AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.   Jeu 10 Oct - 17:32

Citation :
« J'y vais Aidan, ça va aller ? » demanda la jeune mexicaine en se débarrassant de son tablier de serveuse. Son regard cristallin se posa sur son futur mari dont le visage était incliné vers une longue liste qu'elle devina comme étant l'inventaire. Ce dernier émit un vague son approbatif, visiblement concentré sur sa tâche. Un mince sourire apparut sur les lèvres vermeilles de Savannah. Bien, elle ne le dérangea pas davantage si ce n'est pour la peine de lui voler un baiser avant de quitter le Barking Spider. Elle lui était reconnaissante de ne pas avoir fait la moindre remarque vis-à-vis de son occupation journalière, c'est-à-dire, retrouver Jackson à l'appartement de sa petite-amie : Callie Garcia. Depuis que sa nièce était née, Savannah n'avait pas vraiment fait de démarche pour rendre visite au jeune couple. Elle savait pourtant qu'elle avait promis qu'elle viendrait apporter son aide, néanmoins, il lui avait premièrement fallut mettre ses propres affaires en ordre au préalable. S'assurer de sa stabilité émotionnelle vis-à-vis de ça, demander son opinion à Aidan aussi - elle n'aurait jamais pu faire ça dans son dos. Savannah se souviendrait toujours de l'expression qui était apparut sur son visage lorsqu'elle lui avait appris qu'elle s'était quelque peu réconciliée avec son frère et qu'elle était prête à l'aider dans sa paternité. Il s'était tout bonnement décomposé. Néanmoins, même s'il n'était pas d'accord avec ce qu'elle faisait, elle savait qu'il comprenait. Certes, Jackson n'était pas l'être le plus parfait que la planète bleue eut portée, néanmoins il était la dernière famille qui lui restait. Elle n'aurait pas de descendance, ses parents étaient morts et, quoi qu'on en dise, elle avait de la chance d'avoir une nièce visiblement en bonne santé. C'était quelque chose sur laquelle elle ne voulait pas tirer un trait, surtout pas à cause de cette rancune qui s'était familièrement accrochée à ses os ces dernières années. Non, elle voulait connaître sa nièce, être là pour elle. Tout simplement.

Savannah tripota un instant sa bague de fiançailles. C'était un geste devenu machinal, particulièrement lorsque la nervosité s'insinuait sournoisement dans ses veines. Elle ne connaissait pas cette jeune femme, à vrai dire, elle n'avait aucune idée de sur qui elle allait tomber concrètement. Elle n'en avait eu le portrait dressé que par les soins de Jackson - et entre sa panique vis-à-vis de sa nouvelle paternité et son côté excessif, il se pourrait que la description de son frère ne soit que grossière. Du moins ... elle l'espérait, sincèrement. Après s'être grillée une cigarette contre sa moto, la jeune femme rejoignit le studio que lui avait indiqué Jackson dans un message texte. Elle resta hésitante l'espace d'un instant sur le seuil, puis prenant son courage à deux mains, elle toqua trois fois à la porte et patienta. Elle entendit des bruits de pas se diriger vers l'entrée, et lorsque le panneau fut ouvert, la gorge de Savannah se serra l'espace d'une seconde. « Oh hey .. Je suis Savannah, la soeur de Jacks. » La surprise sur le visage de la jeune femme la poussa à poursuivre. « Il m'avait dit de passer aujourd'hui ... attends, je suis au bon appart', non ? » s'enquit-elle en reculant d'un pas pour vérifier le numéro de l'habitation. Non, il n'y avait pas d'erreurs ... « Il n'est pas encore là, c'est ça ? » Pourtant, il n'était pas au Barking non plus ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.   Sam 2 Nov - 14:34

    L'hôpital, encore. Callie errait dans les couloirs, un peu perdu, un peu stone aussi. Elle n'avait rien prit, elle ne prenait plus rien depuis un moment même si l'envie était présente en permanence. Hagarde, exténuée, elle regardait le corps médical déambulé parmi les patients, les machines, les chambres. Une mixité effarante, une continué presque étouffante pour une étrangère. Finalement, Callie s'approcha d'une fontaine à eau et rempli un gobelet en plastique. Le liquide coula lentement dans sa gorge avant qu'elle ne le recrache. Elle n'avait plus goût à rien, elle mourrait d'envie d'une cigarette, mais ça aussi, ça lui donnait la nausée, même après avoir accouché. Elle n'avait pas mangé depuis combien de temps ? Son estomac devait être aussi vide que sa motivation ou ces émotions. Elle avait l'impression d'être un bloc de glace à la dérive, un cube minuscule et mortifiée sans but, sans utilité. En se regardant dans l'une des glaces de l'accueil, Callie constata son état amaigris. Ses joues étaient creusés, son teint blafard comme si la lumière du jour lui faisait défauts. « Mademoiselle Garcia ? ». Callie se retourna, tenta un pâle sourire avant de suivre l'aide-soignante jusqu'à la pièce qu'elle avait quittée un peu plus tôt. Le pédiatre venait de finir d'ausculter sa fille. Bien sûr, Callie c'était pointé seule au rendez-vous, n'ayant pas prévenu Jackson. De toute façon, s'il était venu, il lui aurait fait la gueule, aurait continué de l'engueuler pour ses choix, l'aurait dénigré face aux médecins et aurait à peine jeter un regard a leur fille. Alors Callie c'était rendu seule à cet examen pour la petite Ella. Un examen de routine, un examen pour voir si le développement de l'enfant était normal ou inquiétant. Callie avait d'abord crut que c'était pour la tester, elle, voir si elle était capable de s'occuper correctement d'un bébé. Chose où Jackson aurait été d'accord avec eux, la première fois qu'il donnait raison à un toubib. Beaucoup de mère préférait prendre un pédiatre en ville, un médecin installé dans un cabinet cosy en centre-ville, avec une salle d'attente agréable et accueillante. Mais Callie n'avait pas vraiment les moyens d'emmener sa fille dans ce genre d'endroit, une dépense trop couteuse pour son budget serré. Alors il valait mieux revenir ici, se faire soigner a moindre cout quitte à attendre des heures dans le hall avec vu sur les malades. « Ella vas bien. Elle a de bons réflexes et son poids est dans la norme. Par contre ... », commença t'il. Callie leva son regard fiévreux vers le médecin. Par contre quoi ? Elle ne supporterait pas l'idée que sa fille soit malade ou pire, qu'elle devienne comme elle plus tard. Soudain inquiète, elle fixa sa fille comme si se simple regard pouvait tout changer. « Par contre, je suis inquiet pour vous. Avez-vous quelqu'un pour vous aider ? Le premier nourrisson bouleverse totalement le quotidien et je sens que vous êtes épuisée. Dormez-vous bien la nuit ? », s'ensuivit d'autres questions, mais Callie perdit vite le fil. Ella n'avait rien, elle était en pleine forme, c'était tout ce qui comptait.

    De retour chez elle, Callie coucha directement la petite. Le docteur avait raison : elle était épuisée. La fatigue était devenue son pain quotidien. Elle ne ressentait plus grand-chose d'optimisme, elle semblait désabusée, éreintée, a bout de souffle. Pour se donner bonne conscience, elle envoya un texto à Jackson pour l'informer que LEUR fille se portait bien. Elle n'avait pas besoin de préciser qu'elle non parce qu'il le savait très bien et qu'il s'en foutait royalement. Après tout, si elle faisait une dépression ou une tentative de suicide, elle se retrouverait directement interné en HP et la garde de la petite lui serait retiré. Jackson avait tout à gagner là-dedans : plus de gosse à s'occuper et plus de copine bi-polaire sur le dos. Ce constat poussa Callie à sortir par le minuscule balcon et monté sur le toit. Elle avait laissé la fenêtre ouverte au cas où Ella se mettrait à pleurer. Une fois là-haut, elle sortie une cigarette de sa poche et l'alluma, crachant à plein poumon cette fumée toxique et libératrice. Pour peu, elle se serait mise à chanter, une de ces balades sinistres, triste à souhait, mais à la mélodie entrainante. Elle ne chantait plus depuis Ella. Son dernier concert remontait à plus de huit mois, juste avant qu'elle ne se rende compte qu'elle était enceinte. Cette sensation de liberté, cette foule qui vous fixe comme si vous pouviez lui apporter plus, tout ça, c'était sa vie d'avant. Callie n'était pas une grande chanteuse, elle ne remplissait pas les grandes salles de spectacles, n'avait pas d'agent et n'avait rien d'une diva. Mais elle réussissait à chanter avec son naturel, sa force et sa passion, à remplir les petits Pubs et certaines salles ouvertes. Elle gagnait un peu de sous, buvait beaucoup trop aussi. Mais c'était fini tout ça. Sa grossesse avait tout balayé : son corps d'autrefois, sa passion pour la musique, son art et le reste. Ce gros ventre l'avait handicapé dans sa vie de tous les jours, dans son quotidien et surtout dans sa relation avec Jackson. Le Monroe ne la voyait plus que comme une baleine, une hystérique, une névrosée, une dépressive. Ce bébé lui avait volé une partie de sa vie. Callie n'arrivait plus à dessiner ou à peindre et aucune mélodie ne résonnait plus à ses oreilles. Encore perdue dans ses pensées, elle n'entendit pas tout de suite qu'on frappait en dessous. Jackson ? Il n'y avait pas vraiment de risques, pourtant, elle redescendit et ouvrit la porte. Elle eut alors la surprise de tomber sur une jeune femme brune aux yeux foncé. C'était une belle femme, au charme certain et elle dégageait même une incroyable sensibilité. « Oh hey .. Je suis Savannah, la soeur de Jacks. » Callie ouvrit de grands yeux. Elle avait déjà entendu parlé d'elle, bien sûr, mais elle ne l'avait encore jamais vu. A y regarder de plus près, Savannah avait des traits communs avec son frère, même si son visage inspirait bien plus de gentillesse et de bienveillance que celle de son cadet. Que ce qu'elle foutait là ? Callie n'aimait pas vraiment les surprises et encore moins des gens qu'elle ne connaissait pas. Jackson c'était-t-il foutu dans la merde et sa soeur venait faire le messager ? « Il m'avait dit de passer aujourd'hui ... attends, je suis au bon appart', non ? » Il quoi ? Callie n'avait pas ouvert la porte en plein, elle se tenait encore en retrait, caché derrière la porte, pas encore décidé à ouvrir son chez-elle à une étrangère. « Oui, enfin si tu es bien la Savannah de Jackson. », dit-elle finalement. Callie était assez parano en fait et même si cette fille n'avait pas l'air d'une dangereuse criminelle, la faire entrer était encore en négociation dans la tête de la cubaine. « Il n'est pas encore là, c'est ça ? » Dans leur dos, des bruits firent résonner les murs : Ella commençait à émerger de son sommeil. Callie se mit à tripoter le loquet de porte nerveusement. « Non et il n'est pas censé passer aujourd'hui si tu veux tout savoir. » Elle n'avait pas dit ça méchamment, mais plutôt rapidement car ses pensées divergeaient déjà vers la petite. Ella se mit à pleurer et Callie jeta un regard derrière son épaule avant de reporter sur attention sur la jeune femme. « Heu ... vas y entre. » dit-elle sans attendre qu'elle s'exécute et en entrant rapidement. Elle s'approcha du berceau improvisé et prit la petite contre elle, cherchant à apaiser ses sanglots. « Désolé pour le désordre. », dit-elle sans voir la mexicaine. En vérité, le studio était impeccablement bien tenu, fidèle à la maniaquerie obsessionnelle de sa propriétaire. Mais il était minuscule, se composant d'une seule pièce. Bien que Callie ait agencé un petit espace pour la petite, le studio restait étroit et très petit pour accueillir deux occupantes à temps plein. Puis Callie se souvint que Savannah n'avait sans doute jamais vu la petite où alors de rare fois quand Jackson daignait la prendre quelques heures afin de permettre à Callie de dormir en paix. Elle se tourna alors vers elle, découvrant le visage rougie de la petite, sans pour autant la lâcher.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.   Dim 24 Nov - 13:16

Citation :
La jeune Monroe vrilla un regard à la fois bienveillant et intense vers son hôtesse. Elle ne la dévisageait pas d'un air particulier, non, elle remarquait simplement les cernes creusées sous ses yeux et à quel point elle avait l'air éreintée. Savannah devinait que s'occuper d'un enfant toute seule ne devait pas y être étranger - car elle doutait que Jacks ait été d'un soutien infaillible ces derniers temps. Voire jamais. On disait que les femmes n'étaient jamais plus belles que lors d'une grossesse - peut-être car leurs organismes se préparaient au travail épuisant que représentait l'éducation qui allait suivre, lorsqu'elles mettraient leur progéniture au monde. Savannah n'en savait pas grand-chose, et un léger pincement au coeur lui rappela qu'elle n'en saurait sans doute jamais rien. Elle n'en tint pas rigueur et se concentra sur le fait que Jackson n'était pas présent comme il le lui avait promis. D'un côté, c'était bien le style de son frère de se pointer en retard. Néanmoins, elle ne s'attendait pas spécialement à se faire poser un lapin. « Non et il n'est pas censé passer aujourd'hui si tu veux tout savoir. » Savannah haussa un sourcil dubitatif. Soit elle s'était trompée de jour, soit Jackson était un putain de poisson rouge. Bizarrement, elle ne pouvait opter que pour la seconde option ; elle se souvenait parfaitement que c'était aujourd'hui, car elle savait qu'Aidan gardait Julian. « Je vois, » répondit Savannah en passant une main distraite dans sa longue chevelure brune. Qu'allaient-elles faire alors ? Se dévisager pendant un quart d'heure sur le pas de la porte, jusqu'à ce que Savannah se décide à entrer ou à partir ? Elle ne savait même pas s'il était judicieux de rentrer sans Jackson. Elle ne connaissait pas Callie, ne savait pas comment elle fonctionnait pour le moment. Apprendre à connaître les gens n'était pourtant pas dérangeant à ses yeux. En tant que serveuse, on s'y fait dès les premières années de travail - on apprends à reconnaître des manies, des tics, des habitudes qui font que l'on connait rapidement la personne qui se trouve devant soi. Savannah elle, avait toujours eu un don pour lire les personnes comme des livres ouverts. Cependant, elle n'aurait su dire quoi, elle se sentait d'ores et déjà mal à l'aise. Soudainement, des pleurs s'élevèrent dans le dos de Callie et cette dernière s'effaça légèrement de l'entrebâillement de la porte pour jeter un oeil derrière elle. « Heu ... vas y entre. » l'invita-t-elle à entrer.
Savannah pénétra dans le studio. La première chose qu'elle remarqua fut à quel point c'était petit. La seconde fut à quel point tout semblait parfaitement trouvé une place quelque part - personnellement, elle n'était pas maniaque et se contentait parfois d'un rangement approximatif, comme n'importe quelle autre personne. Ce qui n'était pas le cas ici, néanmoins, ce n'était pas plus mal. « Désolé pour le désordre. » Savannah haussa un sourcil une nouvelle fois et un petit sourire flotta sur ses lèvres vermeilles. « Tu te fiches de moi, on dirait qu'une fée du logis est passée par là. » répliqua-t-elle, amusée. Tandis que Callie s'approchait de son enfant, Savannah demeura en retrait. Une légère impatience creusait son estomac. Elle n'avait jamais vu sa nièce et d'une certaine manière, c'était sans doute ça qui l'avait empêché de remettre cette visite à plus tard. Callie se tourna bientôt vers elle, la petite serrée contre elle et dès que Savannah posa ses yeux sur la petite, son coeur fondit littéralement. « Pequeña maravilla .. » murmura la jeune mexicaine, un air tendre inscrit sur ses traits. « Elle s'appelle Ella, c'est bien ça ? » s'enquit Savannah, qui ne parvenait plus à détacher son regard de la petite. « Je peux la tenir ? » demanda-t-elle en levant finalement les yeux vers la Garcia.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.   Dim 5 Jan - 16:18

    Foutu Jackson et ses conneries ! Callie ne supportait plus les frasques de son ... De son quoi au juste ? Parce que Callie avait beau réfléchir, elle ne trouvait aucun qualificatif à cet abrutis. Sur le papier, il était le père de son enfant, le géniteur de sa fille. Mais était-il autre chose ? Parce qu'il n'était pas son copain ou alors ils avaient tous deux une notion particulière de la vie de couple. Pour dire, ils ne vivaient pas ensemble. Jackson tenait à garder sa petite garçonnière, bien à son aise à continuer de recevoir ses poufs tandis que Callie pouponné sagement chez elle. Chez elle, un studio à peine assez grand pour l'accueillir elle et sa fille. Jackson et Callie n'avaient aucune relation de couple. Si beaucoup de jeunes parents étaient admiratifs devant leur progéniture, à se relayer pour les biberons, eux, se sentait tout juste concernés. D'abord, ils n'étaient en rien admiratif devant leur fille. Callie arrivait à la trouvé jolie et ne pas trop la détester au moment de la changer, mais Jackson, lui, luttait carrément pour ne pas la propulser à travers la pièce quand elle hurlait sans raison. Callie avait beau aimer Jackson, elle ne ressentait aucun élan de sa part qui la qualifierait comme autre chose que la mère de « sa » fille. Il avait assumé, elle supposait que c'était déjà énorme venant de sa part. Elle n'allait pas non plus espérer qu'il tombe amoureux ...

    Savannah était devant chez elle, résolument décidé à entrer. Callie en voulait à Jackson d'avoir encore conçu un plan diabolique pour la mettre en péril. Parce que Callie ne se sentait pas à l'aise en présence de la mexicaine. Tout d'abord, Savannah était la soeur de Jackson et c'était une raison suffisante pour se méfier, d'après elle. Elle ne la connaissait pas et même si Jackson lui vouait un culte sans limite, Callie ne pouvait que se méfier d'une femme si parfaite dans la vie du Monroe. Ensuite, Callie n'était pas très à l'aise avec les relations humaines. Elle aimait les gens et leur contact, mais se sentait vite dépassé. Elle n'arrivait pas toujours à gérer, s'empêtrer dans des situations complexes et devenait vite paniqué. Et Callie n'aimait pas les surprises. L'inattendu n'était pas très appréciable dans son quotidien rythmé par la prise de son traitement, son sevrage et les biberons de sa fille. Voir des inconnus pénétrer chez elle relevait presque du viol pour elle qui ne connaissait que trop bien cette sensation. Cette Savannah semblait pourtant amicale et bienveillante, mais Callie se sentait constamment en danger, non maître de la situation. Néanmoins, une fois qu'Ella se mit à hurler dans son berceau, Callie n'eut d'autre choix que baisser sa garde et la laissé entrer. « Tu te fiches de moi, on dirait qu'une fée du logis est passée par là. » Callie ne releva pas. Elle était beaucoup de chose, mais certainement pas une fée. Callie permis alors à son invitée de voir la petite. Celle-ci venait de se réveiller et son visage était rougie de larme et d'un réveil agité. La Monroe ne semblait pas gêné par cela car ses yeux s'agrandir subitement devant l'enfant. « Pequeña maravilla .. » Oui elle avait raison, Ella était une petite merveille. C'était agréable pour Callie d'entendre de nouveau de l'espagnol. Depuis son arrivée en Italie, bien des années plus tôt, Callie avait perdu l'occasion de parler sa langue maternelle. Cela la ramena à son pays de naissance, ces champs à perte de vue, ses rues agitées ... « Elle s'appelle Ella, c'est bien ça ? » Callie hocha la tête. « Parce que le second prénom de Jackson, c'est Elliot. » dit-elle sans se rendre compte qu'elle avait parlé à haute voix. Le savait-il ? Avait-il seulement posé la question ? Peu importé. Ella semblait plus réveillé à présent et frotta ses yeux comme pour mieux voir l'inconnue qui se tenait devant elle. Ella portait un body pastel qui mettait en valeur ses yeux et quand Callie fixait Savannah, elle ne pouvait nier un air de famille entre les deux femmes. « Je peux la tenir ? » Callie resserra son étreinte sur la petite. Instinctivement, elle n'osait pas la lâcher même si elle tombait de fatigue et qu'elle aurait put se reposer sur Savannah, ne serait-ce que quelques minutes. Elle se rappelait de Jackson qui lui avait parlé de sa soeur comme une vraie sainte et aussi de son mec qui s'avérait être un con fini, mais c'était une autre histoire. « Hum ... Alors passe bien ton bras comme ça et relève lui bien la tête ... Oui voilà comme ça. », dit-elle en guidant la Monroe tandis que celle-ci prenait contre elle l'enfant qui n'émit aucune protestation. Ella regarda sa tante et dut se sentir assez en sécurité puisqu'elle ne se mit pas à pleurer. « Je ne sais pas si Jacks te l'as dit, mais son second prénom, c'est Havanna. Je pensais que Jackson serait heureux que sa fille ait un prénom qui te ressemble. » Pourquoi est-ce qu'elle lui disait ça ? Elle devait sûrement en avoir rien à faire de toute façon. Callie avait voulu que sa fille porte un nom de chez elle, de La Havanne où elle avait grandit. Le troisième prénom était celui de sa mère, Callie ne pouvait l'envisager autrement. « Heu ... Je vais faire son biberon. » Savannah semblait trop absorbé par l'enfant pour la remarquer. Pourquoi n'avait-elle pas le même regard quand elle regardait sa fille ? En voyant Savannah ainsi en adoration devant Ella, Callie se sentit tout de suite coupable. Coupable de ne pas être une mère assez présente et aimante pour cette petite qui n'avait rien demandé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.   Ven 31 Jan - 20:50

Citation :
Savannah laissa la jeune maman lui indiquer comment tenir Ella, un petit sourire indulgent accrochant ses lèvres. La nervosité chez les mères étaient toujours palpable lorsqu'elles cédaient leur enfant à une étreinte inconnue, comme si elles confiaient un colis catégorisé 'extrêmement fragile' d'une valeur inestimable. Ceci, elle pouvait le comprendre aisément et sans doute qu'à sa place, elle aurait tout autant angoissée à l'idée de laisser quelqu'un tenir sa progéniture. Instinct de préservation inscrit dans les gènes tout bonnement.
Savannah se laissa donc guider par Callie, bien que ce fut presque naturellement qu'elle improvisa une posture parfaitement adaptée à sa petite nièce qui se cala, câlinement, dans ses bras. Elle n'aurait su dire comment, mais c'était purement intuitif – ses bras s'étaient refermés sur elle et la berçait doucement, maintenant sa tête comme si elle l'avait toujours fait. Ainsi, elle pouvait déposer un regard d'une profonde bienveillance sur 'sa pequeña maravilla' et celle-ci lui retournait cette petite étincelle malicieuse dont les enfants seuls ont le secret.
Pendant un long moment elle ne pu s'en détacher. Ses rétines suivaient chaque détail du visage d'Ella, caressant ses joues rondes, son nez légèrement aplatis comme le sont ceux des bébés. Elle ne tarda pas à trouver une certaine ressemblance avec son frère, bien qu'elle n'aurait nullement été capable de la situer. Était-ce dans la forme des yeux, le contour des lèvres, ses pommettes ? Non, elle n'aurait su dire. Tout ce qu'elle pouvait comprendre, c'était que c'était une pure beauté. Un peu mexicaine, un peu américaine, un peu cubaine … et cent pour cent géniale.
« Je ne sais pas si Jacks te l'as dit, mais son second prénom, c'est Havanna. Je pensais que Jackson serait heureux que sa fille ait un prénom qui te ressemble. »
Savannah haussa un sourcil surpris. Non, effectivement, elle n'était pas au courant des différents qualificatifs qui avaient été donnés à sa nièce, pour ainsi dire, elle n'avait appris son nom que récemment. C'était déjà suffisant à ses yeux, de loin.
« C'est très attentionné de ta part, merci ... » répondit-elle avec un sourire chaleureux.
En effet, elle était touchée. Elle savait que son frère avait toujours éprouvé un amour inconditionnel à son encontre – prétendre le contraire serait mentir. Même après toute ces années, c'était une chose qui n'avait pas failli. Pour le meilleur et pour le pire, bien évidemment.
Un silence s'installa soudainement, ce qui ne perturba pas la jeune Monroe. Cependant, alors qu'elle tenait Ella contre elle, elle perçut le malaise de Callie qui finit par s'éloigner en prétextant la préparation du biberon de sa fille. Savannah la regarda s'éloigner vers ce qui était vraisemblablement le coin cuisine. Elle n'allait pas la suivre, déjà qu'elle avait la sensation de s'imposer. Elle n'avait pu que remarquer l'inconfort de son hôtesse depuis qu'elle avait passé le pas de la porte, et cela lui laissait sous-entendre qu'elle n'était pas très ouverte aux relations humaines ou aux contacts en tout genre. Savannah ne comptait pas la brusquer davantage. Une petite main attrapa le bout de son nez, comme pour s'accaparer de nouveau son attention et Savannah déposa un long baiser sur la joue de sa nièce, avec un rire très spontané qui se répercuta contre celui du nourrisson. C'était la première fois depuis longtemps que Savannah riait avec tant d'aplomb. C'était rassérénant en quelque sorte. Un instant, elle se demandant quel genre de mère elle aurait pu être. Elle ne pu s'imaginer, ses pensées demeurèrent floues.
« Jacks m'a demandé de passer parce que je lui ai proposé de vous aider avec Ella. Si ça te convient, bien entendu. » dit-elle en élevant un peu le ton pour se faire entendre de la Garcia. «  On sait que Jackson n'est pas très .. enfin. Tu vois ce que je veux dire. J'ai offert d'aider car je ne veux pas qu'il se rate avec Ella. J'aurais vraiment aimé qu'il soit là pour qu'on en discute ensemble .. » Une mine légèrement ennuyée s'afficha sur le beau visage de la Monroe.  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.   Jeu 6 Fév - 13:42

    Callie n'était pourtant pas une bonne mère. Elle indiquait comment s'en occuper à Savannah alors qu'elle-même ignorait pratiquement tout de la maternité. Elle n'avait pas voulu de cette enfant, ce qui avait provoqué son aversion première pour sa grossesse. Ayant fait un déni de grossesse, garder l'enfant lui était obligatoire. Alors elle avait haït ce qu'elle avait à l'intérieur, cet ovni qui lui provoquait des migraines terribles et des kilos en trop. Elle avait vécu comme un enfer de porter quelque chose en son sein, de n'être plus maître de son corps, de subir le regard de dégoût de Jackson devant son corps arrondis. Elle avait détesté chaque moment où Ella était en elle, où elle donnait des coups, où elle lui faisait ressentir son erreur, leur erreur. Savannah l'ignorait peut-être, il n'avait pas été question que Callie garde le bébé. Pour une fois, Jackson et Calliope c'étaient mit d'accord sur une chose : l'adoption. Ce bébé devait disparaître de leur vie, devait terminer son existence dans une famille aimante qui l'aurait choyé et désiré. Devant l'air attendris de la Monroe, Callie se sentit plus que coupable d'avoir songé à un moment à ne pas garder la petite. Pourtant, en son fort intérieur, elle n'arrêtait pas de se dire qu'Ella serait plus heureuse sans elle, sans Jackson, sans cette vie minable qu'ils avaient à lui offrir. Alors, elle n'avait certainement aucun conseil à donner quant à l'éducation d'un enfant. Elle n'avait lut aucun article sur la maternité, n'avait assisté a aucun cours concernant les nouveau-nés, c'était comme si elle n'avait pas assimilé qu'elle était devenue mère.

    « C'est très attentionné de ta part, merci ... » Callie lui fit un léger sourire, gênée. Elle n'était pas très à l'aise avec les compliments. Il faut dire qu'elle en avait très peu reçu dans sa vie et quand cela se produisait, elle avait toujours l'impression qu'on se moquait d'elle. Néanmoins, Savannah avait plutôt un visage bienveillant, doux et rassurant, Callie n'y décelait aucune méchanceté. Concernant le prénom, Callie avait été seule pour le choisir. Durant ces quelques jours à la maternité, Jackson c'était montré aussi bavard et présent qu'un fantôme. Évidemment, puisqu'il avait comprit que Callie revenait sur son choix de faire adopter la petite et qu'elle désirait la garder. Alors Callie n'avait eu d'autre loisirs que d'être confronté à la gamine et choisir son prénom. Pour Ella, c'était l'évidence même. Ensuite, Callie n'avait aucune famille, du moins aucune famille présente dans le pays. Et même si ça avait été le cas, la famille Garcia était tellement traqué par police et mafia que sa fille serait devenue truand avant de savoir marcher. Alors, elle avait fouillé du côté de Jackson. Il était comme elle, il ne lui restait personne, hormis sa soeur, qu'il adorait plus que de raison. Savannah Monroe, où la femme parfaite. Et puis Callie avait tenu à ce que sa fille porte le prénom de sa grand-mère, Peneloppe, parce qu'elle manquait cruellement a Callie, surtout en ce moment.  « Jacks m'a demandé de passer parce que je lui ai proposé de vous aider avec Ella. Si ça te convient, bien entendu. » , entendit-elle alors qu'elle s'affairait en cuisine. Callie haussa un sourcil, surprise. Elle n'avait pas l'habitude qu'on se montre si prévenante avec elle. Pourtant, de l'aide, elle avait besoin. Elle avait toujours eu besoin. Si Mason ne l'avait pas aidé par le passé, elle serait certainement morte sous les coups de Drake. Si Scott ne l'avait pas aidé pendant son internement, elle aurait sûrement sauté d'un pont. Et de l'aide, actuellement, elle en avait plus que besoin. Elle s'occupait de sa fille, mais sa propre vie était en parenthèse. La tatoueuse, l'artiste, où était-elle ? Callie revint vers elles avec le biberon en main. « Et bien, on peut voir, oui. », dit-elle, sans paraître trop radicale. Parce que même si Callie rêvait d'un moment à elle, mais aussi, plus secrètement et vainement, d'un moment avec Jackson, elle n'arrivait pas demander qu'on l'aide. Et puis, de son entourage, peu de personne étaient disposé à s'occuper d'un bébé. «  On sait que Jackson n'est pas très .. enfin. Tu vois ce que je veux dire. J'ai offert d'aider car je ne veux pas qu'il se rate avec Ella. J'aurais vraiment aimé qu'il soit là pour qu'on en discute ensemble .. » Callie souria malgré elle. Oui, Jackson n'était pas beaucoup de choses. Il n'était pas paternel, ni aimant, ni attentionné et encore moins tout ça en même temps. Pour ce qui concernait Ella, Callie ne songeait pas qu'as lui pour foirer son éducation. Jackson était beaucoup de mauvaises choses, mais Callie était également une personne peu fréquentable. Durant des années, elle c'était drogué, avait trop but aussi. Elle avait eu des envies suicidaires et se passionnait pour des affaires étranges. « Jackson n'est jamais là, enfin pas quand tu l'attend en tout cas. », dit-elle. Elle proposa à Savannah de s'asseoir et lui tendis le biberon. La Monroe la remercia d'un sourire étincelant et Callie ne put s'empêcher de lui répondre aussi franchement. « Heu ... Il m'as dit que tu vivais sur Venice, c'est ça ? Et tu travailles avec lui, au Barking ? », demanda-t-elle, mais elle connaissait la réponse. Elle savait aussi qu'un autre gars y bossait et que Jackson le détestait autant qu'il aimait sa soeur. En vérité, Callie ne savait pas quoi dire. En plus d'être une jeune femme que Callie ne connaissait pas, elle était la soeur de Jackson. Bien sûr, elle l'avait déjà vu au Barking, du temps où elle y passait ses soirées. Mais en ce temps-là, Jackson n'était qu'un coup d'un soir -plusieurs- et aucun bébé n'avait tissé des liens entre eux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.   Dim 20 Avr - 16:21

Savannah devinait aisément que Callie n'était pas le genre de femme à demander de l'aide à autrui. Tout dans son comportement laissait supposer qu'elle s'était toujours débrouillée seule. Savannah n'aurait su dire ce qui trahissait cette indépendance chez la jeune femme, mais peut-être était-ce parce qu'entre têtes-dures, il était facile de se reconnaître.
« Jackson n'est jamais là, enfin pas quand tu l'attends en tout cas. » commenta Callie.
Savannah releva les yeux vers la jeune femme, avec une compassion qu'il ne fallait en nul cas confondre avec de la pitié. Elle savait seulement ce que pouvait signifier être proche d'un être comme Jackson – c'était se donner énormément et recevoir peu, voire rien du tout en retour. C'était désirer sa présence plus que tout et n'obtenir son attention qu'à quelques occasions, plusieurs heures lorsque la chance souriait. C'était l'attendre sans être jamais sûre de le voir repasser le palier un jour. – Elle ne pouvait pas parler en connaissance de cause bien évidemment. Lorsqu'ils étaient jeunes, Jackson partait souvent en vadrouille avec ses amis et souvent, Savannah avait eu peur de ne plus le voir rentrer. Seulement, il était toujours revenu et chacun de ses retours étaient scellés par une longue étreinte semblant vouloir dire « ne t'inquiète plus, je suis là, je vais bien, n'aies pas peur. » Il n'aurait pu la laisser seule avec leur père. Il ne l'avait jamais fait. Tout ce qu'elle pouvait constater, c'était que Callie n'était pas la première à supporter l'attitude de Jackson. Savannah n'aurait su dire seulement si elle serait la dernière.
« Il a toujours été comme ça, » répondit Savannah, comme si cette simple phrase pouvait expliquer le comportement de son frère. Comme s'il pouvait s'agir d'une excuse. Elle se surpris elle-même. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas cherché à excuser son aîné.
Savannah accepta le biberon que Callie venait de préparer pour Ella, un sourire éclatant s'élargissant peu à peu sur ses lèvres vermeilles. Elle sentait son myocarde se réchauffer doucement, tandis qu'elle prenait plaisir à s'occuper de sa petite nièce. Les deux pupilles enfantines fixèrent le bout de la tétine avec avidité, ce qui amusa grandement la Monroe qui ne tarda pas à céder à l'appétit du nourrisson. Elle était tellement adorable !
« Heu ... Il m'as dit que tu vivais sur Venice, c'est ça ? Et tu travailles avec lui, au Barking ? »
Savannah repoussa une mèche ébène derrière son oreille et assura un peu mieux sa posture pour qu'il lui soit plus aisé de parler à Callie en la regardant dans les yeux. Elle avait horreur de discuter avec quelqu'un en portant son attention ailleurs, elle avait l'impression d'être d'une impolitesse désabusée. Bien entendu ça lui arrivait, lorsqu'elle en avait réellement rien à carrer de ce qu'on lui racontait. En revanche, elle ne désirait pas que cette impression s'imprime dans l'esprit de Callie.
« Oui, j'ai emménagé dans une maison il y a quelques mois, avec mon fiancé. » répondit-elle en se demandant l'espace d'un instant ce qu'elle pouvait déjà savoir d'elle. Ou même d'Aidan. Il ne fallait pas omettre que Jackson avait en horreur le De Conti – elle n'aurait pas été surprise s'il avait confié des idioties à Callie au sujet de ce dernier. Ils se crachaient mutuellement dessus dès qu'ils en avaient l'occasion – ou quand elle avait le dos tourné, bien évidemment. Car dans son établissement, elle ne tolérait aucun conflit dans le personnel. Elle avait déjà eu suffisamment peur lorsque les deux avaient fini aux urgences après s'être battus à l'arrière du bar. Rien que d'y penser, son cœur se serrait affreusement. « Et oui, je l'ai engagé au bar. Je comptais lui donner du temps libre d'ailleurs, pour Ella. Il va seulement falloir que je m'assure qu'il s'en sert à bon escient, » ajouta-t-elle avec une légère moue.
En réalité, elle n'avait aucune idée de ce qu'il faisait de son temps lorsqu'il n'était pas au Barking à préparer des cocktails pour la clientèle. Elle s'était tellement habituée à ne pas s'intéresser à ses affaires, à s'en tenir éloignée, qu'elle n'avait même plus la prise de conscience de s'enquérir de ses petites habitudes. Peut-être parce qu'au fond d'elle, la Monroe redoutait certaines réponses. Elle n'aurait su dire.
« Il t'a peut-être déjà parlé d'Aidan, non ? » s'enquit-elle ensuite avec une légère curiosité. « Si j'en viens à m'occuper d'Ella à la maison, je n'ai aucune envie que tu aies une image fausse de mon fiancé. Et si effectivement Jackson t'en a parlé … Dieu, tu dois en être loin. » dit-elle avec un léger rire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.   Ven 9 Mai - 19:47

    Il existe des idylles qui fonctionnent à merveille. C'est d'ailleurs pourquoi on les nomme idylle, non ? Des histoires parfaites, des coups de foudre surprises, des amours qui s'étirent dans le temps. Il existe des couples qui durent, qui ne se laissent pas ronger par la routine, les embûches et se relèvent, toujours. Des histoires comme on en voit dans les films, avec les happy end caractéristiques des comédies américaines. Ce genre d'histoire n'arrive qu'aux autres, c'est dû moins ce qu'en avait conclu Callie. Parce que son « couple » à elle, ne ressemblait à aucun autre et dans le plus mauvais sens du terme. Parce que Jackson n'était en rien un compagnon parfait, ni aimant, ni attentif et encore moins présent. Qu'il n'était pas fidèle, peu aimable et tout le temps amer. Qu'elle n'était pas douce, bienveillante et sexy, qu'elle avait perdu le peu qu'elle possédait. Leur couple ne c'était pas formé durant le lycée, n'avait pas continué dans le temps avec un mariage et des enfants à la clé. Que leur rencontre n'avait rien de surprenante ou de romanesque, que le sexe avait été le principal ciment de leur « union » et que c'est le sexe, justement, qui les retenaient aujourd'hui sous le visage d'un nourrisson. Callie ne connaissait rien du couple de Savannah avec son Aidan et s'il elle en savait quelque chose, elle en serait mortellement jalouse. Jalouse de leur union parfaite, de l'amour sans faille qu'ils se portaient toujours malgré les multiples obstacles, de leur passion presque irréelle l'un pour l'autre. Oui, mieux valait qu'elle ignore la façon dont Aidan aimait Savannah, dont Savannah adorait Aidan, parce qu'elle serait anéantie, de se dire que Jackson ne l'aimerait probablement jamais de la sorte.

    « Il a toujours été comme ça, »  Callie s'en serait doutée et pourtant cela la chagrina légèrement. A bien y réfléchir, Callie ignorait pas mal de choses sur Jackson, en commençant par son enfance. Le jeune homme ne se confiait pas, c'était peu dire et surtout pas à elle. Avant qu'elle ne soit enceinte, ils ne partageaient rien sinon un lit et un rail de coke. Et même après tout ça, ils avaient surtout partagé des cris, des larmes et des réconciliations sur l'oreille, mais rien de secret. Callie en savait très peu sur sa famille, hormis qu'il vénérait sa soeur. Elle avait bien trouvé une photo de sa mère, une fois, mais le Monroe l'avait rageusement fourré dans un tiroir en lui interdisant de toucher à ses affaires. C'était là l'essentiel de ce qu'elle savait sur lui : un portrait de la femme qui l'avait mise au monde et une image de sainte de sa soeur. Cette pensée lui fit mal, sur le coup. Elle aimait un homme dont elle ignorait beaucoup, hormis l'essentiel, peut-être. Elle connaissait ses failles, ses blessures, sa passion destructrice pour les femmes, son addiction à l'alcool et à la violence. De son côté, Jackson ne l'avait jamais questionné, mais Callie n'était pas difficile à déchiffrer. Il ne lui avait pas fallut longtemps pour comprendre le passé difficile et violent qu'elle avait subit. « Oui, j'ai emménagé dans une maison il y a quelques mois, avec mon fiancé. » Callie hocha la tête. Elle savait tout ça, Jackson avait assez rabâché cet événement. Cependant, Callie l'enviait. Elle enviait Savannah, sa beauté, son assurance, son futur mariage, sa maison. Elle menait une vie qui lui donnait envie, une vie qu'elle n'aurait jamais. « Et oui, je l'ai engagé au bar. Je comptais lui donner du temps libre d'ailleurs, pour Ella. Il va seulement falloir que je m'assure qu'il s'en sert à bon escient, »  Callie fit une grimace, avant de s'asseoir près de Savannah, jetant un regard à Ella. La petite semblait à l'aise dans les bras de sa tante, le regard gourmand accroché à son biberon. « Je ne vais probablement pas reprendre le travail tout de suite, ça laisse du temps pour m'occuper d'elle. » Parce que Jackson n'arrêterait jamais de travailler pour s'occuper d'une fille qu'il n'avait pas voulue, Callie devait le faire. Comme à chaque fois, elle laissait les désirs de Jackson passer avant les siens. Et c'était vrai pour tout le reste. Callie n'avait pas remit les pieds au salon depuis des semaines. L'ambiance lui manquait, ses tableaux, ses dessins. Le H.B.Tatoo, c'était tout ce qu'elle possédait réellement, sa rare fierté. « Il t'a peut-être déjà parlé d'Aidan, non ? » , demanda la mexicaine. Callie joignit ses mains sur ses genoux, légèrement mal à l'aise. Pourtant, Savannah n'était en rien agressive ou inquisitrice. « Oui et pas vraiment en bien. », admit-elle. Jackson haïssait Aidan, c'était une évidence. « Si j'en viens à m'occuper d'Ella à la maison, je n'ai aucune envie que tu aies une image fausse de mon fiancé. Et si effectivement Jackson t'en a parlé … Dieu, tu dois en être loin. » Callie se tortilla sur le canapé. Elle n'avait pas vraiment songé à laisser Ella à Savannah, en tout cas pas comme ça. En vérité, elle ne c'était pas vraiment séparé de sa fille jusque là. Elle vivait ici, sortait peu et passait tout son temps libre avec Ella. « Ce que je sais, c'est que Jackson ne supporte pas ton fiancé, mais je le connais assez pour savoir que c'est parce qu'il n'avait jamais accepté que tu ais quelqu'un dans ta vie. Il t'aime énormément. » Et quelque part, c'était douloureux. Elle aurait tout donné pour ne recevoir que la moitié de l'affection qu'il portait à sa soeur. « Et je sais qu'ils étaient ensemble, en prison. » Que Savannah ne se rassure, Callie connaissait le passé carcéral de Jackson. Elle le fréquentait avant son incarcération et avait compté les semaines qu'il passait loin d'elle. Il n'avait fallu que peu de temps avant qu'ils ne se retrouvent à sa sortie de prison. Beaucoup de personne auraient probablement jugé Savannah. Elle avait un frère tolard, ainsi qu'un fiancé. Mais Callie ne pourrait jamais la juger, ni sur ça, ni sur autre chose. Dans sa vie, elle avait fait beaucoup d'erreurs, certaines de son plein gré, d'autre par la force des choses. « Ciara m'as également parlé d'Aidan. » Callie avait été surprise de savoir que le mari de Ciara n'était autre qu'Aidan, le mec que détestait Jackson par dessus tout. De son point de vu, elle ne voyait pas grand chose hormis une famille qui semblait avoir traversé pas mal d'épreuves. Le portrait d'Aidan n'était pas non plus très bon du point de vu d'Enzo. Elle en vint à se demander ce que Savannah savait sur elle, sur son passé de toxicomane, sur sa vie en général. Jackson lui avait-il parlé de ses crises de paranoïa ? Des coups qu'elle avait déjà porté sur lui ? Callie se sentit soudain mal à l'aise et se leva, fit quelques pas, sentit ses mains devenir moites. Elle n'avait pas prit son traitement, quelle conne elle faisait ! « Le mariage est prévu pour quand ? », demanda-t-elle, cherchant à calmer l'accélération de son pou.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Callie. ♫ If a condom is 98% safe, and he wears two, then you're 196% safe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» The world isn't safe for a girl like me. But maybe I'm not safe for the world, either. †
» CALLIE JACOB - It wasn’t my choice. It wasn’t my fault.
» Le préservatif : double protection contre les grossesses précoces et le Sida
» ❝La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure. ❞ CALLIE&DONOVAN
» tobias ≡ every step you take.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-