AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Sam 8 Fév - 22:27


« My first kiss went a little like this »

Harry Stone: Trois fois diplômé de l'université de Yale avec des diplôme en médecine, biologie moléculaire et physique appliquées, Harry Stone a bâti sa fortune en révolutionnant le monde hospitalier avec ses gadgets en tout genre. Il est connu pour son goût plus que prononcé pour les hommes, on dit que son palmarès s'élève a plus de 5000 conquêtes, enfin c'était jusqu'à ce que le Stone se range et se marie il y a un an de cela. Désormais divorcé et propriétaire d'un énième hôpital, il compte bien s'amuser...

Stefan McFire: Après avoir quitté le domicile familial et avoir fuit pour Los Angeles, Stefan s’est pleinement consacré à ses études et a rencontré la femme de sa vie avec laquelle il s’est naturellement marié. Gravissant les échelons, il se retrouve rapidement cadre de santé et mène une vie tranquille qu’il pimente tous les week-ends…

Nous somme en Septembre 2012 au lieu de Good Samaritan Hospital il fait un temps particulièrement beau, tout le monde a sorti les lunettes de soleil et Harry et Stefan se retrouvent le temps  que Stefan fasse visiter l'hôpital à son nouveau propriétaire, Harry Stone qui lui en profite pour se rincer l'oeil..
  






Défi personnel :

Réponses limitées à 600 mots pour les accros du pavés que nous sommes   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Sam 8 Fév - 22:57

Qui est dû genre à avoir des regrets? Certainement pas moi.

Pourtant je commence à regretter de ne pas être sorti de mon lit un peu plus tôt ce matin. Comme ça je ne ne serais pas coincé dans ce maudit embouteillage, littéralement en train de fondre sur le siège en cuir de ma Mercedes. Vous verrez, le temps est idéal à Los Angeles, vous vous habituerez vite... Bullshit. Je crois que je suis tombé sur la meilleure agent immobilière de la région, enfin, il faut que j'arrête de me plaindre, mon appartement est tout simplement sublime, du genre : "j'ai des sous et je vous emmerde, oui je vous emmerde tous". En plus, il n'est pas situé trop loin de l'hôpital et je ne risque pas de devoir faire face à la police à cause de voisins récalcitrants vu que l'immeuble m'appartient... Non mais je vous le dis, c'est le pied. La seule ombre au tableau dans tout ça c'est... Matthew. Mon ex. Qui est toujours à l'autre bout du pays je vous rassure, dans notre appartement sur Park Avenue à New York. Oh non pardon, son appartement. Et sa voiture accessoirement et cette pension alimentaire que je dois lui verser... Au nom de quoi? Bonne question? Pas comme si le petit Matt pouvait tomber enceinte et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé. Là encore je mens, à la fin on ne se touchait plus lui et moi... Pourquoi? Il me tapait tout simplement sur le système à me rabâcher qu'il voulait un gosse. Non mais vraiment. Harry Stone, avec un enfant... Je crois que c'est la plus belle blague de l'univers. Matthew voulait des enfants et pour faire comprendre le message, il avait décidé de serrer la ceinture et de me faire dormir sur le canapé, sauf que nous habitions New York. Autant dire que je n'avais qu'à sortir et à claquer les doigts pour avoir une dizaine de Matthew prêt à se mettre à genoux devant moi. Et ne croyez pas que je l'ai trompé avec un sourire aux lèvres... Je me suis vraiment senti coupable... La première fois. Mais depuis, j'ai tourné la page.

Ah enfin le feu est vert.

J'aimerais juste que Matthew oublie mon numéro de téléphone et qu'il ne m'appelle pas pour me réclamer plus d'argent... Est-ce que j'ai l'air d'une American Express? Non, je suis à Los Angeles depuis deux semaines et mon mot d'ordre est simple: oublier. Faire peau neuve. Me trouver quelqu'un d'autre, mignon si possible, lui rentrer dedans jusqu'à ce qu'il ne soit plus en mesure de marcher et encore moins penser et tout ira pour le mieux. Sur ces bonnes pensées et après avoir grillé un stop (je commence à perdre patience),  je finis par arriver à l'hôpital et à me garer sur la place qui m'est réservée. Pas le temps d'ouvrir la porte, je saute par dessus (vive les décapotables), et je lisse les pans de mon costume en passant les portes de l'hôpital.

Daddy's home.

Et, signe que cette journée n'était pas complètement perdue, mon regard se posa sur la personne que j'avais le plus envie de voir là tout de suite: Stefan McFire. Et son sourire d'ange. Et ses yeux bleu. ... Et ses fesses. Quoi? Oui lors de la première réunion avec tout les principaux chef de service j'ai passé la plupart de mon temps à lui lancer des clins d'oeil et le déshabiller son regard. But you know what? It was totally worth it.

"McFire... Je crois que vous m'aviez promis une petite visite de l'hôpital non...?"


Word count: 594
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Sam 8 Fév - 23:31

Le réveil de Stefan avait retentit à sept heures, et comme tous les matins, le trentenaire n’avait pas bronché. Il s’était sagement tourné vers sa femme pour embrasser son front avant de quitter les draps, se jetant sous une douche presque glacée pour se rafraichir les idées. Il regagnait ensuite la cuisine pour se faire couler un café bien serré, sa serviette autour de sa taille, avant de retourner dans sa chambre où il s’habillait enfin. Stefan effectuait les mêmes mouvements quotidiennement, tant et si bien qu’il ne vérifiait même plus ce qu’il faisait, agissant machinalement, presque comme un robot programmé pour travailler, rentrer, satisfaire sa femme et s’endormir paisiblement. Son compte en banque enflait mais il ne pouvait jamais y toucher, et quand parfois il osait enfin le faire, sa charmante épouse lui rappelait qu’ils essayaient d’avoir un enfant et que toutes ces économies serviraient un jour à payer ses études… Soit, Stefan chassait toutes ces idées de sa tête et se contentait d’être le parfait petit époux. Après tout, il n’était pas à plaindre alors, pourquoi faire semblant d’être triste ? Il souriait sans cesse, préférant garder son ennui pour lui et il tuait le temps à coup de trainées de poudre quand le week-end arrivait enfin et qu’il pouvait s’évader sans qu’on soit constamment sur son dos. Qu’on ne s’y méprenne pas, Stefan aimait sa femme, simplement il était lassé, fatigué alors qu’il venait tout juste de passer la trentaine. C’était triste au fond, et peut-être que dans une autre vie, il aurait fait en sorte de pouvoir faire la fête, quitte à y laisser quelques plumes ou se brûler les ailes.

Stefan n’avait même pas osé soupirer quand il avait démarrer sa voiture. C’était ainsi. Il n’avait pas davantage bronché quand il était arrivé à l’hôpital pour être assailli de questions dès qu’il eut posé un pied dans l’établissement. C’était ainsi. Il n’avait rien dit lorsqu’il avait saisi sa blouse blanche et qu’il était ressorti de son bureau en sachant pertinemment qu’il ne pourrait pas venir s’asseoir dans son fauteuil en cuir noir de la journée. C’était ainsi. Il n’avait même pas froncé les sourcils quand sa femme lui avait envoyé un premier message pour lui rappeler qu’il avait oublié son déjeuner sur la table de la cuisine, puis un deuxième pour lui dire qu’il aurait pu vider le lave-vaisselle avant de partir. C’était ainsi. Parfois il espérait qu’elle en envoie un troisième, quelque chose de mignon ou de drôle, une petite piqure de rappel pour qu’il se remémore leur complicité d’autrefois mais… C’était ainsi. La vie entière de Stefan était régie par ces trois mots. Il n’y en avait pas d’autres.

Alors quand le nouveau directeur de l’hôpital avait franchi les portes du bâtiment, quelques heures après son arrivée sur les lieux, Stefan ne montra aucun signe extérieur de lassitude, le masque toujours bien en place. Plus que quelques jours avant le week-end, il pourrait ensuite se libérer un peu l’esprit et tenir une semaine de plus. Peut-être que c’était effectivement cette pensée qui le fit sourire, ou bien était-ce tout simplement lui… Harry Stone. Non. Certainement pas. Il ne se fit pas prier plus longtemps néanmoins, poussant déjà l’une des portes battantes de l’entrée qui donnait sur le couloir principal de l’hôpital.

« Si monsieur Stone veut bien se donner la peine… »

Word count: 562
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Jeu 13 Fév - 1:35

Je suis généralement quelqu'un qui fonctionne à l'instinct. Comment est-ce que ça fonctionne ô cher Harry? Eh bien c'est très simple. Quand je vois quelque chose qui me plaît, j'y vais tout simplement. Et en général, y aller avec un beau sourire aux lèvres et une carte de crédit avec un compte en banque plutôt bien fourni aide ... Beaucoup. Et j'entends déjà certaines personnes râler, on ne peut pas acheter des gens Harry voyons, tu divagues, tu dis n'importe quoi... Pardon? Bien sûr que oui qu'on peut acheter des gens, tout dans ce bas monde à un prix, les voitures, les vêtements, les gens... Absolument tout. Que ce soit simplement de l'argent ou même une promesse ou quelque chose dans ce goût là... Tout peut s'acheter. C'est une très bonne théorie et c'est comme ça que j'ai vécu pendant plusieurs années... Jusqu'à Matthew qui m'a très légèrement fait comprendre que je devais me calmer pour que notre relation fonctionne. C'est ça le pire je crois. Devoir changer pour plaire à quelqu'un. Et on ne change pas un Stone, non, vous pouvez m'embellir, me faire porter un beau costume et me faire réciter un beau discours mais dans le fond je reste toujours le même: Harry fucking Stone. Quoi qu'il en soit, même Stefan McFire et son air blasé et ses yeux bleu devaient avoir un prix... Lequel? Bonne question, je ne pouvais tout simplement pas juste lui demander quel était le secret pour pouvoir se glisser entre ses jambes pas vrai? Ou même être à genoux devant lui, en matière de sexe je ne suis vraiment pas sélectif, je peux autant donner que recevoir. Tout n'est qu'une question de satisfaction. And no, I'm not talking like a slut.

Je le suivis donc avec un sourire carnassier sur les lèvres, sachant que la mission get the McFire était enclenchée. "Monsieur Stone carrément? Je pense que tu peux directement passer au Harry, sinon je vais vraiment finir par prendre de mauvaises habitudes..." J'annonçai simplement, avec toujours ce sourire sur les lèvres, sourire que certaine personne aurait pu trouver agaçant. "Pour ma part je vais me contenter de t'appeler Stefan et tant pis si ça te dérange... Je ne suis pas dû genre à changer d'avis facilement." Understatement. Mais ne vous y méprenez pas, je sais me vendre et ce n'est pas Stefan McFire ou même la bague qu'il a au doigt qui vont réussir à me déstabiliser. Oui une bague, évidemment que cet adorable blond est marié, le contraire m'aurait étonné. Est-ce que cela va m'arrêter? Absolument pas.... La visite de l'hôpital n'était qu'une excuse parmi tant d'autre et à dire vrai, j'avais plutôt hâte de me retrouver seul avec lui. "Alors Stefan dis moi... Tu travailles ici depuis longtemps ou pas? J'ai dû regarder tellement de dossiers et autre depuis que je suis arrivé ici que j'ai tendance à me mélanger les pinceaux."

Menteur, j'ai une mémoire très sélective, surtout que mon esprit a choisi de se rappeler les fesses de Stefan à ce moment précis de la réunion ou il a dû se pencher pour ramasser un stylo que je venais de faire tomber. Un geste pas du tout prémédité... Je le jure.

Word count: 534
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Dim 16 Fév - 12:40

Harry eut le don de faire sourire Stefan, le directeur de l’hôpital l’invitant directement à l’appeler par son prénom. Oui après tout, à quoi bon se cacher derrière certaines formules de politesse un peu trop pompeuse, Harry était sans doute celui dont Stefan aurait le plus besoin au sein de cet établissement, alors autant essayer d’être le plus à l’aise possible avec lui dès le départ. Il fallait bien qu’il se le mette dans la poche afin que toutes les chances soient de son côté le jour où il viendrait toquer à la porte du directeur pour réclamer une augmentation, quand sa charmante épouse serait enfin enceinte de leur premier enfant. Encore faudrait-il que Stefan puisse… Non, ce n’était certainement pas le moment ni l’endroit pour penser à tout cela. Il réglerait ses soucis plus tard, pour l’heure il était à l’hôpital, et il souriait franchement face aux répliques du Stone, laissant son quotidien à l’extérieur de ces grands murs blancs.

Stefan marchait sans vraiment expliquer à Harry où ils se dirigeaient en premier lieu. Il avait l’habitude de faire ce genre de visite puisque c’était lui qui était chargé de faire faire le tour de l’établissement à tous les petits nouveaux qu’ils engageaient, infirmiers, médecins, internes, ou même encore secrétaires, cuisiniers ou directeurs. Car il fallait bien avouer que Stefan avait eu le temps de voir défiler un certain nombre d’individus à la tête de cet hôpital, mais jamais encore le Good Samaritan n’avait trouvé la perle rare. Alors secrètement, Stefan espérait qu’Harry soit le bon. Ou peut-être qu’il ne s’attendait plus à rien après tout ce temps ? Non vraiment, le McFire croisait les doigts pour que ce soit lui, persuadé que le courant passerait très bien entre eux. Après tout, en plus d’une augmentation, il pourrait sans doute gagner un ami et il avait bien besoin de quelqu’un avec qui sortir de temps à autre, lui qui avait de plus en plus de mal à supporter les soirées entre couples que sa compagne lui imposait bien trop souvent à son goût.

Ils étaient arrivés au sous-sol lorsque Harry lui demanda depuis combien de temps il travaillait ici. Stefan haussa les épaules. Il n’avait jamais vraiment calculé. « Bonne question. Je crois que ça doit faire sept ou huit ans, quelque chose dans ce goût-là. Je ne pourrais pas dire avec certitude. » Ce n’était pas si long que ça au final, mais Stefan avait déjà la sensation d’avoir passé sa vie entière ici. Il réprimanda un soupire, ne voulant pas paraître lassé devant son supérieur. Il arborait donc le même sourire tandis qu’il s’arrêta au beau milieu d’un immense couloir désert. « Bon, commençons par le commencement. Ca m’étonnerait que vous… » Il s’arrêta un instant pour s’éclaircir la gorge, souriant au directeur, avant de se reprendre en inclinant la tête lentement vers Harry. « …Que tu traines beaucoup par ici, mais sait-on jamais. Au bout du couloir, il y a… » Stefan était gêné de commencer la visite par quelque chose d’aussi macabre. « …La morgue. » Il se tourna du côté opposé. « Par ici, il y a la buanderie, la laverie, la pharmacie, tous les stocks possibles et imaginables. » Il se rapprocha d’une porte dont l’ouverture était sécurisée et il se saisit de son badge pour pouvoir l’ouvrir, laissant passer Harry devant. « Là, ce sont les vestiaires du personnel. Spacieux pas vrai ? » À cet instant précis, Stefan avait soudainement des allures de femme au foyer particulièrement fière de faire visiter sa demeure. « Et si tu as la moindre question, surtout n’hésite pas à m’arrêter. »

Word count: 595
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Dim 16 Mar - 23:36

Huit ans, murmura une petite voix dans ma tête, tu travailles ici depuis huit ans Stefan. Oui, j'ai retenu ce genre de détails, mais qu'est-ce que je peux dire, j'ai une mémoire du genre photographique et je n'oublie pas un joli visage. Or even a good ass, but that's so besides the point. Sérieux, à croire que depuis que je suis célibataire légalement, je suis incapable de me contrôler. *Insérez coup d'oeil vers Stefan qui parle.* Hmm... Que personne ne m'accuse d'être le plus grand pervers de tous les temps c'est difficile de ne pas avoir envie de laisser traîner ses mains en voyant Stefan McFire. Mais je devais tout de même me concentrer un minimum sur ce qu'il me disait, ce genre d'information pouvait toujours m'être utile pour ... Pour le futur, mon futur dans l'hôpital et pour ne pas passer pour un demeuré complet et me perde. Ça pouvait être un bon début. ll commença par me montrer la direction de la morgue et un sourire se dessina automatiquement sur mes lèvres. "Tu commences par le plus charmant évidemment." Et l'oscar de la meilleure réplique est attribué à... Harry Stone évidemment, sinon ce n'est tout simplement pas marrant. Bref, se taire, arrêter de baver, et écouter Stefan.

J'arque un sourcil alors qu'il me montre les vestiaires. Il le fait exprès c'est ça? Je veux dire, j'essaye de faire des efforts, de me comporter comme un parfait gentleman mais il m'emmène directement dans les vestiaires... Est-ce que ça veut dire que j'ai le droit de le pousser contre un mur ou même une table et me mettre à genoux devant lui et me servir de ma langue pour autre chose qu'une conversation inutile? I bet he looks hot when he comes. Je le dépassai, mes pensées ô combien impures en tête, rentrant dans les vestiaires, Stefan près de la porte. "La moindre question hmmm?" Est-ce que je viens de me passer la langue sur les lèvres? Peut être. Peut être pas. Peut être que je n'ai absolument aucun self control et que ce que je m'apprête à faire ce qui pourrait passer pour du harcèlement sexuel mais tant pis... J'ai vraiment envie d'embêter Stefan et de danser sur la limite de l'indécence et du correct ... Juste parce que je le peux. Je jette un rapide coup d'oeil aux vestiaires, je ne mettrai probablement pas les pieds ici avant de sortir de la pièce, Stefan se tenant toujours dans l'embrasure de la porte. Je m'arrêtai alors à sa hauteur à une distance beaucoup trop petite pour être acceptable. Je lui offris un sourire avant de demander.

"Est-ce que tu fais quelque chose pour le déjeuner? Ou même ce soir pour le dîner?" Alors que je posais la question, mes mains semblèrent agir de leur propre accord et elles trouvèrent habilement les hanches de ce Stefan, le poussa légèrement et véritablement contre la porte. "Je ne connais personne en ville et si j'avais en plus quelqu'un pour me faire visiter L.A ce serait vraiment... " Je venais encore de me rapprocher et je n'hésitai pas une seule seconde avant de faire courir mon nez sur son cou, humant son parfum et retenant par la même occasion un grognement, avant de remonter vers son oreille.

"Parfait."

Je lâchai enfin, un sourire mutin sur le visage.

Word count : 554
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Dim 23 Mar - 16:20

Stefan s’attendait naturellement à tout, sauf à ça. Si on lui avait dit un jour que son directeur le prendrait par les hanches pour venir le pousser contre la porte, non seulement il n’y aurait pas cru mais il aurait rit à gorge déployée. Ça ne lui ressemblait tout simplement pas, ce n’était vraiment pas son genre. Il aimait les femmes et plus particulièrement celle avec qui il habitait et dont il partageait la vie depuis des années. Bien sûr qu’il y avait parfois quelques discordances entre eux, mais cela fonctionnait ainsi dans tous les couples, pas vrai ? Ils ne pouvaient pas être parfaits sur tous les plans, sinon quel intérêt ? Alors malgré tout ceci, Stefan aimait les femmes, c’était indéniable et personne ne pourrait revenir là-dessus. Évidemment, au lycée, il s’était un peu laissé aller mais ce n’était arrivé qu’une seule fois dans les vestiaires après un cours de sport, et franchement, il fallait voir la tête du blond qui lui tournait autour depuis un moment… Il n’avait pas pu résister très longtemps et le garçon en question pouvait faire tourner la tête du mec le plus hétéro de la planète sans aucun problème. Alors en dehors de cela, de ce baiser échangé rapidement avec un de ses camarades, Stefan n’avait jamais eu l’occasion de prouver qu’il ressentait un quelconque désir pour les personnes du même sexe.

« Je… » Est-ce qu’il faisait quelque chose pour le déjeuner ? Très bonne question. Il fallait qu’il y réfléchisse sérieusement et qu’il se concentre sur la question. A priori sa femme serait au travail elle aussi donc il pouvait passer un peu de temps avec Harry à l’heure du… Oh wait. Non, la question n’était pas là. En fait, Stefan se concentrait sur le seul problème qui n’en était pas un. Il était resté immobile contre cette porte et il n’avait absolument pas bronché quand Harry était venu se loger dans son cou pour respirer son parfum. Une bonne chose qu’il n’ait pas encore oublié de se parfumer le matin même… Crap, not the point Stefan. So not the point. Stefan déglutit pour tenter de retrouver ses esprits. « Je… euh, en vérité je suis… » Il brandit sa main gauche devant lui pour la placer directement entre Harry et lui. « Je suis marié. » Alors pourquoi exactement ne pouvait-il plus se concentrer sur autre chose que sur les mains d’Harry qu’il trouvait parfaitement à leur place sur ses hanches ? Damn. « Je suis marié à une femme, qui plus est. », dit-il après s’être à nouveau éclaircit la gorge. « Je ne suis pas… euh… je ne suis pas… » Il fuyait soigneusement le regard d’Harry. « …Pas gay du tout. »

Il posa ensuite sa main bien à plat sur le torse de son supérieur pour le repousser tout doucement et pour qu’il puisse enfin se décoller de cette porte, mais il le poussa tellement lentement que c’était à se demander si Stefan ne voulait pas plutôt qu’il reste contre lui encore un peu, juste assez longtemps pour tenter de comprendre exactement pourquoi il se sentait aussi… Non, Harry Stone n’était ni beau ni séduisant. « On ferait mieux de continuer la... euh... La visite… » Stefan ne se rendait visiblement pas compte qu’il n’avait pas du tout répondu à la question de son supérieur.

Word count: 559
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Dim 6 Avr - 0:08

Tout le monde a un type. Que ce soit pour les chaussures, les films, les livres ou même... en matière de relation humaine. Et je dois dire que j'ai un léger faible pour les "non je suis hétéro et j'aime les filles et le football" parce que ce sont toujours ceux-là qui font le plus de bruit au lit. Oh comment je le sais? Tout simplement parce que je n'en suis pas à mon premier coup d'essai. Et j'étais bien, très bien contre Stefan qui sentait affreusement bon et qui avait des lèvres qui allaient probablement me hanter pendant un petit moment. L'embrasser là tout de suite semblait être une bonne idée pour lui montrer tout ce qu'il ratait, enfin je ne pouvais pas être objectif du tout et encore moins quand il m'agitait sa bague sous le nez. Cela eut le don de me faire sourire mais je ne bougeai pas pour autant, toujours trop proche du blond. Et puis mes mains sur ses hanches, ça n'avait pas l'air de vraiment le déranger. Je me demande vraiment quelle serait sa réaction si je venais à le soulever là tout de suite pour le plaquer contre un des casiers des vestiaires lui montrer à quel point sa femme ne sait pas le satisfaire mais que moi je sais... oh oui je sais, pas la peine d'ouvrir les paris, j'aime me dire que si je décide de me mettre à genoux devant lui, il ne tiendra pas plus de trois minutes. Cinq grand maximum. Mais définitivement pas sept minutes.

"Nobody said anything about being gay okay? I was just talking about lunch or maybe dinner." Je répliquai le plus naturellement du monde, mon sourire toujours bien en place et je ne bronchai pas quand Stefan me... "repoussa". Hmm... Est-ce qu'il était véritablement en train d'essayer? Bonne question, j'en doutais largement. Mon sourire s'agrandit encore plus et, jouant véritablement avec ses nerfs, je me rapprochai une nouvelle fois, mes mains sur ses hanches bougeant légèrement, mes doigts caressant la peau par dessus toutes ses couches de vêtements et pourtant, j'étais certain que Stefan pouvait tout de même sentir où mes mains se trouvaient.

"Come on, just tell your wife you have this new boss that you need to please so you can get a promotion." Est-ce que j'étais le diable? Probablement, mais j'avais toujours ce que je voulais et ce que je voulais tout de suite c'était Stefan McFire, de préférence avec son pantalon baissé jusqu'aux chevilles et pressé contre mon bureau en train de me supplier de faire quelque chose et de le toucher. Oh I bet he would look very nice like that.

"Just one meal Stefan that's all I ask.... Come on... Please?" Un nouveau sourire et j'osai en faire un peu trop, mes doigts étaient à présent les boutons de sa blouse et je jouai négligemment avec, les boutons, les défaisant un à un. "We can go anywhere you want and do anything you want... I'm not picky, I just want to spend some time with someone nice and maybe you'll see how nice I am too." Je me mordis la lèvre inférieure à présent que la blouse de Stefan était complètement ouverte... Et maintenant quoi? Je continue de le déshabiller pour qu'il soit complètement nu que je puisse le lécher de la tête aux pieds? Hmm... It sounds like a good plan.

Word count: 565
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Dim 13 Avr - 13:49

Stefan s’était soudainement arrêté de respirer. Il retenait son souffle, observant Harry, regardant ses lèvres bouger tandis qu’il lui parlait, mais Stefan ne parvenait plus à faire quoi que ce soit. Il ne comprenait plus vraiment s’il était hypnotisé ou si tout simplement il était affreusement choqué par le comportement de son supérieur qu’il pouvait clairement poursuivre pour harcèlement sexuel dès qu’il se serait enfin libéré de ses mains qui se trouvaient… À nouveau sur ses hanches, oui. Stefan pouvait faire comme il l’entendait, nier, essayer de se convaincre qu’il était outré et que c’était la raison pour laquelle il n’était plus capable de se mouvoir, mais en vérité, il ne réalisait pas que c’était autre chose qui le clouait littéralement sur place et qui l’empêchait de s’échapper. Peut-être était-ce la peur de se faire surprendre qui le mettait dans tous ses états et qui l’empêchait de penser clairement ? Non, inutile de se leurrer davantage. Stefan ne pouvait pas continuer de se voiler la face alors que la preuve était bien là, qu’il pouvait sentir que le désir s’emparait de lui contre son grès.

Les doigts de Harry ne l’aidaient pas le moins du monde, et son regard était bien trop charmeur pour que Stefan ait envie de le quitter des yeux. Il avait tellement perdu l’habitude qu’on le désire à ce point qu’il en était totalement déstabilisé. C’était bien trop agréable, et quand Harry commençât ensuite à déboutonner sa blouse, Stefan retrouva aussitôt l’usage de ses poumons, baissant les yeux vers les doigts de l’autre homme qui semblait s’affairer à la tache avec une lenteur déconcertante. Sans même s’en rendre compte, la respiration de Stefan se faisait alors plus forte et plus profonde, sa bouche entrouverte ne l’aidant pas à dissimuler l’intérêt qu’il avait maintenant pour le directeur de l’hôpital. Un intérêt particulier qui lui laissait de moins en moins de place dans son pantalon. Stefan releva la tête au moment où Harry se mordait la lèvre, tandis qu’il essayait encore vainement de garder le contrôle. Juste un repas, le directeur ne voulait obtenir que cela, pas vrai ? Une fois que Stefan aurait accepté, alors il serait enfin débarrassé et il pourrait oublier la manière un peu trop entreprenante de Harry pour obtenir son accord. Après tout, peut-être était-il comme cela avec tous ses employés ? Oui voilà, ce devait être ça. Stefan ne pouvait pas subitement être désiré par qui que ce soit quand même sa femme ne lui prêtait pas franchement attention.

Se raclant la gorge pour essayer de se redonner contenance, Stefan déglutit avec toute la peine du monde et il dut s’y reprendre à deux fois avant de réussir à parler clairement. « Let me just… call my wife. » Stefan glissa une main timide dans la poche de son jean avant de saisir son téléphone pour composer rapidement le numéro de son épouse et venir coller l’objet à son oreille. « … Hey honey, it’s me. Yeah, something came up at work, I won’t be coming home for lunch. » Peut-être que si elle ne l’avait pas soudainement réprimandé, Stefan n’aurait pas posé son regard sur Harry qui se trouvait toujours face à lui, à une distance bien trop proche pour qu’il reste insensible. « I won’t be home for dinner as well so don’t wait up… Sorry honey, it’s the new boss he’s kind of… » Hot ? Et après s’être confondu en excuse, il raccrocha enfin. « You got what you wanted. Happy now ? », dit-il en époussetant distraitement sa blouse, convaincu qu’Harry allait le laisser repartir.

Word count: 591
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Dim 11 Mai - 21:29

Le problème quand on a tout, c’est qu’on veut toujours plus. Enfin, selon certains, c’est un problème, pour moi c’est juste une option et maintenant que je me trouve aussi proche de Stefan, je ne peux m’empêcher de me demander: quelles sont ses limites? Est-ce qu’il me laisserait faire si je décidai de le retourner contre le mur là tout de suite, juste parce que je suis son patron? Stefan n’est peut être pas gay mais à mon avis, il possède ce genre de vice, je veux dire, il aurait pu s'offusquer, me repousser même mais non, il a hésité, oui, il a hésité et c'est tout ce qu'il me faut pour savoir qu'il y a une petite partie de lui qui est bien content de se retrouver plaqué contre ce mur tout près de moi. Pas de doute, on va bien s'entendre lui et moi. Et, je considérai sérieusement m'attaquer à sa chemise pour déposer des baiser sur son torse et peut être même le voir rougir (chose que j'adorerais voir soit dit en passant), quand il dégaina son téléphone portable, pour appeler sa femme. Mes yeux ne le quittèrent pas alors qu'il fournissait une explication à sa femme, je poussai même ma chance un peu plus loin, passant mon nez dans son cou et regardant sa pomme d'Adam se soulever à chacune de ses inspirations. Non mais sérieusement, je ne peux pas croire que je suis le premier homme qui est tenté le coup avec Stefan McFire, c'est tout simplement impossible. Quand enfin il raccrocha, j'avais un sourire vorace sur le visage.

« Not quite yet… But let’s worry about that later. » Je répondis aussitôt avant de m'écarter de quelques centimètres, mes mains trouvant de nouveau leur place sur les hanches de Stefan. Je le caressai par dessus ses vêtements pendant encore quelques secondes, m'imaginant faire ça dans une tout autre situation. Oh comme j'adorerais ramener ce cher Stefan dans la chambre d'hôtel que j'occupe jusqu'à me trouver un appartement décent. Mais pour le moment, une de mes mains dériva vers ses fesses y donnant une légère tape, pour l'encourager à reprendre ses esprits. « Come on, let’s go have some lunch, I trust you to pick a very good place. » Je le forçai à se décoller du mur, me dirigeant de nouveau vers les portes de l'ascenseur, non pas que cela m'enchante de rester à la morgue pendant des heures mais voilà.

« Otherwise I might have to spank you…A little harder this time. Or not I’m kidding. » Je ponctuai ma phrase par un léger sourire avant de presser le bouton de l'ascenseur, la question c'était: est-ce que j'étais sérieux? Oh oui, bien sûr que oui, j'étais toujours sérieux dans ce genre de cas. Et quand enfin les portes de l'ascenseur s'ouvrirent je n'hésitai pas à guider, oui guider, Stefan à l'intérieur, une de mes mains toujours bien en place dans le bas de son dos. Une fois de nouveau seul dans ce si petit espace, je poussai un soupir, jouant avec le col de sa chemise. « So what does Stefan McFire like? Tell me everything, I want to know. »

Word count: 528
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Lun 7 Juil - 19:06

Pourquoi est-ce que Stefan avait la sensation que les mains du directeur de l’hôpital étaient tout à fait à leur place sur ses hanches ? Il n’en savait rien, il ne voulait pas se poser la question et encore moins tenter d’y répondre. Le cadre sentait simplement ses entrailles se retourner de la façon la plus étrange et la plus agréable qui soit en même temps, et cela lui semblait suffisant pour pouvoir tirer quelques conclusions. Faisait-il partie de cette catégorie de personnes qui découvraient leur sexualité à un âge bien trop avancé de leur vie pour véritablement pouvoir en profiter ? Il fallait tout de même se rendre à l’évidence, un divorce n’était pas de tout repos et il impliquerait également de très larges dépenses que Stefan ne pouvait pas se permettre. Et puis il aimait sa femme, pas vrai ? Différemment sans doute, et peut-être qu’il ne lisait plus l’admiration et le désir dans son regard mais après tout, il ne pouvait pas la laisser tomber sous prétexte qu’on lui avait fait des avances et qu’il avait eu l’impression d’exister pendant dix secondes. Mais les mains d’Harry n’aidaient pas Stefan à y voir plus clair, et déglutissant avec difficulté, il fixait les lèvres de son supérieur avec l’irrésistible envie de les sentir se poser sur les siennes.

Gratifiant Stefan d’une tape légère sur son postérieur, Harry extirpa ainsi le trentenaire de ses songes. Enfin, pas tout à fait… Se déplaçant de manière presque mécanique, comme un robot ou plutôt un pantin, les yeux écarquillés comme s’il venait seulement de voir la huitième merveille du monde, Stefan était encore un peu absent, perdu quelque part entre les mains d’Harry et le souffle de ce dernier qu’il pouvait encore sentir dans son cou, tant et si bien que le cadre n’écoutait maintenant plus les paroles de son supérieur, encore trop concentré sur ce qui venait juste de se produire. Ce n’était sans doute pas plus mal quand on connaissait suffisamment le caractère de Stefan pour savoir que recevoir la fessée de la part d’un autre homme ne l’aurait guère enchanté plus que ça, pour ne pas dire que cela aurait pu le faire fuir. Non, le blondinet était plutôt du genre… Classique ? Peut-être même ennuyeux. Peut-être était-ce justement cela qui avait fini par dégouter sa femme ? Peut-être que la monotonie et la routine avait fini par avoir raison du désir de sa bien aimée ? Peut-être même qu’elle aussi avait trouvé un directeur à son goût et qu’elle ne gardait Stefan sous la main que pour essayer de tomber enceinte…

Mais il n’était plus le moment de songer à tout ceci, surtout pas quand Harry était déjà en train de guider Stefan à l’intérieur de l’ascenseur, la main du supérieur dans le bas du dos de son employé. Quand les portes furent enfin refermées derrière eux, Stefan observa à nouveau les lèvres de l’autre homme qui jouait maintenant avec le col de sa chemise, soupirant profondément. « I like… Well… » Que pouvait-il dire ? Sunsets ? Non, trop niais, trop fleur bleue… Guitars ? Who fucking cares… Cocaïne ? Comment se faire virer en deux leçons. Or maybe he meant for lunch ? Comme si cela avait une véritable importance. Stefan s’éclaircit la gorge, toujours un peu impressionné. « Pretty much anything really, I’m not difficult. » Voilà la parfaite réponse qui ne risquerait pas de mettre Stefan dans l’embarras ; tout dire et rien dire à la fois pour repousser au maximum le moment où le Stone se rendrait compte à quel point le blond était inutile.

Word count: 594
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   Mar 12 Aoû - 11:24

J’aurais pu être dû arrêter de toucher Stefan. Ou peut être ne pas me tenir aussi près de lui. Je veux dire…

Il y a forcément un bon système de surveillance dans cet hôpital, auquel cas je veux qu’on me rende mon argent, ce qui veut dire qu’il y a des caméras dans ce tout petit espace restreint et… Pourquoi est-ce que ça m’enchante autant? Je ne sais pas, c’est mal pas vrai? Mais se savoir observé, ça peut avoir ses avantages comme ses inconvénients et je me demande quelle serait la réaction de Stefan si je prenais enfin ma décision et que je me décidai enfin à l’embrasser vraiment, sans aucune retenue… Non, ce que je voulais souligner dans tout ça, c’est que si le Stefan décidait de porter plainte pour harcèlement, il aurait de très bon arguments pour le faire. Mais je veux dire, sure thing I’m an asshole, but I know a limit when I see one. And Stefan here? I see absolutely no limit. Cette pensée en tête je me rapprochai encore plus de lui, me mettant devant lui, mes mains de part et d’autre de sa tête, contre l’un des murs de l’ascenseur. Stefan McFire, je suis plus que déterminé  à te percer à jour et ce… dans tous les sens du terme.  

« Now you’re lying Stefan… There is no way in hell you like pretty much anything. Because if that’s the case, one of us is going to end without his pants, his dick being sucked… Hint: it’s not me. » Est-ce que je commence à dépasser les limites de l’indécence? Sûrement, peu importe, je m’en fiche, je m’écartai enfin de Stefan, seulement pour lui tirer le bras tandis que les portes de l’ascenseur venaient enfin de s’ouvrir. Je ne perdais absolument pas de temps pour le guider vers la sortie, mon assistance entra dans ma vision périphérique et je savais déjà le petit discours qu’elle allait me donner. Mais si, j’avais le temps, si j’avais le temps pour m’imaginer en train de lécher Stefan de la tête au pied, cela voulait dire que j’avais le temps pour le faire. Et si ce n’était pas le cas, j’allais trouver le temps de le faire, le plus rapidement possible.  « Cancel all my appointments for the rest of the day. » Je lançai ça le plus négligemment du monde à Jane avant de franchir les portes battantes, toujours en tenant Stefan. Hop, les clés de voiture dans ma poche, j’ouvre ma Mercedes, rouge et pas d’une autre couleur, à distance, avant de lancer un sourire à Stefan. « New car? You like? Oh sorry I forgot, you pretty much like anything… Come on McFire, get in. » Il n’avait pas vraiment le choix, pour ma part je préférai sauter par dessus la portière côté conducteur pour monter dans mon véhicule. Merci les décapotables tout de même. Ne manquant pas à tous mes devoirs, je m’en voudrais en plus de tout cela, j’ouvre la porte côté conducteur avant de jeter un regard plus qu’appréciateur à Stefan.

Le message était plus que clair, s’il montait dans cette voiture, sa petite vie tranquille risquerait d’être chamboulé… But come on, having a cock inside of you is not that big of a deal…
I’m kidding of course.

Word count : 545
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Harry + Stefan - My first kiss went a little like this...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Harry Vederchi [Pouffy]
» Harry Potter Et La Coupe De Feu
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Le survivant, alias Harry Trouble
» Harry Potter ( l'Elu )
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-