AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❥ your love is my love - feat. Leah Clarke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: ❥ your love is my love - feat. Leah Clarke   Ven 24 Fév - 22:21


I HOPE YOU WANT TO STAY FOR A LONG TIME BECAUSE MY HEART REALLY LIKES YOU « When you meet the right person you know it. You can’t stop thinking about them. They’re your best friend and your soulmate. You can’t wait to spend the rest of your life with them. No one and nothing else can compare.»
MikeLeah

Affalé sur un siège du grand auditoire de l’université dans lequel se déroulait un cours de droit international, Mike observait d’un regard morne le professeur sortir un discours sans fin et mal structuré avec son fort accent italien ou peut-être romain. Cela faisait depuis le début de l’année que l’Ashbury n’était pas capable de trancher avec son voisin en faisant preuve malgré lui de son intérêt quelque peu moindre pour le cours. En même temps, il était difficile de rester croché deux heures à un cours où le speech ne semblait posséder aucun point avec une personne ne maîtrisant pas parfaitement la langue de Shakespeare. Rappelé à l’ordre depuis un moment, l’étudiant bohème anglais tenta de se remettre dans le bain en quittant une page de lieux à louer affichée sur internet. Fiancé, cela lui arrivait de faire ‘pour rire’ un faux budget de mariage, comme si sa famille ne pouvait pas répondre au moindre fantasme de sa Leah. Au contraire, si la future mme Ashbury devait négocier la moindre chose, Mike le verrait comme une attaque personnelle parentale. Néanmoins, trop satisfait de voir la mauvaise herbe enfin coupée correctement, les parents Ashbury avaient déjà sous-entendu qu’ils mettraient l’argent nécessaire dans l’avenir de leur fils. Sans même connaître Leah, ils la tenaient en haute estime, la voyant comme une personne leur permettant de réaliser leur but. Un simple outil en somme, certes agréable, mais qu’un moyen. Et cela agaçait Mike, mais pas assez pour qu’il envoie ses parents se faire voir ailleurs avec leur argent. Vu son grand train de vie qu’il vivait depuis sa naissance, il voyait cette perte monétaire comme une corde à mettre à son cou pour se pendre.
Les yeux posés sur la projection du cours au mur, Mike se remit dans le bain de la loi qu’ils étaient entrain d’apprendre au milieu d’un exemple et fièrement, le professeur se redressa, décrétant que ce conflit international était résolu par un simple principe qu’il projeta. Et en effet, un paragraphe apparut sur la face immaculée du mur. En allemand. L’expression quelque peu dérangée de l’Ashbury se changea en incompréhension quand le professeur lut parfaitement son allemand avant de passer à la loi suivante, dans un tout autre exemple. Die, siffla mentalement Mike qui n’avait aucune connaissance en la langue germanique à part quelques gros mots. En bref, son vocabulaire ne lui était d’aucune utilité et se tournant vers son voisin, il comprit que ce dernier avait le même souci. De même pour toute la colonne et même la rangée. Mais à part un petit brouhaha mécontent résonnant dans l’immense auditoire en bruit de fond, aucune voix ne s’éleva et l’Ashbury ne se sentait pas assez impliqué pour demander quoique ce soit. Oui, il réussirait ses études et soit reviendrait en sale petit chiot désespérant au cabinet anglais parental, soit il ouvrirait une branche dans le coin. Rien de très excitant en bref et d’assez motivant pour demander des explications. De plus, il avait déjà acheté des notes pour répondre à ce problème. Alors laissant les étudiants sérieux mais étouffés par leur pull, Mike vérifia son horaire et décréta que la conférence organisée par son professeur suivant le cours ne serait d’aucune utilité. Surtout qu’à voir le nom allemand de l’intervenant, il y avait fort à parier que la séance ne soit comprise que par Goethe. Et comme ce n’était pas le nom de l’Anglais, il préféra se préparer mentalement à ranger ses affaires avant de sauter dans sa voiture pour retrouver Leah et la sortir l’amener manger en ville. Ils étaient encore en âge de sortir et ce, par surprise (a).
Une fois le point final survenu du cours, Mike se débrouilla pour être un des premiers à s’élancer hors de la salle afin d’éviter de se retrouver coincé et de louper ainsi Leah. Il ne manquerait plus qu’elle parte à sa pause repas sans lui. Mais il avait foi en sa aston martin coupé avec la pédale d’accélération facile pour arriver à l’heure et il put démontrer qu’il avait raison en elle en arrivant 5 minutes avant la fin du service de Leah. Cela lui laissa ainsi parfaitement le temps de parquer sa voiture devant l’entrée et d’en sortir pour attendre sa fiancée. Bien que l’Ashbury semblait s’être repris en mains, il continuait à n’en avoir que faire des règles de bonne conduite ou des règles tout court, surtout dans le domaine routier- il avait les moyens pour payer les amendes.
Appuyé contre le mur de l’hôpital à côté de la porte coulissante, Mike vérifia l’heure du soir et attendit sagement que Leah daigne montrer sa chevelure d’or, ce qu’elle finit par faire. Souriant, l’anglais se glissa derrière l’infirmière en ayant terminé avec l’hôpital ce soir et l’attrapa par la taille :
« Montez dans la voiture tranquillement mademoiselle Clarke et aucun mal ne vous sera fait ! Par contre, oubliez le repas en solo devant la télé pour ce soir, lança-t-il en appuyant bien sur son accent anglais avant de l’embrasser dans le cou et la prendre à la taille pour l’amener jusqu’à sa voiture. Il ne la lâcha que pour lui ouvrir la portière de l’aston et lui fit signe de monter, Tu ne le regretteras pas, promis, sourit-il.»
Une fois sa Leah en voiture, Mike se glissa derrière son volant et se croyant pendant quelques brèves secondes champion de course, il fit un magnifique démarrage rapide fluide mais il se souvient qu’il était fiancé également. Alors il adapta sa vitesse à la route jusqu’à Venice où malgré son amour de rouler, il dut parquer sa voiture, l’endroit étant interdit à tout ce qui avait du carburant. C’était un méchant mauvais point pour l’Ashbury mais il reconnaissait la tranquillité et la beauté romantique du coin. Il la contempla d’ailleurs d’un rapide coup d’oeil avant d’arrêter le moteur et de se tourner vers Leah :
« Alors pour ce soir, je propose de se constituer un repas à l’aide de divers traiteurs et d’aller sur la plage pour un pique-nique ? dit-il avec un sourire en jetant un regard derrière lui aux différentes bâtisses de l’autre côté de la route, Et de finir avec une idée de traiteur pour le mariage ? Ma soeur m’a fait comprendre dans son dernier mail que ma mère se sentait hautement concernée par cette information. Probablement qu’elle s’inquiète déjà pour sa taille. C’est tout ce qu’il lui reste après tout ... enfin bref, finit-il en marmonnant car il n’appréciait pas ses parents mais devait se plier à leurs volontés. Argent oblige.»
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: ❥ your love is my love - feat. Leah Clarke   Lun 5 Mar - 0:53







Cette journée était éreintante. Leah avait l’impression de courir de chambre en chambre, de passer sa journée debout à arpenter les couloirs aseptisés du Good Samaritan Hospital. Mais elle ne se plaignait pas, demain elle serait de repos, et n’aurait pas besoin de mettre son réveil matin à cinq heures. Elle pourrait paresser un peu plus longtemps à côté de Mike, ce qui était une façon bien meilleure de commencer la journée. Elle était heureuse. Vraiment. Jusqu’à sa rencontre avec ce bel anglais, elle avait connu des relations sérieuses, mais à chaque fois, il y avait eu ce grain de sable qui avait bloqué toute la mécanique, et avait tout fichu par terre. Avec lui c’était différent, elle ressentait cet équilibre qui lui avait manqué auparavant. Mais elle avait tout de même en tête que tout ceci était fragile. Elle traitait leur relation avec minutie, et délicatesse, peut-être parce qu’elle craignait de la voir se briser, et en même temps… En même temps, il n’y avait aucune raison. Elle arborait cette mine radieuse parce qu’elle ne voyait aucune ombre planer au-dessus de sa tête, au-dessus de leur couple. Mike lui donnait ce sentiment incroyablement grisant de liberté et de légèreté, comme si elle avait un million de possibilités qui s’offraient à elle, et qu’elle pouvait les appréhender avec un sourire confiant, voire même un rire insouciant. N’empêche que cette journée était particulièrement longue. Entre le patient qui n’avait rien trouver de mieux que de lui vomir dessus, et cette affreuse fille, Muse, qui lui en avait fait voir de toutes les couleurs, elle avait hâte que la journée se termine. La bonne nouvelle de la journée était tout de même que la jeune femme sortait enfin, ce qui était un véritable soulagement. Capricieuse à souhait, Muse en avait fait baver à tout le service, et Leah était ravie qu’elle soit enfin guérie, pour ne plus avoir à la recroiser. En fin de journée, elle regarda la pendule accrochée dans la salle des infirmières. Presque l’heure… « J’en connais une qui a hâte de rentrer chez elle ! » la taquina Abby, une infirmière d’une trentaine d’années, qui travaillait dans le même service qu’elle. « Je ne vois pas pourquoi tu dis ça ! » répondit Leah, un sourire en coin qui en disait long sur sa mauvaise foi. « Vraiment ?! Parce que moi, je vois un bel anglais, à croquer… » répondit son interlocutrice avec malice. [color=darkorchid]« D’ailleurs, si un jour tu te lasses de lui… » ajouta-t-elle pour la taquiner. « Ca ne risque pas d’arriver, je suis à deux doigts de l’enfermer à double tours chez nous, pour ne pas me le faire piquer par les filles à papa de ses cours de droit ! » répliqua-t-elle pour plaisanter. Leah n’était pas de nature particulièrement jalouse, à faire des scènes pour un rien. Elle avait confiance en lui… Mais elle n’aimait pas particulièrement voir une fille lui tourner autour.

A la fin de sa garde, la jeune infirmière se dirigea vers les vestiaires où elle se débarrassa de son uniforme, s’enferma dans une cabine de douche pendant quelques minutes, avant de réenfiler ses vêtements normaux, à savoir un jean et un tee-shirt bleue marine. Elle mit sa veste par-dessus, ses ballerines aux pieds, son sac sur l’épaule et quitta avec plaisir le lieu de son travail. Elle avait envie d’un thé, d’un bain moussant, d’un bouquin, de n’importe quoi pouvant la détendre. Elle était en train de se déterminer un programme pour la soirée, en sortant de l’hôpital, lorsqu’elle sentit des bras entourer sa taille. Léger sursaut de frayeur, avant d’entendre cette voix qui lui était si familière. « Montez dans la voiture tranquillement mademoiselle Clarke et aucun mal ne vous sera fait ! Par contre, oubliez le repas en solo devant la télé pour ce soir » Son accent. Ce n’était pourtant pas grand-chose, mais elle trouvait son accent anglais tellement plus sexy que l’américain, qu’elle était charmée à chaque fois. Elle sourit un peu plus en sentant ses lèvres déposer un baiser contre son cou. De côté, elle porta sa main jusqu’à sa joue, pour la caresser. Il desserra son étreinte pour lui ouvrir la portière de son Aston Martin. « Tu ne le regretteras pas, promis » Elle se retourna vers lui pour l’embrasser tendrement, ne perdant pas le sourire qui animait ses lèvres, pour autant. « Laisse moi réfléchir… Une énième diffusion des « Experts », toi… Le choix mérite réflexion ! » plaisanta-t-elle, laissant échapper un rire qui illumina ses yeux chocolat. Elle déposa un autre baiser sur ses lèvres, avant d’accepter de monter dans la voiture. Une fois installée sur le siège passager, elle attacha sa ceinture… Bonne idée car son fiancé se la jouait pilote avec un démarrage tout en rapidité. Cela dit, ça ne la dérangeait pas, il avait une conduite agréable, et sa voiture n’était pas faite pour rouler doucement, même si rapidement, il dû respecter les limitations de vitesse.

Il l’emmena dans un coin que Leah affectionnait beaucoup, Venice. Le quartier était calme et très joli avec tous ces canaux qui prenaient place entre les maisons. C’était reposant de se retrouver aussi alors que le reste de Los Angeles transpirait la frénésie. « Alors pour ce soir, je propose de se constituer un repas à l’aide de divers traiteurs et d’aller sur la plage pour un pique-nique ? » Il ne pouvait pas être plus romantique... Si ?! « Je pense que je serais élue pire fiancée du monde si je refusais une telle proposition ! » répondit-elle avec un sourire espiègle. « Et de finir avec une idée de traiteur pour le mariage ? Ma soeur m’a fait comprendre dans son dernier mail que ma mère se sentait hautement concernée par cette information. Probablement qu’elle s’inquiète déjà pour sa taille. C’est tout ce qu’il lui reste après tout ... enfin bref » On ne pouvait pas dire que Mike avait d’excellents rapports avec ses parents, ce qui faisait de la peine à Leah… Elle venait d’une famille tellement unie, où ses parents ainsi que ses sœurs étaient d’un tel soutien… Ca lui faisait de la peine de voir que les parents de Mike lui imposait des choses plutôt que de véritablement le soutenir dans ses choix et ses projets. « On fera tout ce qui est autre pouvoir pour que ta mère rentre dans sa robe le lendemain du mariage ! » répondit-elle avec un sourire en coin. Elle sortit de la voiture, puis s’accrocha au bras de son fiancé. « Tu sauves ma journée », avoua-t-elle dans un soupir en laissant reposer sa tête contre son épaule. « On avait écopé de la pire patiente du monde, mais elle est enfin sortie… Je te jure que j’ai faillis déboucher le champagne ! » expliqua-t-elle, un brin sarcastique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: ❥ your love is my love - feat. Leah Clarke   Mar 20 Mar - 22:03


I HOPE YOU WANT TO STAY FOR A LONG TIME BECAUSE MY HEART REALLY LIKES YOU « When you meet the right person you know it. You can’t stop thinking about them. They’re your best friend and your soulmate. You can’t wait to spend the rest of your life with them. No one and nothing else can compare.»
MikeLeah

Loves does that, it changes us. Auparavant, au grand jamais l’Ashbury aurait pu prendre sérieusement une phrase issue d’une série télévisée vu déjà l’importance qu’il portait à des grands écrits. Les proverbes, les mots sur la destinée et autres lui semblaient profondément inutiles ou simplement le fruit de personnes ayant réussi à mettre de la main sur un peu d’opium, ou alors cela provenait d’hommes qui usaient de leur langue pour séduire la gente féminine avant de pouvoir la fourrer dans la bouche de ces dernières ou autre part. Réellement, Mike n’était pas un abonné au romantique ou seulement par jeu pour convaincre une belle femme qu’il était celui qu’elle attendait avant de la laisser se briser au petit matin quand elle se réveillait dans un lit froid. Néanmoins, comme c’était dit dans une célèbre pub pour les lunettes, ça, c’était avant (autant user de citations jusqu’au bout!), car aujourd’hui en effet, Mike avait changé et ce par amour. Cela avait été aussi simple que ça. Ce qu’il avait longuement qualifié de connerie par faute de la non-existence de princesses bloquées dans des donjons, l’avait transformé à en déboîter la mâchoire du paternel. Même l’aîné Ashbury avait fait part d’une intention de voyage américain pour voir le miracle de ses propres yeux, persuadé que ce changement n’était qu’un énième mensonge. Mais c’était Leah. Un petit prénom pour une grande femme pouvant faire croire en Jésus d’un battement de cil. Après tout, elle avait changé l’inchangeable, dompté le sauvage. Evidement, il était difficile de nier que la possibilité de perte monétaire n’avait eu aucun impact mais la future mrs Ashbury avait rendu la réalité agréable au teneur du nom dernier. Et déjà rien que pour ça, il fallait que Mike passe un anneau au doigt de Leah. Cela semblait certes être la raison fondamentale de ce mariage mais en réalité, c’en était une parmi d’autres. Joyeusement piégé par l’amour avec soulagement, Mike aimait tout en l’infirmière. Même ses mauvais côtés étaient adorables. Il fallait dire que la charmante bouille de Leah avait tendance à rattraper n’importe quelle faute et ça, c’était une arme terrible dont Mike avait conscience. Ou du moins hors problème. Il aimait penser qu’il portait la culotte même si Leah voulait faire la loi, il lui suffisait de montrer son petit minois pour faire céder l’Anglais. Actuellement, il travaillait sur cette faiblesse pour ne pas tout céder à la jeune femme. Et son excuse de non-avancement était que ses études lui prenaient beaucoup de temps même si elles ne dominaient pas toujours sa vie. Aujourd’hui par exemple, Mike les avait aisément envoyé balader pour aller chercher sa fiancée à l’hôpital au volant de son bolide puant la fierté dont il en tirait. Il l’aimait presque autant que Leah. A cette pensée, l’Anglais se demanda si jurer fidélité impliquait de ne pas tromper sa femme avec une voiture. C’était une chose à méditer sans la Clarke car il était certain que son avis à elle serait tranché et pire, qu’elle commence à se méfier à en trouver la force à troquer les vieilles voitures pour les dernières bmw. Mike sourit à cette pensée en songeant que Leah n’était pas le genre à lui pourrir la vie en réalité, mais que ce n’était pas une raison pour lui faire miroiter une voiture comme maîtresse. Et peut-être car en cas de choix, c’était elle qui gagnerait évidement.
Arrivé sur son lieu de crime fictif, l’Ashbury put se féliciter de son timing car il n’eut pas à attendre longuement Leah ou sa future femme avait la capacité à ne pas le faire attendre - au choix. Mais piètre acteur et peu fidèle à sa performance, Mike se laissa aller à un élan d’affection avec un baiser auquel répondit Leah par une caresse qui le fit sourire. Ce n’était pas demain qu’il gagnerait un oscar mais tant pis. Mike mena Leah vers la voiture en lui promettant aucun remords et sourit avant même que la jeune femme l’embrasse tendrement. Celui qui n’allait surtout pas regretter, c’était lui. Et c’était dans ces moments qu’il était en parfait accord avec le fait que l’amour change ou si ce n’était pas l’amour, c’était du moins des baisers dans ce style qui transformait un être.
« Laisse-moi réfléchir... Une énième diffusion des Experts, toi ... Le choix mérite réflexion, plaisanta Leah.»
En réponse et plus fort que les mots, Mike esquissa une moue de chiot tout seul dans un carton sous une petite pluie battante en attente d’un amour qui allait peut-être lui être refusé. Oui, c’était tout un art que d’afficher cette expression et elle faisait la fierté de l’Ashbury. Mais par mesurer de dignité, seule Leah la subissait. Néanmoins si elle se faisait quémander un peu plus, Mike utiliserait les moyens physiques pour la convaincre (a). Pour un futur avocat, il avait peu recours à la parole étrangement. Leah le devança néanmoins avec un nouveau baiser qui amena l’Anglais à se féliciter de son initiative et il ferma la porte sur sa fiancée désormais assise dans la voiture.

Une fois arrivé à Venice, un endroit où la voiture n’était acceptée que sur une certaine distance réglée par des vitesses - heureusement que c’était beau car autant dire que ce genre de choses n’étaient pas d’un bon goût anglais ou mikien - l’Ashbury exposa son plan à Leah en souriant. Lui qui avait en horreur l’idée de l’engagement auparavant se retrouvait à être une fleur bleue souriante à l’idée de se marier et trépignant presque d’impatience en imaginant la robe de Leah, et peut-être plus à l’idée de ce qu’elle vêtirait pour la nuit de noce. Un homme reste un homme.
« Je pense que je serais élue pire fiancée du monde si je refusais une telle proposition !
- N’exagérons rien, répondit un Mike tout sympathique avant de prendre un air mesquin, Tu serais simplement prédestinée à un mauvais mariage. J’ai appris de ma soeur la manière pour exprimer un mécontentement sur le long terme et faire passer ça pour de la malchance. Ce jour-là, j’ai compris que les femmes étaient plus douées que les hommes pour s’exprimer, rit-il, Mais je suis sûr que ça porte malheur de refuser ce genre de proposition. »
Il fallait dire que dans l’idée, un homme allait droit au but alors que la femme cherchait où cela pourrait éventuellement faire mal. A nouveau, en parfait futur avocat, l’Ashbury savait user le contournement pour arriver à ses fins. C’était plus simple que d’user de véritables arguments qui ne gagnaient que rarement en Justice, une institution à laquelle il croyait d’ailleurs très peu. Personne ne se mouillait. Néanmoins, il finirait avec un beau costume et il fallait qu’il s’y fasse. Thank you, daddy&mummy ! Mais merci à Leah qui donnait du sens à cette carrière. Il pourrait subvenir à ces besoins grâce à son titre. Parlant parents, Mike confia une demande maternelle à sa belle blonde non sans mauvaise foi. Sincèrement, il pensait que ça ne ferait pas de mal à sa mère de prendre un beau de poids. Peut-être que ça la rendrait moins sèche et moins effacée.
« On fera tout ce qui est en notre pouvoir pour que ta mère rentre dans sa robe le lendemain du mariage !
- Toi, tu sais comment faire pour éviter le traditionnel conflit entre la mère et la belle-fille, rit-il en réponse.»
L’histoire voulait que peu de filles s’entendent avec leur belle-mère et dame Ashbury ne manquait que peu à cette règle vu l’enfer que subissait chaque potentielle amie d’Henry. En même temps, il n’y avait que dans ces moments-là qu’elle pouvait réellement s’imposer. Pauvre femme. Mike fut sorti de ses pensées par le bras de Leah et il sourit en décollant son regard de ses yeux chocolat pour trouver une première destination.
« Tu sauves ma journée. On avait écopé de la pire patiente du monde, mais elle est enfin sortie... Je te jure que j’ai failli déboucher le champagne !
- On peut encore le déboucher ce soir, taquina Mike avant de retirer son bras de la main de Leah pour la caresser dans le dos, sa main finissant sur l’épaule de la jeune femme, Laisse-moi imaginer la patiente ... une vieille acariâtre qui n’a jamais connu l’amour et plus partagé ses draps depuis bien longtemps, sans famille, à demander un surplus d’attention en geignant le plus possible ? Le tout en étant assis sur un tas d’or lui faisant mal aux fesses et qu’elle protège avidement ? demanda-t-il avec une étincelle joueuse dans les yeux, L’incarnation d’un dragon vieux de plusieurs siècles ! En tout cas, elle doit être un joli cas pour que même toi tu en aies marre. Moi qui étais persuadé que personne ne te résistait ... j’ai du faire de mon cas une généralité, se moqua-t-il gentiment. Mais il fallait admettre que Leah avait un bon potentiel pour atteindre les gens car le changer, lui, ça relevait du miracle car il avait perdu espoir d’évoluer à une époque, se destinant à une vie de fugueur riche.»

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: ❥ your love is my love - feat. Leah Clarke   Sam 24 Mar - 20:11






Leah attendait avec grande impatience de pouvoir rentrer chez elle pour se détendre. Sa journée à l’hôpital avait été chargée et éreintante, et elle ne voulait qu’une chose : se détendre dans un bain moussant. Un verre de vin, un livre, des bougies… Puis passer la soirée avec Mike s’il était libéré de ses cours et du travail personnel qu’il devait fournir. Elle adorait son métier, vraiment. Après le lycée, elle s’était sentie attirée par l’univers de la santé, et avait commencé des études de médecine. Elle s’en tirait plutôt bien, certes, le travail était intense, mais elle avait passé ses années sans trop de difficultés, jusqu’à la fin de la troisième. Une grosse peine de cœur, après une relation de deux ans, l’avait brisé. A ce moment là, elle n’avait plus eu aucune motivation pour ce qu’elle faisait, trop plongée dans sa tristesse, et dans sa certitude qu’elle retrouverait Nathan. Elle l’avait rencontré en première année, lorsqu’elle faisait un stage dans un hôpital de Boston, où il faisait son internat. Elle avait déjà eu d’autres copains, dont un sérieux au lycée, mais Nathan… Nathan, c’était son premier grand amour. Ils avaient passé deux années merveilleuses ensembles. C’était sans aucun doute d’une grande naïveté de la part de Leah, mais elle avait vraiment pensé qu’elle finirait sa vie avec lui. Vous savez, parfois les choses semblent tellement évidentes que l’on n’imagine pas une seule seconde qu’elles pourraient changer. C’est ce qui s’était produit… Nathan s’était vu offrir un poste de médecin à Chicago, et de rompre avec Leah par la même occasion, persuadé qu’ils ne tiendraient pas la route d’une relation à distance. Dire qu’elle avait été dévastée était un euphémisme, tant elle ne s’attendait pas une seule seconde à ça. Elle avait loupé ses examens de fin d’année, et s’était trouvée déterminer à retrouver Nathan à Chicago. Dans son esprit, c’était tellement évident, ils ne pouvaient pas se séparer comme ça… Alors elle l’avait rejoint, sans le prévenir. Inutile de préciser qu’elle était tombée de haut lorsqu’elle avait vu qu’il avait tourné la page sans aucun mal, et qu’il voyait quelqu’un d’autre. La suite… Elle s’était trouvée démunie. Elle avait laissé tomber l’université de Boston, et se retrouvait loin de sa famille, dans une ville qu’elle ne connaissait pas. Pourtant, elle avait choisi de rester à Chicago. Elle avait passé quelques jours dans un café où elle avait longuement discuté avec un serveur, Justin, qui faisait des études pour devenir infirmier. Avouez que c’est amusant, elle avait quitté la médecine pour un homme, et devenait infirmière grâce à un autre. Aujourd’hui, elle adorait son métier, et s’y rendait rarement à reculons, mais… Mais elle avait besoin de sa vie personnelle pour se ressourcer. Tout était une question d’équilibre… Et cet équilibre-là, elle le trouvait avec Mike. En sortant de l’hôpital, elle eût d’ailleurs une belle surprise de la part de son fiancé qui l’attendait dehors, et lui proposait une soirée romantique. Oh, il n’avait même pas besoin de lui faire un regard de chiot malheureux pour qu’elle accepte, mais… Elle ne put se retenir de le taquiner en lui disant qu’elle hésitait tout de même entre cette soirée, et la perspective d’une énième rediffusion des « Experts ». Mais entre Horatio, ce roux inexpressif, et son anglais bourré de charme, le choix était vite fait, et elle s’installa sur le siège passager de sa voiture.

C’était une belle surprise, et elle se laissa guider jusqu’à Venice avec plaisir. Elle adorait ce quartier ! C’était un havre de paix au milieu de la frénésie qui régnait à Los Angeles. Il n’y avait pas de voiture, puisque la majeure partie du quartier était piéton, pas de grands immeubles… Il y avait des tas de petites boutiques de vêtements, de musique. Ajoutez à cela la beauté des lieux, avec tous les canaux qui sillonnaient les allées résidentielles. Non, vraiment, il avait fait un très bon choix pour cette soirée ! Et il lui proposait un pique-nique sur la plage… Est-ce qu’elle avait le fiancé parfait ?! Parfait pour elle, sans aucun doute ! Evidemment, elle n’allait pas rechigner à cette proposition, sinon elle passerait sans doute pour la pire fiancée du monde. « N’exagérons rien. Tu serais simplement prédestinée à un mauvais mariage. J’ai appris de ma soeur la manière pour exprimer un mécontentement sur le long terme et faire passer ça pour de la malchance. Ce jour-là, j’ai compris que les femmes étaient plus douées que les hommes pour s’exprimer. Mais je suis sûr que ça porte malheur de refuser ce genre de proposition. » Elle essaya de se retenir de sourire, et plissa les yeux, d’un air faussement sérieux. « Je trouve que ta sœur t’as appris un peu de trop de choses ! » le taquina-t-elle, avant de laisser ce sourire s’épanouir sur ses lèvres. Mike proposait d’essayer divers traiteurs afin d’en choisir un pour le mariage, ce qui était une très bonne idée ! Autant joindre l’utile à l’agréable. La préparation d’un mariage était forcément stressante. Leah avait à cœur que ce jour leur ressemble, soit à leur image, et qu’ils s’en souviennent pour le restant de leurs jours. Dans le même temps, elle avait envie que ce soit inoubliable pour tout le monde, que chaque invité passe un bon moment… Alors il fallait trouve l’équilibre idéal entre se faire plaisir, et faire plaisir aux autres. Mais pour le moment, elle trouvait qu’ils s’en tiraient bien. Ils arrivaient à se compléter et à éviter les disputes pour des bêtises du genre la couleur des serviettes de table. Ce qu’elle craignait le plus, c’est qu’il y ait de l’animosité entre sa famille et celle de Mike. Elle savait qu’il ne s’entendait pas particulièrement bien avec ses parents qui pouvaient se montrer assez rigides. Pour le moment, le calme se maintenant, et elle espérait vivement qu’il en serait de même jusqu’au jour de la cérémonie. Enfin, pour le moment, si la mère de Mike ne s’inquiétait que pour sa ligne, ils n’avaient pas de quoi s’en faire ! « Toi, tu sais comment faire pour éviter le traditionnel conflit entre la mère et la belle-fille » Oui… Le fait est que Leah se sentait assez nerveuse en présence des parents de son fiancé. C’était idiot, parce qu’elle n’avait aucun problème de confiance habituellement, mais avec eux, elle avait peur de ne pas être à la hauteur. « J’essaie… Ta mère me fait un peu peur tu sais », dit-elle avec une moue enfantine. « Mais ça je suis sûre que c’est un truc de belle-mère d’être naturellement effrayante… Avoue que t’es mort de peur devant ma mère ! » plaisanta-t-elle en riant. Elle pouvait l’être… Parfois ! Madame Clarke couvait ses filles et s’assurait de leur bonheur, si bien que lorsqu’elle rencontrait les moitiés de ses filles, elle avait tendance à leur faire passer un interrogatoire… Mike n’avait pas échappé à la règle ! Mais au-delà de ça, elle était adorable, le genre de maman qui vous fait des cookies en rentrant de l’école, et qui reste une épaule réconfortante quand vous grandissez.

Alors qu’ils commençaient à marcher, Leah avoua que Mike illuminait sa journée. C’était souvent le cas, mais tout particulièrement aujourd’hui. Qui plus est, cette fichue patiente, Muse Evans, était enfin sortie, ce qui lui donnait presque envie de déboucher le champagne pour fêter ça. « On peut encore le déboucher ce soir » Qu’il ne la tente pas ! « Laisse-moi imaginer la patiente ... une vieille acariâtre qui n’a jamais connu l’amour et plus partagé ses draps depuis bien longtemps, sans famille, à demander un surplus d’attention en geignant le plus possible ? Le tout en étant assis sur un tas d’or lui faisant mal aux fesses et qu’elle protège avidement ? » ll ne pouvait pas être plus éloigné de la réalité, ce qui fit sourire Leah. « L’incarnation d’un dragon vieux de plusieurs siècles ! En tout cas, elle doit être un joli cas pour que même toi tu en aies marre. Moi qui étais persuadé que personne ne te résistait ... j’ai du faire de mon cas une généralité » Elle sourit davantage à l’entente de sa phrase. « Oui, mais toi… Toi, tu faisais craquer toutes les infirmières, le charme ça te connaît ! » répondit-elle avant de planter un baiser sur sa joue. C’était vrai, une gueule d’ange, un accent anglait et un sourire charmeur, il était devenu la star du service en un rien de temps lorsqu’il avait eu son accident de moto. « Mais pour te répondre, tu es très loin de la réalité concernant la patiente, sauf pour l’aspect dragon de sa personnalité ! » ajouta-t-elle. « Elle a mon âge, c’est superbe blonde aux yeux bleus qui laisse penser qu’elle partage ses draps très souvent… En somme, elle est aussi belle que son caractère est détestable ! » expliqua-t-elle. « J’ai eu l’impression de m’occuper d’une gamine capricieuse de dix ans ! Enfin… On en est enfin débarrassé ! »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ❥ your love is my love - feat. Leah Clarke   

Revenir en haut Aller en bas
 

❥ your love is my love - feat. Leah Clarke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Shakespear In Love
» [Shonen] To Love-Ru / To Love Darkness !
» My love, my beautiful love [feat Raiden ♥]
» Hey mister love, mister big love, big love. • Feat. Derek T. Elder
» creeper love is deeper love + (julian) (flashback)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♫ Modern Family :: DANS LE GRENIER :: Archives rps-