa gène était vraiment adorable, mais peut être que ça serait difficile pour lui de faire l'examen dans ses conditions. Et elle n'avait pas envie de changer de médecin. Aussi étrange puisse-t-il être, au moins elle se sentait en sécurité allongée sur sa table pour l'échographie... Et aujourd'hui c'était le plus important. « C'était exactement ce que j'avais compris depuis le début... » Elle lui lança un sourire d'une grande douceur. Une douceur qu'elle ne se soupçonnait plus. allongez-vous. » Et bien il avait l'air de reprendre du poil de la bête. Billie s'installa suivant les ordres sur le lit/table, prévu à cet effet. Quand quelqu'un rentra subitement dans la pièce. Décidément on cherchait à la mettre mal à l'aise. Elle sentit un léger tressaillement dans le corps du médecin qui ne la rassura pas. Janine ! Je t’ai déjà dit que ton bureau est à côté ! va tout de suite voir ton supérieur, dis lui que Jonah Watson t’envoie ! » Elle ne compris pas grand chose de la scène mais elle se remit enfin à respirer lorsque la dame sortie. Heureusement qu'elle était partie vite... Sinon le médecin aurait probablement été obligé de lui faire du bouche à bouche.. Ce qui aurait peut être été gênant vu comment il la regardait. « Docteur Watson je suppose ? C'est nettement mieux que docteur Bond je dois avouer... Sherlock et Docteur Watson sont un bien meilleur fantasme que 007... » Bon la deuxième partie était sortie toute seule. Voilà qu'il l'a m'était en confiance et qu'elle se permettait de faire des blagues douteuses... Il manquerait plus qu'elle lui fasse du rentre dedans et elle aurait un nouveau mec sur les bras... Non sérieusement, elle avait probablement un problème. Ne pouvait-elle pas s'empêcher de faire la fille joviale, et disponible une seule seconde ? revenons-en à nos moutons ! » . Je n’ai pas eu le temps de lire votre dossier donc quelques questions pour commencer… » Billie hocha la tête... C'était une très bonne idée de revenir à leur mouton... Et d'éviter toute approche de drague à l'avenir. Surtout que là il avait presque rien fait mise à part ne plus savoir ou ce mettre... C'est elle qui comme une grande amenait le sujet des fantasmes sur la table... Votre nom ? Combien de mois ? Je dirais quatre mois. Un compagnon ? » Elle écouta vaguement la question et répondit du tac au tac. «Billie Salinger, quatre mois effectivement... Vous avez l'oeil... la dernière fois on m'a dit que je les faisais pas... » Dit-elle en souriant avant de se rappeler qu'elle était la dernière question. Elle perdit son sourire d'un seul coup. En quoi la question était relative à l'examen ? Elle resta un moment silencieuse... Tripotant la bague de fiançailles qu'elle portait toujours et ne remarquant pas que le docteur Watson attendait visiblement la réponse avec impatience... Elle finit par répondre d'un souffle. « Je... Pas vraiment. » Mais ça ne voulait pas dire grand chose comme réponse... Elle était une célibataire avec un fiancé dans la tombe et un mec plus ou moins amoureux d'elle et qui lui plait mais qui est trop vieux pour elle, et qui est je ne sais ou au Pérou... Bref je crois qu'on peut dire qu'elle est célibataire mais sentimentalement inapte à quoique ce soit... Mais ce n'est pas ce qu'il veut savoir si ? Il voulait juste savoir si l'enfant à un père... Non ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hello, I love you! Won't you tell me your name? ft Billie   Ven 15 Juin - 10:35

Ce que l’on perçoit des autres est souvent différent de ce qu’ils cherchent réellement à nous faire parvenir aussi bien en terme d’émotions que d’intentions. Tout dépend de notre niveau d’empathie, de notre complicité avec cette personne, de notre fatigue et de centaines de petits détails qui nous permettent de voir plus clairement ou, au contraire, de se fermer entièrement aux autres et à leurs signaux. Lorsqu’on parlait de Jonah, on pouvait aisément dire qu’il en avait autant qu’une huitre ou un quelconque mollusque passant sa vie recroquevillé dans sa coquille, dans ses désillusions. C’est pourquoi, lorsque la belle eut le malheur de prononcer ces quelques mots, « Docteur Watson je suppose ? C'est nettement mieux que docteur Bond je dois avouer... Sherlock et Docteur Watson sont un bien meilleur fantasme que 007... » Le mot fantasme se mit à clignoter d’abord discrètement, puis fut entouré d’une lumière aussi puissante qu’une centaine de phares tous braqués sur eux, des pompons girls firent leur apparition, exécutant des figures acrobatiques autour d’eux, scandant « F-A-N-T-A-S-M-E…… FANTASME !! » sur un rythme de samba. Une pluie d’étoiles permit un final magnifique où les lettres du mot volèrent tout autour d’eux dans des couleurs dorées ou arc-en-ciel. Quand il revint à lui, trois secondes plus tard, il décida que le plus sûr était de prétendre qu’il n’avait pas compris son petit jeu et de rester – enfin de tenter de devenir – professionnel. Elle ne pouvait rien lui cacher, il était certain à présent qu’elle avait également eu un coup de foudre pour lui et il devait lutter pour ne pas s’imaginer avec leurs bébés, leur chien et leur maison. Seule possible ombre au tableau, la présence d’un éventuel père. C’est pour cela qu’il en avait touché un mot en posant ses questions, assez vite pour qu’elle lui réponde au tac au tac sans réfléchir. « Votre nom » « Billie Salinger » Salinger… Salinger… ça lui disait quelque chose. Une musicienne ou un truc du genre, mais il n’avait plus le prénom en tête. Quelqu’un lui avait fait écouter un morceau de son groupe un jour et il avait retenu son nom, comme toutes les informations qu’on lui mettait en tête et qui n’en sortaient jamais. Le jazz il appréciait, mais sans plus, de toute manière ce n’était pas le point. « Combien de mois ? Je dirais quatre mois. » « quatre mois effectivement... Vous avez l'oeil... la dernière fois on m'a dit que je les faisais pas... » Clairement, elle ne les faisait pas et ce parce qu’ils lui allaient comme un gant, mais lui avait l’œil. On n’arrive pas là où il en était à un si jeune âge lorsqu’on n’avait pas un œil aiguisé. Cependant, afin de ne pas lui faire croire qu’il la trouvait grosse ou une autre connerie du genre, il jugea bon de lui accorder un sourire aimable sous entendu qu’il comprenait ceux qui lui avaient fait ces compliments. « Un compagnon ? » La question exacte aurait dû être, « et le père de l’enfant ? » mais ce n’était pas ce qui l’intéressait. Lui voulait savoir si elle vivait seule ou si un homme avait déjà conquis son cœur. « Je... Pas vraiment. « On ne pouvait pas faire plus vague et Jonah ne put s’empêcher de faire une moue déçue. Toutefois, en l’observant de plus près il remarqua son malaise. Apparemment, parler du père de son enfant n’était pas quelque chose qu’elle faisait avec plaisir. Bonne nouvelle, non ? Cela voulait peut être dire que ça se passait mal entre eux et que cela lui permettrait de se placer afin de devenir son nouvel amoureux, son sauveur. Surtout, qu’elle avait hésité avant de lui donner cette réponse aux tendances négatives, non ? Sûrement qu’au départ elle allait dire « oui », mais finalement parce qu’elle était tombée sous le charme de Jonah elle s’était reprise. C’était sûrement ça, ne l’avait-elle pas associé au mot fantasme ?

Son sourire revint et il décida de ne pas creuser plus profond sur le sujet. De toute manière, il utiliserait son réseau d’informations dès la fin de leur rencontre pour apprendre tous les détails de sa vie. Si elle s’était livrée un jour aux forces de l’ordre, à une serveuse, à un chauffeur de bus, il le saurait. Un côté flippant peut être, mais elle n’était pas censée savoir comment il avait obtenu ces informations et cela lui permettrait de ne pas refaire de gaffes. Il était peut être temps de revenir à l’échographie. Il se saisit du produit « attention, ça va être froid » et en versa sur son ventre avant de l’étaler du bout des doigts, il n’était décidemment pas à l’aise à l’idée de toucher son corps. Une fois qu’il l’eut assez étalé, il plaça le capteur sur son ventre et partit à la recherche du fœtus. « Ah ! » Il l’avait trouvé. « On peut voir sa tête. » il montrait une bosse. « à moins que se soient ses fesses… » il marqua une pause « non, non c’est bien sa tête. » continuant à bouger le capteur il s’arrêta soudainement et fit un roulement de tambour. « le moment que vous attendiez tous…. Quel est le sexe de mon bébé. » il se leva « sera-t-il une fille ? » il fit la révérence comme s’il portait une jupe « ou un garçon ? » cette fois, il fit la révérence en mode prince charmant. « vous le saurez dans quelques petites minutes. » reprenant le capteur il continua sa recherche jusqu’à trouver le point clé « cependant, comme vous êtes une membre très importante de notre clientèle vous avez un droit de véto. » roulement de tambour encore… « saura-t-on le sexe du bébé aujourd’hui ou devrons-nous attendre la fin de la grossesse ? Vous le saurez dans quelques secondes. » et il lui tendit un faux micro.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hello, I love you! Won't you tell me your name? ft Billie   Ven 15 Juin - 22:40

Est-ce que vous connaissez un syndrome qui ferait que quoique vous fassiez, ou que vous alliez vous tombiez sur des énergumènes et vous m'étiez donc dans des situations incroyable ? Non parce que c'est forcément un coup du sort. Peut être est-ce parce qu'elle a grandis avec deux pères, homosexuels et heureux de l'être... Et que du coup le barbu c'est dit que forcément elle n'était pas une femme normal... Et qu'il lui fallait donc une vie à la hauteur de son anormalité... Je dirais merci le barbu... Mais je m'en serais bien passé. Enfin c'était souvent drôle il n'y avait pas à dire... D'ailleurs aujourd'hui ça l'était plutôt. M'enfin il y avait quand même de nombreuse fois ou ça ne l'était pas du tout. Mais on allait pas s'apitoyer sur son sort. Pas aujourd'hui.. Elle avait marre. Une autre chose était sûr, elle attirait les énergumènes... Il fallait le dire Reaver en était un. Certes un dont elle était tombée follement amoureuse... Mais ça n'empêche pas de voir la vérité, et pour tout dire il était quelqu'un de complètement à coté de la plaque et d'un peu étrange pour la plus part des personnes. Notamment pour les personnes normal... Après il y avait... Hermès... Quoiqu'il était plus intéressé par Birdie... Et que bon... Cette partie là, on allait faire comme si elle n'avait jamais existée. Puis Adam. En soit il a l'air normal. Un mec stable, avec un boulot stable, une fille stable. Bref normal je vous dit. Hormis le faite que c'est un mec d'âge mur qui craque pour la meilleure amie de sa fille... Là tout de suite on sent l'énergumène à plein nez il faut le dire. Et maintenant Jonah. Lui il avait presque l'air d'être la cerise sur le gâteau... Pourtant il devait être brillant... Enfin sinon il ne serait pas ici... Mais justement il paraît que l'intelligence s'accompagne de bizarrerie... Ce qui expliquerait pas mal de chose soit dit en passant.

« attention, ça va être froid » Elle trouvait ça drôle... Cette phrase que les médecins se sentaient obligé de dire. C'était pas si froid que ça, et puis tout le monde le savait de toute manière... même sans avoir fait d'échographie avant. Mais bon... Peut être que l'on avait pas vraiment l'impression de passer une échographie si l'on entendait pas cette phrase avant. « Ah ! » Alors qu'elle était partie pour s'endormir sous les mouvements du truc en plastique tellement intelligent qu'il peut voir à travers son ventre, l'exclamation de son médecin la réveilla subitement. « On peut voir sa tête. » Elle se tourna vers l'écran pour regarder, et paru suspicieuse... Peut être que lui avait une super vue pour remarquer les trucs à travers ce dégradé de noir et blanc, mais honnêtement elle trouvait que ça ressemblait à rien. Mais c'était nul de penser que son enfant ressemblait à rien... Elle devait être émerveillée... Oui faisons là, comme si on était une mère émerveillé par la beauté d'un écran d'ordinateur monstrueusement intelligent. « Ah oui... Je... » mais elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que « à moins que se soient ses fesses… » Elle fronça les sourcils étonnée. Comment elle était sensé être émerveillée par ces images alors que même le médecin mélangeait son cul et sa tête... « Vous êtes entrain de dire que mon gosse à une tête de cul ? » dit-elle d'un ton sérieux très bien imité. En vrai elle s'en fichait pas mal de ce que disait le médecin. Tant qu'il lui disait qu'à la fin il était en bonne santé et que tout irait bien pour tous les deux... Il pouvait mélanger tête et cul, pied et ventre peut lui importait en vrai. « non, non c’est bien sa tête. » Ah bon. C'est son avis définitif cette fois ? Elle se repencha vers l'écran et repris sa tête de femme émerveillée...« Ah oui... Je vois... Ouai non je vois queudale... C'est un vrai mystère pour moi ces choses là... » rattrapa-t-elle d'un sourire. Il fallait le dire, elle ne comprenait rien. Elle était paumée, à dix kilomètres de ses pompes, au beau milieu d'un labyrinthe et elle désespérait de retrouver son chemin à jour. « le moment que vous attendiez tous…. Quel est le sexe de mon bébé. » Elle écarquilla les yeux pour voir le médecin se transformer en un espèce de fou étrange tout seul dans son délire... Devait-elle l'accompagner ? Ou lui faire clairement ressentir que c'était bizarre et qu'elle n'était quand même pas au niveau de la gamine de 14 ou 16 piges complètement apeuré qui à besoin d'avoir quelqu'un qui se place au même niveau mentale qu'elle... Non en vrai elle gérait plutôt bien. Enfin étant donné les circonstances. « sera-t-il une fille ? » Elle ne put s'empêcher de rire en voyant la jupe imaginaire... Bon il fallait avouer qu'aussi ridicule et débile soit-il, c'était plutôt amusant. Elle décida de se détendre et de laisser son médecin faire son one man show. « ou un garçon ? » le prince charmant fut plus crédible que la petite princesse... Ce qui n'était pas vraiment étonnant... Il avait une vrai tête de prince charmant... Trop maladroit pour être un vrai coureur... Et puis il avait l'air d'être du genre à s'attacher au gens... Enfin tu me dirais Billie et les apparences... Elle sait bien qu'il ne faut pas si fier... Hermès n'avait pas une tête de tueur par exemple... « vous le saurez dans quelques petites minutes. » Quelques minutes pour quoi ? Le temps qu'il retrouve son compte et qu'il arrête de mélanger tête et fesse ? Bon elle était médisante. Mais elle s'amusait beaucoup de la maladresse du jeune homme qui lui retirait souvent tout coté de professionnalisme. « cependant, comme vous êtes une membre très importante de notre clientèle vous avez un droit de véto. » Oh un droit de véto... Ca paraissait important... Enfin du coup elle se sentait importante... Elle avait le pouvoir sur quelque chose... Bon sur quelque chose ridicule... Mais bon... Et puis l'avantage c'est qu'il y avait personne pour la faire chiez et la conseillé sur la décision... Elle ferait bien ce qu'elle voulait... « saura-t-on le sexe du bébé aujourd’hui ou devrons-nous attendre la fin de la grossesse ? Vous le saurez dans quelques secondes. » Elle regarda un instant le faux micro qu'il lui tendait, puis releva son regard vers celui de son médecin. Soudainement elle était nettement sur d'elle... Peut être était-ce parce qu'elle entendait parler de la fin de la grossesse. Ou je ne sais pas. La dernière fois, lors de sa première échographie, on lui avait dit que l'enfant n'était pas suffisamment développé pour trois mois de grossesse, et qu'il fallait qu'elle rectifie le tire pour pouvoir laisser suffisamment de place à l'enfant sinon il y aurait de très importante complication... Il ne voulait pas l'apeurer... Mais il lui avait dit... Si elle continuait sur sa lancée, il ne parviendrait pas à maturité et elle ferait une fausse couche à un moment ou à un autre... Dans les faites, il l'avait terrorisée. Le dernier médecin qu'elle avait vu était tout sauf diplomate. Mais peut être que ça avait été pour le mieux... Elle avait changé de manière radicale. Et avait essayé de vivre de manière plus saine... Et si elle avait encore beaucoup de problème à dormir, et qu'elle ne mangeait pas toujours assez, elle reprenait petit à petit un rythme, et au moins elle ne buvait plus. Ne fumait plus. Elle planta son regard inquiet dans celui de son médecin... Comme si elle pourrait tirer du réconfort de ses prunelles. Elle finit par demander « il va mieux ? Je veux dire... Il n'y a plus de problème ? Je ne suis pas sûr de vouloir savoir si je risque encore de le perdre... » Elle baissa les yeux. Il mettait une bonne ambiance et elle cassait tout en ramenant ces problèmes de futur maman morte d'inquiétude... Elle qui avait juré de ne pas passé pour la fille paumée et à brisée qu'elle était, ses yeux brillaient de l'espoir fulgurant que tout aille enfin bien. Elle tourna la tête et regarda le plafond. « Désolé... C'est que tout paraît moins réelle tant que je peux mélanger sa tête avec son cul sur une échographie... » dit-elle en souriant doucement... Elle était conne parfois... A s'excuser de chose naturel... A tenir à ce qu'il y est une ambiance aussi légère que l'air, alors qu'elle pesait comme du plomb, malgré le faite qu'elle soit parfaitement vide.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hello, I love you! Won't you tell me your name? ft Billie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hello, I love you! Won't you tell me your name? ft Billie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-